Top du site


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 18/07/2017 dans Messages

  1. 3 points
    bonjour tout le monde, et bienvenue aux nouveaux! Quelle belle diversité que celle de tous nos profils en quête de reconversion! Quelle belle motivation que la nôtre dans notre désir d'accompagner le développement des enfants! Oui il y a une part de risque à lâcher une situation établie pour un rêve impalpable. Mais c'est long une vie quand on assume des choix qui ne nous conviennent pas/plus. Et quel en est le sens? Quand une situation me pèse ou me pose problème, je l'envisage sous l'angle de mon lit de mort: est ce que cette situation problématique pour moi aujourd'hui aura été assez importante pour y être évoquée à l'heure du grand bilan? Si oui, cela mérite que je mette en oeuvre des changements, sinon, je dois la reléguer au second plan, avancer, continuer mon chemin sans me laisser pourrir la vie par un problème "accessoire". Clairement, l'avis de mon entourage appartient à la deuxieme categorie, et poursuivre mon metier à contrecoeur, à la premiere. Bien sûr qu'il existe des contingences matérielles qui brident nos désirs. Mais nos vies sont ce que nous en faisons, et l'idée de ne rien en faire par peur m'est insupportable. J'ai longtemps craint d'échouer, puis je me suis demandé ce qu'il arriverait si le cas se présentait. Et bien, je re tenterais pardi! Hauts les coeurs les amis! Si votre chemin, c'est le CRPE, marchez vers lui! Qui sait dans combien de temps viendra notre heure?
  2. 3 points
    Le glissement entre propos privés et propos publics n'est pas anodin. Cet IEN n'a pas complètement tort en exprimant qu'à partir du moment où on donne son opinion en tant que professeur ou directeur, cette opinion peut laisser croire que c'est le fonctionnaire qui critique l'institution et donc dépasse son devoir de discrétion. Je rappelle que nous n'avons AUCUN devoir de réserve, qui n'existe pas pour nous qui ne sommes pas fonctionnaires d'autorité. Nous avons donc parfaitement le droit de critiquer comme nous le voulons et de la manière qui nous sied notre institution tant que nous ne sommes pas dans l'insulte ou autre. Cet IEN a totalement tort légalement, a presque raison moralement. Il se mêle surtout de ce qui ne le regarde pas. Néanmoins j'engage tous les professeurs et directeurs d'école (qui ne sont pas fonctionnaires d'autorité) à se méfier de leurs comptes Twitter ou Facebook, tant il est facile d'extraire un propos de son contexte. J'en ai été victime récemment. Mon conseil dans ce cas précis: laisser tomber; cet IEN ne peut RIEN faire sans s'engager d'une manière qui lui sera ensuite reprochée dans un système qui le dépasse.
  3. 2 points
    Bonjour, je vous propose de commencer à réunir les adresses mails (plus pratique que de venir sur ce forum à chaque fois) et les adresses postales des écoles, pour l'envoi des courriers. Par message privé bien sûr. Je vous renvoie le fichier complet dès que j'ai tout le monde, en espérant que toutes les régions soient pourvues d'ici le début du projet. Je comptais d'ailleurs publier sur Facebook dans le groupe des 800 000 feignasses, mais j'attends que tout le monde rentre de vacances
  4. 2 points
    Je suis bien d'accord avec toi; du bruit, de fortes contraintes, peu de liberté d'agir, peu d'attention individuelle.... Et finalement c'est le cercle vicieux, car puisque c'est proposé à moindre coût par rapport à d'autres solutions, c'est ce que les parents utilisent et je crois que beaucoup pensent aussi que c'est une bonne solution (puisqu'elle est offerte). Si les communes ne s'employaient pas à proposer un mode de garde peu cher finalement (par rapport aux autres solutions disponibles) et facilement accessible presque 52 semaines par an et de 7h à 19h, les parents trouveraient d'autres solutions, ne penseraient pas que c'est "la norme" et ça ferait peut-être avancer les choses.... Pour ce qui est des vacances, pour MON confort, j'aimerais des vacances plus courtes, mieux réparties (par exemple 3 semaines à Noël qui sont des vacances épuisantes en plein hiver/manque de lumière, la période d'après est toujours la plus compliquée pour moi) et des journées plus courtes...
  5. 2 points
    Je pense qu'il faut que nous stoppions de penser en terme de bien être des enfants dans cette histoire de rythmes! Tout cela n'est qu'une vaste fumisterie! Pensons en priorité à nos conditions de travail!!!! Dans un premier temps, retour pour tous aux 4 jours! Dans un second temps, se battre pour conserver nos vacances! Refuser les 4 jours pour préserver les vacances, c'est se tirer une balle dans le pied!! Et j'en ai marre des sacrifices: voilà 5 ans que nous subissons les 4,5 jours (ma fille et moi) et maintenant on nous parle de raccourcir les vacances....mais jusqu'à quand serons nous corvéables ? PE est un job, pas un sacerdoce !
  6. 2 points
    C'est sans doute très subjectif. Je trouve que le message est destiné à des ados et pas à des enfants de cm. Pareil pour la vidéo.
  7. 2 points
    ... Nous avions évoqué le manque de textes adaptés aux Petits dans notre démarche... Je vous propose une adaptation de "La sieste de Moussa" (Zemanel, Ed. Père Castor Flammarion) texte auquel j'ai essayé d'associer un questionnement basique concernant surtout les désirs des personnages et faisant suite à une phase de restitution... Le découpage en quatre épisodes suppose quatre séances au moins... La sieste de Moussa_version EDP.pdf Vous me direz d'ici quelques semaines ce que vos Petits (ou les Moyens) auront pensé du problème de Moussa...
  8. 2 points
    Qu'on cesse de jouer les justiciers, entièrement d'accord. Pour autant, ce n'est pas de cela qu'il s'agit ici, mais de trouver, très égoïstement, le meilleur moyen d'empêcher une menace potentielle à notre égard de devenir immédiate et réelle. D'autre part, plus généralement, l'argument "pourquoi commencer par X alors que Y et Z ne valent pas mieux ?" ne peut conduire qu'à promouvoir la passivité totale : il y a toujours pire quelque part. Mais il y a aussi des situations inacceptables, et qu'on a les moyens de régler.
  9. 2 points
    TF1 au service du gvt, pour bien ancrer dans la tête des gens que nous avons trop de vacances (nous qui ne faisons déjà pas grand chose), et nous en prendre prochainement...
  10. 2 points
    Bonsoir, une collègue de Corse nous rejoint sur le projet: Elizabeth avec une classe de CM1-CM2
  11. 2 points
    Oh non tu n'es pas le seul ! Ce que JoCool a écrit en est la preuve et ce sont d'excellents conseils ! Me concernant ce n'est pas simple non plus....mes proches ne m'encouragent pas du tout, mis à part mon mari bien sûr. Pour tout te dire, j'ai fait une prepa puis j'ai intégré une école de commerce. Pour cela, je me suis endettée et mes parents m'ont également beaucoup aidée. Alors quand je leur ai dit que je changeais de voie et que je voulais passer le crpe....aïe. Ça ne fait pas plaisir de ne pas se sentir épaulée mais franchement après réflexion je me dis qu'ils ne me feront pas changer d'avis parce que je ne suis pas bien dans les RH et je veux vraiment réussir en tant que professeur. J'ai su très vite que les Ressources humaines et le monde de l'entreprise n'étaient pas pour moi...je ne regrette pas mes études et mes choix passés mais s'il y a bien quelque chose que je regrette amèrement c'est de n'avoir pas plus rapidement changé de voie de peur du regard des autres....j'ai perdu assez de temps maintenant je pense à moi. Alors tu vois, il faut penser à toi et à ton bonheur....pas à l'effet que ça fera sur les autres. Ils finiront par comprendre que c'est pour ton bien.
  12. 2 points
    Je ne peux pas parler de l'école Hattermer, que je ne connais pas. Je peux par contre répondre avec honnêteté "Une école Montessori (pour l'élémentaire)? Et pourquoi donc?". Pour renforcer encore un peu plus le côté solitaire que peuvent avoir ces enfants? Connaissez-vous (je me garde le "tu", généralement de mise entre enseignants) réellement cette pédagogie? Avez vous lu Maria Montessori ? Avez vous assisté à des cours donnés en géographie, par exemple, par des formateur Montessori ? Tout y est cadré à l'extrême. Bien souvent, l'enfant observe pour reproduire. Quand le Hp aime découvrir et chercher. On aurait dit Freinet (dont je mets en pratique un certain nombre d'idées), j'aurais mieux compris. Pour ma part, et après avoir lu un certain nombre de vos interventions sur différents posts, je m'autorise à rompre la discussion avec quelqu'un qui manifestement ne partage ma "foi" ni en l'école publique, foyer de tant de belles choses souvent insoupçonnées, ni en ses enseignants.
  13. 2 points
    je m'interroge où travailles tu? quand je dis où j'entends quel pays? ou quelle structure? En France dans le public c'est ainsi un directeur est un enseignant avec une mission de direction et son temps de décharge de classe augmente avec le nombre de classes que contient l'école. ON peut le déplorer, le critiquer.... en entendant comme je l'ai écrit plus haut il faut que l'on travaille dans le conditions nommées et avec le matériel présent dans l'école donc nous faisons comme nous pouvons et pas par défiance envers les parents, ni malveillance envers les élèves.
  14. 2 points
    Aujourd'hui, un syndicat est majoritaire lorsqu'il endosse le rôle d'une administration bis. Il aide à remplir le mouvement, il annonce les résultats des CAPD personnellement...et les gens ne voient pas plus loin. Les votes obtenus sont des votes de remerciement pour un service de proximité rendu. En revanche, lorsqu'on aborde les orientations nationales de ces mêmes syndicats, cela passe au dessus de la tête de beaucoup...nos syndicats majoritaires ne sont donc pas du tout représentatifs sur ces orientations nationales. Notre profession est une profession de moutons... il n'est pas rare de voir des collègues râler contre les 4,5 jours et voter pour le SE, le SGEN ou le SNUipp cette situation est aussi, parfois, la faute à certaines sections minoritaires, qui, notamment, par une communication agressive effraie certains d'entre nous.
  15. 2 points
    Non, l'inclusion nest pas une bonne idée. L'école n'est pas un centre d'accueil, un "lieu de vie" cher à Philippe Meirieu, elle n'est pas non plus un centre de soins. Elle ne peut être qu'un lieu d'instruction. Quand l'instruction devient impossible, elle perd sa raison d'être.
  16. 1 point
    ça n'effraiera que ceux qui ont déjà l'habitude de ne pas ouvrir leur bouche !
  17. 1 point
  18. 1 point
    Autrement, je te propose une méthode plus amusante et plus formatrice que juste "avaler de la grammaire". Tu te balades sur les forums (même sur celui-ci...) et quand ça te pique les yeux, cherche pourquoi. Tu as la chance d'écrire correctement, la grammaire te sera facile à acquérir. Je sors aussi d'une école d'ingénieur, et je suis arrivée au concours de PE en écrivant correctement, mais sans notion de grammaire. Je ne suis donc pas du tout convaincue de l'utilité de la grammaire pour bien écrire. Surtout quand je vois ici des collègues gloser à n'en plus finir sur le prédicat, tout en écrivant "j'ai oublier"...
  19. 1 point
    Le Grevisse de l'enseignant ? Regarde si cela peut te convenir...et pour l'orthographe tu peux voir à t'inscrire sur le projet Voltaire...
  20. 1 point
    Le sommaire ne donne pas grand chose! Voici la PG de la période1. La suite en MP si ça te dit. PÉRIODE 1 – SEPTEMBRE-OCTOBRE INTENTIONS PÉDAGOGIQUES – Approcher intuitivement puis structurer la notion de phrase. – Approcher intuitivement la forme négative. – Approcher intuitivement les groupes dans la phrase. – Approcher intuitivement les chaines d’accord. – Approcher intuitivement la notion de pronom (qui désigne ou remplace) puis la structurer. – Approcher intuitivement les constituants du groupe nominal. – Travailler sur l’ordre alphabétique. ACTIVITÉS Dans le texte – Trouver le nombre de phrases, le distinguer du nombre de lignes. – Trouver qui est désigné ou remplacé par les pronoms sujets. Manipulations syntaxiques – Écrire des phrases à partir de groupes de mots donnés. – Transformer des phrases affirmatives en phrases négatives et vice versa. – Transposer des textes en changeant la personne (au présent). – Collecter des phrases au présent avec les pronoms personnels et/ou des groupes nominaux sujets, des groupes nominaux. – Constituer des affiches collectives avec la conjugaison des verbes être, avoir, aller au présent. Vocabulaire Aborder l'ordre alphabétique, le mot-étiquette, le sens des mots en contexte, un mot ayant plusieurs sens, les synonymes, le sens contraire, les homonymes, les champs lexicaux, les mots de la même famille, les expressions imagées. Progression et programmation TEXTES TRANSPOSITIONS SYNTHÈSES Semaine 1 Loup-Rouge Louve-Rouge Moi, Loup-Rouge Semaine 2 Rêve de chat Clara et Manon Rêve de chatte Semaine 3 Que mange le cochon d’Inde ? Les cochons d’Inde Moi, le cochon d’Inde Semaine 4 Pluche, le petit lapin gris Pluche et Pluchette Moi, Pluche, le lapin gris Semaine 5 La petite poule Les deux petites poules Semaine 6 Zoo à la maison Natacha et Laura, Marjolaine et Hélène, etc. La pronominalisation Semaine 7 Évaluation – la phrase, la pronominalisation fort avec la lecture et l’écriture permet aux élèves de réinvestir les connaissances grammaticales acquises et d’atteindre les compétences définies dans les programmes 2016 en lien avec les domaines 1 et 2 du socle commun de compétences.
  21. 1 point
  22. 1 point
    Je trouve cette étude bien étrange. En effet, il me semble que l'éducation, le comportement et la mentalité des petits copains de ses enfants passent chez les parents avant les performances scolaires de telle ou telle fréquentation. Il existe des enfants très bons à l'école car poussés en cela à la maison, qui ont une mentalité exécrable et inversement de pauvres gosses bien en peine avec les apprentissages, qui ont un cœur en or et sont de merveilleux amis. Bon, il y a aussi d'excellents élèves à la mentalité irréprochable et de très mauvais élèves absolument infréquentables voire dangereux, mais ce n'est pas la question. En clair c'est la question même de l'étude qui me semble inappropriée.
  23. 1 point
    Si tu habites dans le Nord-nord-nord, à voir... Mais dans une région du sud, une collègue avait eu la désagréable surprise de voir toutes les pages des cahiers devenues blanches après avoir passé quelques heures dans sa voiture en plein soleil. La bonne blague quand elle a du rendre les cahiers aux gamins !
  24. 1 point
  25. 1 point
    Dans mon école, des cas similaires se produisent de temps en temps (gens du voyage, séparation, déménagement...) et dans ce cas là, la procédure à suivre est la suivante : il s'agit d'une inscription provisoire sur le registre des élèves inscrits ( avec un mail "Pour information, ..." à ton ien dès son arrivée) et seulement une inscription sur onde lorsque l'inscription sera définitive (certificat de radiation de l'ancienne école) . Certes, cette situation n'est pas très pratique ni pour l'élève ni pour les deux enseignants mais on ne peut pas refuser de l'accueillir, ce n'est pas les valeurs de notre école républicaine.
  26. 1 point
    Il y a aussi la possibilité d'avoir un autre poste pour ceux qui en ont marre. Pour un poste adapté, c'est aussi une possibilité que l'on peut avoir en passant par un dossier d'aménagement de poste. C'est ce que j'ai fait cette année puisque je suis dorénavant handicapée. Je ne peux plus tenir debout plus de 20 minutes ni même marcher plus de 25 minutes... Tu as beaucoup de chance d'avoir trouver un métier qui te convienne. Moi, ce n'est pas mon cas. J'espère que ce poste te conviendra au mieux. Comme je le disais, ce dossier ne peut se faire que 3 fois dans la carrière entière d'un enseignant. En général, les gens qui comme moi ont " la chance " d'avoir des heures en moins passent par un comité médical. On prouve par des ordonnances, des avis médicaux ce que l'on a et, bien entendu, on doit avoir une RQTH. Le problème, c'est que les veines de mes jambes ne repousseront plus, ni mes poumons. Le stress éprouvé par un mini cancer n'a pas arrangé les choses non plus.Croyez-vous que 3 ans c'est suffisant pour quelqu'un qui sait pertinemment qu'à la 4ème année, elle ne pourra plus enseigner - et encore si on donne cette opportunité car c'est rare d'obtenir quelques heures ? Je ne veux plus m'accrocher. J'ai 29 ans de carrière, j'en aurais presque 30 l'an prochain en septembre. Effectivement Natoo, c'est risqué d'abandonner le fonctionnariat. Mais j'ai de nombreuses personnes fonctionnaires autour de moi, qui me parlent de leur travail et je ne veux pas avoir ce type de travail. Surtout ce que l'on me proposait en collège ou en lycée - car dès le départ, ils savent plus ou moins ce qu'ils ont en réserve et te proposent des choses. Une dispo te permet de partir (il faut déjà l'obtenir ce qui est quasi rarissime dans mon académie) mais sans un sou. On peut effectivement la demander pour plusieurs années de suite mais on peut aussi te la refuser. Là, je peux demander -si ça existe toujours et si on veut bien me laisser partir car il faut qu'il acceptent ma démission, une indemnité de départ volontaire ce qui me permettra de manger quelques mois si mon auto-entreprise ne fonctionne pas. Pour le moment, cette IDV existe toujours mais avec un nouveau gouvernement, on ne sait jamais. Travailler chez moi, à mon rythme me paraît la meilleure solution. Je n'aime pas mentir: m'accrocher à mon dossier, avoir un travail que je ne vais pas aimer, pour finalement être mal et finir à 57 ans à tout prix bien cassée...bof - car j'ai beaucoup parlé avec les personnes qui ont soutenu mon dossier et posé toutes les questions sur ce qui m'attendait. Ce qu'ils m'ont proposé, c'était un travail d'agent administratif plus ou moins en collaboration avec un principal ou un proviseur le tout lié à mes compétences avec les enfants, et oui, encore un travail lié avec des élèves, des parents mécontents... tout ce que je fuis. Alors peut être que l'an prochain, ils auront mieux à me proposer mais je ne me poserais même pas la question de refaire un dossier. J'aimerais beaucoup que quelqu'un qui a déjà vécu un départ, me répondre au sujet de la retraite. Certes, je vais cotiser lorsque je vais faire mon auto entreprise et je suppose que je toucherais la retraite d'auto entrepreneur qu'à 65 ou 67 ans. Mais qu'en est-il de la retraite cotisée en tant qu'enseignante à laquelle j'ai le droit logiquement à 57 ans ?
  27. 1 point
    Je serai déchargée un tiers du temps l'année prochaine pour la deuxième année. Un seul constat : ce n'est pas facile du tout pour l'organisation en effet ! L'an dernier, nous avions beaucoup galéré à mettre en place un emploi du temps : nous étions deux directrices déchargées à 33% et une collègue qui était à 75%. La directrice et la collègue étaient dans une autre école que la mienne avec des horaires différents... Conclusion : j'avais un jour et demi par semaine, le lundi et le jeudi matin et je devais "rendre" 3 jeudis matins dans l'année à ma décharge. Je n'aimais pas du tout revenir dans ma classe le jeudi après-midi, ça faisait bizarre. Et ma décharge changeait d'écoles et de communes entre midi et deux et elle passait de mon CP/CE1 à une classe de cycle 3. Cette année, nouveau regroupement : ce sont trois tiers, deux tiers pour des directrices et un tiers pour une PEMF. Le tout dans trois écoles différentes et dans trois communes. Les deux autres reviennent aux quatre jours, pas moi.... Du coup, j'ai un jour fixe par semaine et le mercredi matin (toujours en en "rendant" 3 dans l'année) et les autres ont galéré pour s'organiser. Je pense que le mieux est la régularité avec un temps de décharge équilibré. C'est-à-dire si c'est possible 1 jour et demi par semaine, avec des matinées à rendre si besoin dans l'année ou des après-midi en plus pour faire le bon compte. Parce qu'être déchargée 1 jour pendant deux semaines, c'est un peu court et puis 2 jours une semaine, c'est un peu trop. Un emploi du temps régulier permet aussi à la personne qui nous décharge d'être autonome dans ses domaines (faire géo une fois toutes les trois semaines, bof quoi), autrement, c'est plus de boulot de classe pour nous je trouve.
  28. 1 point
    J'étais inspectée cette année et le sujet a été abordé lors de l'entretien (j'avais anticipé dans le questionnaire préparatoire puisqu'il était demandé de fournir cet inventaire lors de l'inspection). Je confirme que la Mairie se doit de tenir l'inventaire du mobilier et du matériel informatique (autre que le "petit matériel" acheté sur budget classe comme une souris ou une cle USB par exemple) et que le directeur ne se préoccupe que du matériel pédagogique non périssable (matériel EPS par exemple). Enfin, c'est comme ça dans notre commune. L'inventaire de l'OCCE est tenu par un adjoint chez nous. Mon inventaire est simple... il est constitué d'une chemise par année civile avec les factures du matériel acheté. Dessus, on a le descriptif, la date, le prix, le fournisseur... je les range dans l'ordre chronologique. S'ajoute à ça bien sûr le fichier excel du budget en année civile (qui reprend les mêmes données). Pas besoin d'une triplette...
  29. 1 point
    Sérieux, à un moment, faut arrêter de se plaindre ! 🙃 Les jours fériés pendant les vacances, on se plaint. les jours fériés juste après les vacances, on se plaint. Les jours fériés qui ne s'enchaînent pas bien à notre goût, on se plaint. Ne pas avoir le pont (alors qu'il se trouve juste après 2 semaines de vacances !) , on se plaint. Mais si on avait eu le pont, il n'y aurait eu qu'un jour travaillé dans la semaine, alors on se serait plaint aussi...
  30. 1 point
    Ce ne serait pas normal qu'on change les règles sans en avoir parlé avant de passer profs des écoles. A l'époque où je suis devenue prof, c'était bien 15 ans. Je n'ai jamais vu de textes qui disait le contraire. De plus, comme je l'ai dit, quand on demande à un syndicat de faire un calcul de la retraite, ils se basent sur 15 ans en actif. Je l'ai refait cette année, sachant que je voulais partir en fin d'année prochaine. Et je le referai faire si le nouveau gouvernement met en place le système des 25 meilleures années ou autre.
  31. 1 point
    Jamais entendu parler. Mais ici mes zouaves seraient ravis et à mon avis le tiendrait beaucoup plus mal que si c'était le sien (vu que 1. les parents ne le verront pas et 2. dans quelques jours je ne verrai plus ce truc) ...
  32. 1 point
    Un prof qui a enfilé une journée de classe, la cantine et l'étude doit être au taquet pour une réunion à 18h.
  33. 1 point
    Désolée mais les 4 élèves qui ont "sauté" une classe étaient tous testé HP (par des psy du publics, les nuls, mais aussi du privé alors tout va bien) Faut-il continuer de répondre à ce troll qui pollue les sujets sans jamais apporter de solutions, juste des critiques, les solutions que j'ai vues étant le miracle "privé". En fait j'ai même l'impression que lorsqu'un début de conversation construite apparaît, il tacle pour revernir à son niveau habituel.
  34. 1 point
    "Si l’organisation de la semaine d’enseignement dans le 1er degré devait revenir à 4 jours, comme vos annonces ont pu le laisser penser, la FCPE en tirera toutes les conséquences et appellera les parents à se mobiliser sur l’ensemble du territoire, dans l’intérêt des enfants" Et elle est où? Et elle est où ? Et elle est où? La FCPE la, la, la, la 😂😂😂😂😂😂
  35. 1 point
    clerissalak

    NAP

    Alors sur le lot d'écoles que j'ai fait, j'ai vu beaucoup de claé comme avant. Sur le temps TAP ils faisaient des projets : réaliser une fresque sous le préau, préparer le spaectacle de fin d'année etc. Une seule avec des animateur, enfin un par période, tir à l'arc / tennis / théâtre pour une vingtaine d'enfants. Et j'ai vu une école (celles du village où je fais construire) avec rien de tout cela, juste des enfants libre de jouer à ce que bon leur semble, des jeux de société à foison (plus ou moins vieux ) des jeux d'extérieurs (molky / corde à sauter /craies / ballons / balles / croquet... ) des livres, des coloriages, une table avec des loisirs créatifs et voilà. Et je n'ai jamais vu des enfants aussi heureux de rester au clae ! D'ailleurs c'est ce qui me fera réfléchir à ne pas mettre mon enfant dans cette école... Mais bon je dois être un extraterrestre, je suis contre le fait de surcharger les enfants d'activités dirigées, pour moi la meilleure chose à faire après la classe c'est faire ce qu'on veut tranquillement et aussi d'apprendre à s'occuper seul voire ne rien faire si on le veut !
  36. 1 point
    D'ailleurs les majuscules cursives ne sont plus au programme depuis... 2002 ? 2008 ? Que de temps gagné sur des compétences autrement plus fondamentales pour maitriser l'écrire ! Rien n'empêche de les travailler en arts, sur un travail particulier de calligraphie ou d'apprendre celle de son prénom. Et dans les polices proposées sur éduscol, les majuscules sont celles dites "d'imprimerie". Aude
  37. 1 point
    Moi aussi je trouve qu'on travaille bien le mercredi matin mais on le paie le reste de la semaine ! on bossait aussi bien le samedi matin ... je pense que c'est plus le fait qu'ils savent qu'ils ne travaillent que le matin qui joue aussi non ?Alors peut être qu'il faudrait faire comme dans certains pays des journées de 8h30-13h30 mais avec une vraie coupure l'après-midi, un moment où les enfants quittent vraiment l'école(comme ça plus de mélange des genres) , vont faire du sport, du théâtre , des arts etc... dans des associations , mais pour ça faut payer et le rythme de vie des parents n'est pas adapté , ils rentrent encore trop tard (du moins ici en RP). On va encore se payer une année à 4 jours 1/2 nous , mais , faible consolation , on finira à 15h le vendredi ...
  38. 1 point
    Je ne suis pas expérimentée en maternelle, j'ai commencé en gs-cp cette année. Tout comme toi, je découvrais la maternelle (et je "lâchais" la direction contrairement à toi ). J'ai lu le retz l'été dernier et suivi les AIM, Montessori, Alvarez... J'avais très envie de mettre en place beaucoup de choses. Mais j'ai préféré le faire au fur et à mesure, par petites touches pour être sûre d'arriver à tenir le rythme et de prendre le temps de m'adapter à mes élèves. J'ai commencé par les AIM que je faisais "tourner" à chaque période avec la mise en place d'un petit cahier de suivi. Je fonctionnais avec 2 temps d'ateliers le matin pour lesquels les élèves s'inscrivaient (pas de groupe fixe). Puis j'ai peu à peu évolué (et déménagé la classe à chaque période) en réajustant par-ci par-là. Et finalement, en période 5, je me suis lancée avec le fonctionnement des espaces (quelque peu déstabilisant car la classe "tournait" malgré des élèves pas faciles mais j'avais envie d'un fonctionnement qui me corresponde). J'ai tâtonné, j'ai voulu abandonner mais j'ai persévéré et je continue l'année prochaine. Mais j'ai pu me le permettre car j'étais rassurée puisque c'était la dernière période. Je suis du même avis que Moustache, on fait avec ce dont on est le plus à l'aise, on expérimente, on ajuste... Je n'ai pas encore la recette miracle mais mon fonctionnement me convient et semble convenir aux élèves. C'est un mélange de plusieurs choses et je vais continuer d'expérimenter !
  39. 1 point
    heu... moi j'ai toujours fonctionné ainsi (avec des modulations), et je n'ai pas honte... j'aurais peut-être pu, sûrement même, faire autrement mais le contenu de ce que tu fais passer aux gamins, l'ambiance de la classe, et plein d'autres choses me paraissent plus importants que "l'habillage".... Un très vague aperçu d'organisation en groupes par là : http://jt44.free.fr/astuces/astuces.htm Je te dis pas le nombre de classes qui se veulent "innovantes", au top, et j'en passe... dans lesquelles les gamins... bref, ne généralisons pas. Comme je l'ai déjà dit, si quelqu'un prétend avoir LA recette miracle... Fuis !
  40. 1 point
    Bonjour, Je suis actuellement en pleine réflexion sur le vocabulaire : je trouve que les élèves manquent cruellement de vocabulaire et que ce ne sont pas du tout les séances de vocabulaire qui les aide je trouve. Par exemple, la semaine dernière je faisais une 3ème séance avec mes CM sur les registres de langue, et j'ai donné à mes CM1 un exercice où il devait transformer des mots de langage soutenu en langage courant, comme par exemple se quereller --> se disputer. Concrètement ils ont quasiment tous réussi, une grande majorité avec l'aide d'un dictionnaire. Deux jours après, je leur demande ce que signifie se quereller, les deux élèves qui savaient avant la séance m'ont répondu, tous les autres aucune idée Voici mon "analyse" : L'exercice vise à travailler les registres de langue, la plupart de mes élèves se sont donc concentrés sur "choisir le registre de langue approprié". Je pense que la quasi totalité de mes élèves a acquis la compétence de reconnaître les registres de langue et a compris ce que c'était. Par contre, ils n'ont acquis aucun vocabulaire. Du coup ils ne peuvent réinvestir cette compétence que sur les mots qu'ils connaissent. Si je généralise, je pense que c'est le cas pour la plupart des notions travaillées en vocabulaire en cycle 3 : on travaille des concepts abstraits (synonymes, contraires, familles de mots, sigles, etc...) mais pas vraiment le vocabulaire. (le "on" étant avant tout moi) Je trouve qu'on évalue ensuite le degré d'acquisition de ces concepts mais en réalité je pense qu'on évalue le vocabulaire des élèves. Pour continuer dans mon exemple, si je demande dans l'évaluation sur les registres de langue de transformer en langage courant le mot "courroux". Je pense qu'en réalité je vais évaluer ceux qui ont un bon vocabulaire et qui sauront me mettre "colère", et je vais pénaliser tout ceux qui ne sauront pas m'y répondre comme s'il n'avait pas acquis ce qu'était le langage courant et soutenu. Autrement dit, j'évaluerai le vocabulaire alors qu'en soit dans mes leçons je ne l'aurai jamais étudié Je ne sais pas si je suis très claire dans mon pavé. En espérant que je le sois à peu près, cela me pose de gros problèmes. Je réfléchis donc à ma progression de vocabulaire pour mes CM l'année prochaine. Je suis tentée par ceci : - présenter très rapidement tous les "concepts" (genre 1 ou 2 séances) : homonymes, synonymes, contraires, familles de mots, registres, mot générique etc... - puis toutes les autres séances de l'année découper en séquence "thématique" (un peu ce que préconise les programmes mais en commençant par des thèmes ultra basique genre les consignes, la ferme au début de l'année (j'ai halluciné de voir le nombre de mes élèves qui ne savaient pas quel était le mâle de la chèvre) puis en cours d'année complexifier les thèmes vers l'abstrait en arrivant au sentiment, jugement etc.. ) - l'idée serait par exemple de faire 2/3 séance sur chaque thème et de créer un répertoire de mots sur ce thème à apprendre (pour apprendre vraiment de nouveaux mots). Chacun de ces mots permettrait un travail en classe (à la manière un peu du "mur des mots" de mélimélune par exemple) où on dirait ses synonymes, son registre, sa famille de mot etc... J'ai vu plein de choses très intéressantes faites en vocabulaire surtout sur le net (plus rarement dans les manuels, même si j'aime beaucoup "l'atelier de vocabulaire" de chez Nathan) mais je m'interroge sur la faisabilité de faire ce travail en vocabulaire sur toute l'année, si cela vous paraît pertinent ou pas...
  41. 1 point
    Honnêtement, j'ai vu quelques écoles qui ne le faisaient pas. En arrivant j'ai commencé à le faire. Au début j'appelais pas mal de parents (mais max 2 par jour) . Mais le fait de les appeler et de leur dire qu'ils doivent prévenir et que sinon je dois interrompre la classe pour pouvoir les appeler ... beh ça arrive de moins en moins souvent et le plus souvent c'est une fois par mois.. et encore ! Au final je ne trouve pas ça si contraignant .... Quand je ne suis pas de service je le fais à la récré, quand comme cette année je suis de service à toutes les récréations, je le fais pendant les rituels et ça me prend 2min de temps en temps... Le téléphone en classe c'est la première fois que je l'ai et j'ai juste envie de le débrancher ! Il sonne toutes les 10-15min c'est insupportable et vu que c'est aussi l'interphone de l'école, on doit répondre. Quand on répond, les gens n'ont pas conscience que c'est la classe, ils nous racontent leur vie, je finis par raccrocher pas très aimablement et mettre 5min à récupérer mes troupes ! Je trouve ça bien moins contraignant les appels "enfant pas là" quand j'y réfléchis !
  42. 1 point
    Le problème c'est que le temps des enfants n'est pas celui des parents qui travaillent. Si on fait une semaine de 5 jours de 4 ou 5h ça coince. Là où ça fonctionne, c'est soit un retour en arrière pour le droit des femmes qui sont taxées de mère-corbeaux si elles ne s'arrêtent pas de travailler pour s'occuper des enfants, soit ce sont les riches qui profitent d'activités de qualité mais payantes après 15h tandis que les autres se retrouvent dans la rue ou devant la télé. On a bien compris qu'en France, investir dans l'éducation n'est pas la priorité....donc la semaine de 4 jours est un moindre mal
  43. 1 point
    Etre nouvelle arrivée dans une école. 21 parents /24. Ils étaient tous gênés quand je les a remerciés d'être venus...et que je leur ai dit "Vous êtes nombreux, vous veniez voir la nouvelle maitresse!!!!!"
  44. 1 point
    Mon message s'appuie essentiellement sur le titre du fil "relations entre collègues comment çà se passe, vous?" Chacun d'entre nous, à un moment ou un autre, avons été confrontés à des situations de conflit entre collègues, et nous savons, comme il est difficile de faire la part des choses entre ce qui est dit, ce qui a été dit, ce qui est rapporté, ce qu'on a cru entendre, les petits détails qui tout à coup prennent une importance démesurée, les rancœurs ou les non-dits actuels ou passés qui ressurgissent, etc... La première des attitudes dans ce cas là, avant de se faire sa propre opinion, est au minimum d'entendre les versions des différentes parties prenantes. Et même dans ce cas, ce n'est pas toujours simple... Il est bien évident, et j'insiste, que la souffrance de la personne qui relate,ici, ses difficultés est réelle. Je pense que personne ne peut le mettre en doute. Cependant, la version qu'elle nous livre ne peut être que partiale et subjective, et c'est tout à fait normal. On peut certes avoir de la compassion pour la personne en mal être, lui apporter du réconfort, et également lui donner des pistes, comme certains le font pour trouver des solutions. Mais je dois avouer que ce qui me surprend, voire me choque, c'est la vox populi qui crie aux manipulateurs, au scandale, c'est à vomir, etc... J'imagine, que dans cette histoire, la partie "adverse" a aussi des griefs tout autant de bonne foi, mais aussi partiaux et subjectifs, qui auraient pu faire réagir bon nombre de ceux qui se sont exprimés avec véhémence ici... Bref, tout ça pour dire qu'effectivement, oui, Fraisedesbois a besoin de réconfort et d'aide, je lui envoie toutes mes pensées, mais ne prenons pas partie, par des propos excessifs, dans un conflit dont nous ne connaissons qu'un aspect. Ce n'est qu'un avis, il vaut ce qu'il vaut, il pourrait faire l'objet d'une discussion, éventuellement dans un autre fil, pour ne pas polluer le sujet de celui-ci...
  45. 1 point
    J'ai fait le même constat lors d'une sortie avec les primevères, beaucoup ne savaient pas ce que c'était. Pour réinvestir le vocabulaire, je pense à un système qu'un prof anglais avait mis en place lors d'un stage: la boîte à mot. à la fin de chaque cours chaque stagiaire mettait un mot qui l'avait le plus marqué lors de la séance et qu'il ne connaissait pas. Lors de la séance suivante, chacun piochait un mot et devait l'expliquer à son voisin, sans dire le mot. Voilà, ce que je vais mettre en place en classe l'année à venir comme un rituel.
  46. 1 point
    Pareil mais une mère d'élève me l'avait reproché. Moi je mets "Exercice non terminé dans le temps imparti" quand les élèves traînent trop ...