• Annonces

    • André Jorge

      ACCEDER RAPIDEMENT AU SITE EDP AVEC SON MOBILE   25/01/2018

      Pour accéder facilement et rapidement au site EDP, il suffit de créer un raccourci sur l'écran d'accueil de votre mobile. La démarche avec un iphone est expliquée dans ce billet du blog sur le site EDP :  
    • André Jorge

      COMMENT FAIRE POUR SUIVRE UN SUJET   02/02/2018

      Bonjour. Je vous explique ci-dessous la procédure pour suivre un sujet. Merci de l'utiliser et de ne plus poster de message du style "Pour suivre" dans les sujets, afin de ne pas gêner les discussions et éviter également de surcharger la base de donnée du site. Pour suivre un sujet, il suffit simplement de cliquer sur le bouton "Suivre" qui se trouve en haut à droite de chaque sujet : Il ne vous reste plus ensuite qu'à choisir le nombre de notifications qui vous seront envoyées : => Cliquez sur les images ci-dessus si vous voulez les afficher en plus grand.  
avenel

pai valium et mode d'administration

Messages recommandés

avenel

voila j'ai fais les inscriptions cet aprés midi et un cas que je n'avais jamais eu s'est présenté, un élève convulse des qu'il a plus de 38 de fièvre il monte rapidement en fièvre et convulse et la prescription c valium par voie rectale; euhhhhhhhhhhhhhhhhhh comment on fait à l'école??????

je suis en attente de la réponse du médecin scolaire mais si qqun a déjà eu le cas....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Malakime

Ma collègue a un élève qui a un PAI pour cette raison. Long long débat en conseil car elle refusait de le faire car ça représente un acte médical. Du coup réunion avec le médecin scolaire et je crois qu'ils sont parvenu à un "accord" car la grand mère de l'enfant travaille en élémentaire à côté et serait par défaut la personne qui agirait. Le médecin lui a expliqué la procédure au cas où la grand mère ne serait pas là.

Tu pourrais demander qu'on te montre?

Franchement je trouve que c'est pas rien, pas évident..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nathoune54

Voir avec le doc s'il ny a pas un autre moyen. Par voie rectale c'est plus rapide mais mon fils qui a 7 ans et qui fait des séjour hopital a souvent des suppo mais avec moi c'est impossible, quand c'est un doc plsu rapide plus "net" klak c'est fini :blush: alors je te souhaite bon courage parce qu'en plus s'il convulse il bouge donc va viser juste :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
muralth

J'ai le cas dans mon école pour la deuxième fois. Il ne faut pas avoir peur avec le terme d' "acte médical". En réalité, il ne s'agit que d'une sorte de seringue mais sans aiguille, avec un embout qu'il faut insérer, à la manière d'un suppositoire. Rien d'effrayant, pas de possibilité de fausse manipulation ou d'erreur. La principale difficulté réside dans le fait que l'enfant en convulsion peut être difficile à maintenir selon l'intensité de la convulsion, et donc problème pour insérer la canule.

En tout état de cause, dans le PAI figurera le fait qu'il faut contacter le SAMU en cas de convulsion, et si vous n'arrivez pas à administrer le Valium, ils vous diront de ne pas insister.

Vous devez juste faire de votre mieux, mais des médecins eux-mêmes, dans certains cas, estiment qu'il n'est pas possible de l'administrer (ils reviennent d'ailleurs de plus en plus là-dessus et conseillent de plus en plus d'attendre la fin de la convulsion pour agir), donc ne paniquez pas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny

Déjà eu le cas, j'ai fait le PAI sans me poser plus de problème existenciel...

Je comprends que l'on puisse être rétiscent mais je ne me suis pas posé de question à l'époque et ne m'en poserais pas plus maintenant; il me semble que le PAI est fait justement pour pouvoir faire ces actes médicaux au même titre que quand on met un pansement ou qu'on administre de la ventoline par exemple...

:wink:

Pareil. Le médecin m'avait montrer ainsi qu'à l'atsem. Signalé dans le PAI. Je n'ai pas eu à le faire en deux années.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
andaloucia

J'ai cette année un élève avec AVS . Il est dans l'école depuis l'an dernier. Il a aussi des crises convulsives avec nécessité d'injection de valium par voie rectale. Dans ces cas là, la procédure mise en place dans le PAI est la suivante:

- coucher l'enfant sur le sol

- le mettre sur le côté dès que possible

- sécuriser la zone et noter l'heure de début de crise

- appeler le 15 et dire "convulsion-valium à l'école- Pai"

- l'injection se fait alors sur prescription médicale du 15

- prévenir la famille

- ne pas quitter l'enfant

Cette année il a fait une crise à l'école.Concrètement:

- j'ai confié ma classe à la collègue d'à côté. Toute l'école est au courant et tout le monde est attentif sans pour cela rentrer dans la psychose, et sait quoi faire si nécessité. Même les élèves ont été sensibilisés car pour cet enfant pas de nécessité de fièvre cela peut arriver n'importe quand.

-on a procédé aux différentes étapes. je n'étais pas vraiment très à l'aise mais je ne pouvais pas rester sans rien faire, et par chance comme nous sommes 2 (l'avs et moi) la maman prévenue en même temps que les secours est arrivée à temps pour faire elle-même l'injection. Donc je n'ai rien fait, mais ça m'a permis de voir comment ça se passait et de dédramatiser un peu la chose. En effet, le SAMU est arrivé10mn après et a pris le relais. Pendant tout ce temps on est resté en contact avec le SAMU qui est très rassurant.

De plus, j'ai demandé à l'un des parents de m'accompagner à chaque sortie.

Alors au début de l'année, quand j'ai su que c'était moi qui avait cet enfant dans la classe j'ai stressé et puis le fait d'assister à cette crise m'a un peu rassurée. J'ai vu quoi faire et comment si nécessaire.

En espérant que je n'ai jamais à le faire, je ne vis pas non plus avec la boule au ventre. Mais l'AVS, le gère parfaitement. Elle connait les signes de fatigue.

Dans ces cas là, elle aménage des temps de pause ou lui fait prendre du sucre.... On reste vigilantes! On a même appelé les parents une fois car on sentait que ça n'allait pas et on préférait prendre les devants. Il a fait une crise le soir même et est parti aux urgences!

On a la chance que les parents s'arrangent pour avoir des horaires décalés et donc qu'à tout moment l'un deux est susceptible de débarquer rapidement . Ca rassure!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
plumebulle

j'ai eu le cas aussi, mais là, la maman avait fourni une dose de valium avec une seringue à mettre dans la bouche, au niveau de la joue ( enfant à mettre sur le côté ), car elle trouvait que c'était plus pratique pour moi ( tout ça bien sûr avec accord du professeur suivant l'enfant à l'hôpital ).

Bien sûr je me suis posée des questions, plus dans le cas où je ferais mal la manip' etc ( c'est pas rien quand même le valium )... mais voilà, après grosse discussion avec le médecin scolaire et la maman, bah s'il avait fallu, je l'aurais fait sans aucune hésitation... ( heureusement jamais eu besoin ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
novayla

J'ai cette année un élève avec AVS . Il est dans l'école depuis l'an dernier. Il a aussi des crises convulsives avec nécessité d'injection de valium par voie rectale. Dans ces cas là, la procédure mise en place dans le PAI est la suivante:

- coucher l'enfant sur le sol

- le mettre sur le côté dès que possible

- sécuriser la zone et noter l'heure de début de crise

- appeler le 15 et dire "convulsion-valium à l'école- Pai"

- l'injection se fait alors sur prescription médicale du 15

- prévenir la famille

- ne pas quitter l'enfant

Cette année il a fait une crise à l'école.Concrètement:

- j'ai confié ma classe à la collègue d'à côté. Toute l'école est au courant et tout le monde est attentif sans pour cela rentrer dans la psychose, et sait quoi faire si nécessité. Même les élèves ont été sensibilisés car pour cet enfant pas de nécessité de fièvre cela peut arriver n'importe quand.

-on a procédé aux différentes étapes. je n'étais pas vraiment très à l'aise mais je ne pouvais pas rester sans rien faire, et par chance comme nous sommes 2 (l'avs et moi) la maman prévenue en même temps que les secours est arrivée à temps pour faire elle-même l'injection. Donc je n'ai rien fait, mais ça m'a permis de voir comment ça se passait et de dédramatiser un peu la chose. En effet, le SAMU est arrivé10mn après et a pris le relais. Pendant tout ce temps on est resté en contact avec le SAMU qui est très rassurant.

De plus, j'ai demandé à l'un des parents de m'accompagner à chaque sortie.

Alors au début de l'année, quand j'ai su que c'était moi qui avait cet enfant dans la classe j'ai stressé et puis le fait d'assister à cette crise m'a un peu rassurée. J'ai vu quoi faire et comment si nécessaire.

En espérant que je n'ai jamais à le faire, je ne vis pas non plus avec la boule au ventre. Mais l'AVS, le gère parfaitement. Elle connait les signes de fatigue.

Dans ces cas là, elle aménage des temps de pause ou lui fait prendre du sucre.... On reste vigilantes! On a même appelé les parents une fois car on sentait que ça n'allait pas et on préférait prendre les devants. Il a fait une crise le soir même et est parti aux urgences!

On a la chance que les parents s'arrangent pour avoir des horaires décalés et donc qu'à tout moment l'un deux est susceptible de débarquer rapidement . Ca rassure!

+1 pour la marche à suivre. J'ai la même pour une de mes élèves (c'est la seule non stabilisée, 5 autres sont sous traitement).

Surtout ne pas oublier de noter/retenir le début de la crise, c'est super important !

Appeler tout de suite le 15 une fois l'élève allongé et l'environnement sécurisé, puis faire en fonction de ce que dit le 15.

4 fois cette année c'est arrivé pour mon élève, par chance c'était les jours où l'aide soignante est là, elle m'a donc aidé à gérer la situation.

Mon élève fait souvent de petites crises à répétition (quelques secondes), on a pu lui donner le valium par cachet (c'est ce que nous avait proposé le 15 la semaine dernière).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
minibou

Ma puce a un protocole valium au cas où. Je confirme que c'est pas si terrible que ça à faire. C'est comme mettre un suppo mais avec un embout particulier (une canule). Après c'est différent quand c'est pas notre enfant mais c'est important d'accepter de le faire je trouve. :blush:

Je conseille de voir une démonstration avec le matériel pour ne pas se trouver au dépourvu en cas de convulsions. C'est pas compliqué mais c'est mieux de voir avant. Ce qui est difficile, c'est de voir l'enfant convulser.

Pour ma puce, la crise doit durer plus de 5 minutes avant d'injecter le produit. Donc il faut effectivement bien regarder l'heure à laquelle commence la crise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
calia

J'ai déjà eu 2 fois des PAI de ce genre dans ma classe. Heureusement, je n'ai jamais eu à le faire. Ce qui me faisait le plus peur, c'est qu'il fallait doser le Valium (prélever avec la seringue dans un flacon, mais pas la totalité du flacon...). J'avais peur sous le coup de la panique d'en administrer trop, c'est quand même pas rien le Valium! Le médecin m'avait rassurée en me disant que même si je me trompais l'enfant ne risquait rien, juste de rester dans un état léthargique un peu plus longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Maïs

Déjà eu le cas, j'ai fait le PAI sans me poser plus de problème existenciel...

Je comprends que l'on puisse être rétiscent mais je ne me suis pas posé de question à l'époque et ne m'en poserais pas plus maintenant; il me semble que le PAI est fait justement pour pouvoir faire ces actes médicaux au même titre que quand on met un pansement ou qu'on administre de la ventoline par exemple...

:wink:

Pareil. Le médecin m'avait montrer ainsi qu'à l'atsem. Signalé dans le PAI. Je n'ai pas eu à le faire en deux années.

Je précise que je n'ai pas eu à le faire en cinq années...

Déjà eu le cas aussi et j'ai du le faire car l'état de l'enfant s'aggravait à vitesse grand V, ce n'est pas compliqué , ce qui a été plus difficile finalement c'est de gérer les vomissements et la crise en elle même..;

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dada

Je me rappelle que le sujet avait été abordé sur un post il y a quelques mois et que je me suis demandé à l'époque si je n'étais pas ET en personne en regard à certaines oppositions virulents... Vos témoignages me rassurent...

:wink:

Je me souviens de ce post et il est vrai que c'était à l'époque nettement plus virulent....

Mais je te confirme tu es bien un E.T., déjà tu es un ours et tu es un homme dans un monde de femmes :heat:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ChantillyFraise

Ma puce a un protocole valium au cas où. Je confirme que c'est pas si terrible que ça à faire. C'est comme mettre un suppo mais avec un embout particulier (une canule). Après c'est différent quand c'est pas notre enfant mais c'est important d'accepter de le faire je trouve. :blush:

Je conseille de voir une démonstration avec le matériel pour ne pas se trouver au dépourvu en cas de convulsions. C'est pas compliqué mais c'est mieux de voir avant. Ce qui est difficile, c'est de voir l'enfant convulser.

Pour ma puce, la crise doit durer plus de 5 minutes avant d'injecter le produit. Donc il faut effectivement bien regarder l'heure à laquelle commence la crise.

De même pourma puce de 22 mois! Elle n'a fait qu'une seule convulsion mais à un protocole car des qu'ils en ont fait une (convulsion thermique : due à la fièvre) ils peuvent soit en refaire soit ne jamais en refaire, on m'a dit que cela pouvait lui re-arriver jusqu'à 3ans1/2.

Effectivement, la premiere chose, regarder l'heure, je ne dois injecter le Valium qu'au bout de 4/5 minutes de convulsion et croyez moi rien que 2 minutes de crise çà parait une éternité!!!!! Par chance dans mon malheur ma puce a fait sa seule crise (croise les doigts) chez le médecin, donc j'ai pu voir comment réagir!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sunday

J'ai eu le tour avec mon fils alors âgé de presque 3 ans (convulsions dues à l'hyperthermie) . Je n'ai jamais fait de PAI, car mon fils est scolarisé dans mon école et que je me promenais moi-meme avec le valium dans mon sac à main jusqu'à ses 5 ans . J'ai eu la chance de ne jamais avoir eu à intervenir ...

Par contre, ce que j'ai du mal à comprendre , c'est que lors de l'hospitalisation de mon fils, on m'avait expliqué que les pompiers n'avaient eux-memes pas le droit d'administrer le valium ... (on avait appelé les pompiers à l'époque car crise à 5h du matin) et qu'en cas de récidive il fallait aller aux urgences ... qui se trouvent quand meme à 1H de route sans bouchons !!! J'ai dû lourdement insister pour qu'on accepte de me fournir le valium pour que je puisse intervenir si besoin !

Alors autant je trouve normal de faire tout pour nos élèves en cas de soucis (et je le ferais , meme si j'appréhende) , autant j'ai du mal à comprendre qu'on nous donne le droit en tant que PE de faire des actes médicaux que meme les pompiers n'ont pas le droit de faire eux-memes ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
primaël

2 PAI de ce type à la dernière rentrée. aucun souci pour les enseignantes concernées et du coup, le médecin scolaire en a profité pour montrer à tout le monde comment faire. Le PAI explique bien toute la procédure et de toute façon, le 15 explique très bien au tél.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
miwi91

et bien, j'applaudis des deux mains quant aux réactions positives qui précèdent (j'étais à l'origine du post précédent qui avait déclenché des réactions fortes): effectivement, le geste n'est pas franchement technique (pas plus qu'avec l'Anapen par exemple) et qu'il permet de stopper immédiatement (1 à 2 minutes au grand maximum) les convulsions. Il faut savoir que pendant les crises convulsives, le cerveau (entre autre) est en souffrance, ce n'est pas rien. Quant à l'injection par voie buccale, ell ne peut pas être utilsée dans tous les cas (dans le cas de mon fils, il y aurait risque de fausse-route!). Un nouveau médicament vient de recevoir l'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) mais il n'est pas encore commercialisé: il permettra une administration par la bouche sans risque et simplifiera grandement la vie des familles d'épileptiques.

Juste une précision pour finir: sur mon département, un document de l'IA a été diffusé à toutes les écoles (début d'année scolaire 2011/2012) stipulant que l'administration de Valium et de Glugagon sont strictement interdites et que les enseignants ne peuvent être poursuivis pour non -assistance dans ces deux cas. Ensuite, il faut vivre avec sa conscience....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pablo

et bien, j'applaudis des deux mains quant aux réactions positives qui précèdent (j'étais à l'origine du post précédent qui avait déclenché des réactions fortes): effectivement, le geste n'est pas franchement technique (pas plus qu'avec l'Anapen par exemple) et qu'il permet de stopper immédiatement (1 à 2 minutes au grand maximum) les convulsions. Il faut savoir que pendant les crises convulsives, le cerveau (entre autre) est en souffrance, ce n'est pas rien. Quant à l'injection par voie buccale, ell ne peut pas être utilsée dans tous les cas (dans le cas de mon fils, il y aurait risque de fausse-route!). Un nouveau médicament vient de recevoir l'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) mais il n'est pas encore commercialisé: il permettra une administration par la bouche sans risque et simplifiera grandement la vie des familles d'épileptiques.

Juste une précision pour finir: sur mon département, un document de l'IA a été diffusé à toutes les écoles (début d'année scolaire 2011/2012) stipulant que l'administration de Valium et de Glugagon sont strictement interdites et que les enseignants ne peuvent être poursuivis pour non -assistance dans ces deux cas. Ensuite, il faut vivre avec sa conscience....

:fear:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dada

et bien, j'applaudis des deux mains quant aux réactions positives qui précèdent (j'étais à l'origine du post précédent qui avait déclenché des réactions fortes): effectivement, le geste n'est pas franchement technique (pas plus qu'avec l'Anapen par exemple) et qu'il permet de stopper immédiatement (1 à 2 minutes au grand maximum) les convulsions. Il faut savoir que pendant les crises convulsives, le cerveau (entre autre) est en souffrance, ce n'est pas rien. Quant à l'injection par voie buccale, ell ne peut pas être utilsée dans tous les cas (dans le cas de mon fils, il y aurait risque de fausse-route!). Un nouveau médicament vient de recevoir l'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) mais il n'est pas encore commercialisé: il permettra une administration par la bouche sans risque et simplifiera grandement la vie des familles d'épileptiques.

Juste une précision pour finir: sur mon département, un document de l'IA a été diffusé à toutes les écoles (début d'année scolaire 2011/2012) stipulant que l'administration de Valium et de Glugagon sont strictement interdites et que les enseignants ne peuvent être poursuivis pour non -assistance dans ces deux cas. Ensuite, il faut vivre avec sa conscience....

Même en cas de PAI??? Et ce document est légal???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
miwi91

je cite le document:

"

Le traitement médical

Les circonstances et modalités de prise de médicaments sont précisées dans le protocole d'urgence rédigé

par le médecin traitant.

La circulaire 2003-135 précise les voies d'administration autorisées en milieu scolaire pour des non

professionnels de santé : voie orale, inhalée ou auto-injectable.

Tout autre mode d'administration, en particulier les traitements nécessitant un remplissage de seringue

(diazépam - Valium - par voie intra-rectale en cas de convulsions, glucagon en cas de diabète… ne peut

être effectué que par un professionnel de santé. L'argument de non assistance à personne en danger

opposée par les familles ne saurait être retenu : en effet la seule obligation des personnels de l'éducation

nationale est de faire appel au SAMU et de suivre les consignes du médecin régulateur.

Il est cependant possible de déposer ces médicaments à l'école, le PAI précisant alors que "l'administration

sera réalisée à l'arrivée des secours sur place".

De même, dans le cas particulier du diabète : la mesure de la glycémie ("dextro") à l'aide d'un stylo auto

piqueur peut être effectuée par un personnel non professionnel de santé qui notera le résultat. En revanche,

seuls des professionnels de santé ou l'élève et sa famille ayant reçu une éducation thérapeutique sont

habilités à interpréter le chiffre et à décider de l'attitude thérapeutique qui en découle."

En fait, on peut jouer sur les mots, le Valium n'est pas un traitement médical (au sens où on l'entend, les enfants épileptiques ont un traitement médicamenteux quotidien par voie orale), il s'agit d'un médicament à utiliser dans le cadre du protocole d'urgence. Mais rien à faire, les enseignants ont interdiction de l'administrer... Face à la machine administrative, on est bien peu puissant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
minibou

pffff

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dada

je cite le document:

"

Le traitement médical

Les circonstances et modalités de prise de médicaments sont précisées dans le protocole d'urgence rédigé

par le médecin traitant.

La circulaire 2003-135 précise les voies d'administration autorisées en milieu scolaire pour des non

professionnels de santé : voie orale, inhalée ou auto-injectable.

Tout autre mode d'administration, en particulier les traitements nécessitant un remplissage de seringue

(diazépam - Valium - par voie intra-rectale en cas de convulsions, glucagon en cas de diabète… ne peut

être effectué que par un professionnel de santé. L'argument de non assistance à personne en danger

opposée par les familles ne saurait être retenu : en effet la seule obligation des personnels de l'éducation

nationale est de faire appel au SAMU et de suivre les consignes du médecin régulateur.

Il est cependant possible de déposer ces médicaments à l'école, le PAI précisant alors que "l'administration

sera réalisée à l'arrivée des secours sur place".

De même, dans le cas particulier du diabète : la mesure de la glycémie ("dextro") à l'aide d'un stylo auto

piqueur peut être effectuée par un personnel non professionnel de santé qui notera le résultat. En revanche,

seuls des professionnels de santé ou l'élève et sa famille ayant reçu une éducation thérapeutique sont

habilités à interpréter le chiffre et à décider de l'attitude thérapeutique qui en découle."

En fait, on peut jouer sur les mots, le Valium n'est pas un traitement médical (au sens où on l'entend, les enfants épileptiques ont un traitement médicamenteux quotidien par voie orale), il s'agit d'un médicament à utiliser dans le cadre du protocole d'urgence. Mais rien à faire, les enseignants ont interdiction de l'administrer... Face à la machine administrative, on est bien peu puissant.

Donc si le médecin régulateur demande que le protocole soit appliqué et que l'on refuse on est hors texte, et comme les appels sont enregistrés nous sommes bien dans le cas de non assistance, je dis ça, je dis rien hein mais devant un tribunal à voir....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Picasso59

Up !

J'ai lu ce document de 2003. Je ne veux pas revenir sur "je le fais/je le fais pas". Je veux juste savoir où je me situe en responsabilité clairement. Je suis d'accord avec la dernière intervention de dada.

Il semble qu'il y ait un texte de 2009 ? qui lève cette interdiction ( celle de pratiquer cet acte médical que représente l'injection de valium)

Mais pas moyen de le trouver... Qqun l'a ? Ou qq chose de plus récent ? J'ai bien l'impression que ce texte est en vigueur, mais 2003, ça me paraît pas récent...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
blacknader

J'ai eu le cas récemment d'un PAI avec administration rectale.

Avec médecin scolaire, pour le PAI, soit on prévenait la famille pour administrer soit le SAMU, en aucun cas les enseignants n'avaient à la faire (en plus l'enseignant de l'élève était un homme dans une classe isolée).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Picasso59

Je ne suis pas en classe actuellement, mais ma remplaçante m'a informée du pai, donc injection rectale ou buccale, je ne sais pas encore.... Je n'ai pas lu  le document existant (on est en maternelle) . J'attends qu'elle me le scanne.

Mais, effectivement j'ai déjà eu ce type de pai dans une autre école et lamédecin sco était formelle : on n'avait pas le droit. Le loulou était un ce2 à l'époque. Et il était surtoutquestion de rassurer les parents.

Les textes ont peut être été modifiés, mais je ne trouve pas. 

Ma remplaçante me dit que l médecin scolaire doit venir montrer le geste à   le monde... Perso j'ai rien signé,mais cette histoire me tracasse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Picasso59

UP ! Encore !

A-t-on le droit de faire cette injection ? Acte médical, moi, pauvre PE qui a besoin du ministre pour choisir mes méthodes de maths ou de lecture... 

(Je ne reviens pas sur je le fais/je ne le fais pas) 

Y a-t-il un nouveau texte depuis 2003 ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
caro297

Ma fille a fait des convulsions, on avait donc du valium à  la maison. On n'a jamais fait de PAI à l'école. J'avais posé la question au médecin qui nous avait fait l'ordonnance et nous avait montré la manip à l'hôpital pour la crèche. Il nous avait répondu de ne pas donner le traitement à la crèche car il n'y avait pas d'infirmière... par contre, on avait demandé à être prévenus dès qu'elle avait de la fièvre. Même chose pour l'école (plus facile car elle est dans le même école que moi)

Tu peux demander aux parents de fournir un thermomètre auriculaire. En cas de doute, tu vérifies si l'enfant a de la fièvre et tu demandes aux parents de venir le chercher. (C'est ce qu'on a fait quand le cas s'est présenté à l'ecole)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flosuperflo
Il y a 2 heures, Picasso59 a dit :

UP ! Encore !

A-t-on le droit de faire cette injection ? Acte médical, moi, pauvre PE qui a besoin du ministre pour choisir mes méthodes de maths ou de lecture... 

(Je ne reviens pas sur je le fais/je ne le fais pas) 

Y a-t-il un nouveau texte depuis 2003 ?

Tu dois la faire si c'est demandé par le médecin du SAMU. 

J'ai un élève épileptique qui a un PAI avec injections rectales de valium en cas de crise. Il n' fait qu'une crise à l'école pour l'instant et le SAMU est arrivé avant que l'on nous demande de faire l'injection, mais nous étions en contact téléphonique continu avec le médecin régulateur.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Picasso59

@flosuperflo merci.

C'est bien la conduite que je pensais tenir. Mais franchement la rédac du pai affiché dans ma classe lors mon remplacement, est... Bof...mal fichue... 

Appel samu. 

Injection de..., dosage....

C'est tout...

De plus il semble que la dose de valium doit être calculée en fonction du poids du gamin... Inconnu bien sûr...

Bref, ça m'agace  que les textes soient aussi flous. Et surtout ce pai.... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Picasso59
Il y a 7 heures, caro297 a dit :

Ma fille a fait des convulsions, on avait donc du valium à  la maison. On n'a jamais fait de PAI à l'école. J'avais posé la question au médecin qui nous avait fait l'ordonnance et nous avait montré la manip à l'hôpital pour la crèche. Il nous avait répondu de ne pas donner le traitement à la crèche car il n'y avait pas d'infirmière... par contre, on avait demandé à être prévenus dès qu'elle avait de la fièvre. Même chose pour l'école (plus facile car elle est dans le même école que moi)

Tu peux demander aux parents de fournir un thermomètre auriculaire. En cas de doute, tu vérifies si l'enfant a de la fièvre et tu demandes aux parents de venir le chercher. (C'est ce qu'on a fait quand le cas s'est présenté à l'ecole)

Bah tu vois, je n'y connais rien à ce qu'il a ce loulou. Tu m'apprends qqch : la température est liée/ annonce les convulsions ? Il ne peut pas faire de convulsions sans température ?

C'est aussi ce que m'avait dit un médecin scolaire (sur un autre bassin) : non, vous n'avez pas à le faire. 

Mais ici, je reprends le travail et je découvre que le truc est fait... 

Je soignerai l'enfant si besoin, mais je veux savoir  si légalement je suis dans les clous. Si je me trompe, qu'on ne me le reproche pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
minibou

Il existe maintenant le bucolam pour arrêter les crises d'épilepsie. C'est un médoc qui se donne simplement dans la bouche, bien moins invasive que le valium

Demandez aux parents si c'est possible de changer le protocole et de prendre le nouveau médoc qui marche aussi bien que le valium.

ma fille a un protocole bucolam et c'est beaucoup plus simple qu'auparavant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.