Jump to content

Enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine


prof désécol

Recommended Posts

Les politiques et nos hiérarchies sont de sacrés Tartuffes. En 2015 beaucoup d'incidents ont eu lieu lors des minutes de silence, aucun soutien de la hiérarchie. Je gage que l'on va découvrir une énième démonstration du pas de vagues. Il ne faudrait pas que le réel empêche nos bons maîtres de toucher leurs primes de fin d'année.

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 387
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • prof désécol

    43

  • jeanounette

    36

  • Goëllette

    34

  • Mauricinette

    32

Top Posters In This Topic

Popular Posts

En quoi est ce violent de dire que ceux qui refusent notre mode de vie , nos règles,  notre histoire , n'ont rien à faire chez nous ?  Je refuse d'être  obligée  de me voiler , je refuse de ne pa

je n'irai pas polémiquer (car ce post n'est vraiment pas le lieu et aujourd'hui pas le jour) mais "on est quand même super bien lotis" me paraît très réducteur et nombre de collègues ne vivent pas sup

Posted Images

il y a une heure, karja a dit :

La fille de ce sinistre individu n'était même  pas en cours ce jour là  ... 

J'ai entendu ça aussi, ou cru comprendre ça. Mais est-ce vrai ? C'est bizarre... je ne comprends pas bien.

Link to post
Share on other sites
jeanounette

j'aimerais bien savoir si parmi les rassemblements d'aujourd'hui en France il y avait des représentants de notre hiérarchie même la moins élevée qui soit ...

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, jeanounette a dit :

j'aimerais bien savoir si parmi les rassemblements d'aujourd'hui en France il y avait des représentants de notre hiérarchie même la moins élevée qui soit ...

Sur France Inter un représentant du SNPDEN parlait de son collègue.... 😏

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 3 minutes, elpissou a dit :

Sur France Inter un représentant du SNPDEN parlait de son collègue.... 😏

Le ministre aussi parle à la radio .

Bref ...

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, jeanounette a dit :

Le ministre aussi parle à la radio .

Bref ...

Mon smiley  était ironique, hein ?

 

Et pour revenir sur ton premier message, je viens de voir que Blanquer serait présent à République demain !

 

Je viens de me prendre une deuxième claque, mon fils maintenant adulte vient de m’annoncer qu’il l’avait eu comme prof au collège... ( on n’est pas du tout du côté de Conflans, je ne l’avais même pas imaginé...😟 )

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 43 minutes, elpissou a dit :

Mon smiley  était ironique, hein ?

 

Et pour revenir sur ton premier message, je viens de voir que Blanquer serait présent à République demain !

 

Je viens de me prendre une deuxième claque, mon fils maintenant adulte vient de m’annoncer qu’il l’avait eu comme prof au collège... ( on n’est pas du tout du côté de Conflans, je ne l’avais même pas imaginé...😟 )

Horrible ...

Link to post
Share on other sites
Goëllette
Il y a 2 heures, ronin a dit :

Les politiques et nos hiérarchies sont de sacrés Tartuffes. En 2015 beaucoup d'incidents ont eu lieu lors des minutes de silence, aucun soutien de la hiérarchie. Je gage que l'on va découvrir une énième démonstration du pas de vagues. Il ne faudrait pas que le réel empêche nos bons maîtres de toucher leurs primes de fin d'année.

Travaillant en REP+, nous avions eu des difficultés avec les CM, dans les écoles alentours aussi et j'avais été surprise qu'on n'en entende pas parler, comme si tout s'était bien passé.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, jeanounette a dit :

j'aimerais bien savoir si parmi les rassemblements d'aujourd'hui en France il y avait des représentants de notre hiérarchie même la moins élevée qui soit ...

Chez moi , il y avait l'inspectrice .

Link to post
Share on other sites
prof désécol

Jean-Pierre Obin, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire, auteur de Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école.

Citation

« Depuis le temps qu’on tire la sonnette d’alarme... »

[...]

Quelle est votre réaction à l’assassinat de Samuel Paty ?

De l’effroi et de la tristesse pour les proches, les collègues de cet enseignant. De la colère aussi. Depuis le temps que des personnes tirent la sonnette d’alarme sur la montée de l’islamisme à l’école… On voit aujourd’hui le résultat de vingt ans d’inaction.

C’est la première fois qu’en enseignant est tué pour avoir simplement exercé son métier…

Hélas, on ne peut pas dire qu’on n’était pas prévenu. Dès 2015, dans la foulée des attentats du Bataclan et des terrasses parisiennes, Daesh appelait explicitement, dans sa revue francophone de propagande Dar-al-Islam, à « tuer » les enseignants français qualifiés « d’ennemis d’Allah » qui « enseignent la laïcité » et seraient donc à ce titre « en guerre ouverte contre la famille musulmane ». [...]

Comment en est-on arrivé là ?

L’éducation obligatoire, marqueur fort du système éducatif français, est la cible des terroristes, qui entendent soustraire les enfants à l’influence des professeurs dont l’une des mission est d’enseigner la laïcité, au même titre que la liberté, l’égalité et la fraternité. C’est bien cette France, patrie des Lumières qui est visée ici.

Quelle solution ?

Hugo Micheron [enseignant à Science Po, spécialiste de l’Islam radical] estime qu’il n’y a pas de solution à court terme. Marcel Gauchet [philosophe, ancien rédacteur en chef de la revue Le Débat] dit que cela prendra plusieurs siècles, tant cette idéologie obscurantiste, cette perversion de l’islam est aujourd’hui prégnante. [...]

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentat/professeur-decapite-depuis-le-temps-qu-on-tire-la-sonnette-d-alarme-7019071

 

Link to post
Share on other sites

Ce genre d'attaques + plusieurs policiers blessés ou tués récemment ... Je ne serais pas surpris par un Christchurch à la française ...  Heureusement qu'il est relativement complexe de se procurer des armes à feu chez nous ...

Link to post
Share on other sites
prof désécol
Citation

Le terroriste avait déjà été signalé sur Twitter

[...] Suspendu hier soir, le compte, dont l’administrateur se présentait sous le pseudonyme Al-Ansar (mot arabe pour désigner les « partisans », les compagnons du prophète de l’Islam Mahomet), a compté jusqu’à plus de 400 tweets ces dernières semaines. Il avait été ouvert en juin 2020. Sur le réseau social, le jeune homme publiait surtout des extraits du Coran.

 Il partageait aussi régulièrement des commentaires personnels sur la « mécréance de l’Etat saoudien », contre le projet de loi contre le séparatisme, ou récemment la condamnation par l’Iran de la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo.

Parmi sa grosse centaine d’abonnés, de nombreux jeunes membres de la communauté tchétchènes dont certains faisant régulièrement référence à l’islam radical dans leurs publications. L’expédition punitive menée par des membres de la communauté tchétchène contre des dealers d’un quartier sensible de Dijon en juin dernier est également évoquée à plusieurs reprises par d’anciens followers du compte. Depuis vendredi soir et la révélation de l’identité du terroriste, plusieurs de ces utilisateurs ont d’ailleurs supprimé leurs comptes ou en ont modifié les paramètres afin d’en protéger le contenu. [...]

Le 27 juillet dernier, ce compte avait fait l’objet d’un signalement par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) en raison de propos antisémites publiés par son utilisateur. Selon nos informations, le message, qui avait été supprimé par le réseau social, qualifiait notamment les juifs de « peuple maudit ».

Ce même compte avait également été repéré fin août suite à la diffusion d’un photomontage montrant une décapitation, détaille Médiapart. Le cliché, issu de la série télévisée turque « Diriliş : Ertuğrul », montrait un homme - ce dernier n’a pas encore été identifié - sur le point d’être décapité par le personnage central de la série, Ertugrul Gazi, le chef turc qui a fondé l’empire ottoman. Selon nos informations une procédure Pharos, la plateforme française de signalement des contenus et comportements illicites en ligne, avait aussi été lancée contre le compte le 30 juillet dernier. [...]

https://www.nouvelobs.com/societe/20201017.OBS34869/prof-decapite-a-conflans-le-terroriste-avait-deja-ete-signale-sur-twitter.html

Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, jeanounette a dit :

Horrible ...

Apparemment, il était apprécié (comme toujours devant les caméras et les micros) et il paraît qu'il faut attendre un peu avant de dire du mal des morts donc je trouve ta réponse malvenue dans ce contexte. 

 

  • Confused 2
Link to post
Share on other sites

 

Il y a 10 heures, jeanounette a dit :

j'aimerais bien savoir si parmi les rassemblements d'aujourd'hui en France il y avait des représentants de notre hiérarchie même la moins élevée qui soit ...

Ils auront toujours le mauvais rôle : ils viennent, ce sont des charognards hypocrites qui profitent de la situation et s'ils ne viennent pas, ils n'en ont rien à faire. 

Pour ma part, je connaissais pas ce monsieur et je ne me vois pas participer à des rassemblements qui me semblent être de la récupération à peu de frais sous couvert de partager la peine de la famille.

 

  • Confused 1
Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 27 minutes, Hildebert a dit :

Apparemment, il était apprécié (comme toujours devant les caméras et les micros) et il paraît qu'il faut attendre un peu avant de dire du mal des morts donc je trouve ta réponse malvenue dans ce contexte. 

 

De quoi parles-tu ?

J'ai réagi au fait que le fils d'Elpissou avait eu ce prof en classe. Quand on a connu la personne c'est encore plus horrible je pense de le savoir mort décapité. C'est tout ce que j'ai voulu dire.

Link to post
Share on other sites
prof désécol
Citation

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

[...] La multiplication des attentats au nom de l’islam, spécialement contre la liberté d’expression, comme celui d’il y a trois semaines par un Pakistanais devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, suivi par ce qui vient de se produire dont le sentiment d’horreur est indescriptible, tendent à banaliser ces actes aux yeux de ceux pour qui leur religion est sacrée et intouchable. Cela crée une sorte d’incitation, de désinhibition. [...]

Rappelons que selon l’enquête de l’Institut Montaigne « Un islam français est possible », près de 30% de nos concitoyens de confessions musulmanes portent la loi religieuse, la charia au-dessus de la loi commune et/ou considèrent leur religion comme un instrument de révolte contre la société. Nous sommes entrés dans la zone d’alerte de tous les dangers. On soulignait vendredi soir que sur les réseaux sociaux on voyait certains se réjouir de ce qui vient d’arriver, et ce n’est plus un phénomène marginal, mais qui s’amplifie à chaque vie enlevée alimentant la violence et sa banalisation.  [...]

 

Citation

On sait combien l’usage même du terme « islamophobie », fait pour interdire toute critique de l’islam en l’amalgamant à une phobie et ainsi, à une forme de racisme, est un poison qui propage l’intolérance religieuse. On se demande comment la Commission nationale consultative des droits de l’homme a pu en faire l’une de ses références dans son rapport annuel sur la lutte contre le racisme.

La manifestation du 10 novembre dite contre « l’islamophobie » a été un point culminant d’hystérisation dans ce domaine. Elle a été animée par des militants de l’islam politique comme Madjid Messaoudène , qui s’est moqué de l’émotion créée par les attentats de Mohamed Merah qui avait tiré à bout touchant dans la tête de jeunes enfants ou Marwan Muhammad, ancien directeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) qui a fait reprendre en cœur Allah Akbar en fin de manifestation, cette organisation qui a multiplié les procès contre des intellectuels pour tenter de les faire taire en annihilant la liberté d’expression et qui continue de sévir.

Tout un conglomérat s’est inscrit dans cette démarche justifiant l’interdiction du blasphème, du NPA qui n’était « Pas Charlie » à la France insoumise accueillant dans ses rangs des indigénistes et autres militants de l’islam politique, en passant par Philippe Martinez à la tête de la CGT livrant la lutte syndicale à ce cloaque, jusqu’à la Ligue des droits de l’homme piétinant les droits qu’elle est censée défendre… Une manifestation qui en dit long sur l’état de déliquescence de notre démocratie face au danger islamiste.

 

Citation

Plus le temps passe, plus le problème s’aggrave. Et plus il s’aggrave et plus il devient évident que des solutions qui, hier, ne s’imposaient pas, vont s’imposer d’elles-mêmes d’ici peu de temps. Je pense à la mise hors-jeu des organisations islamistes, c’est-à-dire notamment les courants fréristes et salafistes, ainsi que le Tabligh et les fondamentalistes chiites. On avait prêté peu d’attention à la proposition de Manuel Valls en 2017, consistant à « interdire le salafisme ». Le Premier ministre Edouard Philippe l’avait alors balayée en ces termes : « on ne peut pas interdire une idée ». On ne peut certes interdire une idée, mais on peut dissoudre les associations qui s’en réclament, dès lors que ces idées appellent à la haine ou menacent la République : c’est ainsi qu’est née, en janvier 1936 la législation contre les ligues factieuses, toujours en vigueur et qu’on n’applique qu’avec parcimonie. [...]

 

https://www.atlantico.fr/decryptage/3593102/decapitation-islamiste--est-il-encore-temps-d-arreter-la-spirale-infernale--et-comment--guylain-chevrier-gilles-clavreul

 

Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, jeanounette a dit :

De quoi parles-tu ?

J'ai réagi au fait que le fils d'Elpissou avait eu ce prof en classe. Quand on a connu la personne c'est encore plus horrible je pense de le savoir mort décapité. C'est tout ce que j'ai voulu dire.

Un mot et trois petits points peuvent être mal interprétés. La preuve.

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 1 minute, Hildebert a dit :

Un mot et trois petits points peuvent être mal interprétés. La preuve.

je vois pas ce que j'aurais pu vouloir dire d'autre ! 🤔

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
PommeD'Api

Ne pas citer, mais voilà le mail reçu dans l'académie de Versailles de la part de la rectrice, Charline Avenel.

Capture d’écran 2020-10-17 à 14.44.51.png

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, jeanounette a dit :

Peux-tu mettre l'article en entier, il est réservé aux abonnés?

 

Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, jeanounette a dit :

je vois pas ce que j'aurais pu vouloir dire d'autre ! 🤔

La réponse que tu as apporté. Ce qui est évident pour soi, ne l'est pas forcément pour les autres.

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 7 minutes, hippolène a dit :

Peux-tu mettre l'article en entier, il est réservé aux abonnés?

 

Mince en fait je l'ai lu sur une publi de quelqu'un qui avait du le copier-coller. Il faut que je recherche.

Edit : je l'ai lu sans problème sur mon tel ce matin et là c'est plus possible ! Peut-être une histoire de première connexion gratuite ? Mystère.

Link to post
Share on other sites
jeanounette

Via la page des Stylos rouges :

Citation

 

<< Les éléments s'accumulent et la nécessité d'une clarté se fait pressante, vacances ou pas -
Hier, dans une réaction à froid, je publiais ici une alerte sur de potentielles défaillances quant aux services en charge de l'Education Nationale en ce qui concerne la prise en compte des menaces qui pesaient déjà sur Samuel PATY, notre collègue martyr, j'ose encore utiliser ce mot. Nous n'avions, alors, que très peu d'éléments. Vous avez été plus d'un millier à laisser une réaction, plusieurs milliers à la lire.
Je ne mets pas de côté la puissante vague émotionnelle qui nous a tous frappé et continue de balayer nos coeurs et nos esprits. Mais il faut agir vite ! Vite pour quelle raison ? Car il ne faut pas qu'un deuxième Samuel PATY ne vienne compléter une liste en devenir d'enseignants assassinés de manière barbare pour une simple application d'un programme de cours...
Je demandais, hier, me faisant modeste porte-parole d'un questionnement légitime, à ce que les syndicats puissent avoir accès à toutes les pièces et au dossier lié à notre collègue au sein du rectorat, des forces de police et du ministère. Car il se pourrait qu'il y ait eu des défaillances, graves, très graves, quant à la prise en charge de la situation de notre collègue. Si tel était le cas, il est évident que notre profession, mais aussi la justice, auraient à réagir avec une force de conviction inébranlable. J'en reviens aux faits qui, depuis, se sont accumulés et n'ont cessé de confirmer nos craintes les plus nombreuses :
- Samuel PATY se savait bien menacé dès début octobre après son cours. Il avait eu connaissance de la vidéo.
- Samuel PATY avait bien fait remonter ces éléments à sa principale.
- Samuel PATY avait bien fait remonter, par voie hiérarchique, les menaces réelles, tangibles, démultipliées qui s'accumulaient sur sa personne.
- Samuel PATY a bien porté plainte, seul, en son nom, le 12 octobre dernier, pour ces menaces par voie d'une plainte en diffamation.
- Samuel PATY avait bien été confronté à des politiques d'inspection académique (Académie de Versailles) qui avaient pour but, selon les notes du renseignement territorial dévoilées par Le Point, visant à le faire S'EXCUSER au moins devant une famille et à être, osons le mot, "recadré" (c'est dit autrement dans la note) sur sa gestion de son cours. Mais en aucun cas, jamais, la note n'évoque à l'inverse un soutien hiérarchique.
Ces éléments à charge sont terribles, scandaleux et relèvent très probablement de défaillances, à établir sous des termes juridiques qui me dépassent, qui ont pu mener à la mise en danger de notre collègue et à une non-assistance vis-à-vis d'une situation où la menace de mort était des plus concrètes.
Dès lors, nous devons exiger, plus encore qu'hier, et moins que demain, qui devra voir nos exigences encore renforcées, une ENQUÊTE INTERNE l'Education Nationale par une commission indépendante qui devrait être chargée de missionner des démarches jusqu'au cabinet du ministre en passant par le rectorat et les services liés.
Voici les questions auxquelles une telle commission devra répondre :
1) Comment se peut-il que la loi de 1983, garantissant la protection fonctionnelle d'un agent public, n'ait pas été enclenchée par le service du rectorat et du recteur, ainsi que par le ministère ?
A NOTER - Cet outil existe, correspond à ce genre de situation, et n'a pas été utilisé. Il aurait permis, par exemple, de mettre M. PATY à distance des cours, pour sa sécurité. De fait, à l'inverse, sans arrêt maladie en justification, M. PATY ne pouvait quitter les cours : c'eut été un abandon de poste. On ajoutera que le déclenchement d'une mesure de protection fonctionnelle implique que la plainte est déposée par les services du rectorat. La personne n'est pas ainsi abandonnée littéralement à son sort dans ses démarches juridiques. Nous noterons de plus que c'est bien en travaillant dans le cadre et pour la programmation en EMC de l'EN que M. PATY a subi ces menaces : l'EN est donc directement impliquée.
2) Comment est-il possible que les services d'inspection aient été déployés dans le seul but, les notes sont terribles quant à ce fait, de rassurer les familles et de recadrer M. PATY et non, comme devrait le faire toute administration quand son agent est parfaitement dans son droit professionnel et applique le programme d'EMC, pour le soutenir, l'aider, l'encourager, renforcer l'écoute et même peut être, aussi, avertir davantage le rectorat ? Quels manquements ? Quelles étaient les instructions ? Nous voulons voir les dossiers.
A NOTER : les services d'inspection sont depuis longtemps critiqués dans le corps enseignant pour leur détachement de plus en plus criant du terrain éducatif, de leur éloignement des réalités de la pédagogie concrètement réalisée et de leur écartement progressif d'un rôle de soutien aux enseignements pour glisser vers un rôle de cadrage strict et dur, menant à se trouver davantage auprès des parents que de leurs collègues, pour ne pas dire, de facto, anciens collègues.
3) Le ministère accumule les erreurs depuis les affaires de la vidéo des deux femmes ayant menacé une de nos collègues (qui a bien été mutée par la suite, après avoir été menacée de sanctions, et ce sont les réseaux sociaux qui lui ont fait échapper à cette sanction) voire du décalage criant et absurde, fou, entre le suicide de l'innocent Jean Willot et un tweet d'une triste lenteur, presque cynique, lui rendant hommage, là encore sous la pression du corps professionnel qui est le nôtre.
Comment se fait-il qu'après déjà tant d'erreurs depuis plusieurs années, la nouvelle direction ministérielle de Jean-Michel Blanquer, et au delà, les recteurs, ne soient pas plus réactifs sur de telles urgences, comme celle de M. PATY et ses alertes nombreuses, sachant bien que nous réagirions aussi vite ? Quels sont les manquements ? Pourquoi de tels décalages ?
Je demande donc, mais il semble que je porte avec mon propos une voix largement répandue de notre profession, des éclaircissements urgents quant à la gestion de la terrible situation qu'a vécue Samuel PATY, menant au crime horrible qu'il a subi, endeuillant une famille et une profession, heurtant un pays et ses valeurs. Ces manquements sont-ils avérés ? Si oui, sont-ils graves ? Si oui, ils doivent aller devant la Justice de la République.
Nos syndicats, toutes plateformes confondues, doivent désormais entamer ces procédures, exiger cette commission, demander l'accès à toutes les pièces (le ministère, s'il n'a rien à cacher, les fournira), demander des auditions devant les parlementaires de M. Jean-Michel Blanquer, du recteur de l'académie de Versailles, et des personnes dans la ligne hiérarchique impliquées, du point haut, au point bas, dans la gestion de ce terrible drame qui se jouait déjà avant l'exécution sommaire de notre collègue. La protection fonctionnelle était ici une nécessité urgente, impérative, de sauvegarde. Venir dire, au soir de la mort de notre collègue, nous allons vous protéger : vous pouviez le faire, au moins l'aider, vous aviez cet outil administratif et juridique !
Cedric Labrousse - Stylo rouge >>

 

Désolée la mise en page est horrible mais je n'arrive pas à la corriger.

  • Like 3
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Goëllette

Oui, mais ça, ce n'est pas l'article du Point.

Je ne peux hélas lire que le numéro de la semaine en cours, avant l'attentat...

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 1 minute, Goëllette a dit :

Oui, mais ça, ce n'est pas l'article du Point.

Je ne peux hélas lire que le numéro de la semaine en cours, avant l'attentat...

l'article du Point maintenant je me souviens je l'ai lu en entier sur mon tel ce matin et là c'est plus possible. sans doute une histoire de "première connexion offerte" ?

Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 1 minute, Goëllette a dit :

Le problème, sur un téléphone, c'est qu'on ne peut pas faire de copier-coller pour le mettre ici ...

oui et en plus je n'y ai plus accès même sur mon tel.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   3 members

    • juschka
    • tojequal
    • clar103

×
×
  • Create New...