Top du site


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 16/10/2017 dans toutes les zones

  1. 4 points
    LeCastor, j'hallucine de ta collègue Je fais comme toi mes services de récré et d'accueil mais je sais que mes collègues trouveraient normal que j'en ai moins (l'an dernier avec 1 classe de plus, je faisais 1 service de moins) mais on a perdu 1 classe et si je ne fais pas de service de récré, ce sera lourd pour les collègues donc je fais . Tu rétorques à ta collègue que c'est toi qui a la charge d'organiser la surveillance des élèves et que si ça ne lui convient pas, tu peux aussi totalement arrêter d'en faire ... OU tu peux aussi lui dire que cette organisation de service n'est qu'un arrangement et que chacun est responsable de sa classe et que si vraiment ça ne lui convient pas, tout le monde peut être de service tout le temps pour surveiller sa classe. De mon point de vue , elle va vite changer d'avis
  2. 3 points
    http://lapetitesourisbleue.eklablog.fr/enseigner-au-cp-a118855178 J'ai demandé à mes élèves de CP de sortir un crayon de couleur vert. Eddy a dit "quoi?", j'ai dit "il faut sortir un crayon de couleur vert". Rayane a levé la main pour demander s'il fallait sortir un feutre ou crayon de couleur, j'ai dit "un crayon de couleur". Najib m'a demandé "c'est ça, maître?", j'ai dit "non, ça c'est ton surligneur jaune fluo". Mélissa m'a demandé s'il fallait sortir un crayon de couleur, j'ai dit "oui, vert". Wendie m'a demandé si c'était bientôt l'heure de la cantine, j'ai dit "non, voyons, nous venons de rentrer de récréation". Maxsalina m'a demandé "lequel, celui-là ou celui-là?", j'ai dit "le vert, pas le bleu, mais là tu as sorti tes feutres". Je ne sais pas pourquoi Isaïe a dit non. Nadjima m'a demandé "vert clair ou vert foncé?", j'ai dit "peu importe". Rayane m'a demandé "vert clair ou vert foncé?", j'ai dit "peu importe mais là tu as sorti tes feutres". Safaa a demandé si je pouvais lui refaire ses lacets, j'ai dit "oui, mais pourquoi tu n'as pas sorti ton crayon de couleur?". Nadjib m'a dit "maître, je n'ai pas de crayons de couleur", j'ai dit "et donc, qu'est-ce que tu dois faire?". Filipe a demandé s'il pouvait aller aux toilettes. Safaa m'a répondu "j'ai oublié mes crayons de couleur à la maison". Nadjib m'a dit "je dois en prendre un de la classe". J'ai dit oui à Nadjib, "oui mais tu aurais dû y aller pendant la récréation" à Filipe, et "alors, qu'est-ce que tu dois faire?" à Safaa, Loranda m'a dit "vert clair ou vert foncé?", j'ai dit "peu importe". Nadjib m'a dit "vert clair ou vert foncé?", j'ai dit "non, celui-là il est bleu". Alisa m'a demandé "maître, c'est une évaluation?", j'ai dit "non". Rayane m'a dit "celui-là, maître?", j'ai dit "oui, mais c'est un feutre". Maëva m'a dit "maître, il n'y a plus de crayon vert dans les crayons de la classe!", j'ai dit "tu n'as qu'à prendre un feutre". Tiphany m'a dit "vert clair ou vert foncé?". Maxsalina a dit "celui-là maître?". J'ai dit "je l'ai déjà dit". J'ai dit "oui". Anaëlle a dit "tu peux m'aiguiser le crayon, la mine se casse tout le temps", j'ai dit oui. Sihem a dit "vert clair ou vert foncé?". Wendie a demandé "pourquoi il faut un feutre vert?". J'ai dit "c'est un crayon". J'ai dit "stop!". J'ai demandé à ceux qui avaient trouvé un crayon de couleur vert de le lever bien haut. Ils étaient quatre, dont un mal taillé... J'ai dit "fatal error, [...], an internal error has occurred, please reboot". J'ai cherché le numéro de la hotline, mais il n'y en avait pas... Emmanuel Veneau
  3. 2 points
    Prof désécol, on a dû avoir la même formation...On en rigole mais c'est tragique. J'ai eu 80 % des cours où, d'une question de départ, c'était mise en groupe-rapporteur-pause café-mise en commun et où le "formateur" ne concluait jamais, ne validait rien. Le nombre de fois ou un IMF nous disait blanc, et en cours le formateur hurlait au scandale en disant noir, ou l'inverse. Sans compter les lubies des uns et des autres. Les formateurs étant tous d'anciens profs de collèges n'ayant jamais bossé en primaire, planqués depuis 15 ans, mais sachant mieux que les gens de terrain ce qu'il fallait faire et ayant toujours soin de nous mettre en garde contre nos collègues de terrain, forcément passéistes, réactionnaires et étrangers à la pédagogie moderne dont nous avions la chance de profiter. Évidemment, pas un seul de ces experts de la pédagogie n'est allé vérifier sur le terrain la validité de ces affirmations. Et dire qu'ils avaient le culot de nous dire que les profs de facs étaient nuls et qu'il n'y avait rien de plus nul et ennuyeux qu'un cours magistral. Personnellement je ne me suis jamais autant emmerdé qu'à l'IUFM et j'ai dû y apprendre 5 % du métier. Tout le reste je le dois aux collègues plus anciens ( les fameux passéistes ), à internet, aux lectures et à l'expérimentation. Et ce qui est merveilleux c'est que maintenant ils forment les futurs profs de fac. Pour avoir une copine qui se charge de ça je me marre. On devrait virer tous ces incompétents, avoir une solide formation en psycho et multiplier les stages et les interventions de collègues de terrain. Que les formateurs nous montrent, en situation, ce qu'ils savent faire. C'est sûr que ce sera plus fatigant que de glander à l'ESPE.
  4. 2 points
    Retour à la semaine de 4 jours depuis septembre et je constate que les élèves sont moins fatigués, ma fille qui est en ce2 et moi aussi d'ailleurs. Je suis contente de ce" retour en arrière" car j'ai l'impression de moins courir, le mercredi me permet de réajuster la semaine, j'apprécie cette coupure de la semaine avec ma fille . Alors certains détracteurs diront que la priorité ce sont les enfants, et bien oui, ma fille profite de ce mercredi et nombres d'enfants sont dans ce cas...
  5. 2 points
    Reprends une classe 5 jours d'affilés par semaine en REP et tu verras...C'est facile quand on est déchargé à 100%.
  6. 2 points
    Les effets de la société de consommation adepte du "zapping"... La plupart des élèves ne savent plus faire aucun effort, ne savent plus se concentrer plus de 2 minutes, croient que tout leur est permis, soutenus par papa/maman qui n'acceptent pas de voir la réalité et consomment l'école comme ils consomment la TV. Et comme nous, on doit être dans la bienveillance à outrance (on insiste sur les "acquis" en cachant les "non acquis"), tout va bien...
  7. 2 points
    Alors tu es pour l'école 6 jours sur 7 et la réduction significative des vacances? C'est le rythme idéal de Claire Leconte....
  8. 2 points
    Il n'y a pour ainsi dire aucun enseignant en exercice à plein temps dans une classe. J'ai essayé, un temps, d'en faire partie, car ils envoient chaque année la demande (ça doit être une obligation) et il n'est pas fait mention de restrictions, mais au final, ils ne prennent que des personnes déchargées de classe. C'est dommage car je trouve important que ce soit les enseignants de terrain qui participent à "choisir" leurs futurs collègues.
  9. 2 points
    Moi je me pose une question : Pourquoi ces outils si efficaces (d'après etudes scientifiques) ne sont pas "achetes" (ou creees) par le ministere, puis diffuses gratuitement aux ecoles ?! Pourquoi il faut acheter ces outils ? Et même avant ça, pourquoi on ne nous forme jamais sur ces outils "clés en main" en nous diffusant les supports, et s'en emparent ui veut ? Pourquoi c'est autant à nous de chercher pour trouver des outils qui marchent ? je suis pour la liberte pedagogique, mais je suis aussi pour être accompagnée et qu'on nous fournisse un eventail de techiques (avec les outils) et qu'on choisisse ensuite.... bref je pense ça a chaque fois que je vois des outils "la cigale" plébiscités par les chercheurs ( on a acheté comprehension GS et MS de la cigale cette année, on ne pourra pas investir dans Narrasmus..) ou les documents payants que l'on trouve sur canope par exemple.... merci à ceux qui diffuset des extraits, qui prtagent leur travail perso, qui ouvrent à de nouvelles pratiques... mais vraiment je trouve qu'il y a un problème à ce que ces outils ne soient jamais diffusés à grande échelle et gratuitement pour les collègues et écoles (je respecte le droit d'auteur, mais je pense que ce devrait etre a l'etat de payer pour fournir le materiel à ses " employés"
  10. 1 point
    Tableau synoptique des différents DYS et accompagnement des élèves : https://ash62.etab.ac-lille.fr/fichiers/pedagogie/troubles/signes-dalerte-pratiques-facilitantes-tsla-octobre.pdf
  11. 1 point
    En deux années de formation j'ai eu six heures de cours sur la psycho de l'enfant. Trois heures sur l'apprentissage de la lecture. Aucune formation sur les stratégies d'apprentissage ou sur les grands modèles pédagogiques. Mais des dizaines d'heures à éplucher les programmes, à analyser les manuels pour devoir conclure qu'ils étaient tous nuls et qu'il fallait tout construire soi-même et aucune réponse à la moindre question concrète avant ou après les stages. Alors, ça ou rien.... Sérieusement, ça sert à quoi un formateur ESPE ?
  12. 1 point
    Se battre pour quoi ? moi j'ai fait deux ans d'IUFM, c'était une catastrophe, 90 % de la formation c'était du vent, et par contre, toutes les questions que l'on posait étaient écartées par les formateurs qui nous répondaient invariablement que nous devions trouver par nous-mêmes, que c'est l'expérience qui répondrait ou que ce n'était pas leur rôle. Alors, à quoi servent-ils ? pourquoi sont-ils payés ? comment se fait-il qu'année après année les jeunes se plaignent toujours de la nullité de la formation mais que rien ne change ? et qu'est-ce-que les titulaires peuvent faire ? je suis curieux de savoir.
  13. 1 point
    Bien aimé le 1er tout juste commencé le 2ème
  14. 1 point
    Dans tous les cas, les différents ministres peuvent dire ce qui les arrange ou transmettre les infos qu'ils désirent. Pire, elles sont mensongères (NVB voyait déjà une amélioration des résultats avec les 4 jours !!). Honteux...
  15. 1 point
    Ce qui pêche, c'est comme dans tous les domaines enseignés à l'école, c'est la formation des enseignants. Des outils très bien faits, il y en a à la pelle (manuels, fichiers, ressources sur internet...), des avancées scientifiques aussi, et ceci dans le domaine des mathématiques, mais aussi de la compréhension de l'écrit, de l'écriture,....... Comme beaucoup d'autres enseignants, je ne compte plus les heures que je passe à me former, toute seule, et ceci dans tous les domaines, en bouquinant, en furetant sur internet... En tout cas, ce ne sont pas (ou alors très rarement) les heures de formation que nous obligent à suivre nos IEN qui me permettent d'avancer et de me former à mon métier, et c'est vraiment désolant ! Je suis une enseignante épuisée, en manque d'énergie, mais je suis toujours aussi passionnée par mon métier et par la recherche des réponses à apporter aux difficultés rencontrées par mes petits élèves, et je pense qu'on est nombreux dans ce cas... A quand les formations réellement efficaces dans les circonscriptions ? Des conférences de Goigoux, Dumont.... Des "mises à jour" sur les dernières avancées scientifiques... Des concertations d'équipe... Et pour mettre tout ça en place, il faut nous donner des heures de formation, revaloriser notre salaire et notre métier... Bref, j'enfonce des portes ouvertes, mais marre des déclarations politiques suivies de coups de poignards dans le dos (PPCR reculé, gel du point d'indice...), marre de ne pas être considérés comme de VRAIS spécialistes que nous sommes...
  16. 1 point
    - proclamer la neutralité axiologique du libéralisme: l'économie ne reconnaît ni le bien ni le mal. - développer la pub, moteur de la consommation, qui associe l'image de la femme érotisée à la marchandise pour amplifier la pulsion d'achat. La femme est "chosifiée" pour atteindre un objectif marketing plus important que sa dignité. - accepter et banaliser la pornographie (un business énorme, c'est bon pour le PIB). Mais le porno en libre accès pour les ados modifie profondément leurs comportements envers l'autre sexe. Le porno, c'est utiliser l'autre comme un objet de jouissance. C'est une relation de violence. - s'étonner naïvement ou fourbement que la femme en subisse les conséquences. - proclamer qu'il faut éduquer, mais ne rien changer aux causes du problème. - s'étonner dans 5 ans que ça a encore empiré. - répéter stérilement qu'il faut éduquer. " A mesure que diminue la liberté économique & politique, la liberté sexuelle a tendance à s'accroître en compensation." Aldous HUXLEY, 1946, Brave New World
  17. 1 point
    Et ben ici, pareil que Chrys93, retour aux 4 jours (+retour à une pause méridienne de 2h au lieu d'1h30), c'est la première fois que j'aborde les vacances sans les attendre de tout mon être, sans être complètement à plat pendant le premier week-end ! Bon, ok, j'ai une classe de cp pur, à 15, sans aucun comportement difficile, et des élèves que j'ai eu l'année dernière en gs. Le truc de ouf, exceptionnel. D'accord. Mais mes enfants en CM2 et CP (pas dans ma classe) ne sont pas non plus si fatigués. On ne court plus. Le mercredi à la maison est d'un calme ! Pendant qu'elles se posent, je réajuste aussi ma fin de semaine, après m'être reposée le matin. Je me sens beaucoup plus encline à me donner à fond, depuis que j'ai le temps de m'autoriser à faire aussi autre chose. Mes élèves le ressentent aussi, je trouve. Et pour tous les collègues, c'est le même sentiment de calme revenu. Pas forcément en récré, mais dans les vies perso et à moindre mesure, dans les classes aussi. J'ai quand même cru à un moment donné, que j'avais perdu le jeudi, mais non, même pas. Et j'ai gagné aussi le vendredi. Que c'est bon ! Mais ceci, n'est qu'un témoignage personnel. Je sais qu'il n'en va pas de même pour tout le monde.
  18. 1 point
    ce2, c'est bien souvent encore un peu juste pour comprendre le second degré. A 8 ans et des brouettes, on manque un peu de recul et de maturité.
  19. 1 point
    La majorité ne cite pas nommément l'agresseur/le harceleur. Dans l'ensemble, on a quand même cette conscience du risque de diffamation (quoique, si ça pouvait permettre l'ouverture d'une vraie enquête donnant une possibilité à la victime de se défendre réellement...) et, tout simplement, malgré tout, du respect de l'autre. Ce n'est pas parce que l'autre s'est comporté en enflure qu'on doit se rabaisser à son niveau. Après, je comprends parfaitement cette envie/ce besoin de dénoncer pour protéger d'éventuelles nouvelles victimes. Les gens ont tendance à rester sourds. C'est comme les "tout le monde savait" : ben oui, tout le monde savait, mais tout le monde se tait. Pourquoi ? Quand au fait de dénoncer par une plainte : oui, mille fois oui. Le gros problème encore, c'est qu'il faudrait qu'il y ait une véritable enquête. Pas un truc où 95% des plaintes finissent au placard, classées sans suite, circulez y'a rien à voir. Parce que là, le type il se dit (et il dit aux autres ahah ) : "ben vous voyez, y'a pas de poursuite, donc j'ai rien fait, donc elle ment". Bref, on en parle beaucoup en ce moment, c'est bien, ça peut amener à faire réfléchir quelques personnes. Maintenant, est-ce que ça va être suivi d'effets ou est-ce que ça va retomber comme un soufflet ?
  20. 1 point
    Réussir à persuader les 3/4 des gens (au minimum) de penser un truc en particulier c'est prodigieux, il faudrait breuveter la méthode!
  21. 1 point
    C'est dommage qu'il ait été là. Il faudrait que les enfants restent en dehors des problèmes entre adultes.
  22. 1 point
    C'est davantage la répartition de cette année qui pose problème qu'un CP-CE1 à 12, à mon humble avis ... Je n'ai pas compris quand le CP-CE1 est envisagé ? Pour le retour des vacances de Toussaint ? Pour l'an prochain ? Et si oui, pourquoi commencez-vous déjà à vous préoccuper de l'année prochaine alors que nous sommes en octobre ?
  23. 1 point
    Oui enfin là, vous exagérez. On peut élever son enfant dans ces valeurs là et d'autres familles le font. Il ne sera pas exclu pour autant. Après ne pas vouloir d'enfant est un choix qui se respecte. Mais l'argument selon lequel si vous respectez vos valeurs, il sera exclu est pour le moins fallacieux. La société est aussi ce que nous en faisons.
  24. 1 point
    Et dire que moi je pensais que les collègues pouvaient comprendre que éplucher les textes au service certes de mon syndicat, mais aussi du forum, que gérer une classe, une rentrée de directrice, pouvait me dispenser de passer 20 minutes à retrouver des informations déjà données, des références déjà mises en lien sur un post qui porte sur le même sujet... Par ailleurs, je croyais qu'entraide signifiait une considération réciproque (parce que je crois que la réponse est donnée), et donc que les choses écrites étaient lues. Mais oui, je ne suis qu'une grosse méchante qui ne donne pas ses infos et qui ne veut pas aider. La preuve, tu n'as pas eu ta réponse. Bonsoir, j'ai autre chose à faire.
  25. 1 point
    Toujours très intéressant de la part d'un journal qui ne s'est pas gêné pour dégrader l'image des profs ces 20 dernières années. Il n'a bien sûr aucune responsabilité ni complicité avec les politiques pour cet irrespect du prof désormais ancré dans la pensée du français moyen (et même celui qui est soi-disant cultivé est bien tombé dans le piège).
  26. 1 point
    Mais si! c'est le bon endroit ! Très bien d'avoir ouvert ce post ! Dans les autres posts, on ne parle pas de la même chose ! A force de vouloir tout concentrer sur le même post, on perd en efficacité sur la lecture de ceux-ci et on disgresse...et on se perd sur les sujets.... et ça fait des longueurs qui deviennent inintéressantes Toi, tu parles d'injustice du système ..... Je trouve ( excusez-moi) désagréable de rabrouer comme ça les collègues sous prétexte qu'ils ne sont pas au bon endroit...Certaines fois, je trouve que ce n'est pas justiifié....
  27. 1 point
    Il ne s'agit pas uniquement de mon cas personnel ! Je n'ai nullement envie de parler de rendez-vous de carrière, je ne suis pas concernée. J'essaie de rentrer en contact avec des personnes dans le même cas que moi, pour savoir s'ils ont des infos que je n'ai pas ! Cela ne me semble pas difficile à comprendre ! Si ça n'est pas le bon endroit, tant pis.
  28. 1 point
    Bonjour, Je ne sais pas mais pourrais-tu stp poser ta question dans une des trèèèèèèèèès nombreux posts déjà ouverts au sujet du PPCR, des rendez-vous carrière, au 6ème échelon, au 8ème échelon... Désolé, mais ça devient illisible tout ces posts récurrents.
  29. 1 point
    Tu réponds; je suis profondément d'accord avec toi il y a bien trop de pauses pour les enseignants ..... donc désormais la règle sera appliquée TOUS les enseignants sont de service puisque responsables de la sécurité de leurs élèves du premier arrivé au dernier parti et il n'y a aucune obligation de faire des services En tant que directrice je décide donc que pour la sécurité des enfants Chaque enseignant est responsable de ses élèves. Et le jour de décharge je ne suis pas en responsabilité de classe donc pas de récré puisque pas d'élèves mais en responsabilité de dossiers donc je surveille les dossiers!!! Elles sont hallucinantes tes collègues .....
  30. 1 point
    Je croyais que la directrice n avait pas le droit de gérer la coop !?
  31. 1 point
    Je ne me souviens plus, sauf si tu évoques la réforme des rythmes ... Ça m'agace que certains, qui n'ont rien trouvé à redire à la politique éducative de ces derniers 5 ans, veuillent à tous prix nous mettre en grève ou en révolte maintenant, quitte à édulcorer fortement ce qui s'est passé avant, comme en oubliant que de 2012 à 2016, on s'est fait flouer, donc que les 1.2% d'augmentation de 2016 sont anecdotiques au regard de ce u'on a perdu.
  32. 1 point
    Bravo Natoo ! Ce que tu décris là, ça s'appelle avoir de la gratitude et c'est une attitude dont on a aujourd'hui prouvé scientifiquement les effets bénéfiques. Perso, je me suis fait un petit carnet spécialement dédié pour noter quotidiennement au moins 3 choses pour lesquelles j'ai de la gratitude. Et je m'oblige à le faire y compris les jours de galère. Parfois, c'est un vrai défi mais ça oblige le mental à regarder le bon côté des choses et à sortir d'une vision unicolore de la vie. Je vous assure : expérimentez, vous allez être surprise vous-même des résultats ! Eprouver de la gratitude quotidiennement et régulièrement est vraiment très puissant pour changer sa vision du monde et y faire entrer toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ! Et si vous voulez aller plus loin sur le sujet, vous pouvez consulter les vidéos de David Laroche sur Youtube (Je préfère prévenir : ou on adore, ou on déteste) et lire le livre de Florence Servan-Schreiber : 3 kifs par jour !
  33. 1 point
    Tu dois enseigner dans un bon milieu, non ? Même dans des milieux classiques, j'ai connu des élèves de ce type ... en début de CP. Si elle est de fin d'année et suivie par un orthophoniste, que tu la prends en APC, laisse-lui le temps. Y a-t-il un maître E qui pourrait la prendre en charge ? Tu lui fais faire la même chose que les autres PLUS tu la sollicites en permanence pour évaluer l'évolution de ses connaissances. Et tu n'oublies pas de mettre ses parents à contribution et laisser des traces écrites sur ses livrets de toutes tes démarches et réponses de la famille.
  34. 1 point
  35. 1 point
    Ce qui a changé, c'est qu'il y avait autrefois beaucoup plus de parents impliqués ...
  36. 1 point
    Non mais sérieusement, quand on lit ça......................................; Déjà les filles, ce n'est pas de votre faute! Qui pourrait gérer ça????? Sérieusement! C'est aux supérieurs de faire quelque chose! Flute à la fin, ils pensent qu'on va pouvoir contenir tout ça combien de temps avant que ça n'explose? Donc faites remonter, comme vous a conseillé Caille je crois! Quand je suis arrivée dans mon école actuelle, on en avait 2 par classe des comme ça...... violent, crise etc.... Tout le monde craquait et l'IEN inexistant...... Et puis le dirlo fut arrêté puis j'ai pris la direction, puis soucis de santé, ma classe a explosé. Je suis allée voir l'IEN, j'ai pleuré devant lui en lui disant que je n'arrivais pas à gérer ces enfants là, que j'avais besoin d'aide, il m'a tapoté sur l'épaule "Allez vous allez y arriver on vous faite confiance".......... "Ne me faites pas confiance, monsieur, ne me faites pas confiance, je ne sais pas faire" Bref, il s'est rien passé............. j'ai fait une déclaration danger grave et imminent, cosignée avec toute l'équipe.............. et les CPC m'ont dit que la seule solution c'est que je sois arrêtée moi aussi....... mon médecin l'a fait (fallait voir l'état) et là............ tout est redescendu, l'IEN est intervenu dans les EE de mes élèves, le RASED a occupé l'école, les CPC aussi, on a eu une formation d'équipe, les parents ont été mis au pied du mur.......... et ça a été mieux (en tout cas dans ma classe). Maintenant nouvelle équipe, nouvelle IEN au top, nouveau RASED............. toujours les mêmes gamins mais ils sont gérés par tout le monde. On en a un comme le tien en CE2, dirlo vient de prendre RV avec les parents en leur disant que c'était soit traitement médical soit c'était pas possible et ça remontera en haut. BON BON courage! Ce n'est pas à vous de vous adapter à ça!!!!!!!!!!!! Vous croyez vraiment que vos IEN tiendraient votre classe? Et on est en ordinaire pas en spécialisé............ Et prenez soin de vous! Ces enfants là sont malheureux là où ils sont car ils n'ont pas les suivis nécessaires à l'EXTERIEUR! Vous n'avez pas qu'un seul élève. LES AUTRES ONT LE DROIT DE TRAVAILLER DANS DE BONNES CONDITIONS ET VOUS AUSSI. Et ces enfants ont besoin qu'on les aide en dehors. On n'est pas leurs parents.
  37. 1 point
    Votre témoignage détaillé permet de mettre en lumière le lien entre des événements vécus en début de carrière et votre angoisse aujourd'hui alors que plus rien ne la justifie, comme vous le dites si bien. Vous parlez de "violence inouïe", subie, "l'entrée dans ce métier vous a cassée". Alors si vous voulez bien, je vais mettre un mot sur ce qui vous arrive : cela s'appelle un trauma psychologique et votre angoisse d'aujourd'hui est très probablement la conséquence de ce trauma. Votre inconscient est bloqué émotionnellement sur ce trauma et donc tout ce que vous vivez à l'école est vécu à travers le prisme de cet événement traumatique. Pour vous en libérer, il existe différentes techniques de libération émotionnelle : l' EFT, l' EMDR, l'hypnose, la kinésiologie etc. Il ne s'agit pas là d'ouvrir un débat sur l'efficacité ou non de ces méthodes mais juste de mentionner leur existence. Et si vous souhaitez travailler avec un professionnel formé à l'une de ces techniques, consultez le site officiel de chaque technique qui recense l'ensemble des professionnels (par exemple, pour l'EFT, c'est l'IFPEC si mes souvenirs sont bons). Malheureusement, dans notre métier aujourd'hui, des événements traumatiques dont nous sous-estimons à tort l'impact durable psychologiquement, il y en a de plus en plus : un(e) inspecteur-trice humiliant(e), un élève (des élèves) souffrant de graves problèmes psy et qui vous "vampirise", une agression verbale, voire physique d'un parent ou d'un élève etc. Ce qui rend parfois difficile le traitement de certains symptômes psy ou physiques, c'est qu'on ne fait pas toujours le lien avec des événements parfois fort éloignés dans le temps qu'on "pense" avoir "digéré". Et c'est bien là tout le problème : le mental pour lui, c'est OK mais pas pour la partie émotionnelle. Prenez soin de vous !
  38. 1 point
    Bonjour à tous, Je trouvais intéressant de pouvoir avoir une vision d'ensemble du concours. Aussi, à partir du sujet dédié aux seuils du CRPE 2017 et aux chiffres disponibles sur le site de l'EN, j'ai compilé ces chiffres dans un tableau que je vous propose ici. Toutes les académies n'ont pas encore donné leurs seuils, je complèterai au fur et à mesure que ces informations arrivent. J'ai collé directement le tableau car je n'ai pas trouvé comment insérer un tableau html. Si je peux, je mettrai un tableau plutôt qu'une image.
  39. 1 point
    Entièrement d'accord. Tes compétences, seul l'IEN est en droit de les vérifier. Tu n'as AUCUNEMENT à te justifier avec tes outils professionnels. Vous êtes là pour parler de la scolarité (et de l'attitude !) de son fils. Si elle ne comprend pas certaines choses concernant ta pratique de classe, tu peux éventuellement réexpliquer comme tu l'as certainement fait en réunion de classe (où elle n'a peut-être pas assez écouté !) et le lui faire remarquer. Si j'étais la CPC (je le suis), je serais un témoin "muet". Du moins tant que cette dame est dans la discussion et non pas dans l'accusation. Je ne me permettrais d'intervenir que pour faire une mise au point, un rappel à la loi concernant l'attaque d'un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions et lui rappeler que seul le supérieur hiérarchique peut juger des qualités professionnelle d'un enseignant. Si la dame n'est pas contente, personne ne la retient dans cette école.
  40. 1 point
    Pour les documents que tu dois avoir ce sont les cahiers et les évaluations de cet enfant son enfant car c'est de son enfant dont on va parler , elle est inquiète pour SON chérubin chéri d'amour tout sucre et adorable. Elle n'a aucun droit de voir ton cahier journal, si elle en veut la teneur elle demande à l'IEN Par contre Madame vous êtes tant inquiète pour votre enfant que je préfère vous recevoir, car vous n'avez pas eu la possibilité d'en parler avec moi. Voici le programme OFFICIEL de l'éducation nationale, votre enfant a déjà acquis cela, en appliquant la pédagogie différenciée prônée par le ministère , votre enfant apprendra le mois prochain en mathématiques ... comblera ses lacunes en français dans le domaine .... et commencera à acquérir les bases de la morale civique en apprenant que les gestes grossiers posés dans le dos d'une personne sont assimilables à une insulte, qu'étant enfant il ne peut pas être puni mais que ses parents responsables seuls de son éducation peuvent l'être La responsabilité des parents du fait de leur enfant est un type de responsabilité du fait d'autrui. Il s'agit de la situation dans laquelle un enfant cause un dommage et engage dès lors la responsabilité délictuelle de ses parents. Ce type de responsabilité est régi à l'article 1384 [archive] ancien du Code civil, nouvellement article 1242 [archive] suite à la réforme de 2016 dont le 4e alinéa dispose que : « Le père et la mère, en tant qu'ils exercent l'autorité parentale, sont solidairement responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux. » Ne parle pas de toi mais de l'enfant: Chaque fois qu'elle voudra attaquer sur le personnel ou l'affect tu recadres en parlant de positionnement professionnel et tu emploies les mots les plus pédago-gazeux que tu connaisses, tu connais ton métier pas elle, tu connais le langage hermétique de la pédagogie .. Si elle attaque sur le terrain moi je sais pas vous tu as gagné
  41. 1 point
    1. Ah oui je l'avais oubliée cette activité parasite. Quelle imagination à ce niveau! 2. Encore du temps perdu et la même remarque: toujours des élèves qui ne se sentent pas concernés. Je n'ai pas la solution...Et puis je veux bien qu'on me dise que ça a changé, mais concrètement je dois faire quoi, moi? http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/02/contre-l-ideologie-de-la-competence-l-education-doit-apprendre-a-penser_1566841_3232.html Extraits: P. M. : Pour avoir enseigné récemment en CM2 après une interruption de plusieurs années, je n'ai pas tant été frappé par la baisse du niveau que par l'extraordinaire difficulté à contenir une classe qui s'apparente à une cocotte-minute. Dans l'ensemble, les élèves ne sont pas violents ou agressifs, mais ils ne tiennent pas en place. Le professeur doit passer son temps à tenter de construire ou de rétablir un cadre structurant. Il est souvent acculé à pratiquer une "pédagogie de garçon de café", courant de l'un à l'autre pour répéter individuellement une consigne pourtant donnée collectivement, calmant les uns, remettant les autres au travail. Il est vampirisé par une demande permanente d'interlocution individuée. Il s'épuise à faire baisser la tension pour obtenir l'attention. Dans le monde du zapping et de la communication "en temps réel", avec une surenchère permanente des effets qui sollicite la réaction pulsionnelle immédiate, il devient de plus en plus difficile de "faire l'école". Beaucoup de collègues buttent au quotidien sur l'impossibilité de procéder à ce que Gabriel Madinier définissait comme l'expression même de l'intelligence, "l'inversion de la dispersion". En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/02/contre-l-ideologie-de-la-competence-l-education-doit-apprendre-a-penser_1566841_3232.html#vvi9KXmh84V38Rfl.99
  42. 1 point
    Le plus simple serait de réserver ce métier aux hommes, voilà tout...
  43. 1 point
    Je ne vois pas en quoi je suis dure. Et surtout "toujours dure". Ma déjà longue carrière m'a amenée à assister à des situations de ce type et je donne mon avis. Je ne crois pas qu'on aide réellement quelqu'un en ne faisant que le conforter dans le "ce que tu vis est très injuste et on doit te rendre justice" car hélas, ce n'est pas toujours le cas et plus dure est la chute si on ne s'y est pas préparé. Et pour ma dernière réflexion, je ne pense pas qu'on puisse régler un problème de "parents pénibles" en traitant différemment des autres leurs enfants. Ça risque même de les inciter à réclamer davantage et à encourager d'autres parents à revendiquer. Il me semble qu'il vaut mieux réfléchir à l'attitude qu'on pourrait adopter pour qu'il n'y ait pas de possibilité pour n'importe lequel des parents de trouver matière à vous attaquer. C'est curieux les attaques répétées dont je suis l'objet ces derniers temps ...
  44. 0 point
    Cela me semble pourtant être lié. Mais il y a encore d'autres posts qui pourraient tout autant être liés à ta question (rien qu'en deuxième page : changement d'échelon ). Je comprends qu'on ait tous envie de parler de son cas personnel, mais chacun doit aussi faire un effort pour que le forum reste lisible de tous.
  45. 0 point
    On se débrouille, on subit, on se fait parfois insulter par les parents .... nous avons le cas tous les ans mais nous comptons toutes les unes sur les autres et faisons des équipes éducatives souvent pour essayer de trouver des solutions et faire comprendre certain truc aux parents (pas facile en ZEP). Je suis moi-même maman d'une enfant handicapée et j'arrive à désamorcer certaines situations mais ce n'est pas mon boulot ! L'EN nous laisse dans la m***, avec du bricolage de solutions. Tous les ans, en plus de nos classes difficiles, on a des profils d'enfants spéciaux .... L'an dernier fut le summum ! Mais notre chère inspectrice a été bien sympa de m'octroyer un AVS 3 jours avant mon inspection fin mai. Le reste de l'année, ce fut terrible. Je m'en suis sortie car c'était un élève autiste et que je connais (mais ce fut terrible quand même) et l'autre petit handicapé était calme (mais pas pu trop bosser avec lui) ! Franchement, l'école devient n'importe quoi et finalement, ne repose que sur nos frêles épaules .... que d'énergie à devoir toujours trouver des solutions pour tout en plus du boulot quotidien. Et au milieu de tout cela, il y a des enfants. Le problème de reconnaissance de handicap est un souci typiquement français car même avec un diagnostique, les démarches prennent un temps fou et on doit même se battre parfois pour l'avoir ! Les demandes d'AVS, une vraie corvée qui quand elle aboutit, n'est pas toujours satisfaisante car le recrutement est hasardeux. La problématique est très complexe ....
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00