Aller au contenu
prof désécol

Une enseignante d'école élémentaire frappée par trois élèves pendant la récréation

Messages recommandés

prof désécol
Posté(e) (modifié)
Citation

Toulouse - Colomiers : quand les élèves de primaire frappent leurs enseignants

Il y a eu plusieurs cas d'enseignants agressés ces dernières semaines par des élèves de CM1 ou CM2 dans des écoles élémentaires de l'agglomération toulousaine. Le phénomène reste rare, mais il existe et pose question.

À Colomiers, près de Toulouse, une affiche verte est placardée sur le tableau d'affichage situé devant l'école élémentaire Jules Ferry, dans le quartier du Val d'Aran. Elle est intitulée "Un incident grave s'est produit à l'école Jules Ferry" et relate l'agression le lundi 19 mars dernier d'une enseignante pendant la récréation.

Des élèves de CM1 et CM2

"Elle était en train de reprendre un élève, et deux autres élèves sont venus soit disant pour défendre leur camarade. Ils ont tous les trois frappé la maîtresse. Des coups de poing dans le dos, le torse. C'est inimaginable", relate Florence Ouhamane, qui fait partie de parents d'élèves élus. [...]

 

Et il y a d'autres cas :

Citation

Les moyens d'action sont limités dans la mesure où on ne peut pas exclure un enfant comme ça. Dans certains cas, les enfants peuvent être changés d'école. Il peut y avoir aussi des signalements aux procureurs. Mais ça va rarement jusque-là. Ces problèmes de violence dans les écoles élémentaires sont souvent le fait d'un ou deux enfants qui auraient surtout besoin d'un suivi particulier. 

C'est l'avis de cette enseignante qui a connu elle aussi des agressions de la part d'élèves. Elle souhaite rester anonyme, mais elle explique qu'il y a eu plusieurs cas similaires ces derniers mois dans le quartier Borderouge de Toulouse. Des enseignants là aussi ont reçu des coups de la part d'élèves de primaire. 

La suite ici :

https://www.francebleu.fr/infos/societe/toulouse-colomiers-quand-les-elevent-de-primaire-frappent-leurs-enseignants-1522174596

 

Modifié par prof désécol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pepettebond

:blink:

Mais bien sûr l'IEN peut prendre la décision de changer l'enfant d'école.

C'est un fait extrêmement grave et ce n'est pas aux enseignants de décider c'est à la hiérarchie de protéger les enseignants et tous les enfants de l’école.

Il n'y a pas de sécurité si un enseignant peur être agressé par des élèves sans qu'une sanction maximale soit prise.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
borneo

Il faut surtout que l'enseignant frappé porte plainte. C'est très rarement le cas.

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lyne47
il y a 4 minutes, Pepettebond a dit :

:blink:

Mais bien sûr l'IEN peut prendre la décision de changer l'enfant d'école.

C'est un fait extrêmement grave et ce n'est pas aux enseignants de décider c'est à la hiérarchie de protéger les enseignants et tous les enfants de l’école.

Il n'y a pas de sécurité si un enseignant peur être agressé par des élèves sans qu'une sanction maximale soit prise.

 

 

+1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
il y a 18 minutes, borneo a dit :

Il faut surtout que l'enseignant frappé porte plainte. C'est très rarement le cas.

Hélas, et nous avons au moins deux décennies de retard ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mirobolande
il y a 28 minutes, Goëllette a dit :

Hélas, et nous avons au moins deux décennies de retard ...

Par rapport à quoi?

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lolita

Extrait de l'article dont le lien a été donné au début :

"L'institutrice en question, choquée, a dû être arrêtée pendant une semaine et a porté plainte. "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dameoiselle

Pauvre collègue...je suis atterrée...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
Il y a 9 heures, borneo a dit :

Il faut surtout que l'enseignant frappé porte plainte. C'est très rarement le cas.

Tout d'abord une pensée amicale pour tous ces collègues qui subissent de plus en plus la violence  de certains délinquants qui n'ont rien à faire dans une école "classique"!

Il faut aussi que le DASEN mette en place la protection fonctionnelle avec saisie du procureur (versant pénal)! C'est trop facile, une plainte unique (versant civil) permet à l'administration de se délester de "l'affaire"!

Je rajouterai 3 choses:

1 l'école n'est pas obligatoire, c'est l'instruction, on peut très bien demander une instruction  à la maison et les parents se démerdent! Pourquoi l'administration ne le fait pas?

2 de plus en plus d'enfants sont inclus dans nos écoles (loi Montchamps de 2005 et Peillon 2012) alors que leurs places sont dans des structures spécialisées style ITEP!

3 Sur l'académie de Toulouse lors des 1er RDV "carrière" (PPCR) il a été reproché à des enseignants d'avoir fait remonter des fiches RSST au CHSCT suite à ce genre d'incident!

Je terminerai en disant que ces enfants là sont de véritables VRP pour les écoles privées!

  • Thanks 1
  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
Il y a 9 heures, Mirobolande a dit :

Par rapport à quoi?

Pat rapport à la déclaration réelle de ce qui se passe dans les écoles. Et pourtant, il y en a eu des choses graves depuis des décennies !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
Il y a 9 heures, Lolita a dit :

Extrait de l'article dont le lien a été donné au début :

"L'institutrice en question, choquée, a dû être arrêtée pendant une semaine et a porté plainte. "

Ce qui est ahurissant aussi -même si j'ose espérer qu'il a dit autre chose) est :

Citation

Pour Jean-Philippe Gadier, le co-secrétaire du SNUIPP en Haute-Garonne, la situation s'est dégradée depuis la disparition des Rased, les réseau d'aide spécialisés aux élèves en difficulté. 

Comme si c'était vraiment la raison, à supposer qu'ils aient vraiment disparu à cet endroit... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cpette
Il y a 4 heures, nonau a dit :

Tout d'abord une pensée amicale pour tous ces collègues qui subissent de plus en plus la violence  de certains délinquants qui n'ont rien à faire dans une école "classique"!

Il faut aussi que le DASEN mette en place la protection fonctionnelle avec saisie du procureur (versant pénal)! C'est trop facile, une plainte unique (versant civil) permet à l'administration de se délester de "l'affaire"!

Je rajouterai 3 choses:

1 l'école n'est pas obligatoire, c'est l'instruction, on peut très bien demander une instruction  à la maison et les parents se démerdent! Pourquoi l'administration ne le fait pas?

2 de plus en plus d'enfants sont inclus dans nos écoles (loi Montchamps de 2005 et Peillon 2012) alors que leurs places sont dans des structures spécialisées style ITEP!

3 Sur l'académie de Toulouse lors des 1er RDV "carrière" (PPCR) il a été reproché à des enseignants d'avoir fait remonter des fiches RSST au CHSCT suite à ce genre d'incident!

Je terminerai en disant que ces enfants là sont de véritables VRP pour les écoles privées!

Punaise, j'espère qu'ils en ont parlé autour d'eux, surtout aux syndicats, et qu'ils n'ont pas laissé passer ça! :blink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pablo

:(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
prof désécol

https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/31/2808608-consternation-apres-agression-enseignante-eleve-ecole-jean-alphand-toulouse.html

Citation

Consternation après l'agression d'une enseignante par un élève à l'école Jean-Alphand de Toulouse

31/05/2018

« Pas de commentaires, je suis désolé, mais nous ne communiquerons pas ». C'est la réponse, ce jeudi, du directeur de l’école élémentaire Jean-Alphand, dans le quartier de Lalande à Toulouse, interrogé sur les violences subies, mardi dernier, par une professeure des écoles de la part d’un élève. L’institutrice, en arrêt de travail, n’avait pas repris les cours hier, « il y a un remplaçant », a confié une employée de la cantine.

Une source syndicale évoque « des coups de pied et de poings » et c’est la consternation qui plane dans cette école faite de préfabriqués ouverte il y a quatre ans. Selon une employée, sous couvert d’anonymat, « il y a pas mal d’enfants difficiles scolarisés ici et beaucoup d’incivilités. Certains font un peu ce qu’ils veulent et quand on les gronde, ce sont les parents qui s’y mettent contre les enseignants. Mais hors temps scolaire, les enfants sont différents avec nous ».

Le SNUip-FSU en tête, ne cesse de tirer la sonnette d’alarme

« Ce genre d’incident me fait peur, avoue une mère de famille à la sortie de l’école. C’est la première année que mon fils est là, il est en CP, et je trouve que les instituteurs sont super, le directeur aussi, c’est quand même une bonne école ». Pour autant, les syndicats enseignants, le SNUip-FSU en tête, ne cessent de tirer la sonnette d’alarme et appellent à une grève le lundi 4 juin, devant la préfecture de région où se déroulera le conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) qui rendra ses arbitrages en matière de carte scolaire.

« Ces violences à l’encontre d’enseignants du premier degré, si elles restent limitées, sont symptomatiques d’une dégradation de la situation, en particulier dans les écoles du nord de Toulouse, assure le SNUipp-FSU. Ces faits sont inacceptables, déstabilisent et mettent en grande souffrance des équipes pédagogiques ».

Une part grandissante d’enfants en grande difficulté scolaire et sociale

La problématique des écoles du nord de la ville est connue par l’inspection académique. Elles sont huit au total – Borderouge, Niboul, Michoun, Lapujade, Jean-Zay, Dieuzaide, Alphand et Olympe de Gouges – qui accueillent une part grandissante d’enfants en grande difficulté scolaire et sociale, mais ne sont pas classées dans le réseau de l’éducation prioritaire qui octroie, en théorie, davantage de moyens et des classes moins surchargées.

Pour autant, de nombreux élèves de primaire franchissent le Rubicon. Fin mars, c’était une professeure des écoles de l’école Jules-Ferry de Colomiers qui avait été agressée par trois élèves de CM1 et CM2. Beaucoup d’enseignants, qui vivent cela au quotidien, n’osent pas en parler et les centres médicaux pédagogiques, qui accueillent des élèves à problèmes, « sont saturés », assurent les syndicats.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
Il y a 10 heures, prof désécol a dit :

La saturation...Pourquoi ? Personne ne se pose la question ? ECONOMIES! La loi sur le handicap et l'inclusion idem.

Combien de ces familles franchiront le pas et iront scolariser leurs enfants dans le privé...?

Quant au Snuipp il me semble bien qu'il est à fond dans l'école inclusive. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette
Le 30/03/2018 à 11:48, cpette a dit :

Punaise, j'espère qu'ils en ont parlé autour d'eux, surtout aux syndicats, et qu'ils n'ont pas laissé passer ça! :blink:

Je connais des IEN qui ont reproché à des collègues d'être allés porter plainte contre des parents qui les avaient violentés ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
Il y a 9 heures, Goëllette a dit :

Je connais des IEN qui ont reproché à des collègues d'être allés porter plainte contre des parents qui les avaient violentés ...

Oui les pressions se font de plus en plus vives, la nouvelle évaluation des enseignants risquent fort d'en museler beaucoup...C'est d'ailleurs un des objectifs.

Un IEN me mettrait ce genre de pression je crois que c'est contre lui que je porterais plainte, car après tout c'est lui qui a jugé bon de scolariser ou de maintenir des élèves dans les classes, alors que la sirène d'alarme a été tirée plusieurs fois !

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
borneo
Il y a 10 heures, Goëllette a dit :

Je connais des IEN qui ont reproché à des collègues d'être allés porter plainte contre des parents qui les avaient violentés ...

They add insult to injury.... 😕

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pepettebond
il y a 9 minutes, Crac a dit :

Un élève qui frappe un enseignant cela révèle les problèmes d'effectifs, d'encadrement et de prise en charge. Un enfant ne se met pas à frapper du jour au lendemain son enseignant. A l'évidence, cet enfant fait partie de ces enfants signalés, re-signalés, re-re-signalés et pour lesquels rien n'a été fait. A l'évidence, cette école ne bénéficie pas des moyens dont elle devrait bénéficier. Quand l'enseignant a 12 élèves par classe, il peut apprendre à l'enfant à s'exprimer autrement que par la violence. Quand les services sociaux ne sont pas dépassés, ils peuvent aider les familles dans le besoin. Bref, Macron ! Du pognon pour l'éducation ! 

Un enseignant n'est pas un éducateur spécialisé,pas un infirmier, pas un médecin, pas un orthophoniste , .....

sa formation; didactique , pédagogie, disciplines,  pas psychologie, ni sociologie, ni gestion de groupes, ni connaissances médicales ....

Dans le référentiel  de compétence on doit faire et savoir faire :

prendre en compte la différence sans en connaitre  les causes ni les outils de compensations ...

concrètement dans le cursus de formation c'est occulté. 

Par contre nous vivons au quotidien avec les symptômes et les  conséquences .... et nous devons réussir à fonctionner.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pepettebond
il y a 1 minute, Crac a dit :

@Pepettebond je ne comprends pas à quoi tu réponds ... quand je dis qu'un enseignant peut enseigner à une classe de douze élèves comment s'exprimer autrement que par la violence, c'est par l'accès à la maîtrise de la lecture, de l'écriture et de l'expression orale.

Même à 12 c'est idéal pour des enfants  et pour des enfants en difficulté juste scolaire .

Cela peut ne pas être la réponse complète pour des élèves ayant des troubles psy ou handicap   , notre formation ne permet pas de prendre en charge autre chose que le domaine de l'apprentissage pour des élèves à profils "normaux".

Il ne faut pas demander aux enseignants autre chose que ce pour quoi ils sont formés et ne pas faire croire que l'on doit savoir faire d'autres métiers.

 

  • Like 2
  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
il y a 5 minutes, Pepettebond a dit :

Même à 12 c'est idéal pour des enfants  et pour des enfants en difficulté juste scolaire .

Cela peut ne pas être la réponse complète pour des élèves ayant des troubles psy ou handicap   , notre formation ne permet pas de prendre en charge autre chose que le domaine de l'apprentissage pour des élèves à profils "normaux".

Il ne faut pas demander aux enseignants autre chose que ce pour quoi ils sont formés et ne pas faire croire que l'on doit savoir faire d'autres métiers.

 

La pédagogie ne soigne pas et même avec une formation de quelques jours on ne pourrait pas faire face à ce genre de comportement! Après on se retrouve critiqué par des parents qui ne comprennent pas que le programme n'est pas bouclé! C'est à nous aussi d'expliquer les choses en amont pour ne pas être pris au dépourvu.

Les gouvernements successifs ont bien joué, stratégiquement c'est tout benef pour eux, ils suppriment l'enseignement spécialisé sous couvert d'humanité pour faire des économies et ils transfèrent sur les épaules des seuls professeurs les enjeux de l'inclusion!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pepettebond

Je crois bien que nous sommes tous d'accord .

Des moyens, de la formation et chacun son métier ... :idontno:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
il y a 2 minutes, Crac a dit :

@Pepettebond ce n'est pas du tout ce que je disais. Relis ;)

Mais pour élargir (et je ne dis pas que c'est ce que tu disais ;)), je pense que c'est facile de dire "c'est la faute à la société" et de dire qu'on n'y peut rien. Certains enseignants ont voté Macron qui est en marche pour la destruction du service public, d'autres (ou les mêmes) ne se syndiquent pas, ne se défendent pas, ne luttent jamais pour défendre une école publique de qualité puis viennent pleurnicher que l'inspecteur leur a dit ci ou ça ... c'est leur choix - car au passage si on n'est pas d'accord avec les reproches de l'inspecteur, au lieu de pleurnicher, on peut réagir. Mais après, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait des problèmes et que certains collègues se trouvent isolés dans des situations invivables.

La solidarité voudrait que tout le monde s'unisse pour défendre la collègue : droit de retrait des enseignants de l'école, de la circonscription, du département et de la France. Mais non. Le directeur : "on ne communique pas". SCANDALEUX. Je suis curieuse de voir combien de péquins il y aura au rassemblement.

Dans la vie on récolte ce que l'on sème! Lutter, défendre ses droits et nos droits, résister à des injonctions infondées...Des valeurs que la société libérale du "chacun pour sa gueule" a pris soin d'éradiquer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
borneo
Il y a 2 heures, Crac a dit :

Un élève qui frappe un enseignant cela révèle les problèmes d'effectifs, d'encadrement et de prise en charge. Un enfant ne se met pas à frapper du jour au lendemain son enseignant.

Je pense surtout que ça révèle un problème familial. Il y a bien semble-t-il des enfants qui frappent leurs parents. Alors pourquoi ne frapperaient-ils pas leurs enseignants ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
il y a 3 minutes, borneo a dit :

Je pense surtout que ça révèle un problème familial. Il y a bien semble-t-il des enfants qui frappent leurs parents. Alors pourquoi ne frapperaient-ils pas leurs enseignants ?

Effectivement, et sans tomber dans l'autoritarisme,  je pense sincèrement qu'il y a là un chantier à ouvrir! Certaines familles bien identifiées devraient passer des stages comme pour le permis de conduire.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
éowin

La vieille enseignante que je commence à être te dira que face à certains cas, le nombre atténue, peut-être, le problème, mais il demeure ce problème. Je me souviens d'une année où j'avais 29 élèves et une bonne dizaine de joyeux drilles (dont certains ont d'ailleurs continué sur leur lancée), je n'en garde pas un si mauvais souvenir, en revanche, des années où moins nombreux il n'y avait qu'un cas mais piouh!!!!!!!

Des moyens certes, mais aussi accord des familles sans lesquelles rien ne peut être mis en place, signalements etc ok mais si la famille refuse les propositions, on fait comment? quand l'école demande et propose depuis la maternelle et que tout est refusé, il y a fort à parier qu'en cm la situation devient invivable pour tous.  Je crois que c'est surtout là que le bas blesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
éowin

Pour une part Crac, pour une part seulement et malheureusement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau

Les gouvernements successifs préfèrent ouvrir des prisons et fermer des écoles. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Argon
Il y a 23 heures, nonau a dit :

Certaines familles bien identifiées devraient passer des stages comme pour le permis de conduire.

Holà !   C'est une pente glissante. Le principe de base de la République, c'est que tout ce qui n'est pas interdit par la loi est autorisé, et que l'Etat n'a pas à s'ingérer dans ce qui ne relève pas explicitement — c'est-à-dire constitutionnellement — de ses missions.

La protection de l'enfance en fait partie et, dans ce cadre, on peut être amené à limiter l'autorité parentale, voire à la retirer aux parents d'un enfant en danger. Mais cela passe par des procédures judiciaires assez lourdes : il ne suffit pas qu'un flic ou un fonctionnaire de base le décide à la tête du client, heureusement (et pour avoir suivi des stages de "rattrapage de points" pour le permis de conduire, je t'assure qu'il ne suffit pas d'y être employé comme formateur pour savoir de quoi on parle) !   Hors de ce cadre — qui peut prétendre savoir mieux que le détenteur de l'autorité parentale ce qui est bon pour un enfant donné ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau

Ces

il y a 4 minutes, Argon a dit :

Holà !   C'est une pente glissante. Le principe de base de la République, c'est que tout ce qui n'est pas interdit par la loi est autorisé, et que l'Etat n'a pas à s'ingérer dans ce qui ne relève pas explicitement — c'est-à-dire constitutionnellement — de ses missions.

La protection de l'enfance en fait partie et, dans ce cadre, on peut être amené à limiter l'autorité parentale, voire à la retirer au parents d'un enfant en danger. Mais cela passe par des procédures judiciaires assez lourdes : il ne suffit pas qu'un flic ou un fonctionnaire de base le décide à la tête du client, heureusement (et pour avoir suivi des stages de "rattrapage de points" pour le permis de conduire, je t'assure qu'il ne suffit pas d'y être employé comme formateur pour savoir de quoi on parle) !   Hors de ce cadre — qui peut prétendre savoir mieux que le détenteur de l'autorité parentale ce qui est bon pour un enfant donné ?

 

D'où le début de ma phrase...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×