Top du site


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 13/11/2017 dans toutes les zones

  1. 5 points
    Non mais l'Etat leur verse une prime de Noël. Perso ce qui me choque c'est que à chaque fois qu'on se plaint un minimum de nos conditions de travail, on nous rappelle qu'il y a la mousson en Inde et que le paludisme tue. Pas étonnant avec ça que nos droits sociaux se trouvent de plus en plus réduits et ce sous les applaudissements de bonnes âmes charitables.
  2. 3 points
    Alors, je vous mets un pack bienveillance/Montessorri/Evaluation positive? Comme vous êtes sympa, je vous rajoute le " on devrait en faire une priorité à l'école"... Vous verrez, il est très pratique car il se marie très bien avec la sécurité routière, les gestes de premiers secours, l'égalité fille/garçon, la lutte contre le harcèlement, les 5 fruits et légumes, les parcours artistiques et culturels, l'éducation aux médias... En vous remerciant...
  3. 3 points
    Une chose non évoquée mais qui me fait bondir personnellement : à quand une grande campagne nationale d'information sur les dangers des écrans/jeux vidéos/tablettes et autre empêcheurs de réfléchir/rêver/inventer/jouer vraiment? On a bénéficié d'un matraquage monumental concernant les bonnes habitudes alimentaires mais sur les jeux vidéo : RIEN! (ou presque) Je pense que ça fait vraiment beaucoup de dégâts chez les enfants et d'autant plus qu'ils sont jeunes, dans mes classes les élèves en difficultés sont quasiment tous des gamins qui passent leurs journées/week-end/matins avant l'école/soirées à jouer sur leurs écrans. Il n'ont pas de livres, pas de jeux de société, de légo mais toutes les consoles existantes, ne parlent/pensent que jeux vidéos.... et ce, dès la maternelle!!!!!! Je trouve ça limite "criminel", un vrai abrutissement!
  4. 3 points
    Donnez-nous moins d'élèves, des moyens de les faire venir TOUS LES JOURS en classe (pas de départ anticipé en vacances/we/ d'absences pour rv médicaux 4 fois dans le mois/prise en charge sur temps scolaire (5 élèves l'année dernière, TOUTES LES SEMAINES...)), A L'HEURE, ....On n'aurait déjà pas les 2 qui ne savent pas lire/écrire en CM. Donnez-nous des parents qui suivent tous les soirs leur gamin (ah ah ah....)....et donnez aux ien le pouvoir de faire (enfin) quelque chose avec la collègue qui ne fait jamais rien, qui a eu un blâme, mais qui s'en fout et contre qui on ne peut rien. Ca irait déjà un peu mieux...On en aurait peut-être 1 ou 2 de plus qui écriraient dans les lignes et sauraient faire des additions et soustractions de base. Et puis, tant qu'à faire, arrêtons de faire des gs à 30 sans atsem aussi...Avec un moyen de faire respecter le "inscription à l'école maternelle vaut fréquentation". Formons efficacement les jeunes (et les moins jeunes...). Pas de blabla....du vrai, du concret.... On parle aussi de la toute jeune collègue INCAPABLE d'écrire un passé composé ou à l'impératif...je ne parle pas d'accorder le participe passé, ou des erreurs qu'on laisse tous passer...non, mais d'écrire "à" + participe passé en "er" (si, si...) de façon récurrente....Ah, ben, elle a réussi le concours...Tant pis pour ses futurs élèves... Tout ça, ça ne coûterait pas cher....et ça aurait de l'effet....Mais c'est moins vendeur que de faire une nième annonce à la télé....
  5. 3 points
    Car ça va être indirect. Ces contractuels, chez moi, vont avoir une formation.....de trois jours. A qui d'après toi on va demander d'apporter un peu d'aide et de conseils ? qui va récupérer des élèves qui n'auront pas tous un super niveau ? et le glissement dans le recrutement que l'on a vu à France Telecom il y a quinze ans va nous tomber dessus. Évidemment, il sont malins, ils ne vont pas faire ça sur une année. Ils vont étaler progressivement sur 5 ou 10 ans. Il suffit de lire les préconisations de la cour des comptes pour voir que depuis quinze ans l'OCDE et Bercy souhaitent la fin des concours, les recrutements par les chefs d'établissement, l'annualisation des services, etc. Tout cela est lié mais ils ne sont pas stupides, ils vont procéder par petites touches ce qui fait que chacun va regarder devant sa porte et ne pas se préoccuper de son voisin. On commencer par recruter des contractuels plutôt que des fonctionnaires. On augmente les postes à profils donc hors mouvement, donc à discrétion de la hiérarchie en toute opacité. On permet le recrutement par les chefs d'établissement dans le secondaire. On créé un statut de directeur qui bascule lentement vers l'équivalent d'adjoint du principal du collège de secteur. Petit à petit on réduit les protections et garanties des fonctionnaires ( en langage libéral, "on libère les énergies et talents locaux" ) par ricochet on affaiblit encore plus les syndicats qui sont déjà très faibles et on joue sur l'individualisme grandissant de notre époque. Et quand le fruit est mûr, on peut abroger la loi Le Pors de 84 donc plus de statut de fonctionnaire, on embauche en contrat de droit privé. Demandez donc à France Telecom et dans les autres "opérateurs de l’État" comment ça s'est passé. Comme on aura joué sur l'individualisme et les égoïsmes et rancœurs de la profession ( PE contre directeurs, titulaires contre brigades, classe entière contre Rased, ordinaire contre spécialisé, certifiés contre agrégés, collège contre lycée, à décliner à l'infini ) et que plus personne ne se syndique ni ne veut se battre pour l'intérêt général, je vous fiche mon billet que ça passera sans problème entre 2021 et 2023. A moins que la profession et l'opinion publique ne rejette cela massivement mais je n'y crois guère. Évidemment, cela n'engage que moi. Mais, si malheureusement j'ai raison, j'espère que les éternels optimistes, les naïfs, ou ceux qui considèrent que ce n'est jamais leur problème, ne viendront pas pleurer ou demander ce que les syndicats ont fait. Regardons un peu ce qui s'est passé avec la réforme des retraites. Première tentative sous Juppé en 1995. Trop brutal, trop visible, il y a encore des gens qui se mobilisent. Chirac cède, Juppé est viré et on en reste là. On recommence avec Fillon en 2003-2004, un peu moins brutal, un poil plus subtil, déjà moins de combattants, ça passe en partie. Sarkozy et Woerth en remettent une couche, noyé soues des tonnes de communication, encore moins d'opposants, ça passe aussi. Pendant ce temps, Bercy, l'OCDE, les libéraux observent et font leurs calculs. Le grand soir dont ils rêvaient ce n'est pas possible, ils comprennent que tout faire en une réforme en un an ça n'est pas possible. Il leur faut donc être patient, accepter de faire trois ou quatre réformes sur dix ans. C'est plus difficile à lire et à comprendre pour les citoyens, c'est beaucoup plus fatigant et coûteux pour les syndicats mais, comme l'a noté Sarko, "maintenant, quand il y a une grève, plus personne ne s'en rend compte". Macron étant tout sauf bête, son entourage également, dont un certain nombre sont des anciens de chez Strauss-Kahn et Juppé, ils ont fait cette analyse déjà au début des années 2000. Ils savent que s'ils suppriment brutalement le statut et trop de postes, ça ne marchera pas car beaucoup de français sont encore attachés à l’École publique, à l'hôpital public, etc. Mais en procédant par petites touches, avec des textes complexes, étalés sur une décennie, ça passera. Ils ne sont pas les seuls, le PS nous a bien enfumés aussi sur les traitements. Qui ici a lu le texte sur le PPCR ? 123 pages, bien complexes, même les syndicats ont eu du mal à s'y retrouver. Il suffit de laisser s'exprimer la créativité des énarques et experts en communication et on peut faire gober à peu près tout ce que l'on veut à la population. Donc, pour revenir au propos initial, oui, nous sommes concernés. Ce type de recrutement est très inquiétant. Pourquoi ne prennent-ils pas des listes complémentaires qui sont des candidats ayant au moins préparé le concours et réussi les écrits ce qui n'est pas toujours le cas des contractuels ? parce que le contractuel il a un contrat à l'année et si on le réemploie pas, pas d'indemnités. Alors que la liste complémentaire est automatiquement recruté comme fonctionnaire, a des droits et des garanties, donc ça coûte du pognon. Le contractuel, on le voit très bien dans les secondaire, on peut le virer comme un malpropre, on peut lui intimer de fermer sa gueule et d'accepter des choses limites, s'il veut garder son job, il est obligé de s'écraser. J'espère me tromper, mais vu la clairvoyance et la combattivité de la profession depuis quinze ans, je suis pessimiste.
  6. 3 points
    Hilarant : http://parentsprofslemag.fr/revelation-certains-titres-de-la-litterature-jeunesse-passent-a-lecriture-inclusive/ En voici quelques extraits : Et surtout :
  7. 3 points
    Bien sûr que l'inclusion est un piège. Pour une partie des élèves c'est utile. Pour un nombre non négligeable ça se retourne contre eux. Mais ça permet de faire des économies et de satisfaire les associations de parents. N'oubliez pas les propos de Bernard Lejeune, directeur de cabinet de NVB "Si vous n'êtes pas pour l'inclusion, vous êtes pour l'exclusion". Certains syndicats parlent d'apartheid à propos des Segpa qui devrait être un dispositif supprimé et tous les élèves inclus dans les classes ordinaires. Ne soyons pas naïfs, les associations de parents, très puissantes, font de l'entrisme à l'EN mais surtout au ministère de la santé. Un élève en classe "ordinaire" avec AVS coûte deux fois plus cher qu'un élève sans AVS. Mais dans un établissement spécialisé, IME, ITEP, hôpital de jour, c'est 4 à 6 fois plus cher. Donc, bien évidemment, l'Etat est gagnant avec l'inclusion. C'est toute la perversité de la loi de 2005. Cette loi a été adoptée à l'unanimité et Chirac s'est frotté les mains, il s'est donné une image de type généreux, tout en faisant plaisir aux associations de parents et en recevant un satisfecit de Bercy. Pendant ce temps, les délais d'attente pour consultation dans les centres médicaux s'allongent. Est-ce-qu'un jour on comprendra qu'il ne suffit pas de poser un gamin dans une classe pour qu'il réussisse comme les autres, comme si c'était un sachet de thé et qu'il suffise qu'il infuse au contact des autres ? Est-ce-que l'on se pose la question quand un gamin a une leucémie ou besoin d'une dialyse ? non, il va à l'hôpital, on fait les soins et on adapte la scolarité. Mais pour le retard cognitif ou la pathologie mentale c'est moins visible, il n'y a pas de danger de mort sous 24 ou 48 heures donc on fait n'importe quoi. Et ensuite on accuse les enseignants des classes "ordinaires". La réponse magique du ministère et de la hiérarchie étant "différenciation" sans jamais montrer comment faire. Évidemment puisque c'est loin de suffire.
  8. 2 points
    Ces petits riens qui font de ta journée de prof un enfer sur terre Ma journée d'enseignant se déroule bien. Je suis de bonne humeur. Les enfants sont calmes. Mais je sens s'ouvrir les portes de l'enfer. Il faut toujours qu'il y ait ce petit rien qui m'énerve... 9 décembre 2017 image: http://parentsprofslemag.fr/wp-content/uploads/2017/12/041217camenerve-696x464.jpg Ça m’énerve quand je m’apprête à donner le premier mot de la dictée et que Nolan n’a pas encore commencé à écrire la date parce qu’il ne trouve pas son stylo bleu. Mais il est où ce stylo ? Je t’en ai encore donné un hier. Tu les revends dans la cour ? Tu as un monté un marché noir du stylo ? C’est vrai qu’on t’appelle le Pablo Escobar du stylo Bic ? Ça m’énerve quand Kenza barbouille de colle le dos de sa feuille de vocabulaire, sur toute la surface, alors que j’ai dit 50 fois qu’on ne met qu’un point de colle dans chaque coin. Je l’ai déjà dit qu’on ne mettait que quatre points de colle. A la limite un cinquième au milieu de la feuille pour assurer le coup. Je l’ai déjà dit non ? Je l’ai déjà dit ou pas ? Ça m’énerve quand je vois des feuilles pliées en deux qui sortent du casier de Tiago alors que j’avais dit qu’on les rangeait dans le porte-vues. Mais cette feuille, c’est… c’est le texte de lecture de ce matin !? Pourquoi est-ce qu’il n’est pas dans le porte-vues ? Hein pourquoi ? Mais réponds, réponds !!! Ça m’énerve au moment où je récupère les autorisations pour la piscine qu’Alana me dise que maman ne l’a pas signée, et quand je lui demande pourquoi, elle me répond que c’est parce qu’elle n’a pas eu le temps. Signer une feuille en bas à droite, ça t’oblige à poser un R.T.T. ? Ça m’énerve quand la pointe du stylet de mon T.N.I. n’écrit pas là où je la pose sur l’écran. Mais je sais bien qu’il faut le recalibrer mais je ne me rappelle jamais où se trouve la page avec les croix où il faut cliquer dessus. Elle est où cette page ? C’est dans Fichier / Configuration c’est ça ? image: http://parentsprofslemag.fr/wp-content/uploads/2017/10/ParentsProfs-bandeau-differenciation.jpg Ça m’énerve quand la maman de Myla, elle arrive le matin avec deux gâteaux et deux bouteilles de jus de fruits en me demandant si on peut faire son anniversaire en classe l’après-midi alors que j’avais dit à la réunion de parents qu’il fallait prévenir avant. Mais vous croyez que c’est quoi ma classe ? C’est PimpinLand ? Vous voulez que j’enfile un costume de clown, et que je transforme la salle de motricité en piscine à balles ? Ça m’énerve, au moment où je tends la main à la maman de Lucie croisée devant l’école, elle passe devant moi, sans même un regard, parce que je n’ai plus sa fille en classe cette année. Dis donc chère maman de Lucie… il y un an, ce n’est pas vous qui courriez dans l’allée centrale de Carrefour, en risquant la double entorse, pour venir me saluer ? Ça m’énerve, alors que je suis venu tôt à l’école pour corriger les cahiers et préparer mon cahier-journal, que Madame Thomas, la femme de ménage, me raconte par le menu le changement de la courroie de distribution de sa Clio 3. – Tous les 5 ans, ça revient vite. – Oui. – Ou tous les 100 000 kms. Ca revient vite aussi. – Oui. – Je dis toujours, les voitures, c’est un gouffre. Après ça dépend si vous avez essence ou diesel ? vous avez essence ou diesel vous ? – Oui. Ça m’énerve, alors que je viens à peine de m’asseoir en salle des maîtres pendant la récréation, d’avoir à écouter ma collègue Audrey qui me narre par le menu les progrès de Nathan dans son comportement, surtout qu’aujourd’hui il était gardien de la parole et qu’il a fait beaucoup d’efforts. C’est quoi l’idée ? A chaque fois qu’on se voit entre collègues, on fait un conseil des maîtres ? Genre, on se croise aux toilettes, on en profite pour relire le projet d’école ? Ça m’énerve qu’on dise que je m’énerve pour rien. En savoir plus sur http://parentsprofslemag.fr/petits-riens-de-journee-de-prof-enfer-terre/#QJ5aklx1mS30HYg0.99
  9. 2 points
    Et quand vous dites aux parents qu'il faudrait aller chez l'orthophoniste et qu'on vous répond : on n'a pas le temps ! On aura beau discuter : quand les enfants sont bons , c'est grâce aux parents , quand ils ont des soucis , c'est à cause des enseignants . du coup, on essaie de médicaliser : il/ elle est dys ......, donc il faut différencier . S'il progresse , c'est bravo mon fils ! Sinon , il n'y a pas assez de différenciation ...bref , ras le bol ...
  10. 2 points
    Combien d'enfants ont la télé dans leur chambre? Le goût de lire ne se développe pas avec une telle concurrence. Et combien de parents montrent l'exemple et lisent?
  11. 2 points
    Perso, ça commence à devenir lassant toutes ces études...D'ailleurs, j'aimerais bien voir ces tests ...Est-ce vraiment la pédagogie qui serait la solution? Franchement, je pense surtout que ce sont les conditions sociales en France qui se sont dégradées...Des élèves vivent dans des situations de réelles précarité matérielle et familiale....l'école ne peut pas réparer tous les dégâts...elle n'en est pas responsable et elle en est d'ailleurs la première victime...
  12. 2 points
    Dictée du jour mais pas seulement : l'heure d'APC consacrée à la compréhension en lecture et aussi une forte orientation à venir pour le choix des manuels : Plus spécifiquement sur la lecture, le ministre entend inciter les professeurs de CP à tous utiliser des manuels d’apprentissage de la lecture, « un objectif fondamental », juge-t-il. Jean-Michel Blanquer insiste aussi sur l’importance du choix de ces ouvrages. Une décision, selon lui, « complexe qui demande un éclairage ». « Tous les manuels ne se valent pas. On trop longtemps fait semblant que c’était le cas.[…] Il y a des manuels dont il est prouvé qu’ils ont plus d’efficacité que d’autres. […] Il a aussi été démontré que c’est dans les territoires les plus fragiles que les choix les moins pertinents ont pu être faits. » A l’avenir, les enseignants et les collectivités pourront s’appuyer sur les « recommandations » du conseil scientifique qui vient d’être mis en place. http://www.leparisien.fr/societe/education-jean-michel-blanquer-veut-une-dictee-quotidienne-a-l-ecole-05-12-2017-7434363.php Perso j'en ai plus que marre de tous ces annonces de réaction à chaque enquête ou changement de gouvernement... Je ne dis pas qu'il n'y a pas de choses à revoir mais : - je vois des PE qui dans la plus grande majorité sont investis, cherchent à faire du mieux possible, s'interrogent pour améliorer leur pratique, suivent les élèves à besoin particulier, différencient etc...et parfois dans des classes quadruples niveaux de près de 30 élèves (si si il y a cela chez moi !!!). - il y a un problème sociétal de fond sur la perception de l'Ecole (qui est de plus en plus considéré comme une garderie par bcp et ce dans toutes les catégories sociales) - quand on veut tuer un chien, on dit qu'il a la rage (ce n'est pas tout à fait cela l'expression et je ne dis pas qu'il n'y a pas de souci en lecture mais au fil de la sortie de ce genre d'enquête, j'ai toujours l'impression que l'on tire à boulet rouge sur l'école primaire : j'ai encore assisté récemment à une réunion au collège au cours de laquelle une prof de Sciences nous a fait le leçon sur la manière d'enseigner les sciences, que ce que l'on faisait ça n'allait pas......Tellement facile....) ET marre de ce matraquage médiatique du jour : du boulanger à ma mère qui me parlent de cette annonce du jour !!!!!! Les média ont la main...
  13. 2 points
    Je pige pas. On a inventé les ESPE, on a eu la réforme des rythmes et pourtant ça baisse ? Etonnant.
  14. 2 points
    Lire ça me choque profondément. Tu accuses certains de caricature mais vois-tu en quoi ce que tu écris est scandaleux ? tu te permets de juger tes collègues et tu souhaites avoir les moyens de les contraindre. Non seulement je suis convaincu que ce sera contre-productif mais le simple fait que l'on puisse souhaiter cela je trouve ça inquiétant. Même un principal du secondaire qui est le supérieur hiérarchique des enseignants ne peut aller contre la liberté pédagogique ni contre le CA de l'établissement. En fait on retrouve la le désir d'une partie de la hiérarchie qui veut que les enseignants soient des exécutants dociles. Mais nous ne sommes pas à l'armée ! Une des principales raisons de choix de ce métier dans les enquêtes c'est d'avoir une certaine liberté et autonomie dans son travail, ce qui contrebalance un peu les faibles traitements. Si on enlève cela aux enseignants, le métier perd une bonne part de son intérêt. Je fais le pari que si le métier évolue dans ce sens, la crise de recrutement va s'aggraver.
  15. 2 points
    Ce ne sont pas les enseignants qui ont autant de vacances. Ce sont les élèves... les enseignants préparent, corrigent, se forment et donnent beaucoup d'eux mêmes pendant leurs "vacances"... Quand un fonctionnaire des impôts ou de n'importe quel autre ministère est en vacances, il est EN VACANCES... pas moi, je ne pose jamais vraiment mon cartable. Vous le savez très bien et pourtant, dans vos propos, vous véhiculez les mêmes dénigrements que l'opinion publique... si des profs se mettent à avancer cet argument, on ne s'en sortira jamais... J'aime beaucoup cette intervention : Car finalement, il s'agit bien de ça et un Conseiller Péda m'en a déjà fait la remarque au début de ma carrière (du genre : votre métier est spécial, c'est un métier de vocation), comme si cela devait tout justifier... Bien moi, j'ai appris à dire non, et notamment grâce à mon mari qui lui est ingénieur/cadre dans le privé et qui est le premier à halluciner de nos conditions de travail. Je sais maintenant ce qu'on est en droit d'obtenir au vue des efforts déployés. Et ne balancez plus l'argument des vacances, il a bon dos, cet argument...
  16. 2 points
    Mais je n'attends pas de mon employeur qu'il fasse des cadeaux à mes enfants, j'attends qu'il m'offre des conditions de travail décentes.
  17. 2 points
    Non mais je vous trouve bien durs avec Sylsuad. Car au-delà d'un spectacle de Noël, c'est toute la question de ce que fait notre employeur pour nous qui est posée : quid d'une médecine du travail ? d'une reconnaissance de la pénibilité de certains postes ? ... Mais finalement, le métier d'enseignant (encore plus au primaire) est principalement féminisé, où on a appris aux enseignantes à se contenter de ce qu'elles ont, à agir pour le bien des enfants en appuyant sur une pseudo fibre maternelle/vocation de soeur Thérésa, avec parfois (et historiquement) des conjoints qui gagnent plus qu'elles pour éviter qu'elles se rendent compte des cacahuètes qui constituent leur salaire comparativement aux efforts déployés ...
  18. 2 points
    Le SE unsa, le syndicat qui vous veut du bien!
  19. 2 points
    Par Toutatix ! La solution est simple : N'organisons plus de sortie !
  20. 2 points
    Je n'ai pas écrit qu'il ne s'agissait que de caprices et, tu fais les questions et les réponses, la contrainte de faire le travail scolaire me semble être la contrainte la plus réfléchie et ayant le plus de sens ... à l'école ! D'autant que j'ai précisé que ce travail pouvait être adapté. Quand au TDA à qui on demanderait (oh malheur) de s'asseoir à l'école ... Nul doute que si on demandait plus souvent à cet enfant d’être obéissant, à la maison et à l'école, il le serait davantage ! Ce qui ne veut pas dire que ce soit le seul traitement à avoir bien sûr. Tout ne peut pas être mis sur le dos d'un handicap ou d'une particularité, même si c'est pratique, et particulièrement à l'école, lieu principal de vie en collectivité. Et comme tu l'écris si bien, les EIP considérés comme capricieux à l'école n'obéissent pas car, bien souvent ... ils n'ont pas appris à gérer leurs frustrations ! Autrefois, c'était à la maison qu'on apprenait cela ... Et pas forcément à coup de fessées et de brimades, mais simplement avec l'exemple des adultes et des "Non !", petit mot sympathique de trois lettres que tant de parents (et maintenant d'éducateurs extérieurs) semblent ne plus connaitre, et c'est fort dommage.
  21. 2 points
    Si tu crois que je me souviens de tous les noms !!
  22. 2 points
    Oui mais moi j'ai couché pour en arriver là . .. vais pas le mettre quand même. Ou alors je mets que c'était un poste dans les relations publiques ou encore l'événementiel.
  23. 2 points
  24. 2 points
    Bon sang mais qu'y a-t-il de si honteux dans notre langue qu'il faille systématiquement et avec quel acharnement, la tronquer, la "simplifier", la dénaturer ? Entre les réformes orthographiques qui piétinent l'étymologie et le sens des mots, les révisions grammaticales qui condamnent les accords et détruisent la logique et l'effort, l'écriture inclusive qui valorise des inquiétudes sociétales au mépris d'une tradition qui ne mettait pas le masculin sur un piédestal mais bien au contraire le diluait en le rendant neutre et générique, la révolution sémantique qui impose des appellations perçues comme positives pour nommer des phénomènes polémiques, les consignes données aux correcteurs de copies, genre si l'élève "justifie" sa faute d'orthographe, peu importent ses explications le point lui sera octroyé, où va-t-on ? Où sont les voix qui porteront enfin le refus de toucher à ce qui construit la pensée? Car oui, la langue et ses complexités, ses styles et ses mots, ses accords et son histoire, sa richesse, est bien la base et le support de la pensée, d'un Peuple et non d'une population capable de se contenter d'onomatopées dans ses échanges et son expression. Quand va-t-on comprendre que blesser une langue c'est tuer un Peuple, détruire une civilisation ?
  25. 2 points
    Si tu leur réponds ça, aux collègues qui s'adressent à toi, cela ne m'étonne pas qu'ils ne prennent pas leur carte à Sud !
  26. 2 points
    Mon petit doigt me dit que la petite souris et les lapins en chocolat préviendront le Père Noël que cette maîtresse ne mérite pas de cadeau.
  27. 2 points
    Oui, bien sur !!! mais je dis tout de suite après "Houlà ! mais c'est dans loooogtemps ! D'abord, il va y avoir touut le mois de novembre .... et après touuuut le mois de décembre ... (calendrier à l'appui !), on a plein de choses à faire avant que le pere noel vienne !" Punir n'importe nawak !
  28. 2 points
    C'est le projet de ma 2ème période. 1ère semaine : La couleur des émotions d’Anna Llenas · Identifier, nommer les émotions · Apparier les photos et peintures avec les petites bouilles ( idées prise sur La classe de Chrys) · Mimer les émotions et prendre en photo chacun · Dessiner les expressions des visages à partir des smileys - Comptines : les 4 étages 2ème semaine : La joie « Calinours fait la fête » de Frederic Stehr · Identifier l’émotion · Relire la page de la joie pour vérifier, argumenter · Atelier philo « Qu’est ce qui rend heureux ? » · Peindre la page de la joie : A4 empreindre de ronds jaune + points · Dire ce qui nous rend joyeux + le taper sur l’ordi · Chanson « Quand on est content » 3ème semaine : La tristesse Album « Quel malheur ! » de Ghislaine Beaudout · Identifier l’émotion · Relire la page de la tristesse pour vérifier, argumenter · Peindre la page de la joie : A4 coules et traits verticaux de bleu · Dire ce qui nous rend joyeux + le taper sur l’ordi · Chanson « Miaou, mon petit chat » 4ème semaine : La colère Album : « Grosse colère » de Mireille d’Allancé · Identifier l’émotion · Remettre l’histoire en ordre chronologique · Dessiner puis dire ce qui te met en colère + dictée à l’adulte · Peindre la page de la colère : A4 étaler de la gouache rouge en étoile · Chanson « 5ème semaine : La peur « Chhhht ! » de Sally Grindley · Identifier l’émotion · Nommer les gradations de la peur : inquiet/effrayé/affolé/terrifié · Peindre la page de la peur : A4 : encre soufflée noire · Dire ce qui te fait peur - Dessiner ce qui te fait peur · Chanson « Les fantômes « A. sylvestre 6ème semaine : La tranquillité « La sieste de Moussa" ou "Tranquille" de Géraldine Collet · Identifier l’émotion · Relire la page de la tranquillité pour vérifier, argumenter · Peindre la page de la tranquillité : A4 fleurs au posca sur fond vert encre · Dire ce qu’on fait et/ou ce qu’on aime bien faire pour être tranquille 7ème semaine : L’amour « Devine combien je t’aime » de Sam McBratney ou " Je veux qu'on m'aime" · Identifier l’émotion · Relire la page de l’amour pour vérifier, argumenter · Peindre la page de l’amour : A4 rose + vernis et paillettes + collage de coeurs · Dire qui et quoi on aime · Chanson « Une chanson douce »
  29. 1 point
  30. 1 point
    Je ne trouve pas cela maladroit du tout. Par chez moi, c’est comme cela que cela se fait, les parents d’eleves invitent les enseignants à leur ag, libres à eux d’y aller ou pas. Quant à récolter de l’argent pour vos sorties, qu’y a-t-il de mal?
  31. 1 point
    http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2017/12/05122017Article636480624552627563.aspx Bonne analyse de la baisse du niveau de lecture et bonne lecture!
  32. 1 point
    Surtout quand on n'a pas d'enfants Sûr que la prime de Noël (on a oublié la loi de 1905 ? passons, ce n'est pas le sujet) n'est pas prioritaire à mes yeux. Comme cela a été dit, il y a des revendications qui me semblent nettement plus prioritaires pour les enfants (tous les enfants, pas seulement les nôtres) et nos conditions de travail (médecine du travail, reconnaissance de postes difficiles, etc...) On pourrait aussi comparer cela entre les différents ministères, mais franchement, les comparaisons... je n'ai pas choisi un ministère mais un boulot qui me plaisait. Grand luxe dont je suis bien conscient. Mais qui ne m'empêche pas d'avoir des revendications professionnelles. Si j'avais voulu les avantages, et/ou les inconvénients du privé, j'aurais bossé (ou au moins essayé de bosser) dans le privé, ou un autre ministère... Si on veut être crédibles, ce n'est pas en réclamant une visite à Disneyland pour nos mômes qu'on le sera. Quant au côté "c'est Noël, tout le monde devrait être cool en cette période", pourquoi pas, mais je ne vois pas en quoi ça interdirait les échanges contradictoires que l'on peut avoir sur un forum. Surtout quand Noël n'a pas forcément de signification particulière pour soi.
  33. 1 point
    Sympa tes collègues... Le statut du directeur d'école est un très bon statut car il permet à la plupart d'entre eux d'avoir une classe et de ne pas être coupés des réalités du terrain. Le problème réside dans l'inflation des tâches (comme pour les PE d'ailleurs) et l'absence ou la perte des EVS, personnels précieux pour faire tourner une école. Tout personnel de l'EN devrait avoir une classe en charge: IEN, CPC, directeur déchargé à 100%, syndicaliste invisible...La plupart étant en déconnexion avec les réalités de la classe. 1/ Il faut que tout directeur bénéficie d'une décharge même avec 2 ou 3 classes. 2/ Il faut une augmentation importante des indices et primes des directeurs. 3/ Il faut pérenniser et professionnaliser le métier d'EVS"! Il ne faut surtout pas que ce personnel (qui rappelons le, est issu d'une liste d'aptitude avec quasiment 90% de réussite... loin des concours du 2nd degré pour devenir principal ou proviseur) devienne nos supérieurs hiérarchiques. C'est mon sentiment.
  34. 1 point
    Et bien, même si ça permettait de faire redoubler les gamins dont les parents DEMANDENT le redoublement du gamin, FONT APPEL en commission, et voient leur appel rejeté...ça serait déjà pas mal.....(un cas dans ma classe cette année...)
  35. 1 point
    C’est marrant que ça choque pour les élèves de collège, alors qu'en ce qui concerne le retour à 4 jours pour le confort des PE, personne ne dit rien... oups...😬
  36. 1 point
    j'ai une grande partie de mes élèves en grosses difficultés sociales, familiales, sans repères, des enfants qui mangent dans des centres d'accueil parfois, qu'on prend à la cantine pour avoir un repas chaud, qui ont des poux, dont je crème les mains avec ma propre crème parce que sinon ça saigne, j'attends presque tous les soirs car les parents ont oublié, n'ont pas vu l'heure...parfois je soigne les bobos (un élève est arrivé la semaine dernière avec un disque démaquillant collé avec du scotch sur une blessure !!!). mes élèves sont souvent mal élévés, manquent d’éducation (ex : cette semaine un a dit "c'est le bordel dans la classe", un autre a sorti son zizi et a commencé à le trafiquer pendant la classe) et ils ont 4 et 5 ans. Alors oui au lieu d'enseigner je passe beaucoup de temps à faire la police, monter des dossiers MDPH avec la psy qui n'est là que le lundi car sur 4 écoles. on fait les comptes rendus de réunion à tour de rôle et je suis secrétaire de la coop...à partir du 8 janvier notre contrat aidé qui est une perle voit son contrat ne pas se renouveler et elle gère presque tout (les rdv medecin PMI, infirmière scolaire, intervenants, coups de fil...) on ne sait pas vraiment encore comment on va gérer. Le mercredi notre école est utilisé par la mairie pour un centre aéré donc le mardi soir on doit "planquer" le matériel de sport...sinon il est abimé ! ca fait trois ans que je demande aux services concernés de la mairie de venir me revisser des portes manteaux et réparer une porte de placard qui est toujours ouverte et susceptible d'être dangereuse. je ne bricole pas dans la classe quelle chance, car c'est mon mari qui vient peindre un panneau qui est vieux et moche, m'installer une étagère...En ce moment, j'ai un élève qui vient de serbie et une autre d'italie alors accessoirement j'apprends les langues étrangères !! cet élève (serbe) n'a aucune sécurité sociale pour l'instant alors j'ai passé des coups de fil mercredi après midi pour tenter de lui prendre une assurance scolaire via l'école pour qu'il puisse faire une sortie journée avec la classe mais pas possible sans sécu..il va devoir rester dans sa chambre hotel avec ses parents ce jour là ! les élèves ne savent pas parler de leurs émotions et se filent des coups au lieu de communiquer donc un gros travail est fait sur les émotions et la manière de communiquer entre camarades chaque année surement au détriment de l'apprentissage d'autres domaines mais je n'ai pas le choix...sans parler des problèmes de propreté et d'hygiène, les fringues (culottes et pantalons) de l'école pourtant taggés au nom de l'école qui ne reviennent presque jamais ! les enfants qui arrivent très peu couverts même en plein hiver....Cette année j'avoue que je suis très lasse...je reste en REP car je me sens utile mais c'est vraiment difficile...même lire une histoire ou raconter devient une épreuve !!!
  37. 1 point
    On est bien d'accord qu'il y a de moins en moins de cadre pour les enfants, je n'ai pas 30 ans d'ancienneté, mais je le ressens aussi. Mais c'est encore un discours ou c'est ou tout blanc ou tout noir. Tu ne tiens pas compte de la particularité de l'élève. Les EIP sont diagnostiqués souvent tard, et jusque-là les "non" des adultes (si si, je t'assure il y a encore des parents qui font bien leur travail ) n'auront servi à rien! ou presque. Tout doit avoir un sens et une logique pour ces enfants-là. Et à moins d'être un professionnel de l'enseignement ou de l'éducation, les parents n'ont pas souvent assez de recul pour pouvoir le pratiquer à la maison. Avant de donner un conseil à un collègue qui doit gérer un enfant précoce, il serait peut-être bon de se documenter un peu pour comprendre que non, cet enfant ne peut pas avoir les mêmes contraintes que les autres, ou tout du moins pas dans les mêmes conditions. On ne punis pas un élève parce-qu'il est différent! J'ai aussi eu un élève EIP en CM1!! Diagnostiqué en CM1. Jusque-là il était catalogué par tous les collègues comme un "casse-pied prétentieux". Du coup, personne ne lui a jamais APPRIS à gérer une frustration, et je ne vois pas en quoi punir cet élève dès qu'il se levait ou bien faisait autre chose que ce qui était demandé aurait résolu le problème. Il y a plein de documents sur internet, @sofia88 tu peux même demander conseil à la psychologue scolaire qui pourra te donner des pistes.
  38. 1 point
  39. 1 point
    Bon courage à vous deux !!!!
  40. 1 point
    Tu peux mettre une responsabilité de "souffleur" à un de ceux qui ne sont pas acteurs ils prennent ce rôle au sérieux.
  41. 1 point
    En ce qui me concerne, je ne vois rien de problématique dans le fait de vouloir proposer aux élèves des activités culturelles et sportives de qualité et donc de faire avancer les choses. Il ne reste plus qu'à savoir en quoi consistera exactement ce plan mercredi.
  42. 1 point
    Si elle est capable de se contenir en présence d'un inspecteur, c'est qu'elle sait que le reste du temps elle agit mal....
  43. 1 point
    Mes filles de 5 et 8 ans sont couchées entre 19h30 et 20h tous les soirs. Si on a un truc particulier le week-end on pousse jusqu'à 21h max, même si on a du monde à la maison . Si on est chez des potes on les couche aussi et on est souvent les seuls à le faire mais on assume malgré les remarques. En semaine, elles s'endorment en général vers 20h30 après avoir papoté un peu. On a toujours fixé cette heure, même si plus petites elles ont tenté de pousser les limites. Elles ont parfois bien hurlé dans leur lit mais sur les conseils de notre pédiatre on n'a pas cédé sur l'heure. Je précise que nous n'avons aucun rituel de coucher ni chanson ni histoire, juste un câlin ce qui fait qu'on ne s'éternise pas dans la chambre et qu'on n'a donc pas de caprice ou de tentatives de gagner des minutes. Bon on n'a pas la télé non plus et l'ordi est seulement autorisé une heure le samedi et une heure le dimanche donc elles sont plutôt calmes au moment du coucher. La grande se réveille tôt mais elle n'a pas le droit d'allumer la lumière avant 8h le samedi et le dimanche. En semaine, on les lève vers 7h15, et elles dorment encore quand on entre dans leur chambre . On passe pour des fous auprès de nos potes mais on a fini par se blinder vis à vis des remarques. Le temps de sommeil c'est le seul truc sur lequel on est intransigeants.
  44. 1 point
    Tu restes ferme quand même, tu le couches et pourquoi pas... tu te couches en même temps ... Les enfants ont besoin de sommeil et la vie en société ne permet pas qu'on s'adapte à leurs désirs. Donc les adultes doivent s'imposer. Plus jeunes sont leurs enfants quand ils le font et plus facile c'est pour tout le monde. Bon, il y a aussi le coup de bottin entre les oreilles mais avec l'informatique, il y a de moins en moins de bottins ...
  45. 1 point
    Patience et longueur de temps.... Mais a priori, vous devriez toutes les deux faire code et compréhension tous les jours, non?
  46. 1 point
    J'ai lu ce sujet et hésitais à y répondre, mais quelque chose m'interpelle : Faites attention à ne pas laisser penser à l'enseignante de votre fille (et à celle-ci, qui m'a l'air très bien dans ses baskets) que vous croyez tout ce que celle-ci raconte, en le mettant sur le même plan que la parole de l'adulte. Elle a 3 ans, et à 3 ans, on peut mener ses parents par le bout du nez si la maîtresse nous a contrarié. Surtout si on sent chez eux qu'il y a matière à ce qu'ils la prennent en grippe ! Faites également attention à ne pas additionner vos deux expériences avec cette enseignante (avec vos deux enfants) et en venir à sur-réagir. Et rencontrez-la en dehors de la présence de votre fille et sans en expliquer la raison à celle-ci. Parler avec son enfant, c'est bien, la mettre au courant de tout, ce n'est pas nécessaire et ça peut être contre-productif pour tout le monde. Par contre, préparez un plan de la rencontre, avec une fin différente en fonction de ce que dit l'enseignante et de ce que vous souhaitez réellement.
  47. 1 point
    Par opposition, par exemple, à la vraie belle justice des assises — et à son acquittement du criminel ? Ben voyons. Quand à « nier un viol » en le correctionnalisant, ça fait partie de ces slogans contre-productifs qui rendent possibles ce genre d’acquittements. La Justice ne connait, et ne doit connaître, que des cas particuliers. Elle repose, et doit reposer, sur la procédure, non sur les passions et l’idéologie. Si un viol est dûment établi, au sens juridique du terme, le violeur doit être renvoyé aux assises. Si le viol n’est pas établi, il n’est pas établi. « Point », comme tu dis. Mais « établi » n’est pas équivalent ici à « revendiqué à grand bruit dans les médias par des commentateurs sans arguments juridiques ».
  48. 1 point
    "confirme"...parce que je pensais et continue de penser que cette écriture inclusive relève de la pure connerie. Je suis prof de lettres, et le machisme de notre langue m'a visiblement échappé. Mais je suis peut-être un con...les clochards vivent mieux depuis qu'on dit qu'ils sont SDF...
  49. 1 point
    On nous emmerde avec le principe "agir en fonctionnaire d'état de manière éthique et responsable"... je ne lâcherai pas le fait que l’administration doit aussi respecter mes droits... donc ici toutes semaines où je dépasse 24 heures je les comptabilise et je compte bien récupérer mes heures ! Et les semaines où je fais moins de 24 heures il est stipulé que c'est au bénéfice de l'agent... Arrêtez d'avoir peur de là-haut... on a des droits et ne pas céder !
  50. 1 point
    Qu'est-ce qu'on est bien ici
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00