Jump to content

Classe dédoublée : deux enseignants dans la même classe?


Recommended Posts

Bonjour,

L'an prochain nous aurons des Cp dédoublés et 4classes de CE1 dédoublés  également(en plus des CE2/CM1/CM2) mais nous n'avons pas les locaux pour dédoubler toutes les classes. L'inspecteur nous parle alors de mettre deux enseignants (pour les CE1) dans une seule et même classe, chaque enseignant n'étant titulaire que de ses 14élèves. Y en a t-il parmi vous qui ont ce dispositif. Etant sur le CE1 cette année, et souhaitant le garder j'ai toutefois du mal à me projeter. Si il y a déjà un post je veux bien le lien aussi ;) Merci.

Link to comment
Share on other sites

J'adorerais fonctionner ainsi...à condition d'être en binôme avec un collègue "complice" (mêmes orientations pédagogiques, sympa...).

Il serait alors possible de se partager les préparations (du genre l'un prépare la séance de sciences, l'autre celle de géo / l'un prépare la découverte d'une notion en conj, l'autre d'une séance en géométrie etc...).

Surtout, il serait possible d'avoir un enseignant qui anime la séance pendant que l'autre intervient en direct auprès des élèves pour aider, reformuler, ...Lors des moments de travail en autonomie, ce serait tout aussi intéressant.

Link to comment
Share on other sites

Il n'y en a fort heureusement pas dans mon école, peu demandée donc disposant d'assez de classe pour permettre à chaque enseignant de CP et CE1 d'avoir sa salle.

Mais ça existe dans d'autres écoles de ma REP+ et, sauf dans le cas de très grandes classes avec possibilité de cloisonner (rideau par exemple) et avec deux enseignants qui s'entendent bien (surtout sur le niveau sonore et d'exigences), je n'en vois pas du tout l'intérêt.

Il y a même des écoles où il n'y a tellement pas de place que des classes ont été installées dans des ateliers, des recoins, donc il est nécessaire de décloisonner en permanence pour éviter à 12 élèves d'être confinés en permanence. Ils doivent donc faire suivre constamment le cartable, n'ont pas de casier à eux, ... bref, du grand n'importe quoi !

Les élèves de CP et CE1 ont avant tout besoin de cadre sécurisant, de rigueur.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Je suis en Ce1 100% réussite, en binôme avec une collègue. Je me suis engagée volontairement dans cette démarche, et nous avons toutes deux choisi notre binôme en amont après une année de CE1 en solo.

Nous sommes plus que ravies du dispositif. Nos élèves et leurs parents aussi. Si tu as des questions, welcome !

Link to comment
Share on other sites

  • André Jorge changed the title to Classe dédoublée : deux enseignants dans la même classe?

à part réelle envie de travailler en binôme, j'imagine qu'être forcé de travailler dans la même pièce qu'une autre classe peut virer au cauchemar...enfin je ne dois pas être assez "open"

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, penelope61 a dit :

à part réelle envie de travailler en binôme, j'imagine qu'être forcé de travailler dans la même pièce qu'une autre classe peut virer au cauchemar...enfin je ne dois pas être assez "open"

Pour en avoir déjà entendu parler dans ma circonscription, l'idée n'est pas du tout de faire deux choses distinctes au même moment avec chacun essayant de parler plus fort que l'autre.

L'idée est d'animer alternativement une séance pendant que l'autre circule, intervient dans les rangs, se met à côté d'un groupe très faible ... une co-intervention en somme.

Link to comment
Share on other sites

c'est idée du maitre +...c'est top sur des séances ciblées, préparées....mais tout le temps ??

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, penelope61 a dit :

c'est idée du maitre +...c'est top sur des séances ciblées, préparées....mais tout le temps ??

oui on a eu un maitre + aussi. ça demandait déjà (en principe) un travail important de communication, mais c'était différent car le titulaire reste la référence des élèves, et le maitre + n'est pas là H24. 

 

Il y a 21 heures, javanaise a dit :

Je suis en Ce1 100% réussite, en binôme avec une collègue. Je me suis engagée volontairement dans cette démarche, et nous avons toutes deux choisi notre binôme en amont après une année de CE1 en solo.

Nous sommes plus que ravies du dispositif. Nos élèves et leurs parents aussi. Si tu as des questions, welcome !

Quand tu auras le temps je veux bien que tu me décrives dans les grandes lignes une journée type (place et rôle de chacun) et surtout comment vous préparez vos séances du coup: j'ai deux jeunes enfants, donc je pars très vite le soir, j'arrive à la dernière minute le matin (mon organisation est rodée, les photocopies faites le midi souvent une semaine à l'avance), je n'ai absolument pas le temps de préparer sur le temps de la semaine. C'est cela qui me fait peur, plus que de "partager" "ma" classe car je suis assez souple et sympa (si, si!!!) (je suis à temps partiel aussi, j'ai donc l'habitude de déléguer et lacher prise).

Après j'espère quand même ne pas avoir ce cas. rien n'est acté.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Goëllette a dit :

Il n'y en a fort heureusement pas dans mon école, peu demandée donc disposant d'assez de classe pour permettre à chaque enseignant de CP et CE1 d'avoir sa salle.

Mais ça existe dans d'autres écoles de ma REP+ et, sauf dans le cas de très grandes classes avec possibilité de cloisonner (rideau par exemple) et avec deux enseignants qui s'entendent bien (surtout sur le niveau sonore et d'exigences), je n'en vois pas du tout l'intérêt.

Il y a même des écoles où il n'y a tellement pas de place que des classes ont été installées dans des ateliers, des recoins, donc il est nécessaire de décloisonner en permanence pour éviter à 12 élèves d'être confinés en permanence. Ils doivent donc faire suivre constamment le cartable, n'ont pas de casier à eux, ... bref, du grand n'importe quoi !

Les élèves de CP et CE1 ont avant tout besoin de cadre sécurisant, de rigueur.

:ohmy: 

voilà comment un dispositif fait pour aider les élèves se retrouve être en fait un véritable recul parce que les gus de là haut ne pensent pas à tout ça...et au financement des idées qu'ils avancent.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, KSandra a dit :

Pour en avoir déjà entendu parler dans ma circonscription, l'idée n'est pas du tout de faire deux choses distinctes au même moment avec chacun essayant de parler plus fort que l'autre.

L'idée est d'animer alternativement une séance pendant que l'autre circule, intervient dans les rangs, se met à côté d'un groupe très faible ... une co-intervention en somme.

Sauf que l'enseignant est titulaire de 12 ou 14 élèves, donc c'est tout de même assez étrange, ne serai ce que pour remplir les livrets, recevoir les parents... ça demande une sacrée organisation quand même la co intervention.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, KSandra a dit :

Pour en avoir déjà entendu parler dans ma circonscription, l'idée n'est pas du tout de faire deux choses distinctes au même moment avec chacun essayant de parler plus fort que l'autre.

L'idée est d'animer alternativement une séance pendant que l'autre circule, intervient dans les rangs, se met à côté d'un groupe très faible ... une co-intervention en somme.

Mais quel en est réellement le bénéfice par rapport à avoir 12 élèves avec UN enseignant dans une seule salle et éventuellement décloisonner à certains moment DE LA SEMAINE ?

Proche de 0.

Simplement, il fallait imposer les classes dédoublées sans préparation en amont et notamment une totale refonte de la carte scolaire pour avoir assez de salles.

 

Il y a 11 heures, penelope61 a dit :

c'est idée du maitre +...c'est top sur des séances ciblées, préparées....mais tout le temps ??

Et le maitre + a(vait) sa classe et justement permettait de réellement alléger l'effectif une partie du temps.

 

Il y a 3 heures, titane77 a dit :

:ohmy: 

voilà comment un dispositif fait pour aider les élèves se retrouve être en fait un véritable recul parce que les gus de là haut ne pensent pas à tout ça...et au financement des idées qu'ils avancent.

C'est ça.

Et je pense sincèrement que l'idée du ministre est de prouver que ... l’allègement des effectifs n'a quasiment aucun bénéfice par rapport à ce qui se faisait précédemment dans le cas dans les classes avec co-intervention et certainement pas une efficacité deux fois plus grande avec un enseignant pour 12 qu'avec un enseignant pour 24.

Avec toutes les conséquences que ça aura en suppression de postes et en aggravation des conditions de travail, alors que pendant ce temps, la véritable raison de la baisse du niveau scolaire des petits Français (leur vie à la maison) est laissée de côté.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, titane77 a dit :

oui on a eu un maitre + aussi. ça demandait déjà (en principe) un travail important de communication, mais c'était différent car le titulaire reste la référence des élèves, et le maitre + n'est pas là H24. 

 

Quand tu auras le temps je veux bien que tu me décrives dans les grandes lignes une journée type (place et rôle de chacun) et surtout comment vous préparez vos séances du coup: j'ai deux jeunes enfants, donc je pars très vite le soir, j'arrive à la dernière minute le matin (mon organisation est rodée, les photocopies faites le midi souvent une semaine à l'avance), je n'ai absolument pas le temps de préparer sur le temps de la semaine. C'est cela qui me fait peur, plus que de "partager" "ma" classe car je suis assez souple et sympa (si, si!!!) (je suis à temps partiel aussi, j'ai donc l'habitude de déléguer et lacher prise).

Après j'espère quand même ne pas avoir ce cas. rien n'est acté.

Avant de te parler d'une journée, je te parle de notre organisation de base.

En amont nous avons préparé les progressions et l'emploi du temps ensemble, ainsi que l'organisation spatiale de la classe (rangement du matériel, emplacement des affichages,  coin regroupement, coin remédiation, tables/chaises/armoires/bureau....).

On revoit les emplois du temps, le plan de classe, le planning des ateliers à chaque période. Et on se sépare les matières (cela peut varier d'une période à l'autre).

Voilà le gros du travail que nous faisons ensemble hors temps de présence à l'école.

 

Toutes les trois semaines, on fait nos progressions et sur cette base, chacune à son tour remplit le cahier journal et on le suit très scrupuleusement.

Sinon ma collègue arrive assez tôt le matin.

Elle prépare la classe (fin de rangement, date, devoirs à noter pour les enfants qui arrivent à 8H20, barquettes pour notre séance quotidienne d'ateliers).

 Chacune à son tour, on déroule les séances. On les prépare chacune dans son coin, sans forcément en parler à l'autre, comme si on était seule.

Il y a celle qui mène et c'est tout à fait évident.

L'autre gère : le matériel, les éventuels problèmes de discipline, les besoins particuliers. Et elle observe. Souvent c'est aussi elle qui fait le bilan de la séance (conseil judicieux de notre CPC). Il n'y en a jamais plus d'une au bureau (et on a un seul bureau), même dans les temps d'autonomie.

Nous déjeunons ensemble presque tous les midis. C'est essentiellement sur ce temps que nous faisons les ajustements et les projets. Le soir, on part vite.

 

Les enfants ne savent pas forcément très bien qui est leur maîtresse, même si chacun fait ses livrets, et remplit ses évaluations nationales. Hors livret, les relations parents se font souvent à deux ou au feeling pour les situations délicates.

Les APC se font en commun et préparées par une seule des deux. 

 

Pour ce qui est de la souplesse, j'ai plus de mal à te répondre. C'est carrément subjectif. Je peux juste te dire que si on est d'accord au départ, c'est beaucoup plus simple de poser le cadre lorsqu'on est deux enseignants et qu'on est pas moins sympa pour autant.

En fin d'année dernière, on nous a permis d'aller observer un binôme une matinée (munies d'une grille). C'était pas mal de pouvoir débriefer ensuite et discuter de ce que l'on accepte, de ce qu'on peut tolérer, de ce qui est important . On a établi nos règles communes à partir de cela.

Il y a deux autres binômes dans mon école et les organisations sont variables. Je suis outrageusement contre le fait que le binôme puisse être imposé, cela me semble quand même un risque majeur d'échec, une entrave à la liberté pédagogique. Mais quand cela marche bien, les bénéfices sont évidents. Pour les enfants fragiles ou avec de grosses difficultés comportementales,  et aussi pour les enseignants de faible expertise (comme nous, en deuxième année de CE1 toutes deux).

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 40 minutes, javanaise a dit :

Avant de te parler d'une journée, je te parle de notre organisation de base.

En amont nous avons préparé les progressions et l'emploi du temps ensemble, ainsi que l'organisation spatiale de la classe (rangement du matériel, emplacement des affichages,  coin regroupement, coin remédiation, tables/chaises/armoires/bureau....).

On revoit les emplois du temps, le plan de classe, le planning des ateliers à chaque période. Et on se sépare les matières (cela peut varier d'une période à l'autre).

Voilà le gros du travail que nous faisons ensemble hors temps de présence à l'école.

 

Toutes les trois semaines, on fait nos progressions et sur cette base, chacune à son tour remplit le cahier journal et on le suit très scrupuleusement.

Sinon ma collègue arrive assez tôt le matin.

Elle prépare la classe (fin de rangement, date, devoirs à noter pour les enfants qui arrivent à 8H20, barquettes pour notre séance quotidienne d'ateliers).

 Chacune à son tour, on déroule les séances. On les prépare chacune dans son coin, sans forcément en parler à l'autre, comme si on était seule.

Il y a celle qui mène et c'est tout à fait évident.

L'autre gère : le matériel, les éventuels problèmes de discipline, les besoins particuliers. Et elle observe. Souvent c'est aussi elle qui fait le bilan de la séance (conseil judicieux de notre CPC). Il n'y en a jamais plus d'une au bureau (et on a un seul bureau), même dans les temps d'autonomie.

Nous déjeunons ensemble presque tous les midis. C'est essentiellement sur ce temps que nous faisons les ajustements et les projets. Le soir, on part vite.

 

Les enfants ne savent pas forcément très bien qui est leur maîtresse, même si chacun fait ses livrets, et remplit ses évaluations nationales. Hors livret, les relations parents se font souvent à deux ou au feeling pour les situations délicates.

Les APC se font en commun et préparées par une seule des deux. 

 

Pour ce qui est de la souplesse, j'ai plus de mal à te répondre. C'est carrément subjectif. Je peux juste te dire que si on est d'accord au départ, c'est beaucoup plus simple de poser le cadre lorsqu'on est deux enseignants et qu'on est pas moins sympa pour autant.

En fin d'année dernière, on nous a permis d'aller observer un binôme une matinée (munies d'une grille). C'était pas mal de pouvoir débriefer ensuite et discuter de ce que l'on accepte, de ce qu'on peut tolérer, de ce qui est important . On a établi nos règles communes à partir de cela.

Il y a deux autres binômes dans mon école et les organisations sont variables. Je suis outrageusement contre le fait que le binôme puisse être imposé, cela me semble quand même un risque majeur d'échec, une entrave à la liberté pédagogique. Mais quand cela marche bien, les bénéfices sont évidents. Pour les enfants fragiles ou avec de grosses difficultés comportementales,  et aussi pour les enseignants de faible expertise (comme nous, en deuxième année de CE1 toutes deux).

 

Je te remercie. C'est donc bien tout ce travail en amont ensemble qui me fait peur. Je prépare ma classe chez moi pendant les vacances quand les miens sont à la sieste ou le soir, quand j'ai un moment quoi (c'st très aléatoire du coup). On ne sait pas encore qui prendra cette classe (et si elle existera) mais avouons qu'entre les 5cp à 14 les 2autres CE1 à 14 et ce CE1 à 28 avec deux enseignants, des tensions vont sans doute se faire sentir et comme tu dis, ça ne peut pas être bénéfique. On attend la réponse de la mairie qui est la seule à pouvoir adapter (ou pas) nos locaux. (en attendant on sacrifiera aussi la bibliothèque et la salle informatique, pour l'IEN cette dernière ne sert à rien car toutes les écoles seront munies de tablettes...mais oui, mais oui, on y croit!)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

C'est le cas dans notre école cette année pour les CP et ce sera le même dispositif pour les CE1 car nous n'avons pas de locaux disponibles.

Le groupe classe est souvent dédoublé le matin et les enseignantes emmènent leurs élèves où il y a de la place pour travailler: BCD, salle informatique…..

Avec 3 classes de CP cette année cela reste jouable mais avec 3 classes de CE1 en plus l'an prochain….

L'après-midi, elles restent dans leur classe et font de la co-intervention ou travaillent sous forme d'ateliers.

Les enseignantes apprécient le dispositif. 

 

Link to comment
Share on other sites

Un petit témoignage de co-intervention réussie. (J'adore ça)

Enseignante en cm2, je travaille en co-intervervention avec une collègue devenue amie de cp en chant et sport et autre si l'envie ou le besoin nous vient. Mes élèves sont tuteurs des siens. Nous avons des classes entières et chargées. 

Les rôles sont partagés, les élèves des deux classes considèrent avoir 2 maîtresses.

En sport, ma collègue s'occupe de la pédagogie et moi de la discipline. Si j'ai une idée d'aménagement pédagogique je lui en parle. En amont elle me dit ce qu'elle a prévu de faire. Si nous ne sommes pas d'accord, on en parle aussi. En chant même répartition sauf pour la technique de chant, ça c'est ma spécialité.  Quand on fait un chant à deux voix, on prend chacune une voix. Nous sommes devenues tellement complices qu'à force, nous n'avons plus besoin de nous parler. Parfois nous partons dans des délires et les élèves nous suivent. Ils savent que nous avons les mêmes règles, les mêmes valeurs et qu'il est donc impossible de jouer l'une contre l'autre.

Elle prend mes élèves en anglais et moi les siens en oral. Mes élèves futurs segpa vont aider ses CP en difficulté en lecture ou en maths et du coup tout le monde progresse.  L'an dernier, elle avait aussi des ce1 et parmi ceux-là 2 qui étaient très en avance. Du coup pendant les  séances de réinvestissement ou remediation, ils venaient chez moi faire des rallyes maths avec l'ensemble de la classe (je faisais 3 niveaux de rallyes).

Elle m'aide avec mes élèves et moi avec les siens. L'an dernier c'est moi qui ai proposé la répartition de ses élèves, pour vous dire à quel point on finit par bien connaitre les élèves de l'autre. On peut mettre des appréciations sur les livrets de l'autre s'il y a un intérêt. De même je peux rencontrer avec elle les parents de sa classe et inversement. Et c'est très appréciable de ne pas être seul, de pouvoir parler sereinement de ses problèmes.

Tout le monde est ravi, élèves, parents (qui du coup 4 ans plus tard demandent que leurs enfants soient dans ma classe) et nous.

Bref, tout ça pour dire que la non-intervention c'est génial à condition qu'on soit complémentaires et respectueux l'un de l'autre.  Si en plus on est  complice alors...

Là il s'agit d'une grosse co intervention, j'en ai aussi faite avec un de mes collègues de Cm2. Toujours la même idée, s'entraider au bénéfice des élèves. Avec eux j'ai appris à gérer 2 classes en même temps. 

Je suis aussi en co-intervention sur l'aide aux devoirs au collège. C'est plus ou moins évident selon le co-intervenant (non choisi) mais ça fonctionne.  Il faut évidemment être adaptable, être naturel et discuter. Et évidemment il ne faut pas se mettre en compétition avec l'autre et parfois cela demande de revoir son point de vue sur la position du professeur et son rôle. 

La grosse difficulté est pour un éventuel remplaçant sur du long terme.

Pour la petite histoire du coup l'an dernier, 3 classes m'appelaient maîtresse 😁 je faisais l'accueil du matin, les parents hallucinaient. 

Link to comment
Share on other sites

ssez incroyable ton témoignage Maryl ! ça donne envie !

c'est un peu à côté au niveau du sujet, mais dans quel dispositif tu fais de l'aide au devoir au collège?

Link to comment
Share on other sites

ici aussi en binome et c'est top! parce que j'ai une binome en or avec qui on est sur la même longueur d'onde.

On ne se connaissait pas avant fin juin. Nous avons tout de suite mis sur table nos attentes et nos craintes sur ce dispositif. Pendant l'été vie de famille obligé nous nous sommes tout de même séparer les préparations tout en communiquant très régulièrement.

Depuis la rentrée nous travaillons la préparation essentiellement le midi et nous nous répartissons les documents à préparer sur nos heures perso. Avant chaque vacances nous programmons la période suivante et nous répartissons le travail après discussion du contenu. Nous venons à l'école une fois pendant les vacances pour faire les photocopies ensemble, voir ce que l'autre a fait (mais surtout papoter!!)

Pour le travail de classe très peu de frontal, et cela nous correspondait très bien.

Plusieurs dispositifs possibles :
ateliers qui tournent avec donc 2 ateliers dirigés;
travail en groupe classe avec une maîtresse qui gère l'ensemble et l'autre qui prend un petit groupe en soutien dans un coin ;
quand nos collègues partent en sport nous dédoublons la classe et profitons des locaux (exemple elle fait grammaire dans une autre salle avec 11 élèves et moi production d'écrits dans notre classe puis on échange) ;
certaines matières selon nous ne nécessitent pas d'être toujours à 2 comme QLM ou EPS car nous avons une intervenante, dans ces cas la une de nous va aider dans les classes de cycle 3 qui sont elles aussi ravies de pouvoir faire des ateliers jeux par exemple

Et pour les corrections dès que l'une de nous a un creux elle s'y met au lieu d'être inactive dans le fond de la classe. Nous faisons le reste au midi ensemble autant dire que cela va très vite!

Superbe expérience pour nous donc mais malheureusement suite à une fermeture dans mon école je perds me binôme et de toute façon la mairie a décidé de venir poser des cloisons pour séparer les classes. Mais avec tout ce que j'ai partagé et tout ce à quoi nos discussions ont menées je sais que j'ai beaucoup appris grâce à ce dispositif.

Après je pense que tous les binômes ne fonctionnent pas si bien cela dépend des personnalités. Le conseil que je donnerai est d'oser tout se dire dès le début sans crainte de l'autre plutôt que de ruminer quelque chose.

Bon courage!

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, penelope61 a dit :

ssez incroyable ton témoignage Maryl ! ça donne envie !

c'est un peu à côté au niveau du sujet, mais dans quel dispositif tu fais de l'aide au devoir au collège?

Devoirs faits 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je suis TR et il y a clairement une différence entre les classes avec un enseignant et 12-15 élèves et celles où il y en a le double.

Dans les secondes, je ne vois pas trop de différences avec ce qu'il y avait avant, sauf qu'il y a encore plus de bruit et que les élèves sont encore moins autonomes car ils peuvent solliciter l'enseignant à l'envi pour se faire tout répéter ! Et les enseignants parlent souvent entre eux.

Dans les premières, même s'il est parfois difficile de les faire se ranger et rester à leur place, il y a une ambiance de travail sereine. On sent bien ce que ça apporte.

Mais dans ma circonscription, les collègues par deux ne ferment jamais la cloison amovible entre leurs deux moitiés. Peut-être que ce serait plus bénéfique, même si c'est plus petit, qu'ils restent "chacun chez soi".

Link to comment
Share on other sites

Le 26/03/2019 à 07:55, Bogey a dit :

Je suis TR et il y a clairement une différence entre les classes avec un enseignant et 12-15 élèves et celles où il y en a le double.

Dans les secondes, je ne vois pas trop de différences avec ce qu'il y avait avant, sauf qu'il y a encore plus de bruit et que les élèves sont encore moins autonomes car ils peuvent solliciter l'enseignant à l'envi pour se faire tout répéter ! Et les enseignants parlent souvent entre eux.

Dans les premières, même s'il est parfois difficile de les faire se ranger et rester à leur place, il y a une ambiance de travail sereine. On sent bien ce que ça apporte.

Mais dans ma circonscription, les collègues par deux ne ferment jamais la cloison amovible entre leurs deux moitiés. Peut-être que ce serait plus bénéfique, même si c'est plus petit, qu'ils restent "chacun chez soi".

Comme je te comprends....

 

Je suis dans une classe "double" et je  ne sais pas comment préparer le travail des remplaçants....

En rep+, nous bénéficions d'un certain nombre de formations sur temps scolaire, durant lesquelles nous sommes remplacé(e)s.

Mais si c'est du co-enseignement, il n'y a parfois qu'une remplaçante pour deux enseignants - et de ce fait nous sommes obligé(e)s de bricoler des journées assez éloignées de notre réalité quotidienne. Pour nos élèves, c'est la grosse brèche. Ils testent tout.

Et quand nous sommes remplacées à deux pour deux, comment expliquer ce rôle que chacun s'est forgé, un peu comme papa et maman au sein d'une famille?  Surtout que les remplaçants, eux, ils ne se sont pas choisis en fonction de leurs affinités et de leurs approches pédagogiques.

Bref, c'est juste un enfer de trouver des remplaçants pour les classes en co-enseignement, et c'est un des points faibles de ce fonctionnement. D'ailleurs dans notre école ou il y a 3 classes doubles (et un peu plus de dédoublées), aucun binôme ne souhaite de remplaçant lorsque son binôme est absent pour moins de trois jours. C'e serait plutôt du travail en plus.

 

Par contre, pour donner un contrepoint à ton point de vue, je donne le mien. J'ai à mon actif deux ans en CE1. Je récupère des élèves de 4 classes différentes, pilotées par 4 enseignants chevronnés, + 1 nouvelle. Je n'ai pas vu la différence que tu décris. J'ai par contre vu assez nettement la différence entre les élèves des enseignants expérimentés et ceux du  nouvel enseignant.

Et puis cette année, les CE1 ont eux aussi été dédoublés. Il n'y avait pas trop de volontaires. Ce sont les locaux, et pas les intentions pédagogiques qui ont guidé les choix de CP/CE1 à 12 ou à 24. Forcément, il y a eu mariage forcé et ce sont des T1 qui se sont laissés imposer ce fonctionnement particulier. Et si l'alliance volontaire semble décupler les forces, il se pourrait que l'alliance forcée décuple les défaillances.

Je travaille dans le 93, il faut dire.

Des nouveaux, il y en a entre 1200 et 1500 par an je crois.

Il n'y aura pas de CE1 dédoublés en REP pour eux en 2019. Peut être en 2020.

Il n'y a pas de locaux, tu comprends..... Alors mieux vaut une classe avec un seul enseignant. Personne ne sera payé pour rien, ou pour pire. Dans le 93.

J'espère Bogey, que tu n'es pas de ce département. Vu ton propos.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, javanaise a dit :

J'ai par contre vu assez nettement la différence entre les élèves des enseignants expérimentés et ceux du  nouvel enseignant.

Dans quel sens ?

 

Il y a 13 heures, javanaise a dit :

Et si l'alliance volontaire semble décupler les forces, il se pourrait que l'alliance forcée décuple les défaillances.

C'est possible, mais les responsables ne sont pas les enseignants chevronnés, qui ont eux-même sans doute vécu leurs propres galères à leurs débuts mais les initiateurs de cette trouvaille de co-intervention.

 

Il y a 13 heures, javanaise a dit :

Mais si c'est du co-enseignement, il n'y a parfois qu'une remplaçante pour deux enseignants - et de ce fait nous sommes obligé(e)s de bricoler des journées assez éloignées de notre réalité quotidienne. Pour nos élèves, c'est la grosse brèche. Ils testent tout.

C'est là qu'on voit les limites du système car les élèves devraient au contraire être bien plus autonomes, au travail et adaptables.

Enfin, c'était le but des dédoublements ...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, javanaise a dit :

Je travaille dans le 93, il faut dire.

Des nouveaux, il y en a entre 1200 et 1500 par an je crois.

Il n'y aura pas de CE1 dédoublés en REP pour eux en 2019. Peut être en 2020.

Il n'y a pas de locaux, tu comprends..... Alors mieux vaut une classe avec un seul enseignant. Personne ne sera payé pour rien, ou pour pire. Dans le 93.

Voici ce que répond le ministre, au sujet du 93 :

 

Citation

En Seine-Saint-Denis, il va manquer des enseignants pour diviser par deux les classes de CE1 du réseau d’éducation prioritaire… Avez-vous les moyens de vos ambitions ?

Nous créons des postes à la rentrée prochaine, qui vont nous permettre de mener ces dédoublements. La Seine-Saint-Denis est le premier département bénéficiaire de cette mesure. Mais c’est aussi l’un des très rares cas où nous avons un problème pratique — un manque de locaux — pour arriver à diviser les classes, et un manque de ressources humaines de qualité indispensable pour y parvenir. Donc nous préférons étaler la fin du déploiement. Au lieu d’être totalement effective sur deux ans, il le sera sur trois. Cela n’empêche pas que nous passons, sur l’ensemble du pays, de 180 000 enfants bénéficiaires à 300 000 à la rentrée prochaine, c’est-à-dire 20 % d’une génération. C’est considérable.

Voici le lien vers l'article, donné par AJ sur un autre sujet http://www.leparisien.fr/societe/jean-michel-blanquer-je-suis-pret-a-amender-mon-projet-de-loi-sur-l-ecole-27-03-2019-8041188.php?fbclid=IwAR3S8qHUneuHEnNAyQ7BAo3PcCJNYgQp3H48Cp2HGoO4nDdj3HJSxiBRTiA

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

Comme je te comprends....

 

Je suis dans une classe "double" et je  ne sais pas comment préparer le travail des remplaçants....

En rep+, nous bénéficions d'un certain nombre de formations sur temps scolaire, durant lesquelles nous sommes remplacé(e)s.

Mais si c'est du co-enseignement, il n'y a parfois qu'une remplaçante pour deux enseignants - et de ce fait nous sommes obligé(e)s de bricoler des journées assez éloignées de notre réalité quotidienne. Pour nos élèves, c'est la grosse brèche. Ils testent tout.

C'est le risque à terme : que l'un des deux "remplace" systématiquement celui qui est absent donc qu'on n'envoie plus personne.

D'où l'intérêt de fermer le rideau, de travailler séparément et si possible, d'avoir sa salle à soi.

Chez nous, ils envoient toujours deux TR REP+ pour les formations (ce sont les TR REP+ eux-mêmes qui se sont répartis les remplacements, en début d'année, et qui ajustent, en cas de problème)), et j'ai très peu été envoyé pour remplacer un enseignant d'une "doublette".

 

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

Et quand nous sommes remplacées à deux pour deux, comment expliquer ce rôle que chacun s'est forgé, un peu comme papa et maman au sein d'une famille?  Surtout que les remplaçants, eux, ils ne se sont pas choisis en fonction de leurs affinités et de leurs approches pédagogiques.

D'où l'intérêt que le remplaçant soit un TITULAIRE formé, qui ait le bagage pour s'adapter.

Moi-même, j'ai passé (et réussi) l'entretien pour avoir une classe dédoublée, donc je suis un peu "au parfum", même si je suis très réservé sur l'intérêt de changer de pédagogique parce qu'on a deux fois moins d'élèves ou deux fois plus de maitres.

Le but de ce dispositif devrait être de faire avancer les élèves plus vite, de les rendre autonomes, sereins, de les faire travailler dans le calme.

C'est en général le cas dans les classes de 12, mais pas du tout dans les classes de 2x12 dans la même salle, où il règne un brouhaha permanent, où les élèves se déplacent et sollicitent les enseignants sans arrêt et où ceux-ci se parlent constamment à travers la classe.

 

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

Bref, c'est juste un enfer de trouver des remplaçants pour les classes en co-enseignement, et c'est un des points faibles de ce fonctionnement. D'ailleurs dans notre école ou il y a 3 classes doubles (et un peu plus de dédoublées), aucun binôme ne souhaite de remplaçant lorsque son binôme est absent pour moins de trois jours. C'e serait plutôt du travail en plus.

C'est une erreur.

Nous avons deux doublettes comme ça, mais la véritable raison du refus, c'est qu'en réalité, ils "bidouillent" en permanence, qu'il n'y a pas de réelle préparation de classe, ce qui est, c'est sûr, assez difficile à rendre évident, dans la mesure où ils sont considérés comme des "super instits".

 

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

 

Par contre, pour donner un contrepoint à ton point de vue, je donne le mien. J'ai à mon actif deux ans en CE1. Je récupère des élèves de 4 classes différentes, pilotées par 4 enseignants chevronnés, + 1 nouvelle. Je n'ai pas vu la différence que tu décris. J'ai par contre vu assez nettement la différence entre les élèves des enseignants expérimentés et ceux du  nouvel enseignant.

Quelles différences as-tu constaté ?

 

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

Et puis cette année, les CE1 ont eux aussi été dédoublés. Il n'y avait pas trop de volontaires. Ce sont les locaux, et pas les intentions pédagogiques qui ont guidé les choix de CP/CE1 à 12 ou à 24. Forcément, il y a eu mariage forcé et ce sont des T1 qui se sont laissés imposer ce fonctionnement particulier. Et si l'alliance volontaire semble décupler les forces, il se pourrait que l'alliance forcée décuple les défaillances.

Ici aussi, les anciens des écoles ont en général gardé leur salle pour 12 et les plus récents se partagent une salle, quand il n'est pas possible de faire autrement.

 

Il y a 20 heures, javanaise a dit :

Je travaille dans le 93, il faut dire.

Des nouveaux, il y en a entre 1200 et 1500 par an je crois.

Il n'y aura pas de CE1 dédoublés en REP pour eux en 2019. Peut être en 2020.

Il n'y a pas de locaux, tu comprends..... Alors mieux vaut une classe avec un seul enseignant. Personne ne sera payé pour rien, ou pour pire. Dans le 93.

J'espère Bogey, que tu n'es pas de ce département. Vu ton propos.

Non, mais j'imagine que ce ne doit pas être le bonheur.

Je croyais même qu'il n'y avait déjà pas assez d'enseignant pour mettre face à 24 élèves ... 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
Le 14/03/2019 à 23:05, javanaise a dit :

Je suis en Ce1 100% réussite, en binôme avec une collègue. Je me suis engagée volontairement dans cette démarche, et nous avons toutes deux choisi notre binôme en amont après une année de CE1 en solo.

Nous sommes plus que ravies du dispositif. Nos élèves et leurs parents aussi. Si tu as des questions, welcome !

Bonsoir Javanaise, à la rentrée nous mettons en place des classes de cycle coopératives avec deux enseignantes par classe. Nous sommes toutes très investies dans ce projet. Pourrais-tu m'en dire plus sur votre organisation?

Je travaille déjà personnellement  dans ma classe avec un parcours personnalisé pour chaque élève. J'ai commencé à travailler ainsi lorsque j'ai eu des ce2 cm1 avec une grande disparité de niveau. Ce n'était pas possible pour moi de partir sur de l'enseignement traditionnel et c'est ainsi que j'ai vraiment commencé à ne plus considérer ma classe comme des niveaux de classe définies mais comme un groupe d'élèves avec des besoins différents. J'ai tout remis en question mon enseignement deux semaines après la rentrée et quand je me suis lancée dans ce travail de différenciation, de prise  en compte des besoins de chaque élève, je me suis sentie libérée, accomplie. Tout le travail que j'avais initié les années précédentes prenait enfin sens.

 La rigueur est de mise mais quel bonheur de voir évoluer les élèves avec sourire parce qu'ils n'ont pas la pression. Ils savent qu'ils font l'évaluation quand ils se sentent prêts. Les plus faibles ne se sentent pas mis à l'écart.

Bref j'arrête là mon blabla parce que je peux en parler et écrire des pages et des pages tellement c'est passionnant de travailler ainsi.

Revenant au fait qu'à la rentrée prochaine nous allons travailler avec deux enseignantes par classe et nous recherchons des témoignages, des conseils...

Je te remercie pour ton retour.

S'il y en a d'autres je prends aussi.

Bonnne continuation à toutes.

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...