Jump to content

Recommended Posts

Kesako87
Le 18/09/2020 à 21:25, sorsha a dit :

 

Je suis un peu perdue dans mes réflexions, est-ce que je dois le laisser faire une scolarité "classique" avec le risque qu'il s'ennuie un jour ou dois-je prendre les devants afin dévaluer vraiment son potentiel (test ou autre bilan) ??

Est-ce qu'il s'ennuie aujourd'hui à l'école? Ou est-ce seulement un risque que tu redoutes?

Qu'est-ce qu'il a envie de faire? Ne le lui demande pas (il risque de te répondre ce que toi, tu as envie d'entendre car s'il es très intelligent, il l'aura compris depuis longtemps), mais observe-le, observe ce qu'il fait tout seul, comment il s'occupe quand tu ne lui demandes rien, ce qui lui procure du plaisir, à lui tout seul (pas quand il est "en représentation" devant toi ou d'autres adultes)

Venant d'une famille d'enseignants, je sais par expérience personnelle que les enseignants "poussent" leurs enfants, même s'ils s'en défendent la plupart du temps, même s'ils ne s'en rendent réellement pas compte. Il est très facile de projeter ses propres désirs sur ses enfants, inconsciemment. J'entends ça chez presque tous mes collègues, tous les ans : "Ah, non, mais c'est elle qui est demandeuse, c'est pas moi qui la pousse" La plupart d'entre eux ont des enfants "très au dessus de la moyenne". Ce qui les rassure beaucoup et fait leur fierté (et c'est parfaitement normal).

Dans tous les cas, les prouesses de leurs rejetons sont intellectuelles : ils "parlent comme des livres", ont un vocabulaire hors du commun, comptent beaucoup plus loin que tous leurs petits camarades, ... Jamais mes collègues ne me disent des choses du genre : "ah, il a vraiment des mains en or!" ou bien "à  quatre ans, il aide déjà son père à démonter le moteur du tracteur". Jamais. Alors que mes voisins et parents paysans le disent de leurs enfants. Et que statistiquement, les capacités "manuelles" ou" intellectuelles" (beurk, en tant que biologiste, je n'aime vraiment pas cette distinction) devraient être réparties aléatoirement.

Moi aussi, étant petit, j'étais souvent "premier de ma classe" et je ne me suis jamais ennuyé à l'école. Ca aussi, c'est parfaitement normal. C'est même dans les statistiques des sociologues depuis longtemps que les enfants d'enseignants réussisent beaucoup mieux que bien d'autres, à l'école. Mais ça ne rend pas heureux : ça n'est en aucun cas une assurance  sur la vie, sur l'amour, la réussite professionnelle, l'épanouissement personnel, ...

Pourquoi "évaluer son potentiel" si jeune? Tu as peur qu'il "rate" quelque chose? Est-ce que la vie est une course?

Et puis, pourquoi ne pas focaliser sur autre chose? On pourrait très bien avoir d'autres centres d'intérêt que les performances intellectuelles? Dautres systèmes de valeurs. Est-il fort physiquement? Fait-il assez de sport? Et donc aura-t-il un meilleur capital osseux pour le reste de sa vie? Et donc sera-t-il mieux à même d'éviter l'ostéoporose quand il sera vieux? Ou bien encore a-t-il la main verte? S'intéresse-t-il à la nature? Sera-t-il à même de s'en sortir dans un monde au climat déréglé, ou chacun devra cultiver son propre lopin de terre?

Bien-sûr, j'exagère a dessein, mais c'est juste pour montrer que nos préoccupations sont le reflet (déformé?) de notre vision du monde, de notre système de valeurs... et qu'elles varient d'un milieu social (ou professionnel) à l'autre. Et pas aléatoirement du tout.

A quatre ans, les choses ne sont peut-être pas si pressées, surtout si cet enfant n'est pas en souffrance.

Peut-être qu'au lieu de t'inquiéter pour lui, tu devrais te demander ce que signifient toutes ces interrogations pour toi. Pourquoi te préoccupes-tu tant de sa réussite et de sa "supériorité"?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Kesako87
Le 19/09/2020 à 19:05, lireli a dit :

 

Il s’est ennuyé en classe mais il ne s’en ai jamais plaint 

 

Ca alors, comment as-tu fait pour le savoir? Tu lis dans ses pensées?

Link to post
Share on other sites
lireli
il y a 2 minutes, Kesako87 a dit :

Ca alors, comment as-tu fait pour le savoir? Tu lis dans ses pensées?

😳Je ne sais pas pour toi , mais je discute avec mon fils  et puis accessoirement je le connais plutôt bien en tant  que maman .... J’ai très tôt compris qu’il fonctionnait plus vite que les autres, et nous avions  l’habitude de nous retrouver pour le goûter avec son grand frère ou le soir avec mon mari à échanger sur nos journées , bref je ne vais pas me justifier 😣

Vu comment il s’éclate à bientôt 13 ans dans son collège , et comment il gère bien sa différence je n’ai pas dû trop me planter ....

Link to post
Share on other sites
sorsha

@Kesako87

Merci pour ton intervention.

Pour te répondre : pour le moment il s'agit uniquement d'interrogations de ma part liées à des discussions avec ma famille qui trouve qu'il a des capacités et que ce serait dommage de lui faire "perdre" un an voire plus. Personnellement, je ne suis pas pour, mais je ne suis pas très objective car c'est un ressenti qui découle de ma propre expérience car je me suis retrouvée avec un an d'avance et même si scolairement ça ne m'a posé de problème, il y a des moments où je l'ai mal vécu (notamment au collège).

Mon fils est encore petit donc c'est difficile de se positionner sur ces capacités. Je suis d'accord avec toi, la vie n'est pas une course mais je ne veux pas qu'il s'ennuie en classe à un moment ou à un autre. J'ai peur que si j'attends ce soit pire et je me refuse à lui faire sauter une classe quand il aura des copains. Donc, je ne pense pas que réfléchir dès maintenant à cela soit une mauvaise chose. Lui, je crois qu'il ne se rend pas compte qu'il va plus vite que les autres ou qu'il sait des choses que les autres ne savent pas.

Quand il est seul, il fait des activités très diverses : coloriages, légos, voitures, puzzle, jeux de société mais également des jeux plus complexes. Il ne fait pas que des activités intellectuelles, il adore le foot et passe beaucoup de temps dehors à y jouer ou à faire de la draisienne ou du vélo. Là-dessus, je ne suis pas inquiète, il a des activités très diversifiées. Son père est musicien et il commence aussi la musique du haut de ses 4 ans.

Tu touches tout de même un point dont j'ai conscience : ma vision de mon propre fils. C'est un enfant unique (de mon côté, car il a un demi-frère et une demi-sœur adolescents) et il a un passif médical assez lourd : tout ça fait que je suis une mère poule qui veut le meilleur pour son fils (peut-être même plus que la moyenne des mamans). J'ai vraiment conscience de ça et c'est pour ça que je suis venue sur le forum en parler afin d'avoir des avis plus objectifs et des témoignages.

Pour ses capacités, ce n'est pas juste moi qui le pense parce que je veux le voir comme ça ou que je suis fière de cela, tout notre entourage nous en parle (famille ou amis, même des inconnus croisés au hasard). Je ne suis pas en train de me vanter d'avoir un fils intelligent, au contraire ça me fait plutôt peur ! Il a déjà été un bébé qui médialement a surpris tous les médecins, j'aspirai à une scolarité plus "normale"... car comme tu peux le constater quand il s'agit de mon fils, j'angoisse vite. Je sens que tu vas me dire que là encore c'est de moi dont je parle alors que mon fils vit pour le moment très bien les choses.

Donc je réponds à ta dernière question  Pourquoi te préoccupes-tu tant de sa réussite et de sa "supériorité"?  Je m'en préoccupe parce que je suis sa mère et qu'en tant qu'enseignante, je suis bien placée pour voir qu'il a des capacités bien au-delà de ce qui est attendu pour son âge (il calcule plus vite que certains de mes CM1). Je m'en préoccupe parce que souvent ces enfants peuvent rencontrer des difficultés autres que scolaires et que je veux pouvoir l'aider si cela arrive.

Link to post
Share on other sites
Kesako87
il y a 23 minutes, sorsha a dit :

@Kesako87

1)ce serait dommage de lui faire "perdre" un an voire plus. 

2)mais je ne veux pas qu'il s'ennuie en classe à un moment ou à un autre. J'ai peur que si j'attends ce soit pire 

3)Lui, je crois qu'il ne se rend pas compte qu'il va plus vite que les autres ou qu'il sait des choses que les autres ne savent pas.

4)Quand il est seul, il fait des activités très diverses : coloriages, légos, voitures, puzzle, jeux de société mais également des jeux plus complexes. Il ne fait pas que des activités intellectuelles,

5) je suis une mère poule qui veut le meilleur pour son fils (peut-être même plus que la moyenne des mamans)....c'est pour ça que je suis venue sur le forum en parler afin d'avoir des avis plus objectifs et des témoignages

6)Pour ses capacités, ce n'est pas juste moi qui le pense parce que je veux le voir comme ça ou que je suis fière de cela, tout notre entourage nous en parle (famille ou amis, même des inconnus croisés au hasard). Je ne suis pas en train de me vanter d'avoir un fils intelligent, au contraire ça me fait plutôt peur ! 

7)il a des capacités bien au-delà de ce qui est attendu pour son âge (il calcule plus vite que certains de mes CM1). Je m'en préoccupe parce que souvent ces enfants peuvent rencontrer des difficultés autres que scolaires et que je veux pouvoir l'aider si cela arrive.

Je comprends mieux tes préoccupations. Ce que je veux te dire correspond tout à fait à ce que tu dis au point 5) : avoir un avis objectif extérieur. C'est tout à ton honneur de chercher d'autres points de vue, des "avis sans affect". Je me suis permis de numéroter certaines de tes remarques pour y répondre point par point.

1)Tu dis ta peur de lui faire "perdre" un an voire plus. Pose-toi peut-être la question à l'envers : que va-t-il "gagner" à avoir un an d'avance? Comme tu l'as vécu toi-même, c'est parfois difficile.

2) La vraie question est : est-ce qu'il s'ennuie effectivement aujourd'hui à l'école? Est-ce qu'il te le dit? Est-ce que son enseignant(e) te le dit?

3) Apparemment, il ne vit pas mal sa "différence" pour l'instant.

4) Il est peut-être très intelligent, mais il a l'air très "normal", et  bien occupé et équilibré.

6) Je ne remets pas en cause le fait qu'il soit très intelligent. Je te crois. Pas de raison d'en avoir peur : c'est un atout dans la vie. 

7) Moi aussi, à  6ans, au CP, je dessinais bien mieux que la plupart des CM2 de mon école. Mais je ne suis pas devenu Léonard de Vinci ou Picasso pour autant. Etre très intelligent ou très doué dans un domaine ne rend pas toujours la vie plus difficile.

 

Link to post
Share on other sites
borneo
il y a 14 minutes, Kesako87 a dit :

 

1)Tu dis ta peur de lui faire "perdre" un an voire plus. Pose-toi peut-être la question à l'envers : que va-t-il "gagner" à avoir un an d'avance? Comme tu l'as vécu toi-même, c'est parfois difficile.

 

Personne ne répond jamais à cette question.... 

On peut considérer qu'il va perdre une année d'enfance, et gagner une année de labeur. 

Link to post
Share on other sites
bdisse
57 minutes ago, borneo said:

On peut considérer qu'il va perdre une année d'enfance, et gagner une année de labeur

Et passer son permis de conduire un an après ces potes et avoir l'air d'un con vis à vis d'eux, partir à la fac à 17 ans et là, bonjour l'angoisse pour les parents, surtout si c'est loin .....et travailler un an de plus pour avoir le droit de partir en retraite. Que du bonheur !

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
sorsha
il y a 37 minutes, bdisse a dit :

Et passer son permis de conduire un an après ces potes et avoir l'air d'un con vis à vis d'eux, partir à la fac à 17 ans et là, bonjour l'angoisse pour les parents, surtout si c'est loin .....et travailler un an de plus pour avoir le droit de partir en retraite. Que du bonheur !

ça sent le vécu ;)

Link to post
Share on other sites
sorsha
Il y a 1 heure, Kesako87 a dit :

Je comprends mieux tes préoccupations. Ce que je veux te dire correspond tout à fait à ce que tu dis au point 5) : avoir un avis objectif extérieur. C'est tout à ton honneur de chercher d'autres points de vue, des "avis sans affect". Je me suis permis de numéroter certaines de tes remarques pour y répondre point par point.

1)Tu dis ta peur de lui faire "perdre" un an voire plus. Pose-toi peut-être la question à l'envers : que va-t-il "gagner" à avoir un an d'avance? Comme tu l'as vécu toi-même, c'est parfois difficile.

2) La vraie question est : est-ce qu'il s'ennuie effectivement aujourd'hui à l'école? Est-ce qu'il te le dit? Est-ce que son enseignant(e) te le dit?

3) Apparemment, il ne vit pas mal sa "différence" pour l'instant.

4) Il est peut-être très intelligent, mais il a l'air très "normal", et  bien occupé et équilibré.

6) Je ne remets pas en cause le fait qu'il soit très intelligent. Je te crois. Pas de raison d'en avoir peur : c'est un atout dans la vie. 

7) Moi aussi, à  6ans, au CP, je dessinais bien mieux que la plupart des CM2 de mon école. Mais je ne suis pas devenu Léonard de Vinci ou Picasso pour autant. Etre très intelligent ou très doué dans un domaine ne rend pas toujours la vie plus difficile.

 

1) Pour moi, effectivement je ne vois pas l'intérêt mais ma famille (ma soeur) me rebat les oreilles avec des arguments du style : il se fera plus facilement des copains avec des enfants plus âgés vus ces centres d'intérêt, il "gagnera" une année à l'âge adulte pour faire ce qu'il veut.... le dernier ne me convainc pas du tout mais le fait qu'il est du mal à jouer avec des enfants de son âge m'interpelle quand même... il va systématiquement rechercher pour jouer les enfants plus âgés (bon après, beaucoup plus âgés : CM). Il communique plus facilement avec eux. 

2) Il ne m'a jamais dit qu'il s'ennuyait. Je ne suis pas dans sa classe donc je ne sais pas si c'est le cas. Etant donné qu'il est à la garderie matin et soir, je n'ai pas eu l'occasion d'en discuter avec la maitresse. D'ailleurs, comme je l'ai déjà dit, je ne suis pas sûre qu'elle ait remarqué ses aptitudes.. A la réunion de rentrée, elle a simplement dit que seuls 3 élèves savaient écrire leur prénom en prenant en modèle leur étiquette (du fait du confinement et qu'il ne fallait pas s'inquiéter). Mon fils savait écrire son prénom sans modèle avant d'entrer PS... donc je me dis qu'elle ne voit pas tout (et c'est normal) Ce que je ne sais pas c'est, si mon fils "cache" ce qu'il sait faire ou si il fait simplement ce qu'on lui demande pour faire comme les copains.

3) Je crois qu'il le vit ni bien, ni mal, il ne s'en rend pas bien compte vu qu'il est le petit dernier de la famille et côtoie donc que des plus grands que lui.

4) Il est normal sur bien des points et d'ailleurs ce n'est même pas un sujet qui revient souvent entre son père et moi, c'est surtout moi qui cogite :)

Ce que je veux m'assurer c'est de ne pas faire d'erreur en ne lui faisant pas sauter de classe. Pour le moment, j'en arrive à la conclusion que tant qu'il le vit bien, je ne dois pas m'inquiéter.. mais est-ce que je ne vais pas le regretter plus tard ??

 

Link to post
Share on other sites
lilie2fr
Il y a 3 heures, borneo a dit :

Personne ne répond jamais à cette question.... 

On peut considérer qu'il va perdre une année d'enfance, et gagner une année de labeur. 

Moi je réponds :  2 ans d'avance il a gagné d etre enfin à l'aise dans ses baskets, avec le plaisir d'aller en cours, de réfléchir scolairement et de se faire enfin des copains et des copines. La difference est stupéfiante surtout pour ceux qui ne le cotoient pas tous les jours.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Gribouillette
Il y a 3 heures, Kesako87 a dit :

1)Tu dis ta peur de lui faire "perdre" un an voire plus. Pose-toi peut-être la question à l'envers : que va-t-il "gagner" à avoir un an d'avance? Comme tu l'as vécu toi-même, c'est parfois difficile.

Ce n'est pas une question de "gagner" ou de "perdre".

Si l'enfant est épanoui en classe, va à l'école avec le sourire, a des amis... effectivement la question ne se pose pas.

Mais pour la plupart, les enfants sautent une classe par besoin, pas pour gagner quoi que ce soit. C'est un besoin pour eux d'être nourri intellectuellement, d'être à l'aise dans un groupe classe qui leur ressemble davantage, de mieux vivre l'école. Plutôt que de s'étioler au fond d'une classe et de perdre toute envie d'aller à l'école...

Je ne suis pas une pro-saut de classe hein. Mais quand je vois ma fille si épanouie dans sa nouvelle classe, je sais que nous avons fait le bon choix.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
sorsha
Il y a 13 heures, Gribouillette a dit :

Ce n'est pas une question de "gagner" ou de "perdre".

Si l'enfant est épanoui en classe, va à l'école avec le sourire, a des amis... effectivement la question ne se pose pas.

Mais pour la plupart, les enfants sautent une classe par besoin, pas pour gagner quoi que ce soit. C'est un besoin pour eux d'être nourri intellectuellement, d'être à l'aise dans un groupe classe qui leur ressemble davantage, de mieux vivre l'école. Plutôt que de s'étioler au fond d'une classe et de perdre toute envie d'aller à l'école...

Je ne suis pas une pro-saut de classe hein. Mais quand je vois ma fille si épanouie dans sa nouvelle classe, je sais que nous avons fait le bon choix.

Mais comment savoir qu'on fait le bon choix au moment où on le fait ? Si je ne veux pas qu'il perde les copains qu'il aurait pu se faire en élémentaire, il faut que la décision soit prise en maternelle... or avec le confinement et un enfant de seulement 4 ans, c'est très difficile de savoir... Là, il va à l'école en souriant, il semble tout à fait à l'aise dans sa classe. Le seul point qui questionne c'est que c'est un enfant qui ne va pas encore beaucoup vers les autres. Il passe ses récréations vers les maitresses ou en marchant seul dans la cour. Le seul moment où il joue avec les autres c'est en garderie mais c'est parce qu'il joue au foot avec des plus grands.

Pour le moment, même si j'ai encore des doutes, nous avons décider de lui laisser le temps de s'ouvrir aux autres à son rythme car il est heureux dans dans sa classe. J'en discuterai quand même avec sa maitresse afin qu'elle me donne son avis. On verra par la suite si cela devient difficile et si le "besoin" de sauter une classe se fait sentir....

Link to post
Share on other sites
sorsha
Il y a 14 heures, lilie2fr a dit :

Moi je réponds :  2 ans d'avance il a gagné d etre enfin à l'aise dans ses baskets, avec le plaisir d'aller en cours, de réfléchir scolairement et de se faire enfin des copains et des copines. La difference est stupéfiante surtout pour ceux qui ne le cotoient pas tous les jours.

C'est vrai que pour certains enfants ce saut de classe est nécessaire à leur bien être. Ce n'est pas le cas pour mon fils, en tout cas pour le moment.... il n'y aucun signe.

Link to post
Share on other sites
Gribouillette
Il y a 1 heure, sorsha a dit :

Mais comment savoir qu'on fait le bon choix au moment où on le fait ? Si je ne veux pas qu'il perde les copains qu'il aurait pu se faire en élémentaire, il faut que la décision soit prise en maternelle... or avec le confinement et un enfant de seulement 4 ans, c'est très difficile de savoir... Là, il va à l'école en souriant, il semble tout à fait à l'aise dans sa classe. 

La question du bon choix m'a longtemps préoccupée aussi.

Ici nous avons eu de la chance, ça s'est un peu fait tout seul car Adèle était en PS-MS-GS. Dès le début de la PS, la maitresse lui a donné du travail de MS.

En novembre de la MS : elle s'est mise à déchiffrer, et a dit qu'elle s'ennuyait en classe. A partir de ce moment-là, elle a basculé totalement dans le groupe des GS, et s'est épanouie ++ dans la classe. Elle est sortie de sa réserve, a davantage osé prendre la parole, elle était plus souriante... on s'est dit qu'on avait bien fait.

La suite logique, c'était le passage au CP. Elle faisait déjà partie du groupe des GS, se considérait comme une GS, et avait des amis dans les deux niveaux.

Link to post
Share on other sites
borneo
Il y a 16 heures, lilie2fr a dit :

Moi je réponds :  2 ans d'avance il a gagné d etre enfin à l'aise dans ses baskets, avec le plaisir d'aller en cours, de réfléchir scolairement et de se faire enfin des copains et des copines. La difference est stupéfiante surtout pour ceux qui ne le cotoient pas tous les jours.

D'accord pour un enfant qui était en souffrance, mais pas pour un enfant heureux dans sa classe avec ses copains.

Link to post
Share on other sites
sorsha
il y a 2 minutes, Gribouillette a dit :

La question du bon choix m'a longtemps préoccupée aussi.

Ici nous avons eu de la chance, ça s'est un peu fait tout seul car Adèle était en PS-MS-GS. Dès le début de la PS, la maitresse lui a donné du travail de MS.

En novembre de la MS : elle s'est mise à déchiffrer, et a dit qu'elle s'ennuyait en classe. A partir de ce moment-là, elle a basculé totalement dans le groupe des GS, et s'est épanouie ++ dans la classe. Elle est sortie de sa réserve, a davantage osé prendre la parole, elle était plus souriante... on s'est dit qu'on avait bien fait.

La suite logique, c'était le passage au CP. Elle faisait déjà partie du groupe des GS, se considérait comme une GS, et avait des amis dans les deux niveaux.

Pour ta fille ça semble si simple ! Mon fils a un profil bien différent et il faut noter que son école n'a que des simples niveaux.

L'an dernier, il a mis très longtemps à ne pas pleurer : une relation un peu trop fusionnelle avec sa maman 🙄 et un groupe classe qui pleurait énormément (selon les dire de la maitresse) ce qui n'a pas aidé. Il est d'une nature très discrète et il a mis du temps à être à l'aise dans la classe. Pendant plus d'un mois, il se mettait dans un coin de la classe avec son doudou et attendait. La maitresse a réussi à le faire sortir de sa coquille et il a commencé à s'intéresser aux activités de classe tout en restant proche des adultes. Puis le confinement à stopper net tout ça.

La rentrée en moyenne section s'est plutôt bien passée, il n'a pleuré que les deux premières semaines et encore on sentait que ce n'était que par principe et juste au moment où son père le quittait devant la porte. Les dames de la garderie nous ont confirmé qu'il ne pleurait plus du tout après. Il est depuis très content d'y aller. Il fait les activités avec plaisir et nous en parle. Si scolairement, il pourrait largement suivre en GS, je ne suis pas sûre qu'il soit prêt. C'est d'ailleurs pour ça qu'on préfère attendre.

Link to post
Share on other sites
Gribouillette
il y a 27 minutes, sorsha a dit :

Si scolairement, il pourrait largement suivre en GS, je ne suis pas sûre qu'il soit prêt. C'est d'ailleurs pour ça qu'on préfère attendre.

Tu sais, Adèle a passé presque toute l'année de PS a jouer toute seule dans son coin avec un cerceau, et à ne parler qu'aux maitresses. 

En début de MS, clairement, nous (la maitresse et nous) n'étions pas dans du tout dans l'optique de lui faire "sauter" une classe, parce qu'elle était encore beaucoup sur la réserve, n'osait pas aller vers les autres, etc... Les compétences scolaires étaient là, mais pas les compétences sociales.

Mais elle a tellement évolué durant cette année de MS qu'on a reconsidéré la question en janvier.

On avait "peur" qu'elle s'efface avec le groupe des GS, et c'est le contraire qui s'est produit, elle a pris confiance en elle. Les enfants peuvent évoluer très vite. ;) 

Bref, effectivement, le confinement n'a pas aidé ton fils. Il n'a pas eu le temps de "faire son trou". Adèle n'a commencé à être un peu à l'aise en PS qu'au mois de mai, et s'est fait une copine en juin! Il lui fallait du temps.

S'il est heureux à l'école, qu'il est à l'aise dans sa classe, qu'il s'y est fait des copains, effectivement, je pense qu'il est urgent d'attendre, tout en restant attentive. ;) 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
ninounette

Tant qu'il est heureux d'aller à l'école, il n'y a pas d'urgence, surtout en maternelle. Il a tout le primaire pour sauter une classe, et j'ai même vu des sauts de classe au collège. C'est plus rare mais c'est possible.

Les choses peuvent se faire progressivement.

Nous nous sommes posé les mêmes questions que toi pour notre fils. Il allait à l'école avec plaisir mais nous semblait depuis longtemps en avance sur les apprentissages. Vers la fin du 2ème trimestre de MS, nous en avons discuté avec sa maîtresse. Elle nous a dit qu'il était performant mais que ne le sentant pas en souffrance elle n'avait pas pensé à un saut de classe. Elle nous a proposé de lui faire passer quelques demi-journées dans la classe de grande section, qui était celle de la directrice, au 3ème trimestre. A bout d'une semaine, la directrice nous a dit qu'il était complètement prêt à passer en CP et nous a proposé de lui faire faire un test par la psy scolaire. Le test a révélé qu'il était effectivement très précoce et il est passé en CP.

Il a fait son CP dans une classe de CP-CE1, et ses meilleurs copains étaient en CE1. En fin de CE2, sa maîtresse nous a dit que d'un point de vue scolaire il était prêt à aller en 6ème! Comme il avait déjà un an d'avance, il est passé normalement en CM1 mais le début d'année s'est mal passé: il ne voulait plus aller à l'école, disait qu'il savait tout faire et ne comprenait pas à quoi ça lui servait. Sa maîtresse a été super, lui a proposé du travail de CM2, mais aussi d'aider les autres, de faire des exposés ... et d'aller de temps en temps en classe de CM2, où il retrouvait ses copains. Il est ensuite passé en 6ème sans faire le CM2.

Les seuls véritables problèmes en début de 6ème étaient d'ordre physique: il était petit et avait du mal à porter son gros cartable, à attraper les plats à la cantine ... Sinon, tout le reste de sa scolarité s'est bien passé. Il a trouvé la classe d'âge avec laquelle il s'entend le mieux (2 ans de plus que lui) et a un bon groupe de copains. Il a toujours été en tête de classe et a parfois continué à s'ennuyer, mais il a appris à faire avec.

C'est vrai que ce n'est pas toujours simple la différence d'âge, notamment au moment des premières sorties. On ne pouvait pas à 14 ans le laisser faire tout ce faisaient ses copains de 16 ans. Mais c'est passé avec des explications.

Il a actuellement 16 ans, est en classe préparatoire aux grandes écoles et tout va bien. Il est fréquemment invité aux fêtes de 18 ans de ses copains. Il n'a pas son permis bien sûr, mais n'a pas l'air pressé de l'avoir. Il ne veut même pas faire la conduite accompagnée pour l'instant.

Tout ça pour dire qu'il n'est pas urgent de prendre une décision, ton fils est tout jeune. Les choses vont se faire petit à petit. Il n'y a pas d'urgence à rencontrer la maîtresse tant qu'il est heureux d'aller à l'école, mais tu pourras lui en parler à l'occasion d'une réunion de parents.

Et la question ne se pose pas en termes de gain ou de perte, mais en termes de bien-être. Et en termes aussi d'apprentissage de l'effort: il me semble important de s'assurer que son enfant rencontre parfois la difficulté et la nécessité du travail. Le mien a compris la nécessité de travailler en faisant de la musique.

 

 

 

Link to post
Share on other sites
Gribouillette
il y a 16 minutes, ninounette a dit :

Et la question ne se pose pas en termes de gain ou de perte, mais en termes de bien-être. Et en termes aussi d'apprentissage de l'effort: il me semble important de s'assurer que son enfant rencontre parfois la difficulté et la nécessité du travail.

+1

Link to post
Share on other sites
sorsha

@ninounette

Merci pour témoignage très rassurant. C'est vrai qui rien ne presse... je vais le laisser évoluer, se faire des copains (quelque soit leur classe) et on verra bien. 

La musique est une activité exigeante, il commence à s'y mettre et se confronte déjà à des difficultés, il doit faire preuve de patience et surtout accepter qu'il peut se tromper. On est donc en plein dedans ! Les jeux de logique aussi lui impose de la réflexion. Mais cela reste tout de même un enfant de 4 ans qui est capable de passer plus de deux heures sur une même activité...

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...