Jump to content

Balance ton porc, Balance ta truie et autres...


André Jorge
 Share

Recommended Posts

Au moins, à l'Education nationale, il y a un ministre qui n'est suspecté de rien et qui a même trouvé "sa" journaliste, comme tant d'autres hommes politiques si respectables...

:closedeyes:

 

https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/blanquer-cabana-ces-affaires-qui-nous-regardent

Citation

Blanquer-Cabana : ces affaires qui nous regardent - Par Daniel Schneidermann | Arrêt sur images

10 juillet 2020 Maj: 10 juillet 2020

Elles sont embarrassantes, toutes ces histoires qui ne nous regardent pas, et qui nous regardent quand même, elles, de toute leur puissance symbolique. Un homme et une femme, tous deux engagés par ailleurs, tombent amoureux. Devant l'évidence de cet amour, ils l'officialisent. Pas n'importe où : dans l'hebdomadaire Voici. Il faut dire que lui est ministre de l'Éducation, et elle journaliste politique, au JDD, à BFM, et sur la chaîne franco-israélienne I24News. Et alors ? Pour autant, cela nous regarde-t-il ? D'autant, précise bien Voici, que le JDD, dans sa grande rigueur déontologique, a aussitôt déplacé l'intéressée, Anna Cabana, du service politique vers la rubrique "livres" (Bien pratique, la rubrique "livres", dans la presse.

C'est aussi là qu'avait été déplacée Valérie Trierweiler, alors compagne de François Hollande. Ou placée Penelope Fillon, à la Revue des deux mondes).

Donc tout va bien. Cette histoire privée ne devrait pas nous regarder. On ne devrait pas devoir réécouter les interventions d'Anna Cabana sur le plateau de BFM, comme par exemple celle-ci, qu'exhume un malicieux réseau social bien connu.

Et pourtant voilà. On est là, à tenter de réinterpréter ces mots, à la lumière de ce que nous apprenons de la relation entre la journaliste et le ministre. Faut-il retenir de cette intervention de Cabana que Macron   impressionne tout le monde autour de lui , avec sa chimie   assez exceptionnelle  (appréciation plutôt sympathique pour le pouvoir) ou bien qu'elle analyse cette chimie exceptionnelle comme  paralysant le fonctionnement autour de lui , de ses conseillers et de ses ministres, ce qui est moins sympathique ? On est là, à tenter de reconstruire l'histoire, à partir de photos anciennes

Selon l'identité et ce que l'on sait des relations de la personne qui le prononce, la même phrase, le même énoncé, ne prennent pas le même sens. Là aussi, comme dans d'autres cas, ce qui pourrait n'être qu'une histoire personnelle fait système, et décrit en l'occurrence quelque chose, non seulement des relations entre les médias dominants et le pouvoir, mais aussi peut-être des relations hommes femmes dans ces milieux-là (pourquoi les couples ministre / journaliste sont-ils toujours aussi genrés) ? Autant de raisons pour lesquelles on est tout de même obligés de s'intéresser à ces choses qui ne nous regardent pas, mais, elles, nous regardent.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, prof désécol a dit :

Au moins, à l'Education nationale, il y a un ministre qui n'est suspecté de rien et qui a même trouvé "sa" journaliste, comme tant d'autres hommes politiques si respectables..

Là, pour le coup, ils ne font de mal à personne...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 02/05/2020 à 09:26, PommeD'Api a dit :

C'est vrai, c'est tellement facile de porter plainte...

  

Le 29/06/2020 à 19:46, clar103 a dit :

Ben oui ,je me demande bien pourquoi certaines,voire la majorité des femmes violées ou agressées sexuellement ne portent pas plainte...

 

Le 30/06/2020 à 15:26, Argon a dit :

Evidemment, dans toute la mesure du possible. Y compris par civisme.

Les certitudes s'envolent avec les traumatismes quels qu'ils soient. Il ne reste que le vide et la souffrance. Et après, chacun fait comme il peut. On fuit, on se bat, on s'écroule et on se reconstruit.

Il est des souffrances, celle-ci ou d'autres, qui paralysent et atteignent le psychisme à un point dont on n'a pas idée si on ne les a jamais ressenties.

L'effroi et la sidération, il faut les avoir endurés. Ce ne sont pas seulement des mots. Dans la vie de certains, c'est inscrit dans leur corps pour longtemps. Je ne parle pas seulement de l'agression physique, mais aussi de l'empreinte émotionnelle que ça laisse.

Quand ces personnes se relèvent, c'est de l'admiration qu'il faut leur témoigner, admirer leur courage, leur persévérance et leur capacité à trouver des ressources et à continuer d'avancer. A ceux qui y arrivent, mais aussi ceux qui n'y arrivent pas, parce qu'on a le droit de ne pas y arriver, j'envoie toute ma tendresse ...:hug:

  • J'aime 3
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, sanstoi a dit :

  

 

Les certitudes s'envolent avec les traumatismes quels qu'ils soient. Il ne reste que le vide et la souffrance. Et après, chacun fait comme il peut. On fuit, on se bat, on s'écroule et on se reconstruit.

Il est des souffrances, celle-ci ou d'autres, qui paralysent et atteignent le psychisme à un point dont on n'a pas idée si on ne les a jamais ressenties.

L'effroi et la sidération, il faut les avoir endurés. Ce ne sont pas seulement des mots. Dans la vie de certains, c'est inscrit dans leur corps pour longtemps. Je ne parle pas seulement de l'agression physique, mais aussi de l'empreinte émotionnelle que ça laisse.

Quand ces personnes se relèvent, c'est de l'admiration qu'il faut leur témoigner, admirer leur courage, leur persévérance et leur capacité à trouver des ressources et à continuer d'avancer. A ceux qui y arrivent, mais aussi ceux qui n'y arrivent pas, parce qu'on a le droit de ne pas y arriver, j'envoie toute ma tendresse ...:hug:

Merci de ces mots, c'est tellement ça, je m'y retrouve tellement ! Merci.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Le tout jeune collectif Pourvoir Féministe accuse le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de "trafic d'influence" et de "conflit d'intérêts" après la plainte d'une Tourquennoise datant de 2015 et classée sans suite, le collectif saisit le parquet de Lille.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-collectif-feministe-veut-relancer-les-poursuites-contre-gerald-darmanin-pour-trafic-d-influence-1595411211

 

Link to comment
Share on other sites

Le 23/07/2020 à 10:32, nonau a dit :

Le tout jeune collectif Pourvoir Féministe accuse le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de "trafic d'influence" et de "conflit d'intérêts" après la plainte d'une Tourquennoise datant de 2015 et classée sans suite, le collectif saisit le parquet de Lille.

Ce n'est pas sérieux. Puisque la première plainte n'a pas abouti, la suite normale est la plainte avec constitution de partie civile, pour imposer la saisine d'un juge d'instruction, pas de remettre le couvert avec le Parquet sur des qualifications fantaisistes — ça, c'est juste de la com'.

Link to comment
Share on other sites

Justice pour le codétenu d'Adama Traoré ?

https://www.cnews.fr/france/2020-07-22/le-codetenu-dadama-traore-qui-laccusait-de-viol-ete-indemnise-981140

Citation

Le codétenu d’Adama Traoré, qui l’accusait de viol, a été indemnisé

22/07/2020

Alors qu’il avait déposé plainte pour viol contre Adama Traoré, deux mois avant sa mort, un ancien détenu a été indemnisé par la Civi (Commission d’indemnisation des victimes d’infractions), qui a établi des faits d’agression sexuelle.

Cette affaire avait démarré en mai 2016, lorsque le jeune homme de 23 ans qui partageait la cellule d’Adama Traoré à la prison d’Osny, avait déposé plainte pour viol. Selon la Civi, il aurait expliqué aux enquêteurs avoir été contraint, sous la menace d’une fourchette, de lui pratiquer des fellations plusieurs fois par jour.

L’enquête n’avait pas eu lieu du fait du décès d’Adama Traoré, le 19 juillet 2016, deux heures après son arrestation dans la ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), dont les conditions font toujours polémique. L’action publique du procureur de la République avait été clôturée automatiquement deux mois plus tard. Mais le Fonds de garantie des victimes a indiqué au magazine Le Point, qui a révélé l’information, qu’elle a «la possibilité d’indemniser sans condamnation au pénal. (…) Cela nous permet par exemple d’indemniser une femme qui se ferait violer dans la rue, sans que l’auteur ne soit jamais identifié».

agressions sexuelles et expédition punitive

Pour rendre sa décision (qui date de mars 2020), la Civi s’est appuyé, en plus des déclarations du plaignant, sur une lettre remise à un surveillant et d’un entretien avec un chef de détention où les faits avaient été décrits de façon «particulièrement circonstanciée». Elle a ainsi estimé que «la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie». Selon elle, leur «retentissement psychologique (…) justifie l’allocation d’une indemnité de 15.000 euros».

Contacté par Le Point, l’avocat de la famille Traoré a simplement rappelé qu’Adama n’avait jamais été convoqué dans cette affaire et n’avait donc pas pu donner sa version des faits.

L’ancien codétenu d’Adama Traoré n’avait saisi la Civi qu’en décembre 2018 pour obtenir une indemnisation. Il l’avait fait pour les agressions sexuelles dont il dit avoir été victime, mais aussi pour une expédition punitive menée par le frère d’Adama, Yacouba, et un de ses amis, en février 2017. Les deux hommes l’avaient alors violemment frappé (sept jours d’ITT). Yacouba Traoré avait d’ailleurs écopé de 18 mois de prison dans cette affaire. Une autre indemnité sera versée au plaignant pour ces violences.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, prof désécol a dit :

 

Citation

...

Adama Traoré avait fait l’objet d’une plainte pour viol d’un de ces anciens co-détenu. L’instruction n’a pu avoir lieu, du fait de son décès l’action publique étant éteinte. En revanche, le frère de Traoré et un de ses amis se sont emparés du plaignant et lui ont fait subir des violences pour lesquelles ils ont été condamnés, excusez du peu, à 18 mois de prison ferme. Mais le plus intéressant, est la décision rendue en mars dernier par la Commission d’Indemnisation des Victimes (CIVI) qui en matière d’infractions pénales se substitue aux coupables pour indemniser les victimes en faisant l’avance sur fonds publics des dommages intérêts. À charge pour elle de se retourner contre le responsable ou ses ayants droits pour les récupérer. C’est ce que la CIVI, saisie par l’ancien codétenu plaignant, a fait en rendant une décision considérant les faits comme établis ce qui permettait de l’indemniser du préjudice subi du fait du viol. Nous avons donc la décision d’une instance juridictionnelle qui dispose de l’autorité de la chose jugée et qui a tranché la question de la réalité de l’infraction : « la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie ». Ce n’est pas une reconnaissance de culpabilité, seule la juridiction pénale le peut, mais c’est en revanche une reconnaissance de l’existence des faits.

On ajoutera que la CIVI a également décidé d’indemniser la jeune victime, toujours sur fonds publics, pour son passage à tabac par le frère d’Adama, qualifié par le procureur au moment de l’audience correctionnelle de « sauvage agression ».

...

https://www.vududroit.com/2020/07/retour-des-djihadistes-traore-dupond-moretti-commence-fort/

Si je comprends bien, la CIVI récupère auprès des ayants droits  du responsable l'argent avancé à la victime.

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, lecavalier a dit :

 

https://www.vududroit.com/2020/07/retour-des-djihadistes-traore-dupond-moretti-commence-fort/

Si je comprends bien, la CIVI récupère auprès des ayants droits  du responsable l'argent avancé à la victime.

Merci pour l'article ; oui, j'ai compris ça aussi (Mais le récupère-t-elle effectivement, et même le peut-elle, si aucune condamnation n'est prononcée ultérieurement ?).

 

Citation

[...] Éric Dupond-Moretti, le bravache de la société du spectacle dont Macron dans un souci de diversion avec son lugubre remaniement nous a fait un Garde des Sceaux, n’ira probablement nulle part. Car quelles que soient ses intentions, et il y en a peut-être de souhaitables, nous savons bien qu’il ne pourra rien faire d’utile. Ne pouvant échapper à ce qu’il est, une caution sans pouvoir. Juste un exemple, la justice française une des plus pauvres d’Europe, est complètement en faillite, l’avons-nous entendu s’exprimer sur la nécessité absolue et urgente d’augmenter considérablement son budget ? Eh non, parce que là il s’agit d’affronter Bercy, où résident les vrais patrons du système Macron et où effets de manches et aboiements n’impressionnent personne.

[...] Mais ne pourrait-on pas se dire aussi que le ministre de la justice aurait été bien inspiré d’être modeste et de ne pas apporter de l’eau au moulin de tous ces journalistes, tous ces élus, tous ces manipulateurs, qui font passer un criminel pour le martyr innocent d’un crime raciste de la gendarmerie française. Parce que dans toute cette affaire il y a quand même quelque chose de stupéfiant c’est de voir des gens de plus ou moins bonne foi s’accrocher à un mensonge et une imposture dont l’évidence saute aux yeux. [...]

Assa Traoré, présente ses frères délinquants comme des victimes, les qualifiant de « prisonniers politiques ».  Casiers judiciaires aidant, on sait ce qu’il faut penser de cette présentation. Mais ce qui est plus intéressant, c’est alors qu’on était confronté à de la délinquance crapuleuse du genre « extorsion de fonds sur personne vulnérable, violences volontaires, menaces de mort, tentative de meurtre », le palmarès vient de s’enrichir d’une qualification d’un autre calibre. Adama Traoré avait fait l’objet d’une plainte pour viol d’un de ces anciens co-détenu. [...]

Il y a parmi ceux qui s’acharnent à relayer le mensonge visant à faire passer une fratrie lourdement délinquante pour des combattants de la liberté, des gens qui sont hélas de bonne foi mais désormais inaccessibles au réel. Mais parmi les politiques élus et militants, il y a nécessairement ceux qui savent très bien ce qu’ils font. Nullement effarouchés par la manipulation, pensant que leur intérêt est de s’appuyer sur cette pègre, ils la soutiennent, la laissent prospérer et veulent qu’on lui abandonne les quartiers populaires et ceux qui les habitent.

Éric Dupond Moretti n’appartient peut-être à aucune des deux catégories, mais cette volonté de paraître et de prendre la pose sur ces sujets ou la discrétion s’imposait, en dit long sur l’impasse politique dans laquelle nous allons risquer de rapidement nous trouver.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Citation

  alors qu’on était confronté à de la délinquance crapuleuse du genre (...)  tentative de meurtre, le palmarès vient de s’enrichir d’une qualification d’un autre calibre. Adama Traoré avait fait l’objet d’une plainte pour viol  (...)

 Merveilleux. C'est vrai qu'un meurtre, ou une tentative de meurtre, c'est tellement dérisoire, tout juste "crapuleux", au regard du "calibre" d'une plainte pour viol  (ce truc qui n'empêche pas d'être ministre)...

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Mirobolande a dit :

Assez d'accord avec la première idée, que ce qui a fait le retentissement de l'affaire Matzneff en France, c'est moins l'âge de Springora à l'époque (une petite quinzaine d'années) que sa différence d'âge avec son séducteur.

Avec une remarque linguistique, aussi : là où l'anglais a la « béquille » sémantique objective du "teen" qui, en définissant explicitement le teenager de treize à vingt ans (ou presque),  le distingue clairement du child (12 ans et moins), le français propose des concepts plus flous. Les héroïnes de Noce blanche ou de Pauline à la plage, comme celles de Matzneff, sont des jeunes filles, pas des enfants. Il me semble qu'on embrouille, et qu'on appauvrit, considérablement le débat sur la pédophilie en refusant cette distinction traditionnelle. Mais le féminisme actuel semble préférer les idées simples...

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Argon a dit :

Mais le féminise actuel semble préférer les idées simples...

 

 

51r0JUjzdUL._SY445_QL70_ML2_.jpg

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Mirobolande a dit :

 

51r0JUjzdUL._SY445_QL70_ML2_.jpg

Assez typique, en effet.

Le "Sage" féministe, aujourd'hui, c'est donc celui qui fait un doigt d'honneur à ceux qui ne sont pas d'accord à 100% avec lui, puis s'étonne qu'on s'en offusque... 

(et en prime, dans ce cas d'espèce, fait la leçon à ceux qu'il présume ne pas suffisamment  s'intéresser à la Lune, alors qu'il n'a visiblement lui-même qu'une idée pour le moins approximative de la sélénographie)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Argon a dit :

Mais le féminisme actuel semble préférer les idées simples...

 

Mais quel mépris !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, PommeD'Api a dit :

Mais le féminisme actuel semble préférer les idées simples...

Mais quel mépris !

Tu trouves ?

Pour toi, quelle(s) serai(ent) la Christine de Pizan actuelle, la Louise Michel ou même la Françoise d'Eaubonne ou la Simone de Beauvoir ?  (deux ou trois crans en-dessous, je verrais bien Elisabeth Badinter, mais elle semble reniée par les activistes actuels — trop nuancée ?).

Ou quelle idée nouvelle vois-tu aujourd'hui promue par les activistes féministes, qui ne se réduise pas à un slogan  (et encore, le slogan, c'est sophistiqué, on se contente de plus en plus souvent d'un "hashtag"...).

Je ne demande qu'à m'instruire, et à respecter les nouvelles idées respectables, si l'on veut bien m'en présenter. Mais je ne suis pas sûr d'avoir de leçons de féminisme à recevoir de quiconque, et surtout pas de ceux qui appelent à la discrimination, se dirait-elle positive, à la différenciation légale, au double standard ou au rétablissement des privilèges : pour moi, l'égalité en droits des femmes et des hommes est une évidence première, garantie par la constitution, et il n'y a pas grand chose à y ajouter — et surtout rien à y retrancher !

 

Par ailleurs, je ne suis pas sûr de voir en quoi mon commentaire, qui commençait par un acquiescement partiel et argumentait (certes un minimum) la critique finale (certes provocatrice) serait plus "méprisant", ou moins respectueux, que le doigt d'honneur qu'il a suscité, ou ta propre remarque laconique, qui condamne sans prendre la peine de répondre sur le fond.

 

Link to comment
Share on other sites

Je ne suis pas spécialiste en la matière et mes connaissances sont limitées mais il me semble qu'il n'y a pas un féminisme mais plusieurs féminismes.Certains disent même que le féminisme en tant que tel n'existe pas. Il y a certes plusieurs types de féministes : ce sont des groupes qui ont chacun leur identité, leur couleur, leur motivation, leur forme d'engagement. 

Entre Elizabeth Badinter et Caroline Haas , entre Malala Yousafzai et Gloria Steinem il y a un monde. Je trouve dommage qu'en France on mette le plus souvent en avant un féminisme extrémiste et misandre. Cela permet de décrédibiliser les idées féministes, d'éviter de réfléchir ou d'avoir un vrai débat. La parole médiatique étant confisqué par certains et  certaines féministes  qui permettent de faire le buzz et de faire du clic ou des vues. Et surtout cela donne du grain à moudre à leurs détracteurs en polarisant le débat.  On a l'impression d'une pensée réductrice contre l'homme alors qu'il y a différents courants et différentes pensées élaborées.

J'aime bien la phrase de Marion Seclin : "Le féminisme… C'est quelque chose qui s'approprie, c'est pour ça que ça se vulgarise, que ça se vit. On évolue toutes, on a toutes été en colère, prêtes à nous lancer, c'est la meilleure des solutions et il faut faire en sorte que tout le monde se l’approprie sinon on va toutes être les unes contre les autres, à un moment donné".

Même si je crois aussi et c'est toute la difficulté et le paradoxe que le féminisme c'est aussi une pensée de combat. Combat contre les inégalités (salaires, taches ménagères ...) ou contre les violences (viol, harcèlement ...). Et qu'une pensée de combat ne fait pas toujours dans la dentelle.

J'en profite au passage pour dire que je regrette parfois la dureté des propos et les procès d'intention contre Argon. "Cette propension  qu'on quelques uns à passer certaines questions  politiques complexes à la moulinette de certitudes morales qui relèvent de l'aveuglement." Je conçois que le sujet soit plus que sensible et pour tout avouer à titre personnel je ne prendrai pas le risque de discuter sur un forum sur des subtilités entre pré adolescence et enfance. C'est un peu trop casse gueule à mon gout et on prend le risque de ne pas être compris.

 
 
 
 
 
 
 

 

Link to comment
Share on other sites

Un portrait de Gisèle Halimi, une grande figure du féminisme qui vient justement de décéder à l'âge de 93 ans.

[Attention, cette vidéo contient des images de manifestantes arborant des panneaux aux messages possiblement simplistes.  ;)  ]

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Melendil a dit :

 il me semble qu'il n'y a pas un féminisme mais plusieurs féminismes.

Assurément.

Il y a 18 heures, Melendil a dit :

Certains disent même que le féminisme en tant que tel n'existe pas.

 Il y a un plus petit dénominateur commun, qui peut valoir définition, qui est la recherche d'une égalité en droits des hommes et des femmes.

 

Il y a 18 heures, Melendil a dit :

Il y a certes plusieurs types de féministes : ce sont des groupes qui ont chacun leur identité, leur couleur, leur motivation, leur forme d'engagement.

 Mouais. Qu'il y ait des tas de groupes et de mouvements féministes, éventuellement même concurrents ou adversaires, c'est une évidence. Mais je doute qu'ils résument le féminisme, ou même qu'ils puissent légitimement parler au nom des féministes, a fortiori des femmes.

Il y a 18 heures, Melendil a dit :

si je crois aussi et c'est toute la difficulté et le paradoxe que le féminisme c'est aussi une pensée de combat.  (...) Et qu'une pensée de combat ne fait pas toujours dans la dentelle.

 C'est clair, aussi.

Il y a 18 heures, Melendil a dit :

 le féminisme c'est aussi une pensée de combat. Combat contre les inégalités (salaires, taches ménagères ...) ou contre les violences (viol, harcèlement ...).

Re-mouais... Pour combattre le viol, ou le harcèlement, ou les inégalités salariales, à mon sens, il faut d'abord et avant tout.... combattre le viol, ou le harcèlement, ou les inégalités salariales.

Ajouter des préalables ou des intermédiaires, féministes ou non, c'est au mieux risquer de compliquer les choses en ajoutant des enjeux idéologiques non consensuels là où tout le monde était essentiellement d'accord ; et au pire détourner des moyens d'action nécessaires vers d'autres enjeux, ou d'autres  intérêts.

Pour ce qui est de la répartition des tâches ménagères, je ne vois pas en quoi cela peut concerner qui que ce soit d'autre que chaque ménage particulier, sauf dans un régime totalitaire, et au nom de quoi on pourrait "combattre" une situation qui convient aux premiers et seuls intéressés.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, Argon a dit :

Re-mouais... Pour combattre le viol, ou le harcèlement, ou les inégalités salariales, à mon sens, il faut d'abord et avant tout.... combattre le viol, ou le harcèlement, ou les inégalités salariales.

Ajouter des préalables ou des intermédiaires, féministes ou non, c'est au mieux risquer de compliquer les choses en ajoutant des enjeux idéologiques non consensuels là où tout le monde était essentiellement d'accord ; et au pire détourner des moyens d'action nécessaires vers d'autres enjeux, ou d'autres  intérêts.

Pour ce qui est de la répartition des tâches ménagères, je ne vois pas en quoi cela peut concerner qui que ce soit d'autre que chaque ménage particulier, sauf dans un régime totalitaire, et au nom de quoi on pourrait "combattre" une situation qui convient aux premiers et seuls intéressés.

Il peut y avoir un consensus  sans qu'il y ait les moyens qui soient réellement mis en place pour lutter contre ces inégalités surtout quand on en est bénéficiaire soi-même. Il y a souvent un monde entre l'intention et l'action. Je pense au contraire que de nombreuses fois sans ces intermédiaires et en particulier grâce aux féministes certaines avancées n'auraient pu être possible ou du moins aussi rapide. Ce sont elles qui mettent souvent en avant  et en pleine lumière  les dysfonctionnement et les inégalités dont beaucoup de femmes sont victimes. Elles participent aussi à modifier les mentalités. Le droit de vote, la libération sexuelle, la légalisation de la contraception doivent énormément aux mouvements féministes.

Aujourd'hui je crois que les avancées et les futurs luttes sont plus des  enjeux symboliques. Le féminisme aujourd'hui s'apparente davantage à une lutte contre des situations et des images stéréotypées bien ancrées, qu'à un combat pour obtenir certains droits. Un des grands combats reste les violences physiques et sexuelles faites aux femmes dans la sphère du couple comme dans la sphère publique. C'est par exemple sous la pression des mouvements féministes que la législation sur le viol conjugal a été modifié (Par exemple depuis 2010 la notion de présomption de consentement disparaît des textes de loi).  Me too malgré ses excès et ses abus  ( présomption d'innocence, tendance à désigner des gens à la vindicte populaire ...) a participé à modifier certaines mentalités et libéré la parole de certaines femmes. Sans les féministes il n'y aurait pas eu une telle caisse de résonance.

Un des deuxième grand combat reste le  partage des tâches domestiques et l'éducation des enfants. Si comme vous le soulignez cela concerne en premier lieu chaque ménage il n'est pas interdit de faire prendre conscience de certaines inégalités. Là encore l'enjeu est de faire évoluer les mentalités. Le partage des taches n'est pas qu'une question conjugale, c'est aussi une question sociale. Derrière se cache des questions plus large comme l’émancipation de la femme, l’inégale répartition des travaux entretient non seulement des stéréotypes de genre qui se reproduisent de génération en génération mais aussi le maintien des femmes les plus modestes dans une précarité économique, une dépendance financière à l’égard de leur conjoint. Ici combattre ne veut pas dire interdire ou contraindre les autres mais plutôt d'informer, d’éveiller les consciences et d'aider  à s'émanciper.

 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

Il peut y avoir un consensus  sans qu'il y ait les moyens qui soient réellement mis en place pour lutter contre ces inégalités (...)

Il y a souvent un monde entre l'intention et l'action.

  C'est évident, mais c'est clairement aussi le signe d'une démocratie dysfonctionnelle.

  Cela dit, c'est pour moi en grande partie une question de temps caractéristiques : les préférences et les majorités politiques peuvent évoluer en quelques semaines, sous le coup de l'émotion, alors que cela se compte plutôt en années, voire en lustres, pour la loi, et en décennies pour les mentalités et les comportements. Mais si un consensus est robuste, ces derniers finissent (presque) toujours par suivre.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

Le droit de vote, la libération sexuelle, la légalisation de la contraception doivent énormément aux mouvements féministes.

  Mouais.  Le droit de vote des femmes doit énormément aux deux grandes guerres du XXe siècle, et tout particulièrement à la première : les hommes étant au front, il est devenu incontestable que les femmes pouvaient se débrouiller toutes seules, y compris pour faire tourner l'industrie.  Les Suffragettes étaient (très légitimement) impatientes, mais je ne suis pas sûr que leur rôle ait été déterminant.

 Idem pour la révolution sexuelle.  Je doute que les femmes d'aujourd'hui (ou celles de la génération 68) soient plus "libérées" de ce point de vue que celles des bien nommées "années folles", autour de 1920.  (je ne parle évidemment pas des prolétaires — mais la même réserve vaut encore aujourd'hui).

  Et pour ce qui concerne la contraception... La pilule a été inventée en 1956, et légalisée en France en 1967. Compte tenu du temps nécessaire aux essais cliniques, aux débats en profondeur, etc., c'est extrêmement rapide — justement parce que c'était très largement attendu et consensuel.  Là encore, les féministes étaient légitimement impatientes et, dès le début des années 60, trouvaient le processus trop long pour leur goût et le faisaient savoir de façon virulente ; mais si on les a beaucoup entendues, je doute fortement que leur influence ait été "énorme" — voire simplement très significative.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

Aujourd'hui je crois que les avancées et les futurs luttes sont plus des  enjeux symboliques. Le féminisme aujourd'hui s'apparente davantage à une lutte contre des situations et des images stéréotypées bien ancrées, qu'à un combat pour obtenir certains droits.  Un des grands combats reste les violences physiques et sexuelles faites aux femmes dans la sphère du couple comme dans la sphère publique.

  Pour moi, il convient de distinguer les deux.

  Il n'est de "'situations" que particulières.  Il va de soi qu'il faut réprimer les situations de violences physiques injustifiées, et évidemment sexuelles, faites aux femmes comme à n'importe qui d'autre. Mais c'est le rôle de la police et de la Justice, et je ne vois pas ce que "le féminisme aujourd'hui" peut y ajouter, à part peut-être réclamer de façon très générale plus de moyens et de formation pour les flics et les juges — ce qui ne fait pas vraiment débat, tout le monde est d'accord — et moins d'indulgence pour les abus des puissants (itou — même si je me rappelle avoir été bien seul, sur ce forum, à remettre régulièrement sur le tapis le cas de Darmanin, voici quelques mois, quand il n'était pas encore à la mode...). On parle beaucoup de Gisèle Halimi ces jours-ci : ses positions légalistes, et ses combats féministes dans ce cadre, me paraissent tout à fait exemplaires.

  Cela me semble beaucoup plus problématique en ce qui concerne les "images stéréotypées bien ancrées".  Les féministes, comme n'importe qui d'autre, sont parfaitement fondées à faire connaître leurs goûts et leurs dégoûts, et à les promouvoir de toute la force de leurs poumons.  Mais au nom de quoi décideraient-elles de ce que les autres doivent penser, et de quelle manière, et en s'appuyant sur quels stéréotypes ?  "Lutteraient"-elles contre ce qu'ils ont de plus intime, au mépris de toute liberté de pensée et d'opinion ? Imposeraient-elles leurs propres stéréotypes, y compris au moyen de propagande à l'école maternelle, comme le préconisait NVB ? 

C'est un terrain extrêmement glissant, et les versions totalitaires du féminisme me semble largement contre-productives, non seulement par allergie du vieil anar que je reste envers toute idéologie imposée, mais aussi, plus pragmatiquement, du fait de l'inévitable retour de bâton.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

 C'est par exemple sous la pression des mouvements féministes que la législation sur le viol conjugal a été modifié (Par exemple depuis 2010 la notion de présomption de consentement disparaît des textes de loi).  Me too malgré ses excès et ses abus  ( présomption d'innocence, tendance à désigner des gens à la vindicte populaire ...) a participé à modifier certaines mentalités et libéré la parole de certaines femmes.

  Mouais.  Là aussi, ça me semble très problématique, du fait du flou introduit dans la notion de viol.  Il y a seulement 20 ans, celle-ci ne faisait pas question, et il était clair pour tout le monde que le viol était un crime, et des plus graves.  A force d'en élargir le sens, cela a cessé d'être une évidence.

 C'est encore trop récent pour en tirer les leçons mais, là encore, je me méfie beaucoup du retour de bâton. On en reparle dans 10 ou 20 ans, après que la perte de repères associée à ce genre d'évolutions trop rapides (le cas particulier du viol n'en étant qu'un aspect mineur) aura amené une altenance avec un gouvernement bien réac, comme l'histoire tend à en suggérer la forte probabilité, qui aura aussi profité de ces dérives sémantiques pour imposer ses propres délires ?

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

 Me too malgré ses excès et ses abus  ( présomption d'innocence, tendance à désigner des gens à la vindicte populaire ...) a participé à modifier certaines mentalités et libéré la parole de certaines femmes. Sans les féministes il n'y aurait pas eu une telle caisse de résonance.

  Ca se discute. Pour moi, c'est au moins autant une conséquence de la montée en puissance des réseaux sociaux que de "Me too" ou de la pensée féministe.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

Un des deuxième grand combat reste le  partage des tâches domestiques et l'éducation des enfants. Si comme vous le soulignez cela concerne en premier lieu chaque ménage il n'est pas interdit de faire prendre conscience de certaines inégalités.

  Certes.  "Faire prendre conscience" d'une réalité est en général bienvenu, quel que soit le sujet — à condition de ne pas confondre la réalité et ses interprétations, ni l'information et la propagande.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

 Le partage des taches n'est pas qu'une question conjugale, c'est aussi une question sociale.

  Assurément.

  Il est donc essentiel de distinguer les aspects privés, qui ne regardent personne, des aspects sociaux de cette question, qui relèvent en effet du champ politique.

Le 29/07/2020 à 15:57, Melendil a dit :

Derrière se cache des questions plus large comme l’émancipation de la femme, l’inégale répartition des travaux entretient non seulement des stéréotypes de genre qui se reproduisent de génération en génération mais aussi le maintien des femmes les plus modestes dans une précarité économique, une dépendance financière à l’égard de leur conjoint. Ici combattre ne veut pas dire interdire ou contraindre les autres mais plutôt d'informer, d’éveiller les consciences et d'aider  à s'émanciper.

  Entièrement d'accord avec ton analyse, ou ce que j'en devine.

  Pour autant, si cette position raisonnable et modérée me convient parfaitement, je suis loin d'être persuadé qu'elle soit majoritaire parmi les féministes : il me semble au contraire que "interdire et contraindre les autres" soit bien le cœur du combat, et la solution de facilité, de bon nombre d'activistes dénuées d'imagination, y compris au Parlement voire, parfois, au Gouvernement.

 

Link to comment
Share on other sites

J'aime beaucoup cette idée 'd'ordre moral' qu'on agité comme une menace, alors que la situation telle qu'elle a pu perdurer, a profité à qui finalement ? https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/30/apporter-de-l-aide-a-matzneff-a-longtemps-servi-la-reputation-d-elus_6047651_3232.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1596091187.       

IMG_20200801_125709.jpg

Link to comment
Share on other sites

Le 01/08/2020 à 13:06, Mirobolande a dit :

« L'ordre moral désigne le mouvement politique qui a suivi la commune de Paris. »

Mouais. C'est l'une des acceptions du terme, et pas vraiment la plus courante, sauf chez les historiens dix-neuvièmistes. Et, de fait, c'était une période d'entre-deux-guerres, après la défaite de 1870, durant laquelle l'accroissement de la population française (i.e. la production de chair à canon...) apparaissait en effet comme une priorité nationale. Quoi qu'il en soit : actualité à peu près nulle.

Aujourd'hui, même si l'on veut s'en tenir aux sens pédants, on pensera plus souvent à Kant, pour lequel, d'un point de vue philosophique, « l'ordre moral », c'est celui de « l'impératif catégorique »,  c'est-à-dire de l'exigence d'agir, et de traiter tout être humain, « comme si l'humanité était une fin et non un moyen », en cherchant toujours à s'aligner sur des règles universelles plutôt que sur son petit intérêt particulier — ou celui d'une petite communauté. (Tiens ? Ce n'est pas loin non plus d'être "exactement le contraire de ce à quoi aspirent les militantes féministes lesbiennes militantes"...)

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Citation

Un ex-adjoint au maire de Paris accusé d’abus sexuels

Les accusations s’ajoutent à la déroute politique de Christophe Girard, critiqué pour ses liens avec un écrivain pédophile

Aug. 16, 2020

https://www.nytimes.com/fr/2020/08/16/world/europe/christophe-girard-accuse-abus-sexuels.html

 

Citation

Accusé d’abus sexuels, Christophe Girard dénonce des allégations « sans fondement »

Dans le « New York Times », un homme témoigne d’une relation qu’il juge abusive avec l’ex-adjoint à la culture d’Anne Hidalgo, à Paris.

Publié le 17 août 2020 à 11h01 - Mis à jour le 18 août 2020 à 12h17

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/08/17/accuse-d-abus-sexuels-christophe-girard-denonce-des-allegations-sans-fondements_6049127_3224.html

 

Citation

Visé par une enquête préliminaire pour viol, Christophe Girard se met « en retrait » du Conseil de Paris

L’élu est accusé par un homme de l’avoir agressé sexuellement une vingtaine de fois. Il a démissionné de son poste d’adjoint à la culture, le 23 juillet, pour mettre fin à la polémique sur ses liens avec l’écrivain Gabriel Matzneff.

Le Monde avec AFP Publié le 18 août 2020 à 12h25, mis à jour hier à 06h02

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/08/18/le-parquet-de-paris-ouvre-une-enquete-preliminaire-pour-viol-contre-christophe-girard_6049230_3224.html

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...