• Annonces

    • André Jorge

      APPEL A CONTRIBUTION   07/08/2017

      Bonjour. La dernière mise à jour du site a nécessité plusieurs heures de travail et, même s'il y a encore quelques bugs à régler, c'est avec plaisir que nous vous proposons cette nouvelle version d'EDP. L' existence et l'évolution du site EDP ne reposent pas que sur le travail (bénévole) de l'administrateur et des modérateurs, mais aussi sur la participation des membres du site. Si vous appréciez le site EDP, il importe que vous nous aidiez à le faire vivre, en participant aux échanges et en proposant du contenu à destination des autres membres dans les différentes rubriques : -Participez aux sujets de discussion dans les forums : Vous pouvez participer aux discussions, poster de nouveaux sujets, et enrichir les échanges de vos contributions, tout en veillant à respecter l'organisation et le fonctionnement du site. -Publiez dans l'espace de téléchargements : Les fiches, documents que vous réalisez peuvent être publiées dans les différentes rubriques de l'espace de téléchargements et pourront ainsi être facilement retrouvées. -Publiez des liens dans l'annuaire : Les liens que vous trouverez utiles peuvent être regroupés dans l'annuaire. Pendant ces dernières vacances, l'annuaire a fait l'objet d'une réorganisation et de mises jour qui l'ont rendu plus attractif et efficace. -Publiez des articles dans le module Pages : Vous pouvez publier des articles concernant l'école, le CRPE, l'éducation, dans la rubriques Pages. Cette rubrique a également fait l'objet d'une réorganisation et un nouveau menu a été créé pour faciliter la navigation. -Publiez des photographies, des vidéos, dans la galerie : La galerie a également été réorganisée. Les photographies des réalisations de vos élèves peuvent y être publiés.   Et sur les réseaux sociaux ? EDP se doit d'être présent sur les réseaux sociaux. Nous avons donc un espace : sur Facebook : https://www.facebook.com/Enseignants-du-primaire-158258504749259/. sur Twitter : https://twitter.com/ensduprim. Pour nous aider, vous pouvez vous abonner ou nous suivre sur les réseaux sociaux et partager nos publications.   Merci de votre soutien.
    • André Jorge

      ORTHOGRAPHE ET PUBLICATION SUR EDP   09/09/2017

      EDP est un site consacré au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Merci de votre compréhension.
maravilla66

A propos des inclusions...

Messages recommandés

maravilla66

Bonjour à tous (toutes).

     Je suis en Ulis-école depuis 3 ans. Dans une école où le "monde du handicap" n'était pas trop connu (au milieu de la campagne...). Nous avons donc fonctionné avec des inclusions essentiellement en sport :mellow: et dans les matières style arts visuels, musique.

Parfois, les collègues annulaient, ou oubliaient. ...

Nous avons eu une réunion sur notre circo pour les nouveaux textes d'Ulis-école... Nous sommes trois Ulis seulement dans la circo. On nous demande de préparer la prochaine rentrée, à savoir déterminer dans quelle(s) classe(s) de l'école iront les élèves, qui feront tous leur rentrée dans leur classe d'inclusion.

Bon cela a généré quelques angoisses chez moi... comment faire comprendre à la Directrice ( en place depuis plus de 20 ans)... et à ses collègues/copines de quelques 20 ans également du bien fondé de cette préparation, qui impliquera de changer TOTALEMENT leur fonctionnement "à la cool" ??? Et ceci sans me mettre tout le monde à dos (les 5 collègues donc). Déjà que je suis relativement "isolée" n'habitant pas le village, et étant la seule à manger à l'école, si en plus il y a une ambiance pourrie...

Je répugne à faire intervenir des pairs (référente, cpc, ien n'en parlons pas). Mais si nous continuions le fonctionnement "à l'ancienne", quels sont les risques ? Sachant qu'aucun membre de l'équipe n'ira "cafter" ce qui se passe réellement... : rien de grave au fond, si ce n'est le non respect des textes ???:yahoo:

J'avoue que je ne me sens pas très à l'aise, et j'ai aussi la peur que tout ceci ne me retombe dessus. Suis-je la seule garante des inclusions de ma classe ? Dois-je les préparer toute seule et mettre des semaines à enfin gagner un créneau dans l'emploi du temps ??

A tout ceux et celles qui auront des idées, merci d'avance !!

Maravilla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny

tu n'es pas la seule responsable, la directrice est garante de l'organisation et des répartitions (voir circulaire Ulis).

De toute manière la directrice n'aura pas d'autre choix que d'inscrire les enfants dans leur classe de référence car c'est une instruction ministérielle déclinée dans les DSDEN.

Ensuite je te conseille de demander à la directrice de mettre à l'ordre du jour d'un CM la lecture de la circulaire Ulis et de ses conséquences. Ainsi, vous pourrez échanger sur les répartitions en fonction des PPS des élèves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
aleytys

Bonjour,

je pense qu'au contraire tu devrais demander une réunion avec la référente afin qu'elle explique bien en quoi va consister la nouvelle organisation. Si tu crains une mauvaise ambiance, demande à la référente de faire la demande de cette réunion, en lui expliquant pourquoi.

En effet, l'inclusion va chambouler toutes les classes, et au final les collègues des autres classes risquent de ne pas comprendre/apprécier que toi tu ne te retrouves finalement qu'avec 3 ou 4 élèves à la fois alors qu'elles vont devoir revoir leur organisation.

Bon courage.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tampopo

Un peu pareil chez moi. On continue "à l'ancienne" du coup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
odilederay

C'est compliqué ces histoires d'inclusion ... Personnellement j'ai 28 CP plus une inclusion. Le petit en inclusion ne peut pas aller en sport à cause de pb de motricité et du coup je le prend en arts visuels et ma collègue ( 80% ) en découverte du monde.

Mais avec 28 CP ce n'est pas facile de respecter mes créneaux de lecture... Du coup ma collègue annule souvent ou lui fait faire de la lecture ( il en est incapable il ne sait pas parler, compter) et la maitresse d'Ulis nous fait un peu les gros yeux genre on veut pas le prendre .... 

Sans parler évidemment de tous les cas que j'ai dans mes 28 CP ...

Méga compliqué ... Moi je laisserais l'ancien fonctionnement !

Les gens qui pondent ces textes ne savent pas ce que c'est de gérer une classe plus des gamins en inclusion ... Je serais curieuse de connaitre le bénéfice de l'inclusion sur l'enfant que j'ai dans ma classe. Je trouve que ça le perturbe plus qu'autre chose moi d'être changé de classe.

Enfin tout ça c'est bien que mon avis !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
il y a 15 minutes, odilederay a dit :

 

Les gens qui pondent ces textes ne savent pas ce que c'est de gérer une classe plus des gamins en inclusion ...

Ou alors, ils le savent très bien, mais leur but n'est pas l'intérêt des élèves mais des contingences économiques ...

Maravilla66, si tu as été informée de l'obligation de mise en place de l'inclusion "plein pot" à la rentrée, ta directrice en sera informée également et ne pourra pas faire l'autruche ...

En attendant, si tu veux la paix, ... attends ! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
odilederay
Il y a 19 heures, Goëllette a dit :

Ou alors, ils le savent très bien, mais leur but n'est pas l'intérêt des élèves mais des contingences économiques ...

C'est pas faux !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AMDP

Bonjour , je pense qu'il y a moyen de faire accepter cette nouvelle reglementation : Moi j'ai présenté le texte en CM , cela permet déjà de décentrer le pb . Ensuite , expliquer que ça ne changera pas grand chose en pratique . Il ne faut pas braquer les enseignants qui se sentent souvent démunis face à un élève "décalé" dans les apprentissages . Je te conseille d'y aller doucement , ( quelques petites inclusions ) . Tu peux aussi leur proposer de l'aide pour la mise en place de séquences adaptées à l'élève et à son handicap et faisables pour l'enseignant. ça marche bien ça! Mais ne reste pas "à l'ancienne" , essaie de faire avancer les choses en réservant les collègues et les élèves bien sûr . Inclue les aussi dans le "comment on fait?"Il y a surement des petites choses à faire . J'espère que ça va t'aider .

Bon courage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

En gros, explique leur comment se dém... avec cet élève avec les 25-30 autres ... pendant que toi, tu es où ? 

Parce que c'est ça qu'il faut arriver à faire gober aux collègues et qui pose problème !

Je pense qu'il y a vraiment des étapes intermédiaires bien plus acceptables et intéressantes pour tous.

Le décloisonnement, par exemple, donc si c'est un échange et que ça permet des groupes moins importants POUR TOUS.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny
Il y a 2 heures, Goëllette a dit :

Le décloisonnement, par exemple, donc si c'est un échange et que ça permet des groupes moins importants POUR TOUS.

je pense que tu n'as pas bien mis en relief le principe de l'inclusion ; cette dernière n'est pas un échange de service ni un décloisonnement. Quand des élèves sont en inclusion d'autres sont en classe avec le prof d'Ulis ou alors il accompagne un ou des élèves en inclusion.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

Je te remercie de me traduire, mais là n'est pas mon propos.

La collègue qui a ouvert le sujet cherche comment "amadouer" ses collègues et celle à qui je réponds propose qu'elle ... explique à la collègue comment différencier pour l'élève qu'elle lui refile, ce qui est, à mon avis, pas la bonne façon de faire.

Car ça en revient à lui dire "Non seulement je te refile mon élève à ajouter aux 25 miens, mais en plus, il ne fera pas la même chose qu'eux, et en plus, troisième contrainte, je ne vais pas te préparer son boulot mais ... te solliciter (sur quel temps ?) ... pour t'expliquer comment faire !"

Et quels élèves sont en classe avec la prof d'Ulis ? Ceux qui lui reste ou bien elle-même intègre (inclut) des élèves de ses collègues ?

Personnellement, je trouve que, si ce n'est pas le cas, il est normal que la pilule ait du mal à passer et je ne conseille pas à la collègue qui a ouvert le sujet d'imposer ça directement dans son école.

 

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AMDP
Il y a 2 heures, Goëllette a dit :

explique à la collègue comment différencier pour l'élève qu'elle lui refile, ce qui est, à mon avis, pas la bonne façon de faire.

Je pensais que la différenciation était une chose acquise ... évidemment qu'il ne fera pas la même chose ou en tout cas qu'il n'y aura pas les même objectifs . L'idée n'est pas de la laisser se dem.... mais justement de lui faciliter la tâche .

 

Il y a 18 heures, Goëllette a dit :

Je pense qu'il y a vraiment des étapes intermédiaires bien plus acceptables et intéressantes pour tous

Et à part le décloisonnement qui serait plutôt la formation de groupes de besoin , d'autres étapes intermédiaires interessantes et acceptables ?

 

Il y a 2 heures, Goëllette a dit :

Et quels élèves sont en classe avec la prof d'Ulis ?

Et d'autres élèves d'ULIS qui ne sont pas dans cette classe . L'emploi du temps du dispositif ULLIS est en général bien rempli .Ne pas croire que l'enseignant de ce dispositif se tourne les pouces!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

Je rappelle que je tente surtout de répondre à la collègue ayant ouvert ce sujet, davantage que donner ma propre opinion sur le sujet (ce que j'ai déjà fait sur plusieurs autres de ces forums) ...

 

Je doute que tu facilites la tâche d'un collègue de classe banale, non seulement en lui "refilant" (j'emploie volontairement ce terme car il correspond au ressenti des enseignants de classe banale) un élève qui ne suivra pas le cours de ce moment-là (et d'ailleurs, on peut se demander, dans ce cas, l'intérêt de la chose ...), mais en plus, en prenant sur son temps libre pour "lui expliquer comment ... prendre encore plus de temps pour préparer un truc à part" !

Je vulgarise afin de montrer la réalité de la détresse des enseignants de classe banale face à l'inclusion.

Il y a 6 heures, AMDP a dit :

Et à part le décloisonnement qui serait plutôt la formation de groupes de besoin , d'autres étapes intermédiaires interessantes et acceptables ?

J'aurais tendance à dire que c'est le seule acceptable, dans un premier temps, à mon avis, tant pour l'intérêt de tous les élèves (ne pas oublier tous les autres élèves) que pour celui de tous les enseignants.

Et elle est très intéressante par ce qu'elle permet de mélanger réellement les élèves, et diminuer les effectifs donc faire des activités impossibles d'ordinaire.

Je trouve, en plus, qu'il est primordial que les enseignants d'Ulis accueillent régulièrement les autres élèves de l'école.

Et toi, que proposes-tu ?

 

Il y a 6 heures, AMDP a dit :

Et d'autres élèves d'ULIS qui ne sont pas dans cette classe . L'emploi du temps du dispositif ULLIS est en général bien rempli .Ne pas croire que l'enseignant de ce dispositif se tourne les pouces!

Je n'ai rien écrit de tel, mais conviens qu'il peut être "fort de café" pour un collègue de classe banale d'accueillir un ou deux élèves d'Ulis en plus des 25-30 siens (qui en plus, ne pourra pas suivre l'activité) tandis que son collègue d'Ulis se retrouve avec 8-10 élèves (voire moins, avec les différents suivis), d'autant qu'il est en général aidé d'un ou plusieurs AVS.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny
il y a une heure, Goëllette a dit :

Je rappelle que je tente surtout de répondre à la collègue ayant ouvert ce sujet, davantage que donner ma propre opinion sur le sujet (ce que j'ai déjà fait sur plusieurs autres de ces forums) ...

 

Je doute que tu facilites la tâche d'un collègue de classe banale, non seulement en lui "refilant" (j'emploie volontairement ce terme car il correspond au ressenti des enseignants de classe banale) un élève qui ne suivra pas le cours de ce moment-là (et d'ailleurs, on peut se demander, dans ce cas, l'intérêt de la chose ...), mais en plus, en prenant sur son temps libre pour "lui expliquer comment ... prendre encore plus de temps pour préparer un truc à part" !

Je vulgarise afin de montrer la réalité de la détresse des enseignants de classe banale face à l'inclusion.

J'aurais tendance à dire que c'est le seule acceptable, dans un premier temps, à mon avis, tant pour l'intérêt de tous les élèves (ne pas oublier tous les autres élèves) que pour celui de tous les enseignants.

Et elle est très intéressante par ce qu'elle permet de mélanger réellement les élèves, et diminuer les effectifs donc faire des activités impossibles d'ordinaire.

Je trouve, en plus, qu'il est primordial que les enseignants d'Ulis accueillent régulièrement les autres élèves de l'école.

Et toi, que proposes-tu ?

 

Je n'ai rien écrit de tel, mais conviens qu'il peut être "fort de café" pour un collègue de classe banale d'accueillir un ou deux élèves d'Ulis en plus des 25-30 siens (qui en plus, ne pourra pas suivre l'activité) tandis que son collègue d'Ulis se retrouve avec 8-10 élèves (voire moins, avec les différents suivis), d'autant qu'il est en général aidé d'un ou plusieurs AVS.

c'est le principe de l'Ulis, permettre au élève avec handicap de bénéficier d'un enseignement adapté et ce dernier passe par du travail en tout petit groupe.

Ce qui peut être suivi en classe ordinaire l'est avec un PPS et ce qui ne peut pas être suivi sera fait en Ulis.

Les enseignants d'Ulis ne sont pas là pour dédoubler des classes ou alléger les effectifs de l'école mais pour enseigner aux élèves porteurs de handicap.

Goëllette, tes propos peuvent paraître soit provocateur soit ignorant les principes mêmes de la scolarisation en Ulis ; je me répète mais relis la circulaire pour savoir ce que l'on attend des enseignants d'Ulis et des directeurs pour la mise en place du dispositif Ulis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

Je ne suis ni ignorante ni provocatrice, je suis juste révoltée qu'on laisse supposer que parce que "c'est dans la circulaire", c'est réellement bénéfique pour les élèves (tous les élèves) et surtout admissible pour les collègues de classe banale.

Tu réagis en gestionnaire d'établissement, et tu ne te mets pas assez à la place de tes collègues adjoints, ni des élèves de ton école.

 

il y a 35 minutes, montagny a dit :

Les enseignants d'Ulis ne sont pas là pour dédoubler des classes ou alléger les effectifs de l'école mais pour enseigner aux élèves porteurs de handicap.

Ça tombe bien, dans les classes banales de ma circonscription, il y en a en moyenne deux ! 

Dans ce cas, l'enseignant d'Ulis, lorsqu'il envoie ses élèves chez ses collègues, prend en charge leurs élèves porteurs de handicap ...

Je pense personnellement qu'il est plus bénéfique (et plus acceptable) de faire des décloisonnements, pour créer une dynamique d'école, réellement inclure les élèves d'Ulis, et faire entrer dans cette classe des élèves sans handicap. C'est moins stigmatisant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ronin

Comme si ceux qui rédigeaient les circulaires savaient qqch de la réalité du terrain et écoutaient ceux qui y sont...Tartuffe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
il y a 12 minutes, ronin a dit :

Comme si ceux qui rédigeaient les circulaires savaient qqch de la réalité du terrain et écoutaient ceux qui y sont...Tartuffe.

C'est clair, mais ceux que je blâme le plus, ce sont leurs relais sur le terrain. Enfin, en général, pour les cautionner, c'est qu'ils n'y sont pas tout à fait ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
onaya

Dans le nouveau texte sur l'enseignant spécialisé il y a une grande part sur l'enseignant une personne ressource.

C'est là dessus qu'on doit s'appuyer pour respecter les textes tout en ayant une part d'accommodation .  Le collègue spécialisé peut expliquer comment adapter le travail car pour certains élève cela va plus loin que la différenciation. Il peut y avoir des conseils des maîtres dédiés.

Et pour ce faire il y a différents moyens :

- je rejoins la collègue qui parle de décloisonnement cela peut être un premier pas

- il y a aussi la co-intervention : trop peu utilisée

- l'avs peut dans certains cas être un relais ( quand il y en a une)

 

Enfin l'esprit des nouveaux textes fait l'objet d'éclairages dans les réunions de directeurs donc la directrice est au courant.

Dans la mesure où tu peux être inspectée ou visitée il serait un peu border line que de ne pas tenter d'appliquer les nouveaux textes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Adan

Un professeur d'ulis reste un prof : il peut enseigner ! Je suis maître E et je décloisonne, je dédouble si la situation correspond aux besoins des élèves en accord avec les enseignants  ! L'inclusion ne doit pas s'imposer mais s'accompagner et répondre aux besoins de l'élèves ! Pff, une telle attitude ! Inclure dans une classe à 30 élèves c'est dégouter tous le monde. Il ne faut pas prendre les profs pour des idiots ! l'inclusion pas à tout prix !

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
papillon2704

Rien dans le texte ne fixe de quotité d'inclusion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dada

Je n'ai pas d' ulis dans mon école mais une UEM, nous faisons bcp d'inclusions. Le principe est que si nous n'avons pas fini une séance, l'élève en inclusion participe à ce qui est en cours , cela permet une vraie souplesse à l'enseignant recevant l'élève et à l'enseignant de la classe de pouvoir travailler avec ses élèves dans sa classe.

Tu pourrais peut-être proposer des aménagements pour rendre cette "obligation" des textes plus facile à vivre pour tes collègues.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
basern
Le 04/03/2017 à 12:19, onaya a dit :

Dans le nouveau texte sur l'enseignant spécialisé il y a une grande part sur l'enseignant une personne ressource. Oui, mais on nous  balance ça, sans formation, sans accompagnement, donc, encore une fois, on change les règles, les fonctionnements sans aide. A croire qu'on doit savoir tout faire...

C'est là dessus qu'on doit s'appuyer pour respecter les textes tout en ayant une part d'accommodation .  Le collègue spécialisé peut expliquer comment adapter le travail car pour certains élève cela va plus loin que la différenciation. Il peut y avoir des conseils des maîtres dédiés. Oui, pourtant les collègues ont l'habitude de différencier, déjà pour leurs élèves. Là, c'est plus corsé...On avait justement sorti ces élèves pour mieux coller à leurs besoins et leurs troubles. un conseiller péda nous disait qu'on pouvait inclure même en français math, avec adaptation. et il donne cet exemple hallucinant : si les élèves de la classe de référence (classe d'âge) sont en lecture, il peut suffir de résumer le texte : les autres lisent une page ou un chapitre, et notre élève d'ulis lit... une court résumé adapté, ou alors on lui résume à l'oral. Petit rappel : nos élèves d'ulis école ont été affecté en CLIS, ils manquent de vocabulaire, ont une syntaxe déplorable, et de grosses difficultés de compréhension, même de phrases simples dès qu'ils y a des pronoms,  des connecteurs, bref, des mots ! ils ont une capacité de travail faible, et sont vite déconcentré. Et là, j'oublie encore l'essentiel : ils arrivent avec une image d'eux mêmes déplorables, prennent peu la parole. En ULIS, ils ont le temps, ne sont pas jugés par leurs pairs, et osent enfin agir et prendre la parole, penser.

Et pour ce faire il y a différents moyens :

- je rejoins la collègue qui parle de décloisonnement cela peut être un premier pas

- il y a aussi la co-intervention : trop peu utilisée avec 12 élèves personnellement, je n'ai pas de disponibilités

- l'avs peut dans certains cas être un relais ( quand il y en a une) oui mais elle ne peut pas se dédoubler

Enfin l'esprit des nouveaux textes fait l'objet d'éclairages dans les réunions de directeurs donc la directrice est au courant.

Dans la mesure où tu peux être inspectée ou visitée il serait un peu border line que de ne pas tenter d'appliquer les nouveaux textes.

En fait, cette nouvelle circulaire me met en colère : on avait quelque chose qui fonctionnait, des élèves qui s'épanouissaient, et là, on veut tout fracasser, sans adapter les effectifs des écoles avec ULIS, sans se souvenir que l'école n'est pas le collège : la répartition des disciplines n'y est pas la même, le découpage horaire non plus. Les collègues ne peuvent tenir leur emploi du temps de la même manière, sinon elles risquent de ne plus faire vivre leur classe, de ne plus s'adapter aux besoins de leurs élèves.

J'ai trop de respect pour mes élèves et mes collègues pour agir sans réfléchir. Et que vont faire les élèves bénéficiant de l'ulis le jour de la rentrée dans leur classe de référence ? de la figuration ? Je comprends que les collègues d'ULIS se posent des questions et que les collègues des classes ordinaires craignent ses changements. C'est encore ajouter du travail à des profs qui déjà n'en manquent pas.

Alors, dans cette fameuse circulaire, il est bien dit que le coordonnateur de l'ulis a pour première mission l'enseignement, et qu'il propose l'enseignement le mieux adapté (en classe de référence ou en ulis). Il suffit donc d'argumenter ses décisions devant l'IEN.

Je prends vraiment le temps de penser les temps en classe de référence. pourtant, mes élèves se sentent parfois gênés. voici quelques "mots d'enfants" en vrac :

"oh, maitresse, ils parlent trop vite dans la classe..."

"je voulais dire un truc mais y en a trop des élèves."

et je ne compte pas les fois où ils parlent et où la ou le collègue ne comprennent pas...(tournure trop alambiquée, manque de voc, prononciation...)

"fallait découper, j'ai pas eu le temps de finir" (ben oui, je me suis habituée à leur rythme, et je ne savais pas qu'une classe de ce1 découpait plus vite que mon meilleur découpeur)

"Je comprends rien quand elle parle" (la maîtresse d'inclusion de cm2 en histoire)

moi : qu'est ce que tu as fait en géographie ?  Lui :"heu, j'sais pas..."

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
papillon2704

a mon avis, le problème est plus dans le zèle de certains IEN ash et de circo à interpréter ce texte. Si on le lit de près on voit qu'il n'est écrit nulle part que les élèves doivent faire leur rentrée dans leur classe de référence, qu'il doivent y passer tant d'heures pour suivre telle ou telle matière.... Les inclusions sont décidées par le coordonnateur avec l'équipe et le dirlo en fonction de critères de bon sens comme le niveau scolaire, la maturité émotionnelle, la motivation, le comportement.... Je sais bien quelles intentions malveillantes se cachent derrière ce texte mais il laisse encore de grandes marges de manœuvre aux équipes, et je peux en témoigner chez moi. Et mon IEN lorsqu'elle m'a inspecté en novembre me l'a confirmé ("si ça ne sert à rien ou que c'est contre-productif, il ne faut pas le faire, c'est écrit nulle part")

Encore une fois, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne et les réalités des ULIS école en France sont très différentes d'un terrain à l'autre.

Peut-être faut il (mais je sais bien que ce n'est pas facile et je ne fais aucun reproche à personne) résister aux oukases hiérarchiques, surtout quand ils n'ont aucun fondement législatif explicite. l'appui des représentants du personnel, des cpc ash peut s'avérer utile dans cette perspective.

 

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny
il y a 12 minutes, papillon2704 a dit :

a mon avis, le problème est plus dans le zèle de certains IEN ash et de circo à interpréter ce texte. Si on le lit de près on voit qu'il n'est écrit nulle part que les élèves doivent faire leur rentrée dans leur classe de référence, qu'il doivent y passer tant d'heures pour suivre telle ou telle matière.... Les inclusions sont décidées par le coordonnateur avec l'équipe et le dirlo en fonction de critères de bon sens comme le niveau scolaire, la maturité émotionnelle, la motivation, le comportement.... Je sais bien quelles intentions malveillantes se cachent derrière ce texte mais il laisse encore de grandes marges de manœuvre aux équipes, et je peux en témoigner chez moi. Et mon IEN lorsqu'elle m'a inspecté en novembre me l'a confirmé ("si ça ne sert à rien ou que c'est contre-productif, il ne faut pas le faire, c'est écrit nulle part")

Encore une fois, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne et les réalités des ULIS école en France sont très différentes d'un terrain à l'autre.

Peut-être faut il (mais je sais bien que ce n'est pas facile et je ne fais aucun reproche à personne) résister aux oukases hiérarchiques, surtout quand ils n'ont aucun fondement législatif explicite. l'appui des représentants du personnel, des cpc ash peut s'avérer utile dans cette perspective.

 

+1

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pablo
Le 02/03/2017 à 12:39, AMDP a dit :

Bonjour , je pense qu'il y a moyen de faire accepter cette nouvelle reglementation : Moi j'ai présenté le texte en CM , cela permet déjà de décentrer le pb . Ensuite , expliquer que ça ne changera pas grand chose en pratique . Il ne faut pas braquer les enseignants qui se sentent souvent démunis face à un élève "décalé" dans les apprentissages . Je te conseille d'y aller doucement , ( quelques petites inclusions ) . Tu peux aussi leur proposer de l'aide pour la mise en place de séquences adaptées à l'élève et à son handicap et faisables pour l'enseignant. ça marche bien ça! Mais ne reste pas "à l'ancienne" , essaie de faire avancer les choses en réservant les collègues et les élèves bien sûr . Inclue les aussi dans le "comment on fait?"Il y a surement des petites choses à faire . J'espère que ça va t'aider .

Bon courage

La question que je me pose est celle de l'utilité de l'inclusion si l'enseignant doit prévoir des séances spécifiques pour l'enfant. A priori je pensais, visiblement à tort, que l'inclusion ne se faisait que dans le but d'intégrer l'élève à une classe. Si c'est pour qu'il fasse un travail différent à côté des autres élèves pourquoi ne pas respecter tout simplement son rythme dans sa propre classe avec ses amis? L'isoler dans un plus grand groupe est plus quej contre-productif, d'autant que l'enseignant sera par ailleurs sollicité par ses propres élèves (qui je suppose constituent déjà un groupe bien hétérogène). A moins que ce ne soit pour à terme supprimer les ULIS école en reportant la charge des élèves sur les instits non spés et économiser ainsi des tonnes de postes :whistling:

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

C'est un peu ça, sauf que, étape intermédiaire, on fait miroiter à leurs enseignants qu'ils puissent devenir des sortes de "maîtres formateurs spécial handicap", ce qui en appâte certains, surtout ceux qui souhaitent sortir de la classe. Mais l'intérêt des élèves, TOUS les élèves, il est très très loin !

Heureusement, tous les enseignants d'Ulis ne sont pas dans ce cas et beaucoup ont une pensée pour leurs collègues.

Je serais curieuse de savoir combien il y a d'inclusions dans les classes des enfants des promoteurs de cette brillante idée de les imposer coûte que coûte ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ronin
Il y a 10 heures, Pablo a dit :

La question que je me pose est celle de l'utilité de l'inclusion si l'enseignant doit prévoir des séances spécifiques pour l'enfant. A priori je pensais, visiblement à tort, que l'inclusion ne se faisait que dans le but d'intégrer l'élève à une classe. Si c'est pour qu'il fasse un travail différent à côté des autres élèves pourquoi ne pas respecter tout simplement son rythme dans sa propre classe avec ses amis? L'isoler dans un plus grand groupe est plus quej contre-productif, d'autant que l'enseignant sera par ailleurs sollicité par ses propres élèves (qui je suppose constituent déjà un groupe bien hétérogène). A moins que ce ne soit pour à terme supprimer les ULIS école en reportant la charge des élèves sur les instits non spés et économiser ainsi des tonnes de postes :whistling:

+1, ça et donner l'illusion que les politiques font qqch pour le handicap, tout en faisant des économies....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Adan
Il y a 10 heures, Goëllette a dit :

C'est un peu ça, sauf que, étape intermédiaire, on fait miroiter à leurs enseignants qu'ils puissent devenir des sortes de "maîtres formateurs spécial handicap", ce qui en appâte certains, surtout ceux qui souhaitent sortir de la classe. Mais l'intérêt des élèves, TOUS les élèves, il est très très loin !

Heureusement, tous les enseignants d'Ulis ne sont pas dans ce cas et beaucoup ont une pensée pour leurs collègues.

Je serais curieuse de savoir combien il y a d'inclusions dans les classes des enfants des promoteurs de cette brillante idée de les imposer coûte que coûte ! 

Entièrement d accord ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bubble

Je suis tout a fit d'accord avec vous.

On sait très bien qu'il  y a certaines intentions derrière cette circulaire. Leur intention est d'inclure tout le monde.

Je rejoins les propos de Basern. Si on les a orienté en Ulis, c'est qu'il  y a une raison sinon on les laisse dans leur classe et on différencie.

Moi, je fonctionne à l'ancienne.

1er : ce n'est pas évident de faire des inclusions avec des classes à 30. Parfois, les collègues ont des élèves qui pourrait relever de l'ulis. On a eu une nouvelle classe, jai pu en faire quelques uns mais on la perd. Donc l'année prochaine, cela ne sera pas évident de faire des inclusions. En plus, on manque de matériels (tables et chaises). J'ai des collègues qui ont juste assez de table pour leurs élèves.

2ème. Je réfléchis au bien être de l'élève. Je ne fais pas des inclusions parce qu'un texte dit qu'il faut faire des inclusions. Si je sens que l'élève ne sera pas bien avec un autre enseignant et avec les autres, je n'inclus pas. Comme il a été dit, ce sont des élèves qui arrivent en ulis  avec une mauvaise image d'eux-même, un manque de confiance en soi. La première chose, c'est de leur rendre confiance en eux. Si on les met dans leur classe de référence, ils vont vite comprendre qu'ils n'ont pas le niveau. En ulis, on efface toutes ses différences.

J'ai été inspectée a mois de décembre. L'inspectrice voudrait m'envoyer la conseillère ASh pour "améliorer mes inclusions". Elle a aussi insinué que je devrais inclure mon élève autiste. Mon élève autiste est de 2007, sa classe de référence serait le ce2. Or il n' a pas du tout le niveau ce2, on est dans l'apprentissage de la lecture. Avec lui, on a un fonctionnement complétement différent. Qu'Est-ce qu'il irait faire dans une autre classe ? Quand j'en ai parlé au collègue de CE2 il m'a regardé :blink:. De plus, je ne veux pas lui multiplier les référents.

Ce sont des élèves qui ont besoins de repères. Avant avec la clis, on était leur maitresse, leur référent. Avec l'idée qu'ils sont dans une classe de référence et qu'ils vont avec la maitresse d'ulis pour travailler certains domaines. C'est qui leur référent ?

Ce sont mes avis, mes ressentis par rapport à cette circulaire. Je trouve qu'elle ne va pas dans le sens des élèves.

 

  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
minifred

Entièrement d'accord!! J'aimerais que tu sois dans mon école Bubble...


Dans mon école qui a une CLIS depuis de longues années les intégrations se sont toujours très bien passées dans l'intérêt des élèves avec concertation des deux enseignants. Depuis, l'instit de la CLIS est parti en retraite et la jeune collègue qui arrive veut bien faire, être dans "les clous". Les enfants sont donc tous inclus dans leur classe d'âge. Elle ne demande pas aux enseignant de faire quelque chose de particulier, elle ne leur prépare pas quelque chose de particulier. Et on se retrouve notamment avec 4 enfants en CM, dont deux qui ne savent pas du tout lire. De plus nous fonctionnons beaucoup en décloisonnement, et ces enfants (tous les enfants de l'ULIS) font donc toutes les matières décloisonnées (histoire-géo - sciences - anglais - ...) dans des conditions qui ne ressemblent à rien de ce que j'ai pu connaitre auparavant: multiplicités des référents, complexités des emplois du temps, et surtout rien n'est adapté pour eux. 
Quel est le bénéfice pour les enfants? :sad::(
 


 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.