Jump to content

Explosion de l'offre privée et du coût de la scolarité dans le supérieur


prof désécol
 Share

Recommended Posts

Très long article dont le début soulève de nombreuses questions :

 

http://www.latribune.fr/economie/france/l-eldorado-des-nouveaux-marches-de-l-education-550986.html

 

L’Eldorado des nouveaux marchés de l’éducation

 

En France, 1 étudiant sur 5 suit désormais des cours dans l’enseignement privé. Le phénomène, accompagné d’une explosion des frais de scolarité, n’a pas échappé aux fonds d’investissement français et étrangers qui prennent position sur le marché de l’éducation. L’enseignement public riposte pour compenser la perte de financements, tandis que les nouveaux acteurs du numérique jouent leur carte.

 

Les amis d'Arnaud Parienty, dont les enfants sont sur le point d'entamer des études supérieures, tombent des nues quand ils découvrent combien les frais de scolarité se sont envolés ces dernières années. Avec des revenus parentaux de plus de 66.334 euros, il faut débourser 10 .150 euros par an à Sciences Po. Comptez 45 .000 euros pour cinq ans d'études à l'Essca Angers, et la même chose pour trois ans à l'Edhec, l'école la plus chère de France, qui avait convoqué la presse l'été dernier pour annoncer une nouvelle augmentation de ses droits de scolarité. HEC, Essec, EM Lyon, les grandes écoles de commerce avaient ouvert la voie et c'est désormais la compétition mondiale pour les talents qui structure le marché de l'enseignement, avec des coûts inflationnistes.

 

"Les classes moyennes instruites sont les grands perdants"

 

« C'est porteur de risque pour l'égalité des chances qui est déjà très malmenée en France. Que les formations d'élite soient payantes n'est pas si choquant, car on arrive toujours à les financer. Mais, même pour des études moyennes, cela devient une question de capacité des parents à payer. Les classes moyennes instruites sont les grands perdants », résume l'auteur de School Business (Éditions La Découverte), qui estime tout de même qu'on semble aujourd'hui avoir atteint un palier dans le coût des études.

 

Dans son livre, paru à la rentrée dernière, le professeur de sciences économiques et sociales prévient :

 

« Le cœur du système éducatif de la France demeure public et gratuit. Mais une offre privée diverse et efficace a explosé ces dernières années, en réponse à la dégradation du service public à court d'argent et à une demande sociale très forte, nourrie par la volonté désespérée des parents de faire monter leurs enfants dans l'ascenseur social ou, au moins, de leur éviter le chômage. »

 

Un shadow school system, phénomène mondial opaque pour les familles, qui habitue les parents à mettre la main à la poche dès la maternelle et touche de plein fouet le supérieur. Au point que même les études « gratuites » ne le sont plus tout à fait. Ainsi, de nombreux étudiants en médecine déboursent de 5 .000 à 8 .000 euros par an pour des prépas privées, en même temps que leurs cours à la fac. Quand ils ne partent pas commencer leurs études en Roumanie ou en Espagne, à prix d'or, pour contourner la sélection brutale du système français.

 

[...]

 

Pour Arnaud Parienty, la solution à l'envolée du privé passe par l'amélioration de la qualité de l'enseignement public et certainement, sujet ô combien tabou, par la sélection à l'entrée de l'université. Mais pour l'instant, cette révolution se fait à l'abri du débat public.

 

« On débat du latin à l'école, mais beaucoup de parents découvrent le paysage complexe de l'enseignement supérieur au dernier moment et il n'y a aucun débat sur ce sujet », regrette l'auteur.

 


 

 Sur ce forum, on s'inquiète souvent -à juste titre- du développement des écoles privées dans le primaire et le secondaire au détriment de l'école publique.

 

 Ce phénomène n'est-il pas finalement bien plus marqué encore dans le supérieur, et au moins aussi inquiétant, voire plus ?

 

 

 Ne risque-t-on pas par ailleurs d'assister à un endettement étudiant massif identique à celui qui existe aux Etats-Unis ?

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/18/les-dettes-des-etudiants-inquietent-les-etats-unis_4578459_3234.html

 

Les dettes des étudiants inquiètent les Etats-Unis

 

La bulle de la dette étudiante prend des proportions de plus en plus inquiétantes aux États-Unis. Selon les statistiques publiées, mardi 17 février, par la Réserve fédérale de New York, le total des prêts s’élève au 31 décembre 2014 à 1 160 milliards de dollars, soit plus que la dette totale des cartes de crédit américaines. Le montant de ces prêts souscrits dans le cadre des études a augmenté de 11,1 % au cours du dernier trimestre par rapport aux trois mois précédents et de 7,1 % sur les douze derniers mois.

 

Selon le ministère de l’éducation, il y a aujourd’hui environ 40 millions d’Américains qui ont souscrit un prêt étudiant. Celui-ci s’élève en moyenne à 30 000 dollars. Du fait de l’explosion des frais de scolarité, qui ont augmenté de 440 % en 25 ans, selon le magazine Forbes, près des trois-quarts des étudiants diplômés ont été obligés de contracter un crédit. Aujourd’hui, les droits peuvent aller de 6 000 et 50 000 dollars, y compris dans des établissements de milieu ou de queue de classement.

 

Jusqu’à la crise, le remboursement était plus ou moins gérable. Mais depuis 2008, décrocher un premier emploi à la hauteur de ses diplômes est beaucoup plus compliqué. Quantité d’étudiants se retrouvent plombés par ces emprunts, ce qui commence à avoir des effets macroéconomiques. « L’accroissement des remboursements et des défaillances de prêts étudiants est préoccupant », explique Donghoon Lee, un chercheur de la Fed de New York. [...]

 

 

Edited by prof désécol
Link to comment
Share on other sites

quant aux diplômes d'écoles de commerce privées, ils permettent surtout de s'offrir une "carte de visite" certes non négligeable

 

Et surtout de rejoindre un réseau d'anciens élèves qui peut être décisif à l'embauche...

 

 

Mais selon moi il y a possibilité de passer d'excellents masters en Université

 

Oui, mais le salaire en début de carrière n'est pas forcément aussi enviable qu'après une école.

 

 

et ensuite de faire le sacrifice en se payant 1 seule année d'études en Ecole de commerce. Quite à faire un prêt étudiant...

 

C'est la tendance inquiétante évoquée dans l'article.

Link to comment
Share on other sites

Ce qui se passe dans les universités est très intéressant à suivre car elles appliquent les Lois de décentralisation et d'autonomie (LRU de Pécresse, Fioraso sous Hollande). Bientôt ce seront les collèges, les lycées et ...les écoles...Et oui les régions ne peuvent pas suivre alors à qui fait-on appel?? Déjà plusieurs Fondation se montrent intéressée par les écoles....

Dans le même temps les différents personnels des universités sont de plus en plus précarisés...

 

 

http://www.liberation.fr/societe/2013/12/22/autonomie-ces-universites-a-la-rue-a-cause-de-la-loi-lru_968473

http://www.snpreesfo.fr/index.php/2013-09-27-14-51-06/actualites/304-communique-du-8-septembre-2015

 

Tout cela est de notre faute plus personne ne veut lutter...Pourtant perdre une semaine de salaire est beaucoup plus avantageux que de payer des frais exorbitants pour les études de nos enfants et voir nos conditions de travail et nos salaires baisser!

Link to comment
Share on other sites

 

 

 

Au prétexte d’une « pédagogie rétrograde » qui serait responsable de l’échec des étudiants en licence, le ministère s’apprête à liquider le statut encore largement préservé des universitaires. Ce qui est en jeu ce sont la définition nationale du service, l’indépendance des instances administratives de l’université : ce sont les propositions du rapport Bertrand sur la pédagogie (dont FO a demandé la non- prise en compte lors de son audience avec Thierry Mandon en juillet) et du rapport parlementaire sur le même thème.

 

Si les profs de fac se donnaient enfin un peu de mal pour organiser des groupes de besoin en amphi, les résultats s'en ressentiraient forcément !

Link to comment
Share on other sites

Le rapport Bertrand ici : http://www.fied.fr/_attachments/dgsip-actualite/Rapport%2520pedagogie.pdf?download=true

 

Tiens, une préconisation qui est le gage du plus grand sérieux de ce rapport :

 

 

Un travail important est à mener auprès des ESPE pour qu’ils deviennent sans tarder, au sein de ces réseaux, des acteurs incontournables de la formation des enseignants du supérieur (à commencer par les doctorants futurs MCF) et plus largement de l’innovation pédagogique.

 

:noelhappy:

Link to comment
Share on other sites

Une critique de ce rapport :

 

https://histoiresduniversites.wordpress.com/2014/09/10/pedagogie-le-rapport-scandaleux/

 

 

Pédagogie, le rapport scandaleux

 

[...] Il y a conflit d’intérêts, Claude Bertrand n’est pas un rapporteur indépendant ; il est juge et partie : les 10 pistes d’action du rapport ne viennent pas éclairer une politique à mettre en œuvre : elles sont là pour conforter une politique déjà décidée (le numérique). Arrêtons de produire des rapports orientés, inutiles et gaspilleurs de l’argent public !

 

Rapport indécent par sa méthodologie. « Ce rapport s’appuie sur 52 entretiens réalisés avec différents acteurs, dont 15 au sein de la DGESIP, 10 experts étrangers et 2 représentants d’associations étudiantes… il s’appuie aussi sur une revue de littérature… sur l’expérience accumulée dans le travail réalisée depuis plusieurs année au sein la MINES ».

 

Commentaire d’un élu au CNESER. Rapport calamiteux pour les enseignants-chercheurs :

1) idéologie pédagogiste tendant à la secondarisation de l’enseignement supérieur, notamment du premier cycle massifié, pour accompagner les restrictions budgétaires ;

2) recherche : Bertrand fait mine d’ignorer cette composante du métier d’enseignant-chercheur ; la recherche comme modalité de formation continue dans une discipline ;

3) numérique : le rapport active le mainstream technologique-technocratique sans le moindre esprit critique sur les effets pervers de certaines TICE et MOOC et de leurs utilisations dévoyées politiquement aux mêmes fins de réductions budgétaires en vue d’un enseignement sans enseignant.

Link to comment
Share on other sites

Pour le supérieur, on a quand même un gros problème d'orientation. Sur la petite bande de copains de ma fille, 8sur 10 ont changé de voie au bout d'1 an ( 2 pour certains). C'est énorme!

Link to comment
Share on other sites

 Voici un article qui illustre l'état d'esprit de ce gouvernement qui, au nom d'une démocratisation et d'un principe d'égalité, s’apprête à dévaloriser des formations universitaires qui peuvent encore -mais pour combien de temps ?- être attractives face à d'autres formations beaucoup plus coûteuses.

 

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/selection-les-presidents-d-universite-montent-au-creneau-face-a-najat-vallaud-belkacem-19205/

 

Sélection : les présidents d’université montent au créneau face à Najat Vallaud-Belkacem

 

À la suite de la diatribe de la ministre lancée à l’Assemblée contre la sélection des étudiants, qu’elle juge «rétrograde», quatre présidents d’universités dénoncent des propos «irresponsables».

 

Pour Jean Chambaz, qui préside l’université Pierre et Marie Curie (UMPC), à Paris, «la ministre de l’Éducation nationale, et accessoirement de l’enseignement supérieur, a tenu des propos irresponsables sur la sélection en master». Furieux et sans pitié à l’égard de Najat Vallaud-Belkacem, les présidents de quatre universités réputées, couvrant aussi bien le domaine des sciences dures que des sciences humaines et sociales -Pierre et Marie Curie, Paris IV Sorbonne, Paris Sud et Toulouse I Capitole- ont tenu, le 19 février, à mettre les choses au point sur la question de la sélection.

 

À vouloir transposer les rêves d’égalitarisme qu’elle nourrit pour l’enseignement secondaire -avec sa réforme du collège notamment- à l’université, la ministre risque de s’attirer les foudres de la communauté, étudiants compris. Car ces derniers sont bien placés pour savoir que la sélection en master existe. Mieux, ils l’appellent de leurs vœux, au nom de la qualité des formations.

 

«Je n’ignore pas les difficultés de l’enseignement supérieur. Mais je ne crois pas que nous les surmonterons en revenant à d’anciennes lubies»

Najat Vallaud-Belkacem, mercredi dernier, dans le cadre d’un débat, à l’Assemblée.

 

Dogmatique, ignorante du système universitaire ou tout simplement «mal conseillée» comme l’ont répété les présidents? Mercredi dernier, dans le cadre d’un débat, à l’Assemblée, sur la politique nationale en matière d’enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem s’est lancée dans une violente diatribe contre la sélection. N’oubliant pas, comme à son habitude de citer Jaurès, Jean Zay et Jules Ferry, elle a jugé celle-ci «profondément rétrograde». «Elle s’oppose non seulement à la démocratisation et au nécessaire renouvellement des élites, mais elle s’oppose aussi frontalement (...) au progrès». «Elle masque, elle abandonne, elle laisse des millions de jeunes en dehors de l’enseignement supérieur (...) Je n’ignore pas les difficultés de l’enseignement supérieur. Mais je ne crois pas que nous les surmonterons en revenant à d’anciennes lubies, et les vieilles lunes ne m’intéressent pas»

 

Si les présidents d’université ont peu apprécié de se voir taxés de «rétrogrades», ils ont surtout pu constater que la ministre méconnaissait le système. «Soyons sérieux! Les ravages de la ségrégation ont eu lieu avant l’université. Si la ministre veut supprimer la sélection en master, quid de Sciences Po -dont elle est une ancienne élève il me semble-, de Polytechnique et des classes préparatoires?» interroge Jean Chambaz, le président de l’UMPC.

 

Mais surtout, Najat Vallaud-Belkacem semble ignorer que les masters, adossés à la recherche et étroitement liés au monde professionnel, constituent la force et l’attractivité des universités. Or ces diplômes ont des capacités d’accueil limitées et supposent des profils étudiants adaptés. «Les formations professionnalisantes existent partout», explique Barthélemy Jobert, le président de Paris IV-Sorbonne, qui s’apprête à ouvrir une filière en alternance avec le syndicat des éditeurs. «Le nombre de places pour cette formation très attrayante est forcément limité, car les offres de stages offertes par le syndicat le sont aussi». «Le master est une formation sur-mesure, explique pour sa part Jacques Bittoun, le président de Paris Sud. Un master informatique délivré à l’UMPC ne sera pas le même qu’à Paris-Diderot. Car ces deux universités n’ont pas la même recherche».

 

Pour toutes ces raisons, les quatre présidents demandent, tout comme la Conférence des présidents d’universités (CPU) dans un communiqué du 18 février, une sélection assumée, avec des «critères publics, objectifs et opposables».

[...]

Link to comment
Share on other sites

L'article précédent est un peu plus compréhensible à la lecture de celui qui suit :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/17515-universites-conseil-illegale-selection-entree-master.html

 

 

Le Conseil d'État juge illégale la sélection à l'entrée en master

 

Les étudiants ayant poursuivi les universités qui les avaient recalés en master ont obtenu gain de cause: la sélection en masters est illégale, selon un avis publié par le Conseil d'État.

 

C'est un coup de massue pour le milieu universitaire et une victoire pour de nombreux étudiants : refuser l'accès à un master 1 (équivalent maîtrise autrefois) ou master 2 (DESS ou DEA) est illégal.

 

"En vertu de l'article L. 612-6 du code de l'éducation, l'admission à une formation relevant du deuxième cycle ne peut faire l'objet d'une sélection", annonce l'avis contentieux publié par le Conseil d'État. Et ce, que la sélection soit basée sur "les capacités d'accueil", la réussite à un concours ou "l'examen du dossier des candidats", ajoute-t-il.

 

L'ambiguïté et le flou juridique qui ont prévalu pendant de nombreuses années ne peuvent continuer, à charge pour le ministère de l'Enseignement supérieur d'inscrire par décret les formations "sur une liste limitative" autorisée à sélectionner.

 

Dans un communiqué, la Conférence des présidents d'université (CPU) s'est émue de "l'insécurité juridique" dans laquelle sont plongés, selon elle, établissements et étudiants.

 

L'organisation appelle le ministère à adopter rapidement un texte qui permettrait de sortir de cette impasse, alors que "depuis plusieurs mois, les universités sont attaquées par des étudiants auquel l'accès à un master 2 a été refusé".

 

 

 

L'avis de Brighelli : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-universites-la-selection-impossible-14-02-2016-2017789_1886.php

 

 

[...] Il est urgent de prendre en compte la réalité. Vous savez, cette part du monde dont ces mêmes politiciens ignorent l'existence. Le Bac ne vaut plus rien, et la Licence pas grand-chose. On a sans cesse reculé, sauf en prépas, comme je l'écrivais dans mon dernier billet, afin d'épargner les susceptibilités des syndicats étudiants et des mauvais élèves. On en est arrivé — parce qu'il faut bien, à un moment ou à un autre, élever la barre afin que les entreprises et les administrations centrales aient à nouveau confiance dans les produits finis proposés par les facs — à déplacer le curseur de la sélection en aval, toujours plus en aval. Bon an mal an, l'université parvient quand même à dégager une élite. Et c'est bien parce qu'elle a tant de mal à le faire qu'elle lorgne avec jalousie sur les grandes écoles, dont c'est la finalité première.

 

Grâce au Conseil d'État, mais surtout à la lâcheté des gouvernements successifs, le Master se retrouve dans la même situation : à Bac + 5 ou 6, le diplôme que vous aurez en main ne vaudra pas tripette — et les heureux élus seront passés, à grands frais, par des facs étrangères qui sélectionnent par l'argent. [...]

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

http://www.francetvinfo.fr/partenariats/medias-etudiants-lavenir-a-credit-mardi-16-mai-2017-a-20h50-sur-arte_2187565.html

Citation

Médias : "Étudiants, l’avenir à crédit", mardi 16 mai 2017 à 20h50 sur Arte

Sous l'effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Un documentaire aussi éclairant qu'inquiétant sur un phénomène émérgent en Europe

Étayé par des chiffres effarants, ce documentaire dresse un état des lieux sur la mutation des universités du monde entier. Des États-Unis jusqu'à la Chine, nouvel eldorado de l'enseignement supérieur mondial, le réalisateur pointe les dérives de la marchandisation du savoir en partant à la rencontre d'étudiants étouffés par leurs crédits et terrifiés par l'avenir.

Compétitivité, marketing ou retour sur investissement sont des termes qui circulent désormais dans les couloirs feutrés des grandes universités. De Shanghai à New York en passant par Paris et Berlin, la transmission des connaissances devient une marchandise, dans le sillage de "l'économie du savoir". Cette doctrine a été érigée à la fin des années 1990 par les instances financières internationales – OCDE et Banque mondiale en tête. L'enseignement supérieur, reconnu comme un moteur de productivité et de croissance économique, doit se mettre au service du développement des pays. Victimes de ce nouveau système, les étudiants sont contraints d’investir pour apprendre. Ils s'acquittent de frais d'inscription de plus en plus élevés, et s'appauvrissent avant même d'entrer dans la vie active. Aux États-Unis, la dette étudiante a dépassé le coût du logement et de la santé, menaçant l'économie nationale. Les jeunes Européens suivront-ils la même voie ? Si certains pays d'Europe du Nord résistent à cette commercialisation du savoir, considérant l'éducation comme un acquis social, d'autres s'inspirent de plus en plus du modèle anglo-saxon. En France, les établissements les plus prestigieux, comme Sciences-Po et Paris-Dauphine, se sont déjà engagés sur le chemin du payant.

 

Si vous avez raté l'émission, voici le replay :

http://www.tv-replay.fr/redirection/16-05-17/etudiants-l-avenir-a-credit-arte-12394277.html

Link to comment
Share on other sites

Une autre solution : faire une vraie sélection en fin de 1e année de fac. Ce qui éviterait de lancer dans les études supérieures des jeunes qui n'ont aucune chance de réussir.

Actuellement, un bachelier qui est refusé partout (DUT, BTS, prépa) s'inscrit en fac. Le niveau doit être terrible...

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, borneo a dit :

Actuellement, un bachelier qui est refusé partout (DUT, BTS, prépa) s'inscrit en fac. Le niveau doit être terrible

Oui mais quoi faire d'autre? 

Alors si on ferme la fac il reste quoi.? 

Link to comment
Share on other sites

L'idée n'est pas de fermer la fac, mais de ne laisser poursuivre des études supérieures qu'à des étudiants qui en sont capables. Imagine le sentiment d'échec quand tu travailles chez Macdo ou à une caisse de supermarché avec une licence... voire un master, s'il n'y a même plus de sélection.

Quand ça s'appelait DEA, il fallait vraiment être bon pour être accepté. Je ne vois pas pourquoi ça changerait maintenant que c'est devenu master.

Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, borneo a dit :

Une autre solution : faire une vraie sélection en fin de 1e année de fac. Ce qui éviterait de lancer dans les études supérieures des jeunes qui n'ont aucune chance de réussir.

Je ne vois pas bien le rapport avec le très bon documentaire diffusé ce soir et que j'ai mis en lien.

Le problème qui y est pointé n'est pas l'échec des étudiants de certains pays mais bien plutôt leur capacité à assumer un coût et un endettement qui sont devenus insupportables non seulement pour eux et leur famille mais aussi pour l'économie nationale.

(Mais peut-être commentais-tu les articles postés il y a un an ?)

Edited by prof désécol
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, borneo a dit :

L'idée n'est pas de fermer la fac, mais de ne laisser poursuivre des études supérieures qu'à des étudiants qui en sont capables. Imagine le sentiment d'échec quand tu travailles chez Macdo ou à une caisse de supermarché avec une licence... voire un master, s'il n'y a même plus de sélection. C'est le cas depuis deux décennies au moins, j'ai vécu cette situation (avec beaucoup d'autres): je faisais des ménages dans les hôtels de luxe sur une collectivité d'outre mer. Et puis j'ai fait du secrétariat en intérim, et quand mon CV arrivait dans la boite où j'étais en mission, 9 fois sur 10 j'avais un petit chef qui m'en faisais baver parce qu'un sur diplômé, ça ne doit pas venir voler le boulot des honnêtes travailleurs. Et puis j'ai  demandé à passer le CRPE. Je n'en pouvais plus de galérer comme ça.  Et pourtant à cette époque là la sélection pour intégrer un DEA était extrêmement rude, il fallait même trouver une promesse de sujet de thèse dans un des labos apparenté à la formation.

Quand ça s'appelait DEA, il fallait vraiment être bon pour être accepté. Je ne vois pas pourquoi ça changerait maintenant que c'est devenu master.

Aux États Unis la sélection par l'argent est vieille de 30 ans au moins. Des collègues américains de mon père venaient s'installer en France pour quelques années, loin de leur famille, sans jamais les retrouver ni les faire venir, pour gagner juste de quoi payer les études de leurs enfants.

Cette situation révoltante existe depuis des lustres. Pourquoi n'en parle-t-on que maintenant ?????

Link to comment
Share on other sites

La privatisation est en marche en France depuis la Loi de Pécresse LRU...L'émission d'hier était très éclairante sur ce processus.

1/ Rendre autonome les universités.

2/ Augmentation du nombre d'étudiants et restriction budgétaire (la France est actuellement dans cette phase).

3/ Mise en place de frais de scolarité libres et très onéreux! Sélection par l'argent.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, nonau a dit :

La privatisation est en marche en France depuis la Loi de Pécresse LRU...L'émission d'hier était très éclairante sur ce processus.

1/ Rendre autonome les universités.

On en est encore très loin. La soi-disant autonomie actuelle est un leurre : les universités n'ont pas le contrôle de leurs conditions de recrutement ; et la plupart sont sur le fil du rasoir du point de vue budgétaire, avec des réserves de fonctionnement allant de quelques jours (!) à (plus rarement) quelques mois seulement (celles qui ont six mois d'avance étant chaudement félicitées par le ministère...)

Il y a 11 heures, nonau a dit :

2/ Augmentation du nombre d'étudiants et restriction budgétaire (la France est actuellement dans cette phase).

On est dans cette phase depuis longtemps. L'objectif est clair : faire de l'université une voie de garage.

C'est même devenu presque officiel avec les Idex  ("initiatives d'excellence") : une douzaine d'universités ont ainsi obtenu les moyens de continuer à faire de la recherche, au niveau international. Les autres sont condamnées à faire de la figuration, et à occuper des étudiants en attendant Pôle Emploi...

 

Il y a 11 heures, nonau a dit :

3/ Mise en place de frais de scolarité libres et très onéreux! Sélection par l'argent.

Oui et non... Comme le suggérait l'article qui a donné lieu à ce fil, les frais de scolarité ne sont pas très sélectifs pour les vraiment bonnes écoles. Les toutes meilleures (Polytechnique, les ENS, les Chartes...) rémunèrent leurs élèves ; les autres (Mines/Ponts, HEC, etc.) sont une garantie suffisante d"un excellent salaire à suivre pour que n'importe quel banquier accorde un prêt aux reçus pour couvrir leurs frais de scolarité dans des conditions très favorables.

Le problème vaut surtout pour les formations de seconde zone  (de seconde, pas de troisième ou pire...), dans lesquelles des étudiants assez moyens peuvent néanmoins obtenir des diplômes qui sonnent bien s'ils peuvent s'offrir la formation, quand d'autres, éventuellement un peu meilleurs mais moins aisés n'y auront pas accès.

 

Il y a 11 heures, Nao a dit :

Aux États Unis la sélection par l'argent est vieille de 30 ans au moins.

Tu rigoles ?  C'est aussi vieux que les universités américaines !

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Argon a dit :

On en est encore très loin. La soi-disant autonomie actuelle est un leurre : les universités n'ont pas le contrôle de leurs conditions de recrutement ; et la plupart sont sur le fil du rasoir du point de vue budgétaire, avec des réserves de fonctionnement allant de quelques jours (!) à (plus rarement) quelques mois seulement (celles qui ont six mois d'avance étant chaudement félicitées par le ministère...)

On est dans cette phase depuis longtemps. L'objectif est clair : faire de l'université une voie de garage.

C'est même devenu presque officiel avec les Idex  ("initiatives d'excellence") : une douzaine d'université ont ainsi obtenu les moyens de continuer à faire de la recherche, au niveau international. Les autres sont condamnées à faire de la figuration, et à occuper des étudiants en attendant Pôle Emploi...

 

Oui et non... Comme le suggérait l'article qui a donné lieu à ce fil, les frais de scolarité ne sont pas très sélectifs pour les vraiment bonnes écoles. Les toutes meilleures (Polytechnique, les ENS, les Chartes...) rémunèrent leurs élèves ; les autres (Mines/Ponts, HEC, etc.) sont une garantie suffisante d"un excellent salaire à suivre pour que n'importe quel banquier accorde un prêt aux reçus pour couvrir leurs frais de scolarité dans des conditions très favorables.

Le problème vaut surtout pour les formations de seconde zone  (de seconde, pas de troisième ou pire...), dans lesquelles des étudiants assez moyens peuvent néanmoins obtenir des diplômes qui sonnent bien s'ils peuvent s'offrir la formation, quand d'autres, éventuellement un peu meilleurs mais moins aisés n'y auront pas accès.

 

Tu rigoles ?  C'est aussi vieux que les universités américaines !

 

Ah mais je n'écris que ce dont je suis sure.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

http://etudiant.lefigaro.fr/article/les-frais-de-scolarite-des-ecoles-de-commerce-continuent-de-s-envoler_c9184ba6-9728-11e8-aa13-e08da54889c6/

Citation

Les frais de scolarité des écoles de commerce continuent de s’envoler

Le Figaro Etudiant

En 2018, il faut compter près de 40.000 euros pour suivre certains cursus de grandes écoles. Un chiffre en constante augmentation sur les dix dernières années. Cette année, l’école la plus chère est l’ESCP Europe.

Entre 2009 et 2018, les prix moyens des écoles de commerce ont augmenté de 64,1 % en moyenne. C’est la première donnée, édifiante, de l’enquête annuelle du site Major-prepa concernant les tarifs de ces grandes écoles. Autre enseignement de l’étude: les écoles du haut de tableau sont les plus chères, et celles qui augmentent le plus rapidement leurs frais. Malgré tout, même s’il faudra bientôt débourser 50.000 euros pour un cursus dans les formations les plus chères (ESCP, Edhec et HEC), les étudiants semblent se désintéresser de ces augmentations de tarifs au moment de choisir leur école. [...]

XVM0c61fc72-9733-11e8-aa13-e08da54889c6-

[...]

Concurrence internationale

Pour expliquer ces hausses de tarifs, le site spécialisé avance plusieurs arguments. En premier lieu, la fin progressive des subventions provenant des chambres de commerce et d’industrie (CCI), qui étaient jusqu’à peu l’un des pourvoyeurs de fonds principaux des écoles. D’ici à trois ans par exemple, les trois «Parisiennes» du haut de tableau verront leurs dotations de la CCI passer de 30 millions d’euros à... 0.

Autre argument en faveur de la hausse des tarifs: la concurrence internationale. Alors que les classements mondiaux (QS, Shanghai...) placent chaque année des établissements américains en tête, notamment grâce à leur prédominance dans les domaines de la recherche, les «Françaises» doivent trouver les moyens de rivaliser. Or une seule année dans une université américaine coûte souvent le même prix qu’un cursus entier en France. D’où ces investissements conséquents, qui ruissellent au final jusqu’au coût des études.

 

Link to comment
Share on other sites

Les Grandes Écoles comme Polytechnique, les Mines, Centrale ou Supélec restent heureusement gratuites. 🙂

 

Link to comment
Share on other sites

Le 20/02/2016 à 12:55, Tide a dit :

Pour le supérieur, on a quand même un gros problème d'orientation. Sur la petite bande de copains de ma fille, 8sur 10 ont changé de voie au bout d'1 an ( 2 pour certains). C'est énorme!

Heureusement qu'à 17-18 ans on a encore le droit de se tromper et de se réorienter.

Enfin, de moins en moins avec ces nouvelles réformes.

Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, borneo a dit :

Les Grandes Écoles comme Polytechnique, les Mines, Centrale ou Supélec restent heureusement gratuites. 🙂

 

Non. Compter tout de même 3500 euros de frais de scolarité par an pour celles-ci (ce qui, comparé aux écoles de commerce, reste effectivement assez modeste).

De manière générale, les frais d'inscription dans les écoles d'ingénieurs -publiques ou privées- suivent également une tendance haussière :

https://start.lesechos.fr/continuer-etudes/master-ms-mba/ecoles-d-ingenieurs-des-frais-de-scolarite-en-hausse-depuis-cinq-ans-11884.php

Citation

Ecoles d'ingénieurs : frais de scolarité en hausse de 20% en 5 ans

Les frais de scolarité des écoles d'ingénieurs - publiques et privées - ont fortement augmenté depuis cinq ans : ils sont passés d'une moyenne de 1.992,90 euros par an à 2.328,90 euros, soit 17 % d'augmentation, selon une enquête réalisée par le média spécialisé Newstank à laquelle "Les Echos" ont eu accès. L'étude porte sur l'évolution des frais de scolarité de 192 écoles (sur les 201 reconnues), sur la base des données certifiées de la Commission des titres d'ingénieur (CTI). Elle ne prend en compte ni les frais de scolarité - souvent majorés - des étudiants hors Union européenne, ni les écoles qui ne font pas payer de frais de scolarité ou qui rémunèrent leurs élèves. [...]

Dans le peloton de tête des plus fortes hausses figure ainsi l'Ensta Bretagne, sous tutelle du ministère de la Défense : en cinq ans, ses frais de scolarité sont passés de 670 euros par an à 2.150 euros (+221 %). Viennent ensuite l'Ensae ParisTech et l'Ensai (+201 %), l'IMT Mines Alès (+169 %), l'IMT Mines Albi Carmaux (+153 %), l'Ensta ParisTech (+136 %) ou encore l'Isae-Supaero (+135 %). [...]

 

 

Edited by prof désécol
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, prof désécol a dit :

[Mines, Centrale ou Supélec ]Compter tout de même 3500 euros de frais de scolarité par an pour celles-ci (ce qui, comparé aux écoles de commerce, reste effectivement assez modeste).

Ca dépend en fait du statut. Les "simples" étudiants, en formation initiale, payent effectivement des frais de scolarité de cet ordre, d'ailleurs dérisoires par rapport aux frais d'inscription dans des formations anglo-saxonne de niveau comparable. Mais les  membres des grands corps  dont déjà fonctionnaires, et (très bien) rémunérés pour poursuivre leurs  études dans ces "écoles de spécialisation" (pour eux).

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, prof désécol a dit :

Non. Compter tout de même 3500 euros de frais de scolarité par an pour celles-ci (ce qui, comparé aux écoles de commerce, reste effectivement assez modeste).

 

Ah oui, effectivement ça a bien changé.

Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, jeanounette a dit :

Heureusement qu'à 17-18 ans on a encore le droit de se tromper et de se réorienter.

Enfin, de moins en moins avec ces nouvelles réformes.

Certes, mais quand les parents ont déboursé 10 000€, ça fait mal quand même....

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, borneo a dit :

Certes, mais quand les parents ont déboursé 10 000€, ça fait mal quand même....

C'est cela qui est anormal .

D'une part ça sélectionne. D'autre part ça encourage les étudiants à s'endetter avant même d'entrer dans la vie active dangereux modèle anglo-saxon. et au passage devinez qui s'en met encore plein les fouilles !

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Argon a dit :

Ca dépend en fait du statut. Les "simples" étudiants, en formation initiale, payent effectivement des frais de scolarité de cet ordre, d'ailleurs dérisoires par rapport aux frais d'inscription dans des formations anglo-saxonne de niveau comparable.

Et dérisoires aussi par rapport au niveau de rémunération qu'ils peuvent espérer à l'issue de leur scolarité...

 

il y a 18 minutes, Argon a dit :

dérisoires par rapport aux frais d'inscription dans des formations anglo-saxonne de niveau comparable.

Il me semble que cette comparaison revient aussi assez souvent dans les articles.

Et c'est plutôt ça qui me paraît inquiétant : ne cherche-t-on pas progressivement à rendre inévitable dans les esprits l'idée d'un alignement sur le modèle anglo-saxon qui encourage un endettement considérable des étudiants ?

 

Relire à ce propos l'article au début de ce sujet :

Citation

Selon le ministère de l’éducation, il y a aujourd’hui environ 40 millions d’Américains qui ont souscrit un prêt étudiant. Celui-ci s’élève en moyenne à 30 000 dollars. Du fait de l’explosion des frais de scolarité, qui ont augmenté de 440 % en 25 ans, selon le magazine Forbes, près des trois-quarts des étudiants diplômés ont été obligés de contracter un crédit. Aujourd’hui, les droits peuvent aller de 6 000 et 50 000 dollars, y compris dans des établissements de milieu ou de queue de classement.

 

Jusqu’à la crise, le remboursement était plus ou moins gérable. Mais depuis 2008, décrocher un premier emploi à la hauteur de ses diplômes est beaucoup plus compliqué. Quantité d’étudiants se retrouvent plombés par ces emprunts, ce qui commence à avoir des effets macroéconomiques. « L’accroissement des remboursements et des défaillances de prêts étudiants est préoccupant », explique Donghoon Lee, un chercheur de la Fed de New York. [...]

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, jeanounette a dit :

C'est cela qui est anormal .

D'une part ça sélectionne. D'autre part ça encourage les étudiants à s'endetter avant même d'entrer dans la vie active dangereux modèle anglo-saxon. et au passage devinez qui s'en met encore plein les fouilles !

La sélection n'est pas nécessairement mauvaise en soi, surtout actuellement, où elle n'existe pratiquement plus au collège et au lycée, bac compris.

D'autre part, il est évidemment parfaitement normal qu'on ne sache pas exactement ce qu'on veut faire à 17 ou 18 ans, et tous les jeunes n'atteignent pas la maturité "étudiante" en même temps. Il existe des filières "super-lycée", les classes prépa, où ceux qui ont encore besoin d'un encadrement serré peuvent prendre le temps de grandir encore un peu tout en avançant sur les programmes du supérieur. Mais ce n'est pas la seule solution : personne n'oblige un jeune qui ne sait pas encore vraiment ce qu'il veut faire à aller glander en fac en attendant que ça se précise. Dans beaucoup de pays, à commencer par l'Allemagne, le schéma "naturel" est qu'un jeune prenne typiquement au moins un semestre, parfois jusqu'à deux ou trois ans, pour voir un peu de pays, se faire une idée du monde du travail, avant de s'engager dans des études longues après le lycée. Et le simple fait d'avoir travaillé quelques mois tout en bas de l'échelle est une sacrée source de motivation par la suite.

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, prof désécol a dit :

Et dérisoires aussi par rapport au niveau de rémunération qu'ils peuvent espérer à l'issue de leur scolarité...

 Tout à fait. un étudiant reçu aux Mines ou à Centrale n'aura aucun problème à négocier un prêt super-avantageux avec n'importe quel banque, trop heureuse de fidéliser un futur CSP++

il y a 8 minutes, prof désécol a dit :

Et c'est plutôt ça qui me paraît inquiétant : ne cherche-t-on pas progressivement à rendre inévitable dans les esprits l'idée d'un alignement sur le modèle anglo-saxon qui encourage un endettement considérable des étudiants ?

Je ne crois pas que ce soit la préoccupation principale. Ce qui est clair dans le discours ministériel, c'est qu'ils veulent attirer le plus possible d'étudiants étrangers dans des formations de haut niveau payantes  (l'étudiant africain pauvre qui étudiait traditionnellement quasi-gratuitement dans une fac française, en revanche, a de plus en plus de mal à obtenir un visa).  C'est un marché extrêmement important, et largement trusté, aujourd'hui, par les facs anglo-saxonnes. 

Et, paradoxalement, on s'est aperçu que des formations "pas chères" (— au regard des normes US — disons, 5000 € par an...) n'attiraient pas ces étudiants, qui en déduisaient qu'elles étaient forcément pourries...  Du coup, le ministère pousse à la création de DU à 10 000 € au moins (5 chiffres, ça commence à faire plus sérieux...), quitte à ce qu'ils doublonnent avec des masters "gratuits" (ou presque) existant et à mutualiser la plupart des cours... 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...