• Annonces

    • André Jorge

      ADRESSES EMAIL ERRONEES ET SUPPRESSION DE COMPTES

      Bonjour.

      L'adresse email de certains membres du forum EDP n'est plus valide (elle n'existe plus, ne fonctionne plus...) et n'a pas été modifiée dans leur profil (ce qui cause certains problèmes de management du site et du serveur).

      Je demande donc à ces membres de mettre à jour rapidement leur adresse email dans leur profil (en allant dans "Mes paramètres", rubrique "Courriel et mot de passe") et surtout d'utiliser une adresse email valide pour le forum !

      Les comptes dont l'adresse email n'aura pas été corrigée seront supprimés sans préavis.

      Merci de votre compréhension.
maravilla66

A propos des inclusions...

53 messages dans ce sujet

C'est un peu ça, sauf que, étape intermédiaire, on fait miroiter à leurs enseignants qu'ils puissent devenir des sortes de "maîtres formateurs spécial handicap", ce qui en appâte certains, surtout ceux qui souhaitent sortir de la classe. Mais l'intérêt des élèves, TOUS les élèves, il est très très loin !

Heureusement, tous les enseignants d'Ulis ne sont pas dans ce cas et beaucoup ont une pensée pour leurs collègues.

Je serais curieuse de savoir combien il y a d'inclusions dans les classes des enfants des promoteurs de cette brillante idée de les imposer coûte que coûte ! 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Pablo a dit :

La question que je me pose est celle de l'utilité de l'inclusion si l'enseignant doit prévoir des séances spécifiques pour l'enfant. A priori je pensais, visiblement à tort, que l'inclusion ne se faisait que dans le but d'intégrer l'élève à une classe. Si c'est pour qu'il fasse un travail différent à côté des autres élèves pourquoi ne pas respecter tout simplement son rythme dans sa propre classe avec ses amis? L'isoler dans un plus grand groupe est plus quej contre-productif, d'autant que l'enseignant sera par ailleurs sollicité par ses propres élèves (qui je suppose constituent déjà un groupe bien hétérogène). A moins que ce ne soit pour à terme supprimer les ULIS école en reportant la charge des élèves sur les instits non spés et économiser ainsi des tonnes de postes :whistling:

+1, ça et donner l'illusion que les politiques font qqch pour le handicap, tout en faisant des économies....

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Goëllette a dit :

C'est un peu ça, sauf que, étape intermédiaire, on fait miroiter à leurs enseignants qu'ils puissent devenir des sortes de "maîtres formateurs spécial handicap", ce qui en appâte certains, surtout ceux qui souhaitent sortir de la classe. Mais l'intérêt des élèves, TOUS les élèves, il est très très loin !

Heureusement, tous les enseignants d'Ulis ne sont pas dans ce cas et beaucoup ont une pensée pour leurs collègues.

Je serais curieuse de savoir combien il y a d'inclusions dans les classes des enfants des promoteurs de cette brillante idée de les imposer coûte que coûte ! 

Entièrement d accord ... 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis tout a fit d'accord avec vous.

On sait très bien qu'il  y a certaines intentions derrière cette circulaire. Leur intention est d'inclure tout le monde.

Je rejoins les propos de Basern. Si on les a orienté en Ulis, c'est qu'il  y a une raison sinon on les laisse dans leur classe et on différencie.

Moi, je fonctionne à l'ancienne.

1er : ce n'est pas évident de faire des inclusions avec des classes à 30. Parfois, les collègues ont des élèves qui pourrait relever de l'ulis. On a eu une nouvelle classe, jai pu en faire quelques uns mais on la perd. Donc l'année prochaine, cela ne sera pas évident de faire des inclusions. En plus, on manque de matériels (tables et chaises). J'ai des collègues qui ont juste assez de table pour leurs élèves.

2ème. Je réfléchis au bien être de l'élève. Je ne fais pas des inclusions parce qu'un texte dit qu'il faut faire des inclusions. Si je sens que l'élève ne sera pas bien avec un autre enseignant et avec les autres, je n'inclus pas. Comme il a été dit, ce sont des élèves qui arrivent en ulis  avec une mauvaise image d'eux-même, un manque de confiance en soi. La première chose, c'est de leur rendre confiance en eux. Si on les met dans leur classe de référence, ils vont vite comprendre qu'ils n'ont pas le niveau. En ulis, on efface toutes ses différences.

J'ai été inspectée a mois de décembre. L'inspectrice voudrait m'envoyer la conseillère ASh pour "améliorer mes inclusions". Elle a aussi insinué que je devrais inclure mon élève autiste. Mon élève autiste est de 2007, sa classe de référence serait le ce2. Or il n' a pas du tout le niveau ce2, on est dans l'apprentissage de la lecture. Avec lui, on a un fonctionnement complétement différent. Qu'Est-ce qu'il irait faire dans une autre classe ? Quand j'en ai parlé au collègue de CE2 il m'a regardé :blink:. De plus, je ne veux pas lui multiplier les référents.

Ce sont des élèves qui ont besoins de repères. Avant avec la clis, on était leur maitresse, leur référent. Avec l'idée qu'ils sont dans une classe de référence et qu'ils vont avec la maitresse d'ulis pour travailler certains domaines. C'est qui leur référent ?

Ce sont mes avis, mes ressentis par rapport à cette circulaire. Je trouve qu'elle ne va pas dans le sens des élèves.

 

2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Entièrement d'accord!! J'aimerais que tu sois dans mon école Bubble...


Dans mon école qui a une CLIS depuis de longues années les intégrations se sont toujours très bien passées dans l'intérêt des élèves avec concertation des deux enseignants. Depuis, l'instit de la CLIS est parti en retraite et la jeune collègue qui arrive veut bien faire, être dans "les clous". Les enfants sont donc tous inclus dans leur classe d'âge. Elle ne demande pas aux enseignant de faire quelque chose de particulier, elle ne leur prépare pas quelque chose de particulier. Et on se retrouve notamment avec 4 enfants en CM, dont deux qui ne savent pas du tout lire. De plus nous fonctionnons beaucoup en décloisonnement, et ces enfants (tous les enfants de l'ULIS) font donc toutes les matières décloisonnées (histoire-géo - sciences - anglais - ...) dans des conditions qui ne ressemblent à rien de ce que j'ai pu connaitre auparavant: multiplicités des référents, complexités des emplois du temps, et surtout rien n'est adapté pour eux. 
Quel est le bénéfice pour les enfants? :sad::(
 


 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le texte permet encore des adaptations, il ne fixe aucune quotité horaire, il laisse à l'appréciation du coordonnateur l'organisation des inclusions. Le problème c'est le zèle de certains collègues et surtout ien/ien-ash et dasen qui ont une lecture très "inclusion à tout prix" les représentants des personnels feraient mieux de se bouger pour aider les jeunes collègues en Ulis à ne pas se laisser impressionner, c'est la même chose pour l'accueil d'un treizieme ou quatorzième élève, les Ien savent bien comment faire pression et sur qui.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ça. 

Et qui est ce fameux "coordonnateur" ? Un gars qui "mouille le maillot" au quotidien ou un "blablateur" qui exige des autres ce qu'il ne serait pas capable de supporter ?

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, Goëllette a dit :

C'est ça. 

Et qui est ce fameux "coordonnateur" ? Un gars qui "mouille le maillot" au quotidien ou un "blablateur" qui exige des autres ce qu'il ne serait pas capable de supporter ?

drôle de façon de parler du collègue enseignant coordonnateur de l'Ulis.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 pas très original....

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

on va dire une triste réalité : beaucoup d'enseignant en devenant coordonnateur ne sentent plus enseignant  et se prennent pour des IEN ect ... Vue sur le terrain comme pour certains maitre e qui pensent qu'ils font mieux que l'instit de classe et qui pensent que ces derniers les mettent en difficulté (déjà entendu). Pour moi, c'est encore donner du pouvoir à ceux qui en ont besoin ... Un enseignant reste un enseignant dans l'empathie des élèves et de ses collègues ...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, montagny a dit :

drôle de façon de parler du collègue enseignant coordonnateur de l'Ulis.

Je demande justement qui est le coordonnateur ...

Enseignant ... en exercice face à une classe complète ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Je suis tout à fait d'accord avec le fait que les inclusions doivent être faites pour le bénéfice de l'enfant et non, juste pour "obéir à une circulaire".

Pour ma part, j'enseigne dans une école situé en milieu très défavorisé. Il y a énormément d'élèves non francophones mais comme ils sont nés en France, ils n'ont pas droit aux heures d'UPE2A. A l'heure de la parabole, de plus en plus d'enfants nés en France entrent à l'école sans avoir quasiment jamais entendu un mot de français. Nos collègues de la maternelle voisine s'arrachent les cheveux tous les jours. Les élèves qui sont aujourd'hui orientés en Ulis sont en général en échec massif en lecture et en numération, la plupart du temps, ils ont été scolarisés pendant une ou plusieurs années avec une AVSI. C'est un leurre de faire croire qu'avec une orientation en ULIS école, ils vont être capables de suivre 80% de leur scolarité dans leur classe d'âge, sans AVSI et avec juste un accompagnement ponctuel par l'enseignant d'Ulis ou l'AVSCo qui doivent quand même se partager en 12...

Dans ce contexte, je me vois mal imposer mes élèves d'Ulis pour autre chose que ce qu'ils sont capables de faire sans demander une super adaptation de la part de l'enseignant qui accueille.

A la base, ils sont tous en inclusion pour : l'EPS, les Arts visuels, la Musique, mais aussi l'EMC (pour participer aux débats et en général l'enseignant leur photocopie la trace écrite) et l'anglais. Ensuite, en fonction de leurs capacités, on étend à "Questionner le monde" ou à l'Histoire, Géo, Sciences, dès qu'ils sont un peu capables de se repérer dans le temps et dans l'espace. Mes collègues jouent bien le jeu et dans chaque classe, il y a une responsabilité "Ulis", et l'enfant en question vient chercher l'élève aux moments où il doit aller en inclusion. Cela permet à mes collègues une certaine souplesse horaire et à mon élève de ne pas arriver "comme un cheveu sur la soupe" alors que la classe termine l'activité précédente. Dans ma classe, il y a plein de jeux éducatifs qu'on peut prendre en attendant qu'on vienne les chercher si besoin.

Cette année, j'ai 4 élèves qui vont en "auditeurs libres" en Sciences, Histoire et Géo en CM2. Ce sont ceux qui sont sortants en juin 2017. Auditeurs libres signifie qu'ils ne font pas les évaluations, mais ils participent aux leçons, prennent la trace écrite (la collègue photocopie si besoin) et parfois leur donne l'évaluation mais leur laisse le cahier pour la faire.

J'ai aussi un élève qui est en inclusion à 100% en CE1 depuis la rentrée de février. Il est de 2008 donc devrait être en CE2 mais il est tellement bien en CE1 qu'on préfère le laisser là. On a commencé par une inclusion en tout sauf Maths et Français parce que la lecture était encore fragile et la numération pas très solide ;-) Mais il a progressé à pas de géants et finalement on est passé à tout sauf Français à la rentrée de Noël et 100 % en février. Ma collègue a 3 groupes de niveau dans sa classe et il est maintenant dans le groupe "fort"...

L'inspectrice, quand j'ai été inspectée, ne m'a fait aucune remarque sur le pourcentage d'inclusion de mes élèves. Elle a vu qu'il y avait une vraie volonté d'inclusion au sein de l'école et je pense que c'est ce qui compte. Je vois pas mal d'enseignants d'Ulis qui se plaignent que leurs élèves soient laissés pour compte dans un coin et qu'ils ne fassent rien dans leur classe d'inclusion. Pour ma part, je préfère moins d'inclusion, mais que ce soit fait dans un climat serein.

Donc, pour répondre à la collègue qui posait la question de départ, je pense qu'il n'est jamais bon d'imposer en force et que la négociation est toujours préférable. Quand elle est possible bien sûr ;-)

Anne

ULIS école Nangis 77

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as tout dit !

Je note ton idée de responsable Ulis ... :)

Et toi, tu intègres des élèves des autres classes à certains moments ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est tout à fait ça Anne !

En général, ce sont les élèves de la classe d'inclusion qui viennent chercher l'élève quand ils sont prêts pour l'activité. Pendant ce temps, l'élève fait une activité dans la classe. Il revient quand son inclusion est finie.

Les inclusions, c'est selon leur capacité. Si la classe d'âge d'un élève est ce2, cm1 ou cm2 et qu'il n'est pas lecteur ou lecteur débutant, je l'inclus que pour l'eps. Pour la musique, on fait en général des groupes de chorale, cycle 2 et cycle 3.

Je fais des projets avec les collègues. On a mis en place un système d'ateliers avec les cp, ce1 et Ulis. On mélange tout le monde et on fait des activités ensemble. Mes grands sont mis en avant pour gérer les ateliers.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 25 minutes, Bubble a dit :

 

Je fais des projets avec les collègues. On a mis en place un système d'ateliers avec les cp, ce1 et Ulis. On mélange tout le monde et on fait des activités ensemble. Mes grands sont mis en avant pour gérer les ateliers.

C'est, je pense, la meilleure entrée dans "le monde de l'inclusion" !

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Goëllette a dit :

C'est, je pense, la meilleure entrée dans "le monde de l'inclusion" !

Je ne suis pas du tout d'accord. c'est UNE entrée dans l'inclusion, mais sûrement pas la meilleure. J'ai dans l'ULIS des élèves qui ne peuvent pas encore se fondre sereinement dans un grand groupe sans que cela ne les angoisse.

Au travail, ma priorité reste les élèves de l'ULIS. Alors, je ne mettrai pas mes collègues en difficulté pour coller à des directives, et je ne leur donnerai pas de leçons non plus. Je reste à ma place. Mais je ne mettrai pas non plus mes élèves en difficulté pour alléger les classes de mes collègues. ça n'est pas de mon ressort. Quand on postule dans une école avec ULIS, on sait que l'inclusion fait partie du travail.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas ce que j'a écrit ou alors, je me suis mal faite comprendre : je voulais écrire que faire des décloisonnements est la meilleure façon de commencer à faire des inclusions dans une école et en tous cas à convaincre ses collègues des classes banales tout en les respectant.

Je doute que des élèves ayant du mal à se fondre dans le groupe soient plus à l'aise imposés dans les classes banales que mélangés lors de décloisonnements.

Et tu les mettras forcément en difficulté en les imposant à tes collègues au milieu de leur classe complète.

Par contre, si tu acceptes de faire des échanges, tu favoriseras les relations avec eux et tu les séduiras sans doute.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, basern a dit :

Je ne suis pas du tout d'accord. c'est UNE entrée dans l'inclusion, mais sûrement pas la meilleure. J'ai dans l'ULIS des élèves qui ne peuvent pas encore se fondre sereinement dans un grand groupe sans que cela ne les angoisse.

Au travail, ma priorité reste les élèves de l'ULIS. Alors, je ne mettrai pas mes collègues en difficulté pour coller à des directives, et je ne leur donnerai pas de leçons non plus. Je reste à ma place. Mais je ne mettrai pas non plus mes élèves en difficulté pour alléger les classes de mes collègues. ça n'est pas de mon ressort. Quand on postule dans une école avec ULIS, on sait que l'inclusion fait partie du travail.

Cela devrait être la norme. Mais souvent, ce n'est pas une école avec une Ulis mais l'école et une Ulis. Je le ressens avec certains collègue : c'est l'école et l'Ulis.

Ma priorité reste mes élèves. Je ne les mettrai pas en échec ou en angoisse dans une autre classe parce qu'il faut le faire.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien souvent, l'école existe avant l'Ulis ...

Il faut arrêter de tout mettre en oeuvre pour que l'inclusion ressemble à une punition pour les collègues des classes banales.

 

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Goëllette a dit :

Je doute que des élèves ayant du mal à se fondre dans le groupe soient plus à l'aise imposés dans les classes banales que mélangés lors de décloisonnements.

Et tu les mettras forcément en difficulté en les imposant à tes collègues au milieu de leur classe complète.

Ces élèves, justement, je ne les inclus jamais en classe ordinaire sans avoir vraiment réfléchi à la meilleure façon de le faire, pour eux comme pour les collègues. Et cela donne, par exemple : inclusion sur un cycle patinoire, avec 2 autres enfants de l'ulis, et l'avs-co, ou en EPS, ou en chant, avec une reprise des chants en ULIS pour qu'ils ne soient pas à la traine.

lors des échanges avec les collègues, on évalue au fur et à mesure, et je tiens compte de leurs remarques. Elles sont également attentives par ce que je leur dit de l'enfant et de son fonctionnement dans ma classe (qui pour moi, circulaire ou pas, reste une classe).

Après si on veut mettre à mal des dispositifs couteux (ULIS, RASED...) et bien, c'est facile : on n'envoie personne en formation, on place de nouveaux profs sur ces postes, sans formations, sans accompagnement. On les laisse faire des c.... et ensuite, ça énerve tout le monde, et on se dit que les P.E spécialisés seraient mieux devant une classe de 30, comme tout le monde... Après, il ne faudra pas s'étonner de devoir encore plus différencier dans les classes, et de voir des élèves et des profs en souffrance.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le but est, de toutes façons, de refiler les élèves dans les classes banales, mais la véritable raison est que ça coûte bien moins cher.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Goëllette a dit :

Le but est, de toutes façons, de refiler les élèves dans les classes banales, mais la véritable raison est que ça coûte bien moins cher.

...

il est plus "lourd" pour moi au niveau administratif et coordination d'inclure que de garder les élèves dans ma classe. Mais, quand je pense que c'est profitable aux élèves, j'inclus... et je crois que je suis chanceuse, mes collègues ne s'en plaignent pas, et m'annoncent de plus en plus souvent, sans que je le demande, ce qu'elle prévoit à chaque période dans les domaines d'inclusions définis en première période, afin de voir si cela peut ou pas être bénéfique aux élèves de l'ULIS.

Je les remercie régulièrement, mais je crois que je vais le faire encore plus souvent !

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 32 minutes, Goëllette a dit :

Le but est, de toutes façons, de refiler les élèves dans les classes banales, mais la véritable raison est que ça coûte bien moins cher.

+1

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, basern a dit :

...

il est plus "lourd" pour moi au niveau administratif et coordination d'inclure que de garder les élèves dans ma classe. Mais, quand je pense que c'est profitable aux élèves, j'inclus... et je crois que je suis chanceuse, mes collègues ne s'en plaignent pas, et m'annoncent de plus en plus souvent, sans que je le demande, ce qu'elle prévoit à chaque période dans les domaines d'inclusions définis en première période, afin de voir si cela peut ou pas être bénéfique aux élèves de l'ULIS.

Je les remercie régulièrement, mais je crois que je vais le faire encore plus souvent !

+12 (...)

 

Merci basern, bubble, ,anne HL

Il existe beaucoup d'écoles (dont la mienne) dans lesquelles les inclusions se passent très bien (avec des hauts et des bas), avec sérénité, souplesse, intelligence, et bienveillance réciproque, il existe beaucoup de PE, spécialisés ou pas, qui ont compris comment faire de cette contrainte un atout. ça implique un peu de considération pour les situations d'autrui, et une absence de préjugés et d'aigreur (quant au discours de mépris...). Pourtant je ne pense pas qu'il soit toujours possible de réussir.

Aucun modèle ne peut être plaqué tant les réalités sont différentes d'une école à l'autre (nombre de classes, d'élèves par classes, rep ou pas, type de handicap, gravité des troubles du comportement, implication des services de soin, aménagement des rythmes, implication de la municipalité, des directeurs, turnover des collègues, des ien, historicité....)

Bien évidemment, les textes vont dans le sens d'un "tout inclusif" dans un but d'économie, mais ils permettent encore de la souplesse.

Je rappelle qu'il n'est pas obligatoire de demander au mouvement une école avec une Ulis (pas plus que d'y rester lorsqu'une Ulis s'y installe), que bon nombre de ces super postes ou en fout pas une en regardant les copains mouiller le maillot sont vacants, il ne tient qu'à ceux qui estiment qu'il savent mieux que les autres de nous montrer comment il s'y prennent.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, basern a dit :

...

il est plus "lourd" pour moi au niveau administratif et coordination d'inclure que de garder les élèves dans ma classe. Mais, quand je pense que c'est profitable aux élèves, j'inclus... et je crois que je suis chanceuse, mes collègues ne s'en plaignent pas, et m'annoncent de plus en plus souvent, sans que je le demande, ce qu'elle prévoit à chaque période dans les domaines d'inclusions définis en première période, afin de voir si cela peut ou pas être bénéfique aux élèves de l'ULIS.

Je les remercie régulièrement, mais je crois que je vais le faire encore plus souvent !

Je t'y encourage, car c'est un bon moyen de les motiver

Alors imagine pour les collègues des classes banales !

Signé : Goëllette, qui n'a pas attendu qu'il y ait une circulaire pour intégrer des élèves d'Ulis dans ses classes et de travailler avec leurs enseignants, ce qui ne l'empêche pas d'être très circonspecte devant l'évolution actuelle ...

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.