Jump to content

Redoublement : talon d'Achille de la réussite éducative?


Recommended Posts

Yann 93

Cette année de T1 est une année de découverte, et après avoir vécu bien des déboires, je réalise à quel point le processus des redoublements est un facteur supplémentaire de difficulté pour les enseignants dans leur mission.

Je commence ma carrière avec un double niveau ce1-ce2, je suis PE dans le 93 (j'ai choisi ce département), et le niveau général est plutôt faible. On m'avait assuré en me proposant ce poste que les élèves auraient un bon niveau, et je me suis rendu compte que j'avais en fait 3 élèves non lecteurs (pour les maths, c'est pareil...), après 7 mois, l'une des élèves a commencé à lire, mais elle est passé à côté de tout le travail sur la grammaire, le lexique... reste 2 élèves qui en sont toujours à des balbutiements, pour qui, l'encodage est un phénomène inexplicable, et ma directrice me dit qu'ils doivent passer en ce2, qu'ils ont jusqu'à la fin du cycle pour apprendre à lire, que l'IEN n'acceptera pas le dossier de maintien. La directive ministérielle est très dissuasive; un seul redoublement possible en élémentaire et un encouragement à pousser les élèves vers le lycée pour y redoubler (éventuellement), l'idéologie, le mythe de la classe d'âge qui atteint le baccalauréat.

Derrière la question légitime du bien être de l'élève, il y a la réalité non moins importante du groupe classe. A l'INSPE et dans les livres en général on nous préconise d'être premièrement attentif aux élèves en difficultés, très bien, c'est moral, ça correspond à notre mission, à notre vocation. Mais la question des moyens est prégnante, comment apporter aux élèves en moyenne difficulté tout les temps et l'énergie dont ils ont besoin, comment donner à ceux qui sont dans la moyenne, à ceux qui ont des dispositions, le support pour leur apporter ce coup de pouce du destin qui leur permettra d'atteindre le niveau des élèves venant de zones d'éducations sans difficultés majeures, et avec ceux qui vivent dans des quartiers aisés.

Je me pose encore la question de savoir comment des collègues ont pu faire passer mes trois élèves en ce1. La pression des IEN est réelle et leur décision sans appel, mais dans quel intérêt? S'agit-il vraiment de celui des élèves? Pour tirer les élèves du 93 vers le haut, pour aider les meilleurs à faire jeu égal avec le reste de la société, est-il admissible que des tels freins soient permis?

Le principe d'inclusivité est un principe intellectuellement séduisant, mais quand dans une classe, il y a 40 à 60% d'élèves en difficulté, peut-on tirer le niveau vers le haut?

Est-ce que l’hétérogénéité est par nature facteur de réussite?

Moi je pense que non, que l'inclusivité à ses limites dans le nombre d'élève à aider. Je suis volontaire pour ne me consacrer qu'à des élèves en difficulté, mais  je ne pense pas que dans les conditions actuelles, avec de tels niveaux de lacunes, il soit possible que l'école soit un facteur d'égalité sociale. Si les élèves ont jusqu'à la fin du cycle 2 pour apprendre à lire, pourquoi ne pas les laisser en CP c'est la classe des bases de l'écriture et de la lecture, quitte ensuite à leur faire sauter des classes...

Je pense qu'il faudrait plus d'homogénéité, et si les redoublements ne sont pas possibles, orienter les élèves vers des enseignants spécialisés. Et vous?

  • J'aime 1
  • Merci 1
  • J'adhère 1
Link to post
Share on other sites
HYPO

Moi je pense que le redoublement est à utiliser avec beaucoup de discernement car il n'est utile et bénéfique pour l'élève, que dans très peu de cas.

Un.e élève pour qui "l'encodage est un phénomène inexplicable" est très certainement un.e élève en difficulté psycho-affective et/ou à handicap. Faire redoubler cet.te élève, à mon sens, ne sert à rien d'autre qu'à lui voler une année de vie, pour rien, si aucun suivi psy ou autre n'est mis en place.

Il semble que des études confirment cette inefficacité relative du redoublement (ici, page 17)

J'enseigne en CM2. Certains de mes élèves ont redoublé en GS ou CP. Ils sont toujours en difficulté. Même avec un suivi orthophonique sur plusieurs années. Le seraient-ils plus s'ils n'avaient pas redoublé? Impossible de la savoir mais cela ne me pousse vraiment pas à défendre le redoublement.

Cependant, en abordant ce point, tu touches un des problèmes majeur de l'EducNat: à part le redoublement, qu'avons nous à proposer? R.I.E.N.

Enfin, bien que je comprenne (et partage) le désir d'homogénéité des niveaux de classe dont nous avons la charge, je ne pourrais pas défendre l'idée que pour préserver cette homogénéité, il faille faire redoubler ceux qui "n'y arrivent pas" parce que, souvent, même avec une année de plus dans le même niveau, ils n'y arriveront pas beaucoup mieux.

Ce qu'il nous faudrait (et qu'on a failli avoir il me semble) ce sont des maîtres.sse.s en plus dans les classes pour aider, suivre et soutenir ces élèves qui en ont besoin.

  • J'aime 2
  • J'adhère 3
Link to post
Share on other sites
batmarie

Je partage vos deux points de vue et j'ai expérimenté la situation décrite par Yann: un non lecteur en ce2/cm1 ne connaissant pas toutes les lettres. J'avais ce sentiment qu'il me volait mon temps, au détriment des élèves en difficulté ordinaire. De plus, malgré le temps que je lui consacrais, j'avais un sentiment de le faire à perte, la famille étant hostile à l'école et l'enfant dénué de toute motivation à faire quoi que ce soit. Le redoublement avait été proposé en cp, en ce1 et je l'ai proposé à l'issue du ce2. Refusé à chaque fois. Au final, il est devenu lecteur à raison de 4 séances d'orthophonie par semaine.

Avec le recul, je pense juste que comme le problème était familial, ce redoublement ne l'aurait pas aidé à atteindre le niveau visé, donc aurait été "inutile" de ce point de vue. MAIS, je pense aussi que cet enfant aurait pu connaitre des situations de réussite, aurait pu éviter d'être toujours à la marge de la classe ce qui aurait par ailleurs pu nourrir sa motivation (et aider au déclenchement du décodage). Le comportement de cet élève était très éloquent: il se mettait de lui même à l'écart du rang, visage fermé, et après un retour de vacances lors desquelles il avait progressé, il était souriant et se mettait dans le rang par 2.

Ce qui me chagrine le plus dans cette histoire et dans le traitement de la difficulté lourde, c'est l'absence de moyens donnés pour la résoudre. On ne compte que sur l'enseignant en classe qui doit "différencier". C'est d'abord un travail colossal quand les écarts de niveau sont d'une telle ampleur. Ensuite, la mise en oeuvre peut aussi se révéler difficile (mon élève ne faisait rien de lui même si je n'étais pas à coté de lui). Et le manque de résultat est culpabilisant pour le chef d'orchestre de cette différenciation de l'extrême qui est vouée à échouer dans bien des cas.

Enfin, le manque de prise sur les parents m'interroge, voire m'exaspère. On est laissé seul en classe à tout gérer, à être pointé du doigt parce qu'on ne s'occupe pas/ pas bien / pas assez de l'enfant décalé, tandis que les demandes de l'institution à ces parents sont timides, tardives et ne génèrent jamais aucun controle ou mise en demeure. Le bilan orthophonie demandé la 1e semaine de CP pour mon non lecteur de CE2 a eu lieu en juin de CE1. La prise en charge psy a eu lieu au bout de 3 ans. Les parents mettent en cause l'équipe éducative -j'ai une plainte nominative à mon encontre dans mon dossier à l'inspection- mais personne ne leur met la pression pour qu'ils s'occupent de leur enfant! Deux ans de perdus!! (et non, ce n'est pas le délai d'attente du quartier). Et des IP ont été faites, sans résultat.

Je rêve de plus d'adultes dans les écoles: des aesh, des maitres supplémentaires, voire soyons fous, une rotation paramédicale (ortho, ergo, infirmières, psy).

Tant qu'on nous laissera seuls dans des classes aussi hétérogènes, on ne pourra pas faire de miracles. (Ce qui peut amener à une auto dépréciation des personnels avec de la dépression à la clé)

 

  • J'aime 4
  • J'adhère 4
Link to post
Share on other sites
Blanchedecm2

Bienvenue dans la réalité de l'Education Nationale.....Après la théorie, les livres, les grandes réflexions, vous voilà les 2 mains dans la misère de notre métier....

(J'édite car mon message est un peu cash....Et bien sûr, entièrement d'accord avec vous....Des élèves qui ont un petit niveau ce1 en cm2, ....je pense qu'un redoublement leur aurait été profitable...ou qu'une personne supplémentaire pour s'en occuper le serait aussi....)

  • J'adhère 3
Link to post
Share on other sites
Stork

Il y avait autrefois, avant que la folie capitaliste ne s’abatte aussi sur l’école, un dispositif nommé CLAD...

  • Merci 1
  • J'adhère 1
Link to post
Share on other sites
Sylvain

En quinze ans de carrière, le nombre de redoublements profitables se compte sur les doigts d'une main. Et je ne parle pas seulement de ceux effectués dans ma classe. Tout est dit. Ayant en charge une classe de CM1 (donc début de cycle) désormais je ne ferai quasiment plus redoubler. 

Link to post
Share on other sites
Yann 93
il y a une heure, Sylvain a dit :

En quinze ans de carrière, le nombre de redoublements profitables se compte sur les doigts d'une main. Et je ne parle pas seulement de ceux effectués dans ma classe. Tout est dit. Ayant en charge une classe de CM1 (donc début de cycle) désormais je ne ferai quasiment plus redoubler. 

Je te comprends, quand en cm1 un élève est en grande difficulté, qu'il ne sait pas lire, c'est chaud...

Quand j'étais EFS les collègues faisaient passer les grands élèves en difficulté, le plus vite possible, direction SEGPA... Cette année j'ai l'impression que les collègues sont contents quand un élève en grande difficulté déménage (il peut y avoir un lien...), je peux les comprendre, il y a cette fatigue, cette solitude aussi. Mais il serait possible de faire autrement, je serai heureux, moi par exemple, de m'occuper des élèves en difficulté dans l'école, de constituer une classe avec des grands et des petits, avec de l'entraide et du tutorat, et bien sur des moments d'intégration dans les classes de leur niveau d'âge.

Qu'en maternelle tout redoublement soit "interdit" qu'en CP le redoublement soit déconseillé, c'est autre chose, c'est plutôt ça l'objet de cette discussion...

Mes ce1 non lecteurs profiteraient bien davantage d'un enseignement de CP plutôt que des concepts grammaticaux qui sont abordés cette année, et auxquels ils ne comprennent rien puisqu'ils ne peuvent pas suivre.

Link to post
Share on other sites
Liora

Je suis T1 et j'ai l'impression que dans l'EN c'est toujours : "Ah mais non, ils sont petits, ils ont le temps, il faut leur laisser le temps, ça va venir, faut pas se précipiter, pas mettre une étiquette" et puis d'un coup "ah mais non, là, c'est trop tard, on ne peut plus rien faire, il aurait fallu agir avant."

  • J'aime 3
  • J'adhère 3
Link to post
Share on other sites
Juperlau2
il y a 56 minutes, Liora a dit :

Je suis T1 et j'ai l'impression que dans l'EN c'est toujours : "Ah mais non, ils sont petits, ils ont le temps, il faut leur laisser le temps, ça va venir, faut pas se précipiter, pas mettre une étiquette" et puis d'un coup "ah mais non, là, c'est trop tard, on ne peut plus rien faire, il aurait fallu agir avant."

Je trouve que ce n'est pas propre à l'EN c'est aussi un discours largement entendu dans le milieu médical.

Cette année j'ai 3 élèves vraiment en décalage par rapport au langage écrit (lecture/écriture) en CE2. Arrivés avec un tout petit niveau, quasi non lectrice pour l'une (syllabes CV), partiellement déchiffreurs pour les 2 autres, ils ont progressé bien sûr mais sont loin d'avoir le niveau suffisant pour suivre un CM1 avec un minimum d'aisance et de profit...
Je vais tenter d'obtenir le redoublement pour l'un des 3, celle qui a le plus progressé, pour qui un suivi orthophonique a été mis en place en plus de ce que j'ai pu mettre en place en classe. Celle qui je pense pourrait profiter d'une année supplémentaire pour ne plus être une élève en difficulté à l'issue de cette année de plus. C'est je pense la seule des 3 pour qui ça pourrait être profitable.
Pour les 2 autres, le bilan orthophonique demandé n'a toujours pas été fait, le suivi des parents est très aléatoire, l'implication des enfants fluctuante, une année de plus ne suffirait pas à les remettre en selle...
Et oui, le problème de notre système éducatif est que nous n'avons pas autre chose à leur proposer à ces élèves là.... Ils seront donc très probablement encore en plus grande difficulté à l'entrée au collège où il sera trop tard pour y remédier mais on les gardera entre les murs de l'école jusqu'en seconde sans échappatoire d'un enseignement plus concret  et on s'étonnera qu'ils manquent de motivation...
 

  • J'adhère 3
Link to post
Share on other sites
batmarie

Peut être qu'une vraie modification des fondamentaux de maths et français devrait être envisagée: enseigner ces disciplines sous forme de maitrise de compétence plutot que par tranche d'âge.

Si on a le niveau 2 en maths et 5 en francais, on va suivre ces cours avec mme machin et monsieur bidule (et non plus suivre le programme de cm1 parce qu'on a l'âge du cm1). On aurait des élèves d'âge différent en maths 1, maths 2 etc mais ce seraient des groupes homogènes avec une validation d'un certain niveau de maitrise de telles compétences, 1 à 2x par an, avec modification des groupes si nécessaire.

La classe d'âge serait maintenue pour les autres disciplines car l'école a énormément à apporter en termes de développements relationnels et, à mon sens, il n'y a pas d'intérêt à raccourcir ou allonger le temps de scolarisation primaire.

  • J'adhère 1
Link to post
Share on other sites
lulutte

En fin de 5e, il est possible de partir en MFR pour faire des stages, préparer son orientation après la 3e sauf que la condition c'est d'avoir redoubler! C'est fou ! De ce fait, les élèves ne peuvent quitter le collège qu'en fin de 4e. Complètement aberrant je trouve.

De la 6e à la 4e: on a rien à leur proposer! Ils sont tellement à la rue car pas du tout le niveau, que leur but est de faire suer les profs, les camarades etc.... Désolant 😥. Je suis personnellement très choquée par le niveau des élèves en collège alors que je suis dans un milieu ordinaire, ni très favorisé ni très défavorisé.

  • J'adhère 1
Link to post
Share on other sites
Sylvain
Il y a 14 heures, batmarie a dit :

Peut être qu'une vraie modification des fondamentaux de maths et français devrait être envisagée: enseigner ces disciplines sous forme de maitrise de compétence plutot que par tranche d'âge.

J'aime bien l'idée, même si ça semble utopique.

Link to post
Share on other sites
Astabill

J'aime bien l'idée aussi, mais j'aimerais savoir si elle serait accepté par tout le monde ...

Link to post
Share on other sites
HYPO

C'est un peu le concept originel du découpage de la scolarité par "cycles" non?

Link to post
Share on other sites
alinecrpe

J'ai 16 ans d'ancienneté et comme cela a été dit plus haut, les maintiens profitables j'en n'ai pas vu souvent! 

J'ai actuellement 2 élèves maintenus dans ma classe, en toute honnêteté vu les programmes du CE1 et du CE2 je pense qu'ils auraient pu suivre en CE2 au lieu de recommencer un CE1. Les 2 avaient fini par apprendre à lire en CE1, ils sont d'un niveau lambda en mathématiques. L'un a surtout des soucis d'attention et est envahi psychologiquement donc il faut l'aider à rester attentif, l'aider dans sa motivation mais ça va et l'autre a des soucis de compréhension du fait d'un vocabulaire assez faible. 

Je pense que certains CE2 qui sont passé étaient du même niveau qu'eux... et je vois bien que c'est pas facile pour eux de ne plus être avec leurs copains de la même tranche d'âge, de les croiser et de les voir évoluer sans eux...

Certes les apprentissages sont importants mais l'effet affectif d'un maintien est souvent désastreux. 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Astabill
il y a 58 minutes, HYPO a dit :

C'est un peu le concept originel du découpage de la scolarité par "cycles" non?

oui mais ils n'ont jamais été vraiment mis en place, enfin pas à ma connaissance. J'ai souvent lancé des bouteilles à la mer mais pas souvent trouvé des collègues acceptant de travailler par cycle (c'est à dire tous les niveaux de chaque cycle dans les classes).

Link to post
Share on other sites
batmarie
il y a une heure, HYPO a dit :

C'est un peu le concept originel du découpage de la scolarité par "cycles" non?

Ah, je ne trouve pas: en cycle on te dit que l'élève a 3 ans pour maitriser la compétence, du coup pendant ces 3 ans, certains élèves acquièrent la maitrise au bout de 6 mois d'autres après 1 an ou 3 ou 2 et demi. Tu as des groupes hétérogènes avec des écarts parfois très importants.

Dans mon "rêve", les maths et le français s'enseigneraient en groupes de niveau. Ainsi un CE2 non lecteur suivrait le français niveau 1 par exemple. Bon, de toute façon, ce n'est pas à l'ordre du jour, mais on a encore le droit de rêver, non? ^^ L'homogénéité de ces groupes faciliterait la tâche me semble-t-il.

Au final, c'est un peu comme une gestion de classe: parfois tu travailles en groupes homogènes et parfois en groupes hétérogènes selon tes objectifs. Là ce serait à l'échelle de toute la scolarité élémentaire: un groupe d'âge identique l'après midi mais qui suivrait des enseignements en groupes homogènes le matin, ou 2 ou 3x/semaine.

Bon, je vais déjà faire le tour de ce nouveau métier, PE, avant de postuler au ministère ^^

 

  • J'adhère 1
Link to post
Share on other sites
Juperlau2

C'est intéressant comme idée mais les apprentissages sont-ils "découpables" en niveaux ordonnés de compétences que chaque élève acquerrait progressivement et dans le même ordre?

Link to post
Share on other sites
pimouss26

Pour que cette organisation fonctionne il faut que toutes les classes aient un emploi du temps similaire pour les maths et le français, ça demande une grande coordination d'équipe 

Link to post
Share on other sites
  • André Jorge changed the title to Redoublement : talon d'Achille de la réussite éducative?
nellou
Le 28/03/2021 à 18:10, batmarie a dit :

Ah, je ne trouve pas: en cycle on te dit que l'élève a 3 ans pour maitriser la compétence, du coup pendant ces 3 ans, certains élèves acquièrent la maitrise au bout de 6 mois d'autres après 1 an ou 3 ou 2 et demi. Tu as des groupes hétérogènes avec des écarts parfois très importants.

Dans mon "rêve", les maths et le français s'enseigneraient en groupes de niveau. Ainsi un CE2 non lecteur suivrait le français niveau 1 par exemple. Bon, de toute façon, ce n'est pas à l'ordre du jour, mais on a encore le droit de rêver, non? ^^ L'homogénéité de ces groupes faciliterait la tâche me semble-t-il.

Au final, c'est un peu comme une gestion de classe: parfois tu travailles en groupes homogènes et parfois en groupes hétérogènes selon tes objectifs. Là ce serait à l'échelle de toute la scolarité élémentaire: un groupe d'âge identique l'après midi mais qui suivrait des enseignements en groupes homogènes le matin, ou 2 ou 3x/semaine.

Bon, je vais déjà faire le tour de ce nouveau métier, PE, avant de postuler au ministère ^^

 

 

Le 28/03/2021 à 19:12, pimouss26 a dit :

Pour que cette organisation fonctionne il faut que toutes les classes aient un emploi du temps similaire pour les maths et le français, ça demande une grande coordination d'équipe 

J’ai fait ça au début de ma carrière pendant 3 ans en zep. C’était en 1998. 
On était 5 classes de cycle 3 mélangées CE2/CM1/CM2. 
5 groupes de niveaux en français et maths. Chaque enseignant se chargeait d’une discipline en français et une autre en maths pour les 5 niveaux (préparer la porogression de la période, les eval). Chaque enseignant enseignait à un niveau pour une période. On tournait à chaque période. Chaque enfant avait son groupe pour chaque discipline. Et on changeait de discipline dans la journée avec un emploi du temps. 
Après il y avait des matières où on était avec notre classe de C3. 
 

Ça a été une super expérience, je débutais. J’ai travaillé avec des enseignants plus expérimentés et qui m’ont fait aimer mon métier et le travail d’équipe. 
Pour l’an 2000 on avait monté un grand spectacle avec ces 5 classes : une période historique par groupe. Un souvenir inoubliable.  
 

Ça a vraiment été très bénéfique pour ces élèves... Mais ça ne peut marcher qu’avec une équipe plus que soudée. 
Je ne sais pas si une telle expérience a été tentée ailleurs :idontno: Tout le monde nous prenait pour des fous :D 

  • J'aime 5
Link to post
Share on other sites
batmarie

Je n'imaginais pas que ce soit possible dans les textes actuels! Mon idée était purement théorique mais ça me fait chaud au coeur de voir que tout est possible selon le contexte. Ce doit être un gros travail d'harmonisation en amont sur les matériels, les attentes de présentation etc, sans parler du fond bien sûr que tu décris (faire les progressions d'un sous domaine pour les 5 niveaux de maitrise des compétences, les éval etc)

C'est très beau en tout cas comme mise en oeuvre du travail en équipe autour du projet de faire réussir les élèves. Je vais continuer à rêver alors!

 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Yann 93
Le 28/03/2021 à 17:47, bdisse a dit :

 

 

Le 28/03/2021 à 17:31, alinecrpe a dit :

J'ai 16 ans d'ancienneté et comme cela a été dit plus haut, les maintiens profitables j'en n'ai pas vu souvent! 

J'ai actuellement 2 élèves maintenus dans ma classe, en toute honnêteté vu les programmes du CE1 et du CE2 je pense qu'ils auraient pu suivre en CE2 au lieu de recommencer un CE1. Les 2 avaient fini par apprendre à lire en CE1, ils sont d'un niveau lambda en mathématiques. L'un a surtout des soucis d'attention et est envahi psychologiquement donc il faut l'aider à rester attentif, l'aider dans sa motivation mais ça va et l'autre a des soucis de compréhension du fait d'un vocabulaire assez faible. 

Je pense que certains CE2 qui sont passé étaient du même niveau qu'eux... et je vois bien que c'est pas facile pour eux de ne plus être avec leurs copains de la même tranche d'âge, de les croiser et de les voir évoluer sans eux...

Certes les apprentissages sont importants mais l'effet affectif d'un maintien est souvent désastreux. 

Cette année, mes élèves de ce1 qui sont encore non lecteurs, en veulent et risquent de se sentir punis s'ils ne peuvent suivre les copains, copines, je vais appliquer la méthode Serge, pas de dossier et voir avec les parents au moment du passage s'il ne vaudrait pas mieux leur faire recommencer un ce1 en leur conseillant de refuser la décision du Conseil des Maîtres...

Pour mes élèves de ce2 c'est catégorique, elles n'ont pas un bon niveau, mais elles vivraient trop mal le redoublement, il faut qu'elles passent, là aussi elles en veulent, il y a de l'espoir!

Mais ça pose à mon avis la question du choix de l'institution, est-ce que justement, le bon moment pour redoubler ce ne serait pas celui où il est absolument interdit, est-ce que ça ne serait pas, alors qu'ils sont encore dans les limbes de la petite enfance, qu'il faudrait les maintenir, insister sur des bases que tant de nos élèves n'ont pas, comme tenir un stylo, et tout bêtement attendre d'avoir un peu de maturité pour appréhender la classe de CP dans de bonnes conditions?

Pour le coup, je n'ai aucune expérience de la maternelle. Qu'est-ce que vous en pensez ?

Link to post
Share on other sites
papillon2704

Hélas, pas plus l'institution que nous ne sommes tout-puissants. les causes des difficultés scolaires sont complexes, souvent multi factorielles, souvent induites ou majorées par des éléments sur lesquels nous n'avons aucune prise, dont nous ne sommes souvent même pas conscients. Le maintien c'est un outil, comme tous les outils, on peut se blesser ou blesser quelqu'un avec.

Il faut faire ce deuil, et travailler à changer ce que nous sommes humainement capables de changer.

Link to post
Share on other sites
Le 27/03/2021 à 10:27, Stork a dit :

Il y avait autrefois, avant que la folie capitaliste ne s’abatte aussi sur l’école, un dispositif nommé CLAD...

Oui, mais à l'époque, on "stygmatisait", c'est dire... C'est pas chouette l'inclusion... Ca fait plaisir aux parents, pas forcément aux enfants souvent en échec incapable de suivre le programme... mais bon, l'effet Canada Dry, c'est bien ce qui compte... Pourvu qu'il soit, dans sa classe d'äge, on se F... bien de ce qu'il y bricole...

Ps : 36 années passées en CLAD, arrêt en 2014... De Passage sur EDP, après 6 ans de retraite, je n'ai pu résister...

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
dameoiselle

Je partage mon expérience un peu différente. J'ai demandé le maintien d'une de mes élèves en GS. C'est une enfant avec des troubles diagnostiqués importants. Pourtant, l'an passé les parents n'étaient pas encore prêts pour une déclaration MDPH. On a proposé le maintien sous conditions d'actions de leur part en ce sens et c'est maintenant chose faite. Pour elle ce maintien a été profitable: elle a désormais une AVS et elle sera accompagnée dès les premiers jours de CP. Sera-t-elle en difficulté en CP l'an prochain, très certainement mais il n'y a aucun doute de ma part que cela aurait été pire si elle y était allée dès cette année. Le redoublement ne transforme pas un élève en difficulté en un bon élève, mais j'ai tendance à penser, lorsqu'on fait en sorte qu'il s'accompagne d'autres actions, qu'une année de plus pour asseoir les bases peut être bénéfique. 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...