• Annonces

    • André Jorge

      APPEL A CONTRIBUTION   07/08/2017

      Bonjour. La dernière mise à jour du site a nécessité plusieurs heures de travail et, même s'il y a encore quelques bugs à régler, c'est avec plaisir que nous vous proposons cette nouvelle version d'EDP. L' existence et l'évolution du site EDP ne reposent pas que sur le travail (bénévole) de l'administrateur et des modérateurs, mais aussi sur la participation des membres du site. Si vous appréciez le site EDP, il importe que vous nous aidiez à le faire vivre, en participant aux échanges et en proposant du contenu à destination des autres membres dans les différentes rubriques : -Participez aux sujets de discussion dans les forums : Vous pouvez participer aux discussions, poster de nouveaux sujets, et enrichir les échanges de vos contributions, tout en veillant à respecter l'organisation et le fonctionnement du site. -Publiez dans l'espace de téléchargements : Les fiches, documents que vous réalisez peuvent être publiées dans les différentes rubriques de l'espace de téléchargements et pourront ainsi être facilement retrouvées. -Publiez des liens dans l'annuaire : Les liens que vous trouverez utiles peuvent être regroupés dans l'annuaire. Pendant ces dernières vacances, l'annuaire a fait l'objet d'une réorganisation et de mises jour qui l'ont rendu plus attractif et efficace. -Publiez des articles dans le module Pages : Vous pouvez publier des articles concernant l'école, le CRPE, l'éducation, dans la rubriques Pages. Cette rubrique a également fait l'objet d'une réorganisation et un nouveau menu a été créé pour faciliter la navigation. -Publiez des photographies, des vidéos, dans la galerie : La galerie a également été réorganisée. Les photographies des réalisations de vos élèves peuvent y être publiés.   Et sur les réseaux sociaux ? EDP se doit d'être présent sur les réseaux sociaux. Nous avons donc un espace : sur Facebook : https://www.facebook.com/Enseignants-du-primaire-158258504749259/. sur Twitter : https://twitter.com/ensduprim. Pour nous aider, vous pouvez vous abonner ou nous suivre sur les réseaux sociaux et partager nos publications.   Merci de votre soutien.
    • André Jorge

      ORTHOGRAPHE ET PUBLICATION SUR EDP   09/09/2017

      EDP est un site consacré au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Merci de votre compréhension.
gazelle

Enseignant pensant à la reconversion

Messages recommandés

Byza31
il y a 46 minutes, De Mantinée a dit :

Oui enfin là, vous exagérez. On peut élever son enfant dans ces valeurs là et d'autres familles le font. Il ne sera pas exclu pour autant. Après ne pas vouloir d'enfant est un choix qui se respecte. Mais l'argument selon lequel si vous respectez vos valeurs, il sera exclu est pour le moins fallacieux. La société est aussi ce que nous en faisons.

+1. Et heureusement ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Malakime

Et ça laisse supposer que tous les parents d'enfants difficiles ou qui ne respectent pas les règles ne les élèvent pas avec ces valeurs là? Je connais plein de parents qui élèvent les enfants avec ces valeurs et qui galèrent à les faire appliquer... Allez je vais même aller jusqu'à dire que je me mets dans le lot concernant un de mes enfants à la position centrale bien connue pour ne pas être la plus simple :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45

Pareil les filles! Zen!!!

On a le droit de pas vouloir d'enfants. Vous avez le droit de ne pas en vouloir.

J'ai mis longtemps à faire mes enfants car tout ce que vous dites me faisait peur aussi (et dieu sait que j'en ai pleuré pendant 5 mois à la naissance de mon premier à cause de toutes ses angoisses).

Mais depuis qu'on les a, on les élève dans nos valeurs, on explique tout un tas de chose, et ça va! Bien sûr que notre société a ses travers, mais c'est à nous de la transformer aussi. Et moi je me dis que je fais ce que je peux à mon niveau dans mes classes et avec mes enfants. Donc non mon fils ne connait pas tous les trucs dont je n'ai pas envie, mais il est loin d'être malheureux, il a plein de copains, et je connais plein de gens qui ont les valeurs de respect et de service et de plein de choses à leurs enfants. Il faut aller de l'avant. Quand je vois mon fils se trouver tout seul son déguisement d'halloween (parce que bien sûr ses affreux parents n'achètent pas ça) en prenant des vêtements et en découpant des accessoires, ben moi je kiffe. ;) C'est juste un exemple, il est encore petit je sais.

Perso, depuis que j'ai des enfants, je fais mon métier différemment, et j'ai encore plus la gniak qu'avant pour faire passer plein de "valeurs" justement à mes élèves. On bosse beaucoup en équipe là dessus et l'école change et c'est chouette.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45
il y a une heure, Malakime a dit :

Et ça laisse supposer que tous les parents d'enfants difficiles ou qui ne respectent pas les règles ne les élèvent pas avec ces valeurs là? Je connais plein de parents qui élèvent les enfants avec ces valeurs et qui galèrent à les faire appliquer... Allez je vais même aller jusqu'à dire que je me mets dans le lot concernant un de mes enfants à la position centrale bien connue pour ne pas être la plus simple :D

Oui aussi! J'ai des élèves qui connaissent les règles, qui sautent quand même de partout, mais les règles ils les ont au fond d'eux.

Malak!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! je pense régulièrement à toi tu sais!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est vrai qu'être l'enfant du milieu c'est compliqué? LEs exemples dans notre famille le confirment ;) mais je me demandais si c'était une généralité? bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah

Je ne dis pas qu'il sera exclus, je dis juste que voir le comportement des autres risquerait de le rendre malheureux et le plonger dans l'incompréhension.

Pourquoi je pense cela ? Parce moi-même je le vis ainsi. Le fait de voir les problèmes que j'évoque plus haut mais ne pas vouloir me rabaisser à faire la même chose me rend malheureuse.

Heureusement qu'il y a encore des gens qui ont des valeurs (du moins les mêmes que les miennes) ! Mais on ne peut pas dire que c'est la majorité car la société va de plus en plus mal et quoi qu'on en dise, chaque jour il se passe des choses de plus en plus aberrantes.

Cela reste mon point de vue, c'est évident mais il n'est pas plus "nul" que les vôtres ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45

Je comprends ce que tu dis.

Perso je refuse de m'en rendre malheureuse, donc j'agis autrement depuis quelque temps. Je prends le positif chez chaque personne pour avancer. J'adore râler, alors je râle aussi. Et j'aime regarder mes enfants évoluer. J'ai fait une dépression post partum après n°1 à cause de tout ce que tu dis mais voilà j'ai dit non, je ne veux pas vivre comme ça. Donc je suis heureuse, en râlant ;) et mes enfants me le rendent bien, on s'éclate. On trouve plein de gens sympas.

Perso, plus ça va et plus je change ma manière de travailler, je n'ai jamais les parents sur le dos. Quand on a des cas........... ben on gère les cas.............

Voilà mais je vieillis ;) alors si faire des enfants te rend malheureuse, il vaut mieux ne pas en faire c'est sûr.

LA chose dont je me méfie le plus c'est les médias, c'est eux qui nous montrent notre société comme ça.............. J'écoutais une émission de radio sur un type qui voulait montrer ce qui se faisait de bien dans les cités plutôt que les traffics montrés des miliers de fois à la télé.......... On n'a plus de télé de toute façon! Et les journaux pareil, que du sensationnel pour faire vendre et du coup on a l'impression de vivre dans le monde que eux, créent,. Mais il y a tellement de belles choses à vivre et de combats à mener.

Vivre en accord avec soi-même, je le souhaite à tout le monde.*

(mais je râle beaucoup hein!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stork
Il y a 4 heures, rose45 a dit :

LA chose dont je me méfie le plus c'est les médias, c'est eux qui nous montrent notre société comme ça.............. (...) Et les journaux pareil, que du sensationnel pour faire vendre et du coup on a l'impression de vivre dans le monde que eux, créent.

Entièrement d'accord avec toi. Sans nier les problèmes de notre société, je pense que l'action des journalistes est très néfaste. Sous leur plume ou de leur bouche, toujours le même discours convenu, truffé de jeux sur les mots douteux (toujours les mêmes) et montrant toujours le même visage noir de notre société. Une incitation en quelque sorte pour certains à suivre ce chemin mortifère, puisque déjà tellement banalisé par les médias.

J'ai lu une étude il y a plusieurs années qui montrait que chez les auditeurs journaliers de journaux télévisés, le taux de dépression était plus élevé que la moyenne nationale...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NancyDrew

Je crois que je suis accro aux infos et que ça joue sur mon moral :

il y a 47 minutes, Stork a dit :

J'ai lu une étude il y a plusieurs années qui montrait que chez les auditeurs journaliers de journaux télévisés, le taux de dépression était plus élevé que la moyenne nationale...

Et donc heureusement, dans l'autre sens,que j'ai mes enfants (et leurs copains) et mes élèves (et leurs parents) qui me rappellent que le monde n'est pas peuplés que de gros sauvages incultes et violents. J'ai de la chance, faudrait que j'en profite davantage. Et puis c'est vrai que la société est ce que nous en faisons, petit à petit.

Pour revenir à la reconversion, la classe me manque en ce moment. J'ai ramassé des poires au cddp et je n'ai même pas de petits élèves de C.P. à qui les montrer. Oui parce qu'en plus grosse maso ce sont les cycle 2 qui me manquent...:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JaneFramboise
il y a 2 minutes, NancyDrew a dit :

Je crois que je suis accro aux infos et que ça joue sur mon moral :

Et donc heureusement, dans l'autre sens,que j'ai mes enfants (et leurs copains) et mes élèves (et leurs parents) qui me rappellent que le monde n'est pas peuplés que de gros sauvages incultes et violents. J'ai de la chance, faudrait que j'en profite davantage. Et puis c'est vrai que la société est ce que nous en faisons, petit à petit.

Pour revenir à la reconversion, la classe me manque en ce moment. J'ai ramassé des poires au cddp et je n'ai même pas de petits élèves de C.P. à qui les montrer. Oui parce qu'en plus grosse maso ce sont les cycle 2 qui me manquent...:D

Et bien moi parfois c'est la préparation qui me manque ... juste le côté réflexion/préparation/élaboration ! Mais sinon faire la police, être attentive en permanence, les parents, les conseils à tout va et j'en passe, non je me porte mieux sans! :D 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45

et du coup, je tombe au hasard dans ce post que je n'avais jamais lu......................... vous faites quoi maintenant les filles alors? Vous avez trouvé une reconversion qui vous plait? (je sais je devrais lire toutes les pages mais j'ai pas le courage)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flo_deuche

Bonjour, j'ai lu quelques pages de ce poste car moi aussi j'ai envie d'arrêter. Ma classe est difficile (5 élèves qui visiblement n'ont pas entendu beaucoup parler de respect de l'adulte ....). Mais c'est aussi un ras le bol de la charge de travail à tel point que ça dégrade ma vie de famille.

J'en ai discuté avec un conseiller pédagogique qui pense que je prends la décision trop précipitamment.

Je vais me faire arrêter au retour des vacances car je n'en peux vraiment plus. Mais que faire après : j'ai besoin de conseils. A qui demander pour travailler ailleurs que devant des élèves dans l'EN? Est ce que c'est possible de faire autre chose pendant 1an ou 2 ?

Merci pour vos conseils et idées. 

Florence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Malakime

:hug: courage...

Si tu as un enfant de moins de 8 ans tu peux demander à n'importe quel moment une disponibilité (de droit) durant laquelle tu pourras exercer une activité accessoire sous réserve que ça n'empiète pas sur son éducation et que la commission de déontologie le valide.

Sinon tu peux faire une demande de disponibilité sur autorisation et là ça dépend des départements..

Rose je ne te décris pas mon projet :D

Jane pareil la réflexion pédagogique me manque, j'adore parler projets  avec des instits :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pescalunette
il y a 1 minute, Malakime a dit :

:hug: courage...

Si tu as un enfant de moins de 8 ans tu peux demander à n'importe quel moment une disponibilité (de droit) durant laquelle tu pourras exercer une activité accessoire sous réserve que ça n'empiète pas sur son éducation et que la commission de déontologie le valide.

Sinon tu peux faire une demande de disponibilité sur autorisation et là ça dépend des départements..

 

Je pense qu'elle veut qqch de payé...

Le mieux reste les concours dans la fonction publique...

Tu peux aussi demander un congé formation...J'ai eu la chance de l'obtenir ça fait une pause...Changer de niveau, d'école aussi peut être la solution...J'ai découvert la maternelle et une super équipe cette année et c'est vraiment bien même si je bosse toujours trop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Malakime

Ha pardon j'avais pas saisi. Effectivement la dispo c'est niet niveau rémunération, il faut trouver une source de revenus ailleurs.

Rose j'ai oublié de te répondre pour la position du milieu. Heureusement que non, ce n'est pas une fatalité :D
Mais ici ça se vérifie oui! En tout cas ça a aussi des avantages, c'est un enfant qui a du relief comme disait mon médecin :wub: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pescalunette
il y a 51 minutes, Malakime a dit :

Ha pardon j'avais pas saisi. Effectivement la dispo c'est niet niveau rémunération, il faut trouver une source de revenus ailleurs.

Rose j'ai oublié de te répondre pour la position du milieu. Heureusement que non, ce n'est pas une fatalité :D
Mais ici ça se vérifie oui! En tout cas ça a aussi des avantages, c'est un enfant qui a du relief comme disait mon médecin :wub: 

l'enfant du milieu ici a bcp, bcp de caractère...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah
Il y a 21 heures, rose45 a dit :

LA chose dont je me méfie le plus c'est les médias, c'est eux qui nous montrent notre société comme ça.............. J'écoutais une émission de radio sur un type qui voulait montrer ce qui se faisait de bien dans les cités plutôt que les traffics montrés des miliers de fois à la télé.......... On n'a plus de télé de toute façon! Et les journaux pareil, que du sensationnel pour faire vendre et du coup on a l'impression de vivre dans le monde que eux, créent,. Mais il y a tellement de belles choses à vivre et de combats à mener.

 

Je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de regarder le journal télévisé car je trouve les images plus déprimantes que les mots. Je préfère lire les articles de journaux qui m'intéressent ou m'interpellent.

Pour ma part, pas encore de reconversion mais les récents éléments font qu'avant de l'envisager, je vais d'abord changer d'école car je me dis que cela suffira peut-être à me donner un peu plus de motivation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45

Oui changer de niveau, changer d'école, changer de milieu, ou remplaçant ou spécialisé.............. honnêtement des fois ça fait du bien ! J'avais fait beaucoup de remplaçants puis j'en ai eu marre, je suis passée directrice maternelle, j'ai adoré vraiment mais au bout de 4 ans, 2 collègues que je ne supportais plus, qui me stressaient trop, et hop suis partie à la campagne (mais milieu plus difficile) avec des CM2 (niveau qui me faisait peur) et en fait je m'éclate, j'ai rencontré une collègue qui m'a appris plein de choses, j'adore! Là ça fait 5 ans, je commence à me dire "allez faut rebondir" mais où?

Je pense que tu as raison, il faut se faire violence et aller voir ailleurs si on y est et trouver ce qui nous convient.

Bon courage à toi! Ne prends que le positif chez les gens que tu rencontres!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah

Ce ne sont pas les collègues le problème, au contraire, je restais dans cette école car l'équipe est super. Non, ce sont les parents pour rien ne va jamais et j'ai beaucoup trop d'élèves en difficulté, sans les moyens qui vont avec, ce qui me décourage car je ne peux pas les aider. Même la psy sco me dit que cela ne relève même plus de la différenciation tant les difficultés sont importantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rose45

Alors va voir ailleurs si tu y es! Vraiment!

Je pense que chaque instit est fait pour plus ou moins pour un milieu, faut tenter ailleurs. Depuis combien de temps es-tu ici?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah

5 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Malakime

J'ai une question par  rapport aux disponibilités. Dans mon cas voilà ce qui est marqué sur le site "service public":

Disponibilité pour élever un enfant âgé de moins de huit ans [...]

Elle est accordée de droit pour une durée ne pouvant excéder trois ans et renouvelée tant que les conditions requises pour l’obtenir sont réunies.

Pour l'instant elle m'a été accordée jusqu'au 31 août de l'année scolaire concernée mais est ce que vous comprenez que je peux la renouveler même au delà de trois ans tant que ma puce n'a pas 8 ans?
Merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nageuse

Moi je le comprends comme ça oui ! Y'a réexamen de la situation tous les 3 ans maximum mais tu peux en bénéficier jusqu'au 8 ans de ton dernier enfant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flo_deuche

La mise en dispo j'y ai pensé mais c'est impossible niveau salaire. J'étais à mi-temps l'année dernière et c'était déjà dur.

J'ai rendez vous avec l'inspectrice dans une semaine : ça me laisse le temps de trouver des pistes et de bien réfléchir. Je ne pense pas que changer d'école ou de poste améliorerait beaucoup la situation : mes collègues sont sympas. C'est plus l'ensemble  qui me dit qu'il est temps d'aller voir ailleurs.  Même si je sais que l'herbe ni sera peut-être pas plus verte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nabou
Le 22/10/2017 à 13:55, flo_deuche a dit :

La mise en dispo j'y ai pensé mais c'est impossible niveau salaire. J'étais à mi-temps l'année dernière et c'était déjà dur.

J'ai rendez vous avec l'inspectrice dans une semaine : ça me laisse le temps de trouver des pistes et de bien réfléchir. Je ne pense pas que changer d'école ou de poste améliorerait beaucoup la situation : mes collègues sont sympas. C'est plus l'ensemble  qui me dit qu'il est temps d'aller voir ailleurs.  Même si je sais que l'herbe ni sera peut-être pas plus verte.

Bonjour,

J'ai lu une bonne partie des échanges dans les dernières pages et je me reconnais beaucoup dans tout ce qui a été dit. Je fais partie de ces personnes qui se sur investissent dans leur travail dans un souci (presque maladif) de bien faire.

Seulement, cette année, je me retrouve dans un cas particulier: j'ai une classe multi niveaux (5 ou plutôt 6 ou 7 car j'ai un élève en grande difficulté et un autre qui cumule les dyslexies avec supports à adapter...) allant du CP au CM2.

Pour quelqu'un qui n'a exercé que 4 ans en faisant des remplacements et presque exclusivement en maternelle, c'est extrêmement difficile. Devoir gérer autant de niveaux tout en apprenant comment faire c'est épuisant. D'autant plus que mes journées sont loin d'être terminées à 16h15 car j'ai aussi deux enfants en bas âge et que je travaille le soir jusqu'à minuit-1h du matin (si ce n'est plus tard) pour me réveiller avant le réveil à 6h à cause du stress. Le fait d'avoir si peu d'expérience en élémentaire et de devoir faire en sorte de ne rien laisser paraître renforce ce sentiment (bien décrit plus haut dans les échanges) "d'imposteur" et de manque de confiance en soi. Déjà que mon estime de moi-même n'est pas bien reluisante... C'est épuisant encore une fois. Les préparations son chronophages. Comme je n'ai que très très peu d'expérience, je me pose beaucoup de questions et rien que la préparation d'une séance me demande un temps fou multiplié par les 5 niveaux, je vous laisse imaginer ce que me demande la préparation d'une seule journée! Et pourtant je suis à temps partiel. Je ne travaille que 3 jours par semaine et les reste du temps, je m'occupe de mes enfants que je garde donc autant vous dire qu'il n'y a que les 2h de la sieste qui me permettent d'avancer à pas de fourmi. Je n'ai plus de soirées, plus de week-ends et même les vacances n'ont été que très brèves car j'ai voulu m'avancer à tout prix. Heureusement que j'ai un mari qui peut s'occuper des enfants le samedi et le dimanche pendant que je travaille, mais ma vie de couple et familiale en prend un sacré coup! 

De plus, je n'ai pas beaucoup de soutien de mon unique collègue qui est l'enseignante de classe maternelle et directrice de l'école sur laquelle je comptais m'appuyer un peu pour me guider ou m'épauler lorsque je rencontre des difficultés ou que je me pose des questions à propos de telle ou telle situation. 

Depuis septembre c'est l'enfer si bien qu'à la fin vacances qui viennent de s'achever j'ai craqué. Je me suis retrouvée comme tétanisée et j'ai fait deux grosses crises d'angoisse qui m'ont poussée à aller voir le médecin et à tirer la sonnette d'alarme. Face à cela, je me sens coupable de ne pas réussir à accomplir cette mission qui m'a été confiée et ceci renforce mon sentiment d''incompétence. Alors que, par ailleurs, j'ai toujours eu d'excellents rapports de visites de CPC ou d'inspection.

Je  me sentais vraiment bien en maternelle où je commençais à prendre de l'assurance et de l'aisance. Me voilà désormais en régression, plongée dans un bassin profond dans lequel je n'arrive plus à sortir la tête de l'eau et je sens que je coule progressivement. Ce qui me fait encore plus me sentir minable, c'est que certains arrivent à assurer sur ce type de poste, mais pas moi. Il me semble que je ne suis pas à ma place, c'est désolant...

J'ai une question pour toi flo_deuche, as-tu pris RDV avec l'inspectrice pour changer de poste? Dans quelle démarche l'as-tu sollicitée? Pour demander une dispo ou pour changer de poste? As-tu fait un courrier afin de la rencontrer? Je pense aussi demander un entretien avec mon inspecteur afin de pouvoir demander à changer de poste, mais je ne sais pas si cela est possible...

Sinon, pour en revenir au sujet de ce groupe, j'ai aussi pensé à la reconversion professionnelle, vu tout ce que j'ai mis au dessus il y a de quoi être dégoûté dès l'entrée dans le métier...Mais que faire? Comment? On se sent un peu perdu.

Voilà pour mon roman, mais ça fait du bien d'écrire, on se sent un peu moins seul. Merci pour ceux qui auront eu le courage de me lire... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
galictia

Bonjour nabou,

Effectivement ton poste actuel est sans doute un des pires écueils pour une perfectionniste… On ne peut raisonnablement pas assurer au travail quand on dort si peu que tu le fais. « Devoir faire en sorte de ne rien laisser paraître », c’est bien ce que tu t’imposes, or personne ne t'en demande autant. On reste des humains avant tout, n'est-ce pas? Vulnérables et faillibles. ;)

Tu travailles dans un REP ? Est-ce que tu as essayé de contacter tes collègues de primaire ? Tu me sembles plutôt isolée à l'école et c’est aussi cela qui nous enfonce quand on est en situation de pré-burn out. Il faut pouvoir trouver le courager de tirer la sonnette d’alarme comme tu l’as fait pour préserver sa santé, et également mettre en place des garde-fous pour ne pas retomber dans le même schéma lors de la reprise, sur le même poste ou ailleurs.

Le sentiment de ne pas être à sa place peut être très déroutant, en plus d’être l’expression d’une vraie souffrance.

Je te conseille de te faire accompagner par un psychiatre ou psychologue qui saura t’écouter et défaire ce syndrome de l’imposteur qui te gâche la vie. Car quoi que tu fasses, arrêt prolongé ou changement de poste, ce fonctionnement qui t’est propre risque de te poursuivre si tu ne te penches pas dessus.

Je me revois l’année de mon burn out, j’avais repris une classe entière après une année de fractionné, et j’avais l’impression de ne plus savoir faire. Comme toi, je me comparais aux autres et j’étais persuadée qu’ils y arrivaient très bien et mieux que moi. Je me mettais la pression car j’étais convaincue que je n’avais pas d’excuses pour ne pas faire du très bon travail. Cette année-là, j’ai été inspectée et j’ai énormément stressé de janvier à fin mars, période à laquelle l’IEN est venu me voir. Son rapport était très bon. Deux semaines après je m’effondrais…. Comme quoi, le sentiment de faire du mauvais travail et de ne pas être à sa place n’est qu’une projection qu’on fait de soi… Les autres ne voient pas et ne se rendent pas compte de ce qui se passe si on porte un masque.

La première chose à faire est donc de ne pas s’imaginer que notre mission est d’accomplir un travail parfait, d’apprendre tout à tous les élèves. C’est impossible. On fait ce qu’on peut du mieux qu’on peut, mais avant tout il faut préserver sa santé. C’est une question de respect de soi. On peut pas bien enseigner si on n’est pas en forme… c’est simple à comprendre mais difficile à accepter et à intégrer au quotidien. Ensuite, il faut bien s’entourer, se créer une soupape de sécurité : à la maison, et aussi à l’école trouver des mini-temps de coupure totale (5 minutes de cohérence cardiaque à midi, 3 minutes pour regarder juste le ciel…). Evidemment, je te parle de choses qu’on peut mettre en place quand on n’est pas encore trop submergé par le mal être.

Si tu en es au point où tu souhaites quitter ce poste, à mon avis il faut surtout que tu t’arrêtes le temps qu’il faut pour te recharger les batteries. Et pendant cet arrêt, tu pourras mieux réfléchir à cette décision et l’éventuelle demande à faire à ton IEN. Rapproche-toi des syndicats aussi. 

Fais-toi aider et contacte des collègues ayant le même niveau pour déculpabiliser : je suis persuadée qu’ils font comme ils peuvent, mais que le métier dans ce contexte n’a rien à voir avec celui qu’on fait dans une classe standard. Il faut pouvoir s’en rendre compte et comprendre qu’on n’applique pas les mêmes procédés, qu’on ne peut pas avoir les mêmes attentes ni les mêmes exigences vis-à-vis de soi et des élèves…

Prends soin de toi, bon courage!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PtitCafé
Il y a 2 heures, nabou a dit :

Bonjour,

J'ai lu une bonne partie des échanges dans les dernières pages et je me reconnais beaucoup dans tout ce qui a été dit. Je fais partie de ces personnes qui se sur investissent dans leur travail dans un souci (presque maladif) de bien faire.

Seulement, cette année, je me retrouve dans un cas particulier: j'ai une classe multi niveaux (5 ou plutôt 6 ou 7 car j'ai un élève en grande difficulté et un autre qui cumule les dyslexies avec supports à adapter...) allant du CP au CM2.

Pour quelqu'un qui n'a exercé que 4 ans en faisant des remplacements et presque exclusivement en maternelle, c'est extrêmement difficile. Devoir gérer autant de niveaux tout en apprenant comment faire c'est épuisant. D'autant plus que mes journées sont loin d'être terminées à 16h15 car j'ai aussi deux enfants en bas âge et que je travaille le soir jusqu'à minuit-1h du matin (si ce n'est plus tard) pour me réveiller avant le réveil à 6h à cause du stress. Le fait d'avoir si peu d'expérience en élémentaire et de devoir faire en sorte de ne rien laisser paraître renforce ce sentiment (bien décrit plus haut dans les échanges) "d'imposteur" et de manque de confiance en soi. Déjà que mon estime de moi-même n'est pas bien reluisante... C'est épuisant encore une fois. Les préparations son chronophages. Comme je n'ai que très très peu d'expérience, je me pose beaucoup de questions et rien que la préparation d'une séance me demande un temps fou multiplié par les 5 niveaux, je vous laisse imaginer ce que me demande la préparation d'une seule journée! Et pourtant je suis à temps partiel. Je ne travaille que 3 jours par semaine et les reste du temps, je m'occupe de mes enfants que je garde donc autant vous dire qu'il n'y a que les 2h de la sieste qui me permettent d'avancer à pas de fourmi. Je n'ai plus de soirées, plus de week-ends et même les vacances n'ont été que très brèves car j'ai voulu m'avancer à tout prix. Heureusement que j'ai un mari qui peut s'occuper des enfants le samedi et le dimanche pendant que je travaille, mais ma vie de couple et familiale en prend un sacré coup! 

De plus, je n'ai pas beaucoup de soutien de mon unique collègue qui est l'enseignante de classe maternelle et directrice de l'école sur laquelle je comptais m'appuyer un peu pour me guider ou m'épauler lorsque je rencontre des difficultés ou que je me pose des questions à propos de telle ou telle situation. 

Depuis septembre c'est l'enfer si bien qu'à la fin vacances qui viennent de s'achever j'ai craqué. Je me suis retrouvée comme tétanisée et j'ai fait deux grosses crises d'angoisse qui m'ont poussée à aller voir le médecin et à tirer la sonnette d'alarme. Face à cela, je me sens coupable de ne pas réussir à accomplir cette mission qui m'a été confiée et ceci renforce mon sentiment d''incompétence. Alors que, par ailleurs, j'ai toujours eu d'excellents rapports de visites de CPC ou d'inspection.

Je  me sentais vraiment bien en maternelle où je commençais à prendre de l'assurance et de l'aisance. Me voilà désormais en régression, plongée dans un bassin profond dans lequel je n'arrive plus à sortir la tête de l'eau et je sens que je coule progressivement. Ce qui me fait encore plus me sentir minable, c'est que certains arrivent à assurer sur ce type de poste, mais pas moi. Il me semble que je ne suis pas à ma place, c'est désolant...

J'ai une question pour toi flo_deuche, as-tu pris RDV avec l'inspectrice pour changer de poste? Dans quelle démarche l'as-tu sollicitée? Pour demander une dispo ou pour changer de poste? As-tu fait un courrier afin de la rencontrer? Je pense aussi demander un entretien avec mon inspecteur afin de pouvoir demander à changer de poste, mais je ne sais pas si cela est possible...

Sinon, pour en revenir au sujet de ce groupe, j'ai aussi pensé à la reconversion professionnelle, vu tout ce que j'ai mis au dessus il y a de quoi être dégoûté dès l'entrée dans le métier...Mais que faire? Comment? On se sent un peu perdu.

Voilà pour mon roman, mais ça fait du bien d'écrire, on se sent un peu moins seul. Merci pour ceux qui auront eu le courage de me lire... 

Bon. Ca me navre de lire ça. Combien de collègues sacrifiés pour que cette belle institution fonctionne ... des jeunes, comme toi, et puis des mémés, comme moi. ;-)

Alors tout d'abord, félicitations à ton corps de t'avoir rappelée à l'ordre, et t'inviter(?) à consulter un médecin ; le stress, la sur-occupation, ça épuise, ça peut même tuer. Je rejoins ce qui a été dit plus haut, être suivie, aidée, conseillée par un psy, un vrai hein, à aller chercher chez les psychologues cliniciens, par exemple ça pourrait te permettre de tenir. Quand je lis que tu souffres de syndrome d'imposture ça me tue aussi. N'importe qui, face à un quintuple niveau, avec peu d'expérience (et même avec de l'expérience) serait aussi mal que toi ; ce n'est pas de l''imposture, c'est le sentiment de ne pas être à la hauteur parce que ta classe demande tant d'efforts, de maitrise, qu'il est au départ impossible de faire "bien". Ta classe, c'est un tsunami pédagogique, mais personne ne va venir te le dire. C'est comme ça dans l'EN. Ne remets pas en cause tes compétences, ton savoir-faire, ou ton désir de faire. Ils sont là, mais un peu sous-l'eau pour le moment. En gros, c'est comme si on te demandait de surfer dessus et de devoir championne du monde de la catégorie ; objectif impossible à atteindre.

D'abord, n'essaie pas de tout faire parfait : tu ne pourras pas ; investis dans du "pré-digéré" ; fichiers photocopiables, activités sur Internet. C'est légitime. Si ta hiérarchie de demande des comptes, en entretien de carrière  justifie en disant que tu t'investis particulièrement sur un ou deux niveaux par exemple les CP et CE 1 en lecture-écriture, et en sciences ou histoire et maths chez les grands et tiens toi en là. Tout le reste = photocopieuse. Voui, voui.

En gros, ne fais de prépas sur mesure en termes de temps, que sur le volume d'une classe "normale" ... sinon tu vas t'user.

Les bobos ; ben quand on est malade, on s'arrête. Si tu craques, que tu es en période de surchauffe, fais-toi arrêter ... ne risques pas de mettre ta santé physique et mentale en danger. Si tu veux être devant des élèves, restes en forme.  Prends du recul ...

Tu dis avoir une petite famille ; c'est la plus belle des choses ; tu as des petitouts ; occupes t'en. Tu as un mari compréhensif ; prends aussi du temps pour lui, pour vous.

Tu dis te sentir minable ... mandieu ... surtout pas. Tu serais minable si tu ne souciais pas de ton travail, de sa qualité, si tu n'avais pas le recul nécessaire pour te sentir débordée .... mais là, ton malaise prouve que tu ne l'es pas. Les feignassous ne s'inquiètent jamais tant de leur travail crois-moi.

Tout ça, ce sont des mots de vieille dame avec presque trente ans de carrière et qui a, il y a deux ans craqué ... tu en prends tant mieux, tu en laisses tant mieux aussi.

Pour la reconversion, tout ça, je n'ai pas bcq de conseils à te donner ;  sur ce chapitre, je me sens l'âme d'une souris de laboratoire dans un labyrinthe ... ;-)

Mais protèges-toi, préserves-toi ... Bon courage.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
majo22
Il y a 3 heures, nabou a dit :

Bonjour,

J'ai lu une bonne partie des échanges dans les dernières pages et je me reconnais beaucoup dans tout ce qui a été dit. Je fais partie de ces personnes qui se sur investissent dans leur travail dans un souci (presque maladif) de bien faire.

Seulement, cette année, je me retrouve dans un cas particulier: j'ai une classe multi niveaux (5 ou plutôt 6 ou 7 car j'ai un élève en grande difficulté et un autre qui cumule les dyslexies avec supports à adapter...) allant du CP au CM2.

Pour quelqu'un qui n'a exercé que 4 ans en faisant des remplacements et presque exclusivement en maternelle, c'est extrêmement difficile. Devoir gérer autant de niveaux tout en apprenant comment faire c'est épuisant. D'autant plus que mes journées sont loin d'être terminées à 16h15 car j'ai aussi deux enfants en bas âge et que je travaille le soir jusqu'à minuit-1h du matin (si ce n'est plus tard) pour me réveiller avant le réveil à 6h à cause du stress. Le fait d'avoir si peu d'expérience en élémentaire et de devoir faire en sorte de ne rien laisser paraître renforce ce sentiment (bien décrit plus haut dans les échanges) "d'imposteur" et de manque de confiance en soi. Déjà que mon estime de moi-même n'est pas bien reluisante... C'est épuisant encore une fois. Les préparations son chronophages. Comme je n'ai que très très peu d'expérience, je me pose beaucoup de questions et rien que la préparation d'une séance me demande un temps fou multiplié par les 5 niveaux, je vous laisse imaginer ce que me demande la préparation d'une seule journée! Et pourtant je suis à temps partiel. Je ne travaille que 3 jours par semaine et les reste du temps, je m'occupe de mes enfants que je garde donc autant vous dire qu'il n'y a que les 2h de la sieste qui me permettent d'avancer à pas de fourmi. Je n'ai plus de soirées, plus de week-ends et même les vacances n'ont été que très brèves car j'ai voulu m'avancer à tout prix. Heureusement que j'ai un mari qui peut s'occuper des enfants le samedi et le dimanche pendant que je travaille, mais ma vie de couple et familiale en prend un sacré coup! 

De plus, je n'ai pas beaucoup de soutien de mon unique collègue qui est l'enseignante de classe maternelle et directrice de l'école sur laquelle je comptais m'appuyer un peu pour me guider ou m'épauler lorsque je rencontre des difficultés ou que je me pose des questions à propos de telle ou telle situation. 

Depuis septembre c'est l'enfer si bien qu'à la fin vacances qui viennent de s'achever j'ai craqué. Je me suis retrouvée comme tétanisée et j'ai fait deux grosses crises d'angoisse qui m'ont poussée à aller voir le médecin et à tirer la sonnette d'alarme. Face à cela, je me sens coupable de ne pas réussir à accomplir cette mission qui m'a été confiée et ceci renforce mon sentiment d''incompétence. Alors que, par ailleurs, j'ai toujours eu d'excellents rapports de visites de CPC ou d'inspection.

Je  me sentais vraiment bien en maternelle où je commençais à prendre de l'assurance et de l'aisance. Me voilà désormais en régression, plongée dans un bassin profond dans lequel je n'arrive plus à sortir la tête de l'eau et je sens que je coule progressivement. Ce qui me fait encore plus me sentir minable, c'est que certains arrivent à assurer sur ce type de poste, mais pas moi. Il me semble que je ne suis pas à ma place, c'est désolant...

J'ai une question pour toi flo_deuche, as-tu pris RDV avec l'inspectrice pour changer de poste? Dans quelle démarche l'as-tu sollicitée? Pour demander une dispo ou pour changer de poste? As-tu fait un courrier afin de la rencontrer? Je pense aussi demander un entretien avec mon inspecteur afin de pouvoir demander à changer de poste, mais je ne sais pas si cela est possible...

Sinon, pour en revenir au sujet de ce groupe, j'ai aussi pensé à la reconversion professionnelle, vu tout ce que j'ai mis au dessus il y a de quoi être dégoûté dès l'entrée dans le métier...Mais que faire? Comment? On se sent un peu perdu.

Voilà pour mon roman, mais ça fait du bien d'écrire, on se sent un peu moins seul. Merci pour ceux qui auront eu le courage de me lire... 

Bonjour 

je réagis en quelques mots ...

la grosse erreur que tu fais selon moi... c est que tu prépares tes séquences... c est IMPOSSIBLE.

il faut absolument investir dans du tout prêt, un fichier et guide du maître ( très important) ou un manuel par niveau et le suivre ( avec guide du maîtres aussi). N en sortir qu en cas d extrême besoin. Ne jamais créer de documents.... Ou alors système pidapi ( pareil c est tout prêt)

ton temps de travail personnel doit être dédié à la préparation de tes journées de classe ( cahier journal), corrections, évaluations ( il y en a des toutes prêtes dans les guides du maître parfois), adaptation si nécessaire , lecture du guide du maître et préparation des documents. POiNT. Tu verras que c est déjà pas mal !! 

Pendant les vacances, sélectionner les poésies, œuvres d art, chant à travailler.

Il faut changer de façon de travailler, tu n as pas le choix...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.