Aller au contenu
viviEcoleCollegeFac

Les cours d'arts plastiques : ça se passe comment ?

Messages recommandés

viviEcoleCollegeFac

Bonjour,

Je voulais savoir comment se passent (ou se sont passés) vos cours d’arts plastiques à l’Espe ?

Apparemment, il n’y a pas beaucoup d’heures de cours pour nous apprendre à enseigner les arts plastiques, alors je me pose la question comment être un PE opérationnel avec peu de cours d’arts plastiques proposé par l'espe ?

Je pense choisir cette option pour le concours… (et je me demandais si ça en valait le coup d'après vous, si vous en reteniez pas mal de choses qui vous servent, ou, si on a pas assez de contenu et on est obligé de galérer une fois en classe), merci encore pour vos avis qui m'aiguilleront certainement.

En gros, qu’est-ce que vous avez appris ou retenu qui était intéressant pour votre classe (ou au contraire qui était inutile) ?

Y a t’il des petites (ou des grosses) difficultés d’après vous, pour suivre et pour participer aux cours ? (du style : des collègues super calés alors que soi-même on ne pratique pas les arts plastiques ou que l'on a pas fait de L3 en lien avec les arts...)

Merci d’avance pour vos réponses. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ratatouille

ah ah

Il y a 6 heures, viviEcoleCollegeFac a dit :

 

Bonjour,

Je voulais savoir comment se passent (ou se sont passés) vos cours d’arts plastiques à l’Espe ?

Apparemment, il n’y a pas beaucoup d’heures de cours pour nous apprendre à enseigner les arts plastiques, alors je me pose la question comment être un PE opérationnel avec peu de cours d’arts plastiques proposé par l'espe ?

Je pense choisir cette option pour le concours… (et je me demandais si ça en valait le coup d'après vous, si vous en reteniez pas mal de choses qui vous servent, ou, si on a pas assez de contenu et on est obligé de galérer une fois en classe), merci encore pour vos avis qui m'aiguilleront certainement.

En gros, qu’est-ce que vous avez appris ou retenu qui était intéressant pour votre classe (ou au contraire qui était inutile) ?

Y a t’il des petites (ou des grosses) difficultés d’après vous, pour suivre et pour participer aux cours ? (du style : des collègues super calés alors que soi-même on ne pratique pas les arts plastiques ou que l'on a pas fait de L3 en lien avec les arts...)

Merci d’avance pour vos réponses. 

 

Ah ah ah !

😂🙄😪

De mes cours d'iufm il y a 20 ans, j'ai retenu... que l'encre glisse sur la craie grasse, ce qui permet de réaliser de jolis fonds.

C'est tout.

 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clerissalak

IUFM en 2010/ 2011. Je n'avais pas pris l'option arts plastiques donc je n'ai eu aucun cours d'arts plastiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Goëllette

J'ai eu la chance d'aller à l'Ecole Normale et nous avons eu deux heures d'Arts Pla chaque semaine pendant 2 ans.

Le prof axait ses cours sur la pratique, parce qu'il est important qu'un futur enseignant pratique, prenne du plaisir dans une activité, subisse des échecs, des difficultés, pour ensuite pouvoir l'enseigner efficacement.

En plus, la pratique a eu de grands bénéfices sur notre regard sur nous-mêmes et sur les autres, sur notre cohésion de groupe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JoCool

Ah, le bon vieux temps de l'Ecole Normale... A l'époque, l'Etat avait encore dans l'idée qu'on ne forme pas un enseignant à la va-vite... 😢 (ce n'est pas ironique, de nombreux collègues ayant connu cette époque m'ont expliqué le temps qu'il ont passé à apprendre les gestes professionnels que l'on n'apprend plus aujourd'hui).

Eh bien aujourd'hui, ce n'est plus du tout comme ça. Je suis à l'ESPE cette année, fraîchement lauréat du concours et donc EFS, et les cours d'arts plastiques sont très peu nombreux. Et le pire c'est que dans l'ESPE de mon académie, l'enseignante est nullissime. Pas du tout PE, ni informée de ce que c'est que d'avoir à enseigner à des écoliers. Nous avons eu 2 cours de "culture artistique" depuis le début de l'année. Ces cours regroupent tout ce qui touche à l'art, aussi bien graphique que musical. En deux cours, nous n'avons rien fait au premier, et chanté une chanson au second. Pour des cours de 3 heures, ça fait très léger.

Bref, c'est l'ATSEM avec qui je travaille et qui est vraiment au top qui m'apprend plein de choses. C'est le principe de la formation des PE aujourd'hui : on apprend sur le tas, on se forme soi-même en lisant des livres, en s'appuyant sur les collègues, et ce sont les élèves qui essuient les plâtres.

Je puise pas mal de conseils et d'infos sur le net, sur les blogs de collègues qui partagent leurs idées, je m'appuie beaucoup sur mon ATSEM, et je lis au maximum des livres sur le sujet des éditions Retz et Accès. Je ne me vois pas autonome sur le sujet avant... un certain temps, pour ne pas dire un temps certain.

Je précise, pour répondre plus clairement à la question de départ, que j'ai fait une reconversion. J'ai une formation purement scientifique, je ne suis passé ni par l'ESPE auparavant, ni par une formation de type MEEF, mais j'aime les arts en général, je ne suis pas mauvais en dessin et je suis musicien. Tout ça m'aide bien, mais clairement, les cours de l'ESPE ne m'apportent rien du tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
viviEcoleCollegeFac

Merci pour vos réponses ! Si j'ai bien compris, on en retient pas énormément de choses, mais la pratique est une étape importante (en fonction des académies). En tant que PE stagiaire on peut alors proposer sa propre vision de la consigne donnée par la formatrice ou le formateur ou est-ce qu'il est attendu un résultat ou une production qui doit avoir une "certaine ressemblance" avec ce que les collègues ont fait ? (est-ce qu'on est libre et parfois un peu perdu en TD, ou est-ce qu'on est guidé dans notre pratique artistique à l'espe  ?)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cath056

Alors pour ma part, ça remonte un peu maintenant... IUFM en 2005/2006, j'avais choisi cette option comme "dominante" justement car je me sentais complètement inculte dans ce domaine, et incapable de l'enseigner. De mémoire, sans prendre la dominante on avait 20h de cours sur l'année, alors qu'avec la dominante on avait 50h de plus... en gros. 20h par semaine, ça ne fait même pas 1h par semaine... mais ça devait être ça : 2h par-ci par-là...

Bref, avec ma dominante, j'ai effectivement pratiqué : je me rappelle que le prof nous avait demandé de créer ce qu'on voulait, avec le matériel qu'on voulait, en un temps donné. Ensuite on s'était tous installé autour de nos productions et on avait "verbalisé" (c'était le terme de l'époque). J'avais trouvé hyper intéressant que chacun puisse exprimer ce qu'il voyait en tant que spectateur, à quoi ça lui faisait penser, comment il pensait que ça avait été réalisé (avec quel matériau/médium, quel geste, etc...) ; il y avait aussi des comparaisons faites entre les productions (jamais dans un jugement de valeur, mais plutôt "ici c'est le même matériau que là, mais l'effet n'est pas le même, parce que..."). Les explications apportées par les auteurs des productions étaient intéressantes aussi (parfois l'idée qu'ils avaient en tête au moment de la production était très différente de ce à quoi on avait pensé, et leur intervention permettait d'apporter un autre regard). L'air de rien, ce temps de "verbalisation" nous avait montré comment mener une séance de "regard" (Aujourd'hui encore, je différencie toujours pratique/regard dans mes séances d'arts visuels). 

Il nous avait d'ailleurs demandé de réaliser une 2ème production, dans la foulée de la 1ère, et avant ce moment de verbalisation. Autant les échanges autour de la 1ère production avaient été riches, autant ce qu'on avait produit pour la 2ème production était peu intéressant. Ce jour-là j'ai appris que la contrainte est nécessaire pour avancer, et que sans contrainte, on devient moins créatif...

On avait pratiqué également avec des outils numériques : vidéos (je me souviens avoir passé une journée entière, en petit groupe, à chercher des idées, à filmer (en rencontrant des écueils), à faire un montage sur ordinateur, avec musique, etc..., pour finalement visionner toutes nos productions en fin de journée... et verbaliser !.

On était également allés dans une classe d'application, à côté de l'IUFM, pour venir en renfort d'une classe de CM qui était lancée dans un projet de productions vidéos justement... On encadrait un petit groupe en essayant de les guider de notre mieux. 

On était aussi allé visiter un musée des Beaux-Arts à une centaine de km de l'IUFM, avec le prof... Et on avait obligation pour valider notre option, par petits groupes et en autonomie d'aller visiter au moins une exposition dans une galerie d'Art du secteur.

A part cela, j'ai également passé beaucoup de temps, sur mon temps personnel, à découvrir les différentes oeuvres de référence en lien avec les programmes, car je n'y connaissais rien du tout. Petit-à-petit, ça m'a permis d'être moins inculte. Mais je ne m'en sers jamais comme point de départ à une séance de production, car notre prof détestait qu'on fasse "à la manière de", ce qui empêchait toute créativité d'après lui.

Pour construire mes séances aujourd'hui, je me demande toujours si j'impose bien une contrainte, mais si en même temps je laisse du choix, de la liberté (la couleur, les matériaux, le support, la forme, l'organisation...). En maternelle, je faisais bien attention de permettre d'explorer, et donc de beaucoup varier les supports/médiums/matériaux, et de découvrir que l'encre glisse sur la craie grasse, entre autres ;). En CP, j'essaie d'aller un peu plus loin dans le travail de précision, mais l'idée reste la même. 

Bref, j'ai eu un bon prof quand même ; parce que je suis partie de "j'y connais rien, je suis nulle" à "tout le monde est capable de créer, et c'est drôlement intéressant de discuter des productions de chacun/oeuvres d'artistes" (le prof aurait rajouté "parce que ça nous permet de mieux connaitre le monde qui nous entoure, et donc de mieux se connaitre soi-même", mais je n'irai pas jusque là !) 

Bien sûr, ça, c'est la théorie. Parfois les contraintes de classe font qu'en pratique, c'est plus bateau. :tongue: Mais une chose est sûre, c'est que les séances d'arts visuels doivent être des moments de plaisir et d'échanges. :)

Me suis un peu emballée, là je crois... :secret: Désolée pour le pavé ! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
viviEcoleCollegeFac

C'est top, merci beaucoup, ça me donne envie déjà d'y être ! et ça me permet de comprendre un peu mieux ce qui est attendu pour une discipline aussi "vaste". Autant, en maths, français, sciences, eps, y'a pas de soucis, autant pour les arts , je me questionne beaucoup.

Avec ton message, Cath, j'ai compris que l'on "progresse", et ça c'est top :happy:

J'ai eu de super témoignages de l'iufm, ça avait l'air d'être vraiment bien !

et maintenant ? à l'ESPE ? C'est comment ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
viviEcoleCollegeFac

D'après vos souvenirs, ou si vous le vivez actuellement : c'est toujours la même structure de TD ? (par exemple : consigne et pratique / retour collectif + références artistiques / essai de séquences réalisable en cycle 1, 2 ou 3 ?)

Ou doit-on faire tout seul à la maison les séquences car on a pas le temps de les concevoir en cours ?

Merci pour vos avis si vous avez vécu les TD à l’espe en arts plastiques ! (en attendant vos réponses, je vous souhaite un joyeux réveillon et une excellente année 2019 !)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×