Top du site


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 20/12/2017 dans toutes les zones

  1. 5 points
    Sécuriser l'enfant à 34 en PS alors que certains n'ont jamais été scolarisés ou d'autres en crèche avec 1 adulte pour 5... Il faut arrêter, les enseignants de maternelle sont en grande majorité bienveillants mais ils font comme ils peuvent. Certes en PS et MS le programme permet de prendre le temps, en GS c'est autre chose. Le problème c'est aussi le CP, ce n'est pas vraiment progressif, pour avoir fait le CP avant d'avoir eu des maternelles je trouve que c'est violent. J'y suis revenue après et j'ai vraiment adapté, le résultat à la fin était le même. Le problème c'est aussi l'évaluation sur fiches qui est faite début CP...Comment un enfant qui a certes acquis tout le programme par le biais de jeux et de manipulations peut il réussir cette évaluation individuelle. Certains se sont faits taper sur les doigts pour les mauvais résultats, ici nous avons uniquement renseigné les items que nous avons jugés pertinents. Il y a les enfants qui ont acquis toutes les compétences mais qui ont encore besoin d'être sécurisés au CP, et là non plus on ne laisse pas le temps quand je vois que des collègues ont des CP/CE1 à 28, je me dis où est la bienveillance. Je ne tape pas sur les collègues parce que franchement ils font un excellent travail avec les moyens donnés. Bref, réduire déjà le nombre d'élèves des classes maternelles serait une bonne chose. On nous énonce toujours ce que nous devons faire alors que nous faisons de notre mieux mais cependant pour les moyens on repassera... Redire l'enjeu de la maternelle aux parents aussi : quelquefois nous sommes perçus comme un moyen de garde uniquement.
  2. 4 points
    J'ai un peu de mal à croire qu'ils n'aient trouvé personne pour y aller... Ont-ils vraiment fait tout ce qu'il fallait ? En ce qui me concerne, j'ai eu ma période classes découvertes (une dizaine d'années) : j'ai fait des classes de mer, des classes astronomie, des classes musique, des classes volcan. C'était devenu une tradition de partir chaque année... Mais maintenant c'est terminé. Aujourd'hui, à l'école, je fais ce pour quoi je suis payé et rien de plus... Je vais à l'école, je fais mon travail, je participe aux réunions, puis je rentre chez moi. Et je ne fais rien que je ne suis pas obligé de faire.
  3. 3 points
    L'IEN qui note que "c'est dommage" et son équipe n'auraient ils pas pu se porter volontaire pour une fois ? :))
  4. 3 points
    "toutes les classes partent 3 semaines". Sérieusement, 3 semaines, et ils trouvent encore des volontaires ? C'est surtout ça qui m'étonne !
  5. 3 points
    Il s'agit certainement de quelques enseignants réactionnaires pratiquant trop le frontal et ne pratiquant pas la différenciation pédagogique. Une pitite formation, quelques tablettes et hop ! plus de soucis
  6. 3 points
    J'adore le "Les seuils de tolérance des professeurs sont hauts et un comportement gênant n’entraîne pas des sanctions immédiates." Est-ce qu'ils ont aussi les gamins en attente de soins (ou de place) depuis x années qui retournent la classe, agressent les autres élèves et l'enseignant... etc ? Ou ils ont une prise en charge du handicap moins hypocrite qu'en France ? Bon, remarque, en France aussi, un comportement gênant n'entraîne pas de sanctions... puisqu'on n'en a pas...
  7. 3 points
    Oui, alors la Finlande très bien mais c'est 35 % de budget de plus que nous, le plus fort taux de suicides de jeunes d'Europe, pas de sélection avant 15 ans mais une sélection rigoureuse à l'entrée en fac où les profs se plaignent de la baisse de niveau. On nous bassine avec la Finlande car elle a bien appliquée les consignes de l'OCDE. Mais ils se cassent la gueule dans les derniers résultats PISA, la Suède qui avait commencé les mêmes réformes est en train de revenir en arrière et les pays d'Asie ont de meilleurs résultats en faisant tout l'inverse. Alors la Finlande dont on nous bassine depuis 15 ans, moi ça me fatigue. Effectivement, que l'on nous paye décemment, forme correctement, diminue le nombre d'élèves, respecte et foute la paix et après on en reparle.
  8. 3 points
    Situation très dure... Vécue il y a qqs années dans une école où j'étais complément, mais c'était arrivé dans un week end, un accident brutal et dramatique. Ce type d'évènement bouleverse les familles, les enfants, les collègues, mais aussi les personnels de la circo (les cpc, l'Ien...) et effectivement, imaginer la rentrée est très anxiogène pour tout le monde. Le lundi suivant le décès, le matin même, le rased était présent (pas l'IEN pour notre cas, mais c'était un couac, la procédure est plutôt qu'il soit là), une collègue zil (qui, j'en suis pratiquement sûre, avait été consultée) avait assuré les premiers jours avec la psy scol dans la classe, avant de trouver un remplaçant libre pour toute la fin de l'année (qui ne connaissais ni l'équipe ni la collègue) Je vais te donner un avis différent de celui de Goëllette : à mon avis, il faut que tu réfléchisses tranquillement à la situation, et ensuite prennes avec tact les devants (sans dire de but en blanc "je ne prends pas le rempla" mais en tatant le terrain), pas la peine de mettre l'inspection, l'équipe et toi-même en difficulté si tu sais que tu n'es pas capable d'assurer le remplacement. Il faut leur laisser le temps de trouver quelqu'un d'autre, à qui il faudra expliquer la situation. Ton argument est TOUT A FAIT entendable (le fait que tu connaisses cette collègue, et surtout tes soucis persos à côté). Quelques remarques en vrac : -va voir ton médecin qui peux t'aider à y voir plus clair et éventuellement te soutenir par un écrit. -attention (mais tu as l'air d'en avoir conscience) quand tu contacteras l'IEN, et si tu contactes la directrice/teur, les collègues.... tout le monde est très touché et il ne faudrait pas que tu sois maladroite malgré toi. J'espère qu'il n'y a pas d’ambiguïté dans cette remarque car je t'assure que je trouve tes inquiétudes légitimes, j'imagine bien comment le rôle de la personne qui prendra la classe le lundi sera difficile, il faut avoir les épaules larges et être préparé ... mais tout le monde sera à fleur de peau, tous les collègues de l'école vont redouter ce jour de rentrée et d'avoir à gérer leur émotion, celle des familles et celles de leurs élèves en classe. Il peut y avoir de l'incompréhension et des quiproquos. -Laisse tes collègues et la directrice/teur tranquilles (sauf pour un petit message de soutien ou lorsque tu iras à l'enterrement), ils ont déjà à gérer leur peine et leur anxiété, comme toi, pour le jour de la rentrée. -Tu sais, les familles et les enfants seront tous au courant depuis longtemps lundi prochain, les parents auront eu le temps d'en parler avec leurs enfants. Et il y a aussi de grandes chances pour que ce jour de rentrée ait été préparé par l'inspection. -Tu connais l'école, les enfants et les familles, tout le monde te connait... il est probable que ta présence le premier jour soit rassurante et réconfortante. Tout le monde sera très ému et si toi tu es présente et que tu l'es aussi, personne ne t'en tiendra rigueur. Mais présence ne veut pas dire que tu prennes seule et sans préparation la classe... Tu peux être en complément par ex. Bon courage à toi.
  9. 3 points
    Les contes de fées sont sexistes; les histoires de notre enfance sont racistes, sexistes, pédophiles; notre langue est sexiste; les hommes qui ont fait l'Histoire de notre pays étaient racistes, sexistes, islamophobes; nos comptines sont racistes et sexistes; les BD les plus connues sont racistes et sexistes; l'homme blanc monopolise les médias; le cinéma ne donne de place qu'aux blancs; les pâtisseries et autres confiseries sont racistes; le monde du travail est raciste et sexiste; les philosophes qui nous ont aidé à construire notre pensée sont racistes et islamophobes; la France est coupable d'esclavagisme, de racisme, d'asservissement de la femme et de nombreux massacres; l'homme est misogyne .... Sinon, on a le droit d'être un homme blanc aimant sa langue, les contes de fées, les BD, son histoire, la littérature et la philosophie, les femmes et le cinéma sans se faire lyncher, ou ça se passe comment ?
  10. 2 points
    Une classe de neige décrite comme une institution depuis 60 ans annulée faute d'enseignants à St Ouen... Pétition des parents, IEN, DASEN, directrice... personne ne mentionne le fait que c'est un sacrifice non reconnu, non payé pour les enseignants! http://www.bondyblog.fr/201801170903/a-saint-ouen-deux-classes-de-cm2-exclues-dune-longue-tradition-de-classes-de-neige/#.Wl9BnIDkQ4g Il serait temps de reconnaitre ce type d'investissement, que ce soit dans l'évaluation ET dans la rémunération des enseignants si mal payés et reconnus en France! Bravo aux enseignants qui ont dit non.
  11. 2 points
    Ah, que j'aimerais être une petite souris si cette classe de neige était encadrée par le DASEN, l'IEN et le Maire ! J'ai une petite pensée pour la personne qui avait créé un sujet pour se plaindre que l'enseignante avait emmené sa fille avec elle en classe verte ...
  12. 2 points
    J'aime beaucoup le " Et avec cette annulation, c'est un acquis qui est mis en question" . On est bien d accord, le bénévolat des enseignants est considéré comme un acquis, c est bien pour cela que nos dirigeants continuent de presser le citron!!!
  13. 2 points
    Et ce sont des parents élus qui ont incité les autres à commettre le délit d'intrusion (et autres infractions), donc dissolution de ce groupe de "représentants" et dépôt de plainte contre eux et leurs acolytes... Ah, un IEN me dit dans l'oreillette de calmer le jeu et de faire profil bas... Recommandation de l'Autonome: laisser, ça va se calmer.... Les services de la protection des fonctionnaires plussoie; les flics refusent d'enregistrer la plainte, "vous comprenez Madame, si on fait ça, ça va gonfler les statistiques et de toute façon votre plainte sera classée sans suite pour ne pas embraser la cité"; de toute façon ils ne sont pas imposables pour l'amende et on ne peut pas les mettre en prison, sinon qui s'occuperait des gosses". Au final le DASEN déplace la directrice dans l'intérêt du service et pour la paix sociale. Voilà, voilà.
  14. 2 points
    Je n'ai pas vu l'interview, mais rien que d'en lire la retranscription dans le premier message, ça me mets hors de moi de lire tout ça. Cette dame se rend-elle compte que les enfants vont vraiment la toucher la balle ? Que les enfants ne sont pas sur les tablettes, 24h par semaine ? Qu'il n'existe pas (à ma connaissance) d'école, où les enfants sont vissés à leur table avec pour seul horizon, l'écran d'une tablette ? Dans quel monde vit-elle pour oser proférer ça ? Je suis assez vindicative (surtout en n'ayant lu que le premier message, et pas l'interview), mais en tant qu'instit, comme en tant que maman, je n'arrive pas à comprendre comment et pourquoi les scientifiques sont si virulents face aux écrans. Mes deux filles ont chacune une tablette. Elles passent plusieurs heures devant, quasiment chaque jour. Et pourtant, elles trouvent encore le temps de jouer, d'imaginer, de dessiner, de bricoler (aïe, mes rouleaux de Scotch !), de travailler, de lire aussi. Elles réussissent bien à l'école (ok, filles d'instits, mais pas poussées à la maison. Devoirs faits, mais pas forcément plus que ça) et ont aussi certaines connaissances qu'elles ont appris grâce aux tablettes. OK, c'est addictif et il faut savoir les limiter dans leur visionnage (mais c'est notre rôle de parent), mais j'ai vraiment du mal à croire que cela puisse faire autant de dégâts que ce que les scientifiques nous assènent en ce moment. Ou alors, dans des conditions de laboratoire, en les regardant 20h par jour... Surtout vu l'équipement actuel des écoles, maternelles ou primaires ! Restons calmes par rapport aux écrans, et rappelons qu'ils ne sont qu'une autre entrée possible vers le même objectif d'apprentissage (enfin, c'est ainsi que je les vois dans ma classe). Je vais sûrement me faire lyncher par certains membres du forum, mais tant pis. Édit : corrections de quelques erreurs d'orthographe dues... au correcteur orthographique de ma tablette
  15. 2 points
    Ne prends pas de risque, fais-toi conseiller par ton équipe de circo. Avertis ton IEN (qui sollicitera l'avis de la cellule juridique), et ne radie pas cet enfant de tes registres. De toute façon, l'autre école pourra l'accueillir en inscription provisoire quoi qu'il arrive; ta décision ne remettra pas en cause la continuité de sa scolarité (ce qui reste la priorité numéro 1). Il sera temps plus tard de le radier définitivement de ton ONDE, si le départ était confirmé. En tout état de cause, il n'est pas en ton pouvoir d'empêcher le départ de cet enfant si c'est le projet d'un de ses deux parents : toi, tu prends note du désaccord entre les parents, de l'existence d'un document que tu soumets pour avis à la cellule juridique de la DSDEN, et tu laisses les parents régler cela par avocats interposés. L'école n'a pas de responsabilité à prendre dans ce genre de cas (sauf danger imminent et manifeste pour l'enfant, type parent ivre et violent, mais bon). Prends peut-être l'attache de l'autre école pour les informer de ce qui va leur tomber dessus, afin qu'ils puissent se préparer, et éventuellement, ne pas se laisser embobiner par celui des deux parents qui viendra les voir en premier. C'est parfois le cas dans ce type d'affaire.
  16. 2 points
    Je suis malgré tout tenté de rejoindre plusieurs commentaires précédents. Ton discours me semble encore très émotionnel, et il est sans doute un peu tôt pour prendre une décision irrévocable. Si je puis me permettre un conseil, en dépit de ton absence de doute affichée : cesse de laisser le souvenir de l'inspection ratée te bouffer, quelle qu'en soit l'explication. Installe-toi provisoirement dans ta décision de revenir dès l'an prochain dans le primaire, qui peut t'aider à tenir pendant quelque temps. Mais n'écris pas encore au Recteur, n'en parle pas à ta hiérarchie. Si ce n'est qu'en mars-avril qu'il faut agir officiellement, prends le temps de te faire plaisir avec tes élèves, que tu sembles aimer, pendant ces deux ou trois mois d'attente : de toute façon, tu ne risques rien, même si ta façon de travailler ne plaît pas à ton inspectrice. Et en mars donc, prends le temps de réfléchir et de reconsidérer ta situation de zéro. Et si à ce moment-là, mais à ce moment là seulement, ta résolution de revenir dans le primaire est toujours aussi claire, envoie ta demande de réintégration au Recteur. Bon courage en tout cas !
  17. 2 points
    Pour ce qui est des Atsem ou des enseignants en maternelle un seul point me semble incontournable: Le niveau de langue.... Pour que les enfants aient en permanence un modèle riche, correct, voire de haut niveau c'est au moment du recrutement que cela se joue.... J'aime bien y entendre : Y va venir que je soigne, ou y va se faire voir parce que rien à..., ou elle a sept z oiseaux.... Mais je ne suis pas sûre que cela ne nivele pas par les bas.... Pas d'autres choix que d'avoir un recrutement intransigeant pour le niveau de langue orale.
  18. 2 points
    Bon ben à première vue notre ministre veut faire le ménage dans les manuels de CP (et surement les autres par la suite ) et dicter aux PE de CP quelles sont les bonnes et mauvaises méthodes ... bref exit notre liberté pédagogique ! je dis bien à 1ère vue car je ne peux accéder à la totalité de l'article .... http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/27/01016-20171227ARTFIG00193-blanquer-veut-mettre-de-l-ordre-dans-les-manuels-scolaires.php
  19. 2 points
    Un IEN indigne dans une école indigne.
  20. 2 points
  21. 2 points
    Oh je sais bien. Mais je pensais que les minoritaires existaient un poil. Ils ont la même discussion dans le second degré avec le Snes. Un bon copain qui y est et trouve, à juste titre que le PPCR c'est une arnaque, s'est vu répondre que, quand même, comme c'était le PS au pouvoir, même si c'était pas génial fallait pas trop gueuler sous peine de faire le jeu de l'opposition. Et dès que la droite est au pouvoir ils se refont une virginité en critiquant des trucs qu'ils auraient accepté sous la gauche. Pauvres de nous. Mais ils restent archi-majoritaires et les petits syndicats n'arrivent pas à se développer. C'est dingue le faible degré de politisation de la profession, avec un axiome simple gauche=Bien, droite=Mal. Et on va pas plus loin que ça, alors même que le PS est le parti qui nous a le plus poignardé dans le dos.
  22. 2 points
  23. 2 points
    Ben si: on fait des maternelles à 20 maximum, on ouvre des classes d'accueil, on arrête l'inclusion irraisonnée et on étudie sérieusement les méthodes de lecture. Ou alors on fait des CP à 12 en pillant les postes dans les écoles ordinaires où on se retrouve à 30 en double-niveau sans pour autant s'attaquer aux vrais problèmes et on attend que ça échoue pour dire que les histoires de création de postes et de baisse d'effectifs n'étaient que des motifs bidons d'instits fainéants.
  24. 2 points
    Dire qu'il n'y a pas de méthode qui fonctionne pour tous les élèves est quand même un raccourci, d'ailleurs, dès qu'un élève de CP a des difficultés (ou un élève de CE1 non "décodeur") "les hautes instances" préconisent une méthode alphabétique, alors pourquoi ne pas le faire pour tout le monde dès le départ histoire que ces élèves ne perdent pas 6 mois avec une méthode mixte qui ne fonctionne que pour les bons élèves (mais vu le nombre d'élèves qui inventent des mots au lieu de les déchiffrer dans les classes supérieures et le manque de fluidité, les méthodes dites mixtes sont-elles réellement efficaces ?). Les orthophonistes qui sont obligés de rééduquer nos élèves qui n'ont pas réussi à apprendre à lire avec nos méthodes utilisent une méthode alphabétique, ça m'interpelle.
  25. 2 points
    Moi, je demande le retrait illico de la chanson " ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne" et de cette publication discriminatoire où l'on voit tous les bretons manger des crêpes, du kig a farz et du Kouign aman
  26. 2 points
    Je trouve merveilleux le communiqué de SOS racisme : « On remarquera ainsi que le Chinois n’a des yeux « riquiquis » que par la seule référence – implicite – aux yeux de l’auteure de la comptine qui pose donc son apparence en norme dont certains s’écarteraient (définition de l’anormalité…). » On remarquera ainsi que la comptine n’a de connotation « raciste » que par la seule référence explicite à... une hypothétique référence implicite, qui n’existe probablement que dans les fantasmes de l’auteur du dit communiqué, qui pose donc son interprétation littéraire en norme. Lequel se permet lui-même au passage une gentille dérive racialiste, sinon carrément raciste, en présumant que l’auteur de la comptine n’a pas elle-même « les yeux riquiqui ». Parce que, bon, ce n’est pas comme si les Chinois savaient écrire ou manier l’autodérision, hein !
  27. 2 points
    Franchement, ces professeurs sont juste incompétents et montrent une bien piètre image de notre métier. J'ai honte pour eux... Quel manque de préparation et quel amateurisme ! Et je rejoins Tinsel sur l'idée que l'interruption du film est encore plus violente encore que les images qui pourraient être véhiculées : un bon prof doit savoir rebondir, ouvrir le débat, la discussion... c'est juste SON métier... Edit : et quelle déception sans doute pour les enfants (au delà de l'élève) qui auraient sans doute voulu connaître la fin, sans se soucier de religion ou autres... c'est bien une affaire d'adultes ça...
  28. 2 points
    Moi je trouve anormal que les enseignants aient amené leurs élèves voir un film dont ils ignoraient tout! J'ai vu la bande annonce de ce film et je vois l'affiche. Si on fait le choix d'y amener ses élèves, c'est en connaissance de cause. Là pour les élèves, ça fait vraiment bizarre, film interrompu comme s'il montrait des images obscènes ou violentes...
  29. 2 points
    Je partage les doutes de Goëllette, je ne suis pas sûre que la directrice ne serait pas inquiétée. Cela ne signifie pas que je trouve ça normal, mais il me semble que sans écrit la protégeant, on pourrait lui reprocher d'avoir autorisé la sortie de la classe avec un enseignant qui ne connait pas les élèves. @maolechaPeut-être que tu es particulièrement à l'aise avec l'activité piscine. Je trouve quant à moi qu'elle est bien plus dangereuse que gym par exemple. Là où je travaille, les enseignants prennent en charge des groupes à la piscine. Je ne me vois pas prendre en charge un groupe d'élèves pour une activité natation, sans même être capable de reconnaître les élèves sous les bonnets, sans pouvoir interpeler un enfant dont je ne connais pas le prénom etc. Et effectivement, si mon cycle piscine commençait le 3 septembre, ce que je n'ai jamais vu, je n'irais pas à la première séance.
  30. 2 points
  31. 2 points
    J'ai personnellement la chance d'avoir été formée dans un autre temps, celui des Ecoles Normales, où on ne m'a jamais appris à mépriser mes collègues titulaires, contrairement à ce qui s'est passé ensuite. En plus, nous avions beaucoup de stages en observation (pas seulement dans des écoles d'application) et en responsabilité, ce qui nous permettait de nous rendre compte de la réalité du terrain et de ce qui fonctionnait. J'ai ensuite été titulaire à la création des IUFM, et nous voyions débarquer des "jeunes", moins jeunes que les stagiaires que nous avions été, qui remettaient systématiquement en cause le fonctionnement du collègue qu'ils venaient observer ou remplacer (Je me souviens du bruit des tables dans les classes d'à côté et surtout du bruit des élèves devenus complètement hystériques alors qu'ils étaient calmes d'habitude.) et n'acceptaient pas de conseils des anciens. C'était parfois la faute de la pression mise par les "formateurs", mais aussi celle de la licence (nous avions au mieux un "petit DEUG") qui leur faisait penser qu'ils nous étaient supérieurs (alors que dans le même temps, le niveau du BAC avait considérablement baissé, de même que celui des études universitaires, donc qu'il n'y avait de supériorité que dans leur tête). Depuis la disparition des IUFM et la création des PES (et même depuis les stages en situation d'un jour des PE2 dans les écoles de 4 classes pour décharger les directeurs), je trouve que les "jeunes" collègues sont redevenus plus humbles, plus respectueux et plus demandeurs de l'aide des "anciens". Mais ils sont aussi beaucoup plus perdus.
  32. 1 point
    Et fière de l'être, dans ce cas !
  33. 1 point
    Tout pareil, une lecture intégrale, que l'on lit en plusieurs fois, que l'on compare à d'autres (mises en réseaux autour d'un thème, d'un genre ou d'un auteur), que l'on peut mettre en voix (lecture voix haute d'un dialogue par exemple), et travail en production d'écrit, en vocabulaire, champs lexicaux, compréhension (orale le plus souvent, explicite et implicite surtout), points de grammaire ou point plus spécifique à un passage du texte (dialogue, portrait, etc ..)
  34. 1 point
    Les syndicats sont bien plus occupés à défendre le RASED et les emplois aidés que les remplaçants, ce n'est pas un avis mais un constat.
  35. 1 point
    Les collègues les plus en difficultés seront ceux du CE2 en REP+, car ils devront se débrouiller avec plus de 25 élèves habitués depuis deux ans à être à 12 et à courir partout, sans trop de cadre. Mais ce sera dans plus d'un an, donc ...
  36. 1 point
    La blackface, je ne savais pas ce que c'était et j'ai donc eu du mal à comprendre où le CRAN voit du racisme. Mais, le président du CRAN va vraiment loin dans son "analyse" : "Cette affiche en a toutes les caractéristiques (du racisme). D’abord, il y a la nudité : le noir est nu car c’est un sauvage, c’est une constante coloniale. La bouche marquée de rouge sanglant renvoie à l’imaginaire du cannibale et le fait qu’elles soient siamoises à la monstruosité supposée du noir, à sa diabolisation". http://www.liberation.fr/france/2018/01/02/blackface-raciste-ou-creation-artistique-l-affiche-d-un-festival-reunionnais-divise_1619959 A la Réunion, nous n'avons pas ce genre d'idées en tête et il serait bien qu'on ne nous les transmette pas...
  37. 1 point
    Bonjour A la rentrée je souhaiterai travailler sur l'album "Gruffalo" avec mes GS. Je voudrais l'aborder selon la méthode Narramus donc j'aimerai le découper en épisodes. Celles/ceux qui l'on déjà étudié comment l'avez découpé? combien d'épisodes?Merci d'avance!
  38. 1 point
    La relecture doit s'apprendre. Je fais une dictée quotidienne sous différentes formes (dictée individuelle sur le cahier qu'on corrige ensemble au tableau, j'écris la dictée avec des fautes ils me corrigent / Dictée négociée, ils l'écrivent au brouillon puis se regroupent et font une affiche, on les compare et on discute des points de désaccords) etc... Les dictées du lundi, mardi, jeudi entraînent à la dictée du vendredi qui reprend les mots vus dans la semaine et les points étudiés dans la semaine. Je leur fais écrire les compétences travaillées au dessus de chaque dictée du vendredi : accord sujet verbe + le temps étudié / accords GN etc... Comme ça je les reprends à la fin de la dictée en leur disant de se concentrer sur chacun des points. Je leur dis qu'ils peuvent travailler sur leur dictée avec le crayon à papier ou même des crayons de couleur (pour entourer le verbe, faire une flèche vers le sujet , entourer les déterminants au pluriel etc...). Je fais souvent des relectures dirigées quand on n'est pas en situation d'évaluation. Pour cette nouvelle période, je vais leur donner tous les lundis la dictée du vendredi, nous ferons ensemble la fiche d'évaluation du vendredi : on identifiera tous les accords s-v, gn, homophones, mots à apprendre. Le mardi, mercredi et jeudi, ils auront une dictée entraînement qu'ils feront à deux sur une feuille. Autre outils : Scriptum chez Retz qui permet aussi un travail sur la relecture : se rendre compte que le cerveau "répare" de lui même les erreurs ce qui fait qu'on passe à côté. Par exemple, si on lit vite cette phrase " J AI ACHETE DU PAIN A LA BOULAGERIE" on ne verra pas forcément l'erreur car le cerveau reconnait le mot et donc passe. Il faut que les enfants connaissent ce "travers" et fassent donc l'effort de lire tel que c'est écrit comme si ce n'était pas eux qui avait écrit. Pareil pour des régularités d'orthographe qu'on va être amenés à observer : par exemple jamais 2 consonnes en début de mot, les mots commençant par le son [c] commencent le plus souvent par un c que par un qu ou que le phonème [o] s'écrit 72% en début de mot avec un "o" alors qu'en fin de mot il s'écrit 49% en au et je ne sais plus combien en eau... etc... des moyens mnémotechniques etc...
  39. 1 point
    En faisant des recherches, on se rend compte que non, justement, ce n'est pas toujours dans le sens "femme pauvre vers femme riche". L'inverse existe aussi pas mal. Il y a aussi les femmes hyperfertiles qui considèrent que c'est justement un "don" comme un don d'ograne et qui sont dans cette démarche d'aimer cet être qui grandit en elle mais pas pour le garder pour soi, pour "l'offrir" à "ses vrais parents". L'argent qui en découle...ça dépend des lois mises en place. Dans certains pays le don du sang est rémunéré, les dons d'organes fonctionnent mieux pour les riches etc...ce qui n'est pas le cas chez nous. oOurquoi ne pas imaginer un processus identique: pas de rémunération, juste une prise en charge des frais innérents à la grossesse et l'accouchement, une "sélection" des personnes qui peuvent en bénéficier (pas à mon sens la multimilliardaire qui a juste peur de prendre du poids mais pourquoi pas les couples hétérosexuels qui ne parviennent pas à avoir d'enfants après les démarches medicales qui existent, les couples qui ne peuvent ni avoir d'enfants ni en adopter vu les contraintes de l'adoption en France - je pense à Cocci si elle passe ici-, les couples homosexuels etc...) Les sentiments et le vécu de l'enfant...vaste question...et les sentiments et le vécu des enfants qu'on croise dans notre boulot, pas aimés, pas désirés, ignorés...est il plus heureux car vivant avec sa mère biologique qu'un enfant porté par une femme qui n'est pas sa mère mais élevéepar des parents qui ont désirés ardemment un enfant? Bon après, comme grib' j'ai eu le temps de réfléchir à tout ça, avec deux bébé fiv. Je pense aussi que la PMA devrait être ouverte aux femmes seules et homosexuelles.
  40. 1 point
    lls ont des idées radicalement opposées. Roland Goigoux est globaliste : il croit en deux types de lecture : la "lecture indirecte" et la "lecture directe". Seule la seconde est la vraie lecture, celle à laquelle tout bon lecteur doit accéder. Il pense que les mots, une fois déchiffrés, ou photographiés tels les "mots-outils", sont stockés dans la mémoire visuelle - il appelle cela la "reconnaissance visuelle des mots". Il suffit ensuite qu'ils entrent en correspondance avec les mots écrits pour être lus comme des images que l'on reconnaît. Il ne s'intéresse pas à la physiologie du cerveau qui pour lui est une boîte noire. Pour Stanislas Dehaene, la lecture globale est une illusion. II s'appuie sur la recherche médicale et mène ses propres recherche sur le cerveau. Celle-ci démontre que les mots ne sont jamais lus comme des images mais toujours déchiffrés - y compris chez le lecteur expert. 1/5 de seconde suffit à reconnaître un mot écrit, mais jamais comme une image : les mots sont toujours lus de manière analytique, c'est-à-dire élément par élément. La lecture se réalise après identification de la forme graphique de chaque élément du mot. Dans toutes les langues, le cerveau traite de manière différente le dessin et les mots. Cela est dû au fait que la partie du cerveau dédiée à la lecture, située dans l'hémisphère gauche, n'est pas la même que celle dédiée aux images, située dans l'autre hémisphère. Le prix Nobel de médecine 1981 a été attribué à R. Sperry pour cette découverte démontrant la nuisance à utiliser les étiquettes et les "mots-outils" dans l'apprentissage de la lecture car cette pratique conduit à faire fonctionner le cerveau à l'envers. La lecture passe toujours, chez le débutant comme chez le lecteur expert, par l'analyse de chaque élément composant le mot.
  41. 1 point
    Sujet très intéressant... Il semble que durant la grossesse, des liens très importants lient le bébé à la mère qui le porte,même dans le cas où ce ne sont pas ses ovocytes qui ont donné naissance à l'embryon. J avais lu un article très intéressantà ce sujet de Boris Cyrulnik. Je n ai rien contre la gpa mais l argent énorme qui en découle me dérange par contre.Mais je comprends qu on puisse penser à y avoir recours,le désir d enfant est tellement fort!!!il faut l avoir vécu pour le comprendre
  42. 1 point
    En France le débat est impossible parce que les sciences de l'éducation ne connaissent pas et ne lisent pas les recherches internationales qui trouvent toutes la même chose. Et surtout, ça leur ferait trop mal d'admettre qu'ils racontent un paquet d'âneries sur le sujet depuis un long moment. Donc ils ont trouvé une super astuce : ceux qui veulent ouvrir ce débat sont d'extrême-droite et hop ! plus de débat, plus de risque de devoir justifier leur nullité. Il suffit de lire attentivement Goigoux. Entre ce qu'il disait dans les années 90 et aujourd'hui il a fait un discret virage à 180 degrés, très discret.... Mais chut, parler d'efficacité, parler de la réalité c'est fasciste ! il vaut mieux que les résultats soient mauvais avec des méthodes soi-disant progressistes qui nuisent en réalité aux élèves les plus modestes qui n'ont pas d'aide à la maison. Mais peu importe la réalité, tant que les intentions sont bonnes, on s'en contente.
  43. 1 point
    Ca, discriminées ou pas, elles ont toujours le droit de demander. Y compris de demander à d'autres de se taire au nom de la liberté d'expression — mais au risque du ridicule, en ce cas... Si les "insultes" auxquels les asiatiques sont soumis "au quotidien" restent au niveau de "riquiqui", ça reste assez peu inquiétant, à mon sens... Objectif, l'humour ? Jamais, par construction ! Non. Le racisme est défini par un préjugé idéologique d'infériorité de certaines races humaines sur d'autres. Qui est donc ce "vous" englobant ? Je ne sais pas. A priori, c'est toi seule qui le qualifie ainsi : explique-nous plutôt ce qui te fait dire ça, au-delà de la rhétorique à deux balles consistant à prêter des inepties à ses interlocuteurs pour mieux les "réfuter" !
  44. 1 point
    Les IUFM issus de la d'orientation Jospin soutenue par LE seul syndicat (sni) enseignant de l'époque devenu Se unsa et snuipp...Avec au passage la fin de la retraite à 55 ans et le logement de fonction..Merci.
  45. 1 point
    Effectivement, la liberté pédagogique n'a le droit d'être mise en œuvre qu'à partir du moment où on respecte le constructivisme dont les résultats quant à son efficacité sont pourtant très décevants quand on se réfère aux études un peu sérieuses sur le sujet... On entend encore dire aujourd'hui par de nombreux enseignants que nous adultes, lecteurs experts, lisons de manière globale, je trouve dommage de ne pas se mettre à jour, les données actuelles de la science sont pourtant assez claires.
  46. 1 point
    Je dois avoir de la chance à vous entendre... Ecole en REP avec une poste E présente à 75 % (soit 3 journées par semaine), un poste G présente 1 matinée par semaine, un psychologue scolaire présent au moins un jour par semaine, une infirmière scolaire présente 1 matinée tous les 15 jours et un PDMQDC présent à 100 %. Tous sont supers, compétents, engagés et font progresser les élèves. Et moi aussi, j'ai déjà vu des élèves suivis par le poste E en cycle 2 avec des difficultés massives qui s'en sortent au cycle 3.
  47. 1 point
    Risso il a été suspendu pourquoi ? tu te souviens ?
  48. 1 point
    Bien sûr que l'inclusion est un piège. Pour une partie des élèves c'est utile. Pour un nombre non négligeable ça se retourne contre eux. Mais ça permet de faire des économies et de satisfaire les associations de parents. N'oubliez pas les propos de Bernard Lejeune, directeur de cabinet de NVB "Si vous n'êtes pas pour l'inclusion, vous êtes pour l'exclusion". Certains syndicats parlent d'apartheid à propos des Segpa qui devrait être un dispositif supprimé et tous les élèves inclus dans les classes ordinaires. Ne soyons pas naïfs, les associations de parents, très puissantes, font de l'entrisme à l'EN mais surtout au ministère de la santé. Un élève en classe "ordinaire" avec AVS coûte deux fois plus cher qu'un élève sans AVS. Mais dans un établissement spécialisé, IME, ITEP, hôpital de jour, c'est 4 à 6 fois plus cher. Donc, bien évidemment, l'Etat est gagnant avec l'inclusion. C'est toute la perversité de la loi de 2005. Cette loi a été adoptée à l'unanimité et Chirac s'est frotté les mains, il s'est donné une image de type généreux, tout en faisant plaisir aux associations de parents et en recevant un satisfecit de Bercy. Pendant ce temps, les délais d'attente pour consultation dans les centres médicaux s'allongent. Est-ce-qu'un jour on comprendra qu'il ne suffit pas de poser un gamin dans une classe pour qu'il réussisse comme les autres, comme si c'était un sachet de thé et qu'il suffise qu'il infuse au contact des autres ? Est-ce-que l'on se pose la question quand un gamin a une leucémie ou besoin d'une dialyse ? non, il va à l'hôpital, on fait les soins et on adapte la scolarité. Mais pour le retard cognitif ou la pathologie mentale c'est moins visible, il n'y a pas de danger de mort sous 24 ou 48 heures donc on fait n'importe quoi. Et ensuite on accuse les enseignants des classes "ordinaires". La réponse magique du ministère et de la hiérarchie étant "différenciation" sans jamais montrer comment faire. Évidemment puisque c'est loin de suffire.
  49. 1 point
    Je ne crois pas que ce soit seulement une attitude de "maîtresse pépère pantoufle". Simplement, l'expérience t'a montré que l'agitation et la pédagogie "belle sur le papier" n'est pas forcément celle qui fait le mieux progresser les élèves. Et puis il y a des moments où le travail de groupe a un intérêt et d'autres où elle n'en a aucun ... sauf de faire perdre du temps. Quant aux îlots, c'est davantage les élèves qui ont changé et en rendent l'utilisation parfois très pénible et inefficace. Lorsque j'étais élève de primaire, dans les années 70, les enseignants nous plaçaient quasiment tous en îlots. Ça n'a donc rien de moderne.
  50. 1 point
    J'étais taquine, mais je pense que la taille des salles de classe et de la cour de récréation a également une influence.
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00