Jump to content

Parcoursup: Il autorise les universités à définir des « attendus » qui serviront de critères pour examiner les dossiers des bacheliers (Options, séjours à l'étranger et engagement associatif...)...


nonau
 Share

Recommended Posts

" On a ainsi montré que la majorité des candidats ne peuvent pas réellement se distinguer les uns des autres uniquement par leur dossier Parcoursup. En réalité, les marges d’erreur des notes ne peuvent pas être inférieures à l’écart entre les moyennes des candidats, dont la majorité est de l’ordre du millième de points. De plus, les outils d’aide à la décision, très faciles à utiliser mais difficile à maîtriser, peuvent réellement bouleverser le classement de façon imprévisible. Enfin, les règles d’examen des 13000 formations de Parcoursup étant différentes et non divulguées, un même candidat pourra en réalité être classé de façon totalement différente selon où il postule, et sans aucun moyen de le prévoir. En conséquence, pour la majorité des candidats, la décision d’admission s’apparente en réalité plus à un forme de tirage au sort qu’à une sélection juste et éclairée", écrit Julien Gossa sur son blog après une analyse pointue du processus de sélection dans Parcoursup. Pour lui bien loin de remplacer le tirage au sort, Parcoursup donne la première place au hasard dans les décisions des recruteurs.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/05/03052018Article636609283536761474.aspx

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, nonau a dit :

" En conséquence, pour la majorité des candidats, la décision d’admission s’apparente en réalité plus à un forme de tirage au sort qu’à une sélection juste et éclairée",

Mouais. En fait, le gars enfonce une porte ouverte : dans le ventre mou de la distribution, les candidats moyens ont des résultats moyens et il est parfois difficile de les différencier par des critères objectifs. Certes. N'importe quel enseignant sait ça. Et oui : comme dans la plupart des formations, la barre tombe quelque part dans ce ventre mou, il y a une part d'aléatoire pour déterminer lesquels de ces candidats du bas du panier seront reçus et lesquels éliminés. C'est un constat qu'on peut faire pour à peu près n'importe quelle barre arbitraire, dans n'importe quel contexte : au voisinage de la barre, une toute petite différence initiale peut tout changer dans le résultat.

Mais justement : ça n'a pas grand sens de ne considérer que ces candidats moyens. L'étude ne conteste pas que les "bons" sont admis d'office, et les "médiocres" recalés: rien d'aléatoire là-dedans. Ce qui est quand même un changement total par rapport à la situation précédente, où un vrai tirage au sort, impliquant tous les candidats, pouvait laisser sur le carreau les meilleurs candidats au profit des pires.

J'avoue être un peu las de la mauvaise foi de ce débat. Oui, il y a une part irréductible d'arbitraire, et sans doute de hasard, dans toute forme d'évaluation. Oui, il faut travailler à la réduire encore. Mais non, une faible part irréductible de hasard "ne s'apparente pas, en réalité, à un tirage au sort".

Je citais récemment Churchill, dans un autre fil : « il y a trois sortes de mensonges : les purs mensonges, les foutus mensonges, et les statistiques". On est en plein dedans : comme les courbes qu'affichait Jeanounette, cette analyse statistique est à la fois probablement correcte et fondamentalement mensongère, délibérément conçue pour embrouiller les idées de ceux qui n'ont pas la moindre idée de ce qu'est une variance (*).

 

(*) i.e. la grandeur mathématique qui mesure la dispersion d'un échantillon statistique. Si l'on veut faire en sorte qu'une opération de tri perde tout sens statistique, pour pouvoir la contester à loisir, il suffit de considérer un échantillon de faible variance — comme, au hasard, le ventre mou de la distribution des candidats...

Link to comment
Share on other sites

https://blogs.mediapart.fr/pierre-jourlin/blog/090518/qu-en-est-il-des-trajectoires-sinueuses

 

Citation

Les détours, les trajectoires non-linéaires, les périodes d’exploration, voilà ce qui fait la différence entre les 28% de réussite soulignés par les tenants de la loi ORE et les 80% de réussite observés à plus long termes. Se focaliser sur les 28% revient à ne valoriser que les trajectoires directes qui seules correspondraient aux « objectifs fixés » et revient à amalgamer dans la catégorie « échec » des trajectoires individuelles très différentes. Faire la première année de Licence en 2 ans car on est contraint de travailler 15h par semaine pour payer un loyer exorbitant, est-ce vraiment un échec? Décider de se réorienter après avoir découvert en option qu’une discipline inconnue au lycée s’avère en fait passionnante, est-ce un échec? Terminer sa licence après 1 ou 2 années d’interruption pour travailler, voyager, s’engager dans une association, construire son projet professionnel, est-ce un échec? Entamer une formation de psychomotricien ou d’orthophoniste après une première année de PACES ou de psychologie, est-ce un échec? Finalement, posons-nous la question, combien d’enseignants chercheurs, potentiellement vice-présidents d’universités d’excellence, ont eu eux-mêmes une trajectoire linéaire ? Osons une estimation au doigt mouillé, probablement pas loin de 28%...

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Citation

"Tu vas payer pour les étudiants" : un enseignant de l'EHESS affirme avoir été tabassé par des policiers

"Tu ne pourras jamais te relever", "tu vas payer pour les étudiants". Ce sont les mots qu'auraient assénés cinq policiers à Nicolas Jaoul, enseignant-chercheur au CNRS, devant les portes de l'EHESS. Alors que ce dernier, venu voir ce qu'il se passait dans le cadre du blocage de l'école, sortait du bâtiment pour rentrer chez lui, il affirme avoir été tabassé par cinq policiers. L'enseignant a déposé plainte ce mercredi 16 mai à l'IGPN, et dénonce le comportement des policiers, d'une rare brutalité, selon ses dires. [...]

https://www.marianne.net/societe/tu-vas-payer-pour-les-etudiants-un-enseignant-de-l-ehess-affirme-avoir-ete-tabasse-par-des

 

Link to comment
Share on other sites

#ParcourSup  Choisir d'en rire ou d'en pleurer..Autour de moi peu en rit :(

C'est hallucinant, absurde.

Et pour beaucoup il faut passer le bac en étant refusé partout, avec une procédure à suivre aussi improbable.

 

Link to comment
Share on other sites

En plus si j'ai bien tout compris, les voeux des lycéens ne sont pas hiérarchisés, impossible pour eux de faire apparaître ce qu'ils désirent le plus étudier . Aberrant !

Je comprends que ça pleure.

Peut-être qu'ils vont enfin comprendre pourquoi il y a un mouvement dans les facs et se mobiliser à leur tour ... Mais comme c'est le temps des révisions qui approche ...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Crac a dit :

Les lycéens n'ont effectivement pas pu faire apparaître un ordre de voeux et les universités et autres classes prépa ou école ont dû examiner des voeux sans savoir s'ils viendraient s'ils étaient acceptés. Un nombre incalculable de dossiers avec une foultitude d'informations à analyser sans critères déterminés nationalement. Parcours Sup : ou la grande loterie. Inadmissible.

C'est donc bien ce que j'avais compris.

Dingue ! Ainsi ils peuvent se retrouver dans un de leurs voeux par défaut, refuser et attendre une autre proposition, ça va durer des plombes ce truc. On n'a pas fini de voir se remplir les écoles privées avec les plus favorisés. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, jeanounette a dit :

En plus si j'ai bien tout compris, les voeux des lycéens ne sont pas hiérarchisés, impossible pour eux de faire apparaître ce qu'ils désirent le plus étudier .

Non. S'ils sont assez bons pour être acceptés dans plusieurs filières, ils auront l'embarras du choix, et il leur suffira d'accepter la proposition qui les intéresse le plus. Par ailleurs, le dossier comporte des explications de motivation, qui leur permet de faire apparaître leurs préférences.

En d'autres termes : hiérarchisation il y a bien, mais a posteriori, et seulement sur les places qu'on leur propose. L'avantage est double : d'une part, on ne perd pas de temps à classer des demandes qui, de toutes façon, auraient été refusées ; et d'autre part, même si l'on essaye à tout hasard des demandes très ambitieuses, on évite de vexer les recruteurs de la filière sur laquelle on a le plus de chance en leur expliquant qu'ils ne sont qu'un troisième choix...

Il y a 3 heures, Crac a dit :

Oui. Donc ceux qui ont élargi - par précaution, pour ne pas se retrouver sans rien - se retrouvent pénalisés par rapport à ceux qui ne l'ont pas fait. Ainsi telle excellente élève qui aurait, sans ParcourSup, été acceptée dans telle prépa peu sélective à côté de chez elle, se retrouve sur liste d'attente et acceptée dans des prépas extrêmement loin de chez elle. Une lycéenne qui voulait intégrer une fac de droit mais a aussi demandé une fac de géo "au cas où", se voit refuser une place en droit alors qu'une élève avec un niveau moins bon mais n'a demandé que des facs de droit se trouve sur liste d'attente.

 Non. Les réponses sont indépendantes. La première n'a qu'à attendre la réponse de la prépa près de chez elle avant d'accepter ou de refuser la plus lointaine ; si la seconde se voit refuser une place en droit, ce n'est pas parce qu'elle a aussi demandé géo (les demandes n'étant pas hiérarchisées a priori, cf. supra), mais parce qu'elle ne répondait pas aux critères de la fac de droit. Au contraire de ceux qui sont sur acceptés ou sur liste d'attente, et qui ne sont probablement  "d'un niveau moins bon" que dans la tête des refusés...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, isabelle478 a dit :

Au lendemain des premières propositions aux élèves inscrits sur la plateforme d'accès aux études supérieures Parcoursup, Hervé-Jean Le Niger, le vice-président de la FCPE estime mercredi 23 mai sur franceinfo que c'est "un constat d'échec".

Oh ? Un processus itératif qui n'est pas achevé au lendemain de sa première itération ? Quelle horreur, quel échec !

On devrait peut-être plutôt s'interroger sur l'incapacité des futurs étudiants — et de pas mal de parents et de représentants, apparemment —, d'une part,  à réfléchir deux minutes pour comprendre un processus qui peut être important pour leur avenir, et d'autre part à faire preuve d'un minimum de patience. Ce n'est plus seulement "on veut tout, pour tout le monde", mais "on veut tout, pour tout le monde, et tout de suite !"

Link to comment
Share on other sites

1) Le problème c'est le nombre de places en université quand tout le monde a fait semblant de ne pas voir l'augmentation du nombre d'étudiants, surtout cette année à cause du pic de naissance de l'an 2000.

2) Le taux d'échec n'est pas plus important en fac que dans les filières sélectives mais ça on se garde bien de nous le dire. Il faut à tout prix que les parents et les lycéens en colère  remplissent les écoles privées .

3) De nombreux témoignages de bons élèves n'ayant rien obtenu montrent que non seulement il y a une sélection mais qu'en plus elle ne se fait même pas sur le niveau !  Donc le réveil est difficile surtout pour la catégorie qui croyait obtenir facilement une place où ils veulent et qui défendait sûrement la sélection . Ah ah les pauvres ! La sélection c'est bien, sauf quand on n'est pas sélectionné ! Là tout de suite c'est moins cool .

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, jeanounette a dit :

1) Le problème c'est le nombre de places en université quand tout le monde a fait semblant de ne pas voir l'augmentation du nombre d'étudiants, surtout cette année à cause du pic de naissance de l'an 2000.

  Mouais. "Surtout à cause" de la plongée du niveau du bac, je dirais. On voit arriver en fac des gamins qui, de mon temps (je sais, je suis un (de plus en plus) vieux con...) n'auraient pas été admis en sixième. Le bac ne jouant plus son rôle de filtre, même minimal, les facs sont saturées de gens qui n'y ont pas leur place , et qu'elles ne sont pas organisées pour gérer.

 

Il y a 1 heure, jeanounette a dit :

3) De nombreux témoignages de bons élèves n'ayant rien obtenu montrent que non seulement il y a une sélection mais qu'en plus elle ne se fait même pas sur le niveau !  Donc le réveil est difficile surtout pour la catégorie qui croyait obtenir facilement une place où ils veulent et qui défendait sûrement la sélection . Ah ah les pauvres ! La sélection c'est bien, sauf quand on n'est pas sélectionné ! Là tout de suite c'est moins cool

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Les étudiants réclament à cor et à cris, depuis quelques années, la suppression de toute forme de sélection sur le niveau — il suffit de voir les slogans du mouvement actuel. Eh bien, ils sont en partie servis !

Dans l'université que je connais le mieux, il y a eu un service complet d'enseignement par campus (soit 5 en tout, c'est toujours ça de moins pour la véritable formation des étudiants !) affecté à ce processus délirant d'examen de tonnes de dossiers, la plupart inadaptés. Et pour les formations qui n'ont pas assumé de paramétrer le logiciel de façon rigoureuse avec des critères clairs et vraiment sélectifs, ça s'avère encore très insuffisant.

D'autre part, vue l'inflation des notes excellentes (et des mentions TB, voire des "moyennes" supérieures à 20 au bac, mais celles-là ne sont évidemment pas prises en compte lors de ce premier tour), il devient extrêmement difficile d'avoir une évaluation raisonnable de son propre niveau et "croire obtenir facilement une place" peut en effet amener des désillusions cruelles. A force de ne pas assumer ses responsabilités, le système scolaire trahit les élèves. Et je ne suis pas sûr qu'obliger l'Université à suivre la même dérive effrénée soit la meilleure réponse au problème !

 

il y a 42 minutes, Crac a dit :

Il est inadmissible que les élèves, les parents et les professeurs ne soient pas informés des critères : comment préparer un projet d'orientation sans savoir "à quelle sauce on va être mangé" ?

De mémoire, il y a une quarantaine de mentions de licences, la plupart subdivisées en parcours. Multiplié par le nombre d'universités, ça donne quoi ? 8 ou 10 000  choix de critères différents ? Crois-tu vraiment qu'un énorme guide pratique avec cinq cents pages de jeux de critères et d'algorithmes abscons ajouterait de la clarté ?

A un moment, il faut aussi faire savoir faire confiance aux collègues, plutôt que de leur pourrir la vie par principe quand ils essayent désespérément de faire tourner leur formation sous pression et dans un contexte difficile. Quelle est ta réaction, toi, quand élèves ou parents qui savent forcément mieux que toi s'indignent de tes appréciations et exigent que tu leur expliques en détail tes critères d'évaluation, forcément objectifs et sans la moindre dimension arbitraire, évidemment ?

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Pour informer sur les critères et s'assurer une sélection il y a les officines de coaching privées. Elles ont eu le vent en poupe cette année, comme par hasard.

Business is business ...

D'ailleurs le taux de lycéens ayant reçu le plus de refus on le trouve comme par hasard dans les quartiers défavorisés !

Link to comment
Share on other sites

Et se souvenir des belles choses :

https://www.lemonde.fr/campus/article/2017/07/13/un-plan-severe-d-economies-de-331-millions-d-euros-pour-l-enseignement-superieur-et-la-recherche_5160310_4401467.html

On voudrait mettre l'université publique en faillite technique pour pouvoir légitimer les financements privés et la hausse des tarifs d'entrée, qu'on ne s'y prendrait pas autrement !

Link to comment
Share on other sites

Quelle honte. Entre la loi LRU  de 2008 de Pécresse combinée à la suppression d'un grand nombre de fonctionnaires voilà où nous en sommes maintenant! Quel stress pour les candidats et les parents. C'est pas comme si on jouait son avenir avec un logiciel...

Mais vous savez, la prochaine étape sera celle de l'augmentation exponentielle des frais d'inscription et là chacun s'inscrira dans la filière de son choix grâce à son compte en banque...

Tout ce qui fonctionnait bien en France est mis à genoux depuis plus d'une décennie par une bande de voyous.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, nonau a dit :

Tout ce qui fonctionnait bien en France est mis à genoux depuis plus d'une décennie par une bande de voyous.

Comme le bac, que le monde entier nous a longtemps envié, et qui permettait un accès automatique à l'université, dans la filière de son choix ?

Ah non, ça, ça fait déjà une trentaine d'années qu'on a entrepris de le vider de sa substance...

Link to comment
Share on other sites

Citation

Après avoir passés 48 heures en garde à vue, 33 mineurs ont finalement été entendus ce matin devant le tribunal de grande instance de Paris par des juges pour enfants ou des substituts du procureur. Selon Corinne Audouin, journaliste pour France Inter, le magistrat pourrait décider de poursuivre les élèves pour « intrusion dans un établissement scolaire ».

Ils venaient pour une AG ...

https://www.orientation-education.com/article/manifestation-contre-parcoursup-des-lyceens-places-en-garde-a-vue

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, jeanounette a dit :

Faible avec les forts et fort avec les faibles, voilà la devise de ce président. Il vient ensuite faire la vierge effarouchée quand quelques citoyens utilisent la violence pour faire entendre leur colère...Mais ce n'est rien par rapport à cette violence institutionnelle et programmatique.

Link to comment
Share on other sites

http://www.liberation.fr/france/2018/05/24/lycee-arago-on-a-voulu-faire-de-nous-un-exemple_1654001

Citation

«On a été encerclés comme du bétail dans la cour. Les CRS nous ont dit que si on les suivait, il n’y aurait pas de suite. Ils nous ont fouillés et palpés avant de nous faire monter dans des bus.» Débutent alors plusieurs heures difficiles : «On était parqués dans ce bus, sans pouvoir aller aux toilettes, boire ou manger. Certains n’en pouvaient plus et ont uriné à l’intérieur.» Jade (1), 16 ans, en seconde dans un lycéen parisien, a été mise en examen pour les mêmes motifs. Elle ajoute : «On y est restés près de cinq heures. On était plus de 60, tous les uns sur les autres. On avait à peine assez d’air pour respirer. Je ne savais même pas que j’étais en garde à vue, on nous avait dit qu’on nous laisserait sortir si on obéissait. A ce moment-là, je pouvais encore entrer en contact avec mes proches, ce qui me rassurait. Mais dès 3 heures du matin, je n’ai fait qu’être déplacée de cellule en cellule jusqu’à passer devant le tribunal. Je n’avais qu’une hâte, sortir. J’étais seule, sans rien pour m’occuper, à part dormir… C’est vraiment aberrant, ce qui s’est passé. On n’a fait que me répéter de ne plus faire de manifestations, ce n’est pas pour autant que je vais arrêter.» Son père, Thomas (1) : «On va saisir le Défenseur des droits et j’appelle personnellement à la démission de Jean-Michel Blanquer et de Gérard Collomb. Cette mise en examen, c’est une mesure politique. Le juge, gêné, nous a affirmé qu’elle était requise par le procureur.» Anna ne compte pas en rester là : «On a voulu faire de nous un exemple pour stopper la mobilisation des jeunes, mais je vais continuer à me mobiliser, même davantage. J’ai été choquée par le dispositif déployé, l’agressivité des forces de l’ordre et les conditions de détention.»

Citation

La prof d’histoire-géo à Voltaire Marianne Cabaret-Rossi se mobilise : «Dans mon établissement, deux tiers des élèves sont en attente sur Parcoursup. Le blocus est un moyen qu’ils ont trouvé pour montrer leur inquiétude. On veut les empêcher de s’exprimer, on pense que la répression va marcher, mais il y aura un retour de bâton.» A noter que selon ses confrères d’Arago, contrairement à ce qui a été notifié par la proviseure dans un mail aux parents, aucun dégât important n’a été constaté. Seule une fenêtre aurait été brisée.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, jeanounette a dit :

Jade (1), 16 ans, en seconde dans un lycéen parisien, a été mise en examen pour les mêmes motifs.  (...) je n’ai fait qu’être déplacée de cellule en cellule jusqu’à passer devant le tribunal.

Il y aurait comme une contradiction. Si elle est passée devant un tribunal, de trois choses l'une : soit elle a été relaxée, soit elle a été condamnée, soit le jugement a été mis en délibéré ou renvoyé (mais c'est très rare en comparution immédiate). Mais elle n'est pas, et n'a sans doute jamais été, "mise en examen".

Link to comment
Share on other sites

Argon: 

 Tout va bien, Parcours soupe c'est super, les jeunes n'y comprennent rien, ils n'ont qu'à rester sagement à la maison car l'avenir est tout rose !

😁

Link to comment
Share on other sites

il y a 40 minutes, jeanounette a dit :

 Tout va bien, Parcours soupe c'est super, les jeunes n'y comprennent rien, ils n'ont qu'à rester sagement à la maison car l'avenir est tout rose !

L'avenir n'est certainement pas rose (et il s'assombrit rapidement...), celui des jeunes encore moins, et parcoursSup est loin d'être parfait ; mais ce n'est pas en critiquant par principe les choses qu'on essaye de mettre en place pour eux qu'on améliorera leur situation.

L'an dernier, on avait eu droit aux tirages au sort. Ils ont disparu cette année. Prends-le par le bout que tu veux : c'est un incontestable progrès.

L'an dernier, les représentants étudiants pleurnichaient à juste titre qu'on leur demandait bien trop tôt, en début de Terminale, un classement déterminant pour l'année suivante. Ce n'est plus le cas et ils peuvent ne faire leur choix définitif qu'après les résultats du bac. Et oui, de fait : comme on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, ça se traduit par une gestion plus lourde et des réponses plus tardives pour les moins bons  (... mais de mon temps, on n'avait même pas le droit de postuler en fac sans un relevé de notes en bonne et due forme — et ceux qui passaient au rattrapage prenaient les places qui restaient !) (mais on a un peu renormalisé : ces derniers, aujourd'hui, auraient une mention)

 

Par ailleurs, ParcoursSup est un logiciel complexe, et il faut une paire d'heures à quelqu'un de pas trop crétin (on parle d'universitaires, responsables de parcours...) pour le paramétrer correctement pour une formation donnée. A partir de là, il y a ceux qui, après avoir réfléchi collectivement aux critères de sélection adaptés à la formation qu'ils dirigent, prennent le temps de lire la doc et se retroussent les manches — et pour lesquels tout se passe bien. Et puis il y a ceux qui préfèrent hurler à la mort que de faire le boulot, soit qu'ils ne sachent pas lire, soit qu'ils se nourissent du bordel qu'ils alimentent délibérément et qui, surprise, se retrouvent avec des raisons objectives de constater que ça dysfonctionne, sur le mode "je vous l'avais bien dit !"

 

Cela dit, si tu as connaissance de solutions plus efficaces, ou même des propositions raisonnablement réalistes, je serais curieux de les entendre !

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Ouvrir des places en facs mais ça ça suppose une autre politique que celle menée en direction des très riches .

Le système informatique de Parcoursup est remis en cause par des informaticiens aussi, il est loin de trier de façon juste .

Les facs trient leurs élèves différemment selon les établissements.

La fac doit rester ouverte à tous les bacheliers qui veulent y accéder et dans la filière de leur choix, comme cela se pratiquait avant. 

Je l'ai déjà dit : les filières sélectives existent déjà et leur taux d'échec est identique à celui des universités mais ça on se garde bien de nous le dire trop fort car il faut bien justifier la sélection à l'entrée des universités.

 

Link to comment
Share on other sites

je n'arrive pas à comprendre et à accepter que la fac ne soit plus "ouverte" à tous les bacheliers ...

quand j'ai passé mon bac je l'ai fait dans le plus mauvais lycée de mon département, on était 40 en classe et seulement 4 ou 5 à l'obtenir , moi je l'ai eu au rattrapage avec 10.00 et un dossier pas tip top ... à l'époque j'ai pu aller en fac de bio , y faire un deug, licence etc....
Aujourd'hui avec les mêmes notes , les mêmes conditions, je serais refusée de partout et devrait aller vers des filières techniques ou d'apprentissages moi qui ne sait pas faire grand chose de mes doigts ....

Bref, les politiques ne peuvent pas dire qu'ils ne pouvaient pas anticiper le babyboom de 2000 et créer les places nécessaires .... ils n'ont pas voulu le prendre en compte car ça faisait partie de leur système ... et aujourd'hui ce sont nos jeunes qui le paient!!

Non ce n'est pas juste , chaque enfant (car oui à 17/18 ans on est encore un enfant) a le droit de choisir ses études, choisir son métier ....

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, leene a dit :

je n'arrive pas à comprendre et à accepter que la fac ne soit plus "ouverte" à tous les bacheliers ...

  D'une part, elle l'est toujours : le Ministère s'est engagé à trouver une place en licence à tous les bacheliers, et une place en master à tous les titulaires d'une licence.

  D'autre part...  si elle ne l'était pas, ce ne serait pas bien difficile à comprendre : il y a des bacheliers qui font deux fautes de grammaire par phrase, sont incapables de gérer la plus simple des équations ou le plus banal des opérateurs logiques. L'erreur, c'était de les laisser accéder au lycée, voire au collège, sans un début de formation vaguement sérieuse. Et le drame, c'est qu'on en retrouve une bonne proportion dans le même état en fin de licence, et donc désormais en master...

Il y a 2 heures, leene a dit :

quand j'ai passé mon bac je l'ai fait dans le plus mauvais lycée de mon département, on était 40 en classe et seulement 4 ou 5 à l'obtenir , moi je l'ai eu au rattrapage avec 10.00 et un dossier pas tip top ... à l'époque j'ai pu aller en fac de bio , y faire un deug, licence etc....  Aujourd'hui avec les mêmes notes , les mêmes conditions, je serais refusée de partout et devrait aller vers des filières techniques ou d'apprentissages moi qui ne sait pas faire grand chose de mes doigts ....

  Aujourd'hui, avec les mêmes compétences et la même quantité de travail, tu aurais ton bac haut la main, avec une grosse mention, et tu ne comprendrais pas pourquoi on te demande de te mettre sérieusement au boulot, pour avoir une chance d'aller plus loin...

Pour te situer, il y a quarante ans, dans une classe de prépa d'un très grand lycée parisien, on avait deux ou trois mentions Très Bien. Aujourd'hui, dans mon seul entourage proche, je compte 4 neveux et nièces d'âge universitaire qui ont tous eu leur bac avec cette même mention TB, et sans trop se fouler. De deux choses l'une donc : le niveau intellectuel de l'humanité a explosé en quatre décennies, ou les mots ont perdu leur sens....

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Argon a dit :

  Aujourd'hui, avec les mêmes compétences et la même quantité de travail, tu aurais ton bac haut la main, avec une grosse mention, et tu ne comprendrait pas pourquoi on te demande de te mettre sérieusement au boulot, pour avoir une chance d'aller plus loin...

j'ai bossé comme une dingue au lycée car je n'étais pas bonne en maths et nulle en physique/chimie , personne ne voulait que je fasse S mais moi je voulais faire une fac de bio (où je cartonnais) et je suis allée en S quand même.
J'ai bossé toute l'année en physique/chimie, j'ai réussi à avoir 12 au bac, par contre les maths j'avais des notes correctes toute l'année car le prof était toujours absent et quand il était là c'était toujours le même exercice type qu'on faisait.... la moitié du programme n'avait pas été abordée et c'est là où j'ai eu un pauvre 4 aux écrits, 5 aux oraux car pareil tombée sur un sujet pas étudié en classe
Bref je n'aurais jamais pu bosser plus que ce que j'ai fait ... donc ta remarque est inappropriée en plus d'être jugeante alors qu'on ne se connait pas

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, jeanounette a dit :

Ouvrir des places en facs

  Ouvrir des places en fac ? Pour qui ? Ceux qui sont d'un niveau encore plus faible que les étudiants qui n'arrivent déjà pas à suivre dans des L1 pourtant édulcorés à l'extrême ? Et pour faire quoi ? Leur apprendre la règle de trois ?

Il y a 3 heures, jeanounette a dit :

Le système informatique de Parcoursup est remis en cause par des informaticiens aussi, il est loin de trier de façon juste .

Parcoursup est entièrement paramétrable. Si injustice il y a, elle est dans les paramètres qu'on y entre — ou, justement, que trop d'universitaires refusent d'y entrer pour ne pas salir leurs blanches main avec quelque chose d'aussi vulgaire que des critères de sélection, quitte à laisser des paramètres par défaut faire des tris, pour le coup, parfaitement injustes.

Par ailleurs, je viens d'entendre sur France Info que le ministère se réservait un deuxième étage de tri, et la possibilité de trafiquer les classements sur des critères sociaux — dont la "justice" est toujours problématique — voire de genre — ce qui est purement et simplement de la discrimination illégale.

Il y a 3 heures, jeanounette a dit :

Les facs trient leurs élèves différemment selon les établissements.

 Ben oui. C'est toute l'idée du système, d'adapter les critères aux formations, et de laisser les gens compétents les déterminer localement !

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, leene a dit :

je n'arrive pas à comprendre et à accepter que la fac ne soit plus "ouverte" à tous les bacheliers ...

quand j'ai passé mon bac je l'ai fait dans le plus mauvais lycée de mon département, on était 40 en classe et seulement 4 ou 5 à l'obtenir , moi je l'ai eu au rattrapage avec 10.00 et un dossier pas tip top ... à l'époque j'ai pu aller en fac de bio , y faire un deug, licence etc....
Aujourd'hui avec les mêmes notes , les mêmes conditions, je serais refusée de partout et devrait aller vers des filières techniques ou d'apprentissages moi qui ne sait pas faire grand chose de mes doigts ....

 

Aujourd'hui, tu aurais ton bac haut la main. Aujourd'hui, un élève qui réussit son bac au rattrapage avec 10 ne peut plus faire aucune étude supérieure. Même s'il est accepté en fac, il n'ira pas plus loin que la 1e année. J'en suis convaincue. Et il ne sera accepté dans aucun BTS ou DUT. Éventuellement dans le privé.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...