Jump to content

Accusations mensongères, dénonciations calomnieuses,...


André Jorge
 Share

Recommended Posts

Bonjour, :)

Un sujet, sur les accusations mensongères...

Je trouve qu'il y a aujourd'hui dans les actualités beaucoup (de plus en plus) d'affaires d'accusations mensongères  harcèlement moral et/ou sexuel, tentative de viol, comportements inappropriés, violence, et je ne sais quels autres accusations qui mettent sérieusement à mal l'honneur et la réputation d'une personne.

Ces affaires sont médiatisées et détruisent la vie de personnes qui sont par la suite innocentées...

Récemment :

Raquel Garrido :

Le dimanche 19 juin, Raquel Garrido  (ancienne porte-parole de Jean-Luc Mélenchon) a été élue, dans la 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis.

Quelques jours après son élection, le journal Le Point publie un article accusant Raquel Garrido et Alexis Corbière, son compagnon, d’employer une femme de ménage sans papiers et non-déclarée.

Il s'avère qu'il s'agissait de fausses accusations :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/06/30/fausses-accusations-contre-raquel-garrido-et-alexis-corbiere-ouverture-d-une-enquete-pour-escroquerie_6132781_823448.html

 

Alain Schmitt :

Citation

En novembre, la judokate Margaux Pinot affirme que son compagnon Alain Schmitt, a été violent avec elle. Plusieurs personnalités prennent position pour la victime présumée et condamnent le sportif. La justice a finalement établi que la version de la jeune femme était fausse. 

https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/relaxe-alain-schmitt-a-ete-livre-a-la-vindicte-de-tous-sportifs-medias-et-politiques

Que penser de tout cela ?...

Link to comment
Share on other sites

Le bon vieux « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose… », qui restait local et se diffuse à vitesse grand V via les médias. Heureux les esprits critiques. 
On fait feu de tout bois etc. Je ne regarde plus la télé, choisis les programmes radio, les podcasts… Ce flux permanent, la surenchère d’info (croustillante si possible - non vérifiée même…) est épuisante. Me suis même abonnée à un bon vieux journal 😌. Tu as raison de t’étonner. 

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

 

Pour Alain Schmitt l'article de Marianne a été écrite par son avocate. Il y a clairement un biais et un parti pris. Elle est payée pour défendre son client.

Visiblement sur le peu que j'ai lu de cette affaire il y a deux versions contradictoires et c'était parole contre parole donc la justice a fait jouer le bénéfice du doute pour l'accusé.

Après si d'autres ont mieux suivi le procès qu'ils n'hésitent pas à donner leur éclairage.

Pour Raquel Garrido clairement l'article était mensonger  et visiblement a été retiré dès le lendemain. Cet ancien personnage politique à la fois se trimbale pas mal de casseroles ( Soupçons de cotisations non réglées, logement HLM indu, aide pour des travaux de rénovation ...) et catalyse aussi contre elle une haine que je ne m'explique pas.

Sinon pour rejoindre Merrimack et ce que vous soulignez, le problème vient plus de la médiatisation de ces affaires. Le temps de la justice n'est pas le même que le temps des médias ou de l'actualité. L'opinion et les médias rendent leur verdict bien avant le juge sans aucune connaissance du dossier. C'est le commérage 2.0 et il y a une vraie délectation à voir le notable (politiques, artistes ...) coupable.

La solution comme  semble souligner Merrimack serait de prendre du recul, de s'informer et surtout de se taire lorsqu'on ne maîtrise pas un sujet.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Le 03/07/2022 à 20:44, André Jorge a dit :

Je trouve qu'il y a aujourd'hui dans les actualités beaucoup (de plus en plus) d'affaires d'accusations mensongères  harcèlement moral et/ou sexuel, tentative de viol, comportements inappropriés, violence, et je ne sais quels autres accusations qui mettent sérieusement à mal l'honneur et la réputation d'une personne.

Ces affaires sont médiatisées et détruisent la vie de personnes qui sont par la suite innocentées...

Mensonges et calomnies ont toujours existé, et il ne me semble pas y en avoir beaucoup plus qu'avant — ni moins, d'ailleurs.

Ce qui a probablement changé, c'est la notion de mensonge, ou sa perception. On — on, c'est-à-dire les médias sérieux, les autorités policières et judiciaires, et évidemment les enseignants, sans compter évidemment les scientifiques et les philosophes depuis Aristote —  a longtemps soigneusement distingué ce qui relevait du fait raisonnablement objectif de ce qui relevait de l'interprétation, et a fortiori de la perception subjective et du jugement moral. Le mensonge, à proprement parler, ne concernait pratiquement que la première catégorie. Or cette barrière tend à s'effacer, et beaucoup de gens semblent désormais considérer que la présentation de leurs perceptions de certains événements comme autant de faits , même lorsqu'elles sont en contradiction avec un certain nombre de constats objectifs, ne relève pas du mensonge, du moment qu'elle est sincère.

Je distinguerais donc les cas de Garrido, qui semble relever de la pure manipulation et du manque de professionnalisme de journalistes et pour lequel le média concerné a rapidement présenté ses excuses, de celui de Pinot, où tout le monde est probablement à peu près sincère, à défaut d'avoir la même "vérité"...

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

J'ai du mal avec le slogan "on te croit". Je préfèrerais qu'on dise aux femmes qui dénoncent des agressions "on t'a entendu" sinon n'importe qui peut dire n'importe quoi.

Si les faits sont sûrs alors la victime doit aller porter plainte, une première démarche pour montrer qu'on est dans le vrai.

Faire circuler des rumeurs, rien de pire. C'est ce qui se passe avec Coquerel : des gens qui ont entendu que ...

Sophie Tissier se dit victime de bcp d'hommes d'après ses anciens tweets et 8 ans après les faits elle porte plainte contre un seul, celui de l'opposition élu à la commission des finances.

IL semblerait qu'elle gravite désormais dans la sphère de l'extrême droite, d'après des tweets plus récents.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, jeanounette a dit :

Si les faits sont sûrs alors la victime doit aller porter plainte, une première démarche pour montrer qu'on est dans le vrai.

  Uh...  Non, c'est aussi le rôle de l'enquête de police et de l'instruction judiciaire d'établir les faits. La plainte peut être légitime et recevable même si les faits ne sont pas encore "sûrs", et même si la victime n'en connait pas l'auteur (plaintes contre X). La réserve me semble plutôt être du type : si un préjudice est établi et, le cas échéant, si les faits sont effectivement susceptibles d'une qualification criminelle, ou même simplement délictuelle.

Le problème me semble être qu'on a récemment commencé à prendre en compte, voire à valoriser, des préjudices psychologiques totalement subjectifs. à partir du moment où il suffit d'être très contrarié par une action d'autrui, même si on l'a mal interprétée ou si l'on a soi-même des normes comportementales extrêmes, tout peut justifier une plainte...  (j'emploie à dessein le terme très neutre de contrariété — mais on sait tout qu'il est facile de se rendre soi-même très malheureux en tournant en boucle sur un mauvais souvenir, au point de ne plus vraiment faire la part entre le souvenir et sa réinterprétation, et que la souffrance associée peut être tout à fait sincère, même sans reposer sur grand chose.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Argon a dit :

  Uh...  Non, c'est aussi le rôle de l'enquête de police et de l'instruction judiciaire d'établir les faits. La plainte peut être légitime et recevable même si les faits ne sont pas encore "sûrs", et même si la victime n'en connait pas l'auteur (plaintes contre X). La réserve me semble plutôt être du type : si un préjudice est établi et, le cas échéant, si les faits sont effectivement susceptibles d'une qualification criminelle, ou même simplement délictuelle.

Le problème me semble être qu'on a récemment commencé à prendre en compte, voire à valoriser, des préjudices psychologiques totalement subjectifs. à partir du moment où il suffit d'être très contrarié par une action d'autrui, même si on l'a mal interprétée ou si l'on a soi-même des normes comportementales extrêmes, tout peut justifier une plainte...  (j'emploie à dessein le terme très neutre de contrariété — mais on sait tout qu'il est facile de se rendre soi-même très malheureux en tournant en boucle sur un mauvais souvenir, au point de ne plus vraiment faire la part entre le souvenir et sa réinterprétation, et que la souffrance associée peut être tout à fait sincère, même sans reposer sur grand chose.

je voulais dire qu'aller porter plainte donne du crédit à la parole, c'est mieux que colporter des rumeurs.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, jeanounette a dit :

IL semblerait qu'elle gravite désormais dans la sphère de l'extrême droite, d'après des tweets plus récents.

Quelle est la pertinence de cet "argument" par rapport au sujet ? :idontno:

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Dans la série "Dénonciations calomnieuses", en voici une qui me paraît terrible, dans la mesure où pendant 20 ans, on a considéré que cet homme était coupable :

Citation

 

Cet homme avait été condamné en 2003 par la cour d’assises des mineurs pour "agressions sexuelles" et" viol" après avoir été accusé de ces faits cinq ans plus tôt par une certaine Julie D. qui vivait comme lui à Hazebrouck. Farid E., qui n’avait alors que 17 ans, a toujours contesté les faits, en vain. 

En 2017, pourtant, c’est l’accusatrice même qui a été à l’origine d’un véritable coup de théâtre dans cette affaire. Dix-neuf ans après ses premières accusations, elle reconnaissait avoir menti et n’avoir en réalité jamais été violé ou agressé par cet homme.

 

https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/justice-farid-e-julie-d-nord-france-accuse-d-agression-sexuelle-et-de-viol-cet-homme-pourrait-etre-le-12e-cas-d-erreur-judiciaire-depuis-1945-2241018.html

Link to comment
Share on other sites

il y a 34 minutes, André Jorge a dit :

Dans la série "Dénonciations calomnieuses", en voici une qui me paraît terrible, dans la mesure où pendant 20 ans, on a considéré que cet homme était coupable :

https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/justice-farid-e-julie-d-nord-france-accuse-d-agression-sexuelle-et-de-viol-cet-homme-pourrait-etre-le-12e-cas-d-erreur-judiciaire-depuis-1945-2241018.html

Logiquement (enfin, selon ma logique..) , l'accusatrice menteuse devrait être condamnée à effectuer une peine de prison similaire. Ça ne réparerait pas le préjudice mais bon, le gars n'avait rien demandé non plus hein.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Dans tous les cas, pour moi, il doit y avoir réparation. Je me demande ce que la justice prévoit dans ce genre de situations.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Torque a dit :

Logiquement (enfin, selon ma logique..) , l'accusatrice menteuse devrait être condamnée à effectuer une peine de prison similaire. Ça ne réparerait pas le préjudice mais bon, le gars n'avait rien demandé non plus hein.

Si j'ai bien compris, c'était une gamine, victime d'inceste. On peut difficilement lui en vouloir d'avoir été violemment désorientée.

En revanche, "selon ma logique", les juges qui ont condamné un homme à une lourde peine sur un témoignage fragile devraient être sinon révoqués (encore que...), du moins sanctionnés. 

Et le Procureur de la République qui a reçu en 2017 la confession du faux témoignage, mais qui a, en connaissance de cause, laissé un innocent en prison durant cinq années supplémentaires pourrait bien, lui, mériter aussi un petit stage derrière les barreaux, pour lui apprendre ce que c'est !

 

il y a 5 minutes, André Jorge a dit :

Dans tous les cas, pour moi, il doit y avoir réparation. Je me demande ce que la justice prévoit dans ce genre de situations.

Des compensations financières, mais ça ne va pas très loin.  Pour 17 ans de prison à tort, il pourrait espérer quelques dizaines de milliers d'euros, s'il a un bon avocat...

(sauf s'il porte lui-même plainte soit contre la plaignante initiale, soit contre le Proc', en demandant réparation du préjudice ; mais je doute qu'il obtienne satisfaction, "dans l'intérêt de la la justice"...

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Argon a dit :

Si j'ai bien compris, c'était une gamine, victime d'inceste. On peut difficilement lui en vouloir d'avoir été violemment désorientée.

Effectivement je n'ai pas tenu compte de cela.:idontno:

il y a 2 minutes, Argon a dit :

En revanche, "selon ma logique", les juges qui ont condamné un homme à une lourde peine sur un témoignage fragile devraient être sinon révoqués (encore que...), du moins sanctionné. 

Et le Procureur de la République qui a reçu en 2017 la confession du faux témoignage, mais qui a, en connaissance de cause, laissé un innocent en prison durant cinq années supplémentaires pourrait bien, lui, mériter aussi un petit stage derrière les barreaux, pour lui apprendre ce que c'est !

Tout à fait d'accord.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...