Jump to content
André Jorge

Faire respecter sa personne, ses droits et sa fonction

Recommended Posts

Bountygong
il y a 18 minutes, maryl a dit :

Alors en fait avec le socle commun l'État s'est mis dans une position de justiciable. En effet, il indique que chaque enfant de 16 ans aura acquis le socle commun. C'est une obligation de résultat. Un parent peut porter plainte si son enfant n'a pas acquis le socle commun...

Contre qui sinon ses profs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau
il y a 3 minutes, Bountygong a dit :

Contre qui sinon ses profs ?

Alors je retourne le problème. Des parents qui ne mettraient pas leurs enfants dans de bonnes conditions pour apprendre et réussir (sommeil, écran, nourriture, bienveillance, déficit d'attention...) pourraient aussi être inquiétés (plainte pour défaut éducatif en vertu de la déclaration des droits de l'enfant, signalement, IP au delà des problèmes liés à l'assiduité ou à la violence parentale...).

Une société de fou en quelque sorte.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
à l’instant, Bountygong a dit :

Contre qui sinon ses profs ?

Contre l'État pas contre les profs. Après l'État peut se retourner contre les recteurs qui se retournera contre les profs pour faute professionnelle. Mais la faute va être difficile à imputer à une personne en particulier.

La loi stipule 16 ans et socle commun  donc elle ne permet pas d'attaquer un enseignant de primaire. Par contre, si un jour cela arrive et que l'État se retourne contre les profs il sera facile de dire... ben oui. Il n'a pas acquis le palier 1 mais on ne pouvait pas le faire redoubler. De même, il est important pour cela de noter en cm2 sur le LSU un élève qui n'a pas acquis le palier 1 (cela s'appelle ouvrir le parapluie). Pour nous protéger vraiment il faudrait garder tous les bulletins, les mots au parents, les comptes-rendus de réunion avec les parents, les refus d'APC, de segpa et autres bâtons dans les roues. Mais que de paperasse. 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

"Pourriez-vous ne rien enseigner de nouveau en l’absence de mon fils, il ne sera pas en classe la semaine prochaine, car il nous accompagne en voyage...». au Canada le règne du parent-roi prend de l’ampleur.

 

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
il y a 1 minute, nonau a dit :

"Pourriez-vous ne rien enseigner de nouveau en l’absence de mon fils, il ne sera pas en classe la semaine prochaine, car il nous accompagne en voyage...». au Canada le règne du parent-roi prend de l’ampleur.

 

Autant je suis cool pour les voyages sur temps scolaire autant là je demande à ce que l'absence de l'enfant soit signalée 😳 voire je transmets carrément le mot à l'inspection.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
Il y a 2 heures, matelot a dit :

FAUX! Il y a Gérard Klein!!!

Et Bigard le dirlo !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Torque

HOMMAGE A JEAN WILLOT

Plus jamais ça !

A la suite du travail de quelques collègues dénonçant depuis une dizaine d’années, à travers les médias, l’omerta sur la souffrance au travail dans l’EN, le burn out, les suicides ; à la suite du mouvement « pas de vague » ; le suicide de notre collègue Jean Willot, accusé à tort par une mère d’élève, a choqué de nombreux collègues : ainsi est né notre collectif. Toutes les études récentes montrent malheureusement la hausse de tous les indicateurs de la souffrance au travail des enseignants : il nous appartient de le dire ! https://www.autonomesolidarite.fr/articles/climat-scolaire-et-relations-dans-les-etablissements-barometre-asl-2017-2018/? fbclid=IwAR2EfX_KoIWJP3UmXW7lIY7rH8oG4l9M4TdSx0uTz2uKALUnfMM2bcfi2hw

6 semaines après, ce 12 mai, nous présentons une synthèse de notre action : Le silence a tué Jean : tuons le silence !
(Tous les documents, tous les événement  cités dans cette synthèse sont publiés sur le groupe public du collectif : (sur facebook ) L’Histoire de Jean : Jean décide de mettre fin à ses jours le vendredi 15 mars. Mais pourquoi ordre de ne rien dire ? « L’instituteur a mis fin à ses jours le 15 mars, après avoir appris qu’une plainte avait été déposée contre lui par une mère de famille. Elle dénonçait des violences que l’enseignant aurait exercées, quelques jours plus tôt, sur son fils de 6 ans, scolarisé en CP. À l’origine du drame, un incident « banal ». Mardi 12 mars, lors d’une récréation, l’enseignant aurait demandé à l’élève de se calmer. Ce dernier aurait refusé et le professeur l’aurait pris par le bras.
« Une version que conteste la famille Willot, qui citant, le courrier laissé par Jean Willot et différents témoignages, parle d’une simple punition verbale. Le lendemain, la mère de l’élève déposait plainte pour violences aggravées. Le 14 mars, Jean Willot apprenait l’existence de cette plainte par la direction de l’école, et sa convocation prochaine par l’inspection académique du Val-d’Oise. Le lendemain, il mettait fin à ses jours en forêt de Montmorency. » . « Des collègues de Jean Willot avaient dénoncé sa convocation devant l'inspection et la volonté d'étouffer l'affaire après son décès. »
 Lundi 25 mars : Un premier hommage local est rendu par les collègues sur Eaubonne qui réunit 300 personnes http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/val-d-oise-les-enseignants-rendent-hommage-a-leur-collegue-qui-s-est-suicide-25-03-20198039478.php?fbclid=IwAR13MnKiCeNOqfjis-Zw6vdHrNvqG31rVwSe5B99H6ZdIi0NEW8DtVfqwSE
1- Sur les réseaux sociaux, les enseignants refusent de se taire et créent un collectif
 Mardi 26 mars : #La minute de silence : Des enseignants, certains futurs créateurs du collectif, de toute la France décident sur Twitter de faire une minute de silence dans leur établissement (  https://twitter.com/hashtag/uneminutedesilencepourjeanwillot?src=hash&ref_src=twsrc^tfw|twcamp^tweetembed|twterm %5E1109438687211896832&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.leparisien.fr%2Fval-d-oise-95%2Fsuicide-de-jean-willot-a-eaubonne-apres-l-emotion-lacolere-des-enseignants-24-03-2019-8038791.php )
 La Bande dessinée  de Remédium Timoris : « Christophe Tardieux. Une semaine après le suicide de Jean Willot, le 15 mars dernier à Eaubonne (Val-d’Oise), cet enseignant de 37 ans a publié en ligne une bande dessinée, « Cas d’école, l’histoire de Jean », partagée plus de 80 000 fois  » : (  http://www.leparisien.fr/seine-saintdenis-93/tremblay-une-bd-cri-du-coeur-apres-le-suicide-d-un-enseignant-a-eaubonne-05-04-2019-8047497.php#xtor=AD-1481423552 . Remédium est devenu depuis membre du Collectif
 Le 26  mars : création du collectif sur Facebook (groupe public) et Twitter : notre objectif étant la médiatisation pour la reconnaissance par l’ensemble de la société de la souffrance au travail des enseignants, c’est donc logiquement que nous choisissons de créer un groupe PUBLIC.

 Dimanche 31 mars, La marche blanche « Exceptionnelle » à Eaubonne : organisée par la Mairie d’Eaubonne, la marche réunit anciens élèves, famille, collègues, amis, citoyens, élus : une vingtaine d’articles en parlent (Une du journal de France 2, Le Monde, etc.) : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/01/emotion-et-hommages-apres-le-suicide-d-un-instituteur-dans-le-val-doise_5444272_3224.html?fbclid=IwAR3bEjSBZenl9df2QbLeF1gdJmsDuj_PKOoZNaXSonspQMSKHjzGRcERX98
« Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues d'Eaubonne (Val d'Oise) » :  (  https://france3regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/val-d-oise/plus-jamais-ca-apres-suicide-enseignant-val-oise-marche-blanche-exceptionnelle1647916.html?fbclid=IwAR2OUeNkFforJloYIDaDjZI87VoFm5WLJwINuDWhPG9kM7DxBS09s_2rdjw
Le collectif organise la diffusion de la marche blanche en direct et en exclusivité sur son groupe facebook et compte twitter. Plus de 3 000 personnes la suivent.  La décision est prise de créer une chaine sur YOUTUBE : https://www.youtube.com/channel/UCAja7IoDLEDmBXS9W4JaOpg 53 abonnés, 25 vidéos libres de droits pour les journalistes à ce jour.
 Le collectif poursuit son travail de médiatisation, publie toutes les informations relatives à Jean, à la souffrance au travail, se met en relation avec de nombreux acteurs qui ont déjà travaillé sur ce thème, au titre d’un syndicat ou non : enseignants, politiques, journalistes…
De nombreuses informations et outils d’aide à la communication sont collectés et disponibles sur le thème du suicide, de la protection syndicale et fonctionnelle, du procès France Télécom. Tous les membres sont incités à partager ces informations, et à utiliser ces outils. Notre groupe comprend des amis proches de la famille, certains membres de la famille, des syndiqués de différents syndicats, des stylos rouges, des journalistes, de nombreux enseignants, mais aussi des parents.
 Les membres du groupe partagent de nombreuses informations sur les réseaux Internet, mais aussi professionnels et privés. Par exemple cet article : https://blogs.mediapart.fr/asd-pro/blog/050319/harcelement-suicidesouffrance-dans-la-fonction-publique-du-deni-la-maltraitance?fbclid=IwAR1_8zeWiuJU8GZnwjRtfD8C1E3SfZBGT09NNrfHJGVTUUOfpXWn0aVLD-8
 Le collectif est à l’initiative d’une pétition ( en ligne et en version papier) pour demander l’ouverture d’un procès et d’une collecte au bénéfice de la femme de JEAN, Laurence Willot.
 Le collectif relaie et soutient toutes les initiatives qui peuvent permettre l’ouverture d’un procès.
 Il  met en relation avec de nombreux acteurs. (voir groupe amis)
 Il commence à recueillir des témoignages d’enseignants accusés à tort, et met en relation les acteurs.
L’hommage du 15 mai     : le collectif organise 2 mois après le décès de Jean, un événement qui permettra aussi  une déclaration syndicale unitaire. Le collectif prévoit la diffusion de cet hommage en direct et en exclusivité sur son groupe facebook et son compte twitter. Bilan au 12 mai     : Nombre des membres du groupe : 1 330 membres sur facebook, qui relaient sur de nombreux autres groupes fermés ou publics, dont les stylos rouges, et  170 abonnés sur Twitter. (les vidéos seront aussi sur la chaîne YOUTUBE). 14 550 signatures sur la pétition en ligne. 2- Une large couverture médiatique     : plus d’une cinquantaine d’articles dans tous les médias (mais aussi dans des journaux italiens), qui sont tous publiés sur le groupe. Certains journalistes sont membres du groupe.
 La presse écrite nationale et régionale : Le Monde, le Nouvel observateur, Le Figaro, France info,Le parisien, L’humanité, Marianne, Huffingtonpost, le blog de Médiapart, Marianne,
 La télévision : France 2, France 3, bfm tv, Polony TV, RTL, BFM,RMC, France bleu, LCI
 Les derniers reportages tv : France 24, France info : Lundi 13 mai 2019

 A venir : L’émission Envoyé spécial du jeudi 23 mai : des enseignants accusés à tort.
Le Collectif a choisi de rendre son groupe facebook public pour permettre aux journalistes de nous contacter plus facilement. Nous pouvons donc répondre directement à leurs questions, et les mettre en relation avec les enseignants ou autres témoins qui souhaitent participer à un reportage. Les vidéos sont libres de droits.

  (Toutes ces informations sont publiées sur le groupe)
Alors que les enseignants sont dans l’attente d’une réaction après le mouvement pas de vague, qui a fait l’objet d’un rapport au Sénat, de l’annonce de mesures concrètes dans le plan anti violences, tandis que Le Ministre de l’Education présente sa loi «  Confiance » et que les enseignants craignent pour leur liberté d’expression.  René chiche, membre du CSE, révèlera que le CSE refuse le 21 mars, une minute de silence, soit  le jour même de l’enterrement de JEAN.  Monsieur Blanquer tarde à communiquer : son tweet et le Communiqué du Rectorat sont datés du même jour, le 25 mars, soit 10 jours après le décès de JEAN : il est déclaré l’ouverture d’une enquête administrative.  Il n’y a aura aucun représentant du Ministère le jour de la marche blanche. Cette absence est très remarquée.  La députée d’Eaubonne Madame Naïma Moutchou (La République en Marche) ne sera pas non présente à cette marche blanche. Avec son accord, nous publions l’explication qu’elle donne de cette absence.  Le DRH du Ministère répond à nos demandes via un article de France Info : Nous publions un communiqué pour affirmer que ses réponses ne peuvent pas nous satisfaire. Et demandons de nouveau un procès. http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/suicide-d-un-enseignant-a-eaubonne-un-groupe-de-travail-poursoutenir-les-professeurs-03-04-2019-8045844.php?fbclid=IwAR1DEqVn1HBFOXtNsS9g2tteiUh-Z14CS53Y3_bDoW5ji5MhI_5KE8eWdY  L’administration ne répond pas à la lettre ouverte du syndicat Action et Démocratie  Nicolas Tsar, administrateur des stylos rouges, et membre du collectif évoque Jean willot lors du rdv des stylos rouges au ministère le Lundi
 A ce jour, le Ministère n’a toujours pas porté plainte au pénal, ni entamé de démarches pour l’ouverture d’un enquête judiciaire concernant le suicide de Jean
 Nous attendons les résultats de la consultation lancée par Le Ministre  via Internet vis-à-vis de certains enseignants. https://www.education.gouv.fr/cid139798/lancement-de-la-premiere-enquete-de-climat-scolaire-aupres-des-personnels-de-leducation-nationale.html?fbclid=IwAR2pW0ncn4l-7YT_Tuvf_vzo2gB6wi1zATFcSb0Ak-78ioxBfDjkmOx24V  
3- Des PARLEMENTAIRES conscients des enjeux  posent des questions au Gouvernement (publiées sur le groupe et la chaîne) . Nous sommes en contact avec eux
 Madame Naïma MOUTCHOU (députée La République en Marche)  Madame Sabine RUBIN ( députée France insoumise)  Mme Jacqueline Eustache-Brinio (sénatrice Les républicains)  Nous sommes en contact avec d’autres députés  Le rapport du Sénat sur le mouvement « Pas de Vague » est aussi publié.  Le collectif appelle ses membres à contacter leurs députés et sénateurs.
4- Le collectif souhaite que les SYNDICATS se positionnent vers un combat commun Le collectif est attentif à la publication de tous les communiqués des syndicats des personnels enseignants.  Action et Démocratie : fait une déclaration au CSE du 21 mars,  publie rapidement une lettre ouverte, lettre adressée par mail à tout le personnel de L’Education Nationale, initie une action contre l’Etat pour manquement à la médecine du travail.  SNALC : de nombreux documents sont publiés sur le site  Sur le site sont disponibles les communiqués des syndicats : FO 95, UNSA, SUD, Snuipp-FSU- 95, SNUIDI-fo  Les stylos rouges reçus par le Ministère : Compte rendu de la réunion des Stylos Rouges au Ministère Lundi 6 mai.Merci à Nicolas Tsar , représentant Stylos rouges pour les problèmes liés à la souffrance au travail et qui a évoqué Jean Willot. Nicolas est également membre de notre collectif. L’hommage rendu le mercredi 15 mai a aussi pour objectif d’obtenir une déclaration syndicale unitaire.

5- De nombreux groupes facebook (publics ou fermés) et sites amis sont en lien avec le collectif et nous relayons le travail fait par d’autres associations, notamment, ( car ce travail de réseautage se poursuit)
 Groupe des stylos rouges (70 000 membres)  le café pédagogique (50 00 membres)  Les 800 000 feignasses (5500 enseignants)  Le blog de Lucien Marboeuf ( France info)  Le blog de Julien Delmas (près de 350 000 visites mensuelles )  Site Parents profs le mag  https://www.facebook.com/groups/294152477977183/?hc_location=group (groupe facebook « Pas de VAGUE »)  La page facebook  des anciens élèves de JEAN «  hommage à Jean »  Création d’une nouvelle page sur FACEBOOK  « On vaut plus que ça » par Sabine RUBIN qui veut recueillir des témoignages sur les conditions de travail et les souffrances qu’elles peuvent engendrer  https://faitestairecepetitprofbonsang.wordpress.com/?fbclid=IwAR116APWdoklKA7rQrPgYVS_gsYeh1U1bC5DBjBrDBj3ZDFR1I60f1djrKshttp://souffrancedesprofs.com/faites-le-savoir-2/?fbclid=IwAR2ZWhLux5VgpMpvaNb2S9oa5Co0vpV-DCVbLk5mFj7RbySOeiDkyqEE__M  Association SOS Education  https://www.bastamag.net/Une-carte-des-suicides-au-travail-pour-rendre-visible-le-mal-etre-et-la? fbclid=IwAR3CN1tKH_xFEXUvqbUsZL_7PTG1oSKVAcDw4HATQhXgqVRjXVMMh7HiMkw  https://blogs.mediapart.fr/asd-pro/blog/210219/suicides-dans-la-fonction-publique-lorganisation-du-silence-et-du-deni (sur ce blog, beaucoup d’infos)  https://blogs.mediapart.fr/asd-pro/blog/050319/harcelement-suicide-souffrance-dans-la-fonction-publique-du-deni-la-maltraitancehttp://asdpro.fr/ « Nous avons donc décidé d’organiser une action collective afin de donner une visibilité sociale à ces situations méconnues (ou sous-estimées, banalisées) dont nous sommes témoins. Cette action collective permettra à chaque victime de sortir de l’isolement auquel elle est confrontée face à la maltraitance et aux obstacles politiques, administratifs et juridiques de la reconnaissance.
Tuons le silence et obtenons l’ouverture d’un procès !
Le collectif Plusjamaisca : tous en action pour Jean Willot ! Pour le collectif : Hélène, Eve, Dany, Claire, Bruno, Basile. Téléphone : 07 86 98 77 36 Mail : plusjamaisca.jeanwillot@gmail.com
Groupe PUBLIC FACEBOOK https://www.facebook.com/groups/2365112080383754/ Compte TWITTER @PlusjamaiscaT Notre Chaîne YOUTUBE   https://www.youtube.com/channel/UCAja7IoDLEDmBXS9W4JaOpg
La pétition https://www.change.org/p/lettre-ouverte-à-madame-la-ministre-de-la-justice-madamebelloubet-justice-pour-jean-willot

La collecte https://www.leetchi.com/c/jeanwillot

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bogey

Merci des infos.

Une lueur d'espoir à l'heure où on transforme l'école en centre aéré et les enseignants en nounous gratuites pour les parents.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
Il y a 5 heures, Torque a dit :

Ah ? Nous avons été consultés ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Torque
il y a 2 minutes, Goëllette a dit :

Ah ? Nous avons été consultés ?

Ah bah nan, tu ne devais pas avoir la carte... :whistling:

Quand on veut être interrogé, faut bien penser comifo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

À l’origine du drame, un incident « banal ». Mardi 12 mars, lors d’une récréation, l’enseignant aurait demandé à l’élève de se calmer. Ce dernier aurait refusé et le professeur l’aurait pris par le bras.
« Une version que conteste la famille Willot, qui citant, le courrier laissé par Jean Willot et différents témoignages, parle d’une simple punition verbale."

Cet extrait me gêne. Oui, c'est banal de DEVOIR prendre un élève par le bras. C'est interdit, on ne devrait pas? C'est une faute, une violence aggravée? C'est mal formulé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Torque
à l’instant, Mirobolande a dit :

Cet extrait me gêne. Oui, c'est banal de DEVOIR prendre un élève par le bras. C'est interdit, on ne devrait pas. C'est mal formulé.

Parmi les liens proposés il doit bien y en avoir un qui te permet de contacter le collectif pour en discuter avec lui. Plus il y a de participation mieux c'est.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 5 minutes, Mirobolande a dit :

À l’origine du drame, un incident « banal ». Mardi 12 mars, lors d’une récréation, l’enseignant aurait demandé à l’élève de se calmer. Ce dernier aurait refusé et le professeur l’aurait pris par le bras.
« Une version que conteste la famille Willot, qui citant, le courrier laissé par Jean Willot et différents témoignages, parle d’une simple punition verbale."

Cet extrait me gêne. Oui, c'est banal de DEVOIR prendre un élève par le bras. C'est interdit, on ne devrait pas? C'est une faute, une violence aggravée? C'est mal formulé.

Je suis d'accord : il ne faut pas positionner le débat sur "il n'a pas touché le bras de l'élève", parce que zut, les élèves sont devenus si pénibles et désobéissant qu'il peut nous arriver de devoir en attraper un par le bras et ... est-ce si grave ?!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande
il y a 1 minute, Goëllette a dit :

Je suis d'accord : il ne faut pas positionner le débat sur "il n'a pas touché le bras de l'élève", parce que zut, les élèves sont devenus si pénibles et désobéissant qu'il peut nous arriver de devoir en attraper un par le bras et ... est-ce si grave ?!

Voire les ceinturer pour éviter de les voir se battre...ou taper un autre élève.

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo

S'il nous est interdit de prendre un élève par le bras, qu'on nous le dise (ou plutôt, qu'on nous l'écrive) et on ne le fera plus. 

Finalement, on ne sait pas ce qui est autorisé ou non. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande
il y a 5 minutes, borneo a dit :

S'il nous est interdit de prendre un élève par le bras, qu'on nous le dise (ou plutôt, qu'on nous l'écrive) et on ne le fera plus. 

 

Tu laisses un élève qui pique une crise et donne des coups de pied autour de lui se calmer tout seul ou tu le ceintures?

Parfois on n'a pas le choix.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 17 minutes, Mirobolande a dit :

Voire les ceinturer pour éviter de les voir se battre...ou taper un autre élève.

Ca ne m'est jamais arrivé mais j'imagine que ça peut être indispensable !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

Avec la fermeture programmée des IME et autres ITEP, tu connaîtras peut-être ce cas de figure avant ta fin de carrière.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
sergentGarcia

Bonjour :

je n'ai pas tout lu, mais comme vous parlez de Jean Willot, ça m'intéresse.

Je suis Bruno MARTIN, un des animateurs du collectif "Plus jamais ça! Tous en action pour Jean Willot!"

Je peux éclairer votre lanterne, j'en profite pour relire les 7 pages précédentes.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond
il y a 21 minutes, borneo a dit :

S'il nous est interdit de prendre un élève par le bras, qu'on nous le dise (ou plutôt, qu'on nous l'écrive) et on ne le fera plus. 

Finalement, on ne sait pas ce qui est autorisé ou non. 

et si c'est interdit de toucher un enfant , on fait quoi quand il escalade le grillage pour partir ?   On lui demande gentiment de ne pas le faire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
isadax
il y a 17 minutes, Mirobolande a dit :

Tu laisses un élève qui pique une crise et donne des coups de pied autour de lui se calmer tout seul ou tu le ceintures?

Parfois on n'a pas le choix.

Quelques jours après la mort de Jean Willot, j'ai appris que des parents étaient furieux contre moi car j'aurais saisi "violemment" le bras de leur enfant. Assez pour laisser un bleu.

Cet élève de cycle 3 avait pris une trottinette réservée aux CP qui ne les utilisent que pendant des récréations séparées. Là, on avait un grand, pendant une récréation avec plus de 300 élèves, qui fonçait sans rien écouter. Je l'ai arrêté, sans doute en lui saisissant le bras car il ne faisait absolument pas attention à moi. Mais je n'en suis même pas certaine. Ma collègue est sûre que je ne l'ai pas touché tellement ça a été rapide. En tout cas, pas de violence ni d'énervement excessif : l'élève était tout contrit et on a reposé la trottinette tranquillement.

Pour éviter un accident, j'ai failli avoir de sérieux ennuis. Et pourtant, que pouvais-je faire d'autre que d'intervenir ?

Ne pas citer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo
il y a 25 minutes, Mirobolande a dit :

Tu laisses un élève qui pique une crise et donne des coups de pied autour de lui se calmer tout seul ou tu le ceintures?

Parfois on n'a pas le choix.

Moi, je ne le ceinture pas. Aucune envie de prendre un mauvais coup. Je ne pense pas qu'on puisse me le reprocher.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Torque
il y a 16 minutes, sergentGarcia a dit :

Bonjour :

je n'ai pas tout lu, mais comme vous parlez de Jean Willot, ça m'intéresse.

Je suis Bruno MARTIN, un des animateurs du collectif "Plus jamais ça! Tous en action pour Jean Willot!"

Je peux éclairer votre lanterne, j'en profite pour relire les 7 pages précédentes.

Salut Bruno ! Pour que les collègues voient un peu qui tu es, je me permets de poster ici ton excellente intervention sur Jean Willot (dès 17.40 de la vidéo).

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Ouh là, tu n'as peur de rien ! Tu n'as pas eu de retour de ta hiérarchie ? A moins que tu ne sois à la retraite ...

Bien aussi le prof vacataire ! Surtout son parallèle avec le Privé !

En tous cas, merci à Sud Radio d'avoir fait cette émission !

 

Il y a 1 heure, Mirobolande a dit :

Avec la fermeture programmée des IME et autres ITEP, tu connaîtras peut-être ce cas de figure avant ta fin de carrière.

J'espère bien que non !

il y a une heure, Pepettebond a dit :

et si c'est interdit de toucher un enfant , on fait quoi quand il escalade le grillage pour partir ?   On lui demande gentiment de ne pas le faire ?

C'est justement là-dessus qu'on devrait porter le débat (en plus de la réhabilitation des collègues injustement accusés et de la lutte pour que les accusateurs soient inquiétés pour endiguer le phénomène) :

- Quelles "armes" avons-nous maintenant NOUS (les collègues lambda, pas les violents ou les pervers) pour effectuer notre travail sans avoir la guillotine au-dessus de la tête ?

- Qu'est-ce que la hiérarchie peut mettre en place pour qu'on puisse recommencer à enseigner sereinement ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
il y a une heure, borneo a dit :

Moi, je ne le ceinture pas. Aucune envie de prendre un mauvais coup. Je ne pense pas qu'on puisse me le reprocher.

J'ai ceinturé et pris des mauvais coups. Je n'avais pas pris le temps de réfléchir et c'était le seul moyen d'apaiser le gamin. Des fois on n'a pas le choix, la sécurité avant tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
il y a 1 minute, Goëllette a dit :

Quelles "armes" avons-nous maintenant NOUS (les collègues lambda, pas les violents ou les pervers) pour effectuer notre travail sans avoir la guillotine au-dessus de la tête ?

En théorie le Chsct, en réalité aucune.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 1 minute, maryl a dit :

En théorie le Chsct, en réalité aucune.

Ce n'était pas ma question : si tu dois te faire respecter d'un élève, tu ne vas pas lui dire : "Pouce, je vais appeler le CHST !"

Quelles sont les possibilités, sans risque de se retrouver devant le juge, de pouvoir faire notre boulot convenablement : ENSEIGNER ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
Il y a 2 heures, Goëllette a dit :

Je suis d'accord : il ne faut pas positionner le débat sur "il n'a pas touché le bras de l'élève", parce que zut, les élèves sont devenus si pénibles et désobéissant qu'il peut nous arriver de devoir en attraper un par le bras et ... est-ce si grave ?!

Dans mon école l'habitude a été prise de mettre ses mains dans le dos pour éviter de faire une bêtise.

Share this post


Link to post
Share on other sites
maryl
à l’instant, Goëllette a dit :

Ce n'était pas ma question : si tu dois te faire respecter d'un élève, tu ne vas pas lui dire : "Pouce, je vais appeler le CHST !"

Quelles sont les possibilités, sans risque de se retrouver devant le juge, de pouvoir faire notre boulot convenablement : ENSEIGNER ?

Aucun

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette
à l’instant, maryl a dit :

Dans mon école l'habitude a été prise de mettre ses mains dans le dos pour éviter de faire une bêtise.

Attraper le bras d'un élève est équivalent à faire une bêtise ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...