• Annonces

    • André Jorge

      APPEL A CONTRIBUTION   07/08/2017

      Bonjour. La dernière mise à jour du site a nécessité plusieurs heures de travail et, même s'il y a encore quelques bugs à régler, c'est avec plaisir que nous vous proposons cette nouvelle version d'EDP. L' existence et l'évolution du site EDP ne reposent pas que sur le travail (bénévole) de l'administrateur et des modérateurs, mais aussi sur la participation des membres du site. Si vous appréciez le site EDP, il importe que vous nous aidiez à le faire vivre, en participant aux échanges et en proposant du contenu à destination des autres membres dans les différentes rubriques : -Participez aux sujets de discussion dans les forums : Vous pouvez participer aux discussions, poster de nouveaux sujets, et enrichir les échanges de vos contributions, tout en veillant à respecter l'organisation et le fonctionnement du site. -Publiez dans l'espace de téléchargements : Les fiches, documents que vous réalisez peuvent être publiées dans les différentes rubriques de l'espace de téléchargements et pourront ainsi être facilement retrouvées. -Publiez des liens dans l'annuaire : Les liens que vous trouverez utiles peuvent être regroupés dans l'annuaire. Pendant ces dernières vacances, l'annuaire a fait l'objet d'une réorganisation et de mises jour qui l'ont rendu plus attractif et efficace. -Publiez des articles dans le module Pages : Vous pouvez publier des articles concernant l'école, le CRPE, l'éducation, dans la rubriques Pages. Cette rubrique a également fait l'objet d'une réorganisation et un nouveau menu a été créé pour faciliter la navigation. -Publiez des photographies, des vidéos, dans la galerie : La galerie a également été réorganisée. Les photographies des réalisations de vos élèves peuvent y être publiés.   Et sur les réseaux sociaux ? EDP se doit d'être présent sur les réseaux sociaux. Nous avons donc un espace : sur Facebook : https://www.facebook.com/Enseignants-du-primaire-158258504749259/. sur Twitter : https://twitter.com/ensduprim. Pour nous aider, vous pouvez vous abonner ou nous suivre sur les réseaux sociaux et partager nos publications.   Merci de votre soutien.
    • André Jorge

      ORTHOGRAPHE ET PUBLICATION SUR EDP   09/09/2017

      EDP est un site dédié au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Merci de votre compréhension.
gazelle

Enseignant pensant à la reconversion

Messages recommandés

De Mantinée
Il y a 2 heures, Tess19340 a dit :

Je suis arrivée à la même conclusion il y a quelques jours. En CLM, je devais demander un poste adapté administratif pour la rentrée 2018, le temps pour moi d'amorcer une reconversion dans la fonction publique, mais finalement je vais prendre un autre chemin. Grâce au site quitterlecole, j'ai trouvé mon ikigaiPour celles.ceux qui sentent que leur métier n'est pas ce à quoi elles.ils aspirent vraiment, mais sans savoir quoi faire d'autre, c'est une piste à suivre !

Si ça n'est pas indiscret, quel est donc ton ikigai (je viens de découvrir grâce à toi et ça m'intéresse) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
galictia
Il y a 2 heures, Tess19340 a dit :

. Grâce au site quitterlecole, j'ai trouvé mon ikigaiPour celles.ceux qui sentent que leur métier n'est pas ce à quoi elles.ils aspirent vraiment, mais sans savoir quoi faire d'autre, c'est une piste à suivre !

Contente que cela ait pu t'aider! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clar103

Pour ma part,je suis à plein temps malgré 3 enfants en bas âge pour des raisons financières,et cette année je sature,je me pose des questions alors qu' auparavant j aimais plutôt ce métier.

C est le fait de ne plus avoir de coupure entre le travail et la maison,d'avoir toujours des enfants avec moi,de faire toujours de la discipline,de n être jamais seule...C est près qu' insupportable parfois.Avoir toujours plein de choses à faire,la maison,la cuisine,la préparation de classe...

Je suis fatiguée et n arrive même pas à me reposer.

Pendant les vacances,j ai mes 3 enfants et ce n est pas du repos du tout.

Finalement Je me demande si ce métier est idéal quand on a des enfants en bas âge, on n a pas de coupure,on a l'impression de crier tout le temps,on ne voit que des enfants et on supporte de moins en moins le bruit et la vie quotidienne...:sad:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
coquelicotdesiles
il y a une heure, clar103 a dit :

Pour ma part,je suis à plein temps malgré 3 enfants en bas âge pour des raisons financières,et cette année je sature,je me pose des questions alors qu' auparavant j aimais plutôt ce métier.

C est le fait de ne plus avoir de coupure entre le travail et la maison,d'avoir toujours des enfants avec moi,de faire toujours de la discipline,de n être jamais seule...C est près qu' insupportable parfois.Avoir toujours plein de choses à faire,la maison,la cuisine,la préparation de classe...

Je suis fatiguée et n arrive même pas à me reposer.

Pendant les vacances,j ai mes 3 enfants et ce n est pas du repos du tout.

Finalement Je me demande si ce métier est idéal quand on a des enfants en bas âge, on n a pas de coupure,on a l'impression de crier tout le temps,on ne voit que des enfants et on supporte de moins en moins le bruit et la vie quotidienne...:sad:

 

Tout à fait d'accord avec toi, pour tout et notamment la phrase que j'ai mis en gras : même si ce métier n'a jamais été celui de mes rêves, j'arrivais encore à m'en accommoder plus ou moins avant ; depuis que j'ai eu un enfant, c'est encore plus difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
letapisrevant
Il y a 21 heures, nat22 a dit :

C'est juste que ce métier n'est pas fait pour moi, il me stresse trop. Les matins où je dois aller bosser, je me réveille 10 ans avant que le réveil ne sonne.... Genre je me réveille d'un coup à 5H30. Et je ne me rendors pas. Alors que je pourrai dormir jusque 7H. Le pire, je n'arrive pas à dire ce qui m'angoisse... C'est un truc de ouf, quoi. 

Merci de mettre ce point en avant. C'est pareil pour moi depuis mon burn-out il y a 2 ans. Je pensais que c'était lié à ça mais vous qui apparemment n'en avez pas fait, vous y avez droit aussi... C'est ultra usant ! On ne récupère jamais vraiment...

Quant au fait d'arriver encore moins à supporter l'école en ayant un enfant (ou inversement), c'est ma grande peur depuis que j'ai commencé il y a 11 ans. Je commence d'ailleurs à être convaincue que ce métier agit sur moi comme un contraceptif plus efficace encore que la pilule ! :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nat22

Je n'ai pas fait de burn out non. J'ai fait une grosse dépression en 2001, année où j'ai commencé en CLIS, liste complémentaire, loin de chez moi. 2 mois d'arrêt, 2 ans de médocs. Puis j'ai refait une dépression en 2012, toujours liée au travail: j'avais un élève ingérable en classe, ça m'a bousillée. 

Ce qui m'inquiète, c'est que cette année, ma classe est gérable, justement. Comme je le disais plus haut, je n'ai objectivement aucune raison de me réveiller tous les matins à 5H30 ( enfin 3 matins par semaine puisque je suis à temps partiel). C'est ça qui me permet de tenir, justement! 

J'ai une petite fille de 3 ans qui vient d'entrer en PS et heureusement, elle est "facile" pour tout, dort très bien... Si j'avais un enfant difficile, avec des problèmes de sommeil ou des problèmes de santé etc..., il est certain que je ne tiendrais pas le coup avec ce boulot qui me stresse au plus haut point.

En réfléchissant bien, je ne me suis jamais remise de mon entrée difficile dans le métier: je crois que ça m'a cassée direct. J'ai été mise instantanément en échec par le système, balancée comme ça du jour au lendemain sur une classe spécialisée avec plusieurs élèves qui avaient des problèmes de comportement ( un qui était un danger pour lui et les autres, que je devais physiquement "tenir", un autre m'a craché dessus, bref, je ne vais pas détailler ici tout ce que j'ai "subi"). Le premier contact avec le métier a été d'une violence inouïe. J'ai très vite déchanté : comme beaucoup de débutants, j'avais trop idéalisé le métier. Et je suis tombée de haut. En 16 ans, j'aurais dû digérer. Je commence à me dire que non... 

Bref, là, on est dimanche, et comme d'habitude, cette journée est gâchée par la perspective d'y retourner le lendemain. Alors que tout mon boulot est prêt, mes photocopies sont mêmes déjà faites, classées, triées dans mes bacs sur mon bureau, mon sac est fait; mes élèves ne vont pas me "manger", mes collègues sont sympas, je n'ai pas de souci particulier. Rien qu'en écrivant, je me trouve complètement dingue de me mettre dans un état pareil. :sad:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clar103

Mes 3 enfants sont assez difficiles,en plus j ai ma fille dans ma classe...toute la journée je l ai sous les yeux et à la maison pareil...si elle était sage ça irait mais elle bouge tout le temps! 

Et mes jumeaux sont à un âge difficile aussi...c est tellement dur que j en pleure souvent entre la classe et la maison.

Et pourtant avant,j aimais ce métier! !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
il y a 28 minutes, nat22 a dit :

Je n'ai pas fait de burn out non. J'ai fait une grosse dépression en 2001, année où j'ai commencé en CLIS, liste complémentaire, loin de chez moi. 2 mois d'arrêt, 2 ans de médocs. Puis j'ai refait une dépression en 2012, toujours liée au travail: j'avais un élève ingérable en classe, ça m'a bousillée. 

Ce qui m'inquiète, c'est que cette année, ma classe est gérable, justement. Comme je le disais plus haut, je n'ai objectivement aucune raison de me réveiller tous les matins à 5H30 ( enfin 3 matins par semaine puisque je suis à temps partiel). C'est ça qui me permet de tenir, justement! 

J'ai une petite fille de 3 ans qui vient d'entrer en PS et heureusement, elle est "facile" pour tout, dort très bien... Si j'avais un enfant difficile, avec des problèmes de sommeil ou des problèmes de santé etc..., il est certain que je ne tiendrais pas le coup avec ce boulot qui me stresse au plus haut point.

En réfléchissant bien, je ne me suis jamais remise de mon entrée difficile dans le métier: je crois que ça m'a cassée direct. J'ai été mise instantanément en échec par le système, balancée comme ça du jour au lendemain sur une classe spécialisée avec plusieurs élèves qui avaient des problèmes de comportement ( un qui était un danger pour lui et les autres, que je devais physiquement "tenir", un autre m'a craché dessus, bref, je ne vais pas détailler ici tout ce que j'ai "subi"). Le premier contact avec le métier a été d'une violence inouïe. J'ai très vite déchanté : comme beaucoup de débutants, j'avais trop idéalisé le métier. Et je suis tombée de haut. En 16 ans, j'aurais dû digérer. Je commence à me dire que non... 

Bref, là, on est dimanche, et comme d'habitude, cette journée est gâchée par la perspective d'y retourner le lendemain. Alors que tout mon boulot est prêt, mes photocopies sont mêmes déjà faites, classées, triées dans mes bacs sur mon bureau, mon sac est fait; mes élèves ne vont pas me "manger", mes collègues sont sympas, je n'ai pas de souci particulier. Rien qu'en écrivant, je me trouve complètement dingue de me mettre dans un état pareil. :sad:

Votre témoignage détaillé permet de mettre en lumière le lien entre des événements vécus en début de carrière et votre angoisse aujourd'hui alors que plus rien ne la justifie, comme vous le dites si bien. Vous parlez de "violence inouïe", subie, "l'entrée dans ce métier vous a cassée".

Alors si vous voulez bien, je vais mettre un mot sur ce qui vous arrive : cela s'appelle un trauma psychologique et votre angoisse d'aujourd'hui est très probablement la conséquence de ce trauma. Votre inconscient est bloqué émotionnellement sur ce trauma et donc tout ce que vous vivez à l'école est vécu à travers le prisme de cet événement traumatique.

Pour vous en libérer, il existe différentes techniques de libération émotionnelle : l' EFT, l' EMDR, l'hypnose, la kinésiologie etc. Il ne s'agit pas là d'ouvrir un débat sur l'efficacité ou non de ces méthodes mais juste de mentionner leur existence. Et si vous souhaitez travailler avec un professionnel formé à l'une de ces techniques, consultez le site officiel de chaque technique qui recense l'ensemble des professionnels (par exemple, pour l'EFT, c'est l'IFPEC si mes souvenirs sont bons).

Malheureusement, dans notre métier aujourd'hui, des événements traumatiques dont nous sous-estimons à tort l'impact durable psychologiquement, il y en a de plus en plus : un(e) inspecteur-trice humiliant(e), un élève (des élèves) souffrant de graves problèmes psy et qui vous "vampirise", une agression verbale, voire physique d'un parent ou d'un élève etc. 

Ce qui rend parfois difficile le traitement de certains symptômes psy ou physiques, c'est qu'on ne fait pas toujours le lien avec des événements parfois fort éloignés dans le temps qu'on "pense" avoir "digéré". Et c'est bien là tout le problème : le mental pour lui, c'est OK mais pas pour la partie émotionnelle.

Prenez soin de vous !

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
il y a 9 minutes, clar103 a dit :

Mes 3 enfants sont assez difficiles,en plus j ai ma fille dans ma classe...toute la journée je l ai sous les yeux et à la maison pareil...si elle était sage ça irait mais elle bouge tout le temps! 

Et mes jumeaux sont à un âge difficile aussi...c est tellement dur que j en pleure souvent entre la classe et la maison.

Et pourtant avant,j aimais ce métier! !!

Ce que je perçois à travers vos messages, c'est une grande fatigue émotionnelle, l'impossibilité de vous reposer, d'avoir la paix, d'être seule avec vous-même, d'être sur tous les fronts pro et perso 24h/24h et 7/7j. Est-ce que je me trompe ? Vous estimez que votre métier est en cause. C'est sans doute en partie vrai mais pas que ...

Une des nombreuses difficultés rencontrées dans notre métier est le fait de travailler à l'école et aussi chez soi, ce qui empiète forcément sur notre vie familiale. C'est aussi d'avoir l'impression de faire des journées non stop entre tout ce qu'on répète à nos élèves et qu'on continue de répéter à nos enfants en rentrant. En fait, l'absence de coupure est un vrai piège. C'est là qu'un travail de fond sur un ré-équilibrage vie pro/vie perso peut s'avérer intéressant.

Dans un premier temps, avez-vous la possibilité de mettre votre fille dans la classe d'un collègue ? Cela pourrait vous faire le plus grand bien à toutes les 2. Si ça se  trouve, l'agitation de votre fille est peut-être en lien avec votre propre nervosité et votre mal-être. Attention, aucune culpabilisation de ma part. C'est juste que les enfants sont de véritables "éponges émotionnelles" : ils captent tout mais souvent sans comprendre ce qui se passe.

Quand on est pris dans le tourbillon de la vie et qu'on a la tête toujours dans le guidon, on a l'impression qu'il n'y a pas de solutions et pourtant ... Parfois, seule, on ne les voit pas alors le tandem avec une personne de confiance (amie, collègue, famille, thérapeute ...) ça a du bon ! Demander de l'aide autour de soi sans ressentir de gêne mal placée est aussi un bon moyen de commencer à sortir la tête de l'eau.

Je vous souhaite sincèrement de trouver le moyen d'appuyer sur le bouton "pause", ne serait-ce que quelques heures pour commencer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
Il y a 9 heures, galictia a dit :

Contente que cela ait pu t'aider! :)

Oui, c'est un très bon outil pour "défricher le terrain" et commencer à y voir plus clair. Merci pour ce partage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tess19340
Il y a 10 heures, galictia a dit :

Contente que cela ait pu t'aider! :)

Merci Marion pour ton site ! 

Il y a 10 heures, De Mantinée a dit :

Si ça n'est pas indiscret, quel est donc ton ikigai (je viens de découvrir grâce à toi et ça m'intéresse) ?

Une activité artisanale de sellerie (intérieurs de véhicules, bâches, selles de moto...). Ça me trottait dans un coin de la tête depuis un moment, mais je ne pensais pas en faire mon métier. Poser les choses par écrit m'a vraiment aidé à cheminer.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah
Il y a 2 heures, zavata a dit :

 

Alors si vous voulez bien, je vais mettre un mot sur ce qui vous arrive : cela s'appelle un trauma psychologique et votre angoisse d'aujourd'hui est très probablement la conséquence de ce trauma. Votre inconscient est bloqué émotionnellement sur ce trauma et donc tout ce que vous vivez à l'école est vécu à travers le prisme de cet événement traumatique.

Pour vous en libérer, il existe différentes techniques de libération émotionnelle : l' EFT, l' EMDR, l'hypnose, la kinésiologie etc. Il ne s'agit pas là d'ouvrir un débat sur l'efficacité ou non de ces méthodes mais juste de mentionner leur existence. Et si vous souhaitez travailler avec un professionnel formé à l'une de ces techniques, consultez le site officiel de chaque technique qui recense l'ensemble des professionnels (par exemple, pour l'EFT, c'est l'IFPEC si mes souvenirs sont bons).

 

 

C'est très bien dit et j'y ai moi aussi pensé en lisant ton témoignage Nat.

Sans vouloir faire de pub ou quoi que ce soit, j'ai testé l'EMDR pour tout autre chose et cela a très bien fonctionné pour moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nat22

Merci à vous @zavata et @Nadikaah , je vais me renseigner. Et je vais essayer de tenir jusqu'aux vacances, il me reste 3 jours ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
Le 12/10/2017 à 15:54, Malakime a dit :

Ceux qui pensent que d'autres boulot sont à 1000 lieues de l'enseignement, je vous assure qu'en classe on développe 1000 compétences!
Je n'aurais jamais cru être capable de monter une entreprise après le parcours bac L/université/crpe/enseignement mais finalement on apprend, on a forcément de grandes capacités d'organisation, de la patience, une habitude de gérer l'humain, les imprévus, un sens du service ( :D ) etc...

Vous en êtes capables, ne négligez pas vos compétences invisibles, elles sont bien là malgré tout :wub:
Il faut juste voir au delà du modèle compétence=niveau d'études donc on est siiii friand en France :glare:

Entièrement d'accord, Malakime ! A force de répéter aux enseignant(e)s qu'ils ne sont bons à rien, certains finissent par le croire - à tort évidemment.

Comme dit à juste titre, en enseignant, nous développons un tas de compétences et bonne nouvelle, un bon nombre sont transférables à d'autres domaines professionnels.

Maintenant, si vous êtes intimement convaincu(e) que "vous ne vous sentez pas capable" de faire un métier tel que celui décrit par Jane Framboise, alors peut-être faut-il avant toute chose développer et renforcer votre confiance en vous. Car dans les projets de reconversion, c'est très souvent là que le bât blesse : par manque de confiance en soi, le projet de reconversion super bien élaboré depuis des mois peut se retrouver en quelques secondes à la poubelle et parfois définitivement quand une difficulté "parait" insurmontable.

Et il n'y a pas de secret : la confiance en soi, ça se travaille en grande partie dans l'action pas à pas et en sortant de sa zone de confort, donc en faisant des choses que l'on n'avait jamais faites jusque là. Si sortir de votre zone de confort déclenche chez vous une peur panique ou un discours intérieur très dévalorisant, alors songez vraiment à renforcer votre confiance en vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
Le 12/10/2017 à 16:11, galictia a dit :

Je suis entièrement d'accord avec toi! :)

Mais comme tu le dis, avant de faire le saut, on ne se serait jamais cru de... et une fois dans le bain, hé bien on fait!

 

Moi non plus, jamais je n'aurais pensé être capable de créer une entreprise, démarcher des clients, faire de la pub, créer et gérer un site, monter des webinaires, proposer mes services à des gens que je considérais comme plus avancés que moi...

Bref, c'est en faisant qu'on apprend. Et le prof est vraiment tout-terrain. Ca c'est sûr.

 

Comme j'ai l'habitude de dire (c'est devenu un tic verbal ou presque!) : on n'est pas débiles quand même!

Et oui, en France on fonctionne encore selon un modèle totalement démodé... sauf dans certains secteurs (start-ups en particulier) qui défendent le schéma du self-made man.

Le pire qu'est-ce que c'est au fond? 

S'interdire de rêver, se restreindre, voir petit, et passer à côté de sa vie...  

:yahoo: Je plussoie !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
Le 14/10/2017 à 21:34, nat22 a dit :

Alors je me retrouve dans vos dires; quand Malakime dit "jouer à être maîtresse", c'est pile poil ce que je ressens mais je n'arrivais pas à mettre des mots. 

Et coquelicotsdesiles, quand tu dis que tu ne te sens pas à ta place, pas assez bonne maîtresse: c'est pareil pour moi. Je me trouve nulle. J'ai occupé plein de postes différents ( en classe, hors la classe) et je me suis toujours trouvée incompétente. (malgré de bonnes inspections; plusieurs IEN m'ont même proposé de passer le CAFIPEMF :blink::blink: ou même de prendre une direction) Cela m'a toujours surprise qu'ils me le proposent, je me disais qu'ils devaient être aveugles pour ne pas voir que je n'avais ni la carrure, ni les compétences... 

Et à la fac, quand j'avais les résultats de mes partiels ou de mes examens de fin d'année, j'ai toujours cru que j'avais eu de la chance, que j'étais tombée sur le bon sujet etc etc 

Finalement, je pense que j'ai bien peu d'estime pour moi-même. Mais je ne sais pas comment résoudre ce problème. ( par contre, en tant que maman, je ne doute pas de moi, je ne me pose pas trop de questions, je suis zen et confiante dans les choix que je fais dans l'éducation de ma fille) 

Nat22 et Coquelicotdesiles, à la lecture de vos messages et de phrases comme "je me sens nulle, pas à la hauteur" etc., cela me laisse à penser - mais peut-être à tort - que vous n'avez pas une très haute opinion de vous-même. Les vacances approchant, puis-je vous suggérer la lecture de quelques ouvrages absolument excellents sur le sujet : "L'estime de soi" de Christophe André et François Lelord et "Imparfaits, libres et heureux" de Christophe André également. Lecture très accessible, avec beaucoup de témoignages et plein d'exercices pratiques pour avoir une meilleure opinion de soi.

L' autre sujet à creuser éventuellement, c'est ce qu'on appelle le "syndrome de l'imposteur". Les personnes qui en souffrent pensent sincèrement ne pas mériter les compliments et les félicitations qu'on leur témoigne. "Non, c'est pas possible, vous faites erreur, pas moi, je ne le mérite pas" etc. Vous trouverez beaucoup d'articles qui traitent du sujet sur le net. Sachez néanmoins que souffrir du "syndrome de l'imposteur" et manquer de confiance en soi sont très souvent étroitement liés. Mais bonne nouvelle, ça se soigne !!!

Alors haut les coeurs, Mesdames, apprenez à être fières de vous et votre vie changera du tout au tout !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau

Pour les enseignants motivés et plutôt compétents en informatique, je pense que la création d'une "scoop" dans le domaine du soutien scolaire, gérée par les professeurs (certifiés), pourrait être un bon moyen de reconversion. De plus ce modèle économique vertueux permettrait à chacun de gagner beaucoup plus que 12,50 euros de l'heure, et dans le même temps de pouvoir concurrencer toutes ces officines privées gérées par des multi millionnaires...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
galictia

Cela existe déjà... ;)

Mais difficile à monter, parce qu'en France il n'est pas évident au niveau administratif d'avoir les informations et de pouvoir se lancer sans embûches à la clé. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
à l’instant, galictia a dit :

Cela existe déjà... ;)

Mais difficile à monter, parce qu'en France il n'est pas évident au niveau administratif d'avoir les informations et de pouvoir se lancer sans embûches à la clé. 

Quelle société de soutien scolaire est une scop?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
galictia

Alors j'ai dû aller un peu vite, parce que je ne suis pas sûre que ce soit sous le statut de Scop, mais il existe des GIE de profs indépendants, dont la grande majorité sont des anciens agrégés ou certifiés. 

Pas de nom à te donner parce que ce sont des sociétés avec implantation locale, les profs s'étant réunis pour justement lutter contre les grandes enseigner et aussi garder une ambiance d'équipe.

Par contre il existe aussi des sociétés de soutien scolaire exerçant en tant qu'ESS.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nat22
Il y a 5 heures, zavata a dit :

Nat22 et Coquelicotdesiles, à la lecture de vos messages et de phrases comme "je me sens nulle, pas à la hauteur" etc., cela me laisse à penser - mais peut-être à tort - que vous n'avez pas une très haute opinion de vous-même. Les vacances approchant, puis-je vous suggérer la lecture de quelques ouvrages absolument excellents sur le sujet : "L'estime de soi" de Christophe André et François Lelord et "Imparfaits, libres et heureux" de Christophe André également. Lecture très accessible, avec beaucoup de témoignages et plein d'exercices pratiques pour avoir une meilleure opinion de soi.

L' autre sujet à creuser éventuellement, c'est ce qu'on appelle le "syndrome de l'imposteur". Les personnes qui en souffrent pensent sincèrement ne pas mériter les compliments et les félicitations qu'on leur témoigne. "Non, c'est pas possible, vous faites erreur, pas moi, je ne le mérite pas" etc. Vous trouverez beaucoup d'articles qui traitent du sujet sur le net. Sachez néanmoins que souffrir du "syndrome de l'imposteur" et manquer de confiance en soi sont très souvent étroitement liés. Mais bonne nouvelle, ça se soigne !!!

Alors haut les coeurs, Mesdames, apprenez à être fières de vous et votre vie changera du tout au tout !

Oui, pour moi, le syndrome de l'imposteur colle tout à fait. Je n'ai pas confiance en moi non plus. ( uniquement dans le domaine professionnel). 

Et une journée comme aujourd'hui, où mes élèves ont été particulièrement bavards, renforce ce sentiment d'incompétence. Au lieu de me dire: c'est bientôt les vacances, les élèves sont fatigués donc plus énervés, c'est lundi ou demain, ça ira mieux (le discours d'une collègue à qui j'ai dit que j'avais passé une mauvaise journée à cause de leurs bavardages), non, je me dis: voilà encore une preuve que je ne sais pas les gérer comme il faudrait. Et dans ma journée, je vais pointer uniquement tout ce qui n'a pas été. C'est assez exceptionnel quand je considère que ma séance était réussie. Bref, je vais suivre les précieux conseils de Zavata :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
natoo

Quand ça ne va pas terrible je me force à voir au moins 1 truc positif dans ma journée. Bon des fois j'ai du mal à trouver, j'avoue . Et quand j'ai vraiment passé une mauvaise journée, je me dit que mes gosses sont en bonne santé, que je n'ai pas cassé ma bagnole et que je ne me suis pas engueulé avec mon mec :D.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zavata
Il y a 11 heures, natoo a dit :

Quand ça ne va pas terrible je me force à voir au moins 1 truc positif dans ma journée. Bon des fois j'ai du mal à trouver, j'avoue . Et quand j'ai vraiment passé une mauvaise journée, je me dit que mes gosses sont en bonne santé, que je n'ai pas cassé ma bagnole et que je ne me suis pas engueulé avec mon mec :D.

:yahoo: Bravo Natoo ! Ce que tu décris là, ça s'appelle avoir de la gratitude et c'est une attitude dont on a aujourd'hui prouvé scientifiquement les effets bénéfiques.

Perso, je me suis fait un petit carnet spécialement dédié pour noter quotidiennement au moins 3 choses pour lesquelles j'ai de la gratitude. Et je m'oblige à le faire y compris les jours de galère. Parfois, c'est un vrai défi mais ça oblige le mental à regarder le bon côté des choses et à sortir d'une vision unicolore de la vie. Je vous assure : expérimentez, vous allez être surprise vous-même des résultats ! Eprouver de la gratitude quotidiennement et régulièrement est vraiment très puissant pour changer sa vision du monde et y faire entrer toutes les couleurs de l'arc-en-ciel !

Et si vous voulez aller plus loin sur le sujet, vous pouvez consulter les vidéos de David Laroche sur Youtube (Je préfère prévenir : ou on adore, ou on déteste) et lire le livre de Florence Servan-Schreiber : 3 kifs par jour !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nat22

Je le fais aussi 3 kifs par jour mais mes kiffs sont rarement en rapport avec mon travail; ( ah si, quand c'est mardi soir lol) 

Sinon, je ne sais pas si c'est le fait d'en avoir parlé sur ce fil de discussion, mais ça fait deux matins de suite que c'est le réveil qui me réveille :blink:

Ca ne m'était pas arrivée depuis des semaines les jours de boulot !!! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
natoo

Lire les expériences et et les astuces de chacun, ça nous aide. On se dit en sortant d'ici : je ne suis pas seule dans cette situation, ou encore tiens je n'avais pas pensé à ça. Mais il arrive aussi que ça ne suffise pas la balade sur le forum. Quand je n'étais vraiment pas bien, je ne venais plus, c'était encore "trop" l'école pour moi à ce moment là. Mais je ne suis pas partie fâchée la preuve je suis revenue :D.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gab1306
On 15/10/2017 at 5:59 PM, letapisrevant said:

Merci de mettre ce point en avant. C'est pareil pour moi depuis mon burn-out il y a 2 ans. Je pensais que c'était lié à ça mais vous qui apparemment n'en avez pas fait, vous y avez droit aussi... C'est ultra usant ! On ne récupère jamais vraiment...

Quant au fait d'arriver encore moins à supporter l'école en ayant un enfant (ou inversement), c'est ma grande peur depuis que j'ai commencé il y a 11 ans. Je commence d'ailleurs à être convaincue que ce métier agit sur moi comme un contraceptif plus efficace encore que la pilule ! :(

Si tu savais à quel point cela me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à penser qu'être enseignante m'a vraiment calmée d'avoir un enfant biologique... Plus je vois ceux qui se comportent mal, plus je me demande si je serai une "bonne" mère : MERCI pour ton témoignage!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
letapisrevant
Il y a 3 heures, gab1306 a dit :

Si tu savais à quel point cela me fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à penser qu'être enseignante m'a vraiment calmée d'avoir un enfant biologique... Plus je vois ceux qui se comportent mal, plus je me demande si je serai une "bonne" mère : MERCI pour ton témoignage!

J'ai les mêmes inquiétudes et surtout une autre : comment ton enfant va grandir et être intégré dans notre société actuelle si tu l'inities à la culture du voyage, des livres, du respect, de la politesse, etc ? Est-ce que ça va l'exclure automatiquement ? Est-ce qu'il sera brimé par les autres ?
Si ça ne tenait qu'à moi, je ne ferais pas d'enfant quand je vois l'évolution globale de notre monde. Mais je ne suis pas seule à décider...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nadikaah
il y a 42 minutes, letapisrevant a dit :

J'ai les mêmes inquiétudes et surtout une autre : comment ton enfant va grandir et être intégré dans notre société actuelle si tu l'inities à la culture du voyage, des livres, du respect, de la politesse, etc ? Est-ce que ça va l'exclure automatiquement ? Est-ce qu'il sera brimé par les autres ?
Si ça ne tenait qu'à moi, je ne ferais pas d'enfant quand je vois l'évolution globale de notre monde. Mais je ne suis pas seule à décider...

Je ne veux pas d'enfant et quand on me demande pourquoi, c'est une des raisons (parmi bien d'autres) que je donne : comment devrais-je l'éduquer ? Selon mes valeurs, c'est-à-dire le respect, la politesse, l'ouverture aux autres, la persévérance, la curiosité etc. mais dans ce cas, il serait en décalage par rapport aux autres et donc risque d'être malheureux ? Ou bien avec les valeurs actuelles de la société : écraser les autres pour réussir, ne pas fournir le moindre effort en pensant que tout est dû etc. afin qu'il s'adapte et essuie moins d'échecs et de déception face à ce monde fou ? Mais dans ces cas-là, j'aurais honte de lui et serais très en colère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   1 membre est en ligne

    • Malakime