Top du site


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 17/12/2017 dans toutes les zones

  1. 5 points
    Sécuriser l'enfant à 34 en PS alors que certains n'ont jamais été scolarisés ou d'autres en crèche avec 1 adulte pour 5... Il faut arrêter, les enseignants de maternelle sont en grande majorité bienveillants mais ils font comme ils peuvent. Certes en PS et MS le programme permet de prendre le temps, en GS c'est autre chose. Le problème c'est aussi le CP, ce n'est pas vraiment progressif, pour avoir fait le CP avant d'avoir eu des maternelles je trouve que c'est violent. J'y suis revenue après et j'ai vraiment adapté, le résultat à la fin était le même. Le problème c'est aussi l'évaluation sur fiches qui est faite début CP...Comment un enfant qui a certes acquis tout le programme par le biais de jeux et de manipulations peut il réussir cette évaluation individuelle. Certains se sont faits taper sur les doigts pour les mauvais résultats, ici nous avons uniquement renseigné les items que nous avons jugés pertinents. Il y a les enfants qui ont acquis toutes les compétences mais qui ont encore besoin d'être sécurisés au CP, et là non plus on ne laisse pas le temps quand je vois que des collègues ont des CP/CE1 à 28, je me dis où est la bienveillance. Je ne tape pas sur les collègues parce que franchement ils font un excellent travail avec les moyens donnés. Bref, réduire déjà le nombre d'élèves des classes maternelles serait une bonne chose. On nous énonce toujours ce que nous devons faire alors que nous faisons de notre mieux mais cependant pour les moyens on repassera... Redire l'enjeu de la maternelle aux parents aussi : quelquefois nous sommes perçus comme un moyen de garde uniquement.
  2. 3 points
    Il s'agit certainement de quelques enseignants réactionnaires pratiquant trop le frontal et ne pratiquant pas la différenciation pédagogique. Une pitite formation, quelques tablettes et hop ! plus de soucis
  3. 3 points
    J'adore le "Les seuils de tolérance des professeurs sont hauts et un comportement gênant n’entraîne pas des sanctions immédiates." Est-ce qu'ils ont aussi les gamins en attente de soins (ou de place) depuis x années qui retournent la classe, agressent les autres élèves et l'enseignant... etc ? Ou ils ont une prise en charge du handicap moins hypocrite qu'en France ? Bon, remarque, en France aussi, un comportement gênant n'entraîne pas de sanctions... puisqu'on n'en a pas...
  4. 3 points
    Oui, alors la Finlande très bien mais c'est 35 % de budget de plus que nous, le plus fort taux de suicides de jeunes d'Europe, pas de sélection avant 15 ans mais une sélection rigoureuse à l'entrée en fac où les profs se plaignent de la baisse de niveau. On nous bassine avec la Finlande car elle a bien appliquée les consignes de l'OCDE. Mais ils se cassent la gueule dans les derniers résultats PISA, la Suède qui avait commencé les mêmes réformes est en train de revenir en arrière et les pays d'Asie ont de meilleurs résultats en faisant tout l'inverse. Alors la Finlande dont on nous bassine depuis 15 ans, moi ça me fatigue. Effectivement, que l'on nous paye décemment, forme correctement, diminue le nombre d'élèves, respecte et foute la paix et après on en reparle.
  5. 3 points
    Situation très dure... Vécue il y a qqs années dans une école où j'étais complément, mais c'était arrivé dans un week end, un accident brutal et dramatique. Ce type d'évènement bouleverse les familles, les enfants, les collègues, mais aussi les personnels de la circo (les cpc, l'Ien...) et effectivement, imaginer la rentrée est très anxiogène pour tout le monde. Le lundi suivant le décès, le matin même, le rased était présent (pas l'IEN pour notre cas, mais c'était un couac, la procédure est plutôt qu'il soit là), une collègue zil (qui, j'en suis pratiquement sûre, avait été consultée) avait assuré les premiers jours avec la psy scol dans la classe, avant de trouver un remplaçant libre pour toute la fin de l'année (qui ne connaissais ni l'équipe ni la collègue) Je vais te donner un avis différent de celui de Goëllette : à mon avis, il faut que tu réfléchisses tranquillement à la situation, et ensuite prennes avec tact les devants (sans dire de but en blanc "je ne prends pas le rempla" mais en tatant le terrain), pas la peine de mettre l'inspection, l'équipe et toi-même en difficulté si tu sais que tu n'es pas capable d'assurer le remplacement. Il faut leur laisser le temps de trouver quelqu'un d'autre, à qui il faudra expliquer la situation. Ton argument est TOUT A FAIT entendable (le fait que tu connaisses cette collègue, et surtout tes soucis persos à côté). Quelques remarques en vrac : -va voir ton médecin qui peux t'aider à y voir plus clair et éventuellement te soutenir par un écrit. -attention (mais tu as l'air d'en avoir conscience) quand tu contacteras l'IEN, et si tu contactes la directrice/teur, les collègues.... tout le monde est très touché et il ne faudrait pas que tu sois maladroite malgré toi. J'espère qu'il n'y a pas d’ambiguïté dans cette remarque car je t'assure que je trouve tes inquiétudes légitimes, j'imagine bien comment le rôle de la personne qui prendra la classe le lundi sera difficile, il faut avoir les épaules larges et être préparé ... mais tout le monde sera à fleur de peau, tous les collègues de l'école vont redouter ce jour de rentrée et d'avoir à gérer leur émotion, celle des familles et celles de leurs élèves en classe. Il peut y avoir de l'incompréhension et des quiproquos. -Laisse tes collègues et la directrice/teur tranquilles (sauf pour un petit message de soutien ou lorsque tu iras à l'enterrement), ils ont déjà à gérer leur peine et leur anxiété, comme toi, pour le jour de la rentrée. -Tu sais, les familles et les enfants seront tous au courant depuis longtemps lundi prochain, les parents auront eu le temps d'en parler avec leurs enfants. Et il y a aussi de grandes chances pour que ce jour de rentrée ait été préparé par l'inspection. -Tu connais l'école, les enfants et les familles, tout le monde te connait... il est probable que ta présence le premier jour soit rassurante et réconfortante. Tout le monde sera très ému et si toi tu es présente et que tu l'es aussi, personne ne t'en tiendra rigueur. Mais présence ne veut pas dire que tu prennes seule et sans préparation la classe... Tu peux être en complément par ex. Bon courage à toi.
  6. 3 points
    Les contes de fées sont sexistes; les histoires de notre enfance sont racistes, sexistes, pédophiles; notre langue est sexiste; les hommes qui ont fait l'Histoire de notre pays étaient racistes, sexistes, islamophobes; nos comptines sont racistes et sexistes; les BD les plus connues sont racistes et sexistes; l'homme blanc monopolise les médias; le cinéma ne donne de place qu'aux blancs; les pâtisseries et autres confiseries sont racistes; le monde du travail est raciste et sexiste; les philosophes qui nous ont aidé à construire notre pensée sont racistes et islamophobes; la France est coupable d'esclavagisme, de racisme, d'asservissement de la femme et de nombreux massacres; l'homme est misogyne .... Sinon, on a le droit d'être un homme blanc aimant sa langue, les contes de fées, les BD, son histoire, la littérature et la philosophie, les femmes et le cinéma sans se faire lyncher, ou ça se passe comment ?
  7. 3 points
  8. 3 points
    Le problème, avec la bienveillance omniprésente, c'est que ce terme est galvaudé. Être bienveillant, c'est pousser les élèves pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, leur donner des limites, le goût de l'effort, pas juste être gentil avec chéribibi et lui faire croire qu'il sait faire la même chose que les autres, qu'il a le même niveau que les autres (sauf qu'on a tellement adapté que ce n'est plus le cas et que personne n'ose mettre les l'enfant et ses parents devant la réalité des choses. Certes, il faut mettre tous les enfants en position de réussite, mais pas en faisant croire tout est n'importe quoi). Et puis, elle est où la bienveillance envers ce enfants handicapés inclus à coup de chausse-pied dans des classes surchargées, sans aide, sans qu'ils sachent exactement ce qu'ils y font (certains trop violents pour rester en itep, et donc que l'on renvoie dans des classes ordinaires sans aide), quid de la bienveillance envers leurs camarades qui subissent tout cela au quotidien (l'enseignement n'a plus beaucoup de temps à leur consacrer), quid de la bienveillance de notre hiérarchie, de notre ministère envers les personnels?
  9. 3 points
    Bonjour, Je suis PE depuis 20 ans et désormais, j'ai des classes difficiles TOUS LES ANS. Gros problèmes de repères, de comportement, fatigue due à une hygiène de vie inexistante, pas de travail personnel ni de motivation. Effectifs de folie (+ de 30). Pas grave, notre paye va encore baisser, et on perdra de l'argent si on tombe malades (il y a peu, tous malades et quand même à l'école). Conditions d'hygiène déplorables. Non, je ne suis pas déprimée, aigrie ou autre. Je suis très lucide. Si tu as le choix, ne deviens surtout pas PE. J'ai la mort dans l'âme de dire cela, mais ce que je vis au quotidien dépasse tour ce que j'aurais pu imaginer il y a encore 10 ans.
  10. 2 points
    Et ce sont des parents élus qui ont incité les autres à commettre le délit d'intrusion (et autres infractions), donc dissolution de ce groupe de "représentants" et dépôt de plainte contre eux et leurs acolytes... Ah, un IEN me dit dans l'oreillette de calmer le jeu et de faire profil bas... Recommandation de l'Autonome: laisser, ça va se calmer.... Les services de la protection des fonctionnaires plussoie; les flics refusent d'enregistrer la plainte, "vous comprenez Madame, si on fait ça, ça va gonfler les statistiques et de toute façon votre plainte sera classée sans suite pour ne pas embraser la cité"; de toute façon ils ne sont pas imposables pour l'amende et on ne peut pas les mettre en prison, sinon qui s'occuperait des gosses". Au final le DASEN déplace la directrice dans l'intérêt du service et pour la paix sociale. Voilà, voilà.
  11. 2 points
    Je n'ai pas vu l'interview, mais rien que d'en lire la retranscription dans le premier message, ça me mets hors de moi de lire tout ça. Cette dame se rend-elle compte que les enfants vont vraiment la toucher la balle ? Que les enfants ne sont pas sur les tablettes, 24h par semaine ? Qu'il n'existe pas (à ma connaissance) d'école, où les enfants sont vissés à leur table avec pour seul horizon, l'écran d'une tablette ? Dans quel monde vit-elle pour oser proférer ça ? Je suis assez vindicative (surtout en n'ayant lu que le premier message, et pas l'interview), mais en tant qu'instit, comme en tant que maman, je n'arrive pas à comprendre comment et pourquoi les scientifiques sont si virulents face aux écrans. Mes deux filles ont chacune une tablette. Elles passent plusieurs heures devant, quasiment chaque jour. Et pourtant, elles trouvent encore le temps de jouer, d'imaginer, de dessiner, de bricoler (aïe, mes rouleaux de Scotch !), de travailler, de lire aussi. Elles réussissent bien à l'école (ok, filles d'instits, mais pas poussées à la maison. Devoirs faits, mais pas forcément plus que ça) et ont aussi certaines connaissances qu'elles ont appris grâce aux tablettes. OK, c'est addictif et il faut savoir les limiter dans leur visionnage (mais c'est notre rôle de parent), mais j'ai vraiment du mal à croire que cela puisse faire autant de dégâts que ce que les scientifiques nous assènent en ce moment. Ou alors, dans des conditions de laboratoire, en les regardant 20h par jour... Surtout vu l'équipement actuel des écoles, maternelles ou primaires ! Restons calmes par rapport aux écrans, et rappelons qu'ils ne sont qu'une autre entrée possible vers le même objectif d'apprentissage (enfin, c'est ainsi que je les vois dans ma classe). Je vais sûrement me faire lyncher par certains membres du forum, mais tant pis. Édit : corrections de quelques erreurs d'orthographe dues... au correcteur orthographique de ma tablette
  12. 2 points
    Ne prends pas de risque, fais-toi conseiller par ton équipe de circo. Avertis ton IEN (qui sollicitera l'avis de la cellule juridique), et ne radie pas cet enfant de tes registres. De toute façon, l'autre école pourra l'accueillir en inscription provisoire quoi qu'il arrive; ta décision ne remettra pas en cause la continuité de sa scolarité (ce qui reste la priorité numéro 1). Il sera temps plus tard de le radier définitivement de ton ONDE, si le départ était confirmé. En tout état de cause, il n'est pas en ton pouvoir d'empêcher le départ de cet enfant si c'est le projet d'un de ses deux parents : toi, tu prends note du désaccord entre les parents, de l'existence d'un document que tu soumets pour avis à la cellule juridique de la DSDEN, et tu laisses les parents régler cela par avocats interposés. L'école n'a pas de responsabilité à prendre dans ce genre de cas (sauf danger imminent et manifeste pour l'enfant, type parent ivre et violent, mais bon). Prends peut-être l'attache de l'autre école pour les informer de ce qui va leur tomber dessus, afin qu'ils puissent se préparer, et éventuellement, ne pas se laisser embobiner par celui des deux parents qui viendra les voir en premier. C'est parfois le cas dans ce type d'affaire.
  13. 2 points
    Je suis malgré tout tenté de rejoindre plusieurs commentaires précédents. Ton discours me semble encore très émotionnel, et il est sans doute un peu tôt pour prendre une décision irrévocable. Si je puis me permettre un conseil, en dépit de ton absence de doute affichée : cesse de laisser le souvenir de l'inspection ratée te bouffer, quelle qu'en soit l'explication. Installe-toi provisoirement dans ta décision de revenir dès l'an prochain dans le primaire, qui peut t'aider à tenir pendant quelque temps. Mais n'écris pas encore au Recteur, n'en parle pas à ta hiérarchie. Si ce n'est qu'en mars-avril qu'il faut agir officiellement, prends le temps de te faire plaisir avec tes élèves, que tu sembles aimer, pendant ces deux ou trois mois d'attente : de toute façon, tu ne risques rien, même si ta façon de travailler ne plaît pas à ton inspectrice. Et en mars donc, prends le temps de réfléchir et de reconsidérer ta situation de zéro. Et si à ce moment-là, mais à ce moment là seulement, ta résolution de revenir dans le primaire est toujours aussi claire, envoie ta demande de réintégration au Recteur. Bon courage en tout cas !
  14. 2 points
    Pour ce qui est des Atsem ou des enseignants en maternelle un seul point me semble incontournable: Le niveau de langue.... Pour que les enfants aient en permanence un modèle riche, correct, voire de haut niveau c'est au moment du recrutement que cela se joue.... J'aime bien y entendre : Y va venir que je soigne, ou y va se faire voir parce que rien à..., ou elle a sept z oiseaux.... Mais je ne suis pas sûre que cela ne nivele pas par les bas.... Pas d'autres choix que d'avoir un recrutement intransigeant pour le niveau de langue orale.
  15. 2 points
    C'est le genre de cliché où je vois d'abord un homme et une femme, je ne me pose pas la question de savoir si l'un est noir, l'autre pas. A aucun moment je n'ai imaginé que l'homme pouvait être assimilé à un animal sous prétexte qu'elle lui pose la main sur la tête. Quand au sourire carnassier, moi j'y vois plutôt un sourire de complicité, voire de jeu érotique avec la femme... comme quoi, on met bien dans une image ce qu'on veut y voir...
  16. 2 points
    Bon ben à première vue notre ministre veut faire le ménage dans les manuels de CP (et surement les autres par la suite ) et dicter aux PE de CP quelles sont les bonnes et mauvaises méthodes ... bref exit notre liberté pédagogique ! je dis bien à 1ère vue car je ne peux accéder à la totalité de l'article .... http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/12/27/01016-20171227ARTFIG00193-blanquer-veut-mettre-de-l-ordre-dans-les-manuels-scolaires.php
  17. 2 points
    Reçu ce mail de SOS-racisme : Je trouve que ça commence à faire beaucoup avec le politiquement correct. Si je ne me suis pas trompé de comptine, il semble qu'il s'agisse de celle-ci : Chang Song J'attends que quelqu'un s'intéresse au cas de "Jean-Petit qui danse" , par exemple (on en trouve d'autres) plus jamais vous ne chanterez cette chanson comme avant... On vit une époque formidable !
  18. 2 points
    Un IEN indigne dans une école indigne.
  19. 2 points
  20. 2 points
    Oh je sais bien. Mais je pensais que les minoritaires existaient un poil. Ils ont la même discussion dans le second degré avec le Snes. Un bon copain qui y est et trouve, à juste titre que le PPCR c'est une arnaque, s'est vu répondre que, quand même, comme c'était le PS au pouvoir, même si c'était pas génial fallait pas trop gueuler sous peine de faire le jeu de l'opposition. Et dès que la droite est au pouvoir ils se refont une virginité en critiquant des trucs qu'ils auraient accepté sous la gauche. Pauvres de nous. Mais ils restent archi-majoritaires et les petits syndicats n'arrivent pas à se développer. C'est dingue le faible degré de politisation de la profession, avec un axiome simple gauche=Bien, droite=Mal. Et on va pas plus loin que ça, alors même que le PS est le parti qui nous a le plus poignardé dans le dos.
  21. 2 points
    Ben si: on fait des maternelles à 20 maximum, on ouvre des classes d'accueil, on arrête l'inclusion irraisonnée et on étudie sérieusement les méthodes de lecture. Ou alors on fait des CP à 12 en pillant les postes dans les écoles ordinaires où on se retrouve à 30 en double-niveau sans pour autant s'attaquer aux vrais problèmes et on attend que ça échoue pour dire que les histoires de création de postes et de baisse d'effectifs n'étaient que des motifs bidons d'instits fainéants.
  22. 2 points
    Dire qu'il n'y a pas de méthode qui fonctionne pour tous les élèves est quand même un raccourci, d'ailleurs, dès qu'un élève de CP a des difficultés (ou un élève de CE1 non "décodeur") "les hautes instances" préconisent une méthode alphabétique, alors pourquoi ne pas le faire pour tout le monde dès le départ histoire que ces élèves ne perdent pas 6 mois avec une méthode mixte qui ne fonctionne que pour les bons élèves (mais vu le nombre d'élèves qui inventent des mots au lieu de les déchiffrer dans les classes supérieures et le manque de fluidité, les méthodes dites mixtes sont-elles réellement efficaces ?). Les orthophonistes qui sont obligés de rééduquer nos élèves qui n'ont pas réussi à apprendre à lire avec nos méthodes utilisent une méthode alphabétique, ça m'interpelle.
  23. 2 points
    Moi, je demande le retrait illico de la chanson " ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne" et de cette publication discriminatoire où l'on voit tous les bretons manger des crêpes, du kig a farz et du Kouign aman
  24. 2 points
  25. 2 points
    Je trouve merveilleux le communiqué de SOS racisme : « On remarquera ainsi que le Chinois n’a des yeux « riquiquis » que par la seule référence – implicite – aux yeux de l’auteure de la comptine qui pose donc son apparence en norme dont certains s’écarteraient (définition de l’anormalité…). » On remarquera ainsi que la comptine n’a de connotation « raciste » que par la seule référence explicite à... une hypothétique référence implicite, qui n’existe probablement que dans les fantasmes de l’auteur du dit communiqué, qui pose donc son interprétation littéraire en norme. Lequel se permet lui-même au passage une gentille dérive racialiste, sinon carrément raciste, en présumant que l’auteur de la comptine n’a pas elle-même « les yeux riquiqui ». Parce que, bon, ce n’est pas comme si les Chinois savaient écrire ou manier l’autodérision, hein !
  26. 2 points
    Franchement, ces professeurs sont juste incompétents et montrent une bien piètre image de notre métier. J'ai honte pour eux... Quel manque de préparation et quel amateurisme ! Et je rejoins Tinsel sur l'idée que l'interruption du film est encore plus violente encore que les images qui pourraient être véhiculées : un bon prof doit savoir rebondir, ouvrir le débat, la discussion... c'est juste SON métier... Edit : et quelle déception sans doute pour les enfants (au delà de l'élève) qui auraient sans doute voulu connaître la fin, sans se soucier de religion ou autres... c'est bien une affaire d'adultes ça...
  27. 2 points
    Moi je trouve anormal que les enseignants aient amené leurs élèves voir un film dont ils ignoraient tout! J'ai vu la bande annonce de ce film et je vois l'affiche. Si on fait le choix d'y amener ses élèves, c'est en connaissance de cause. Là pour les élèves, ça fait vraiment bizarre, film interrompu comme s'il montrait des images obscènes ou violentes...
  28. 2 points
    Je partage les doutes de Goëllette, je ne suis pas sûre que la directrice ne serait pas inquiétée. Cela ne signifie pas que je trouve ça normal, mais il me semble que sans écrit la protégeant, on pourrait lui reprocher d'avoir autorisé la sortie de la classe avec un enseignant qui ne connait pas les élèves. @maolechaPeut-être que tu es particulièrement à l'aise avec l'activité piscine. Je trouve quant à moi qu'elle est bien plus dangereuse que gym par exemple. Là où je travaille, les enseignants prennent en charge des groupes à la piscine. Je ne me vois pas prendre en charge un groupe d'élèves pour une activité natation, sans même être capable de reconnaître les élèves sous les bonnets, sans pouvoir interpeler un enfant dont je ne connais pas le prénom etc. Et effectivement, si mon cycle piscine commençait le 3 septembre, ce que je n'ai jamais vu, je n'irais pas à la première séance.
  29. 2 points
    Moi, je ne sais pas si c'est bien ou pas de gagner de telles sommes, si les responsabilités font que c'est normal ou pas... Ce que je sais, c'est que sans nous, les "petites mains" de l'EN, machinette n'aurait pas retrouvé le sourire depuis quelques jours parce qu'elle sent qu'elle peut y arriver grâce à sa nouvelle maitresse. Petitquin'aimepaslapiscine n'aurait pas découvert qu'il flotte. Grandequiaredoubléetquiestpersuadéequ'elleestnulle sait que sa maitresse vient se mettre assise à côté d'elle de temps en temps pour s'occuper d'elle et l'aider à avancer. MoyenneTDAH est stimulée et félicitée régulièrement par sa maitresse qui a passé 30 mn avec son orthophoniste au téléphone pendant que son homme cuisinait, encore. Grossetête se lance dans la programmation informatique parce que sa maitresse sait qu'elle a besoin de ça. La maitresse réexplique comment on accorde le verbe. Tous les jours jusqu'à ce que ça rentre. Elle réexplique les complément à 10, même si en cm, c'est pas normal qu'on ne les sache pas. Autant qu'il faut. Elle parle au parent en souriant tous les jours. Autant qu'il le faut. Elle réserve les visites. Parle aux parents, encore avec le sourire. Secoue ceux qui sont subitement frappés de paresse. Secoue pour faire apprendre les leçons. Parle anglais le matin, chante l'après-midi, bricole pour Noël dans son salon. Fait des PPRE. Remplit, ou essaie de remplie, un LSU qui est encore en maintenance....Elle encourage à la piscine. Achète un dvd pour le dernier jour. Va acheter des nouveaux livres. etc etc etc..... Et la maitresse? Elle ne mérite pas une toute petite augmentation, juste pour le principe? Des remerciements, juste sincères? Juste pour lui redonner le sourire. Juste pour savoir que quelqu'un, quelque part, sait que sans elle, l'EN tournerait un peu moins rond? Moi, j'm'en fiche que mon ministre soit millionnaire....
  30. 2 points
    Ce qui me vient comme ça, c'est surtout que ta collègue n'était pas en droit d'accompagner son élève avec les pompiers. Elle t'a laissée seule avec 43 élèves à la piscine... Donc toi tu as géré comme tu as pu. Je pense que tu as eu raison de stopper la séance.
  31. 2 points
    J'ai un peu de mal à comprendre ce genre de message. On peut très bien imaginer qu'être ministre c'est aussi 10 fois plus de responsabilité, voire de boulot, qu'un PE... Là, pour le coup, ça ne me choque pas vraiment. Même si par ailleurs, j'aurais bien des choses à reprocher à ce monsieur... Voir par exemple : http://www.europe1.fr/politique/education-blanquer-estime-mener-la-politique-la-plus-sociale-et-progressiste-depuis-20-ans-3522710.amp
  32. 2 points
    L'ambiance dépend toujours de deux personnes. Elle ne doit pas travailler pour être aimée mais pour faire son travail. Si tu n'as pas de raisons d'avoir de contacts professionnels avec elle c'est dommage pour elle mais cela ,ne peut pas rendre l'ambiance mauvaise puisque vous ne travaillez pas ensemble. L'affect n'a rien à faire dans une relation professionnelle, la politesse oui , tu dis bonjour, au revoir s'il te plait merci et puis cela se résume à cela . Si elle veut connaitre ta vie privée et bien c'est raté, si elle veut partager les repas et bien c'est raté, si elle veut des étrennes cela n'existe pas pour les fonctionnaires.
  33. 2 points
  34. 2 points
    Même avis. Le fait qu'elle soit dans ta classe ne doit pas être simple à vivre pour elle non plus. Je sais que la vie est compliquée, mais ne pourrais-tu pas l'année prochaine faire en sorte qu'elle ne soit pas dans ta classe? Je sais ce n'est pas facile...
  35. 2 points
    Nous en avons un RASED sur l'école . Ce qui engendre 6 Conseils des Maitres sur les enfants en difficulté, où chacun est prié de pointer sur sa liste de classe les mômes en perdition. Le psy et le maitre E notent dans leur cahier. et ça s’arrête là. Jusqu'à la prochaine fois ... Le maitre E, nous n'arrivons plus à nous obliger à lui envoyer des mômes. Pourtant, il y a des besoins Mais, non respect des compétences et des objectifs demandés et validés ensemble. C'est usant ...Je suis en mater, ce sont des GS. On lui demande de bosser sur le langage oral : on se rend compte ( par hasard, car pas de retour) qu'il leur faire faire une fiche de graphisme, une fiche où il faut repérer le son [an], une fiche où il faut écrire son prénom en cursif (pas encore travaillé en classe), etc ... Nous ne voyons aucune amélioration suite à ces prises en charge. Nous finissons par préférer avoir les enfants en classe pour les faire bosser.
  36. 2 points
    J'ai personnellement la chance d'avoir été formée dans un autre temps, celui des Ecoles Normales, où on ne m'a jamais appris à mépriser mes collègues titulaires, contrairement à ce qui s'est passé ensuite. En plus, nous avions beaucoup de stages en observation (pas seulement dans des écoles d'application) et en responsabilité, ce qui nous permettait de nous rendre compte de la réalité du terrain et de ce qui fonctionnait. J'ai ensuite été titulaire à la création des IUFM, et nous voyions débarquer des "jeunes", moins jeunes que les stagiaires que nous avions été, qui remettaient systématiquement en cause le fonctionnement du collègue qu'ils venaient observer ou remplacer (Je me souviens du bruit des tables dans les classes d'à côté et surtout du bruit des élèves devenus complètement hystériques alors qu'ils étaient calmes d'habitude.) et n'acceptaient pas de conseils des anciens. C'était parfois la faute de la pression mise par les "formateurs", mais aussi celle de la licence (nous avions au mieux un "petit DEUG") qui leur faisait penser qu'ils nous étaient supérieurs (alors que dans le même temps, le niveau du BAC avait considérablement baissé, de même que celui des études universitaires, donc qu'il n'y avait de supériorité que dans leur tête). Depuis la disparition des IUFM et la création des PES (et même depuis les stages en situation d'un jour des PE2 dans les écoles de 4 classes pour décharger les directeurs), je trouve que les "jeunes" collègues sont redevenus plus humbles, plus respectueux et plus demandeurs de l'aide des "anciens". Mais ils sont aussi beaucoup plus perdus.
  37. 1 point
    +1 Et je rajouterai la "territorialisation" au travers notamment des rythmes scolaires version Peillon/Hamon/Blanquer...L'école des territoires n'est pas une école Républicaine, elle devient une école clientéliste tenue par les petits barons locaux et les parents.
  38. 1 point
    Informe ton IEN et ton syndicat.
  39. 1 point
    Attention de bien le choisir, car pour les syndicats majoritaires ces dispositions sont issues du nouveau décret sur nos ORS (ernier cadeau de NVB datant du 31/03/2017, soit une semaine avant le 1er tour de la présidentielle) rajoutant à ces ORS , "des missions" sans en spécifier le contenu...Cela fait des années que le snudi fo s'alarme de ces nouvelles ORS, les faits concrets commencent à se faire ressentir sur le terrain.
  40. 1 point
    J'ai peur de ne pas être aussi optimiste que toi .... Pour la formation continue, on repassera à mon avis. Je pense que c'est plutôt le début d'une réflexion visant à faire de notre école maternelle des jardins d'enfants gérés par les mairies et encadrés par du personnel municipal. Les PE pourront toujours être recasés sur les CP et CE1 à 12 ....
  41. 1 point
    Je fais ça dès que possible elle date de l'année dernière par contre. Je ne redemande pas cette année.
  42. 1 point
    Non mais de toute façon, qu'est-ce que cela peut bien faire ce que pense cette inspectrice? Faut pas chercher bien loin, on nous parle de liaison école-collège mais il y a un certain mépris du secondaire vers le primaire, dans la tête de pas mal de personnes....Fais ce que tu as envi, et son rapport tu le mets sous la gamelle du chat pour ne pas salir ton carrelage.
  43. 1 point
    Isabelle je ne comprends toujours pas ce que tu veux dire à part que tu es archi politisée et que tes propos me semblent franchement exagérés. Va vivre en Corée et tu verras que cela n a rien à voir.
  44. 1 point
    Effectivement, la liberté pédagogique n'a le droit d'être mise en œuvre qu'à partir du moment où on respecte le constructivisme dont les résultats quant à son efficacité sont pourtant très décevants quand on se réfère aux études un peu sérieuses sur le sujet... On entend encore dire aujourd'hui par de nombreux enseignants que nous adultes, lecteurs experts, lisons de manière globale, je trouve dommage de ne pas se mettre à jour, les données actuelles de la science sont pourtant assez claires.
  45. 1 point
    Un, deux, trois... Un Agatha Christie que je ne connaissais pas.
  46. 1 point
    Le cycle piscine ne commence jamais la première semaine, justement pour qu'on prenne le temps de connaître les élèves.
  47. 1 point
  48. 1 point
    Bien sûr que l'inclusion est un piège. Pour une partie des élèves c'est utile. Pour un nombre non négligeable ça se retourne contre eux. Mais ça permet de faire des économies et de satisfaire les associations de parents. N'oubliez pas les propos de Bernard Lejeune, directeur de cabinet de NVB "Si vous n'êtes pas pour l'inclusion, vous êtes pour l'exclusion". Certains syndicats parlent d'apartheid à propos des Segpa qui devrait être un dispositif supprimé et tous les élèves inclus dans les classes ordinaires. Ne soyons pas naïfs, les associations de parents, très puissantes, font de l'entrisme à l'EN mais surtout au ministère de la santé. Un élève en classe "ordinaire" avec AVS coûte deux fois plus cher qu'un élève sans AVS. Mais dans un établissement spécialisé, IME, ITEP, hôpital de jour, c'est 4 à 6 fois plus cher. Donc, bien évidemment, l'Etat est gagnant avec l'inclusion. C'est toute la perversité de la loi de 2005. Cette loi a été adoptée à l'unanimité et Chirac s'est frotté les mains, il s'est donné une image de type généreux, tout en faisant plaisir aux associations de parents et en recevant un satisfecit de Bercy. Pendant ce temps, les délais d'attente pour consultation dans les centres médicaux s'allongent. Est-ce-qu'un jour on comprendra qu'il ne suffit pas de poser un gamin dans une classe pour qu'il réussisse comme les autres, comme si c'était un sachet de thé et qu'il suffise qu'il infuse au contact des autres ? Est-ce-que l'on se pose la question quand un gamin a une leucémie ou besoin d'une dialyse ? non, il va à l'hôpital, on fait les soins et on adapte la scolarité. Mais pour le retard cognitif ou la pathologie mentale c'est moins visible, il n'y a pas de danger de mort sous 24 ou 48 heures donc on fait n'importe quoi. Et ensuite on accuse les enseignants des classes "ordinaires". La réponse magique du ministère et de la hiérarchie étant "différenciation" sans jamais montrer comment faire. Évidemment puisque c'est loin de suffire.
  49. 1 point
    Quand je dis frontal, c'est un terme générique pour désigner tout ce qui parait old school pour les ESPE. Tu parles de confort et je pense que c'est important d'y penser, parce que l'on doit tenir jusqu'à nos..... 67 ans (pour moi du moins). je ne sais plus quel membre EDP disait l'autre jour que nous devons vivre ce boulot comme une course d'endurance et pas une course de vitesse. Ménageons nous. Je ne pense pas que ce soit dommageable pour les apprentissages de nos élèves. Moi j'ai compris bien trop tard que je suis en fait une maîtresse pépère pantoufle. Dans mes jeunes années je m'excitais à mettre en place des modalités folles (les ilôts, les groupes de travail, etc). Pfff, je n'étais pas prêt à ça. C'était trop tôt et je me suis épuisée pour .... rien je pense.
  50. 1 point
    J'étais taquine, mais je pense que la taille des salles de classe et de la cour de récréation a également une influence.
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00