Jump to content
jeanounette

Grève du 9 janvier

Serez-vous en grève le 9 janvier  

229 members have voted

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Please sign in or register to vote in this poll.

Recommended Posts

Lolipop64

Avez vous reçu des appels à la grève pour jeudi de la part des syndicats ?  Moi toujours rien...🤔

Share this post


Link to post
Share on other sites
nellou
Il y a 1 heure, Lolipop64 a dit :

Avez vous reçu des appels à la grève pour jeudi de la part des syndicats ?  Moi toujours rien...🤔

Oui oui !!! L'appel à la grève pour mardi, mercredi et  jeudi date de vendredi midi ! ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
bulle2

Reçu pour mardi 14 aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
David LUI
Il y a 5 heures, PommeD'Api a dit :

J'ai lu sur les stylos rouges que la fille de Brigitte Macron était liée à la CFDT. C'est pas mal ça...

La CFDT serait complice de LREM? Noooooooooooooon.  😂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stork
Le 12/01/2020 à 11:09, PingUI a dit :

Je ne comprends pas ce qu'évoque libération dans cet article. Deux âges pivots ? Quelqu'un peut-il m'expliquer clairement la différence entre les deux âges ?

https://www.liberation.fr/france/2020/01/10/retraites-pas-un-mais-deux-ages-pivots-dans-le-texte_1772246

Ah mais c’est très simple : ils ont juste changé le nom !

L’âge pivot disparaît au moment de l’entrée en vigueur de la réforme (1922) mais dans le projet final (celui du système universel prévu pour 2025), il est bel et bien question d’un âge d’équilibre (64 ans susceptible d’augmenter) qui s’appliquera en 2037 (année d’ouverture des droits pour la génération née en 1975).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette

Pour avoir une idée de comment ça bouge sur Paris région parisienne :

https://paris.demosphere.net/

Share this post


Link to post
Share on other sites
rose45
Il y a 2 heures, jeanounette a dit :

Pour avoir une idée de comment ça bouge sur Paris région parisienne :

https://paris.demosphere.net/

C'est limite si vivre dans une grande ville me manque pas un peu....

Dans ma campagne, y'a rien qui bouge........................ même le temps semble être arrêté parfois...................... comme si les réformes ne les toucheront pas , eux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
banice

Afin de pouvoir argumenter auprès de mes collègues, il y a une zone d ombre dans ma compréhension des enjeux.

Ce fameux âge d 'équilibre et son lot de malus vient il en plus de la décôte pour trimestres manquants.

Pour exemple, pour une personne née avant 1975 , il me manque 8 trimestres à mes 62 ans, et je souhaite quand meme prendre ma retraite, vais je subir les 10 % de décôte pour les trimestres et les 10 % de malus âge d 'équilibre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stork
Il y a 23 heures, banice a dit :

Afin de pouvoir argumenter auprès de mes collègues, il y a une zone d ombre dans ma compréhension des enjeux.

Ce fameux âge d 'équilibre et son lot de malus vient il en plus de la décôte pour trimestres manquants.

Pour exemple, pour une personne née avant 1975 , il me manque 8 trimestres à mes 62 ans, et je souhaite quand meme prendre ma retraite, vais je subir les 10 % de décôte pour les trimestres et les 10 % de malus âge d 'équilibre ?

Il n’y a pas que toi qui a la zone d’ombre si ça peut te rassurer... 

Ce qui sûr, c’est que les nés avant 1975 subiront la décote par trimestre manquant comme dans le système actuel. Un PE né par exemple en 1973 devra avoir 43 annuités cotisées pour un taux plein, avec calcul basé sur les 6 derniers mois.

Est-ce que cette même personne, si elle part avant l’âge pivot ou d’équilibre (64 ans à terme) se fera aussi appliquer un malus pour l’âge ? C’était le cas avec l’âge pivot paramétrique qui devait entrer en vigueur en 2022 avec une valeur de 62 et 4 mois et croître pour atteindre 64 ans en 2027 (cet âge pivot aurait donc touché la génération née en 1960 = 62 ans en 2022 et les suivantes).

Si cet âge pivot provisoirement suspendu est définitivement retiré, il n’en demeure pas moins que l’âge systémique de la réforme universelle (systémique car tout système à points comporte un âge d’équilibre inhérent au système, c’est la variable d’ajustement économique, indexée sur l’espérance de vie) est fixé à 64 ans pour 2037.

Les générations nées avant 1975 ne seraient de fait pas concernées par cet âge d’équilibre systémique. La première génération concernée sera celle née en 1975 (62 ans, âge d’ouverture des droits, en 2037), première à voir une partie de sa retraite calculée selon le système à points.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dantès

L'âge pivot est de tout manière un petit jeu entre Macron et les 2 syndicats soit disant "réformistes". Personne ne sait ce qu'est une carrière complète avec le nouveau dispositif! Personne ne sait de combien sera la valeur du point (0,55euros dans le rapport Delevoy), personne ne sait ce que coûtera l'achat d'un point et si ce coût variera. Personne ne sait comment seront convertis les trimestres déjà cotisés dans l'actuel système. On ne sait rien sur le fond. Ce que l'on sait, c'est que l'on va perdre beaucoup et que le modèle social français en prend un sacré coup.

Alors l'Unsa et la CFDT satisfaites... J'ai envie de pleurer! Pauvre syndicats "réformistes" qui jouent un petit jeu malsain et indigne.

Pour terminer voici l'analyse d'un syndicat moins satisfait:

La lettre d'E Philippe est "la mise ne place d'une mécanique infernale que la victime est chargée de déminer sans codes ni outils et dont l'artificier reste à distance raisonnable des dégâts à prévoir. Il n'y a ni victoire ni défaite à lire entre les lignes sinon un acte supplémentaire d'un piège qui se referme comme un cliquet pour faire disparaitre ce qui reste du modèle social français".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stork

J’aime beaucoup le nom de l’EHPAD. 😂 

Et la chute, l’allergie au mot confiance, excellent !

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, texte

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
nellou

Alors comme prévu on est seulement 2 grévistes sur 6 demain (et mon atsem) mais jeudi on sera 5/6 (et mon atsem). :) Depuis le 12, nous n'étions plus que 2, donc ça fait plaisir :)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
lecavalier
Citation

[RussEurope-en-Exil] Le mouvement contre la réforme des retraites entre âge pivot et Euro

Le mouvement de grève contre la réforme des retraites est donc entré dans son deuxième mois. Ce simple fait, au-delà des fluctuations normales du nombre de grévistes du fait de la durée de ce mouvement et en particulier dans les transports, au-delà de l’épuisement naturel des grévistes, indique bien que l’on est passé d’une question sociale à une question politique. La mobilisation de catégories que l’on avait peu l’habitude de voir dans la rue (comme les avocats), le refus d’une majorité des Français d’un « âge pivot », ont témoigné de la profondeur du rejet du projet gouvernemental. L’annonce, le 11 janvier par le Premier-ministre du « retrait provisoire » de l’âge d’équilibre de 64 ans[1], ce que l’on appelle en fait « l’âge pivot », a fit entrer ce mouvement dans une nouvelle phase.

Un projet, il faut bien le dire, qui a été largement défiguré par la reconnaissance du statut spécial de nombreuses professions…A l’heure actuelle, il n’a plus d’« universel » que le nom, et des régimes « spécifiques » sont soit reconstitués soit seront établis sou peu.

Cette grève est historique, tant pas sa durée que pas son ampleur. Par delà les positions des différents syndicats et celles du gouvernement, il faut reconnaître un problème évident : l’ensemble des acteurs à les mains liées par le problème de la compétitivité de l’économie française. Dit autrement, la question de la réforme des retraites est inséparable de la mise en concurrence directe des systèmes sociaux dans les pays de la zone euro. Derrière la question de la réforme du système, de son équilibre, se profile celle de l’euro.

UN PIVOT POLITIQUE ?

La question de l’âge pivot concentre aujourd’hui les débats. Le Premier-ministre, M. Edouard Philippe, en fait un symbole de sa volonté d’aboutir à un équilibre sans toucher aux cotisations. La CFDT, et dans une moindre mesure l’UNSA, font de son retrait un préalable pour de réelles négociations. Dans sa lettre du 11 janvier, Edouard Philippe semble donc leur donner satisfaction.

 

Document 1

Lettre d’Edouard Philippe aux partenaires sociaux

image.thumb.png.ba810bdf9875af20b1663564fd169658.png

A bien regarder cette lettre, on voit que le Premier-ministre a cédé sur la forme mais nullement sur le fond.

Deux points en témoignent.

Tout d’abord, le dernier paragraphe du point 7 de cette lettre, qui annonce clairement qu’en cas d’échec ou de blocage de la négociation, le gouvernement rétablira l’âge d’équilibre ou « âge pivot » par ordonnances. Ensuite, le contenu du point 8, qui est lui aussi important. Edouard Philippe exclut du champ des négociations «…la hausse du coût du travail pour garantir la compétitivité de notre économie ». Autrement dit, Edouard Philippe ôte du champ des négociations ce qui aurait permis d’éviter l’âge « pivot », sauf à contraindre les syndicats à faire porter la totalité de l’effort de financement sur les salariés alors que dans le système normal cet effort est partagé entre le salarié et l’employeur.

Si les directions de la CFDT et de l’UNSA se sont réjouies de cette lettre, les fédérations locales semblent penser tout autrement. Ainsi, l’UNSA-RATP a condamné sa propre direction et appelé à continuer la grève[2], et la CFDT-cheminots a fait de même. Le théâtre médiatique qui se met en place ne convainc que peu de gens. Même les vieux analystes rassis sous les prébendes, comprennent bien que ce qu’ils appellent la « base », avec ce que leurs voix disent de mépris et de crainte, n’est pas partie prenante de ce dit théâtre.

UN ÂGE TOXIQUE

 

La notion d’âge d’équilibre ou d’âge pivot est tout d’abord étrange dans un système par points. Personne ne semble avoir remarqué que cette notion est étrangère à la logique d’un système par point.

Cet âge « pivot » n’est cependant pas une manipulation, du moins dans sa logique, comme le disent tant Marine le Pen[3] qu’Alain Badiou[4]. Il répond à une vraie logique, et c’est pourquoi à peine est-il aboli qu’il refait-il surface sous le nom d’âge d’équilibre. Si, son maintien ou son retrait ont alimenté le théâtre médiatique, il convient de mieux en comprendre la logique.

De fait, l’âge de 64 ans pose un vrai problème en cela que le taux d’activité, qui est encore de plus de 70% à 59 ans tombe à 19% pour 64 ans. Le principe d’un « malus » en-deçà de 64 ans revient à pénaliser une grande partie des futurs retraités qui ne pourront pas, même s’ils le voulaient, travailler jusqu’à 64 ans.

Mais, l’âge pivot est aussi un leurre. Serait-il retiré que le problème général d’une retraite « à points » resterait le même. Le mode de fixation du point, même fixé par une loi (et donc susceptible d’être fixé différemment par une autre loi) soulève un véritable problème. Les courbes d’évolutions dans le temps des salaires étant ce qu’elles sont en France, la prise en compte de toute la carrière aboutit MECANIQUEMENT à baisser les pensions, et en particulier pour les fonctionnaires.

[...]

Telle est, en réalité, la fonction de l’âge dit « pivot » ou « d’équilibre » : faire baisser les pensions, non « théoriques » mais « réelles » qui seront versées aux futurs retraités. Incidemment, cet âge « pivot » a aussi pour fonction d’inciter les mieux lotis à se constituer des retraites complémentaires par capitalisation et donc à développer la branche capitalisation dans le système actuel. On dira que cette branche existe déjà, en particulier pour les fonctionnaires. Mais, ce disant, on oublie qu’elle fut créée par les syndicats comme une réponse à la non-introduction des primes dans le calcul des salaires. Le développement de la logique de la capitalisation dans un système qui était pensée à la base comme un système par répartition provient de la malhonnêteté de l’Etat qui a joué sur les primes pour compenser des salaires bien trop faibles mais qui n’a pas voulu en payer le prix réel du point de vue des retraites. Il est donc à craindre que l’on soit en présence de la même manœuvre avec l’âge dit « pivot ».

D’une manière générale, l’universalité du système, qui fut tant vantée par le gouvernement, est un mythe. Les situations sont trop différentes, par exemple en ce qui concerne la pénibilité du travail, un terme qui va plus loin que la pénibilité directement physique avec l’apparition puis l’explosion ces dernières années des maladies dites « stress-induites », pour qu’un système universel soit simplement possible.

 

LE MAUVAIS BERGER ?

 

On l’a entendu sur les différents médias, Laurent Berger, le dirigeant de la CFDT, a proposé de séparer l’aspect systémique de la réforme (le basculement vers un système « à points ») de la recherche d’un équilibre financier. Mais, il est à craindre que sa proposition de conférence générale sur le financement des retraites ne serve qu’à duper les travailleurs. Il y a à cela deux raisons :

  • La position de Laurent Berger ne traite pas le fond des problèmes posés par le système dit « à points », soit la question de la pénibilité et celle de la courbe temporelle des rémunérations. Or, tout axer sur la question de l’âge pivot en oubliant des questions aussi importantes est un sinistre jeu de dupes. Laurent Berger, ici, s’est fait le complice de la communication gouvernementale. Le secrétaire de la CFDT-Cheminots ne dit pas autre chose quand il affirme que le « retrait de l’âge « pivot » était nécessaire mais pas suffisant »[5].
  • La seconde raison est que toute conférence générale sur le financement va se heurter à la résistance patronale à l’accroissement de leurs cotisations. Elle ne peut donc qu’aboutir à un relèvement des cotisations des salariées. La ponction sur le pouvoir d’achat aura des effets tant sociaux que macroéconomiques redoutables.

Toute proposition doit être jugé à l’aune du rapport de force dans lequel elle s’inscrit, ou qu’elle permettrait de créer. Force est de constater que la proposition de Laurent Berger affaiblit de manière substantielle la position des futurs négociateurs syndicaux…

L’EURO, QUESTION CACHEE

Il y a cependant une question cachée dans cette réforme des retraites. C’est celle de la compétitivité de l’économie française. Comment peut-on imaginer que nous soyons passés d’un ratio de 4 actifs pour 1 inactifs à la fin des années quarante à un ratio de 1,7 pour 1 aujourd’hui sans prendre en compte les immenses progrès de la productivité du travail ? Mais, cette question en pose aussi une autre : du moment que les économies des pays de la zone Euro sont mises en concurrence sans le filtre possible d’une modification du taux de change, ce ne sont plus nos économies qui sont en concurrence mais nos systèmes sociaux. Or, l’Union européenne se refuse à établir la règle de convergence sur la situation du pays où le système social est le plus avantageux pour les travailleurs. C’est bien pourquoi l’Euro, et accessoirement l’UE, sont des questions cachées de cette réforme.

  • Le problème de la compétitivité empêche effectivement le relèvement des cotisations patronales. Même s’il est faux de dire que le CICE a créé 1 millions d’emplois (la réalité est plus de l’ordre de 150 000 à 300 000 emplois, car ce sont les entreprises qui ont le moins bénéficié du CICE qui ont paradoxalement créé le plus d’emplois), il est clair qu’à taux de change constant, tout relèvement des cotisations aura des conséquences néfastes sur l’emploi. L’étude de l’OFCE le montre de manière très éclairante[6].

[...]

C’est pour cela qu’il y a aujourd’hui une vérité à dire bien haut : seule, la dissolution de la zone Euro et le retour à notre monnaie nationale peut redonner des marges de manœuvres sur la question des retraites.

Tant que les dirigeants syndicaux n’en auront pas conscience, tant que les responsables politiques qui soutiennent le mouvement resteront silencieux sur ce point, les travailleurs sont condamnés à se battre dans une cage aux barreaux d’acier.

De tout cela, une leçon s’impose. L’européisme, c’est à dire la fétichisation des institutions européennes et de l’Euro, est une machine de guerre contre les droits sociaux, en France et dans les autres pays.

L’européisme, c’est l’ennemi !

https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-le-mouvement-contre-la-reforme-des-retraites-entre-age-pivot-et-euro/

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/les-profs-brestois-proposent-une-rupture-conventionnelle-a-jean-michel-blanquer-13-01-2020-12476988.php

Réunis devant l’antenne brestoise de l’Inspection académique, ce lundi midi, près de 80 enseignants brestois ont proposé au ministre de l’Éducation nationale une rupture conventionnelle de son contrat. Depuis le 1er janvier 2020, la rupture conventionnelle est possible dans la fonction publique.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
mailis7

Question naïve peut-être....  Mais s'il ne manque entre guillemets que 17 milliards d'euros à l'horizon 2027 pourquoi ne pas rétablir l'ISF qui rapportait 5 milliards par an....Pas d'augmentation des cotisations patronales ou salariale...Oups pardon les grandes fortunes vont continuer de s'exiler (bon elles ne sont pas vraiment revenues depuis la suppression l'ISF et le mouvement n'a même pas franchement baissé alors)...Donc si certains d'entre vous mieux informés savent pourquoi cette proposition n'a pas été faite par un syndicat ou si au contraire elle a été évoquée?

Encore seule gréviste jeudi ....Maigre consolation de plus en plus de parents (alors que j'avertis factuellement que je suis en grève tel jour) se lachent et me disent "tenez bon," "merci".... Du jamais vu en plus de 20 ans de métier...

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
tijona

Les collègues qui ne font pas grève réalisent ils que le métier si la réforme passe ne sera plus le même ? Qu après les retraites le gouvernement s attaquera à la sécu ?  Ont ils vu "Nos jours heureux" et se rendent ils bien compte combien leurs aïeux se sont battus pour qu on ait àuj une retraite et une sécu.  Bref ça me rend malade. Je ne comprends plus le monde pourtant demain j irais à nouveau manifester...J étais en grève auj comme demain et comme la plupart du temps depuis le 5 décembre ..

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
PommeD'Api

Tout va bien. Les médias reprennent en choeur que, ça y est, c'est confirmé ! Blanquer nous donnera 500 millions d'euros dès 2021, enveloppe à partager pour l'ensemble des enseignants et que c'est pour compenser ce qu'on va perdre à la retraite.

Ce qui est merveilleux, c'est que les médias donnent fièrement ce chiffre sans chercher plus loin. As usual.

500 000 000 : 870 000 = 574 euros bruts / an / enseignant.

574 : 12 = 47,8 euros bruts / mois / enseignant

Soit en net approché = 38 euros / enseignant /mois.

A peine de quoi rattraper ce qu'on perd chaque année avec le point gelé et la hausse des cotisations. J'ai vu un calcul annonçant en gros un total de 17 euros de gain par mois, ce qui me semble un bon calcul.

Bref, bref, bref....

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stork
Le 14/01/2020 à 00:46, tijona a dit :

Les collègues qui ne font pas grève réalisent ils que le métier si la réforme passe ne sera plus le même ?

Non seulement le métier mais la société française toute entière. Il y a un problème de rhétorique avec le mot « universel ». Ce mot n’est en aucune manière synonyme d’égalité. C’est pourtant cet amalgame qui a été utilisé pour tenter de nous vendre cette réforme. Les conseillers en communication savent très bien comment on peut manipuler psychologiquement (et démobiliser) l’opinion par l’utilisation de certains éléments de langage.

Un exemple : l’âge d’équilibre sera l’une des variables d’ajustement pour que le système universel ne soit pas déficitaire. Or cet âge sera le même pour tous, de l’ouvrier au cadre. Mais les ouvriers commencent à travailler plus tôt et ont une espérance de vie plus courte que les cadres. Ils n’auront pourtant droit à leur pension complète qu’à partir du même âge que les cadres. On perçoit les conséquences sociales que ça va avoir.

C’est une injustice parmi d’autres et j’ai fait abstraction des sommes perçues...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
tijona

Oui Stork la société toute entière bien sûr mais sur un forum d enseignants, on s attend au moins à ce qu ils se sentent concernés par leur métier. 

 

En route pour la manif sous la pluie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stork
Il y a 1 heure, tijona a dit :

Oui Stork la société toute entière bien sûr mais sur un forum d enseignants, on s attend au moins à ce qu ils se sentent concernés par leur métier. 

 

En route pour la manif sous la pluie.

C'est clair ! 🙂 D'ailleurs on lit toujours les mêmes ici, mis en balance du nombre d'inscrits, ça fait un peu flipper. Espérons que beaucoup d'autres visitent, signe d'intérêt pour le sujet, sans poster.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dantès
Il y a 2 heures, Stork a dit :

C'est clair ! 🙂 D'ailleurs on lit toujours les mêmes ici, mis en balance du nombre d'inscrits, ça fait un peu flipper. Espérons que beaucoup d'autres visitent, signe d'intérêt pour le sujet, sans poster.

Nouveau sur le forum je constate non sans surprise la vitalité des échanges autour de la consommation et des loisirs dans d'autres posts et aucune dynamique autour des sujets de société qui sont censées intéresser des gens qui enseignent le monde qui nous entoure...

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette

Au milieu des insupportables sonos qui crachent tjs "Motivés" et "On lâche rien" (ouais ici c'est encore comme ça et chez vous ? Pareil ? ), nous avons tenté quelques slogans pour motiver les collègues :

40 euros d'augmentation ...
Oh ouiiiii, Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ...
Merci Macron !
40 euros mais pas maint'nant ...
Merci Merci ...
Monsieur Le Président !

(Et arrêtez de faire grève et de manifester maintenant ça suffit.)

"Mourir VITE, c'est plus ECONOMIQUE"
"Mourir VITE, c'est plus ECOLOGIQUE"

(alors arrêtez de faire la grève et de manifester hein siouplé)

Bon, ils "aiment ça" mais ils reprennent pas avec nous ... Pas plus que d'autres slogans d'ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...