Jump to content

Deux "viols" entre élèves dans une même maternelle


prof désécol
 Share

Recommended Posts

Citation

Deux "viols" entre élèves dénoncés dans une même maternelle

Des parents dénoncent le "viol" que trois élèves auraient fait subir à leur fille de 4 ans. Une enquête a été ouverte.

Dans cette école maternelle du XIIIe arrondissement, la consternation a laissé place aux interrogations. Ces faits, révélés ce jeudi par Le Parisien, auraient-ils pu être évités et comment prévenir de leur éventuelle réitération?  

Fin septembre, les parents d'une fillette de 4 ans effectuent un signalement auprès de la directrice de son école : l'enfant aurait été victime d'un "viol" à l'heure de la récréation, perpétré par trois camarades du même âge. Ce signalement est concomitant au dépôt d'une main courante, le 9 octobre, dans un commissariat du XIIIe arrondissement. 

Selon une source proche du dossier, cette main courante dénonce des faits qui se seraient déroulés le 18 septembre. Alors que la fillette jouait dans la cour, les trois enfants l'auraient isolée et déshabillée sous une structure de jeux, avant de lui faire subir une pénétration digitale. Ce qui caractérise un viol. Une enquête a été ouverte par la brigade de protection des mineurs de la préfecture de police de Paris, a appris L'Express de sources concordantes.  

Un même enfant mis en cause pour des faits similaires

Mais il existe un problème, et de taille : ce n'est pas la première fois que l'école est confrontée à telle situation, nous confirme ce jeudi le rectorat de l'Académie de Paris. A la suite de cette dénonciation, les parents d'un autre élève se sont manifestés auprès de la ligne téléphonique contre le harcèlement scolaire mise en place par le ministère de l'Education.  

Ils affirment que leur enfant aurait subi des faits similaires l'an passé. Ces derniers n'ont, à notre connaissance, pas déposé de plainte à ce jour. Contrairement à ce que L'Express indiquait jeudi sur la foi des déclarations du rectorat, l'institution assure ce vendredi ne pouvoir faire de lien à ce stade entre l'un des enfants mis en cause dans les faits de septembre et dans ceux de l'an passé.  [...]

La suite de l'article ici :

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/maternelle-le-meme-enfant-mis-en-cause-pour-deux-viols_2039412.html

 

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi les guillemets autour du mot "viol" ?

A partir de quel âge on considère que c'est un viol et plus un jeu ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, léontiine a dit :

Pourquoi les guillemets autour du mot "viol" ?

Pour ce qui est du titre du sujet, je me suis contenté de reprendre en partie celui de l'article.

En parcourant le reste de la presse, certains articles utilisent les guillemets, d'autres pas.

Link to comment
Share on other sites

Oui, j'ai vu que les guillemets sont dans l'article du journal. C'est aux journalistes que s'adressait ma question.

Les guillemets ne sont jamais neutres.

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, léontiine a dit :

Oui, j'ai vu que les guillemets sont dans l'article du journal. C'est aux journalistes que s'adressait ma question.

Les guillemets ne sont jamais neutres.

Je pense que les guillemets essayent d'expliquer ( avec maladresse) que la gravité des actes n'est pas forcément comprise à cet âge. Dans cet histoire on ne sait pas grand chose...

C'est vrai que le mot est violent. Si le mot viol est utilisé, il y a donc des violeurs et des violés. Dur de concevoir pour des parents que son enfant soit violeur à 4 ans... Tout autant qu'il soit violé...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, prof désécol a dit :

les trois enfants l'auraient isolée et déshabillée sous une structure de jeux

Qui est responsable dans le cas présent ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, André Jorge a dit :

Qui est responsable dans le cas présent ?

La question d'un éventuel défaut de surveillance va bien évidemment se poser...

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, pimouss690 a dit :

Je pense que les guillemets essayent d'expliquer ( avec maladresse) que la gravité des actes n'est pas forcément comprise à cet âge. Dans cet histoire on ne sait pas grand chose...

C'est vrai que le mot est violent. Si le mot viol est utilisé, il y a donc des violeurs et des violés. Dur de concevoir pour des parents que son enfant soit violeur à 4 ans... Tout autant qu'il soit violé...

Potentiellement que l'enfant agresseur subit lui-même ces violences-là et les reproduit... Qu'une enquête soit ouverte est judicieux pour les deux enfants au final. Pour les protéger.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, prof désécol a dit :

La question d'un éventuel défaut de surveillance va bien évidemment se poser...

 

C'est sûr !

Mais certains intervenants des forums demanderont le texte qui interdit à des élèves de se regrouper sous un toboggan !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Goëllette a dit :

le texte qui interdit à des élèves de se regrouper sous un toboggan !

Le voici : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_1508.pdf

Peu importe que les élèves se regroupent ou pas sous un toboggan, ou ailleurs : un élève ne doit à aucun moment être laissé seul sans surveillance.

Qu'ils aident été autorisés ou pas à aller sous ce toboggan, l'institution scolaire assume la responsabilité des élèves qui lui sont confiés, d'après ce que je lis dans les textes.

Citation

 

L'obligation de surveillance doit être exercée de manière effective et vigilante pendant la totalité du temps scolaire, c'est-à-dire pendant toute la durée au cours de laquelle l'élève est confié à l'institution scolaire.

La surveillance est continue quelle que soit l'activité effectuée et le lieu où elle s'exerce. Ce service de surveillance s'exerce partout où les élèves ont accès, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur des locaux scolaires, dans les cours de récréation, les aires de jeux et autres lieux d'accueil.

Leur sécurité est constamment assurée soit par les enseignants, soit par des intervenants extérieurs lorsqu'un groupe d'élèves leur est confié après que les maîtres ont pris toutes les mesures garantissant la sécurité de leurs élèves.

 

Voir aussi ce document : https://www.maif.fr/content/pdf/enseignants/vos-responsabilites/fiches-pratiques/surveillance-eleves/maif-fiche-2-01.pdf

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, prof désécol a dit :

La question d'un éventuel défaut de surveillance va bien évidemment se poser...

 

C'est plus simple que de pointer un éventuel défaut éducatif à la maison...

Au vu de l'âge des protagonistes, je pense qu'il faut rester très prudent sur la situation, c'est sans doute pour cela que le mot "viol" est entre des guillemets. Je trouve la presse bien réactive sur une affaire avec des guillemets...

Les vautours des faits divers...

Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, nonau a dit :

C'est plus simple que de pointer un éventuel défaut éducatif à la maison...

A mon avis, le défaut éducatif éventuel et le défaut de surveillance sont tous les deux à prendre en compte.

Link to comment
Share on other sites

Moi, je me mets à la place du "violeur"... pour avoir cette idée là à cet âge, je suppose qu'il a du subir bien des souffrances...

Link to comment
Share on other sites

Nous n'avons sur cette histoire que des faits décrits par la presse et une action parentale ....

Que c'est il passé réellement .... un vrai geste d'agression; un geste de jeu brutal, un jeu de touche pipi, ?????

Il y a la réalité les ressentis des différents protagonistes , des adultes ayant des repères éducatifs et culturels très éloignés.....

Je pense qu'il faut rester très prudents sur les jugements que nous portons sur ce "fait divers " rapporté ....

 

Pour donner un exemple des parents ont porté plainte pour maltraitance ... 

Les faits rapportés par les parents  " la maitresse avait un comportement dénigrant et usait de son autorité pour insécuriser l'enfant , elle n'avait aucune empathie, l'enfant ne voulait plus voir la maitresse qui lui interdisait de prendre des affaires dans son cartable.

Rapporté par l'enseignant : l'enseignante interdisait à l'enfant de prendre sa sucette en temps de classe .....

L' enfant avait 8 ans ...

Après tout est relatif ....

Link to comment
Share on other sites

il y a 46 minutes, RififiHype a dit :

Moi, je me mets à la place du "violeur"... pour avoir cette idée là à cet âge, je suppose qu'il a du subir bien des souffrances...

Ou être dans un jeu de touche pipi que des adultes n'ont pas vu, que d'autres adultes ont mal interprété, bref  un incident qui devient un drame.

Cela peut aussi être un, voire deux drames qu'il ne faut pas prendre à la légère.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, André Jorge a dit :

Qui est responsable dans le cas présent ?

C’est un défaut de surveillance mais les enseignants ne peuvent pas être partout...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, nonau a dit :

C'est plus simple que de pointer un éventuel défaut éducatif à la maison...

 

Éventuel, effectivement. Des gamins qui jouent à touche-pipi ne sont pas forcément des futurs délinquants sexuels abreuvés de porno. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Mirobolande a dit :

Éventuel, effectivement. Des gamins qui jouent à touche-pipi ne sont pas forcément des futurs délinquants sexuels abreuvés de porno. 

Tout à fait. Je trouve que relayer ce genre d'info dans un journal national est pitoyable.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, André Jorge a dit :

Le voici : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_1508.pdf

Peu importe que les élèves se regroupent ou pas sous un toboggan, ou ailleurs : un élève ne doit à aucun moment être laissé seul sans surveillance.

Qu'ils aident été autorisés ou pas à aller sous ce toboggan, l'institution scolaire assume la responsabilité des élèves qui lui sont confiés, d'après ce que je lis dans les textes.

Voir aussi ce document : https://www.maif.fr/content/pdf/enseignants/vos-responsabilites/fiches-pratiques/surveillance-eleves/maif-fiche-2-01.pdf

Nous sommes d'accord, mais je faisais bien sûr allusion aux derniers sujets sur lesquels certains intervenants mettent en doute que cette surveillance effective soit obligatoire et demandent des textes.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, ca fait très longtemps que je ne suis pas venue ici, j'arrive un peu par hasard, désolée. Je bosse pas loin de cette école, j'y connais du monde.

Pour information, les faits se seraient déroulés pendant un temps périscolaire, donc pas sous la surveillance d'enseigants.

Et les parents de la victime bossent dans la presse, d'où le fait que ça sorte dans les médias, pas sûre qu'ils rendent service à leur gamine.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, boislasson a dit :

Et les parents de la victime bossent dans la presse, d'où le fait que ça sorte dans les médias, pas sûre qu'ils rendent service à leur gamine.

Ça, c'est certain ...

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, boislasson a dit :

 

Bois, heureuse de te lire. :wub: Ça fait un bail!! Tu viens nous donner des nouvelles chez les chocos?

(DSL pour le HS :blush:)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, boislasson a dit :

Pour information, les faits se seraient déroulés pendant un temps périscolaire, donc pas sous la surveillance d'enseigants.

"se seraient", conditionnel, donc pas sûr, donc inutile.

Il y a 13 heures, boislasson a dit :

Et les parents de la victime bossent dans la presse, d'où le fait que ça sorte dans les médias, pas sûre qu'ils rendent service à leur gamine.

Spéculation invérifiable et floue, que veut dire travailler "dans la presse ?" . Il y a beaucoup de parents dont les propos sont repris dans la presse qui ne travaillent pas "dans la presse".

Il me semble que tout le monde devrait faire preuve de la plus grande prudence et surveiller ses propos. C'est une affaire en cours, ce que vous écrivez est susceptible d'être lu et repris.  Que l'express parle de viol alors qu'aucune enquête officielle n'a eu lieu et abouti à aucune décision de justice, c'est lamentable, ce n'est pas une raison pour se lancer dans la course aux contre rumeurs.

 

Link to comment
Share on other sites

Le 13/10/2018 à 19:27, léontiine a dit :

Pourquoi les guillemets autour du mot "viol" ?

Sans doute parce qu'en droit français, un viol est un crime, ce qui suppose une intention criminelle — donc, au minimum minimorum, une compréhension raisonnable de ce qu'est un viol, ce qui paraît difficile à présumer chez des enfants de quatre ans.

Il y a eu tout un débat l'an dernier sur la proposition de création d'un délit d'atteinte sexuelle, dont l'un des avantages était, justement, que c'était un délit, jugé en fait, non un crime, jugé en droit. Il y a eu une intense levée de boucliers des féministes, qui ont obtenu son retrait. Résultat, comme prévu : des faits de ce genre ne sont toujours pas condamnables, du moins en tant que tels (il y a toujours moyen de les requalifier en "voies de fait", "harcèlement" ou quelque chose de ce genre..). Gagné, encore bravo.

 

Le 13/10/2018 à 19:27, léontiine a dit :

A partir de quel âge on considère que c'est un viol et plus un jeu ?

 Bonne question, et pas facile.

 Mais dans tous les cas, le seuil sera très supérieur à 4 ans : à cet âge-là, ce sont les adultes, parents, enseignants, etc. qui sont responsables, heureusement !

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, papillon2704 a dit :

"se seraient", conditionnel, donc pas sûr, donc inutile.

Spéculation invérifiable et floue, que veut dire travailler "dans la presse ?" . Il y a beaucoup de parents dont les propos sont repris dans la presse qui ne travaillent pas "dans la presse".

Il me semble que tout le monde devrait faire preuve de la plus grande prudence et surveiller ses propos. C'est une affaire en cours, ce que vous écrivez est susceptible d'être lu et repris.  Que l'express parle de viol alors qu'aucune enquête officielle n'a eu lieu et abouti à aucune décision de justice, c'est lamentable, ce n'est pas une raison pour se lancer dans la course aux contre rumeurs.

 

Suivant le résultat de l'enquête des propos qui pourraient être repris dans une plainte en diffamation contre les parents et ce journal.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 48 minutes, nonau a dit :

Suivant le résultat de l'enquête des propos qui pourraient être repris dans une plainte en diffamation contre les parents et ce journal.

Évidemment pas : aucun nom n’est cité, et les enfants en cause ne sont pas identifiables. Si certains se sentent visés... il me semble qu’ils feraient mieux de s’occuper de l’éducation de leurs mômes plutôt que de ce qu’en disent les journaux !

D’autre part, bien sûr que les faits incriminés seraient constitutifs d’un viol, si la responsabilité des agresseurs était établie. Et même si ce n’est pas le cas du fait de leur âge, c’est à un juge d’en décider, ou au minimum au Procureur de la République, et il est parfaitement légitime qu’une plainte pour viol soit enregistrée et traitée, d’une part, et que les journaux en parlent dans ces termes, d’autre part, si l’affaire leur semble assez importante !

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Argon a dit :

Évidemment pas : aucun nom n’est cité, et les enfants en cause ne sont pas identifiables. Si certains se sentent visés... il me semble qu’ils feraient mieux de s’occuper de l’éducation de leurs mômes plutôt que de ce qu’en disent les journaux !

D’autre part, bien sûr que les faits incriminés seraient constitutifs d’un viol, si la responsabilité des agresseurs était établie. Et même si ce n’est pas le cas du fait de leur âge, c’est à un juge d’en décider, ou au minimum au Procureur de la République, et il est parfaitement légitime qu’une plainte pour viol soit enregistrée et traitée, d’une part, et que les journaux en parlent dans ces termes, d’autre part, si l’affaire leur semble assez importante !

Oui donc discuter sur ce genre d'article est une perte de temps.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, boislasson a dit :

Je bosse pas loin de cette école, j'y connais du monde.

Pour information, les faits se seraient déroulés pendant un temps périscolaire, donc pas sous la surveillance d'enseigants.

 

Il y a 7 heures, papillon2704 a dit :

"se seraient", conditionnel, donc pas sûr, donc inutile.

Non ; l'intervention de boislasson a au moins le mérite de nous rappeler qu'il est également possible que les faits évoqués se soient déroulés sous la surveillance d'animateurs.

 

Link to comment
Share on other sites

Non. 

En la matière, soit on a des vraies informations circonstanciées et vérifiables, on cite ses sources et on assume, soit on la ferme. 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...