Jump to content

Balance ton porc, Balance ta truie et autres...


André Jorge
 Share

Recommended Posts

Il y a 6 heures, abel27 a dit :

On a tendance à minimiser des actes venant d'un corps auquel on appartient. Comme quand j'entends des histoires sur des profs, mon premier réflexe est de les mettre en doute alors même que je sais que l'institution ne fait pas grand chose pour protéger les enfants de ces brebis galeuses. 

Les hommes n'auraient ils pas ce même réflexe ? Ils tentent de minimiser le problème en disant que ça ne concerne pas tous les hommes. Certes mais ça ne veut pas dire que ça ne les regarde pas car c'est majoritairement eux qui dirigent le monde politique, le monde du travail, l'espace public donc s'ils ne prennent aucune décision,  c'est qu'ils nient le problème et les victimes. 

Complètement d'accord avec toi. À force de passer son temps à rassurer les hommes sur le fait qu'ils ne sont pas tous des agresseurs, on oublie de parler des agressées. Et je pense que ce # est né de ce ras-le-bol.

Tous les hommes ne sont pas des agresseurs sexuels, heureusement,  mais  une écrasante majorité des agresseurs (viols, agressions sexuelles) sont des hommes. Et il serait temps qu'on s'attaque à ce problème.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, PommeD'Api a dit :
Il y a 2 heures, PommeD'Api a dit :

Mais c’est toujours la parole de l’un contre la parole de l’autre ?

Non, non, non et non, même quand c’est un avocat prétendument ou auto-proclamé « spécialiste » qui l’affirme.

Au pénal, il faut bien sûr rapporter la preuve de ce qu’on allègue. Mais en matière de violences sexuelles, le juge ne « croit pas uniquement ce qu’il voit ». Nul besoin de témoins directs, d’ADN péremptoire (que l’on n’a de toute façon pas en matière de harcèlement sexuel et très rarement en matière de viol) mais d’un « faisceau d’indices graves et concordants » : des témoins indirects (qui ont reçu des confidences), des certificats médicaux et dossiers médicaux (médecins traitants ou du travail), la preuve d’un impact sur le travail, l’existence d’anciennes ou d’autres victimes, la preuve de démarches cohérentes de la victime, un récit précis, détaillé et circonstancié.

 

Je ne dis rien d'autre. Ce n'est pas toujours parole contre parole. Souvent,  mais pas toujours. Je souligne d'ailleurs le pluriel : un faisceau d'indices graves et concordants

C'est d'ailleurs exactement la même chose que pour n'importe quel autre crime ou délit : il est bien rare qu'on prenne un cambrioleur la main dans le sac, et beaucoup de condamnations se jouent sur des faisceaux d'indices indirects.

 

Il y a 6 heures, abel27 a dit :

 

Il y a 6 heures, abel27 a dit :

Les hommes  (...) tentent de minimiser le problème en disant que ça ne concerne pas tous les hommes.

(...) s'ils ne prennent aucune décision,  c'est qu'ils nient le problème et les victimes. 

Il me semble que tu mélanges pas mal de choses. 

- Faire remarquer que tous les hommes ne sont pas des harceleurs n'est pas forcément une tentative de minimiser le problème du harcèlement. C'est une remarque qui peut aussi légitimement être lue au premier degré comme une réaction légitime à des tentatives de généralisation abusive et de propagation de stéréotypes de la part de certains militants extrémistes. L'un des principaux indices de cette volonté de dévier le débat du problème concret du harcèlement stricto sensu vers une lutte de pouvoir idéologique et sémantique est d'ailleurs précisément la campagne de déligitimation de cet argument, via par exemple le hashtag #notallmen , tellement efficace que tu en viens toi-même à y lire autre chose que ce qu'il dit.

- Ne pas prendre de décision, ce n'est pas forcément "nier le problème et les victimes". Face à un problème complexe, il arrive souvent que des décisions précipitées soient non seulement inefficaces, mais pires que le mal qu'elles prétendent combattre. On a quand même entendu des "antisexistes" en appeler à l'inversion de la présomption d'innocence, par exemple ! Là encore, il y a une volonté militante d'imposer une urgence purement artificielle (le problème existait hier, il y a dix ans, et existera encore l'an prochain : autant il mérite certainement d'être résolu, autant il mérite aussi qu'on prenne le temps de réfléchir posément aux solutions à lui apporter). L'enjeu est toujours le même, le pouvoir idéologique : imposer des décisions dans l'urgence, c'est s'arranger pour que le pouvoir, pris de court, récupère sans y regarder plus avant les solutions toutes-faites des groupes militants les plus bruyants. 

 

il y a 15 minutes, esmerine a dit :

Tous les hommes ne sont pas des agresseurs sexuels, heureusement,  mais  une écrasante majorité des agresseurs (viols, agressions sexuelles) sont des hommes. Et il serait temps qu'on s'attaque à ce problème.

Pas sûr de comprendre ce que tu veux dire. S'attaquer à quel problème ? Au fait que la majorité des agresseurs sexuels sont des hommes ?  En augmentant le nombre d'agresseuses, par exemple ?

Link to comment
Share on other sites

@Argon on n'est pas dans l'urgence pour weinstein, ça fait des années que c'est connu, dans certains milieux aussi. Et rien n'est fait,  aucune décision n'est prise.

S'il faut que les femmes dénoncent pour qu enfin ce problème soit pris en considération,  ce n'est pas un mal sans pour autant prendre des décisions à la va vite.

Bien sûr que c'est qq chose qui doit prendre du temps, qui doit être réfléchi,  c'est un problème global de société. Mais l'as t on vraiment fait ces dernières années ? Non c'est pourquoi je trouve important qu'il y aient des personnes qui alertent.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, abel27 a dit :

Bien sûr que c'est qq chose qui doit prendre du temps, qui doit être réfléchi,  c'est un problème global de société. Mais l'as t on vraiment fait ces dernières années ? Non 

 Je dirais : plutôt oui. C'est un problème dont on parle beaucoup plus qu'il y a quelques décennies, la législation s'adapte progressivement, les hiérarchies sont mieux informées, dans tous les domaines...  Il y a encore du boulot, mais oui, le travail collectif est bien réel, et plutôt efficace, même si les mutations sociétales ne vont jamais aussi vite qu'on le voudrait.

Il y a 1 heure, abel27 a dit :

c'est pourquoi je trouve important qu'il y aient des personnes qui alertent.

Mouais. Il me semble que tous les esprits qui pouvaient l'être sont "alertés" depuis pas mal de temps déjà.

A partir de là, on peut continuer à faire de plus en plus de bruit, que ce soit pour le simple plaisir de s'entendre "alerter", pour celui de faire la leçon aux autres, ou pour des motivations plus douteuses ; ou bien on peut essayer de favoriser une réflexion sereine et constructive. Personnellement, j'ai tendance à douter de la compatibilité des deux stratégies, et à considérer que le tapage actuel fait plutôt reculer la cause des femmes.

En ce qui concerne le cas particulier de Weinstein, je ne vois pas bien ce qu'il y a à en dire : c'est un sale type, la justice s'en occupe, il sera condamné et c'est très bien comme ça. Au-delà, toute généralisation est a priori abusive, et toute récupération malvenue.

 

Link to comment
Share on other sites

@Argon Je ne trouve pas du tout que ça avance, bien au contraire. J'ai bien peur que ma fille ait bien moins de liberté que je n'en ai eu dans l'espace public.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, abel27 a dit :

@Argon Je ne trouve pas du tout que ça avance, bien au contraire. J'ai bien peur que ma fille ait bien moins de liberté que je n'en ai eu dans l'espace public.

Probablement. Mais c’est un autre problème.

Cela dit, il n’est en effet pas interdit de les corréler : la problématique du genre et des droits (spécifiques) des femmes prend de plus en plus de place dans les espaces médiatique, politique, législatif et réglementaire, et ce depuis plusieurs décennies maintenant ; or la liberté des femmes, concrètement, régresserait plutôt ; il ne me semble pas absurde d’en déduire que l’approche actuelle prend le problème par le mauvais bout...

 

Link to comment
Share on other sites

Le 27/10/2017 à 07:46, Argon a dit :

Probablement. Mais c’est un autre problème.

Cela dit, il n’est en effet pas interdit de les corréler : la problématique du genre et des droits (spécifiques) des femmes prend de plus en plus de place dans les espaces médiatique, politique, législatif et réglementaire, et ce depuis plusieurs décennies maintenant ; or la liberté des femmes, concrètement, régresserait plutôt ; il ne me semble pas absurde d’en déduire que l’approche actuelle prend le problème par le mauvais bout...

 

Je pense qu'effectivement on ne prend pas les choses sous le bon angle.

Selon moi le problème est bien plus général. Nous sommes des consommateurs acharnés victimes (plus ou moins conscientes de l'être) d'une masse de publicité (plus ou moins) cachée. Le corps de la femme est une plus-value, qu'on le veuille ou non.

Exemple : du carrelage (je suis en travaux). Je ne compte plus le nombre de pubs pour du carrelage avec une pin-up qui pose.... Pourquoi ?????

Autre exemple : les salles de bain. Chez Aubade, on voit souvent une femme nue qui se douche. Ce n'est pas la robinetterie -sans mauvais jeu de mots-  qui est au centre de l'image, n'est-ce pas. Franchement, pourquoi ???

Allez, encore une : des fringues. Genre la marque Guess. Rien ne m'horripile plus que cette marque qui montre la femme dans des positions plus que suggestives, qui tire une tête de cent pans de long. Alors que bon, des vêtements c'est a priori pour s'habiller et pas le contraire. Ou alors on va dans une boutique d'accessoires érotiques et on assume. On vend quoi, là ?

Allons plus loin : les fringues pour enfants. Il est difficile de différencier les poses des mannequins enfants de celles des mannequins femme. ça me dérange beaucoup. La sexualisation des gosses est devenue de plus en plus précoce.

On me dira que je suis réac/old school sur le sujet. Mais on glisse petit à petit vers une normalisation et une marchandisation de la sexualité souvent border-line. En achetant les marques qui jouent là-dessus, on participe à ce système.

Link to comment
Share on other sites

En parallèle on fabrique toute une génération qui ne connait plus la frustration...Alors arrivés dans le monde adulte, ils suivent leur pulsion...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Nao a dit :

Je pense qu'effectivement on ne prend pas les choses sous le bon angle.

Selon moi le problème est bien plus général. Nous sommes des consommateurs acharnés victimes (plus ou moins conscientes de l'être) d'une masse de publicité (plus ou moins) cachée. Le corps de la femme est une plus-value, qu'on le veuille ou non.

Exemple : du carrelage (je suis en travaux). Je ne compte plus le nombre de pubs pour du carrelage avec une pin-up qui pose.... Pourquoi ?????

Autre exemple : les salles de bain. Chez Aubade, on voit souvent une femme nue qui se douche. Ce n'est pas la robinetterie -sans mauvais jeu de mots-  qui est au centre de l'image, n'est-ce pas. Franchement, pourquoi ???

Allez, encore une : des fringues. Genre la marque Guess. Rien ne m'horripile plus que cette marque qui montre la femme dans des positions plus que suggestives, qui tire une tête de cent pans de long. Alors que bon, des vêtements c'est a priori pour s'habiller et pas le contraire. Ou alors on va dans une boutique d'accessoires érotiques et on assume. On vend quoi, là ?

Allons plus loin : les fringues pour enfants. Il est difficile de différencier les poses des mannequins enfants de celles des mannequins femme. ça me dérange beaucoup. La sexualisation des gosses est devenue de plus en plus précoce.

On me dira que je suis réac/old school sur le sujet. Mais on glisse petit à petit vers une normalisation et une marchandisation de la sexualité souvent border-line. En achetant les marques qui jouent là-dessus, on participe à ce système.

Je suis d'accord sur toutes ces pubs ....

Link to comment
Share on other sites

http://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/pour-tariq-ramadan-soit-vous-etes-voilee-soit-vous-etes-violee-dit-son-accusatrice-henda-ayari_2443924.html

Citation

Pour Tariq Ramadan, "soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée", assure son accusatrice Henda Ayari

 Henda Ayari, première femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan pour "viol" prend la parole, lundi 30 octobre, dans Le Parisien. Le théologien suisse est visé par une enquête à Paris pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort". Il fait l'objet de deux plaintes, dont celle de Henda Ayari, qui dénoncent des faits similaires.

 L'ancienne salafiste, devenue militante féministe et laïque, Henda Ayari avait raconté dans un livre sa rencontre avec Tariq Ramadan, mais sans le nommer. "C'est la campagne #balancetonporc qui m'a poussée à dévoiler son nom", explique la jeune femme au Parisien. Elle raconte aussi qu'elle était "sous l'emprise mentale" de Tariq Ramadan et que celui-ci l'avait "menacée de représailles" ou de "s'en prendre à ses enfants". Pour l'islamologue, "soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée", assure Henda Ayari.

 Vilipendée sur les réseaux sociaux par les partisans de l'intellectuel islamiste qui lui reprochent de s'attaquer à l'islam, la jeune femme assure être "fière" d'être "une musulmane qui respecte les lois de la République" et refuse de se "taire parce que Tariq Ramadan utilise l'islam pour assouvir ses pulsions sexuelles".

 L'avocat de Tariq Ramadan a annoncé avoir porté plainte lundi 23 octobre pour "dénonciation calomnieuse." Selon Libération qui consacre un article à l'affaire "d'autres témoignages (mais qui n'avaient pas filtré) étaient parvenus, selon les intéressés, à l'essayiste Caroline Fourest et au journaliste Ian Hamel, basé en Suisse, auteurs l'un et l'autre de livres d'enquête sur le théologien. Ils faisaient état de comportements violents de la part de Ramadan." 

 Pour sa part, le théologien suisse a dénoncé samedi 28 octobre sur sa page Facebook une "campagne de calomnie" enclenchée par ses "ennemis de toujours". [...]

 

Link to comment
Share on other sites

Le 26/10/2017 à 11:05, abel27 a dit :

Je ne comprends pas et "mais si c'était" ? Tu veux dire que si les femmes dirigeaient majoritairement, elles auraient tendance à avantager les femmes ou à nier les problèmes des hommes ?

Oui, et même pire...

Link to comment
Share on other sites

En passant : :)

 

Link to comment
Share on other sites

Pour ceux que la question intéresse, vous pouvez également participer à cette enquête (témoignages concernant le sexisme à l'école) :

https://docs.google.com/forms/d/1J9mbRHK5dPikW8RS8LJXJMIQ7P8DGR2AfnZoBDH7zB0/prefill

Link to comment
Share on other sites

Une enquête récente sur le sexisme :

Citation

 

L'étude du CSA sur le sexisme dans la pub montre l'étendue des choses à changer

"Les femmes apparaissent majoritairement comme des consommatrices et des objets de désir."

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/31/letude-du-csa-sur-le-sexisme-dans-la-pub-montre-letendue-des-choses-a-changer_a_23262202/

Link to comment
Share on other sites

On pourrait faire pareil pour les parents indignes qui ne s'occupent pas de leurs progénitures, du genre "balance ta reum" ou "balance ta maratre" :lol:

Link to comment
Share on other sites

Ou alors#balance ton instit pour tous les enfants qui ont subit des violences physiques ou psychologiques en classe. On pourra dénoncer nominativement les enseignants et tant pis s'il y a des erreurs : ce qui compte c'est ce que la cause soit juste. Ce sera magnifique que la parole puisse enfin se libérer.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Melendil a dit :

Ou alors#balance ton instit pour tous les enfants qui ont subit des violences physiques ou psychologiques en classe. On pourra dénoncer nominativement les enseignants et tant pis s'il y a des erreurs : ce qui compte c'est ce que la cause soit juste. Ce sera magnifique que la parole puisse enfin se libérer.

Exact, quelle campagne saine et digne de notre époque...

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, nonau a dit :

Exact, quelle campagne saine et digne de notre époque...

Laquelle ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, PommeD'Api a dit :

Laquelle ?

Toute campagne qui consiste à balancer sur internet des noms sans passer par la case "justice". C'est la porte ouverte à tout et n'importe quoi. Je pense à ce pauvre professeur d'EPS qui s'est suicidé il y a quelque années après des propos d'une élève qui se sont révélés calomnieux quelques temps après. Avec ce procédé, une histoire de ce genre pourrait être étendue à des milliers de victimes imaginaires. Nombre de personnes mal intentionnés pourraient faire beaucoup de dégâts!

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Alors ça va, majoritairement les victimes ne balancent pas le nom de l'agresseur (voire même pas le domaine d'activité), juste les faits. Bon, moi j'ai porté plainte, j'ai le droit de balancer son nom, son métier sur internet, hein dites, j'ai le droit ?? :closedeyes:

 

Sans ironie maintenant, je comprends très bien votre point de vue mais aller dire ça au moment où les victimes de violences sexuelles osent enfin sortir du silence, c'est juste encore et encore les ramener au silence. Parce que non, désolée, porter plainte n'est pas chose aisée. Porter plainte c'est prendre des risques. Celui d'être, là aussi, de toute façon, ramener au silence (entre autres risques... les menaces, les insultes, le dénigrement, les intimidations, la mauvaise réputation, tout ça tout ça, que de joie et de bonheur en perspective :dry: ).

Alors non, s'il vous plait, ne faites pas taire les victimes.

Link to comment
Share on other sites

Où ai-je écrit que je voulais faire taire les victimes?! J'ai subit personnellement la calomnie pour une affaire toute autre, je peux vous certifier qu'une personne fragile pourrait vite faire une bêtise.

Link to comment
Share on other sites

Balancer sur internet ça libére la parole des victimes ...

Il y a pas loin de 20 ans j ai été victime d un prof harceleur. .. 

LEs deux années passées une autre forme de harcèlement 

Honnêtement je suis ravie de voir que la parole se libère,  que les victimes puissent enfin parler puissent enfin être reconnues

95% Des dépôts de plaintes sont classées sans suite car c est parole contre parole mais on écoute peu les victimes et les harceleurs sont des beaux parleurs... une plainte classée c est une victime brisée et un harceleur gonflé dans son orgueil et qui pourra sans cesse recommencer 

Il n est pas question de tout dénoncer mais de rendre ça plus facile et d ouvrir la parole ...

  • J'aime 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, nonau a dit :

Où ai-je écrit que je voulais faire taire les victimes?! J'ai subit personnellement la calomnie pour une affaire toute autre, je peux vous certifier qu'une personne fragile pourrait vite faire une bêtise.

C'est juste une question de timing. Ce n'est pas le moment de rappeler qu'il ne faut pas accuser à tort.

Et d'ailleurs (je sais, ça sort de tes propos ;) ), c'est fou comme on a tendance à parler de dénonciation calomnieuse dès qu'il s'agit de violences sexuelles. Ca revient systématiquement ce truc. Dans les autres infractions, on ne rappelle pas ça à tout va.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Que les victimes osent témoigner c'est très bien et on ne peut que les encourager. Que la parole se libère tant mieux. On prend conscience de l'ampleur du problème et si ça permet de faire bouger la société alors c'est une bonne chose. Personne ici ne dira le contraire. En revanche balancer des noms sur la place publique sans passer par la case justice, c'est créer un dangereux précédent. Ça vaut pour toutes les infractions. On est dans un état de droit où on ne se fait pas justice soi même. Un hashtag ne remplace pas un procès.

Sinon pourquoi ne pas faire la même chose pour les violences policières, les violences au travail, ou les violences psychologiques subies par certains élèves. Pourquoi un parent ne pourrait pas balancer le nom d'un insit parce qu'il pense que son enfant a été humilié par l'enseignant en classe? L'argumentation pourrait être la même. C'est toujours parole contre parole et on ne fait rien contre ce prof. il va recommencer. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Melendil a dit :

Que les victimes osent témoigner c'est très bien et on ne peut que les encourager. Que la parole se libère tant mieux. On prend conscience de l'ampleur du problème et si ça permet de faire bouger la société alors c'est une bonne chose. Personne ici ne dira le contraire. En revanche balancer des noms sur la place publique sans passer par la case justice, c'est créer un dangereux précédent. Ça vaut pour toutes les infractions. On est dans un état de droit où on ne se fait pas justice soi même. Un hashtag ne remplace pas un procès.

Sinon pourquoi ne pas faire la même chose pour les violences policières, les violences au travail, ou les violences psychologiques subies par certains élèves. Pourquoi un parent ne pourrait pas balancer le nom d'un insit parce qu'il pense que son enfant a été humilié par l'enseignant en classe? L'argumentation pourrait être la même. C'est toujours parole contre parole et on ne fait rien contre ce prof. il va recommencer. 

Ben pourquoi pas justement ... je connais des enseignants qui humilient leurs élèves .... j ai été moi même victime d un prof pendant toute mon année de 3ème. ...

Alors balancer le nom du prof sur le net non pas forcément .... mais en parler s autoriser à le dire et à montrer qu il n a pas le droit de faire ça

J ai essayé de dénoncer en tant que collègue il y a quelques années.  Et bien tant que le parent ne porte pas plainte on ne peut rien faire ... libre court à la violence et l humiliation. .. je l ai dit je m en suis pris plein la gueule et l instit en question a continué jusqu'à à retraite. Bien sûr elle choisissait ses victimes parmi des enfants de familles "faibles" qui ne se plaindrait pas....

C est vraiment ça l idéal ? 

Ou alors on laisse les victimes se taire ? 

Link to comment
Share on other sites

L'idéal de justice serait quelle soit enfin déconnectée des politiques. Une vraie justice indépendante sans lien avec le ministre de la justice.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Melendil a dit :

Si ce n'est pas indiscret qui avez vous prévenu ? Et vous était-il possible à titre perso de déposer plainte?

Seuls les parents peuvent porter plainte 

Moi j à prévenu le médecin de prévention. .. l ien qui m ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire tant que les parents ne disent rien

J ai dit aux collègues que son attitude était choquante. ..ils répondaient qu elle avait toujours été comme ça et qu elle était appréciée des parents 

Et je lui ai dit à elle que c était inadmissible elle m a pourri le reste du temps....

Link to comment
Share on other sites

Aujourd'hui, on semble découvrir que menaces, insultes, violences peuvent faire parti d'un quotidien... et aujourd'hui on s'intéresse aux regards que les hommes portent sur les femmes... On fait fi, puisque le sujet semble bien moins d'actualité, des insultes que hommes et femmes portent parfois sur les minorités sexuelles ou ethniques... Aujourd'hui on semble désireux de s'attaquer au "sale pute" mais le "sale PD" semble lui tout à fait exclu de la discussion. Ne parlons même pas des transgenres, qui pour beaucoup encore n'ont qu'à subir ce qu'ils ont bien cherché... Bref, ce semble être un sujet à géométrie variable... Il dépasse pour moi le point de vue de l'homme ou de la femme. Mais celui de l'humain sur un autre humain. 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Je ne vois pas un homme ne pourrait pas porter plainte pour un sale pd... 

C est la violence quelle qu elle soit qui pose souci pas envers qui elle est ....

N importe qui peut se plaindre homme femme qu'elle que soit la nationalité le genre les orientations sexuelles e j en passe ...

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...