• Annonces

    • André Jorge

      ACCEDER RAPIDEMENT AU SITE EDP AVEC SON MOBILE   25/01/2018

      Pour accéder facilement et rapidement au site EDP, il suffit de créer un raccourci sur l'écran d'accueil de votre mobile. La démarche avec un iphone est expliquée dans ce billet du blog sur le site EDP :  
    • André Jorge

      COMMENT FAIRE POUR SUIVRE UN SUJET   02/02/2018

      Bonjour. Je vous explique ci-dessous la procédure pour suivre un sujet. Merci de l'utiliser et de ne plus poster de message du style "Pour suivre" dans les sujets, afin de ne pas gêner les discussions et éviter également de surcharger la base de donnée du site. Pour suivre un sujet, il suffit simplement de cliquer sur le bouton "Suivre" qui se trouve en haut à droite de chaque sujet : Il ne vous reste plus ensuite qu'à choisir le nombre de notifications qui vous seront envoyées : => Cliquez sur les images ci-dessus si vous voulez les afficher en plus grand.  
cleo17fr

Non reconnaissance MDPH parents

Messages recommandés

cleo17fr

Je ne sais pas si c'est le meilleur endroit pour ma question mais que faire quand les parents ne veulent pas voir que leur enfant a un soucis ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Miss Philoména

Bonjour, 

 

Comme tu les as petit, tu es le premier maillon de la chaîne, pas forcément l'aboutissement.

Tu peux faire venir la psy, demander à ton dirlo de convoquer une équip éduc mais la prise de conscience peut-être brutale pour les parents et l'acceptation longue.

Bon courage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Princesse Dézécole

Si les parents refusent de reconnaître le soucis de leur enfant, tu ne peux rien faire... Tu signales, tu demandes un bilan psy, tu en réfères à ta hiérarchie, tu mets en place des PPRE, tu demandes l'intervention de la médecine scolaire, tu fais des équipes éducatives ... Attention, il faut l'autorisation des parents pour la psy et le médecin.

Bref, tu appelles au secours et tu attends que quelqu'un accepte de te lancer une bouée. Mais les parents restent seuls décisionnaires et s'ils disent non, c'est non. Ils ont le dernier mot ... J'attends depuis octobre le dépôt d'un dossier MDPH, j'ai encore relancé la famille la semaine dernière (l'enfant devrait bénéficier de la présence d'une AESH). En attendant je gère comme je peux mais je n'ai pas été livrée avec des supers pouvoirs ... ;):sorcerer:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
RififiHype

Même réponse... malheureusement, ce genre de parents sont ceux qui vont changer leur enfant d'école si on insiste ou si les problèmes persistent... bien souvent en accusant les enseignants ou les autres élèves.

C'est dur pour un parent d'apprendre ou de prendre conscience de la différence de leur enfant. Ils doivent faire le deuil de "l'enfant idéal" et le chemin est long pour les rassurer et leur faire comprendre qu'on peut aider leur enfant. C'est sur ce point qu'il faut agir face à ce genre de parents. Ce que je fais souvent, c'est que je leur dis (par exemple, pour un bilan psy, psychomoteur, ortho, médecin scolaire...) que c'est pour "écarter cette hypothèse". Par exemple : "Je vous propose tel bilan, cela permettra d'écarter cette hypothèse et nous concentrer sur d'autres éventualités, d'autres façons d'aider votre enfant à réussir". Ça fonctionne plutôt bien.

Dans les cas extrêmes, je n'hésite plus à faire une IP pour défaut de soin... (conseil qui m'avait été donné par mon IEN).

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alinedu39

Quel est le "soucis" de cet enfant ? Car selon le degré, les actions à mener ne seront pas forcément les mêmes...

J'aime bien la phrase de RififiHype qui permet de rassurer les parents...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kiwichick

Le temps porte souvent conseil, Miss Philo raison, tu es le premier maillon. En GS certains parents acceptaient enfin de faire un dossier MDPH... au bout de 2/3 ans de demandes insistantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flops

Pour ma 1ere année d'enseignement, j'avais un élève (CE2) dont les parents ont enfin accepté le "souci" de leur enfant mais les enseignants précédents insistaient depuis la PS.

Et c'est une réflexion de qqn d'extérieur à l'école qui a fait bouger les choses. Le deuil de l'enfant parfait est compliqué à faire pour tous les parents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
barbotinne

Il y a le deuil, mais il y a aussi l'acceptation de "l'etiquetage" de son enfant.

 

Je sais que l'ALD de ma fille et la reconnaissance MDPH la décerviront adulte, pour les crédits etc.... d'ailleurs j'ai toujours le second dossier mdph à renvoyer sur mon bureau... :blush:

 

La question est est ce que c'est

-le fait de faire la demande MDPH ( comme ton titre le laisse suposer )

-ou de reconnaitre que leur enfant a une pathologie qui a pourtant été diagnostiquée 

- ou d'admettre qu'il y a un problème et qu'il faut aller consulter

 

qu'ils refusent?

 

Ce n'est pas du tout les mêmes étapes, et selon où ils en sont, en maternelle c'est déjà un grand pas....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cleo17fr

L'enfant a été "remarqué" dès la PS. Il passe les séances de gym caché sous les tapis, ne danse pas avec les autres, ne fait rien avec les autres, communique mieux mais très peu, ne suis pas le mouvement. Il arrive en GS. Je passe les détails mais ça n'est pas juste une impression ou un retard dans les apprentissages. La sœur a été reconnue handicapée et là, la maman a toujours réponse à tout pour les comportements "bizarres".

L'enfant n'a donc aucun suivi pour le moment.....bref les parents ne veulent pas voir que leur enfant est différent.....sauf que dans la classe, il n'y a pas que lui et que je trouve ça injuste pour les autres enfants aussi...Il y a ceux qui peuvent suivre avec un bruit de fond et une agitation quasi permanente mais pour les plus fragiles franchement...N'y a t'il pas un moment on peut considérer qu'il y  a un défaut de soin (oui je sais c'est extrême, je ne dis pas que c'est ce que je ferai, je m'interroge).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tempérence

Avez-vous fait une / des équipes éducatives pour cet enfant ? (ça peut aider les parents à la prise de conscience...)

A-t-il vu le médecin scolaire en pour le bilan GS ? (idem)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cleo17fr
il y a 12 minutes, Tempérence a dit :

Avez-vous fait une / des équipes éducatives pour cet enfant ? (ça peut aider les parents à la prise de conscience...)

A-t-il vu le médecin scolaire en pour le bilan GS ? (idem)

Oui

Non, il est en MS. Il n'est pas dans ma classe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
barbotinne

Attention je le fais l'avocat du diable

 

 

Si sa soeur n'était pas en situation de handicap auriez vous le même regard sur cet enfant ?

 

Qu'attendez vous d'une reconnaissance de handicap ?

La PMI a t elle été contactée ? Car si il est en MS il relève de la PMI

 

Il faut aussi comprendre la maman, une soeur déjà reconnue par l'institution comme en situation de handicap ( c'est tout de même un mot lourd handicap ), et là on lui dit que ce n'est pas un mais deux enfants différents qu'elle a, ce n'est pas un mais deux deuils qu'elle doit faire, avec toutes les questions de l'avenir de ses enfants adultes qu'elle doit se poser, les espoirs qui reponsaient sur le petit frère "normal" qui pourrait prendreen charge sa soeur adulte quand les parents disparaitront etc.... Bref si elle accepte que son enfant a un handicap c'est le monde  bâti pour se protéger à la nouvelle du handicap de la soeur qui s'écroule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cleo17fr
il y a 11 minutes, barbotinne a dit :

Attention je le fais l'avocat du diable

 

 

Si sa soeur n'était pas en situation de handicap auriez vous le même regard sur cet enfant ?

 

 

Qu'attendez vous d'une reconnaissance de handicap ?

La PMI a t elle été contactée ? Car si il est en MS il relève de la PMI

 

Il faut aussi comprendre la maman, une soeur déjà reconnue par l'institution comme en situation de handicap ( c'est tout de même un mot lourd handicap ), et là on lui dit que ce n'est pas un mais deux enfants différents qu'elle a, ce n'est pas un mais deux deuils qu'elle doit faire, avec toutes les questions de l'avenir de ses enfants adultes qu'elle doit se poser, les espoirs qui reponsaient sur le petit frère "normal" qui pourrait prendreen charge sa soeur adulte quand les parents disparaitront etc.... Bref si elle accepte que son enfant a un handicap c'est le monde  bâti pour se protéger à la nouvelle du handicap de la soeur qui s'écroule.

On ne savais pas que la sœur avait une reconnaissance. Nous ne l'avons pas eu en classe.

Un enfant qui passe son temps à s’allonger parterre, qui lèche le sol, les urinoirs et tout ce qui passe entre ses mains, ça interpelle.

La reconnaissance permet l'attribution d'une AVS.

Je comprends la maman mais plus l'enfant sera pris en charge tôt, moins ce sera handicapant à priori pour lui plus tard......et à côté il y a d'autres enfants !

Le soucis, c'est d'être obligé de poser un étiquette pour voir une prise en charge mais en attendant que ca change, il n'y a pas d'autre possibilité.

Sincèrement, je suis pour l'inclusion des enfants handicapés dans les classes ( j'ai même poussé une année pour qu'un élève reste avec nous en GS une année de plus avant d'être orienté) mais je ne suis pas d'accord que ça se fasse au détriment des autres enfants.....et là, cette enfant a besoin de plus d'attention + fait des bruits de fonds + peut parfois faire des méga crises.....et  nous n'avons pas une asem à temps plein.....alors oui je trouve la situation injuste pour les autres enfants et souvent culpabilisante pour les enseignants pcq dans certaines situations (et ça arrive de plus en plus souvent) la classe ne peut plus fonctionner normalement.

Je pars de ce cas précis mais ma question finalement est très général...

Jusqu'à quand "accepter" cette non reconnaissance ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hildebert
Le 25/06/2017 à 10:48, alinedu39 a dit :

Quel est le "soucis" de cet enfant ? Car selon le degré, les actions à mener ne seront pas forcément les mêmes...

J'aime bien la phrase de RififiHype qui permet de rassurer les parents...

Personnellement, je n'aime pas cette phrase parce qu'elle induit que l'enfant n'a pas de problème et risque d'avoir l'effet inverse de celui escompté. Maintenir l'illusion n'est pas forcément la bonne solution et ça peut être encore plus difficile à entendre pour les parents si le bilan ne va pas dans le sens de l'écartement, mais la confirmation de ce que tu as vu en tant qu'enseignant.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cleo17fr

Cet enfant est aussi suivi par une orthophoniste qui a été dans le même sens que ma collègue. La mère ne veut toujours pas voir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.