Jump to content
Sign in to follow this  

Le débat réglé


André Jorge

Le débat réglé

Indications pour instaurer un débat réglé en classe.

Les débats "réglés" ( programmes de 2002.) s'inscrivent dans le cadre de l'éducation à la citoyenneté et doivent être mis en place au cycles 2 et 3, à raison d'une demi-heure par semaine.

Remarque : les moments de débats réglés doivent apparaître dans l'emploi du temps.

Les objectifs du débat réglé :

Ces débats sont dit "réglés" car ils obéissent à des règles qui doivent être explicitées, comprises et respectées. Les objectifs des débats réglés sont :

  • de permettre à chacun de s'exprimer.
  • de respecter l' opinion d'autrui ou sa différence ;
  • de rendre les élèves capables d'écouter l'autre ;
    • être capable de différer ses réponses (ne pas répondre sur le coup ou du tac-au-tac).

    [*]d'amener chaque élève à réfléchir et développer sa pensée ;

    • être capable de poser un problème ;
    • être capable d'argumenter ;
    • être capable d'analyser les implications et les enjeux des propos d'autrui ;

Il s'agira de faire découvrir aux enfants les conditions dans lesquelles un débat est réussi et de les mettre en pratique : discipline et respect des règles de politesse et d'écoute. Les débats seront élargis à des sujets autres que ceux de la vie collective en classe ou à l'école.

Au cycle 2 :

On peut lire dans les compétences et des programmes de l'école élémentaire, dans Vivre ensemble (l'expression "éducation civique" n'est pas employée au cycle 2, on parle de "vivre ensemble") :

Page 95 :

"Les élèves commencent à accepter de considérer leurs actions du point de vue de leurs camarades, sinon du point de vue général. Ils découvrent que les contraintes de la vie collective sont les garants de leur liberté, que la sanction, lorsqu'elle intervient, ne relève pas de l'arbitraire de l'adulte mais de l'application de règles librement acceptées. Ils apprennent à refuser la violence, à maîtriser les conflits et à débattre des problèmes rencontrés en tenant leur place dans les réunions de régulation qui sont inscrites à l'emploi du temps."

Page 96 :

"Toutefois, l'accès progressif à la lecture et à l'écriture, l'ouverture plus grande vers le monde extérieur permettent aux élèves de mieux comprendre ce qu'est la vie collective et d'approfondir la signification des contraintes qu'elle impose : s'approprier les règles du groupe, dialoguer avec les camarades et les adultes, écouter l'autre et accepter de ne pas être entendu tout de suite, coopérer."

[...]

"Dès que cela lui paraît possible, le maître fait élaborer collectivement les règles de vie de la classe. Il fait découvrir les conditions de réussite d'un débat (voir « Maîtrise du langage ») et fait accepter la discipline que chacun doit s'imposer. Une heure par quinzaine doit y être consacrée afin de montrer le sérieux et l'importance de cette démarche."

Page 99, la compétence devant être acquise en fin de cycle 2 :

"- prendre part à un débat sur la vie de la classe,"

Les champs d'application des débats réglés peuvent être le vivre ensemble (refuser la violence, maîtriser les conflits, débattre,...), mais aussi :

  • la maîtrise de la langue. Page 67 :
    "À l'école élémentaire, une demi-heure par semaine a été inscrite à l'emploi du temps pour commencer à formaliser les moments de débats qui portent sur la vie collective (voir « Vivre ensemble »). Il convient de les conduire de manière à ce qu'aucun élève ne soit écarté des échanges, à ce que chacun apprenne à écouter tant les adultes que ses camarades et accepte la conduite du débat qui, pour l'essentiel, relève encore à cet âge de l'enseignant. Dans la mesure où la principale difficulté réside dans la capacité de tenir compte de l'échange en cours pour faire avancer la réflexion collective, c'est dans cette perspective que le maître doit être particulièrement attentif à guider le groupe. Des débats moins formalisés peuvent avoir lieu dans les séquences d'apprentissages. Ils doivent alors bénéficier du même accompagnement."

  • les mathématiques (échanges, confrontations de méthodes, ...) ;
  • l'éducation physique (comprendre et appliquer les règles collectives,...) ;
  • la découverte du monde. Page 116 :
    "Les activités du domaine « Découvrir le monde » soutiennent de nombreux apprentissages transversaux. Elles sont l'occasion, pour les élèves, de confronter leurs idées dans des discussions collectives, de chercher des réponses à leurs questions à la fois sur le réel et dans des documents imprimés ou numérisés, de s'initier à un usage particulier de l'écriture : notation rapide, établissement de listes, voire de tableaux, élaboration avec l'aide du maître d'un écrit documentaire (voir « Maîtrise du langage »)."

Au cycle 3 :

On peut lire dans les compétences et des programmes de l'école élémentaire :

Page 33 :

"Au moment où s'affirme son caractère, l'enfant doit apprendre à contrôler ses réactions et à réfléchir sur les raisons des contraintes qui lui paraissent brider sa liberté. L'exercice du débat réglé est la condition de cette éducation. La demi-heure hebdomadaire qui lui est consacrée doit être considérée comme un moment fort de la vie de la classe et de l'école."

Page 177 :

"Tout au long du cycle, une heure en moyenne par semaine devra être consacrée à l'explicitation des problèmes concernant l'éducation civique dans les différents champs disciplinaires. De plus, une demi-heure par semaine est réservée dans l'emploi du temps à l'organisation des débats dans lesquels la classe organise et régule la vie collective, tout en passant progressivement de l'examen des cas singuliers à une réflexion plus large."

Page 175, les compétences devant être acquises en fin de cycle 3 :

"- prendre part à l'élaboration collective des règles de vie de la classe et de l'école,"

"- participer à un débat pour examiner les problèmes de vie scolaire en respectant la parole d'autrui et en collaborant à la recherche d'une solution,"

Les champs d'application des débats réglés peuvent être l'éducation civique (refuser la violence, maîtriser les conflits, débattre,...) mais aussi :

  • la maîtrise de la langue (s'exprimer, argumenter,...) ;
  • la littérature (les grands problèmes abordés par les écrivains dans leurs ouvrages,...).
    On trouve à la page 187 des nouveaux programmes :
    "C'est aussi l'occasion, pour l'enseignant, d'attirer l'attention sur les aspects les plus ouverts de l'œuvre et de susciter des conflits d'interprétation nécessitant un effort d'argumentation.
    [...]
    Chaque lecture, lorsqu'elle a fait l'objet d'un travail de compréhension et d'interprétation, laisse en suspens des émotions et pose de multiples questions qui peuvent devenir des thèmes de débat particulièrement riches."
  • les mathématiques (argumenter et justifier) ;
  • les sciences. Page 244 :
    "Le renforcement de la maîtrise du langage et de la langue française est un aspect essentiel. Le questionnement et les échanges, la comparaison des résultats obtenus, leur confrontation aux savoirs établis sont autant d'occasions de découvrir les modalités d'un débat réglé visant à produire des connaissances."
  • l'éducation physique (appliquer les règles collectives,...) ;
  • l'éducation artistiques (échanges de points de vue,...) ;
  • l'histoire. Page 210 :
    "La leçon d'histoire fait une très large place à la réflexion collective et au débat, et suppose donc un usage réglé de la parole, attentif à la précision du vocabulaire utilisé et à la rigueur du raisonnement."
  • la géographie (confrontation d'idées,...). On trouve

Concrètement...

Quel est le rôle de l'enseignant ?

Le rôle de l'enseignant se limite à : faire travailler les enfants. Il est à la fois arbitre et animateur.

L'enseignant doit amener les enfants à débattre entre eux : il veille à ce que le débat s'instaure entre les enfants, et non pas entre l'enseignant et les enfants.

Cela ne veut pas dire que l'enseignant ne fait rien. Il doit :

- faire en sorte que les règles du débat soient respectées.

- s'assurer également que le débat reste une discussion structurée et organisée. Pour ce faire, il peut intervenir pour mettre en évidence, insister sur, ou rappeler les arguments pertinents et les problématiques.

Comment amener les enfants à développer leurs arguments ?

Plutôt que de compléter par lui-même les arguments, les idées avancées par un élève, l'enseignant devra faire faire cette tâche par les autres élèves :

- en leur demandant de questionner l'élève qui avance ses idées ;

- en demandant à un élève d'expliciter le rapport entre deux interventions ;

En cours d'année, l'enseignant pourra attribuer son rôle d'arbitre/animateur à d'autres élève. Il devra alors les laisser régler aux-mêmes les difficultés qu'ils rencontreront.

Débattre, mais sur quoi ?

On pourra débattre de tous les sujets habituellement traités en éducation civique :

  • Les règles de vie de la classe : non pas simplement pour avoir un règlement, non pas seulement pour s'exprimer sur la question, mais pour trouver de réelles solutions aux problèmes ;
  • Les règles de vie de l'école : un règlement pourra être élaboré et proposé aux autres classes ;
  • Lee travail des enfants ;
  • La différence ;
  • La politesse ;
  • Le code de la route ;
  • etc.
Il est possible également d'élargir les thèmes de discussions aux autres domaines, notamment la littérature : après lecture d'un passage d'une oeuvre littéraire, discuter du comportement d'un personnage ou d'un évènement, pour traiter du thème dont il est question dans l'ouvrage (la liberté, la démocratie, la famille, etc.). Des exemples de sujets :
  • Pourquoi doit-on rejeter la violence ?
  • Qu'est-ce que la liberté ?
  • Faut-il toujours dire la vérité ?

Etc.

Quelle démarche possible pour un débat ?

Exemple de démarche :

1/ Le déclencheur : une situation problème est proposée aux enfants (suite à la lecture d'un texte, à un évènement dans la cour, dans la classe, etc.).

2/ Phase de réflexion : travail individuel : chacun réfléchit et note ses idées sur son cahier d'essais ou sur une fiche individuelle. Un travail en groupes restreints peut éventuellement être proposé : les premiers échanges se font en petits groupes.

3/ Echanges : tout le monde se retrouve et propose ses idées.

4/ Trace écrite : effectuer une synthèse collective.

Quelle trace écrite ?

Une trace écrite est indispensable. Elle pourra être élaborée à partir :

- de questions préparées par les enfants, d'idées et arguments écrits sur des fiches, avant le débat ;

- des notes prises (par un élève secrétaire ou par l'enseignant) pendant le débat ;

- de la synthèse élaborée en fin de débat avec tout ce qui a été dit.

La trace écrite pourra être faite sur des fiches classées et placées dans une boite ou un classeur "Débats", ou consister simplement en une synthèse écrite dans le cahier d'éducation civique.

Remarque : il est souhaitable de faire des rappels et mises au point réguliers sur ce qui a été dit, pour rendre la rédaction de cette trace écrite plus facile.

Quelle évaluation ?

Elle peut se faire tout au long de la séance. Il faudra cependant que les enfants sachent sur quoi ils sont évalués et qu'ainsi, le contrat didactique soit clair.

En fin de séance, un bilan peut être présenté aux enfants afin qu'ils puissent s'améliorer.

André Jorge PAYET

Le 28 juillet 2006

Sign in to follow this  


User Feedback

Recommended Comments

There are no comments to display.


×
×
  • Create New...