Aller au contenu
nonau

En France en 2018, une quarantaine de bénévoles convoqués pour « délit de solidarité! »

Messages recommandés

nonau

Je croyais que la "solidarité" était une valeur noble enseignée dans nos écoles et faisant partie des valeurs de la République...

On se croirait revenu en des temps très sombres... Il faut toujours trouvé un "bouc émissaire" quand le business va mal...

https://www.bastamag.net/Col-de-l-Echelle-une-quarantaine-de-benevoles-convoques-pour-delit-de

"Quand ce ne sont pas les journalistes qui sont visés, les bénévoles locaux, engagés notamment dans les maraudes de soutien, sont les autres victimes de ces contrôles : une quarantaine de personnes aurait ainsi déjà été convoquée au titre de l’article L. 622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, qui sanctionne l’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d’un étranger en France – ce que l’on appelle plus communément le « délit de solidarité ». « Les bénévoles qui aident ne sont pas des délinquants, ce sont des héros » défend Eric Piolle. Une situation qui ne fait que confirmer le tour de vis anti-migratoire des politiques françaises en la matière, condamnées ce week-end pour « complicité de crime contre l’humanité » par le Tribunal permanent des peuples. "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mirobolande

Je me demande si ça tiendrait devant la cour européenne des droits de l'homme, cette accusation. Je vois quelqu'un qui a soif, je lui donne à boire, je vois quelqu'un qui a faim, je lui donne à manger et je ne demande pas ses papiers d'abord. 

Ou alors, soyons moins hypocrites, si on n'en veut pas, pendons-les haut et court, ouvrons un camp de concentration et qu'on n'en parle plus. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
il y a 14 minutes, Mirobolande a dit :

Je me demande si ça tiendrait devant la cour européenne des droits de l'homme, cette accusation. Je vois quelqu'un qui a soif, je lui donne à boire, je vois quelqu'un qui a faim, je lui donne à manger et je ne demande pas ses papiers d'abord. 

Ou alors, soyons moins hypocrites, si on n'en veut pas, pendons-les haut et court, ouvrons un camp de concentration et qu'on n'en parle plus. 

 

S'ils le pouvaient...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×