Jump to content

Evacuation de la fac de Montpellier


dameoiselle
 Share

Recommended Posts

http://www.liberation.fr/france/2018/03/23/evacuation-violente-de-la-fac-de-montpellier-le-doyen-et-des-profs-accuses_1638382

 

Citation

Des professeurs reconnus

Octave, de Solidaires, explique aussi à Libération : «Des étudiants en droit ont reconnu [parmi les individus violents] des professeurs de la faculté. Un professeur en droit civil et un professeur d’histoire du droit.»

Le témoin anonyme cité plus haut corrobore : «Il y avait plusieurs professeurs avec les personnes cagoulées. Ils portaient des cagoules, mais on les a reconnus parce qu’ils étaient habillés de la même manière que la journée.» Libération a essayé d’entrer en contact avec ces professeurs, qui n’ont pas donné suite.

http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/03/23/montpellier-des-etudiants-violemment-expulses-de-la-fac-de-droit-par-des-individus-cagoules_5275544_4401467.html

Il est à croire que depuis mes études à la Sorbonne et quelques mouvements étudiants à l'époque, la posture de certains professeurs de droit semble rester la même...Par ailleurs, la posture du doyen interpelle pour le moins.

Citation

Le doyen de la faculté mis en cause par les étudiants

Selon plusieurs témoignages, les grilles de la faculté ont été refermées dès l’expulsion des manifestants, mais les gardiens comme les agresseurs sont restés ensemble à l’intérieur de l’établissement. Des étudiants présents accusent le doyen de la faculté de droit de Montpellier, Philippe Pétel, d’avoir laissé faire cette évacuation musclée.

Interrogé par France 3, l’universitaire assure qu’il n’a fait « entrer personne » et évoque « une cinquantaine d’étudiants qui étaient là et qui ont voulu se défendre », avant d’ajouter que les étudiants en droit présent étaient « tous contre l’occupation ». Quant à la tenue des « défenseurs », « si certains étaient cagoulés, je n’en sais rien. Des cagoulés, j’en ai vu de temps en temps, mais ils étaient dans le clan des occupants. Je suis assez fier de mes étudiants. Je les approuve totalement », a ainsi déclaré le doyen. Plusieurs jeunes ont été blessés et hospitalisés.

 

Link to comment
Share on other sites

Je venais justement poster l'info.

Gravissime ...

Pour ma part je pense qu'à l'heure où tout est possiblement filmé, si ces gens se permettent de faire ça, c'est qu'ils se sentent pousser des ailes dans un climat de montée du fascisme en Europe.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Crac a dit :

De l'article de Libération, je retiens un nom : Philippe Pétel, le doyen, qui dit "Les gens de la fac de droit défendaient leur fac" ... à coup de matraque ? contre quel danger ? une assemblée générale un jour de grève ? une occupation pacifique et symbolique d'un amphithéâtre cinquante ans jour pour jour après le début de 68 ? Il ne semble pas qu'il soit nécessaire d'aller regarder en Europe : un lieu, un nom ... j'ose espérer que l'enquête permettra de déterminer les responsabilités.

Ce doyen  a une drôle de conception du "droit"... Enseigne t-il à ses étudiants la grande vertu de "faire le droit soi-même"...?

Il met de l'huile sur le feu, il risque d'y avoir des représailles...

Link to comment
Share on other sites

Dans le même esprit :

http://lahorde.samizdat.net/2018/03/23/paris-attaque-fasciste-contre-le-lycee-autogere/

Citation

Ce vendredi 16 mars, vers 17 heures, le lycée autogéré de Paris a été attaqué par une dizaine d’individus se réclamant du GUD (Groupe Union Défense). Ces individus, dont certains étaient armés de barres de fer, sont rentrés dans le jardin de l’établissement ; ils ont alors effectué des saluts nazis, proféré des insultes (homophobes et autres) à l’encontre des élèves et des professeurs, jeté des projectiles cassant une fenêtre et agressé deux élèves qui seront légèrement blessées. L’établissement a porté plainte et l’institution judiciaire est saisie.

 

Link to comment
Share on other sites

Ça ne rigole pas sur les vidéos...

 

Link to comment
Share on other sites

On a connu des choses similaires pendant le CPE si je me souviens bien.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, André Jorge a dit :

Ça ne rigole pas sur les vidéos...

 

Nous avons donc Emmanuel Le Pen au pouvoir! Aujourd'hui j'ai honte d'avoir de telles personnes qui gouvernent notre pays et nos universités! Car cela n'arrive pas qu'à Montpellier. La semaine dernière, de la prison ferme pour un pisteur qui vient en aide à une migrante enceinte...Mais vers quel système va t-on??!!!

Link to comment
Share on other sites

Quel rapport entre un pisteur qui aide une migrante et des étudiants qui se font éjecter avec violence d'un amphi qu'ils occupaient ?

il y a une heure, nonau a dit :

cela n'arrive pas qu'à Montpellier

Quelles sont les autres universités où cela arrive également ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, André Jorge a dit :

Quel rapport entre un pisteur qui aide une migrante et des étudiants qui se font éjecter avec violence d'un amphi qu'ils occupaient ?

Quelles sont les autres universités où cela arrive également ?

Le lien entre des chemises brunes encagoulées qui virent  violemment des jeunes étudiants d'un amphi et l'aide humanitaire (sanctionnée par de la prison) à une jeune femme africaine dans les alpes françaises...? Tu ne vois pas le lien..?

Quant aux autres universités:

https://rue89bordeaux.com/2018/03/montee-de-tension-apres-descente-de-police-a-luniversite-de-bordeaux/

http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8203

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, André Jorge a dit :

Quel rapport entre un pisteur qui aide une migrante et des étudiants qui se font éjecter avec violence d'un amphi qu'ils occupaient ?

Quelles sont les autres universités où cela arrive également ?

Le lien c'est clairement la montée des idées  et des méthodes fascistes .

 

 

 

image.png

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, jeanounette a dit :

Le doyen a démissionné .

La question c'est: sera-t-il poursuivi? Y-aura-t-il enquête pour retrouver cette dizaine d'individus?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, nonau a dit :

Ça n'a strictement rien à voir. D'un côté on a un doyen qui fait entrer des gens cagoulés pour faire virer à coups de batons les étudiants et de l'autre on a des étudiants qui se font évacuer par les forces de l'ordre. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, André Jorge a dit :

Ça n'a strictement rien à voir. D'un côté on a un doyen qui fait entrer des gens cagoulés pour faire virer à coups de batons les étudiants et de l'autre on a des étudiants qui se font évacuer par les forces de l'ordre. 

Alors tout va bien...Je ne vais pas te contrarier.

 

Link to comment
Share on other sites

Violences à la faculté de droit de Montpellier : l’ex-doyen et un professeur placés en garde à vue
Deux enquêtes sont en cours après l’évacuation violente d’étudiants grévistes de la faculté de droit dans la nuit du 22 mars.

LE MONDE | 28.03.2018 à 16h08 • Mis à jour le 28.03.2018 à 18h29 |Par Camille Stromboni

 

Près d’une semaine après l’évacuation violente d’étudiants grévistes de la faculté de droit de Montpellier, dans la nuit du jeudi 22 mars, deux personnes ont été placées en garde à vue, en début d’après-midi mercredi 28 mars. Il s’agit de l’ancien doyen de la faculté, Philippe Pétel, et d’un professeur d’histoiredu droit, Jean-Luc Coronel de Boissezon, précise au Monde le procureur Christophe Barret.

Ils étaient entendus dans le cadre de l’enquête pour « violences aggravées »,commises par des hommes encagoulés et armés de bâtons qui ont fait irruption dans un amphithéâtre occupé par des étudiants hostiles au projet de réfome de l’université. Outre le président de l’université, huit victimes auraient déposé plainte, d’après la Ligue des droits de l’homme, qui accompagne plusieurs étudiants. Les blessures les plus graves correspondent à une journée d’incapacité totale de travail, précise le procureur.

L’université de Montpellier avait annoncé vendredi soir la démission du doyen de la faculté de droit, Philippe Pétel, accusé par des étudiants – ce qu’il dément – d’avoir été à l’origine de l’expulsion.

Des noms d’enseignants accusés d’avoir participé à ces violences avaient par ailleurs été publiés sur un site antifasciste montpelliérain ou tagués sur des murs de la fac, dont celui de Jean-Luc Coronel de Boissezon. D’après les témoignages recueillis par Le Monde, plusieurs étudiants participant à l’occupation ont expliqué l’avoir vu dévaler les marches de l’amphithéâtre, le visage découvert, et frapper des étudiants sur l’estrade, avec ses poings. Celui-ci a répondu par courriel aux questions de Libération sur son implication :

« Si j’étais bien présent dans l’amphithéâtre de ma faculté, ce soir-là, pour veiller sur nos locaux, nos étudiants et nos collègues présents, je n’étais évidemment pas cagoulé et donc parfaitement identifiable de mon plein gré. »

S’il précisait réserver ses observations aux autorités compétentes, il ne niait pas avoir porté des coups, ajoutant :

« Je n’ai pas l’habitude, lorsque je suis agressé, de rester passif. »

Plaintes pour diffamation

Les noms d’autres enseignants ou chargés de travaux dirigés (TD) circulent, avec des témoignages d’étudiants contradictoires quant à la participation de certains au commando. Un professeur spécialiste du droit de la santé a assuré, dans un courriel à Libération, de sa « ferme condamnation envers toute forme de violence », et explique avoir porté plainte pour diffamation ; ce que le parquet a confirmé au Monde. Le doyen de la faculté de droit aurait lui aussi porté plainte, notamment pour diffamation, précise Le Point, citant « une source proche du dossier »Libération évoque enfin, sans citer leurs noms, deux chargés de TD ainsi que deux de leurs collègues qui ont, selon leur avocat, été entendus par la police sans être mis en examen.

DEUX ENQUÊTES EN COURS ET HUIT PLAINTES DE VICTIMES DÉPOSÉES À CE JOUR

Outre l’enquête judiciaire, une autre, administrative, a débuté lundi : la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a en effet dépêché sur place l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).

Le président de l’université de Montpellier a annoncé, mardi, le maintien de la fermeture de la faculté de droit – décidée vendredi, au lendemain des événements, et ce, jusqu’au matin du mardi 3 avril. La réouverture n’aura lieu qu’une fois « la situation complètement apaisée et lorsque les conditions de sécurité seront remplies pour garantir l’accueil des étudiants et des agents », précise un communiqué

Link to comment
Share on other sites

Au gouvernement ils enragent contre ce doyen, eux qui avaient pris toutes les dispositions pour étouffer la colère étudiante qui monte depuis quelques mois. La censure de l'info a des limites dans un pays démocratique depuis internet.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, nonau a dit :

La censure de l'info a des limites dans un pays démocratique depuis internet.

Tiens ?   Mon impression est qu'Internet est un merveilleux moyen de récupérer de l'info sur les citoyens, et de les saturer d'une information calibrée, prêt-à-penser de consommation rapide, ce qui est probablement la forme de censure douce la plus efficace qu'on ait jamais inventée. La véritable information celle qui permet de réfléchir et qu'on prend le temps de digérer, me semblerait plutôt en net déclin, "depuis internet" !

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Argon a dit :

Tiens ?   Mon impression est qu'Internet est un merveilleux moyen de récupérer de l'info sur les citoyens, et de les saturer d'une information calibrée, prêt-à-penser de consommation rapide, ce qui est probablement la forme de censure douce la plus efficace qu'on ait jamais inventée. La véritable information celle qui permet de réfléchir et qu'on prend le temps de digérer, me semblerait plutôt en net déclin, "depuis internet" !

Je ne parle pas d'une information qui vient du citoyen mais de journalistes!

Nous avons accès à une information variée et plus indépendante: médiapart, basta, le monde diplomatique en ligne, reporterre...Ou à des associations et ONG (acrimed, génération future...).

L'information qui fait réfléchir a quasi disparu de la TV ou de la radio (détenues à 95% par des multi nationales) trop intéressées à vendre de la pub.

Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...).

Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...). Patrick Le LAY (ancien PDG de TF1).

Pour les infos c'est désormais pareil! Les vrais infos ont fait place aux faits divers.

 

Link to comment
Share on other sites

Une semaine après les violences à la faculté de droit de Montpellier, son doyen, Philippe Pétel, et un professeur, Jean-Luc Coronel de Boissezon, qui étaient en garde à vue depuis mercredi, ont été mis en examen, a annoncé en début de soirée le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret, jeudi 29 mars.

Philippe Pétel a été mis en examen pour complicité d’intrusion, et Jean-Luc Coronel pour complicité d’intrusion et violences en récidive, en raison d’une condamnation datant de 2013. Tous les deux ont été placés sous contrôle judiciaire".

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, nonau a dit :

 Mais qu'ils continuent ! La colère monte d'autant plus!

La colère contre qui ? En l'occurrence, il semble bien que ce soit la colère des réacs qui monte dangereusement, tandis que la plus grande partie de la "gauche" (enfin, celle du PS, qui fut presque majoritaire) se résigne à Macron...

Link to comment
Share on other sites

il y a 40 minutes, Argon a dit :

La colère contre qui ? En l'occurrence, il semble bien que ce soit la colère des réacs qui monte dangereusement, tandis que la plus grande partie de la "gauche" (enfin, celle du PS, qui fut presque majoritaire) se résigne à Macron...

Les étudiant (es) tabassés apprécieront, les médecins urgentistes, les salariés des Ephad et les fonctionnaires en général aussi...Etre réactionnaire face à un gouvernement qui détruit tous les garde fous du CNR, est, me semble-t-il, une réaction saine!

 

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...