• Annonces

    • André Jorge

      UN SUJET PAR THEME DE DISCUSSION !   01/07/2017

      MERCI DE RESPECTER LE REGLEMENT ET L'ORGANISATION DU SITE ET DE NE PAS CREER DE SUJET FOURRE-TOUT, DE SUJET PAR NIVEAU DE CLASSE, MAIS DE CREER UN SUJET PAR THEME DE DISCUSSION/QUESTION. Dans un souci de lisibilité et d'efficacité, nous vous rappelons l'obligation de : - créer un nouveau sujet par thème de discussion. - à poster votre sujet dans le bon forum, afin de permettre à tous les membres de vous lire et de répondre à vos questions, quel que soit leur niveau de classe actuel, d'autant plus que les membres expérimentés ont déjà effectué plusieurs niveaux de classe et peuvent vous aider. - à faire en sorte de partager vos discussions avec tous les membres du site. Cf. Merci.
    • André Jorge

      EFFICACITE ET LISIBILITE   01/07/2017

      Dans un souci d'efficacité et de lisibilité du site, il vous est demandé lorsque vous publiez sur le site : - de respecter l'esprit de partage d'EDP, en privilégiant les échanges avec TOUS les membres (et pas seulement ceux qui ont le même niveau de classe que vous). - de systématiquement faire une recherche, avant de créer un nouveau sujet. - de donner un titre précis à votre sujet et de formuler clairement votre demande ou question. - de ne pas faire de hors sujets (et de créer plutôt une nouvelle discussion pour parler d'autre chose). - de respecter l'organisation du site et de publier dans les bonnes rubriques. Merci.
Sophie Elle

concours IEN, si on en parlait?

56 messages dans ce sujet

Je vais préparer le concours d'IEN à la rentrée prochaine, je pensais créer un post pour échanger...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alors je pose une première question:quelles sont les conditions requises?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, j'aimerais connaître tes motivations, si tu veux bien.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Evolution de carrière? (facile :) ) Non, réflexion personnelle, rencontres professionnelles, la liste est longue et très personnelle. Et toi?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne prépare pas le concours d'IEN, je crois bien que c'est la dernière chose que je ferais.... en revanche, cette année, j'ai préparé le concours PERDIR, j'attends les résultats de l'écrit, la semaine prochaine.

Evolution de carrière, envie de changement, envie de bouger, de prendre des risques, de me confronter à quelque chose de nouveau tout en restant en contact avec les élèves et les personnels.

Et ce que je ne dirai pas à l'oral si je suis admissible, c'est que je ne supporte plus l'infantilisation permanente dans le primaire, le manque de considération de certains IEN justement (dont la mienne) et le boulot délirant et infaisable de directeur d'école... et pourtant, j'adore ça, mais même si je suis déchargée à 50%, je dis souvent que, c'est 50% d'enseignement et 300 % de direction.

Chef d'établissement, c'est seulement 300% de direction.... rires..... et plus d'IEN .... certes, d'autres partenaires, une loyauté sans faille, des profs du secondaire à gérer, mais ça, ça me dérange moins qu'un chefaillon.

Bon, je n'ai peut-être pas eu de chance avec mes IEN, mais en 20 ans d'enseignement primaire, j'ai connu un grand nombre d'entre eux, seuls 2 gugusses étaient accessibles, compétents, et à l'écoute, dont l'un à l'oral professionnel du concours ! C'est dire....

Si j'ai le concours, j'irai remercier mon IEN : elle aura été ma motivation première.... et ça non plus, je ne le dirai pas à l'oral d'admission....

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est amusant parce que moi je suis devenue dirlette après avoir "subi" une caricature de dirlo, en me disant, alors que je n'avais que 2 années d'ancienneté dans l'EN que je ne savais pas encore tout ce que recouvrait le job de dirlette mais je savais surtout que je ne voulais pas être comme lui.

Perdir, oui, je m'interroge encore mais je me représente le métier comme tu le décris, une sorte de giga direction et comme j'ai l'impression d'avoir fait le tour de la direction, j'avoue ne pas être tentée.

J'ai aussi croisé des IEN comme tu les décris, notamment 2 femmes et j'avoue qu'une fois encore elles m'aident à adopter une posture (pour reprendre un terme à la mode) bien différente. J'ai aussi eu la chance de rencontrer des IEN géniaux (3 en tout) qui représentent très exactement ce qu'un IEN doit être pour moi.

Je te souhaite pleins de bonnes choses pour l'oral, de la chance (quoique la chance a-t-elle quelque chose à voir la dedans? ^^) et j'espère qu'on continuera à échanger...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est amusant parce que moi je suis devenue dirlette après avoir "subi" une caricature de dirlo, en me disant, alors que je n'avais que 2 années d'ancienneté dans l'EN que je ne savais pas encore tout ce que recouvrait le job de dirlette mais je savais surtout que je ne voulais pas être comme lui. J'ai aussi rencontré des caricatures de dirlos... une sainte horreur....

Perdir, oui, je m'interroge encore mais je me représente le métier comme tu le décris, une sorte de giga direction et comme j'ai l'impression d'avoir fait le tour de la direction, j'avoue ne pas être tentée. Je comprends tout à fait. Mais ce qui me plait là-dedans, c'est le côté établissement, proximité, terrain. IEN, c'est forcément être loin des écoles, des personnels, et surtout des élèves.

J'ai aussi croisé des IEN comme tu les décris, notamment 2 femmes et j'avoue qu'une fois encore elles m'aident à adopter une posture (pour reprendre un terme à la mode) bien différente. J'ai aussi eu la chance de rencontrer des IEN géniaux (3 en tout) qui représentent très exactement ce qu'un IEN doit être pour moi. J'en suis ravie pour toi. Mais hélas, la prolifération d'IEN de type "doigt sur la couture du pantalon" et "surtout pas de vagues, c'est mauvais pour ma carrière" puis "c'est moi l'IEN, c'est moi qui décide", me fait me poser des questions quant au recrutement... Mais bon, c'est pareil pour le PERDIR, c'est le côté pervers des concours, et moi, je n'ai jamais été une bête à concours....

Je te souhaite pleins de bonnes choses pour l'oral, de la chance (quoique la chance a-t-elle quelque chose à voir la dedans? ^^) et j'espère qu'on continuera à échanger...

Si si, la chance intervient grandement à l'oral : cela dépend vraiment de qui on a en face de soi, le jury étant essentiellement composé de membres des corps d'inspection. Si j'ai du bol, j'aurai face à moi au moins une personne qui est devenue inspecteur/trice parce qu'elle/il a envie de faire évoluer les choses. Parce que, hélas, beaucoup de gens quittent le terrain, soit parce qu'ils ne s'en sortent pas/plus, soit pour leur carrière/ego/salaire. J'ai eu cette chance au concours pour devenir PE, là, ce sera une autre paire de manche, puisque c'est connu que, la grande majorité des PE qui passent le concours PERDIR le font pour fuir le primaire.... c'est pour quoi je ne dois absolument pas évoquer cet immense malaise du primaire lors de l'oral, si on veut bien me laisser y aller... et pourtant, c'est une réalité !

Je rêve juste d'IEN et de chefs d'établissement à l'écoute et qui font remonter tout ce qui fonctionne et surtout, tout ce qui dysfonctionne....

C'est ce que j'ai dit à mon IEN l'autre jour, parce que sinon, comment ils savent, là-haut, ce qui se passe sur le terrain, en vrai ?????

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Perdir et la proximité des élèves... J'ai un très mauvais exemple sous la main, désolée... mais celui que je connais, dans l'un des deux établissements de la ville "erre" dans les couloirs, la cour, de manière à ce que l'on sache qu'il est là.... il ne croise les élèves dans son bureau que pour les rappeler à l'ordre, alors que la proximité des élèves, ce n'est pas ça pour moi... Je n'apprécie pas non plus certains discours méprisants des Perdir envers les profs. Pour moi, il s'agit d'une équipe.

Pour moi être IEN ce n'est pas être loin des écoles, ni des personnels, au contraire, je pense qu'un IEN se doit d'être à l'écoute, dans pilotage il y a pilote et équipage ^^. Les petits chefs sont souvent des gens qui n'ont trouvé que ce moyen pour conserver une certaine maîtrise et ils n'ont rien à faire dans une équipe, ils ne conçoivent pas ce qu'est un travail d'équipe.

Je partage ton rêve, moi aussi. C'est aussi pour cela que je pense qu'un IEN ou un Perdir doit posséder une vraie connaissance du terrain.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne prépare pas le concours d'IEN, je crois bien que c'est la dernière chose que je ferais.... en revanche, cette année, j'ai préparé le concours PERDIR, j'attends les résultats de l'écrit, la semaine prochaine.

Evolution de carrière, envie de changement, envie de bouger, de prendre des risques, de me confronter à quelque chose de nouveau tout en restant en contact avec les élèves et les personnels.

Et ce que je ne dirai pas à l'oral si je suis admissible, c'est que je ne supporte plus l'infantilisation permanente dans le primaire, le manque de considération de certains IEN justement (dont la mienne) et le boulot délirant et infaisable de directeur d'école... et pourtant, j'adore ça, mais même si je suis déchargée à 50%, je dis souvent que, c'est 50% d'enseignement et 300 % de direction.

Chef d'établissement, c'est seulement 300% de direction.... rires..... et plus d'IEN .... certes, d'autres partenaires, une loyauté sans faille, des profs du secondaire à gérer, mais ça, ça me dérange moins qu'un chefaillon.

Bon, je n'ai peut-être pas eu de chance avec mes IEN, mais en 20 ans d'enseignement primaire, j'ai connu un grand nombre d'entre eux, seuls 2 gugusses étaient accessibles, compétents, et à l'écoute, dont l'un à l'oral professionnel du concours ! C'est dire....

Si j'ai le concours, j'irai remercier mon IEN : elle aura été ma motivation première.... et ça non plus, je ne le dirai pas à l'oral d'admission....

Je te souhaite bon courage !

Mon mari a passé ce concours il y a maintenant 3 ans, et il adore son boulot.

Il était agrégé avant et ne regrette rien de son changement de carrière.

COmme vous, ses motivations étaient personnelles et surtout liées à des rencontres tout au long de sa carrière. Il gère un bahut de 800 élèves et ca se passe très bien. Il fait énormément d'heures, ce job demande beaucoup de temps et d'énergie mais c'est son truc, il aime "manager".

Courage à tous !

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Perdir et la proximité des élèves... J'ai un très mauvais exemple sous la main, désolée... mais celui que je connais, dans l'un des deux établissements de la ville "erre" dans les couloirs, la cour, de manière à ce que l'on sache qu'il est là.... il ne croise les élèves dans son bureau que pour les rappeler à l'ordre, alors que la proximité des élèves, ce n'est pas ça pour moi... Je n'apprécie pas non plus certains discours méprisants des Perdir envers les profs. Pour moi, il s'agit d'une équipe.

--> cela reste une exception. Certes mon mari est au portail tous les matins car il juge cela "normal" de les accueillir le matin et de les voir ainsi, mais

Il assure le suivi des orientations, l'histoire des arts, les stages, les formations délégués etc. Il ne voit donc pas que les élèves à "problème". Il a énormément de relationnel avec les familles, beaucoup de partenaires à rencontrer. Il essaye au maximum d'instaurer une relation de confiance avec les élèves et nombreux sont ceux qui poussent la porte de son bureau pour une question ou pour soulever un souci scolaire ou personnel.

Dans un bahut oui il y a une équipe de direction et l'équipe enseignante. Comme nous l'IEN est notre supérieur hiérarchique, le chef d'établissement est le supérieur des profs donc quelque part il est normal qu'il y ait un "respect" à avoir. Après il y a aussi des équipes qui "défaillent" et quand un chef avec un peu de poigne essaye de redresser le bateau, c'est souvent très très compliqué.

Depuis maintenant 3 ans, nous commencons à connaitre pas mal de chef d'établissement, et j'avoue ne pas en connaitre qui jouent les chefaillons.

Après c'est comme partout, on est d'accord il y a des brebis galeuses...

Je pense sincèrement que ca doit etre un métier passionnant mais pas pour moi. Je ne suis pas prête à consacrer 50h par semaine pour mon boulot.

Pour moi être IEN ce n'est pas être loin des écoles, ni des personnels, au contraire, je pense qu'un IEN se doit d'être à l'écoute, dans pilotage il y a pilote et équipage ^^. Les petits chefs sont souvent des gens qui n'ont trouvé que ce moyen pour conserver une certaine maîtrise et ils n'ont rien à faire dans une équipe, ils ne conçoivent pas ce qu'est un travail d'équipe.

Je partage ton rêve, moi aussi. C'est aussi pour cela que je pense qu'un IEN ou un Perdir doit posséder une vraie connaissance du terrain.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce partage d'expérience "côté famille" Fraise des bois. Les 50h dont tu parles, nous les faisons déjà en tant que PE et dirlo, différemment, certes mais ils sont bien là... Entre la préparation des cours, l'impulsion des projets, la gestion de la paperasse administrative, les réunions diverses, les familles à recevoir et j'en oublie....

Tu peux m'en dire plus concernant l'histoire des arts? Quel est le rôle à jouer du chef d'établissement dans le cas de ton mari?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce partage d'expérience "côté famille" Fraise des bois. Les 50h dont tu parles, nous les faisons déjà en tant que PE et dirlo, différemment, certes mais ils sont bien là... Entre la préparation des cours, l'impulsion des projets, la gestion de la paperasse administrative, les réunions diverses, les familles à recevoir et j'en oublie....

Tu peux m'en dire plus concernant l'histoire des arts? Quel est le rôle à jouer du chef d'établissement dans le cas de ton mari?

Je trouve personnellement que ces 50h sont plus lourdes que quand on est enseignant parce qu'il y a beaucoup de réunions le soir, le mercredi aprem, des formations ou conférences sur 3-4jours et des réunions même le WE (hier il avait par exemple une réunion en mairie à 17h pour le collège), mais c'est ma vision de l'autre côté de la barrière.

Après l'avantage aussi c'est de pouvoir organiser son emploi du temps comme on veut : s'il veut emmener les enfants à l'école le matin il lui suffit de le dire à sa secrétaire pour qu'elle ne prenne pas de rdv. C'est un autre mode de vie que celui d'enseignant ;-)

Il part au bureau à 6h30 le matin (il dit que c'est là où on bosse le mieux car personne dans le bahut), et ne rentre que rarement avant 19h (avec 30min de pause à midi) pour idée.

APrès on habite sur place (90% des postes de chef sont logé) et la condition de départ c'était qu'il ne ramène pas de boulot à la maison. Bon il lui arrive le samedi de passer une heure au bureau malgré tout mais exceptionnellement.

Je sais que dans son bahut il pilote et coordonne cette discipline: organisation des temps de travail en équipe, réunions entre tous les enseignants concernés pour décider des thématiques, s'assurer que tout le monde participe bien et y mette de la bonne volonté (encore le plus dur à faire !!!), et organiser tant matériellement qu'humainement les épreuves d'histoire des arts etc etc.

Il adore ça !!

C'est un sacré job que je ne ferai pour rien au monde, mais je reconnais qu'il a le profil pour et que du coup ca lui convient tout à fait.

Au début la part "responsabilité" du chef d'établissement me faisait vraiment peur, la moindre boulette etc ben c'est lui qui trinque mais maintenant je me rends compte que si vraiment on est carré et rigoureux peu de chances que ca arrive. (bon j'avoue je fais pas la maligne quand il doit appeler les gendarmes et qu'un père violent pète un plomb dans son bureau mais bon on va dire que c'est très occasionnel !)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce partage d'expérience "côté famille" Fraise des bois. Les 50h dont tu parles, nous les faisons déjà en tant que PE et dirlo, différemment, certes mais ils sont bien là... Entre la préparation des cours, l'impulsion des projets, la gestion de la paperasse administrative, les réunions diverses, les familles à recevoir et j'en oublie....

Tu peux m'en dire plus concernant l'histoire des arts? Quel est le rôle à jouer du chef d'établissement dans le cas de ton mari?

Je trouve personnellement que ces 50h sont plus lourdes que quand on est enseignant parce qu'il y a beaucoup de réunions le soir, le mercredi aprem, des formations ou conférences sur 3-4jours et des réunions même le WE (hier il avait par exemple une réunion en mairie à 17h pour le collège), mais c'est ma vision de l'autre côté de la barrière.

Après l'avantage aussi c'est de pouvoir organiser son emploi du temps comme on veut : s'il veut emmener les enfants à l'école le matin il lui suffit de le dire à sa secrétaire pour qu'elle ne prenne pas de rdv. C'est un autre mode de vie que celui d'enseignant ;-)

Il part au bureau à 6h30 le matin (il dit que c'est là où on bosse le mieux car personne dans le bahut), et ne rentre que rarement avant 19h (avec 30min de pause à midi) pour idée.

APrès on habite sur place (90% des postes de chef sont logé) et la condition de départ c'était qu'il ne ramène pas de boulot à la maison. Bon il lui arrive le samedi de passer une heure au bureau malgré tout mais exceptionnellement.

Je sais que dans son bahut il pilote et coordonne cette discipline: organisation des temps de travail en équipe, réunions entre tous les enseignants concernés pour décider des thématiques, s'assurer que tout le monde participe bien et y mette de la bonne volonté (encore le plus dur à faire !!!), et organiser tant matériellement qu'humainement les épreuves d'histoire des arts etc etc.

Il adore ça !!

C'est un sacré job que je ne ferai pour rien au monde, mais je reconnais qu'il a le profil pour et que du coup ca lui convient tout à fait.

Au début la part "responsabilité" du chef d'établissement me faisait vraiment peur, la moindre boulette etc ben c'est lui qui trinque mais maintenant je me rends compte que si vraiment on est carré et rigoureux peu de chances que ca arrive. (bon j'avoue je fais pas la maligne quand il doit appeler les gendarmes et qu'un père violent pète un plomb dans son bureau mais bon on va dire que c'est très occasionnel !)

Merci pour ce partage!

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une tribune d'un ancien IEN que j'apprécie beaucoup, il faisait partie de ces inspecteurs qui connaissaient bien le métier, et il fait un constat très amer sur la situation actuelle dans le primaire.

http://www.educavox.fr/accueil/debats/je-plains-les-professeurs-d-ecole

C'est signé Pierre Frachowiak.

Bonne lecture !

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'Education Nationale recrute encore des PE pour le concours d'IEN……??

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis cette année prof en collège et waouh, jamais je ne voudrais être chef d'établissement!

Comme dit fraise, il faut vraiment avoir le profil: aimer diriger et ne pas avoir peur des responsabilités notamment et avoir les épaules solides, très solides...

Et comme dans tout boulot, il y a de la critique: le chef est un peu responsable de tous les maux du bahut, et il y a des langues de vipères partout...

Bref, très peu pour moi!

Sans compter qu'il faut habiter sur place, muter tous les 7 ans maxi (c'est ça Fraise?), bosser avec un adjoint, un gestionnaire, des secrétaires, un CPE, des AED qu'ont n'a pas choisis...les conflits de pouvoirs sont nombreux et quand ça dysfonctionne: vive l'ambiance....

Désolée le tableau est un peu noir d'après moi!

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

aimer diriger et ne pas avoir peur des responsabilités notamment et avoir les épaules solides, très solides...

Et comme dans tout boulot, il y a de la critique: le chef est un peu responsable de tous les maux du bahut, et il y a des langues de vipères partout...

Oui, il faut aimer le pouvoir m'a dit une directrice d'école. Mais un autre enseignant m'a affirmé que du pouvoir, les IEN en ont bien peu et ne peuvent pas faire grand chose...

Et qu'en est-il du salaire d'un IEN ? S'il faut bosser 60 heures par semaine, j'espère que le salaire suit.

Reste-t-il du temps pour la vie de famille ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas pour le pouvoir que je passe le concours PERDIR, mais bien dans une perspective d'évolution de carrière et de défis à relever.... L'autre soir, au conseil école-collège où j'avais invité deux profs PLP qui préparent le concours avec moi, une collègue PLC a sorti "ah ben, vous voulez passer de l'autre côté, hein".... Une belle preuve du fossé qui sépare les profs de leurs chefs d'établissement...

Si, les IEN ont du pouvoir. Mais il ne faut surtout pas faire de vagues, ce serait mauvais pour leur carrière.... Oui, je leur en veux beaucoup, parce que ça fait aussi partie de leur boulot que de faire remonter les doléances. Idem pour les chefs d'établissement....

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que se soit IEN ou chef d'établissement: oui ils ont du pouvoir sur les agents qui sont en dessous (pour lesquels ils sont les supérieurs hiérarchiques) mais non ils n'en ont pas tant que ça: ils sont pieds et poings liés par leurs supérieurs à eux... C'est bien le principe de la hiérarchie....

En effet, les profs et le chef d'établissement ne sont pas du même côté même s'ils doivent aller dans le même sens pour le même objectif...Mais ce n'est trahir personne que de vouloir changer de côté! Et heureusement qu'il y en a!!!

Perso, quand je vois la vie du chef et de l'adjoint de mon bahut ben ça ne me fait pas rêver: il ne faut pas avoir de vie à côté quoi!...mais chacun sa route, ses envies....

Bon courage et bonne chance pour le concours en tout cas :clover: :clover:

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, Lulutte, j'en ai vu d'autre, et à mon âge, plus grand chose ne peut m'atteindre.

Je persiste : la loyauté n'est pas pour moi synonyme de blanc-seing au manque de courage institutionnel. Avoir un supérieur hiérarchique ne signifie pas pour moi, se la fermer systématiquement. C'est sûr, j'ai souvent été très mal vue par mes chefs, mais comme je suis toujours dans les clous institutionnels, je n'ai jamais eu de problème de type remontée de bretelles, blâme ou mise à pied. Et pourtant, j'ai toujours dit ce que je pensais.

Je persiste encore : le manque de courage politique, qu'il soit à notre niveau ou tout en haut de la pyramide, explique le marasme dans lequel nous sommes.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans compter qu'il faut habiter sur place, muter tous les 7 ans maxi (c'est ça Fraise?), bosser avec un adjoint, un gestionnaire, des secrétaires, un CPE, des AED qu'ont n'a pas choisis...les conflits de pouvoirs sont nombreux et quand ça dysfonctionne: vive l'ambiance....

Désolée le tableau est un peu noir d'après moi!

Au bout de 3 ans on t'incite à muter mais tu peux rester jusqu'à 6 ans max sur ton poste.

Ce que tu décris arrive c'est vrai. Là il a de la chance ca se passe très bien. L'équipe change entièrement l'an prochain il appréhende mais bon...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que se soit IEN ou chef d'établissement: oui ils ont du pouvoir sur les agents qui sont en dessous (pour lesquels ils sont les supérieurs hiérarchiques) mais non ils n'en ont pas tant que ça: ils sont pieds et poings liés par leurs supérieurs à eux... C'est bien le principe de la hiérarchie....

En effet, les profs et le chef d'établissement ne sont pas du même côté même s'ils doivent aller dans le même sens pour le même objectif...Mais ce n'est trahir personne que de vouloir changer de côté! Et heureusement qu'il y en a!!!

Perso, quand je vois la vie du chef et de l'adjoint de mon bahut ben ça ne me fait pas rêver: il ne faut pas avoir de vie à côté quoi!...mais chacun sa route, ses envies....

Bon courage et bonne chance pour le concours en tout cas :clover: :clover:

C'est juste. Les chefs ont des missions confiées par le recteur et ils doivent atteindre leurs objectifs. Certains y mettent plus de formes que d'autres.

Pour la vie à côté il faut vraiment être clair dès le début quand on a une famille. Je vais passer pour la grosse égoïste mais tant pis, mais quand mon mari a souhaité changer de boulot, déjà ça a été l'occasion de beaucoup de discussions par rapport à ce choix qui a été un choix familial et pas juste son choix perso., ensuite les conditions ont été claires dès le début : pas de boulot ramené à la maison le soir, pas de réunion imprévue avec les voisins (donc ses collègues), et je veux en entendre le moins possible sur les soucis au collège (bien entendu on en parle mais ca reste très limité), et aucune réponse à des mails pros le soir (et il y en a 100 à 200 par soir !!!) . Je veux que quand il rentre il soit avec nous, avec les enfants et pas au boulot. Il y a d'un coté le boulot, d'un coté la famille et la vie privée.

La ligne interne est débranchée quand il rentre manger le midi (plusieurs fois il a été appelé sur son temps de pause), et souvent le mercredi aprem.

Après on ne supporte ni l'un ni l'autre tout ce qui est "réunion pour se montrer", "réunion où il faut être", alors il fait ce qui est nécessaire. Pour le reste, je ne vais jamais à son bureau quand le collège est ouvert au public, ni aux invitations diverses genre pot de départ, repas de fin d'année etc même si j'y suis conviée.

J'aime qu'il y ait nettement un fossé entre boulot et privé

Ca parait surement très "carré" mais c'est nécessaire.

On habite déjà sur place donc il faut qu'il y ait une coupure sinon on pète vite un plom!!

Les limites posées, franchement ça se gère très bien.

Côté salaire...mon mari gagne moins sa vie que quand il était prof. Si si !!! Effectivement : pas d'heures supp (très bien payées en tant qu'agrégé), pas d'ISOE, pas d'heures supp pour la chorale, pas de "prime" pour la formation des délégués, pas de prime pour l'histoire des arts, et pas rémunération pour les corrections du bac (puisqu'il n'en fait plus).

Donc on a gagné car logement de fonction, pas de loyer (enfin si 250€ par mois donc rien pour notre région, ce qui me permet aussi d'être à mi-temps), on a qu'un seul véhicule car lui n'a plus de transport, mais si on s'en tient aux chiffres, il gagne par mois 400-500€ de moins que quand il était prof.

Il dit très souvent que la plupart des profs de son bahut (beaucoup de personnes en fin de carrière) ont un meilleur salaire que lui.

Mais bon il est passionné alors...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une tribune d'un ancien IEN que j'apprécie beaucoup, il faisait partie de ces inspecteurs qui connaissaient bien le métier, et il fait un constat très amer sur la situation actuelle dans le primaire.

http://www.educavox.fr/accueil/debats/je-plains-les-professeurs-d-ecole

C'est signé Pierre Frachowiak.

Bonne lecture !

Merci pour ce lien, très amer en effet (à ne pas lire la veille d'une reprise sinon on a envie de s'enfuir!!! lol) mais qui est un constat que beaucoup font. Ce qui motive un peu plus non?

Je suis cette année prof en collège et waouh, jamais je ne voudrais être chef d'établissement!

Comme dit fraise, il faut vraiment avoir le profil: aimer diriger et ne pas avoir peur des responsabilités notamment et avoir les épaules solides, très solides...

Et comme dans tout boulot, il y a de la critique: le chef est un peu responsable de tous les maux du bahut, et il y a des langues de vipères partout...

Bref, très peu pour moi!

Sans compter qu'il faut habiter sur place, muter tous les 7 ans maxi (c'est ça Fraise?), bosser avec un adjoint, un gestionnaire, des secrétaires, un CPE, des AED qu'ont n'a pas choisis...les conflits de pouvoirs sont nombreux et quand ça dysfonctionne: vive l'ambiance....

Désolée le tableau est un peu noir d'après moi!

La mobilité c'est une réalité pour les personnels de direction, c'est vrai.

Les dysfonctionnements existent aussi dans les écoles, à moindre échelle mais les dirlos y parviennent pourtant, sans pouvoir aucun d'ailleurs (je tire d'ailleurs mon chapeau aux dirlos)

Aux chefs d'établissements de savoir trouver les leviers pour faire fonctionner le système, c'est aussi le challenge de la profession.

aimer diriger et ne pas avoir peur des responsabilités notamment et avoir les épaules solides, très solides...

Et comme dans tout boulot, il y a de la critique: le chef est un peu responsable de tous les maux du bahut, et il y a des langues de vipères partout...

Oui, il faut aimer le pouvoir m'a dit une directrice d'école. Mais un autre enseignant m'a affirmé que du pouvoir, les IEN en ont bien peu et ne peuvent pas faire grand chose...

Et qu'en est-il du salaire d'un IEN ? S'il faut bosser 60 heures par semaine, j'espère que le salaire suit.

Reste-t-il du temps pour la vie de famille ?

Ce n'est pas non plus le "pouvoir" qui m'attire mais plus l'envie de participer autrement au système, le goût du challenge aussi, (pour faire court).

Pour le salaire: la classe normale comporte 10 échelons de l'indice brut 416 à l'indice brut 966.

Je pense qu'un personnel de direction est mieux rémunéré.

La vie de famille est une question d'organisation, non?

Ce n'est pas pour le pouvoir que je passe le concours PERDIR, mais bien dans une perspective d'évolution de carrière et de défis à relever.... L'autre soir, au conseil école-collège où j'avais invité deux profs PLP qui préparent le concours avec moi, une collègue PLC a sorti "ah ben, vous voulez passer de l'autre côté, hein".... Une belle preuve du fossé qui sépare les profs de leurs chefs d'établissement...

Si, les IEN ont du pouvoir. Mais il ne faut surtout pas faire de vagues, ce serait mauvais pour leur carrière.... Oui, je leur en veux beaucoup, parce que ça fait aussi partie de leur boulot que de faire remonter les doléances. Idem pour les chefs d'établissement....

Le fossé profs/chef d'établissement est une réalité, relayée très souvent par des Perdir qui ont des propos parfois très durs à l'encontre des profs mais je pense que l'inverse est vrai aussi.

Que se soit IEN ou chef d'établissement: oui ils ont du pouvoir sur les agents qui sont en dessous (pour lesquels ils sont les supérieurs hiérarchiques) mais non ils n'en ont pas tant que ça: ils sont pieds et poings liés par leurs supérieurs à eux... C'est bien le principe de la hiérarchie....

En effet, les profs et le chef d'établissement ne sont pas du même côté même s'ils doivent aller dans le même sens pour le même objectif...Mais ce n'est trahir personne que de vouloir changer de côté! Et heureusement qu'il y en a!!!

Perso, quand je vois la vie du chef et de l'adjoint de mon bahut ben ça ne me fait pas rêver: il ne faut pas avoir de vie à côté quoi!...mais chacun sa route, ses envies....

Bon courage et bonne chance pour le concours en tout cas :clover: :clover:

Ce sont des choix de carrière qui n'engagent pas à la légère...

L'Education Nationale recrute encore des PE pour le concours d'IEN……??

Si on regarde les stats, oui, oui... :closedeyes:

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que se soit IEN ou chef d'établissement: oui ils ont du pouvoir sur les agents qui sont en dessous (pour lesquels ils sont les supérieurs hiérarchiques) mais non ils n'en ont pas tant que ça: ils sont pieds et poings liés par leurs supérieurs à eux... C'est bien le principe de la hiérarchie....

En effet, les profs et le chef d'établissement ne sont pas du même côté même s'ils doivent aller dans le même sens pour le même objectif...Mais ce n'est trahir personne que de vouloir changer de côté! Et heureusement qu'il y en a!!!

Perso, quand je vois la vie du chef et de l'adjoint de mon bahut ben ça ne me fait pas rêver: il ne faut pas avoir de vie à côté quoi!...mais chacun sa route, ses envies....

Bon courage et bonne chance pour le concours en tout cas :clover: :clover:

C'est juste. Les chefs ont des missions confiées par le recteur et ils doivent atteindre leurs objectifs. Certains y mettent plus de formes que d'autres.

Pour la vie à côté il faut vraiment être clair dès le début quand on a une famille. Je vais passer pour la grosse égoïste mais tant pis, mais quand mon mari a souhaité changer de boulot, déjà ça a été l'occasion de beaucoup de discussions par rapport à ce choix qui a été un choix familial et pas juste son choix perso., ensuite les conditions ont été claires dès le début : pas de boulot ramené à la maison le soir, pas de réunion imprévue avec les voisins (donc ses collègues), et je veux en entendre le moins possible sur les soucis au collège (bien entendu on en parle mais ca reste très limité), et aucune réponse à des mails pros le soir (et il y en a 100 à 200 par soir !!!) . Je veux que quand il rentre il soit avec nous, avec les enfants et pas au boulot. Il y a d'un coté le boulot, d'un coté la famille et la vie privée.

La ligne interne est débranchée quand il rentre manger le midi (plusieurs fois il a été appelé sur son temps de pause), et souvent le mercredi aprem.

Après on ne supporte ni l'un ni l'autre tout ce qui est "réunion pour se montrer", "réunion où il faut être", alors il fait ce qui est nécessaire. Pour le reste, je ne vais jamais à son bureau quand le collège est ouvert au public, ni aux invitations diverses genre pot de départ, repas de fin d'année etc même si j'y suis conviée.

J'aime qu'il y ait nettement un fossé entre boulot et privé

Ca parait surement très "carré" mais c'est nécessaire.

On habite déjà sur place donc il faut qu'il y ait une coupure sinon on pète vite un plom!!

Les limites posées, franchement ça se gère très bien.

Côté salaire...mon mari gagne moins sa vie que quand il était prof. Si si !!! Effectivement : pas d'heures supp (très bien payées en tant qu'agrégé), pas d'ISOE, pas d'heures supp pour la chorale, pas de "prime" pour la formation des délégués, pas de prime pour l'histoire des arts, et pas rémunération pour les corrections du bac (puisqu'il n'en fait plus).

Donc on a gagné car logement de fonction, pas de loyer (enfin si 250€ par mois donc rien pour notre région, ce qui me permet aussi d'être à mi-temps), on a qu'un seul véhicule car lui n'a plus de transport, mais si on s'en tient aux chiffres, il gagne par mois 400-500€ de moins que quand il était prof.

Il dit très souvent que la plupart des profs de son bahut (beaucoup de personnes en fin de carrière) ont un meilleur salaire que lui.

Mais bon il est passionné alors...

Je suis tout à fait d'accord avec toi avec ce choix de conserver une sphère privée. Bravo car ça n'a pas dû être facile :applause:

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.