Jump to content

BHL l'entarté a du sang sur les mains


Mirobolande
 Share

Recommended Posts

Le 12/07/2022 à 08:06, Argon a dit :

(et mal informée.  C'est bien une femme, Lise Meitner, qui a inventé la bombe atomique...)

Plus précisément, elle est à l’origine de la découverte de la fission nucléaire, découverte fondamentale dans la construction de la bombe.

 

Citation

Les conséquences de la découverte de Lise Meitner, Ottoh Hahn et Fritz Strassman conduisent rapidement à une autre découverte : la possibilité de créer une réaction en chaîne à partir de ce processus permettrait de libérer une immense quantité d'énergie. En pleine Seconde Guerre mondiale, les possibles usages militaires de la fission nucléaire sont préoccupants.

 

Citation

Le président Franklin Roosevelt lance alors le projet Manhattan, auquel Lise Meitner est convié : elle refuse catégoriquement de participer.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/lise-meitner-et-la-fission-fut-9547895

 

Citation

Au travers de ses travaux et découvertes, elle a grandement participé à la connaissance de l'atome et de son noyau. « C'est ainsi qu'elle a su expliquer la désintégration de l'uranium, bombardé par des neutrons lents et compris, la première, le principe de la fission nucléaire, ce qui lui a valu, bien malgré elle, le surnom de mère de la bombe atomique »

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/pornichet-44380/lise-meitner-mere-de-la-bombe-atomique-3383302

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, prof désécol a dit :

Plus précisément, elle est à l’origine de la découverte de la fission nucléaire, découverte fondamentale dans la construction de la bombe.

Plus précisément encore, elle est à l'origine, avec le chimiste Otto Hahn, de la découverte de la réaction de fission en chaîne de l'uranium 235. La fission elle-même était connue depuis les travaux de Pierre et Marie Curie, à la fin du siècle précédent ; mais c'est la notion de réaction en chaîne qui rend possible ses applications explosives, comme l'avait suggéré Leo Szilard l'année précédente (ainsi probablement que Frédéric Joliot-Curie, lequel préférait toutefois les brevets secrets pour ce genre de choses...)

Mais aussi, et peut-être surtout, c'est Lise Meitner qui a aussitôt fait fuiter cette idée vers les Alliés (via son neveu, également physicien, alors en stage chez Bohr, au Danemark), qui se sont ainsi persuadés que les Allemands travaillaient activement sur la bombe et qu'ils devaient en faire autant...

 

(Accessoirement, autant je suis assez allergique à la mode actuelle de chercher derrière chaque découverte scientifique une femme dont un homme aurait volé le travail, autant l'histoire de Lise Meitner est peut-être le cas le plus flagrant d'effacement d'une contribution féminine essentielle lors de l'attribution du prix Nobel (que Hahn a reçu seul pour leur découverte commune en 1944).

Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, Argon a dit :

Mais aussi, et peut-être surtout, c'est Lise Meitner qui au aussitôt fait fuiter cette idée vers les Alliés (via son neveu, également physicien, alors en stage chez Bohr, au Danemark), qui se sont ainsi persuadés que les Allemands travaillaient activement sur la bombe et qu'ils devaient en faire autant..

C'est intéressant. As-tu une source ?

Dans ce que j'ai pu lire, cette physicienne se présentait comme pacifiste et refusait d'autre part cette "maternité" de la bombe. Sa non-contribution au projet Manhattan semblerait aller dans ce sens...

Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, prof désécol a dit :

C'est intéressant. As-tu une source ?

Je n'ai pas de référence précise en tête et je ne suis pas chez moi, mais c'est bien connu et ça se trouve un peu partout dans les bouquins sur le sujet.

Par ailleurs, pour le coup, je me souvient très bien d'une nouvelle de SF de 1941 (!) mettant en garde contre les conséquences geo-stratégiques et politiques de la possibilité d'armes nucléaires de destruction massive, et dont un personnage est un double transparent de Lise Meitner exfiltré d'Allemagne, « Solution non satisfaisante » (« Solution Unsatisfactory »), de Robert Heinlein  (dès 1940, le même avait déjà pondu une nouvelle sur les risques de la fission en chaîne de l'uranium 235, au titre assez explicite, « Il arrive que ça saute » (« Blowups Happen »).

Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Argon a dit :

La fission elle-même était connue depuis les travaux de Pierre et Marie Curie, à la fin du siècle précédent.

Alors là, je voudrais bien que tu développes un peu. Il me semble que ni l'un, ni l'autre n'ont jamais employé le terme de fission.

 

il y a 5 minutes, Argon a dit :

Je n'ai pas de référence précise en tête et je ne suis pas chez moi, mais c'est bien connu et ça se trouve un peu partout dans les bouquins sur le sujet.

Je vais essayer de chercher sur le net.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, prof désécol a dit :

Alors là, je voudrais bien que tu développes un peu. Il me semble que ni l'un, ni l'autre n'ont jamais employé le terme de fission.

Non, à ma connaissance, le terme de fission a effectivement été introduit par Hahn et Meitner, dans une série d'articles polémiquant avec Joliot.  Mais le concept est ancien. Celui de "bombe atomique" par fission nucléaire apparaît dans un roman de SF (encore) d'H.G. Wells, _La Destruction libératrice_, en 1913 ou 1914 (toujours de mémoire...) : le concept était déjà sur la table, et les premières théories en cours d'élaboration par les physiciens. En fait, on peut même le faire remonter à Newton (quoique plutôt dans ses textes alchimiques) pour expliquer la variété des métaux connus.

Mais la première interprétation basée sur des expériences contrôlées est celle de Pierre et Marie Curie, pour tenter d'expliquer le phénomène de radioactivité, qu'ils venaient de découvrir, et la bizarre répartition des éléments qu'on trouvait à l'état de traces dans les minerais radioactifs, comme la pechblende et qui résultaient de ce qu'on appelle aujourd'hui la fission de l'uranium (ou des métaux lourds qui interviennent dans sa chaîne de désintégration, comme le radium).

 

Link to comment
Share on other sites

Le 13/07/2022 à 11:07, Argon a dit :

Oh ?  Vraiment ?

"aucune femme sur la planète / N’s’ra jamais plus con que son frère"

"la force de l’homme ne tient / Que dans son flingue ou dans sa queue"

Toute la chanson est basée sur l'essentialisation des genres et les généralisations abusives — un cas d'école de sexisme !    (essaie de transposer en inversant hommes et femmes, pour voir ; ou mieux : en remplaçant "les hommes" par "les homosexuels" ou "les juifs"... et commence à économiser pour les frais de justice !)

T'as raison, repasse du Coluche ou du Desproges, et ça casse...sauf qu'en 1986, on avait le droit de parler librement.

Link to comment
Share on other sites

Le 16/07/2022 à 01:40, Teufti a dit :

T'as raison, repasse du Coluche ou du Desproges, et ça casse...sauf qu'en 1986, on avait le droit de parler librement.

"En 86, on avait le droit de parler librement".   :D On avait surtout le droit de dire beaucoup de conneries, d'être raciste, sexiste, homophobe, etc.  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, BobbyWatson a dit :

"En 86, on avait le droit de parler librement".   :D On avait surtout le droit de dire beaucoup de conneries, d'être raciste, sexiste, homophobe, etc.  

Ça fait en effet partie de la liberté d'opinion et d'expression. La liberté d'expression, ce n'est pas seulement ton droit d'exprimer les idées qui te tiennent à cœur, c'est aussi, et en fait surtout, le droit pour ceux qui ne les partagent pas de dénoncer à pleins poumons celles que tu consacres ta vie à défendre de toutes tes forces.  (Et réciproquement, bien sûr)

Au passage, la liberté d'opinion, c'est également ton droit absolu de préférer une société autoritaire dans laquelle tes propres idées sont protégées, et leur contestation criminalisée.

  • Merci 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, BobbyWatson a dit :

"En 86, on avait le droit de parler librement".   :D On avait surtout le droit de dire beaucoup de conneries, d'être raciste, sexiste, homophobe, etc.  

C'est juste factuellement totalement faux, la loi française  interdit la publication de propos diffamatoires ou insultants depuis 1881.

Et juste pour :D en 1986, le FN est à moins de 10%.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, BobbyWatson a dit :

On avait surtout le droit de dire beaucoup de conneries, d'être raciste, sexiste, homophobe, etc.  

Il y a 3 heures, Teufti a dit :

C'est juste factuellement totalement faux, la loi française  interdit la publication de propos diffamatoires ou insultants depuis 1881.

  Quel rapport ? 

  Ce sont des choses totalement indépendantes. Un propos peut être diffamatoire sans être con ni raciste, ou con ou raciste sans être diffamatoire, etc.

  Ces concepts ne se situent même pas sur le même plan. La diffamation est en rapport avec le mensonge et la mauvaise foi : une allégation dont on peut prouver la vérité ne saurait être diffamatoire. Le racisme, le sexisme, etc., relèvent de l'idéologie  (ou devraient en relever : de plus en plus, il s'agit de procès d'intention, basés non plus sur ce que ceux qui en sont accusés disent ou font effectivement,  mais sur la perception que d'autres peuvent en avoir...)

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Argon a dit :

  Quel rapport ?

juste qu'on n'avait pas le droit de tenir des propos racistes, sexistes, homophobes, etc, en 1986.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, Teufti a dit :

juste qu'on n'avait pas le droit de tenir des propos racistes, sexistes, homophobes, etc, en 1986.

   Selon le Code Pénal d'après Teufti ?

  En 1986, l'homosexualité était encore légalement considérée comme une maladie mentale...

  Ce qui est interdit depuis un bon demi-siècle, c'est "l'incitation à la haine".  C'étaient déjà des lois assez problématiques, du fait du caractère la plupart du temps très subjectif de ce délit — ce qui était une nette nouveauté dans le droit français, qui ne sanctionnait précédemment que des délits objectifs.

  Mais on ne sanctionnait encore que d'authentiques appels à la haine, même implicites. On était encore loin des interprétations des lobbies caporalistes actuels, qui en font leur beurre, massivement subventionnés qu'ils sont pour attaquer en justice tout propos qui leur déplaît — donc "haineux", bien sûr — et pour promouvoir toutes sortes de discriminations — raciales, de genre, sexuelles — du moment qu'elles sont "positives", c'est-à-dire en leur faveur ou en celle de leurs clients (on relevait encore ici voici quelques jours que les farouches défenseurs de la "parité" ne voyaient aucun problème à des présidences et vice-présidences de l'Assemblée Nationale ultra-déséquilibrées, du moment que les postes allaient à des femmes...).

En ce qui me concerne, il y a bien longtemps que je n'ai pas entendu de propos ouvertement sexistes ou racistes de la part de gens vaguement intelligents — sauf à l'encontre des hommes blancs cis : ce racisme et ce sexisme-là sont plutôt à la mode, eux...

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...