• Annonces

    • André Jorge

      APPEL A CONTRIBUTION   07/08/2017

      Bonjour. La dernière mise à jour du site a nécessité plusieurs heures de travail et, même s'il y a encore quelques bugs à régler, c'est avec plaisir que nous vous proposons cette nouvelle version d'EDP. L' existence et l'évolution du site EDP ne reposent pas que sur le travail (bénévole) de l'administrateur et des modérateurs, mais aussi sur la participation des membres du site. Si vous appréciez le site EDP, il importe que vous nous aidiez à le faire vivre, en participant aux échanges et en proposant du contenu à destination des autres membres dans les différentes rubriques : -Participez aux sujets de discussion dans les forums : Vous pouvez participer aux discussions, poster de nouveaux sujets, et enrichir les échanges de vos contributions, tout en veillant à respecter l'organisation et le fonctionnement du site. -Publiez dans l'espace de téléchargements : Les fiches, documents que vous réalisez peuvent être publiées dans les différentes rubriques de l'espace de téléchargements et pourront ainsi être facilement retrouvées. -Publiez des liens dans l'annuaire : Les liens que vous trouverez utiles peuvent être regroupés dans l'annuaire. Pendant ces dernières vacances, l'annuaire a fait l'objet d'une réorganisation et de mises jour qui l'ont rendu plus attractif et efficace. -Publiez des articles dans le module Pages : Vous pouvez publier des articles concernant l'école, le CRPE, l'éducation, dans la rubriques Pages. Cette rubrique a également fait l'objet d'une réorganisation et un nouveau menu a été créé pour faciliter la navigation. -Publiez des photographies, des vidéos, dans la galerie : La galerie a également été réorganisée. Les photographies des réalisations de vos élèves peuvent y être publiés.   Et sur les réseaux sociaux ? EDP se doit d'être présent sur les réseaux sociaux. Nous avons donc un espace : sur Facebook : https://www.facebook.com/Enseignants-du-primaire-158258504749259/. sur Twitter : https://twitter.com/ensduprim. Pour nous aider, vous pouvez vous abonner ou nous suivre sur les réseaux sociaux et partager nos publications.   Merci de votre soutien.
    • André Jorge

      ORTHOGRAPHE ET PUBLICATION SUR EDP   09/09/2017

      EDP est un site consacré au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Merci de votre compréhension.
Emixam

Redoublement en CM2 ? Que faire ?

Messages recommandés

Emixam

Bonjour à tous !

Je viens vers vous car je sais que je pourrais trouver ici des réponses claires et indivudualisées à mes interrogations. Je vais vous exposer la problématique ainsi que mes attentes en essayant d'être le plus clair possible.

Je suis beau-père de deux blondes. La plus grande, nommons la L., est actuellement en CM2 dans une école publique. Elle n'a, pour le moment, jamais redoublé. Mais sa scolarité est assez difficile. En effet, à la rentrée en CP, elle a du se faire enlever des dents. L'opération en soi n'était pas grave, ni dans sa cause, ni dans ses conséquences. De plus, au CE1, ses parents se sont donc séparés.

Durant cette année de CP, L. a eu de grosses difficultés d'apprentissage de la lecture. Il était impossible d'arriver à lui faire faire ses devoirs. En interrogeant l'institutrice, cette dernière a répondu que tout se passait bien en classe. Mais nous ne constations aucun progrès au cours de l'année. Arrivée en fin d'année, malgré un bulletin et des résultats bien en deçà (selon moi) des capacités requises à ce niveau, aucun redoublement n'a été proposé. L'institutrice a disparu et L. est entrée en CE1. Nous ne comprenons toujours pas comment cette institurice n'a pas décelé les problèmes de notre fille.

Nous avons, suite à nos inquiétude, pris rendez-vous avec une orthophoniste. Celle-ci a "diagnostiqué" un petit dyslexisme chez L.. Tout en nous précisant que ce n'était pas handicapant si c'était pris assez tôt et qu'en effet, début CE1, c'était assez tard. Malgré cela, les séances ont porté leurs fruits puisque L. lit correctement (et aime lire, Oh! Miracle !). Elle a donc réalisé son CE1 en suivant également ces séances d'orthophonie ainsi qu'un soutien au RASED (avec qui nous n'avons eu quasiment aucun contact). La classe de CE1 comprend un triple niveau CE1/CE2/CM1 (!!). L'institutrice (très compétente, adorable, à l'écoute) nous a expliqué prendre en charge L. en mesurant ses difficultés. Cela a donc duré 3 ans.

A chaque année, nous avons, au cours des rencontres parents/professeurs, demandé s'il était nécessaire de faire redoubler notre fille. Nous précisions que nous ne nous y opposerions jamais, au vu des diffcultés. Notre objectif étant de lui assurer la meilleure des bases possibles. En effet, comment se construire une bonne scolarité si les piliers de l'apprentissage ne sont pas maitrisés et compris ?

A chaque année, l'institutrice nous répondait qu'au vu du triple niveau, il n'était pas nécessaire de réaliser un redoublement. Elle nous assurait que le niveau serait "CM1" sur le papier mais "CE2" dans le contenu.

A chaque année, nous nous sommes rendus compte que L. était finalement "parquée" au centre de la classe avec 3 ou 4 autres enfants. Ces derniers, malgré tout, sont loin de son niveau (parents démissionnaires, irrespect de l'intitutrice, etc.). L. s'est retrouvée mal entourée, ce qui ne l'aidait pas à remonter la pente !

A chaque année, nous avons souhaité croire en l'éducation nationale et ses grands principes. Et nous y croyons encore ! Mais aujourd'hui, L. est en CM2, va passer en 6ème. Le collège. Les changements de classe. Les devoirs à la maison. Les amourettes. Les fractions. Les nombres relatifs. Les rédactions. Les analyses de texte. Comment une petite fille pourra surmonter cet obstacle en partant de plus loin que ses camarades ?

A chaque année, il nous était impossible de savoir si les cours suivis étaient du niveau CE1, CM1, CE2. Les programmes et leurs contenus ne sont pas clairs pour nous, les parents.

En ce début d'année de CM2, nous n'avons toujours pas rencontré d'équipe pédagogique. L'insituteur en charge (et directeur) a commencé à prononcer les mots "SEGPA" et "orientation spécifique". Mais notre fille n'a pas eu le droit de redoubler ! N'a-t'elle pas le droit à une chance ? N'a-t'elle pas la possibilité de rattraper son retard ? Nous avons même eu le droit à "vous savez, un redoublement, ça coûte cher pour la société." ! Nous payons nos impôts, comme tout le monde...

Voilà où nous en sommes. Je sais que le premier redoublement d'un enfant peut être décidé par le simple conseil des maitres. Mais jamais cela n'a été dans ce sens. Et avec les nouveaux cyles, l'école ne demandera jamais son redoublement. Nous ne voulons pas que notre fille aille en SEGPA. Nous n'avons rien contre ce cursus. Mais nous savons que notre fille est capable de suivre une scolarité normale. Nous nous fichons du niveau d'études qu'elle atteindra mais l'injustice est intolérable. Et c'est cela que nous combattons. Elle n'a pas demandé à avoir des difficultés. Elle a le droit à sa chance, à ses chances.

Puisque l'école n'acceptera jamais le redoublement, nous nous sommes mis en tête d'effectuer les démarches nécessaires. Nous avons pensé écrire à l'IEN, au recteur, copie directeur. Sont-ce les bonnes personnes à saisir ? Quels points aborder dans le courrier ?

Nous pensons même mettre L. dans le privé pour ce redoublement. Qu'en pensez-vous ? Est-ce réalisable ?

Nous sommes assez démunis face à cette situation et avons vraiment besoins de conseils avisés pour nous éclairer...

Je vous remercie d'avoir lu mon roman. J'espère que vous serez allés au bout.

Un jeune parent inquiet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hajo

Bonjour à tous !

Je viens vers vous car je sais que je pourrais trouver ici des réponses claires et indivudualisées à mes interrogations. Je vais vous exposer la problématique ainsi que mes attentes en essayant d'être le plus clair possible.

Je suis beau-père de deux blondes. La plus grande, nommons la L., est actuellement en CM2 dans une école publique. Elle n'a, pour le moment, jamais redoublé. Mais sa scolarité est assez difficile. En effet, à la rentrée en CP, elle a du se faire enlever des dents. L'opération en soi n'était pas grave, ni dans sa cause, ni dans ses conséquences. De plus, au CE1, ses parents se sont donc séparés.

Durant cette année de CP, L. a eu de grosses difficultés d'apprentissage de la lecture. Il était impossible d'arriver à lui faire faire ses devoirs. En interrogeant l'institutrice, cette dernière a répondu que tout se passait bien en classe. Mais nous ne constations aucun progrès au cours de l'année. Arrivée en fin d'année, malgré un bulletin et des résultats bien en deçà (selon moi) des capacités requises à ce niveau, aucun redoublement n'a été proposé. L'institutrice a disparu et L. est entrée en CE1. Nous ne comprenons toujours pas comment cette institurice n'a pas décelé les problèmes de notre fille.

Nous avons, suite à nos inquiétude, pris rendez-vous avec une orthophoniste. Celle-ci a "diagnostiqué" un petit dyslexisme chez L.. Tout en nous précisant que ce n'était pas handicapant si c'était pris assez tôt et qu'en effet, début CE1, c'était assez tard. Malgré cela, les séances ont porté leurs fruits puisque L. lit correctement (et aime lire, Oh! Miracle !). Elle a donc réalisé son CE1 en suivant également ces séances d'orthophonie ainsi qu'un soutien au RASED (avec qui nous n'avons eu quasiment aucun contact). La classe de CE1 comprend un triple niveau CE1/CE2/CM1 (!!). L'institutrice (très compétente, adorable, à l'écoute) nous a expliqué prendre en charge L. en mesurant ses difficultés. Cela a donc duré 3 ans.

A chaque année, nous avons, au cours des rencontres parents/professeurs, demandé s'il était nécessaire de faire redoubler notre fille. Nous précisions que nous ne nous y opposerions jamais, au vu des diffcultés. Notre objectif étant de lui assurer la meilleure des bases possibles. En effet, comment se construire une bonne scolarité si les piliers de l'apprentissage ne sont pas maitrisés et compris ?

A chaque année, l'institutrice nous répondait qu'au vu du triple niveau, il n'était pas nécessaire de réaliser un redoublement. Elle nous assurait que le niveau serait "CM1" sur le papier mais "CE2" dans le contenu.

A chaque année, nous nous sommes rendus compte que L. était finalement "parquée" au centre de la classe avec 3 ou 4 autres enfants. Ces derniers, malgré tout, sont loin de son niveau (parents démissionnaires, irrespect de l'intitutrice, etc.). L. s'est retrouvée mal entourée, ce qui ne l'aidait pas à remonter la pente !

A chaque année, nous avons souhaité croire en l'éducation nationale et ses grands principes. Et nous y croyons encore ! Mais aujourd'hui, L. est en CM2, va passer en 6ème. Le collège. Les changements de classe. Les devoirs à la maison. Les amourettes. Les fractions. Les nombres relatifs. Les rédactions. Les analyses de texte. Comment une petite fille pourra surmonter cet obstacle en partant de plus loin que ses camarades ?

A chaque année, il nous était impossible de savoir si les cours suivis étaient du niveau CE1, CM1, CE2. Les programmes et leurs contenus ne sont pas clairs pour nous, les parents.

En ce début d'année de CM2, nous n'avons toujours pas rencontré d'équipe pédagogique. L'insituteur en charge (et directeur) a commencé à prononcer les mots "SEGPA" et "orientation spécifique". Mais notre fille n'a pas eu le droit de redoubler ! N'a-t'elle pas le droit à une chance ? N'a-t'elle pas la possibilité de rattraper son retard ? Nous avons même eu le droit à "vous savez, un redoublement, ça coûte cher pour la société." ! Nous payons nos impôts, comme tout le monde...

Voilà où nous en sommes. Je sais que le premier redoublement d'un enfant peut être décidé par le simple conseil des maitres. Mais jamais cela n'a été dans ce sens. Et avec les nouveaux cyles, l'école ne demandera jamais son redoublement. Nous ne voulons pas que notre fille aille en SEGPA. Nous n'avons rien contre ce cursus. Mais nous savons que notre fille est capable de suivre une scolarité normale. Nous nous fichons du niveau d'études qu'elle atteindra mais l'injustice est intolérable. Et c'est cela que nous combattons. Elle n'a pas demandé à avoir des difficultés. Elle a le droit à sa chance, à ses chances.

Puisque l'école n'acceptera jamais le redoublement, nous nous sommes mis en tête d'effectuer les démarches nécessaires. Nous avons pensé écrire à l'IEN, au recteur, copie directeur. Sont-ce les bonnes personnes à saisir ? Quels points aborder dans le courrier ?

Nous pensons même mettre L. dans le privé pour ce redoublement. Qu'en pensez-vous ? Est-ce réalisable ?

Nous sommes assez démunis face à cette situation et avons vraiment besoins de conseils avisés pour nous éclairer...

Je vous remercie d'avoir lu mon roman. J'espère que vous serez allés au bout.

Un jeune parent inquiet.

Bizarre car pour aller en SEGPA, il faut avoir redoublé...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamanatha

Bizarre car pour aller en SEGPA, il faut avoir redoublé...

Non, dans certains départements ce n’est plus obligatoire d’avoir eu un maintien pour entrer en SEGPA.

D'autant plus que les redoublements sont désormais "interdits".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biscottinne

Une circulaire nationale est passée l'année dernière, mettant fin aux maintiens (ou redoublements) sauf cas exceptionnels : handicap avéré ou enfant ayant été déscolarisé une grande partie de l'année (par exemple un enfant qui a été hospitalisé qqs mois). Là, je n'arrive pas à remettre la main sur cette circulaire, mais j'essaie de vous la retrouver.

Donc, oui, il n'y a plus besoin qu'un enfant ait un an de retard pour prétendre pouvoir être orienté en SEGPA.

Pour ce qui est de l'inscription dans le privé, cela ne changera malheureusement pas grand chose, à priori. Car et d'une, j'espère ne pas dire de bêtises, ils sont soumis à la même circulaire (pour l'enseignement privé sous contrat, du moins) et de deux, ils inscriront dans le niveau préconisé par l'ancienne école (ce ne sont pas les parents qui "décident" dans quel niveau inscrire leur enfant en cas de changement d'école, privée ou publique). J'ai eu le cas (dans l'autre sens, je suis en école publique et j’accueillais un enfant du privé) une année, une maman me demandant d’inscrire dans le niveau "en dessous".

Je comprends bien votre désarrois et vos inquiétudes, mais je crois qu'il faut garder confiance dans ce que les instits précédentes ont mis en place, choses qui me semblent tout à fait pertinentes et bienveillantes. Ce qui est étonnant, c'est que l'on vous parle d'un seul coup de SEGPA (généralement, on commence à en parler aux familles en CM1), peut être que le parcours scolaire de votre petite fille au moment du passage au collège n'a pas été assez anticipé par l'équipe enseignante, ou surtout pas assez discuté avec vous??

Bon, il faut aussi imaginer que les équipes enseignantes ne peuvent pas tout anticiper, on voit parfois des enfants dont les difficultés évoluent positivement et qui "coincent" à un moment (alors que rien ne nous laissait le présager), et puis parfois c'est le contraire (des enfants qui commencent leur scolarité avec de très très grosses difficultés, mais finissent par avancer et à avoir des parcours bien plus encourageants que ce que l'on pouvait imaginer au début).

Je crois qu'il faudrait que vous demandiez auprès du directeur la mise en place en urgence d'une équipe éducative, en demandant à ce que soit invités les membres du RASED qui ont suivi votre fille ainsi que l'orthophoniste pour faire le point sur ce passage au collège. Demandez en parallèle un bilan du psychologue scolaire (au sein du RASED), ça permettra à tout le monde d'y voir plus clair. Vous pouvez joindre vous même le RASED et le psychologue scolaire. Les orientations en SEGPA ne se font pas "comme ça", il y a un gros dossier à préparer, et les parents ont leur avis à donner (en cas de refus des parents, le dossier n’aboutit pas).

Lors de cette équipe éducative, parlez de votre souhait de maintien (redoublement) en CM2 : peut être que la dyslexie diagnostiquée à votre fille pourrait être un argument pour que ce maintien soit accepté par les services de la direction académique. Et puis posez toutes les questions que vous avez sur la SEGPA : même si "l'annonce" vous tombe dessus un peu brutalement, si c'est effectivement ce qui pourrait être le mieux pour votre fille d'après les professionnels, il peut être intéressant de s'y pencher (pour la rentrée 2016 ou 2017).

Pour le maintien, après cette équipe éducative, si c'est effectivement l'interdiction nouvelle des redoublements qui empêche celui de votre fille, que les différents professionnels ne vous semblent pas si convaincus par l'orientation SEGPA (au moins pour 2016) pourquoi ne pas en effet écrire une lettre au DASEN en expliquant votre cas. Mais attention, il faut que vous soyez soutenus par au minimum un professionnel qui argumente dans votre sens.

Bon courage à vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lamed

Les redoublements sont interdits maintenant et l'orientation en SEGPA se fera en fin de sixième .

Je m'adresse à Emixam : votre belle fille a t'elle fait un bilan avec le psychologue scolaire ?

Biscotinne a été plus rapide que moi et a fait une réponse plus détaillée que la mienne !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Emixam

Merci pour vos réponses !

Alors nous n'avions pas été contactés par l'équipe du RASED (qui la suivait à partir du CE1) mais nous avons eu droit à la réunion d'une équipe pédagogique au début de l'année de CM1 (!). Malheureusement plus rien ensuite...

Je me doutais bien de la réponse pour le privé en demandant l'inscription pour une classe en dessous de la sienne :/ Mais si nous la changions d'école en milieu d'année ? Je sais que ça ne serait vraiment pas bon pour l'enfant mais s'il n'y a pas d'autres solutions...

Le psychologue scolaire avait fait un bilan l'année passée. Tout allait pour le mieux au niveau psychologique, hormi un petit manque de maturité.

Je pensais que les redoublements étaient encore autorisés (texte de 2005) ! Le problème est que la "petite dyslexie" n'est pas vraiment reconnue ! L'orthophoniste nous a dit qu'il était nécessaire que l'enfant ait 2 ans de retard scolaire avérés pour reconnaitre une dyslexie. Nous bouclons la boucle. Notre petite n'a "seulement" qu'un an de retard. Et j'ai vraiment l'impression qu'elle confond tout, qu'on lui demande d'avancer sans avoir les bases nécessaires...

Nous sommes donc si démunis que cela ? Si l'école nous refuse le redoublement, le seul choix est de l'envoyer s'écraser en 6ème et d'attendre une proposition de SEGPA ? Je trouve ça très injuste. L. n'a pas demandé à être abandonnée par sa première institutrice de CP, n'a pas demandé à subir un triple niveau dans lequel l'institutrice n'avait pas les moyens de s'attarder plus que ça sur son cas, n'a pas demandé à avoir ce retard et malgré quelques moments difficiles, elle s'accroche et prend à coeur ce qu'elle apprend.

Nous avons peur de l'envoyer droit vers l'échec scolaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hajo

Autant pour moi, je suis en congé parental et au moins en fait de "l'actualité". Il faudra que je me remette à jour. :heat:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gayane87

Autant pour moi, je suis en congé parental et au moins en fait de "l'actualité". Il faudra que je me remette à jour. :heat:

Rassure toi ici aussi c'est la coutume (un maintien nécessaire avant orientation en SEGPA)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
helenel

Juste pour dire que l'un de mes élèves sera maintenu en fin d'année (a fait sa scolarité dans le privé, arrivé en CE2 l'an dernier, avec des bons "bulletins", et chez moi catastrophe, demande d'intervention en urgence de la psy sco : élève dysgraphique, dyscalculique, dyslexique, gros retard scolaire...). Il a un suivi CMPP et orthophonique. Les parents sont "pour" ce maintien qui a été décidé l'an dernier (il est actuellement officiellement en CM1 mais suit avec les CE2) :

- il a un contrat "PPRE" où nous avons énoncé tout ce qui était adapté pour lui en classe (aménagements genre décloisonnement en lecture et structuration du nombre, allègement des consignes, étayage au besoin....) avec copie à l'ien.

- à chaque réunion de l'équipe éducative (parents, maîtresse, psychologue scolaire) ou chaque entretien que j'ai avec son orthophoniste, je fais un compte-rendu à l'ien pour qu'il y ait un dossier bien argumenté pour le maintien en fin d'année.

Bref, le redoublement interdit... quand on a des arguments et que famille et enseignants sont d'accord, ça peut arriver...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lena

Ton élève n'est pas loin du handicap, et c'est ce qui lui permettra de rester au chaud.

D'ailleurs, pour lui le PAP est plus adéquat que le PPRE (aimablement créé pour des difficultés passagères puisque limité à 6 semaines).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
helenel

Ton élève n'est pas loin du handicap, et c'est ce qui lui permettra de rester au chaud.

D'ailleurs, pour lui le PAP est plus adéquat que le PPRE (aimablement créé pour des difficultés passagères puisque limité à 6 semaines).

voui, voui, PPRE en attente de PAP.

N'empêche que j'avais toujours entendu dire que handicap ou troubles dys excluaient les maintiens, alors que là, ça ne semble poser aucun souci...

Pour Emixam : chez nous, l'intervention du RASED est à l'initiative des parents (il existe sans doute une fiche de "demande d'intervention"). Un bilan pourra donner une idée plus précise et objective des difficultés de cette petite, et notamment quantifier son retard scolaire par rapport à sa classe d'âge.

ça vaut le coup d'essayer et de monter au créneau!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lena

C'est là que c'est amusant:

le handicap rendait le redoublement "inutile".

Mais maintenant que le redoublement est quasi interdit, il n'est autorisé qu'en cas de handicap! :clown:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
borneo

Bonjour,

si j'étais vous, je poserais la question à une école privée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
matsanpat

C'est là que c'est amusant:

le handicap rendait le redoublement "inutile".

Mais maintenant que le redoublement est quasi interdit, il n'est autorisé qu'en cas de handicap! :clown:

C'est vrai qu'elle est pas mal celle la !!

:-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Barbotine93

Chez nous, pour orienter en Segpa on fait passer à l'élève les évaluations de CE2. S'il a du mal à faire ces évaluations, on fait la demande.

En gros ce sont des enfants qui n'ont pas compris le sens de la multiplication, ne savent pas faire des divisions.
Ne savent repérer et encore avec du mal les sujets et les verbes et ne comprennent pas les CC, COD.

Ils ne comprennent pas ce qu'ils lisent, ne savent pas repérer de quoi parle les pronoms : Le garçon joue avec la fille, il lui demande. L'enfant ne sait pas qui est lui (exemple un peu exagéré)

Chez nous aussi, mais j'imagine que c'est partout pareil, les parents peuvent s'opposer à l'orientation en SEGPA.

En sachant ensuite que le collège, en sixième, peut demander une nouvelle orientation.

Toutefois je suis en Seine-Saint-Denis et peut-être que nous avons une sélection assez basse parce que nous avons pas mal d'enfants en difficulté.

L'année dernière j'avais une petite dyslexique dans ma classe avec de grandes difficultés mais il était hors de question pour moi de la mettre en SEGPA. On a fait un PAI DYS pour que les enseignants adaptent leur travail en fonction de ses difficultés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
garba

Juste pour dire que l'un de mes élèves sera maintenu en fin d'année (a fait sa scolarité dans le privé, arrivé en CE2 l'an dernier, avec des bons "bulletins", et chez moi catastrophe, demande d'intervention en urgence de la psy sco : élève dysgraphique, dyscalculique, dyslexique, gros retard scolaire...). Il a un suivi CMPP et orthophonique. Les parents sont "pour" ce maintien qui a été décidé l'an dernier (il est actuellement officiellement en CM1 mais suit avec les CE2) :

- il a un contrat "PPRE" où nous avons énoncé tout ce qui était adapté pour lui en classe (aménagements genre décloisonnement en lecture et structuration du nombre, allègement des consignes, étayage au besoin....) avec copie à l'ien.

- à chaque réunion de l'équipe éducative (parents, maîtresse, psychologue scolaire) ou chaque entretien que j'ai avec son orthophoniste, je fais un compte-rendu à l'ien pour qu'il y ait un dossier bien argumenté pour le maintien en fin d'année.

Bref, le redoublement interdit... quand on a des arguments et que famille et enseignants sont d'accord, ça peut arriver...

Mouais, se méfier quand même...

Notre IEN a accepté "à titre exceptionnel" au vu du dossier de l'enseignante référente et de la psy scolaire un maitien en GS cette année, avec aménagement: une petite partie du temps en CP, histoire d'être avec sa classe d'âge. La petite doit être orientée en clis l'année prochaine. Là, l'IEN vient de nous dire que si l'orientation ne se fait pas, il faudra qu'on la mette officiellement en CE1 l'année prochaine. Haha la bonne blague :noelninja::devil_2: Le maintien disparait comme par magie??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
helenel

Juste pour dire que l'un de mes élèves sera maintenu en fin d'année (a fait sa scolarité dans le privé, arrivé en CE2 l'an dernier, avec des bons "bulletins", et chez moi catastrophe, demande d'intervention en urgence de la psy sco : élève dysgraphique, dyscalculique, dyslexique, gros retard scolaire...). Il a un suivi CMPP et orthophonique. Les parents sont "pour" ce maintien qui a été décidé l'an dernier (il est actuellement officiellement en CM1 mais suit avec les CE2) :

- il a un contrat "PPRE" où nous avons énoncé tout ce qui était adapté pour lui en classe (aménagements genre décloisonnement en lecture et structuration du nombre, allègement des consignes, étayage au besoin....) avec copie à l'ien.

- à chaque réunion de l'équipe éducative (parents, maîtresse, psychologue scolaire) ou chaque entretien que j'ai avec son orthophoniste, je fais un compte-rendu à l'ien pour qu'il y ait un dossier bien argumenté pour le maintien en fin d'année.

Bref, le redoublement interdit... quand on a des arguments et que famille et enseignants sont d'accord, ça peut arriver...

Mouais, se méfier quand même...

Notre IEN a accepté "à titre exceptionnel" au vu du dossier de l'enseignante référente et de la psy scolaire un maitien en GS cette année, avec aménagement: une petite partie du temps en CP, histoire d'être avec sa classe d'âge. La petite doit être orientée en clis l'année prochaine. Là, l'IEN vient de nous dire que si l'orientation ne se fait pas, il faudra qu'on la mette officiellement en CE1 l'année prochaine. Haha la bonne blague :noelninja::devil_2: Le maintien disparait comme par magie??

Pfff, quelle situation!!!

Tu as raison, je ne suis pas totalement sereine sur ce maintien, tant qu'il ne sera pas effectif... mais quelle souffrance pour les enfants/élèves!! ça me met toujours très en colère, sans militer pour le redoublement à tout va, cette négation du besoin de certains enfants de disposer de plus de temps pour appréhender et assimiler les apprentissages...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lena

Quelle souffrance, oui :( .

Garba: cet "arrangement" est à gerb...r (désolée :blush: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cookie1511

Bonjour

 

Je viens apporter ma petite pierre à l'édifice...

 

Dans ma classe de CM2, j'ai 3 élèves dont je vais vous parler :

- une élève dyslexique (je dirais dyslexie assez importante bien que je ne sache pas trop avec quoi comparer), mais le niveau est bon (cela ne l'a pas gênée du tout)

- un élève dyslexique (dyslexie un peu moins importante j'ai l'impression) par contre son niveau n'est pas terrible mais pour moi cela n'a rien à voir avec la dyslexie

Cependant pour ces 2 élèves j'envisage le passage en 6ème (la 1ère car tout va bien, le 2nd car son niveau n'est pas assez faible pour envisager un redoublement)

- un 3ème élève avec un niveau CE1 (je ne comprends d'ailleurs pas qu'il n'ait jamais redoublé) mais du coup son niveau est tel que de toute façon un redoublement du CM2 ne servirait à rien tellement il a de lacunes (il faudrait vraiment refaire du CE1). L'orientation EGPA a été proposée pour lui, et malheureusement refusée par la famille.

 

Donc, tout ça pour dire que si ce n'est qu'une petite dyslexie et que les apprentissages se font bien, je ne vois même pas pourquoi ta fille devrait être envoyée en EGPA

Et que si tu n'es pas sûre du niveau, comme quelqu'un l'a suggéré plus haut, tu peux trouver sur internet des évaluations qui te permettraient de voir vraiment son niveau.

 

Par contre, je ne comprends pas pourquoi l'enseignante qui l'a eue 3 ans a toujours refusé le redoublement alors que vous étiez d'accord. A-t-elle vraiment vu les difficultés de ta fille ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.