Jump to content
Mickey78

Envoi abusif au samu

Recommended Posts

fleur7

Bonjour, lorsque vous dites que les enseignantes veulent faire passer votre enfant pour handicapé, je pense que c'est parce qu'elles vous ont proposé de faire un dossier auprès de la MDPH. C'est le seul moyen que nous avons pour qu'une AVS puisse venir aider votre enfant à l'école et ainsi peut-être lui permettre de mieux se canaliser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
éowin

Demander l’ouverture d’un dossier MDPH ce n’est pas vouloir faire passer votre fils pour un handicapé mental?!?!?!?!?!

C’est vouloir lui ouvrir des possibilités d’aide (physiques et financières) et à vous aussi soit dit en passant. Le parcours est si long et compliqué qu’il faut commencer dès que possible!

Votre enfant est suivi mais visiblement cela ne suffit plus ou ne suffit pas. 

Vous êtes vraiment braquée contre les enseignants de l’école !!!! Et bien changez-le d'école!!!!!! A n’en pas douter on vous tiendra le même discours ailleurs!!!!

Soit dit en passant, nous voyons arriver ces enfants dont les parents refusent de voir ou ont du mal à admettre les troubles, il faut faire les dossiers en urgence, il est souvent bien tard et les dommages sont déjà grands. Que de temps de perdu! Si ce qui est à faire l’avait été dès les premières demandes, pour certains les troubles seraient devenus insignifiants!

Votre enfants à de bons résultats, tant mieux, mais sans soins adaptés cela ne va pas durer!

Je rêve d’une obligation de soin! Mais rassurez-vous ce n’est malheureusement pas près d’arriver....

Share this post


Link to post
Share on other sites
coccinutella

Pourquoi penser qu' on veut faire passer votre fils pour un handicapé mental ? 

Un enfant qui "cri seulement" sans insolence ça ne vous semble pas si grave mais s agit il seulement de ça? 

Si vous pensez que l envoi est abusif allez voir l hôpital et demandez un rapport 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond

Ce que je vais écrire pourra être violent, je m'en excuse mais vous n'êtes absolument pas obligé de lire , ou de tenir compte de mon écrit.

Vous nous demandez notre avis, et nos conseils? Mon avis ne va pas aller dans votre sens.

Votre enfant "crie"  et pourquoi ?

Si il est en souffrance , il faut lui donner la possibilité de ne plus avoir ce sentiment terrible de ne pas pouvoir être bien au point d'être obligé de le  crier.

Si il est porteur d'un handicap , psychique , mental ou physiologique, pourquoi lui refuser l'aide dont il a, et aura besoin?

C'est dur, voir impossible d'accepter qu'un enfant soit différent mais sans diagnostique par un médecin, IMPOSSIBLE de le savoir ou de savoir que finalement ce n'est pas ça.

S'armer au cas où il y ait un handicap ou savoir que ce n'est qu'une difficulté éducative  , c'est la responsabilité des parents que de prendre en compte  l'avenir de l'enfant. Les enseignants passent, les parents restent. 

Vouloir que les enseignants changent n"est ce pas pour vous une forme de déni de la difficulté de votre enfant.

 

Un psychologue n'est pas médecin et pour votre enfant si j'ai bien lu il n'y a eu que l'intervention d'un psychologue en maternelle.

Il serait peut être temps d'avoir un bilan par une équipe pluridisciplinaire , médecin, pédopsychiatre, psychomotricien, pédiatre, ... équipe que l'on trouve dans les hopitaux .

Il faut beaucoup de courage aux parents pour accepter son enfant tel qu'il est et non pas tel qu'on le souhaite. Il faut encore plus de courage pour assumer toutes les difficultés liées à l'éducation d'un enfant en difficulté.

Je vous souhaite de trouver le chemin le plus doux pour vous, mais ne pensez pas que ce soit les enseignants qui porteront votre enfant jusqu'à son autonomie d'adulte.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
coccinutella

Le message précédent est plein de bon sens... pas facile à lire pour un parent mais réaliste 

On le redira mais aucun médecin du samu ne prendra en charge un enfant pour de simples cris .... même si la maîtresse le supplie ... ils ont autre chose à faire et des urgences plus vitales que ça 

Les enseignants sont là pour le bien des enfants .... même si certains non, la majorité oui et le samu certainement ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
coccinutella
Il y a 3 heures, lilie2fr a dit :

Je vous arrete de suite, le samu ne nous priorise pas, loin de là et ne se deplace que rarement (et je suis en grande ville, pas en pleine campagne). Il gère les urgences et s'ils sont venus ET qu'ils ont emmené votre enfant c'est qu'ils (les professionnels de santé) ont jugé le cas assez préoccupant et pas juste " pour faire plaisir à la directrice et à la maitresse".

+1 pour une énorme crise d asthme avec impossibilité de joindre la maman et pas de traitement dans l école (la maman n avait pas dit que son fils était asthmatique) le gamin n allait pas bien du tout ... le samu m a juste dit de le surveiller étroitement et ne s est pas déplacé.... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
*Random*

Vous devriez changer de psychologues. Des psys qui ne trouvent rien à redire chez un enfant qui fait des crises d'angoisse avec trouble de l'opposition et qui répète des phrases en boucle ont raté quelque chose. Voyez avec un pédopsychiatre ou un neuropsychiatre qui lui est médecin. Vous pouvez demander l'aide du psychologue scolaire qui saura vous orienter vers les bonnes structures proches de chez vous. Cela vous permettra au passage de reprendre contact avec l'école de façon plus sereine.

Ce n'est pas facile de faire le deuil de l'enfant parfait qu'on attendait, ça prend du temps, mais plus vous retarderez sa réelle prise en charge, plus il sera difficile de l'aider.

Bon courage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mickey78

Bonjour

Encore merci pour vos retours très révélateurs.

Je vais peut être également vous choquer mais mon fils a également rencontré les docteurs spécialisés mentionnés ci dessus au cours de sa vie (pédopsychiatre, psychomotricien, pédiatres, ...). Le constat de tous reste le même et plutôt contradictoires avec vos pistes de réflexions en cours...

Au final, je ne suis pas très avancé et manque de pistes concrètes pour que la stigmatisation cesse. Je sens que mon fils et moi allons passer une bonne prochaine année...

Vous pouvez clore le sujet 

Merci encore.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond
il y a 14 minutes, Mickey78 a dit :

Bonjour

Encore merci pour vos retours.

Je vais peut être également vous choquer mais mon fils a également rencontré les docteurs spécialisés mentionnés ci dessus au cours de sa vie (pédopsychiatre, psychomotricien, pédiatres, ...). Le constat de tous reste le même et plutôt contradictoires avec vos pistes de réflexions en cours...

Au final, je ne suis pas très avancé et manque de pistes concrètes pour que la stigmatisation cesse. Je sens que je vais passer une bonne prochaine année...

Vous pouvez clore le sujet 

Merci encore.

Votre enfant a été vu par plusieurs spécialistes qui ne diagnostiquent aucun lien avec un handicap psychique, mental ou physiologique. Vous avez la certitude que rien ne peut conduire votre enfant à avoir un tel comportement à l'école.

Il ne vous reste comme piste que l'éducatif.

Il va vous falloir entamer un chemin difficile de parentalité.

Essayez de vous faire aider par des spécialistes de la guidance parentale.

  Votre enfant peut retrouver les repères normaux qui permettent à un enfant de se couler dans une "norme" scolaire ,

Vous pouvez l'aider à accepter les exigences d'une vie en collectivité, et  votre regard positif doit lui permettre de ne plus rejeter tout ce qui est contraignant à l'école;

C'est par les mots posés par les parents qu'un enfant grandit et apprend comment se comporter en collectivité.

Il apprend  de ses parents que c'est le travail et l'effort qui permet de réussir à l'école.

 Vous lui donnerez les clés de la réussite scolaire en lui  donnant l'envie et les moyens de contenir ses impulsions  et le besoin de controler ses désirs immédiats pour savoir attendre  ou accepter les frustrations de façon positive.

 

Bon courage vous avez un beau chemin à conduire avec votre enfant.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo

En gros, s'il n'a ni maladie ni handicap, il faut le recadrer rapidement.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lady Oscar

Bonjour, Si cet enfant n'a pas besoin d'un suivi particulier, il va avoir besoin d'apprendre à gérer sa colère. Je pense qu'un changement d'établissement pourrait l'aider car il arrivera avec des gens qui ne connaissent pas ses crises et pourra se refaire une nouvelle image (là il y a le regard impressionné des autres enfants et l'inquiétude des enseignants démunis).

en résumé: aidez-le à se canaliser, à mieux se comprendre et donner lui un univers neutre pour l'année prochaine.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
bouzou49

Bonjour

Pour avoir vécu des moments difficiles en tant que maman je vais vous donner mon point de vue:

-changez le d'école à la rentrée , parfois un autre regard un nouveau départ peut lui permettre de rebondir

-faites un dossier mdph si ce n'est pas fait afin de mettre en relation l'ensemble des professionnels et peut être pouvoir envisager des interventions sessad(ce sera long à obtenir mais les suivis seront lancés)

-allez voir  un autre psy (plutôt basé sur l'équilibre familial) et vous attendre à en prendre un peu dans la figure pour avancer mais enfin avoir des pistes!

Bon courage

Share this post


Link to post
Share on other sites
aleytys

+1 avec tout ce qui est dit plus haut.

De toute façon vous n'avez plus confiance en l'équipe éducative, changez-le d'école!

Et si le discours devient le même dans le nouvel établissement peut-être vous poserez vous les bonnes questions, pour vous, mais surtout pour votre enfant.

 

Et pour répondre à votre problématique première, à savoir, quoi faire pour que l'équipe enseignante ne stigmatise plus votre enfant, la chose primordiale, c'est de lui faire confiance!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
doubleR
Le 29/05/2019 à 17:08, Mickey78 a dit :

Dernier exemple en date, à la suite de l'envoi au Samu, le médecin scolaire me fait comprendre qu'elles envisagent de monter un dossier pour le faire passer comme handicapé mental (j'en arrive même à me demander si ce n'était pas le but caché de l'envoi aux urgences).

Il s'agit d'un dossier MDPH pas du tout réservè aux handicapés mentaux !!!!! On peut par exemple en faire pour des enfants dyslexiques ayant besoin d'une personne qui les aide en classe (AVS) Donc en général, ce dossier sert à demander cette aide.

 

Citation

 cette fois j'étais sur place et je dois bien encore avouer que je ne comprends toujours pas le motif ou les raisons pour lesquelles ils ont emmené mon enfant. C'est peut être un tord

Que vous ont dit les médecins lorsque vous avez récupéré votre fils ?

Et je rejoins les autres, s'il n'y a rien de médical, commet justifiez vous son insolence, le fait qu'il répète sans arrêt les mêmes phrases sans écouter l'adulte , qu'il se mette à crier pour se faire entendre ? Le reprenez-vous ?  Vous le punissez ? Comment cela se passe à la maison ? que fait-il comme activité en dehors de l'école ? Respecte-il l'autorité de ses parents ? A-t-il un papa ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mickey78

Bonjour,

Juste un petit point de suivi qui ne demande pas forcement de réponse :

- Le samu (les ambulanciers en fait) vient de m'envoyer la facture de 150€ à payer totalement de ma poche puisqu'il n'y a eu aucun acte médical (1H max au samu dans le calme le plus total). C'est à rajouter à la demi journée de travail non payée puisque j'ai du gérer cet épisode. Cette situation est donc vraiment concrète pour moi ...

- Mon enfant privé de sortie de fin d'année puisqu'il est trop bête et pourrais "éventuellement" sauter dans une cage aux lions (la sécurité avant tout).

- Nouvelles consignes de la directrice : si on nous appelle, nous devons venir le chercher dans les 5 minutes mais nous n'avons maintenant plus le droit de rentrer dans l'école (ceci fait suite à un nouvel appel ou ma femme s'est déplacée mais suite à l'interférence de la directrice qui lui a proposé, de  son propre chef, de rester seul en bibliothèque nous ne sommes pas parti avec lui = Mauvais Parents alors que ma femme avait seulement laissé le choix de partir ou retourner en classe). C'et de plus en plus pratique ...

- Le médecin scolaire bloqué sur le dossier MDPH dont nous ne voulons pas puisque les personnes, qui l'accompagnent chaque semaine depuis plusieurs mois, trouvent cela vraiment exagéré. Le pompon, c'est a psy scolaire aux abonnés absents (il y aurait trop d'écoles à suivre).

Bref c'est de pire en pire dans cette école pour lui, j'y crois encore mais je ne vois vraiment pas comment démêler la situation positivement.

Vivement les vacances ...

PS :

-  oui, il y a bien un papa puisque c'est moi.

- Le changement d'Ecole serait peut être une bonne solution mais avec l'effet jumeaux, je ne souhaite pas punir son frère et l'école suivante est assez loin  (donc gros gros pb d'organisation). De plus, avec la carte scolaire et les commissions necessaires, c'est un peu trop tard ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

Vous dites que c'est de pire en pire mais vus ne proposez rien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lady Oscar

Bonjour,

Je pense que ça va loin là pour votre enfant et qu'un changement d'école serait pourtant idéal pour repartir sur de bonnes bases. Votre sacrifice d'organisation pourrait d'un autre côté apporter une sérénité à la famille.

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo

Mettez-le dans le privé et envoyez la facture d'ambulance à ceux qui l'ont commandée.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
coccinutella

Accompagnez le à la sortie ou envoyez quelqu'un qui le connait ? oncle, tante, ami, grand parent ? généralement, les enseignants acceptent que le parent (pas forcément papa maman) vienne

Ce n'est pas le médecin scolaire qui gère les dossiers MDPH

En effet, les médecins scolaires sont surchargés ..... ils ont en charge un nombre très très élevé d'écoles ... et donc d'élèves

Vous semblez ne plus avoir confiance ni en l'école, ni en l'institution en général

PRenez les vacances pour prendre du recul et changez d'école ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
natoo

A lire tout ça je pense qu'il y a eu des réunions d'équipes éducatives, j'ose espérer que les professionnels de santé qui le suivent étaient présents ou ont au moins fait parvenir des bilans pour que l'équipe éducative puisse les prendre en considération. Après il ne faut pas oublier non plus que ces professionnels sont très souvent en relation duelle avec l'enfant ou en tout petit groupe, situation bien différente d'une situation de classe. Comme les autres je vous conseillerais moi aussi un changement d'école, parce que je sens que vous n'avez pas confiance dans l'équipe en place mais aussi pour avoir un regard neuf et éclairant de la situation. Le fait qu'un autre enfant de la fratrie puisse être pénalisé par un changement d'école, je n'en suis pas tout à fait certaine, ils auraient chacun leur espace. Pour l'organisation, j'entends que ça puisse être compliqué, mais c'est pour moi accessoire au regard de la situation.

Vous avez tous besoin de repos et de sérénité, les vacances tombent à point nommé.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bogey

Oui, la seule solution est que vous changiez vos enfants d'école.

Je ne comprends pas pourquoi vous ne voulez pas constituer un dossier MDPH, puisqu'il n'y a pas 36000 solutions, soit le comportement de votre enfant est dû à un handicap, soit la solution est éducative.

Mais il faut trouver un remède sans quoi vous n'êtes qu'au début de vos ennuis avec lui, ce sera pareil partout et vous ne pourrez pas toujours tout mettre sur le dos de l'école.

Share this post


Link to post
Share on other sites
la maîtresse des petits

Exact. Le problème n'est pas l école mais votre fils. Le nier ne fait que reculer des soins qui pourraient l'aider.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
RififiHype

Nous avons eu le cas d'un élève très semblable au vôtre, et également en CM1. Les crises ressemblaient fortement à celles de votre enfant. Il se mettait à parler tout haut en classe, à réciter des litanies en boucle de façon obsessionnelle, à refuser de s'asseoir, de sortir, de rentrer (au choix)... et si on tentait de l'obliger, il montait en pression et partait en crise violente (hurlements, à courir pour échapper aux enseignants...). Il fallait 3 adultes pour le contenir... Franchement, l'équipe n'en pouvait plus, les autres élèves étaient terrorisés, les parents des autres élèves étaient plus qu'inquiets... A chaque crise, nous appelions sa maman pour qu'elle vienne le chercher. La maman nous disait régulièrement des remarques du type : "oui, mais moi, je travaille"... très agréable quand toute une équipe est mobilisée sur une demie matinée pour gérer les crises de son enfant avec le reste des élèves qui attendent leur cours, leurs leçons... leur enseignant... Bref...

Après une énième crise, j'appelle l'Inspection, j'avais besoin de savoir quoi faire... C'est le Conseiller Pédagogique qui m'a demandé d'appeler les pompiers dès qu'une nouvelle crise apparaitrait (nous avions déjà appelé la maman cette fois ci), afin (je cite) de "crever l'abcès", dans le sens où cette action déclencherait une prise de conscience de la famille... (l'enfant en question avait déjà vu des psys et autres spécialistes jusqu'à l'âge CE1). Bien sûr, il ne fallait pas prévenir la famille que nous le ferions.

2 jours après, une grosse crise se déclenche (on en avait tous les jours, mais des "grosses", "seulement" tous les 2 ou 3 jours), donc on appelle les pompiers qui me mettent en relation avec le médecin des urgences pédopsychiatriques. Après une rapide description des faits, il autorise le départ du SAMU, avec une équipe spécialisée en pédiatrie. Il tente même de discuter avec l'enfant mais ses propos étaient incohérents. Nous appelons la mère une fois le SAMU parti (pour être sûr qu'elle n'arrive pas avant, conseil de l'Inspection). L'équipe du SAMU tente d'abord d'apaiser l'enfant mais il est toujours en crise, incohérent, tendu, visage crispé... un pompier est en permanence au téléphone avec le médecin des urgences pendant ce temps. Les volets des classes ont été fermées pour éviter de traumatiser les élèves et (par chance) l'équipe des animateurs a pu surveiller les classes pendant que nous, enseignants, étions avec les pompiers et notre élève en souffrance. Le médecin a demandé aux pompiers d'attacher l'enfant sur les brancards (il hurlait toujours). Je peux vous assurer que cette image restera gravée toute ma vie dans ma tête... La mère est arrivée à ce moment là... si un électrochoc devait être fait, c'était celui là et il a été efficace... la mère était en panique totale (et c'est largement compréhensible) mais sa présence a permis d'apaiser l'enfant (même sir ses propos restaient incohérents). La mère a pu accompagner son enfant dans le camion. Contrairement à votre enfant, il est resté toute la journée et a du revenir la semaine suivante pour y rester 48 heures (pour des tests divers...). Le pédopsychiatre m'a rappelé dans la foulée... Notre élève souffre d'un début de schizophrénie (j'ai appris à l'occasion qu'on ne peut pas dire "schizophrénie" pour un enfant de moins de 16 ans, mais c'est bien de cela qu'il souffre). Il a été déscolarisé pendant de longues semaines dans l'attente d'un traitement médicamenteux lourd. Il ne revient qu'à temps très partiel (quelques heures par semaine). En Equipe Educative, suite au dossier GEVASCO (MPDH), il a obtenu une place à 100% en ITEP...

Je mesure à quel point cela doit être une souffrance de prendre conscience que l'enfant que l'on idéalise ne suive pas les pas de la majorité des enfants. Ayant un frère autiste, je le mesure d'autant plus en voyant par quels chemins mes parents sont passés (et passent encore !). Mais vraiment, de mon point de vue, la meilleure solution à l'heure actuelle serait pour votre enfant de changer d'école mais attention, pas pour fuir une réalité... mais bien pour construire avec la nouvelle équipe un véritable suivi et proposer à votre enfant des solutions concrètes qui lui permettront de suivre une scolarité épanouie, mais aussi le permettre aux autres élèves avec qui il partage la collectivité... Bon courage !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bogey

Témoignage intéressant !

Share this post


Link to post
Share on other sites
bouzou49

Je pense qu'il faut de façon urgente changer d'école (le jumeau ne sera pas puni puisque la situation doit certainement lui revenir dans les oreilles et que les comparaisons entre les deux doivent aller bon train.) J'ai changé mes enfants d'école car la situation était catastrophique pour mon fils, ma fille y a également trouvé son compte et toute la famille respire!

Il faut qu'une équipe éducative soit lancée dès le début de l'année . Il serait peut être nécessaire de se rapprocher un hôpital pour prendre rendez vous avec un neuro pediatre qui pourra réellement évalué si votre fils a besoin d'un dossier mdph et d'un suivi.

Fait il des crises à la maison , au centre de loisirs?car si ce n'est pas le cas il se passe quelque chose à l'école (maltraitance?)

je ne suis pas d'accord "maitresse des  petits" il y a des enseignants toxiques  aussi malheureusement (maltraitance physiques et morales)

Share this post


Link to post
Share on other sites
éowin

Pour en revenir au sujet du post, faire les bilans, changer d'école ( pas parce que la maîtresse est ci ou ça mais pour repartir à zéro sans préjugé ni prétexte) et le petit frère n’a rien à voir dans l’histoire! Il ne faudrait pas qu’il soit un prétexte pour nier les problèmes ou ne pas suivre correctement l’enfant en souffrance!

Share this post


Link to post
Share on other sites
nicolas f
Le 29/05/2019 à 22:36, Mickey78 a dit :

Bonjour

Encore merci pour vos retours très révélateurs.

Je vais peut être également vous choquer mais mon fils a également rencontré les docteurs spécialisés mentionnés ci dessus au cours de sa vie (pédopsychiatre, psychomotricien, pédiatres, ...). Le constat de tous reste le même et plutôt contradictoires avec vos pistes de réflexions en cours...

Au final, je ne suis pas très avancé et manque de pistes concrètes pour que la stigmatisation cesse. Je sens que mon fils et moi allons passer une bonne prochaine année...

Vous pouvez clore le sujet 

Merci encore.

Bonjour mickey78

  Je vous comprend et vous soutient a 200%,j'ai le même (problème) avec mon enfant de 7 ans et pense comme vous,ceux qui critique ne comprenne pas la situation.étant passer par presque tout vos étapes et menaces  de Samu et de l'école,le seul conseille que je peut vous donner c'est de suivre vôtre instinct paternel et de faire ce que vous pensez  être le mieux pour vôtre enfant,quitte as aller contre l'administration et le système scolaire,le second conseil que je peut vous donné c'est faire un teste  de QI a vôtre enfant,dans mon cas mon enfants a été diagnostiquer avec 4ans d'avances,donc son problème en gros était émotionnel,de comprendre et de gérer c'est émotion dans ce petit corps non adapter pour le moment.j'ai lu tout les coms précédent,la plus part son a vomir,juger sans comprendre le problème,prendre parti des administration sans le vivre,je pense que dans vôtre cas comme dans le mien,les enseignant ont peut et ne veulent pas prendre de risquent,tout cela est pour ce protéger et ne pas avoir a la gérer,je trouve cela un peut trop facile et n'envoie pas de message positif pour ca construction.

Share this post


Link to post
Share on other sites
karja

Le problème est que les parents voient leur enfant en situation duelle , tout comme les soignants . Les enseignants voient l'enfant au milieu d'un groupe de 25 voire plus . Gérer une crise quand on est seul où à 2 avec un enfant n'est pas la même chose que de la gérer quand dans le même temps on doit gérer 24 autres enfants . 

Et non , il n'est pas normal qu'un élève fasse des crises au point de se mettre en danger ou de mettre les autres en danger . Il y a forcément des raisons à cela ( précocité , troubles psychiques psychologiques  , carences éducatives , ...) , mais il faut les détecter , les rechercher , les admettre et faire en sorte de mettre tout en place pour les faire disparaître ou vivre au mieux avec .

En tant ,  qu'enseignant ,nous alertons . En tant que parent , il faut du temps pour accepter de faire le deuil de l'enfant parfait . 

Dans tous les cas , les élèves de la classe n'ont pas à pâtir du comportement de ces élèves . Leurs parents pourraient eux aussi et ils auraient raison ,se plaindre du temps perdu dans les apprentissages à cause de ka gestion de crises , et du climat anxiogène de la classe .

  • Like 3
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bogey

Un test de qi qui montre 4 ans d'avance, c'est le signe d'un enfant de troll ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lena

Pas forcément.
Sur le CR du 1er test WISC IV de Fiston, l'écart à la norme était "aussi" reformulé en temps que âge. Il avait "16 ans" pour certains éléments (âge réel 9 ans).

Et j'ai beau ne pas être une reine de beauté, je ne suis pas un troll :-D .

 

J'espère de tout coeur que l'été et la rentrée ont apporté de l'apaisement à cet enfant.

 

 

Un gamin qui "part en boucle", que cela soit bruyamment ou pas... je m'inquiète.

 

Je suis "myope" avec mon garçon. Je n'ai pas perçu ses particularités, car nous avons un mode de vie qui lui est adapté (les chiens faisant rarement des chats) . C'est ce qu'il vivait à l'extérieur (à l'école de fait; les activités de loisir n'étaient pas un problème... relation duelle ou tout petit groupe dans un vaste espace... comme par hasard)  qui nous a fait réagir. Ca n'a pas été facile de trouver le bon interlocuteur pour l'aider, nous aider. 1 psy...ogue du public (bullshit1) , un 2d psy...ogue public (bullshit2 ) . Et une amie qui m'explique ce que je n'avais pas vu chez mon enfant (mais chez le sien, oui!). 1 psychiatre spécialisée (important, spécialisée dans ce domaine là ). 4 ans de suivi, tous les 15 jours au début (les familles passées par là apprécieront).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...