Jump to content

Pour 1 Français sur 2, le "bien-être" des élèves n'est pas assez pris en compte à l'école primaire


prof désécol
 Share

Ecole primaire et bien-être des élèves   

45 members have voted

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.

Recommended Posts

https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/ecole-pour-un-francais-sur-2-le-bien-etre-n-est-pas-assez-pris-en-compte-7799330979

Citation

INFO RTL - Pour 1 Français sur 2, le "bien-être" n'est pas assez pris en compte à l'école

C'est un constat frappant. Près d’un Français sur deux (45 %) estime que "de manière générale, dans les écoles primaires en France, le bien-être des élèves est mal pris en compte", selon l’Observatoire "Bien-être Actualités" Viavoice – RTL – BloooomUp.

Un clivage entre deux conceptions du "bien-être" existe bel et bien. Une partie des Français, ceux qui disent ne pas en avoir besoin, estiment que le bien-être à l’école est "bien pris en compte" (57 %). En clair, si l’on va bien, on attend peu de l’école en la matière. Au contraire, les personnes disant avoir "tout à fait besoin de bien-être", pensent très majoritairement (59 %) que le bien-être à l’école est "mal pris en compte".

"Deux France prévalent, distinctes par leur vécu en matière de bien-être, et en conséquence par leurs attentes envers le milieu scolaire pour les enfants", nous-dit l'étude. Pour autant, si le besoin de bien-être à l’école est manifeste, celui-ci semble éclipsé par une priorité plus urgente encore : celle du respect. 

La priorité au respect ?

De manière générale, 80 % des Français estiment que "dans les écoles primaires en France, les élèves devraient en priorité apprendre davantage à respecter les autres et les règles". Une opinion presque unanimement partagée (90 %) chez les personnes ayant plus de 60 ans. Les 18-29 ans ne sont, eux, que 60 % à le penser. 

Dès lors, les élèves de primaires ont besoin, selon les personnes interrogées, de "respecter davantage les autres et les règles", afin notamment d' "acquérir des connaissances" (59 %), "faire des sports collectifs"(68 %) et "apprendre la vie en collectivité" (84 %). La convergence des deux notions serait-elle la solution, s'interrogent les auteurs de l'étude : "le supposé classicisme du respect" associé à la "supposée modernité du bien-être" ?

Qu'en pensez-vous ?

 

Link to comment
Share on other sites

On commencerait par baisser les effectifs, ça irait déjà drôlement mieux. Ici des classes 4 niveaux à 24...On ne peut pas parler de bien-être.

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

L'article ne définit pas ce qu'il appelle "bien-être". Chaque sondé a pu y mettre son ressenti subjectif. C'est à dire n'importe quoi. Le pourcentage d'opinion n'a pas de signification.

C'est peut-être simplement cette stratégie courante de certaines associations revendicatives: produire et publier un sondage révélant le problème qui leur permettra d'exister médiatiquement quelque temps.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, lecavalier a dit :

L'article ne définit pas ce qu'il appelle "bien-être". Chaque sondé a pu y mettre son ressenti subjectif. C'est à dire n'importe quoi. Le pourcentage d'opinion n'a pas de signification.

Oui, tu as raison.

 

il y a 31 minutes, lecavalier a dit :

C'est peut-être simplement cette stratégie courante de certaines associations revendicatives: produire et publier un sondage révélant le problème qui leur permettra d'exister médiatiquement quelque temps.

Oui, et là tu es peut-être encore en deçà de la vérité ; ce serait même plutôt un publi-reportage...

Je n'avais pas prêté attention au partenaire "Bloooom Up" du sondage, le "réseau social entre particuliers et professionnels du bien-être"; Massage bien-être, "4 sagesses indiennes", et interview d'une praticienne en hypnose au programme.    

66b93-bras-bandeau.jpg&h=150&w=450&zc=1&

 

                              :sleeping:

 

Link to comment
Share on other sites

Mes enfants sont au collège.

En matière de bien-être, c'est zéro pointé : deux élèves ont fait un burn-out dans la classe de ma grande sur la première période, rien que ça.

Pendant les vacances, celle-ci a du travailler plus de 1h30 par jour tous les jours rien que pour préparer les 7 évaluations prévues pour la semaine de la reprise. Ensuite il lui a fallu préparer les deux DM qui sont exigés pour le lundi de cette même semaine.  Ma deuxième a bossé une heure par jour (et tous les jours, elle aussi !). Il n'y a JAMAIS de temps de réelle déconnexion.

Les heures de perm ressemblent à un zoo géant.

Deux midis par semaine, chaque classe a moins de 15 minutes pour passer au self et engouffrer son repas.

Et, je tiens à le préciser, ce collège a hyper bonne réputation dans le département.

Mais où sont tous ces parents qui déplorent le manque de bien-être au collège ? Y a-t-il seulement des sondeurs qui travaillent sur le sujet ? L'observatoire Bien-Etre machin chose.... qui constitue cet organisme ?

  • Triste 1
Link to comment
Share on other sites

On parlera du bien-être des élèves quand on aura pris en compte le bien-être des enseignants qu’ils ont devant eux toute la journée.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Tant qu'on acceptera que des enfants soient à l'école de 7h45 à 18h30, on ne pourra pas dire qu'on prend en compte leur bien-être.

  • J'aime 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 54 minutes, borneo a dit :

Tant qu'on acceptera que des enfants soient à l'école de 7h45 à 18h30, on ne pourra pas dire qu'on prend en compte leur bien-être.

Je te rejoins à 100% là-dessus.

Mais vraie question : mais ils vont où les gamins sinon ?  La plupart des parents français bossent, notre système social (économique ?) est fait ainsi. Réduire les journées en collectivité, c'est s'occuper uniquement de la conséquence de ce système. Alors si les français s'interrogent sur le bien-être de leurs enfants à l'école et notamment leur temps de présence, c'est paradoxal.

Je ne propose aucune solution, hein, si j'en avais eu mes enfants auraient passé moins de temps en garderie, cantine et autre périsco.... et j'aurais beaucoup moins culpabilisé de les voir épuisées à moins de 5 ans.

Link to comment
Share on other sites

Peu à peu, on a transformé l'école en garderie, donc on lui demande le bien-être qu'on demandait autrefois au périscolaire.

 

Il y a 3 heures, Nao a dit :

Mes enfants sont au collège.

En matière de bien-être, c'est zéro pointé : deux élèves ont fait un burn-out dans la classe de ma grande sur la première période, rien que ça.

Pendant les vacances, celle-ci a du travailler plus de 1h30 par jour tous les jours rien que pour préparer les 7 évaluations prévues pour la semaine de la reprise. Ensuite il lui a fallu préparer les deux DM qui sont exigés pour le lundi de cette même semaine.  Ma deuxième a bossé une heure par jour (et tous les jours, elle aussi !). Il n'y a JAMAIS de temps de réelle déconnexion.

Les heures de perm ressemblent à un zoo géant.

Deux midis par semaine, chaque classe a moins de 15 minutes pour passer au self et engouffrer son repas.

Et, je tiens à le préciser, ce collège a hyper bonne réputation dans le département.

Mais où sont tous ces parents qui déplorent le manque de bien-être au collège ? Y a-t-il seulement des sondeurs qui travaillent sur le sujet ? L'observatoire Bien-Etre machin chose.... qui constitue cet organisme ?

Mais quel est l'intérêt d'y scolariser ses enfants alors ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Goëllette a dit :

Peu à peu, on a transformé l'école en garderie, donc on lui demande le bien-être qu'on demandait autrefois au périscolaire.

 

Mais quel est l'intérêt d'y scolariser ses enfants alors ?

Le taux de réussite au brevet (personnellement je trouve cet argument discutable), et le public vraiment très calme. Le cadre champêtre, aussi.  

Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, Nao a dit :

Le taux de réussite au brevet (personnellement je trouve cet argument discutable), et le public vraiment très calme. Le cadre champêtre, aussi.  

S'il y a une concentration d'élèves de "bonnes familles", c'est normal.

Et les parents y scolarisant (et surtout par le biais d'une dérogation) leurs enfants y sont sensibles.

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Goëllette a dit :

S'il y a une concentration d'élèves de "bonnes familles", c'est normal.

Et les parents y scolarisant (et surtout par le biais d'une dérogation) leurs enfants y sont sensibles.

Exactement. Pour nous c'est le collège de secteur, je tiens à le préciser. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Nao a dit :

Exactement. Pour nous c'est le collège de secteur, je tiens à le préciser. 

Je n'en doutais pas.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...