• Annonces

    • André Jorge

      LE RESPECT DE L'ORTHOGRAPHE N'EST PAS UNE OPTION !   09/09/2017

      EDP est un site consacré au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Dans le cas contraire, vos messages seront supprimés. Merci de votre compréhension.
nuagebleu35

EMC : La gestion de conflits par les messages clairs

Messages recommandés

nuagebleu35
Bonjour,
Je voudrais faire une séquence pour une classe de CP pour mon dossier au CRPE. Je voudrais les initier aux messages clairs mais j'aurais aimé trouver des livres qui traite en partie de ce sujet. Je ne trouve rien. Avez-vous eu l'occasion de mettre ça en place dans vos classes ? Avez-vous des ressources ou des livres à conseiller ?
Certains m'ont dit que c'est impossible à mettre en place juste dans une classe.
Mon souhait de séquence est plus de développer l'empathie et de leur donner comme outil les messages clairs  mais vraiment en initiation. Pour qu'ils comprennent le principe. Malheureusement je n'ai aucune expérience à l'école et je n'ai aucune idée de ce qui est réalisable ou pas avec des élèves de CP. 
Je vous remercie par avance pour votre aide Smile
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ratatouille

Je pratique les messages clairs depuis plusieurs années, avec beaucoup de bonheur.

Je l'ai pratiqué avec mes enfants (pour tester), avec des élèves de segpa et avec des élèves d'élémentaire.

 

La première chose qui m'a convaincue, lorsque j'ai testé la chose sur mes propres enfants, a été de voir la prise de conscience se dessiner sur le visage de l'enfant à l'origine d'un conflit. Au milieu de la phrase, on pouvait lire sur son visage qu'il se rendait tout à coup compte des conséquences sur l'autre de ce qu'il avait fait.

 

Voici comment je procède (ce n'est qu'une possibilité, qu'une interprétation de la chose) :

En début d'année,  je présente les métiers de la classe. Lorsqu' arrive le moment de parler du médiateur, je fais appel à deux élèves pour venir mimer devant la classe la résolution d'un conflit avec un message clair. Étant donné que je suis en cours multiple, une partie des élèves connait déjà le fonctionnement et c'est donc plus simple. Mais si je devais partir de zéro, je procèderais grosso modo de la même façon. De façon concrète :

Les deux élèves en conflit se font face. L'élève médiateur se place sur le côté.

Médiateur : "Qui veut commencer?"

élève A: Moi !

M : D'accord. Vas-y.

A: "B m'a dit que je suis nul et ça m'a fait de la peine " (fonctionne aussi avec "m'a poussé et ça m'a fait mal / Ne veut pas que je joue avec lui / prend mon goûter ... et ça me vexe, fâche, ennuie, blesse). Note 1 : cette mise en mots des sentiments est capitale pour les deux élèves. L'un parce qu'il prend conscience de son état, qu'il  prend en même temps de la distance avec cet état et se sent écouté ; l'autre, parce qu'il prend conscience de ce que son action à produit. Et si on veut aller plus loin, cette mise à la place de l'autre, cet apprentissage de l'empathie, doit certainement pouvoir jouer dans la compréhension des textes lus. Note 2 : le fait d'avoir l’assurance de pouvoir tout dire, en entier, sans interruption me parait vraiment primordial. C'est ce qui permet à des petits CP d'oser s'exprimer face à des CM2 balèzes, par exemple. Cela donne beaucoup de force aux élèves.

M : "B, est-ce que tu es d'accord? C'est vrai?"

Note : dans 98% des cas, l'élève va dire oui, car 1) c'est effectivement vrai  mais surtout 2) il sait qu'il aura lui aussi ensuite le temps de s'exprimer, de préciser sans être interrompu. Et cela change tout.

B: "oui, c'est vrai, je t'ai dit que tu est nul et ça t'a fait de la peine."

Arrivé là, mes élèves B enchainent en général tout de suite avec "Je suis désolé, pardon .." ou quelque chose du genre, parce qu'ils ont l'habitude. Avec des élèves qui découvrent la chose, on rajoute  M : "A, qu'est ce que tu aimerais ?" (qu'il demande pardon, qu'il répare mon jouet, qu'il me donne un bout de son goûter..."

M : "A, est-ce que cela te va ?"

A "Oui"

M : "B, est-ce que tu as quelque chose à dire à A?"

B:" Oui (ou non!). Et bien toi, tu t'es mis devant moi exprès pour que je ne puisse pas tirer au but! Et tu l'as fait plein de fois! Alors j'en ai eu marre et ça m'a mis en colère."

M: "A, est-ce que tu es d'accord?"

A: "Oui, c'est vrai, je t'ai empêché de marqué et ça t'a mis en colère.

M : "Est-ce que tu peux lui dire quelque chose?"

A : "Je suis désolé. C'était pour jouer, je ne savais pas que ça t'embêtait".

M: Tu as compris maintenant?" "A, est-ce que tu as encore quelque chose à dire?"

etc. On continue jusqu'à extinction des plaintes. C'est à dire qu'on détricote le problème jusqu'à arriver à sa cause initiale qui, si elle n'était pas réglée, a de fortes chance de reproduire les mêmes effets un peu plus tard. Je trouve que c'est notre rôle d'adultes de garantir cette parole, cette écoute, et cette justice.

 

Dans ma pratique, je ne vois que des avantages à cette technique !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marielle

Dans ma classe, je commence par travailler sur les émotions, toute une séquence, pour mettre des mots sur ce qu'ils ressentent puis, je termine par un travail sur les messages clairs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nuagebleu35

Merci beaucoup pour vos réponses, ça me rassure car sur un autre forum, j'ai plutôt été mal accueilli mais ils étaient plus à travailler dans le 2nd degré.

@ratatouille votre pratique a l'air vraiment intéressante. Merci pour ce retour détaillé

Est ce que pour l'apprentissage des messages clairs, vous faites une séquence complète dessus ? E sur combien de séance  ? Est-ce suffisant ? J'imagine qu'après y a un travail sur l'année ?

J'envisageais faire une séquence plus d'initiation avec l'objectif de leur faire prendre conscience que la façon d'exprimer ce qu'on pense peut empirer ou pas les choses. Le but est de développer l'empathie et le respect de l'autre.

Dans le déroulement global de la séquence, j'envisageais les choses dans un 1er temps de leur faire comprendre que pour une même situation on a tous une perception différente des choses (par un jeu), puis ensuite leur montrer l'impact des mots sur l'autre, une révision du vocabulaire des émotions avec une première découverte des messages clairs, et pour finir 2 séances purement sur les messages clairs.

Est-ce que ça vous paraît réaliste ? Je n'ai vraiment aucune expérience. Je pensais que cette séquence pourrait arriver après une séquence sur les émotions et sur la différence.

Autre question, en CP, une séance d'EMC dure combien de temps en général ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
finger

Bonjour,

Tu peux regarder du coté de http://emcpartageons.org c'est un site collaboratif avec notamment des séquences "émotion" et "message clair" très bien ficelées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nuagebleu35

@finger Merci !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
maolecha

Expérience personnelle: des nièces scolarisées en Hollande pratiquent depuis la maternelle comme leurs camarades cette gestion des conflits. Elles ont malheureusement déménagées en Belgique où cette pratique est plus rare et où leurs paroles pesaient  peu face aux coups de pied ou de poings...Elle regrettent beaucoup leur école des Pays Bas.

Expérience professionnelle, comme beaucoup nous avons énormément de conflits en récréation avec "c'est pas moi c’est lui" etc. Nous isolons les protagonistes en leur demandant de revenir lorsqu’ils seront d'accord sur une version des événements, puis de venir nous la raconter. Cela les calme, ils discutent, ils prennent en compte les sentiments de l'autre et cela marche plutôt bien.

C'est vrai qu'il y a aussi un gros travail de la part des collègues sur les sentiments, les mots pour le dire et l'intervenant EPS met l'accent sur le fair play, l’entraide.

Je ne fais que très rarement des séances d'EMC (pas vraiment le temps et peut être que je ne sais pas faire), mais dès qu'on fait du sport, dès qu'il y a un comportement qui gêne (moqueries, méchancetés) je reprends avec eux. Nous avons également pris l'habitude de se mettre à la place des personnages dans les albums lus, je pense que cela doit indirectement aider. Mais je rejoins les autres, c'est un travail à l'échelle de l'école pour que cela porte ses fruits.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ratatouille

Je n'ai jamais fait de séance d'EMC à ce sujet. Je crois que je ne saurais pas bien parler des émotions hors situation. Donc je les aide à mettre des mots sur ce qu'ils ressentent quand quelque chose leur arrive. Et puis nous avons aussi le conseil de classe pour gérer les autres problèmes.

Effectivement, c'est mieux si tout le monde dans l'école utilise la même pratique. Mais cela n'empêche pas de commencer seul.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.