Jump to content
Sign in to follow this  
Rélinette

La parentalité sans violence...

Recommended Posts

Yseult
Yseult, je suis d'accord sur la non violence, et d'accord aussi sur le fait que la fessée est une violence. Je voulais juste dire que moi même, "pratiquant" parfois la fessée, je dis que ce n'est pas une solution, simplement la preuve que parfois, on perd son sang froid.

Je pense qu'il y a d'autres solutions, mais parfois, ben, je ne ne les ais pas.

Et, plutôt que le "regard qui tue" du genre ceux que me lançaient mon père quand j'étais gamine, je "préfère" encore la fessée. Ses regards me stoppaient net. et pourtant, il en fallait beaucoup pour me stopper :blush:

Et je garde beaucoup plus de mauvais souvenirs de ces regards que des fessées qu'a pu me donner Môman

vero : je t'avais bien suivie, ne t'en fais pas !

Suite en mp si tu veux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Anwamanë

vero,

Nul est infaillible, tu es simplement humaine...avec tes qualités et tes défauts, tes limites. :)

Je ne prendrai pas part au débat qui a déja eu lieu sur Graffiti mais je tenais juste à rappeler que la violence ce n'est pas que "physique"..la violence verbale et psychologique est tout aussi dévastatrice.

Et non, ne pas vouloir donner de fessées ne veut pas dire être laxiste. NON et renon.

Oui un enfant a besoin de limites, c'est évident.

Mais un enfant comprendra bien mieux ces limites si on lui en explique l'intérêt.

La violence éducative...

Peut-être qu’un jour on cessera d’appeler cruauté le fait de frapper un animal, agression le fait de frapper un adulte et éducation le fait de frapper un enfant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yseult

D'autant que je repense à l'origine du post : il s'agissait de faire admettre à une petite fille que l'école était bonne pour elle.

Or, jusqu'à preuve du contraire, l'école en France n'est obligatoire que dans la 6e année de l'enfant.

Donc, lorsqu'on décide de mettre un enfant en maternelle, on le fait pour diverses raisons, la plus commune étant, il ne faut pas se cacher la réalité, qu'on retourne travailler, l'intérêt de l'enfant étant bien entendu l'argument officiel avancé.

Mais dans la réalité, si c'était réellement son intérêt qu'on suivait, on le ramenerait bien vite à la maison lorsque cette intégration se passe mal ou difficilement.

C'est rarement ce qu'on fait.

Alors, bien sûr, on argue du fait que 99% des enfants sont désormais scolarisés à 3 ans, (ce qui n'a pas toujours été le cas, et pourtant on n'avait pas plus d'asociaux il y a 30 ans), et que passés les premiers jours, les premières semaines parfois, les choses rentrent dans l'ordre et le gamin s'adapte à cette nouvelle vie.

Mais soyons honnête : il n'a pas le choix.

Alors, là, on a une petite fille à laquelle il faudrait imposer sans rien lui expliquer qu'elle doit aller à l'école, et qu'elle doit trouver ça irrésistible, de gré ou de force?

Et une "petite" beigne pour ponctuer le tout.

Etonnant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...