Jump to content

Journée théorie du genre à l'école ?


Gianna
 Share

Recommended Posts

C'est clair que le coup de la masturbation, de la découverte du corps et de la jouissance, là c'est juste ..... comment pouvoir imaginer ça une seule seconde? Pensent-ils que nous sommes des suppôts de satan? En tout cas c'est ce qu'ils ont l'air de penser de nous lorsqu'ils imaginent qu'on peut être capable de parler de masturbation!!

Euh..... Y a que moi que ça choque cette phrase ?

Il n'y en a pas parmi vous qui ont fait la surveillance du dortoir en PS ?

Parce que quand il arrive qu'un enfant se donne du plaisir de façon un peu trop ostentatoire et bruyante, vous faites quoi ?

Perso je ne lui interdis pas, je ne lui dis pas que c'est "sale", mais je lui rappelle que c'est son corps, à lui seul et que dans le dortoir on vit tous ensemble et qu'on ne doit pas déranger les autres, donc qu'on évite ce genre de choses !

Je ne me considère pas pour autant comme un suppôt de Satan...

Link to comment
Share on other sites

Si tu sous-entend que les tenants des "théories du genre" sont au ministère

Aucunement. Des tas d'idées sont représentées au Ministère, aussi bien en son sein que via des lobbies extérieurs, et c'est très bien comme ça. Les idées féministes y sont sans doute particulièrement bien défendues en ce moment, mais ça fait partie du jeu.

(Je parle bien sûr de l'Education Nationale ; d'autres ministères, comme celui dit du "Droit des femmes", me semblent en effet plus ou moins "tenus" par des militants idéologiques.)

terme désormais utilisé presque exclusivement par les groupes/personnes qui s'opposent à tout questionnement sur la notion de genre; ça a été dit plus haut et tu l'as aussi utilisé, il semble plus opportun de parler d'étude de genre. Mais du coup en revenant à ces termes, tu ne serais pas en train d'alimenter l'idée du complot contre la famille mené par on ne sait qui, à grand coup de cette fameuse "théorie du genre" qui sera même, d'après toi, bientôt inscrite dans nos lois ?)

"Théorie" et "étude" sont deux notions différentes, que je ne confonds pas (voire trois, si tu comptes le sens anglais de "studies" (e.g. : gender studies), dont je soupçonne que c'est celui que tu évoques ici).

Il y a une question du genre, des études sur le genre, et des théories sur le genre. Ce genre de raisonnement, "Employer l'expression "théorie de X", qu'emploie aussi Y, c'est la preuve qu'on partage ses analyses" est soit d'une grande naïveté, soit d'une grande mauvaise foi, soit d'une grande condescendance envers ceux dont on ne veut même pas imaginer qu'ils puissent penser par eux-mêmes.

Très généralement, la confusion plus ou moins délibérée entre différentes notions épistémologiques — faits, modèles, hypothèses, théories, paradigmes, principes, etc. — me semble surtout un moyen très sûr d'empêcher toute discussion sereine sur des sujets un tant soit peu complexes, comme celui-ci.

Pour moi, le rôle fondamental de l'école est d'apprendre aux gamins à penser, et pour cela de leur donner l'exemple d'un minimum de rigueur intellectuelle et de méthode — cartésienne, si tu veux.

IL n'y a pas, comme le dit je ne sais plus qui, de théorie du genre.

Les études de genre incluent dans leurs travaux de recherche une grille de lecture qui leur permet d'appréhender des réalités, phénomènes, tendances, points hitoriques, ... en prenant en compte des différences hommes/femmes, considérant le genre comme sexe social, c'est à dire pas bilogique, mais comment la société traite socialement ce sexe biologique.

Et si cette grille ne dérive pas d'une théorie, d'où provient-elle, à ton avis ? D'une révélation mystique ?

Iil n' y en a pas une ni deux ni concurrente ni rien du tout.

Il y a pratiquement autant de théories que de théoriciens du genre — ce qui explique d'ailleurs en garnde partie pourquoi elles tendent à faire ricaner doucement les praticiens de disciplines plus — uh, structurées.

Si je devais identifier la plus influente en ce moment en France, j'irais sans doute chercher du côté de Donna Haraway et de Judith Butler, qui sont parmi les rares à fédérer une mouvance raisonnablement cohérente.

Quelqu'un qui nierait l'existence d'un monde ouvrier ( ne classe ouvrière?) mettrait Bourdieu à la poubelle, comme ceux qui nient qu'il y a des rapports sociaux de sexes mettent à la poubelle les ETUDES de genre (ce n'est pas une théorie, c'est un postulat epistémologique)

Bourdieu ? Le monde change. De mon temps, la référence en matière de classe ouvrière était plutôt Marx...

Le parallèle est d'ailleurs valide : il y a aussi trois douzaines de théories marxistes différentes, basées sur quelques postulats communs eux-mêmes très loin d'être universellement acceptés...

L'existence de rapports sociaux de sexe, si tu veux les appeler ainsi, n'est ni un postulat, ni un principe, c'est une notion (ou une "catégorie", si l'on veut être aristotélicien).

Lorsque tu précises la nature de ces rapports et que tu tentes de les qualifier, pour pouvoir naviguer un minimum entre considérations générales et cas particuliers, tu élabores une théorie.

Faut-il mettre toutes les théories du genre à la poubelle ? Certainement pas.

La plupart ? J'en ai bien peur.

Faut-il mettre à la poubelle toutes les études sur le genre qui n'ont même pas atteint le stade de la théorie vaguement cohérente ? Ca ne serait pas plus mal, à mon avis. Ne serait-ce que pour ne pas risquer de jeter avec l'eau du bain les spécialistes du genre qui ont effectivement quelque chose à dire...

Link to comment
Share on other sites

C'est clair que le coup de la masturbation, de la découverte du corps et de la jouissance, là c'est juste ..... comment pouvoir imaginer ça une seule seconde? Pensent-ils que nous sommes des suppôts de satan? En tout cas c'est ce qu'ils ont l'air de penser de nous lorsqu'ils imaginent qu'on peut être capable de parler de masturbation!!

Euh..... Y a que moi que ça choque cette phrase ?

Il n'y en a pas parmi vous qui ont fait la surveillance du dortoir en PS ?

Parce que quand il arrive qu'un enfant se donne du plaisir de façon un peu trop ostentatoire et bruyante, vous faites quoi ?

Perso je ne lui interdis pas, je ne lui dis pas que c'est "sale", mais je lui rappelle que c'est son corps, à lui seul et que dans le dortoir on vit tous ensemble et qu'on ne doit pas déranger les autres, donc qu'on évite ce genre de choses !

Je ne me considère pas pour autant comme un suppôt de Satan...

Ca y est, ça recommence , les gens qui ne lisent pas la totalité du post et qui interprètent, c'est pfff....

Relis le post et renseigne toi avant de citer. Les partisans de ce mouvement semblent dire qu'en maternelle les enseignantes vont ENSEIGNER la pratique de la masturbation, qu'on va apprendre à leurs enfants à se toucher ; C'est ton cas? Non! Voilà c'est réglé, si tu le fais c'est inquiétant oui!

Mais bien sûr que si un enfant le fait, on lui explique tout ce que tu as dit.

Relis, relis, relis....j'ai l'impression de parler à un de mes élèves. Est-ce que j'ai dit que les enseignants étaient des suppôts de satan? Non, relis, relis, relis, j'ai dit que s'il pensait qu'on enseignait (oui j'ai dit le mot "parler de " mais t'avais qu'à lire tout le post) la masturbation, la jouissance alors oui ils nous prennent pour des suppôts de satan.

Ne commence pas à faire dévier le post s'il te plait, c'est déjà un sujet assez sensible! Merci

Il ne te manquait plus que cet émoticone tant prisé par certains :blink: :blink:

Désolé mais j'en ai marre de celles et ceux qui ne restent pas dans l'échange mais ne cherche que la polémique.

C'est bon je sors, même plus envie de participer à des discussions des fois! Bravo l'échange. Oui je m'énerve car il y a toujours une personne pour faire dévier un post en s'outrageant sur les propos des autres.

Link to comment
Share on other sites

Moi ce qui m'effraie dans tout ça c'est que

- certaines personnes croient sur parole ce qu'ils entendent par ouie dire ou reseaux sociaux, même des choses aussi inimaginables que la masturbation en classe etc....

- il y ait encore des gens qui sont à ce point homophobes qu'ils enlèvent leurs enfants de l'école sous prétexte qu'on va parler d'homophobie à leurs enfants....

Je faisais référence à ça!! Je t'ai épargné la lecture de quelques pages!

Je pense quand Barbotinne parle de "masturbation en classe" elle parle bien comme moi de la démonstration, de l'acte.

Link to comment
Share on other sites

En même temps à partir de quel âge peut-on parler d'homosexualité? Est- ce que nos élèves de cp ont ce schéma en tête? ( Je pose des questions, il n y aucun jugement derrière)

Je pense qu'il faut en parler si par exemple un enfant dans la classe a justement deux papas ou deux mamans, là il est nécessaire de l'évoquer pour éviter tout dérapage. Mais sinon pourquoi forcément en parler? S'ils le voient à l'extérieur de l'école, là il revient aux parents de l'évoquer. On ne peut pas à nous seuls refaire et éduquer toute la société.

+1

Link to comment
Share on other sites

Pour certains enfants, le sexe est difficile à déterminer à la naissance. C'est les parents qui choisissaient. ( voir le bouquin de Wincker " le chœur des femmes") quitte à faire subir des opérations chirurgicales. Maintenant, je crois qu'on attend quelques années.

http://www.telerama.fr/livres/le-choeur-des-femmes,47248.php

(Je répondais au post sur le sexe indéterminé)

Link to comment
Share on other sites

Moi ce qui m'effraie dans tout ça c'est que

- certaines personnes croient sur parole ce qu'ils entendent par ouie dire ou reseaux sociaux, même des choses aussi inimaginables que la masturbation en classe etc....

- il y ait encore des gens qui sont à ce point homophobes qu'ils enlèvent leurs enfants de l'école sous prétexte qu'on va parler d'homophobie à leurs enfants....

Je faisais référence à ça!! Je t'ai épargné la lecture de quelques pages!

Je pense quand Barbotinne parle de "masturbation en classe" elle parle bien comme moi de la démonstration, de l'acte.

oui les organisateurs de ce boycott disent qu'on va enseigner aux enfants à se masturber.... enfin en tous les cas c'est arrivé comme ça aux parents qui ont décidé de ne pas mettre leurs enfants.

On parle d'enseigner! comment des parents peuvent croire qu'on va enseigner aux enfants de maternelle comment se masturber ....

Link to comment
Share on other sites

C'est clair que le coup de la masturbation, de la découverte du corps et de la jouissance, là c'est juste ..... comment pouvoir imaginer ça une seule seconde? Pensent-ils que nous sommes des suppôts de satan? En tout cas c'est ce qu'ils ont l'air de penser de nous lorsqu'ils imaginent qu'on peut être capable de parler de masturbation!!

Euh..... Y a que moi que ça choque cette phrase ?

Il n'y en a pas parmi vous qui ont fait la surveillance du dortoir en PS ?

Parce que quand il arrive qu'un enfant se donne du plaisir de façon un peu trop ostentatoire et bruyante, vous faites quoi ?

Perso je ne lui interdis pas, je ne lui dis pas que c'est "sale", mais je lui rappelle que c'est son corps, à lui seul et que dans le dortoir on vit tous ensemble et qu'on ne doit pas déranger les autres, donc qu'on évite ce genre de choses !

Je ne me considère pas pour autant comme un suppôt de Satan...

Ca y est, ça recommence , les gens qui ne lisent pas la totalité du post et qui interprètent, c'est pfff....

Relis le post et renseigne toi avant de citer. Les partisans de ce mouvement semblent dire qu'en maternelle les enseignantes vont ENSEIGNER la pratique de la masturbation, qu'on va apprendre à leurs enfants à se toucher ; C'est ton cas? Non! Voilà c'est réglé, si tu le fais c'est inquiétant oui!

Mais bien sûr que si un enfant le fait, on lui explique tout ce que tu as dit.

Relis, relis, relis....j'ai l'impression de parler à un de mes élèves. Est-ce que j'ai dit que les enseignants étaient des suppôts de satan? Non, relis, relis, relis, j'ai dit que s'il pensait qu'on enseignait (oui j'ai dit le mot "parler de " mais t'avais qu'à lire tout le post) la masturbation, la jouissance alors oui ils nous prennent pour des suppôts de satan.

Ne commence pas à faire dévier le post s'il te plait, c'est déjà un sujet assez sensible! Merci

Il ne te manquait plus que cet émoticone tant prisé par certains :blink: :blink:

Désolé mais j'en ai marre de celles et ceux qui ne restent pas dans l'échange mais ne cherche que la polémique.

C'est bon je sors, même plus envie de participer à des discussions des fois! Bravo l'échange. Oui je m'énerve car il y a toujours une personne pour faire dévier un post en s'outrageant sur les propos des autres.

Pfiou, quelle charge !

La forme interrogative montrait de vraies questions, je connais des collègues qui ont été confrontées à ce genre de situations et qui ne savaient pas du tout comment réagir. Je ne suis pas sûre non plus à 100% d'avoir la bonne réponse.

Je ne pensais avoir été aussi agressive et je m'en excuse !

J'ai lu tout le post au fur et à mesure des interventions, mais c'est vrai, méa culpa, je ne relis pas toutes les interventions de la personne qui écrit avant de répondre, et c'est effectivement le "parler" au lieu "d'enseigner" qui m'a interpellée te le "suppôt de Satan" qui me choque.

Ton explication me rassure sur le fond, même si elle me "chagrine" sur la forme.

Link to comment
Share on other sites

Perso, j'aurai dit que le point important et inquiétant est la connexion entre des courants religieux et politiques -de moins en moins sectaires mais au contraire gagnant en audience (preuve en est : qui aurait parlé de Soral et de sa copine sur ce forum il y a quelques mois encore ?)- qui il y a quelques années, s'ignoraient les un les autres et marchent maintenant ensemble pour faire pression contre une éventuelle réflexion sur une des normes sociales.

Ces groupes détestent la modernité (ou plutôt ce qu'ils mettent derrière ce mot). C'est leur seul point commun. C'est suffisant pour avoir un pouvoir de nuisance grâce notamment à internet et aux réseaux sociaux qui facilitent la circulation de leur propagande. Maintenant ils se détestent entre eux presque plus qu'ils ne détestent la laïcité ou l'égalité des droits. Ils sont nuisibles mais pas dangereux pour le moment. Je ne vois pas très bien comment ils peuvent arriver à une synthèse acceptable par toutes leurs composantes pour pouvoir prendre le pouvoir et l'exercer ensemble.

Link to comment
Share on other sites

Nuisibles mais pas dangereux pour le moment, et encore, tout dépend où tu places la limite entre nuisance et danger. Qu'ils manifestent comme ils le feront demain à Paris, ok ce n'est qu'une nuisance (et comme tu le dis, certains devaient y aller mais n'y vont plus car d'autres se sont invités entre-temps, et comme ils ne se supportent pas... ça risque d'être folklo quand même entre les cathos intégristes, les fachos païens, les musulmans pro-iraniens, les bonnets rouges, etc ...), mais que cette mouvance arrive, par son activisme, à empêcher des mômes de venir à l'école, c'est une "montée en puissance". Je ne pense pas qu'ils en soient à rêver d'une synthèse et d'un accès au pouvoir, mais ils espèrent tout de même continuer à se développer, toucher plus de monde (chacun dans sa niche religieuse/politique et parfois commerciale aussi) avec, entre autres buts, l'attaque de l'égalité des droits.

Link to comment
Share on other sites

(je n'ai pas de télé, donc pas de JT chez moi ! ;) )

Moi non plus je n'ai pas la télé, ce qui n'exclut pas le JT (il y a d'autres raisons qui l'excluent; à part celui d'Arte).

Link to comment
Share on other sites

Nous avons les collègues on s est dit si les parents veulent les garder mais pourquoi pas ;) lol

A 30 toute la journée on sera plus tranquille mdrrr

En même temps s ils avaient pu mettre en place ce droit de retrait pour la semaine a w4j et demi !

Link to comment
Share on other sites

Nous avons les collègues on s est dit si les parents veulent les garder mais pourquoi pas ;) lol

A 30 toute la journée on sera plus tranquille mdrrr

Je dévie mais s ils pouvaient aussi les garder quand ils vomissent a la maison ou te toussent a la figure ça ne sériait pas plus mal aussi ;)

En même temps s ils avaient pu mettre en place ce droit de retrait pour la semaine a w4j et demi !

Bon ok je sors car ce n est pas le sujet

Je dirai juste que quand l oms écrit que la France irait mieux si tous les enfants de 6 àns savaient mettre un préservatif ! Ça me désolé ! Y'a sûrement d autres choses a faire pour que la France aille mieux et qui j ont rien a voir avec des préservatif

Link to comment
Share on other sites

Pour moi la violence c'est de refuser à quiconque d'être qui il est; et la maltraitance c'est de nier qui est l'autre.

Plutôt que de perdre son énergie dans les théories. ..

j'aimerais mieux travailler et réfléchir sur la discrimination et mieux sur l'altérité car le mot est positif et montre le verre à moitié plein et non le verre à moitié vide.

Et pour préciser ma pensée

noirs,blancs,jaunes, gros,maigres,grands,petits,jeunes,vieux, hommes,femmes,intelligents, limités, ...

Quelle place puisje accepter de donner à l autre...

Link to comment
Share on other sites

Je dirai juste que quand l oms écrit que la France irait mieux si tous les enfants de 6 àns savaient mettre un préservatif !

Il faudrait que tu cites tes sources, parce que là...

Link to comment
Share on other sites

Kmillo, en suivant ton lien, en 2 clics on arrive sur Boulevard Voltaire, un des noeuds de la toile extrême-droite/conspirationniste, juste pour info. Donc autant se fier au rapport de l'OMS que ces gens dénoncent, j'en ai trouvé une version en français ICI que je n'ai pas encore entièrement lue. Le document intial était en allemand et date de 2010.

La polémique actuelle (apprentissage de la masturbation à l'école) semble découler d'un article mis en ligne par La manif pour tous (ICI).

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

voilà le rapport de l'OMS, traduit en français

je n'ai pas lu qu'il faut encourager à jouer au docteur, mais permettre de jouer au docteur ; ça ne me paraît pas tout à fait la même chose.

Quand à informer sur le plaisir enfantin, je gage que ça ne soit pas en conférence d'amphitéatre à la crèche ...

je suis abasourdie par ce déferlement de mauvaise foi (haha!).

Link to comment
Share on other sites

je n'ai pas lu qu'il faut encourager à jouer au dpcteur, mais permettre de jouer au docteur ; ça ne me paraît pas tout à fait la même chose.

+1

Link to comment
Share on other sites

Qu'on laisse les enfants jouer à ce qu'ils veulent, à nous de tout proposer en maternelle ( jeux dit pour filles ou garçons) et laissons les enfants se diriger spontanément vers ceux qu'ils aiment. Ils jouent spontanément au docteur si on leur laisse une malette de docteur. Ils jouent à la voiture si on leur donne des voitures ( et assez pour qu'il y en ai autant pour les filles et les garçons)

Pourquoi vouloir forcer la petite fille qui joue à la cuisinière à aller vers les powers rangers si ellen'aime pas ça. Si elle veut jouer à la cuisine pour faire ( comme papa ou maman à la maison) laissons-là! Si le petit garçon veut jouer au bricoleur, laissons-le.

Que les hommes politiques commencent à donner l'exemple en arrêtant de chahuter les femmes comme des coq dans l'hémicycle, ce gouvernement cherche la parité à tout prix, quitte à ne pas respecter les envies de chacun.

Pourquoi tout vouloir changer comme ça? Qu'Hello Kitty porte du bleu, du rose, du orange, qu'est ce que ça change? Si nos filles mettent du rose ou du bleu qu'est ce que ça change? Tout cela est dans la tête de ceux qui justement projettent des fantasmes de : le rose va affaiblir les filles, c'est la couleur des nunuches ( habiilez vous en total look rose demain et vous verrez les réactions).

Je ne suis ni pour, ni contre cette étude (j'édit : ke parle de l'étude de genre hein) je dis juste que ce n'est pas forcèment notre rôle. Ouvrir les consciences oui, les formater non.

(ps: vous avez le droit d'être en désaccord mais s'il vous plait faites le correctement sans émoticone outragé, sans " je suis choqué, je suis outré" préférez les formulations " je ne suis pas d'accord", je ne pense pas..

Et dire que j'avais dit que je sortais, décidément j'ai vu de la lumière....

Link to comment
Share on other sites

Pour moi la violence c'est de refuser à quiconque d'être qui il est; et la maltraitance c'est de nier qui est l'autre.

Plutôt que de perdre son énergie dans les théories. ..

Théories et définitions ont leur importance. On peut toujours s'amuser à redéfinir les mots selon son caprice ou la mode du moment, mais c'est toujours au détriment du consensus.

Tes définitions de la violence et de la maltraitance valent ce qu'elles valent, mais elles ont un inconvénient majeur : à ce tarif, les deux deviennent des concepts subjectifs. A partir de là, deux possibilités : soit on désigne une nouvelle cléricature dont la subjectivité prime sur les autres, pour décider arbitrairement quel comportement "accorde" à l'autre d'être ce qu'il est et quel le "refuse", quelles idées sont "violentes" et quelles ne le sont pas, qui est bien gentil est qui doit être enfermé parce que son comportement "nie qui est l'autre" ; et le totalitarisme n'est pas loin. Soit tout se vaut, et on renonce à sanctionner la violence — à commencer celles des vrais gnons, qui ne "refusent" ni ne "nient" grand chose...

Link to comment
Share on other sites

loin de moi l'idée de donner une définition exhausticve de la violence ou de la maltraitance, seulement essayer de qualifier des actes de refus de dénigrement ,

Celui qui donne un gnon est à minima dans la violence encore faut-il savoir qui de l'oeuf ou de la poule ....

L'acceptation de l'autre est un chemin pas si simple dans les sociétés humaines,

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ....

et comment construire une société où chacun peut avoir sa place ???

Une simple réflexion qui ne cherche pas à construire un système , mais qui se pose la question de l'empathie.

Le devoir de respecter l'autre et le devoir d'être respecté

Link to comment
Share on other sites

Qu'on laisse les enfants jouer à ce qu'ils veulent, à nous de tout proposer en maternelle ( jeux dit pour filles ou garçons) et laissons les enfants se diriger spontanément vers ceux qu'ils aiment. Ils jouent spontanément au docteur si on leur laisse une malette de docteur. Ils jouent à la voiture si on leur donne des voitures ( et assez pour qu'il y en ai autant pour les filles et les garçons)

Pourquoi vouloir forcer la petite fille qui joue à la cuisinière à aller vers les powers rangers si ellen'aime pas ça. Si elle veut jouer à la cuisine pour faire ( comme papa ou maman à la maison) laissons-là! Si le petit garçon veut jouer au bricoleur, laissons-le.

Que les hommes politiques commencent à donner l'exemple en arrêtant de chahuter les femmes comme des coq dans l'hémicycle, ce gouvernement cherche la parité à tout prix, quitte à ne pas respecter les envies de chacun.

Pourquoi tout vouloir changer comme ça? Qu'Hello Kitty porte du bleu, du rose, du orange, qu'est ce que ça change? Si nos filles mettent du rose ou du bleu qu'est ce que ça change? Tout cela est dans la tête de ceux qui justement projettent des fantasmes de : le rose va affaiblir les filles, c'est la couleur des nunuches ( habiilez vous en total look rose demain et vous verrez les réactions).

Je ne suis ni pour, ni contre cette étude (j'édit : ke parle de l'étude de genre hein) je dis juste que ce n'est pas forcèment notre rôle. Ouvrir les consciences oui, les formater non.

(ps: vous avez le droit d'être en désaccord mais s'il vous plait faites le correctement sans émoticone outragé, sans " je suis choqué, je suis outré" préférez les formulations " je ne suis pas d'accord", je ne pense pas..

Et dire que j'avais dit que je sortais, décidément j'ai vu de la lumière....

Pour moi, il ne s'agit pas de forcer une petite fille toute vetue de rose et qui ne joue qu'à la poupée et à faire la cuisine à s'habiller de bleu et marron, jouer aux power rangers et compagnie, mais de prendre conscience que ce n'est pas "par hasard" que "toutes" les petites filles aiment le rose et que "tous" les petits garçons aiment jouer aux voiture, que ça résulte de constructions sociales, de roles socialement dévolus à tel ou telle, et que l'on retrouve chez les adultes : dans l'émission que je citais plus haut, il était édifiant d'entendre que la répartition des taches domestiques n'avait que très peu été modifiée.

Et je ne pense pas que ce soit parce que les femmes viennent de venus et les hommes de mars...

Une expérience (dont je n'ai pas les références) constate que lorsque l'on montre une vidéo d'un bébé qui pleure, l'interprétation des pleurs diffère selon que l'on dit que c'est une fille ou un garçon.

Dans un symposium au collège de France, un chercheur a montré que si l'on ne dit rien, en demandant à des élèves/ étudiants de faire des exercices type maths, logique, les filles réussissent systématiquement moins bien que les garçons. En revanche dire "sur ce type d'exercice, on n'attend pas de différences entre les filles et les garçons", tous réussissent mieux, mais surtout les filles.

Donc n'obliger personne, mais avoir conscience que ce sont des constructions sociales, et ne pas les alimenter...

Link to comment
Share on other sites

Mely mélo je suis d'accord sur cette idée de construction de stéréotypes ( que nous alimentons tous sans même le faire exprès des fois) mais est-ce notre rôle que de modifier cela? Si les parents à la maison inculquent à leur fille l'idée qu'elle doit devenir une bonne maitresse de maison et au petit garçon qu'il devienne un jeune homme viril qui ne pleure jamais, c'est leur problème , leur éducation, de quel droit devons nus chercher à modifier à tout prix cela. Les parents s'occupent de l'éducation et nous de l'instruction ( avec une belle louche d'éducation aussi)

Déjà il faudrait modifier certaines expression " garçon manqué" par exemple. A ce compte là il faudrait aussi changer la grammaire et ne plus dire que "le masculin l'emporte sur le féminin" et arrêter de donner des noms féminins aux ouragans. Et puis mettre autant d'exemples dans les livres de grammaire avec les pronoms féminins que masculins ( voilà de quoi j'ai peur, le trop est l'ennemi du bien, on serait capable de les compter pour vérifier)

Ce que je cherche à dire c'est qu'il ne s'agit là que d'une mode d'un gouvernement qui cherche à tout prix à se faire ancrer dans l'Histoire.

Je suis contre toute ce ramdam, ces lobbys, bien évidemment, là dessus on s'accorde tous. Mais je pense que dans le fond on a tous conscience de mettre sur le même pied d'égalité filles et garçons, on n a pas attendu Hollande, ni Peillon. On avait connaissance de ces stéréotypes bien avant qu'on nous incite à y penser.

Ce qui me fait peur c'est lorsqu'on fera cours d'Histoire par exemple il faudra systématiquement se reprendre "les hommes préhistoriques" euh... " les hommes et les femmes de la préhistoire" ( alors qu'on parle des femmes dans nos cours de toute manière) I faudrait dès lors changer tout un tas de formulation pour faire croire qu'on est contre les stéréotypes.

Link to comment
Share on other sites

Ben ça n'est pas si difficile de prévoir des exercices de grammaire où tu mets autant de pronoms ou noms masculins que féminins, si ? Et ça ne demande pas une préparation en amont immense, je t'assure.

Sur les expressions stéréotypées, ben oui, on peut aussi choisir de les éviter et on s'en portera pas plus mal.

Et oui, en géo ou en histoire ou autre, si devant les élèves je dis "les hommes" au sens de "les êtres humains", je précise en début de séance qu'il s'agit des hommes et des femmes, c'est pas épuisant non plus.

Le rapport dont il est question provient de l'OMS, le sujet est pris sous l'angle de la santé publique (comme avant les problématiques liées à la consommation d'alcool, de tabac... dont on pourrait dire qu'elle relèvent elles aussi de la sphère privée). Peut être qu'effectivement apprendre plus ou moins consciemment aux filles certains comportements et d'autres aux garçons, ça a une incidence en terme de santé publique ? D'où le besoin ressenti d'agir dans le cadre scolaire ?

Link to comment
Share on other sites

On avait connaissance de ces stéréotypes bien avant qu'on nous incite à y penser.

non, je ne crois pas.

Link to comment
Share on other sites

On avait connaissance de ces stéréotypes bien avant qu'on nous incite à y penser.

non, je ne crois pas.

Alors je reformule "j'avais connaissance de ces stéréotypes " ( tant mieux pour moi alors) .

Pour les exercices Paul Getty je parlais des exercices des manuels ( faudra t-il constamment vérifier en amont que l'égalité des pronoms y est respectée)

Mais ce que je tentais de vous faire comprendre c'est qu'il était inquiétant d'avoir à être constamment sur ses gardes, d'avoir à se reprendre en classe au nom d'une égalité que nous avons de toute façon en tête.

POur l'Histoire pourquoi parle t-on des Hommes en tant que l'humanité , dans ces cas là au nom de l'égalité il faudrait aussi parler des Femmes au sens de l'humanité ce qui n'est pas le cas. Le jour où tu le feras Paul Getty là tu pourras me dire que tu fais attention à l'égalité fille- garçons.

Tu dis bien " le masculin l'emporte sur le fémini"?

Enfin je ne sais pas si certains parviennent à suivre mon raisonnement, je veux juste dire qu'à force de trop vouloir bien faire, on fait n'importe quoi.

La parité à tout prix n'a aucun sens ( pour moi) .

Link to comment
Share on other sites

C'est curieux comme les stéréotypes ont évolué, non?

Il n'y a pas si longtemps, c'était évident que l'homosexualité était une maladie ou même un délit (jusqu'en 1981), que les femmes ne pouvaient pas être médecin (infirmières, oui), conduire, voter, ou même travailler ou ouvrir un compte en banque sans l'accord de leur mari (jusque dans les années 60).

Vous êtes trop fragiles ou trop émotives pour conduire ou voter rationnellement? Vous attendez l'autorisation de votre homme pour gérer votre argent ou votre carrière? Si vous répondez non, pensez à remercier celles et ceux qui n'ont pas pris pour argent comptant les "évidences" des réacs et qui ont su remettre en question les stéréotypes de genre et n'oubliez pas que rien n'est jamais acquis et que nous n'avons comme droits que ceux que nous sommes prêts à défendre et à étendre pour le bénéfice des générations suivantes.

Derrière les organisations qui diffusent ce genre de propagande, comme celle que Sybilline montrait en exemple au début du fil, se cache un grand désir de retour en arrière.Les évidences de la fachosphère, ils peuvent se les garder.

Comme l'a fait remarquer Paul Getty, il n'y a rien de bien fatigant à travailler réellement à l'égalité en classe. Les chercheurs avaient dès les années 90 démontré que nous avions tendance à plus interroger les filles que les garçons. A nous d'être vigilants.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...