Jump to content

L'effondrement en cours


lecavalier
 Share

Recommended Posts

il y a une heure, Argon a dit :

Article sympathique et plutôt bien fait, en effet, mais beaucoup trop réactionnaire pour mon goût — au sens où il s'agit plus de ramener des problématiques déjà anciennes à la situation d'avant leur dérapage, en se débarrassant de comportements plutôt récents, que de prendre en compte les problématiques émergentes ou de préparer des solutions nouvelles.

je vois deux impasses majeures :

  • la démographie. Toutes les projections du GIEC et assimilables montrent que l'accroissement délirant de la population mondiale est au cœur du problème. À cinq milliards d'humains, comme il y a quarante ans, on tiendrait sans difficulté les objectifs de maîtrise de réchauffement ; à deux milliards, comme il y a un siècle, le problème ne se poserait même pas. Mais au rythme actuel, à quinze milliards à la fin du XXIe siècle, ce sera l'enfer.  L'occident "bourgeois", comme ils disent, a fait sa transition démographique il y a longtemps, la Chine plus récemment. Une priorité est désormais d'amener, et d'aider, le reste du monde à la faire aussi, sans même parler de commencer à réduire la population mondiale.  (L'alternative étant de laisser augmenter la population du reste du monde, mais de la maintenir dans un état de misère crasse pré-industrielle... )
  • le progrès technoscientifique. Autant il serait absurde de tout miser sur une technologie-miracle qui nous dispenserait de tout effort, autant il est scandaleux de ne pas tout faire pour favoriser l'apparition de solutions nouvelles, y compris partielles, et de ne pas investir massivement dans la recherche (la vraie, j'entends, celle tournée vers la création de connaissances et l'exploration de pistes nouvelles, pas la pseudo-recherche conservatrice au service du lobby militaro-industriel, façon CEA). Je pense en particulier à la fusion nucléaire "propre", qui pourrait changer complètement la donne.

Tout le programme se trouve dans le magnifique bouquin de Karl Schawb responsable du forum économique de Davos, "the great reset". 

Link to comment
Share on other sites

L'image est marrante, mais pas vraiment pertinente.  L'humanité n'est pas toute petite face à un changement climatique géant : c'est elle — pour ne pas dire sa propre obésité — qui lui a donné naissance et qui l'entretient.

Et le problème de la COP, ce n'est pas la taille du problème à gérer, ou même l'absence de solutions connues. C'est la méthode "diplomatique" du consensus obligé, donc du chantage des mauvais élèves qui peuvent tout bloquer. Tant qu'on ne prendra pas acte du fait que le traitement d'un problème global passe par une gestion globale, donc par une révision en profondeur de la notion de souveraineté nationale (et pas juste sa dilution dans une méta-structure qui renonce d'avance à l'exercer, selon le contre-modèle européen), les choses continueront à empirer.

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Argon a dit :

L'image est marrante, mais pas vraiment pertinente.  L'humanité n'est pas toute petite face à un changement climatique géant : c'est elle — pour ne pas dire sa propre obésité — qui lui a donné naissance et qui l'entretient.

Et le problème de la COP, ce n'est pas la taille du problème à gérer, ou même l'absence de solutions connues. C'est la méthode "diplomatique" du consensus obligé, donc du chantage des mauvais élèves qui peuvent tout bloquer. Tant qu'on ne prendra pas acte du fait que le traitement d'un problème global passe par une gestion globale, donc par une révision en profondeur de la notion de souveraineté nationale (et pas juste sa dilution dans une méta-structure qui renonce d'avance à l'exercer, selon le contre-modèle européen), les choses continueront à empirer.

Je ne sais pas, c'est compliqué, tu évoques beaucoup de choses très générales ou abstraites.

"L'humanité n'est pas toute petite face à un changement climatique géant : " Il me semble que la combustion du charbon puis du pétrole depuis deux bons siècles a déclenché un processus climatique qui continuera sur sa lancée pendant des millénaires même si nous arrêtions les émissions de CO2 et autres gaz. Processus à sens unique, sans retour possible. Ce qui signifie impossible à maîtriser. Croire en notre capacité à maîtriser le chaos climatique (la disparition de la vie, le cumul des pollutions) est une erreur déterminante (syndrome du Superman ?).

"Et le problème de la COP, ce n'est pas la taille du problème à gérer, ou même l'absence de solutions connues." Ben si, la taille du problème, c'est justement ce qui le rend insoluble. Les 'solutions connues' concrètes (supprimer les causes) sont politiquement impossibles.

"Tant qu'on ne prendra pas acte du fait que le traitement d'un problème global passe par une gestion globale, " Oui, d'accord, mais comment ? Comment définir et construire un global consensuel et légitime ?

"donc par une révision en profondeur de la notion de souveraineté nationale " La nation reste le seul espace politique, donc le seul espace capable de construire une légitimité et un consensus. Mais comment arriver à partager un consensus entre nations, quand les pays sont encastrés dans un système économique globalisé qui les oblige à la compétition, au chacun pour soi, pour simplement maintenir le minimum de leurs structures sociales ? (courir pour rester sur place, comme le disait la Reine Rouge à Alice).

(et pas juste sa dilution dans une méta-structure qui renonce d'avance à l'exercer, selon le contre-modèle européen) Bien d'accord.

"  , les choses continueront à empirer." On peut s'y attendre.

Link to comment
Share on other sites

Le 14/11/2021 à 11:34, nonau a dit :

Tout le programme se trouve dans le magnifique bouquin de Karl Schawb responsable du forum économique de Davos, "the great reset". 

On peut comprendre que 'the great reset' signifie que les élites ont acté l'échec définitif du néo-libéralisme et qu'elles doivent passer à autre chose pour maintenir leur domination (tout changer pour que rien ne change).

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, lecavalier a dit :

On peut comprendre que 'the great reset' signifie que les élites ont acté l'échec définitif du néo-libéralisme et qu'elles doivent passer à autre chose pour maintenir leur domination (tout changer pour que rien ne change).

Un peu plus près de la Chine... 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, lecavalier a dit :

"L'humanité n'est pas toute petite face à un changement climatique géant : " Il me semble que la combustion du charbon puis du pétrole depuis deux bons siècles a déclenché un processus climatique qui continuera sur sa lancée pendant des millénaires même si nous arrêtions les émissions de CO2 et autres gaz. Processus à sens unique, sans retour possible. Ce qui signifie impossible à maîtriser. Croire en notre capacité à maîtriser le chaos climatique (la disparition de la vie, le cumul des pollutions) est une erreur déterminante (syndrome du Superman ?).

  Non, pourquoi ?  Ce n'est pas parce que, si l'on ne fait rien, le retour spontané à l'équilibre prendrait des millénaires, que les temps caractéristiques d'évolution sont nécessairement de cet ordre de grandeur. En se donnant beaucoup de mal pour émettre des quantités monstrueuses de CO2, l'humanité a changé cet équilibre en quelques décennies. En se donnant tout autant de mal pour œuvrer en sens inverse (i.e. pour le capturer), ça se jouerait probablement aussi en moins d'un siècle.  Voire beaucoup moins en jouant les apprentis-sorciers avec des techniques d'ingénierie globale.

 

Il y a 3 heures, lecavalier a dit :

Croire en notre capacité à maîtriser le chaos climatique (la disparition de la vie, le cumul des pollutions) est une erreur déterminante (syndrome du Superman ?).

Non, pourquoi ?  Il ne s'agit pas de magie ou de superpouvoirs, encore moins de lutter contre la kryptonite. Il existe probablement des réponses technoscientifiques. L'histoire récente montre la puissance de cette approche. Le problème, c'est qu'elle montre aussi que le politique a bien du mal à la contrôler. Mais ce n'est pas un problème de capacité, plutôt d'organisation...

(Le drame, c'est qu'on a effectivement dépassé le point de non-retour pour toutes les autres approches "naturelles"...)

 

Il y a 3 heures, lecavalier a dit :

"Et le problème de la COP, ce n'est pas la taille du problème à gérer, ou même l'absence de solutions connues." Ben si, la taille du problème, c'est justement ce qui le rend insoluble. Les 'solutions connues' concrètes (supprimer les causes) sont politiquement impossibles.

Politiquement impossibles en l'état actuel des choses.  Mauvaise organisation politique, changer d'organisation politique !

Mais je ne vois pas ce qu'une gestion supranationale du problème climatique aurait d'impossible. (de difficile, oui. il y aurait pas mal de résistances à briser, et pas des moindres, comme la dernière COP l'a encore montré !)

 

Il y a 3 heures, lecavalier a dit :

"Tant qu'on ne prendra pas acte du fait que le traitement d'un problème global passe par une gestion globale, " Oui, d'accord, mais comment ? Comment définir et construire un global consensuel et légitime ?

"donc par une révision en profondeur de la notion de souveraineté nationale " La nation reste le seul espace politique, donc le seul espace capable de construire une légitimité et un consensus. Mais comment arriver à partager un consensus entre nations, quand les pays sont encastrés dans un système économique globalisé qui les oblige à la compétition, au chacun pour soi, pour simplement maintenir le minimum de leurs structures sociales ? (courir pour rester sur place, comme le disait la Reine Rouge à Alice).

Pourquoi tiens-tu autant au consensus ?  C'est précisément ce qui ne marche pas. Il y aura toujours des pays, et des individus, qui trouveront leur avantage au statu quo, et qui refuseront de jouer le jeu s'ils n'y sont pas contraints.

A mon avis, il faudra à un moment ou un autre choisir entre laisser faire en courant à la catastrophe climatique mondiale, et imposer par la force des contre-mesures strictes à l'échelle globale aussi bien qu'à l'échelle nationale. En d'autres termes, considérer des politiques de pollution massive, voire de natalisme forcené, à l'autre bout du monde comme autant de déclarations de guerre, et agir en conséquence.

(ou simplement menacer d'agir, mais de façon crédible. La dissuasion a aussi largement fait ses preuves, et quelques exemples à petite échelle devraient suffire dans la plupart des cas...)

Et s'il est clair que les nations sont aujourd'hui encore les seuls espaces politiques souverains, c'est notre boulot, et celui de la génération montante, d'en inventer de nouveaux...

Link to comment
Share on other sites

@Argon A l'inverse de mon incrédulité matérialiste, j'aime bien ton optimisme sur la capacité des Hommes à s'organiser et à agir ensemble (mais c'est peut-être pas tout faux). Ça me rappelle quelque chose:

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Tandis que la Russie entame une guerre, ses sols se décomposent tranquillement au nord...

 

Citation

De la Russie à la Belgique, comment le changement climatique bouleverse leurs vies

 

Citation

Dans le petit village de Berdigestiakh, en Iakoutie (Sibérie centrale, Russie), le bâtiment de l’école Osipov s’élève sur trois étages. À l’intérieur, dans le hall du rez-de-chaussée, le mur s’est désolidarisé du sol, laissant apparaître un espace entre la plinthe et le carrelage.

 

Citation

Effet direct du réchauffement climatique, la couche souterraine s’est mise à fondre également et a endommagé les constructions. Résultat : les maisons s’enfoncent dans le sol, les murs se fissurent, les fondations se soulèvent... causant de graves problèmes aux édifices et l’angoisse des habitants.

 

Citation

Le pergélisol représente un quart des terres émergées de l’hémisphère Nord et couvre plus de 60 % du territoire russe.

 

Citation

Selon une étude récente du ministère du Développement de l’Extrême-Orient et de l’Arctique, les dommages causés sur les bâtiments et les infrastructures en Russie par la fonte du pergélisol pourraient atteindre 9 000 milliards de roubles (106 milliards d’euros) au cours des trente ans prochaines années.

 

https://reporterre.net/De-la-Russie-a-la-Belgique-comment-le-changement-climatique-bouleverse-leurs-vies

 

  • Merci 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Dans une vidéo déjà vue plus de 400 000 fois sur les réseaux sociaux, huit étudiants de l'école Agro Paris Tech, qui forme des ingénieurs agronomes, ont appelé lors de la cérémonie de remise des diplômes à "déserter" les jobs "destructeurs", et les écoles qui y mènent... dont la leur, selon eux.

 

Citation

"Nous sommes plusieurs à ne pas vouloir faire mine d'être fiers, et méritants, d'obtenir ce diplôme à l'issue d'une formation qui pousse globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours."

https://www.franceinter.fr/emissions/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-du-jeudi-12-mai-2022

 

Un extrait de cette vidéo :

 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...