• Annonces

    • André Jorge

      APPEL A CONTRIBUTION   07/08/2017

      Bonjour. La dernière mise à jour du site a nécessité plusieurs heures de travail et, même s'il y a encore quelques bugs à régler, c'est avec plaisir que nous vous proposons cette nouvelle version d'EDP. L' existence et l'évolution du site EDP ne reposent pas que sur le travail (bénévole) de l'administrateur et des modérateurs, mais aussi sur la participation des membres du site. Si vous appréciez le site EDP, il importe que vous nous aidiez à le faire vivre, en participant aux échanges et en proposant du contenu à destination des autres membres dans les différentes rubriques : -Participez aux sujets de discussion dans les forums : Vous pouvez participer aux discussions, poster de nouveaux sujets, et enrichir les échanges de vos contributions, tout en veillant à respecter l'organisation et le fonctionnement du site. -Publiez dans l'espace de téléchargements : Les fiches, documents que vous réalisez peuvent être publiées dans les différentes rubriques de l'espace de téléchargements et pourront ainsi être facilement retrouvées. -Publiez des liens dans l'annuaire : Les liens que vous trouverez utiles peuvent être regroupés dans l'annuaire. Pendant ces dernières vacances, l'annuaire a fait l'objet d'une réorganisation et de mises jour qui l'ont rendu plus attractif et efficace. -Publiez des articles dans le module Pages : Vous pouvez publier des articles concernant l'école, le CRPE, l'éducation, dans la rubriques Pages. Cette rubrique a également fait l'objet d'une réorganisation et un nouveau menu a été créé pour faciliter la navigation. -Publiez des photographies, des vidéos, dans la galerie : La galerie a également été réorganisée. Les photographies des réalisations de vos élèves peuvent y être publiés.   Et sur les réseaux sociaux ? EDP se doit d'être présent sur les réseaux sociaux. Nous avons donc un espace : sur Facebook : https://www.facebook.com/Enseignants-du-primaire-158258504749259/. sur Twitter : https://twitter.com/ensduprim. Pour nous aider, vous pouvez vous abonner ou nous suivre sur les réseaux sociaux et partager nos publications.   Merci de votre soutien.
    • André Jorge

      ORTHOGRAPHE ET PUBLICATION SUR EDP   09/09/2017

      EDP est un site dédié au monde de l'enseignement, de l'instruction et de l'éducation. Veillez donc à toujours : écrire un français correct et compréhensible par tous, relire vos messages et corriger vos éventuelles fautes d'orthographe, avant de publier. Par ailleurs, vous êtes tenu de : ne pas abuser de MAJUSCULES, de textes illisibles tant par la taille que la couleur, de répétitions exagérées de caractères et/ou de mots, ainsi que des images et smilies. ne pas abuser des abréviations. bannir les styles "télégraphiques", "texto" ou "chat" (c, fo, po, bcp, pr, dc, ds,...) qui ne sont pas autorisés sur le forum ! Enfin, n'oubliez pas les accents, les apostrophes, les majuscules, qui ne sont pas optionnels ! Merci de votre compréhension.
nonau

Directeurs d'école seront-ils placés sous la tutelle des mairies?

Messages recommandés

Frédo45
il y a 43 minutes, montagny a dit :

je n'ai jamais parlé de compétences mais de responsabilités. Les dirlos ont plus de responsabilités que les adjoints ; un exemple, c'est le directeur qui autorise au non une sortie à un adjoint après avoir fait les vérifications usuelles ; le directeur organise le service de surveillance ; le directeur répartit les moyens et les enfants....voir le référentiel pour la suite.

On peut très bien travaillé en équipe avec un responsable ; donner tous les outils au responsable me paraît nécessaire.

Pour l'autorisation de sortie, OK. Mais c'est de l'administratif. A moins que tu aies déjà vu un directeur refuser une sortie qui souvent a été évoqué et validé en conseil des maîtres... Le service de surveillance en général se décide de façon collective, à moins que, dans ton école, tu imposes le service de surveillance et que ce soit "comme ça et pas autrement" ! Les répartitions, c'est toujours mieux quand c'est fait collégialement (d'ailleurs, le référentiel est assez explicite : "après avis du conseil des maîtres). En gros, on peut agir de deux façons : soit de manière pyramidale en imposant, soit collégialement. Si tu es dans la 2ème voie, dès lors, toutes ces "responsabilités" sont nettement moins pesantes. Je te donne un exemple : dans mon école, on envisage l'an prochain de faire un CE2/CM2 et un CE1/CM1 plutôt qu'un CE2/CM1 et un CM1/CM2. Ce sont les enseignants concernés qui en ont discuté ensemble avant d'en parler au directeur qui ne s'y opposera pas.

Maintenant, il semble que pour toi, le statut est un outil indispensable. Moi je considère que c'est un outil dangereux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny

Dans mon école, les adjoints proposent et en cas de non accord ou de différents le directeur tranche ; c'est cela que veut dire après avis du conseil des maîtres.

Pour les répartitions ou  les surveillances, cela évite parfois que le nouveau se tape tous les cas ou bien toutes les inclusions ou bien les services galères et même les 2. Je suis d"accord que tout roule quand tout se fait en bonne intelligence mais ce n'est pas toujours le cas ; voir les nombreux posts sur ce site.

il y a 27 minutes, ColdTurkey a dit :

Sans directeur, l'adjoint serait seul responsable

oui mais l'école et l'institution a besoin d'un responsable et c'est comme cela dans toute la société : entreprise, administration, association, club sportif...je ne vois pas comment l'école pourrait y échapper ; l'école n'est pas un système à part mais si certains le désirent ou le fantasment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 40 minutes, ColdTurkey a dit :

Le directeur autorise une sortie. Oui, et alors ? Sans directeur, l'adjoint serait seul responsable. Avec un directeur, ils sont deux, le principal restant l'adjoint.

Le directeur organise le service de surveillance. Pourquoi ? C'est un échange entre adjoints qui s'arrangent pour remplir le service en fonction des contraintes de chacun.

Le directeur répartit les moyens et les enfants. Chez nous, ce sont les adjoints qui répartissent les élèves car ce sont les seuls à réellement les connaître. Quant aux moyens, ce sont des échanges en fonction des projets.

Après, oui, j'ai connu des directeurs qui fonctionnaient sans rien demander à leurs adjoints et imposaient tout cela. Les copains du directeur étaient satisfaits, les autres ne restaient pas. 

 

 

J'ai connu ce genre de directeur. J'ai aussi connu des adjoints qui se plaisaient à enquiquiner le directeur pour le plaisir. Des têtes à claque, on en trouve dans toutes les professions et à tous les niveaux. Et je suis d'accord avec Montagny (c'est pas souvent, mais sans animosité aucune, hein) sur le fait que non, tout le monde ne bosse pas toujours en bonne intelligence.

Alors pour tout ce qui est répartitions des élèves, des moyens d'enseignement, surveillance des récréations, évidemment que tout doit se faire avec le consensus le plus large possible au sein de l'équipe. Et ce n'est donc que ça, la direction d'école ?

N'empêche, qui se fera taper sur les doigts en cas de pépin ? Qui devra faire le dos rond, faire de grosses concessions auprès de l'IEN dans ces cas-là ?

En cas de désaccord voire de conflit avec un élu (de plus en plus fréquents grâce à l'arrivée des sacro-saints nouveaux rythmes), qui va devoir prendre sur soi pour garder malgré tout le dialogue possible, et ce quoi qu'il entende ?

Qui va arrondir les angles avec une méga ponceuse pour désamorcer un conflit entre deux collègues qui ont décidé de s'écharper à la moindre occasion ?

Qui va devoir calmer les esprits quand une famille a décidé pour telle ou telle raison de s'en prendre à un ou une collègue ? Et comment intervenir dans ce cas pour que personne ne se sente lésé ?

Pour supporter et mener à bien ce genre de situation, il faut non seulement avoir les nerfs solides mais aussi des compétences de communication, de négociation. Et tout le monde ne les a pas.

Alors j'assume et je répète : oui, il faut certaines compétences bien précises pour être directeur aujourd'hui selon moi. Je ne dis pas que ça m'enchante mais l'évolution du métier nous y a entraînés. Aujourd'hui certains gèrent naturellement et tant mieux, mais d'autres non. Pour eux, la direction, c'est la porte ouverte au burn out.

Il n'y a aucun fantasme de prise de pouvoir, d'emprise ou je ne sais quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ColdTurkey

Nao, je prenais les trois points qui étaient donnés en exemples par Montagny.
Mais il est évident que le directeur fait un travail particulier. 
Après sur pas mal de point, l'équipe peut jouer un rôle elle-aussi. C'est vrai que cela dépend de l'équipe !

Maintenant, oui, tout a été fait pour que ce métier dérive et pour augmenter les charges sur les directeurs. C'est une volonté pour obtenir ce à quoi on veut arriver.
Au fil des ans, le fameux maître-directeur refusé dans les années 80 est devenu une nécessité car tout a été fait pour que ce soit le cas.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
à l’instant, ColdTurkey a dit :

Nao, je prenais les trois points qui étaient donnés en exemples par Montagny.
Mais il est évident que le directeur fait un travail particulier. 
Après sur pas mal de point, l'équipe peut jouer un rôle elle-aussi. C'est vrai que cela dépend de l'équipe !

Maintenant, oui, tout a été fait pour que ce métier dérive et pour augmenter les charges sur les directeurs. C'est une volonté pour obtenir ce à quoi on veut arriver.
Au fil des ans, le fameux maître-directeur refusé dans les années 80 est devenu une nécessité car tout a été fait pour que ce soit le cas.

 

On est dos au mur, c'est certain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ColdTurkey

Peut-être faudrait-il songer à construire autrement ?

Mais il y a beaucoup de travail et je ne suis pas sûr que ne soyons tous en accord sur les plan de la bâtisse !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
Posté(e) (modifié)
il y a 25 minutes, ColdTurkey a dit :

Peut-être faudrait-il songer à construire autrement ?

Mais il y a beaucoup de travail et je ne suis pas sûr que ne soyons tous en accord sur les plan de la bâtisse !

Qu'entends-tu par autrement ? Au niveau de la dynamique dans chaque école ?

Moi je serais tout à fait pour un vrai fonctionnement collégial mais ça me parait impossible vu la tournure que les choses ont prises depuis 10 ans. Si chaque adjoint avait sa part de responsabilité, siégeant au même titre qu'un autre en CE par exemple, chacun se sentirait plus responsable et peut être plus encouragé. C'est dingue, c'est que l'on prêche souvent dans nos classes, non ?

Modifié par Nao

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
abel27

Ce que je constate encore une fois, c'est que le statut est voulu pour décider au niveau des collègues.

Pas de statut qui permette d'avoir un poids conséquent au niveau des parents ni des mairies ?

Et pourtant, certaines mairies se foutent clairement de notre gueule (tellement d'exemples à gerber ces dernières années) et aucun soutien de la hiérarchie, voir un accord pour fermer des classes (économies pour tout le monde).

Parce que les problèmes, franchement, ils sont pas tant du côté des collègues que des mairies et des parents...

Et je continue à dire ce que j'ai toujours dit ici, c'est que si les iens faisaient leur boulot en remettant dans le droit chemin les instits défaillants au lieu de fermer les yeux et de laisser les équipes se débrouiller, les directeurs n'en seraient pas à réclamer un statut qui leur permettraient de "manager" leurs collègues. A se demander si ça n'a pas été voulu finalement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 41 minutes, abel27 a dit :

Ce que je constate encore une fois, c'est que le statut est voulu pour décider au niveau des collègues.  Ai-je écris cela ?

Pas de statut qui permette d'avoir un poids conséquent au niveau des parents ni des mairies ? ce serait déjà une question de bon sens de donner du poids à tous, adjoints comme dirlos.

Et pourtant, certaines mairies se foutent clairement de notre gueule (tellement d'exemples à gerber ces dernières années) et aucun soutien de la hiérarchie, voir un accord pour fermer des classes (économies pour tout le monde). Je ne le sais que trop bien malheureusement.

Parce que les problèmes, franchement, ils sont pas tant du côté des collègues que des mairies et des parents...

Et je continue à dire ce que j'ai toujours dit ici, c'est que si les iens faisaient leur boulot en remettant dans le droit chemin les instits défaillants au lieu de fermer les yeux et de laisser les équipes se débrouiller, les directeurs n'en seraient pas à réclamer un statut qui leur permettraient de "manager" leurs collègues. A se demander si ça n'a pas été voulu finalement...

Et si les secrétaires de circo étaient suffisamment nombreuses, les taches de dirlos seraient nettement revue à la baisse. Et les CPC feraient un vrai boulot de conseil, car aujourd'hui très peu d'entre eux ne remplissent que les missions énumérées sur leur fiche de poste. Le système a tellement été détourné qu’aujourd’hui tout le monde fait plus de boulot qu'il ne le devrait.

Abel27, tiens-tu toi aussi à mettre chaque intervention différente de la tienne dans la boite "collègue tyrannique" ? Quand une décision ne débouche pas sur un consensus, qui doit trancher ? Il faut bien quelqu'un tout de même, on ne va pas faire venir l'IEN au moindre pet de travers.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
abel27
Il y a 1 heure, Nao a dit :

Et si les secrétaires de circo étaient suffisamment nombreuses, les taches de dirlos seraient nettement revue à la baisse. Et les CPC feraient un vrai boulot de conseil, car aujourd'hui très peu d'entre eux ne remplissent que les missions énumérées sur leur fiche de poste. Le système a tellement été détourné qu’aujourd’hui tout le monde fait plus de boulot qu'il ne le devrait.

Abel27, tiens-tu toi aussi à mettre chaque intervention différente de la tienne dans la boite "collègue tyrannique" ? Quand une décision ne débouche pas sur un consensus, qui doit trancher ? Il faut bien quelqu'un tout de même, on ne va pas faire venir l'IEN au moindre pet de travers.

 

On ne parle pas de pets de travers, là. Mais de gros dysfonctionnements dans lesquels l'ien n'a pas fait son boulot.

Je n'ai aucun problème à respecter l'avis du directeur pour trancher en cas de répartition une fois que le conseil des maîtres a été fait. Mais on sait très bien qu'un collègue qui ne va pas, le directeur ne suffit pas.

Après, j'ai plus de problème à accepter qu'un directeur m'engage dans certaines choses qui demande du temps sans mon consentement (avec le dernier, on aurait du se porter volontaires pour toutes les lubies de l'ien, ben, j'ai autre chose à faire, genre une classe à faire tourner) ou nous impose des choses sur nos façons d'évaluer que l'on a construit avec les collègues de cycle.

Je veux qu'il y ait la phase de discussion avant entre collègues et pas une décision sans concertation du directeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 11 minutes, abel27 a dit :

On ne parle pas de pets de travers, là. Mais de gros dysfonctionnements dans lesquels l'ien n'a pas fait son boulot.

Je n'ai aucun problème à respecter l'avis du directeur pour trancher en cas de répartition une fois que le conseil des maîtres a été fait. Mais on sait très bien qu'un collègue qui ne va pas, le directeur ne suffit pas.

Après, j'ai plus de problème à accepter qu'un directeur m'engage dans certaines choses qui demande du temps sans mon consentement (avec le dernier, on aurait du se porter volontaires pour toutes les lubies de l'ien, ben, j'ai autre chose à faire, genre une classe à faire tourner) ou nous impose des choses sur nos façons d'évaluer que l'on a construit avec les collègues de cycle.

Je veux qu'il y ait la phase de discussion avant entre collègues et pas une décision sans concertation du directeur.

Ah mais là je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors naïvement (bêtement ?) je me dis qu'un recrutement de directeur sur statut imposera que chaque dirlo recruté soit observé plus attentivement qu'actuellement. Parce que justement l'individu chefaillon, qui veut être dirlo pour assouvir un besoin d'autorité, devrait être écarté.

Et surtout un mini chef d'établissement doit maîtriser les rudiments du management ! Il faut une formation car le bon sens et même la bonne volonté ne suffisent pas toujours.

  • Savoir écouter et prendre en compte l'avis de chacun , c'est une compétence voire une attitude qui s'apprend,
  • Apporter des propositions qui peuvent contenter tous les desiderata ou un maximum d'entre elles c'est aussi une compétence....
  • Savoir piocher dans les points forts de chaque adjoint c'est encore une compétence.
  • Ne serait-ce que l'idée de faire tout cela, c'est un savoir que tout le monde ne maîtrise pas !

Un statut, c'est aussi une officialisation de ces compétences et, si la situation maille, le dirlo peut aussi faire valoir que sur celles-ci, il n'a pas été formé.

Je tiens quand même à citer une anecdote. Il y a une dizaine d'années, ma mère (hors EN) a bénéficié d'une formation sur les différents types de management envisageables dans la fonction publique. C'était une formation qui regroupait tout un tas de gens et notamment quelques IEN. Ceux-ci reçoivent cette formation alors que franchement, je ne vois pas vraiment à quel moment ils la mettent en pratique (on ne les voit quasiment jamais chez nous, pas quand on en a besoin du moins). Et c'est par avec une équipe de deux ou trois collègues que ça va leur être utile. Mais leur statut leur donne droit à ça.

J'imagine qu'un directeur sur statut pourrait prétendre à ce genre de truc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
abel27

On tend plutôt vers le recrutement inverse ces dernières années, aussi bien du côté iens que directeurs avec une bascule vers des chefs sans bienveillance en remplacement des collègues et supérieurs dans l'écoute et le conseil.

Pour ce qui est de la formation, je dirais que c'est comme pour tout dans l'en. L'anglais, paf, habilitation dans une pochette magique, informatique, on saupoudre de magistère, nouveaux programmes, téléchargez-les sur internet et imprimez-les à vos frais, intégration des enfants à besoins particuliers, système D... Alors évidemment que la formation des directeurs est dans le même genre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 43 minutes, abel27 a dit :

On tend plutôt vers le recrutement inverse ces dernières années, aussi bien du côté iens que directeurs avec une bascule vers des chefs sans bienveillance en remplacement des collègues et supérieurs dans l'écoute et le conseil.

Pour ce qui est de la formation, je dirais que c'est comme pour tout dans l'en. L'anglais, paf, habilitation dans une pochette magique, informatique, on saupoudre de magistère, nouveaux programmes, téléchargez-les sur internet et imprimez-les à vos frais, intégration des enfants à besoins particuliers, système D... Alors évidemment que la formation des directeurs est dans le même genre.

Pour l'instant c'est bien vrai. Mais dans l'avenir, on ne sait jamais. Soyons optimistes, que diable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bidulbuk
Il y a 3 heures, Nao a dit :

 

  • Savoir écouter et prendre en compte l'avis de chacun , c'est une compétence voire une attitude qui s'apprend,
  • Apporter des propositions qui peuvent contenter tous les desiderata ou un maximum d'entre elles c'est aussi une compétence....
  • Savoir piocher dans les points forts de chaque adjoint c'est encore une compétence.
  • Ne serait-ce que l'idée de faire tout cela, c'est un savoir que tout le monde ne maîtrise pas !

J'ajouterais 2 compétences de communication qui touchent également au domaine managérial et qui me semblent centrales :

- savoir gérer les multiples conflits (cela est très loin d'être donné à tout le monde.) et son corollaire : avoir les épaules larges...

- représenter l'école et l'institution dans toutes les relations extérieures de l'école. Etre une interface quoi, souvent entre le marteau et l'enclume. Et ça, cela nécessite également de nombreuses compétences (négociation, aisance relationnelle, maîtrise des protocoles et autres usages)... qu'on n'a pas tous.

Pour ces deux raisons j'espère ne jamais être directrice. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 35 minutes, bidulbuk a dit :

J'ajouterais 2 compétences de communication qui touchent également au domaine managérial et qui me semblent centrales :

- savoir gérer les multiples conflits (cela est très loin d'être donné à tout le monde.) et son corollaire : avoir les épaules larges...

- représenter l'école et l'institution dans toutes les relations extérieures de l'école. Etre une interface quoi, souvent entre le marteau et l'enclume. Et ça, cela nécessite également de nombreuses compétences (négociation, aisance relationnelle, maîtrise des protocoles et autres usages)... qu'on n'a pas tous.

Pour ces deux raisons j'espère ne jamais être directrice. 

En plus de ces compétences, il faut souvent avoir sous le coude quelques cachets de stilnox ou autre car effectivement, les épaules larges ne suffisent pas toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bidulbuk
il y a 19 minutes, Nao a dit :

En plus de ces compétences, il faut souvent avoir sous le coude quelques cachets de stilnox ou autre car effectivement, les épaules larges ne suffisent pas toujours.

Voilà !! :heat::) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédo45
Le 16/03/2017 à 14:44, Nao a dit :

Ah mais là je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors naïvement (bêtement ?) je me dis qu'un recrutement de directeur sur statut imposera que chaque dirlo recruté soit observé plus attentivement qu'actuellement. Parce que justement l'individu chefaillon, qui veut être dirlo pour assouvir un besoin d'autorité, devrait être écarté.

Et surtout un mini chef d'établissement doit maîtriser les rudiments du management ! Il faut une formation car le bon sens et même la bonne volonté ne suffisent pas toujours.

  • Savoir écouter et prendre en compte l'avis de chacun , c'est une compétence voire une attitude qui s'apprend,
  • Apporter des propositions qui peuvent contenter tous les desiderata ou un maximum d'entre elles c'est aussi une compétence....
  • Savoir piocher dans les points forts de chaque adjoint c'est encore une compétence.
  • Ne serait-ce que l'idée de faire tout cela, c'est un savoir que tout le monde ne maîtrise pas !

Un statut, c'est aussi une officialisation de ces compétences et, si la situation maille, le dirlo peut aussi faire valoir que sur celles-ci, il n'a pas été formé.

Je tiens quand même à citer une anecdote. Il y a une dizaine d'années, ma mère (hors EN) a bénéficié d'une formation sur les différents types de management envisageables dans la fonction publique. C'était une formation qui regroupait tout un tas de gens et notamment quelques IEN. Ceux-ci reçoivent cette formation alors que franchement, je ne vois pas vraiment à quel moment ils la mettent en pratique (on ne les voit quasiment jamais chez nous, pas quand on en a besoin du moins). Et c'est par avec une équipe de deux ou trois collègues que ça va leur être utile. Mais leur statut leur donne droit à ça.

J'imagine qu'un directeur sur statut pourrait prétendre à ce genre de truc.

C'est évident que les adjoints ne sont pas capables de le faire. Mais en fait, vous vous auto-congratulez ! Vous seriez plus beaux, plus forts ? Ca en devient ridicule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 27 minutes, Frédo45 a dit :

C'est évident que les adjoints ne sont pas capables de le faire. Mais en fait, vous vous auto-congratulez ! Vous seriez plus beaux, plus forts ? Ca en devient ridicule.

Il faut bien être le ridicule de quelqu'un, j'aime autant être le vôtre ! J'essaie d'argumenter, vous répondez par l'humiliation. C'est sûr, de cette façon vous convaincrez un monde fou.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny

à propos la communication du snuipp sur la direction dans son livre de revendications...

on sent la bête snuipp à bout de souffle.

ça eu fonctionné il y a  50 ans mais aujourd'hui c'est inopérant compte tenu de l'évolution du métier.

le fond du problème c'est que eux n'ont pas évolué et ne souhaitent surtout pas que notre métier évolue. C'est le fond de commerce de ces syndicats anachroniques, faut pas que ça change, c'était mieux avant et nous on veut continuer à avoir nos décharges syndicales.
 
"Si demain matin il y a un directeur hiérarchique dans l'école"............On dirait presque que l'hypothèse devient crédible pour eux et qu'ils s'y résignent en disant juste que ce ne sera pas mieux. (mais pas pire).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ColdTurkey

Quand je lis le mot "management" pour parler de l'école, je pense que la dérive est importante.
Toute la fonction publique la subit et on voit les conséquences : l'hôpital, la police, la justice souffrent de ce choix.
L'EN était un endroit où cette notion trouvait encore un peu de résistance, mais plus pour longtemps.
L'école doit devenir une entreprise productiviste comme une autre. 
C'est moderne pour certains "réformistes". 
Non, ce n'est que libéral et ces fameux pays libéraux, Angleterre et USA, qui tirent dans cette direction nous montrent depuis longtemps que c'est mauvais pour la majorité des élèves. Mais cela correspond bien au courant actuellement majoritaire qui ne compte plus sur l'intelligence des gens mais bien sur la rigidité et la fermeté absolument indispensables pour gérer les masses mal pensantes.
Quant aux évolutions de nos métiers, elles ne sont que le reflet de ces choix politiques autorisés par une absence d'opposition.
Nous allons vers des sociétés de plus en plus autoritaires, et tout est fait pour que cela semble être notre choix.

Ce n'est pas le mien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
montagny

La management n'est pas une dérive productiviste ; ça c'est l'image que tu en as. Si tu regardes les diverses définitions, le but est d'atteindre ses objectifs.

Et dénigrer le management est le reflet de la déconnexion du système éducatif avec la réalité. je me répète mais ça eu fonctionné il y a  50 ans mais aujourd'hui c'est inopérant compte tenu de l'évolution du métier.

Le management est une discipline relativement récente qui se confond avec la gestion d'entreprise. Il a pour vocation la planification, l'organisation, la direction et le contrôle d'une organisation afin qu'elle atteigne ses objectifs.

Ensemble des techniques de direction, d'organisation et de gestion de l'entreprise.

 

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ColdTurkey

Non, mais j'ai bien compris ce qu'est la management. Et je connais ses effets même dans le milieu éducatif.
C'est un choix, une direction politique.
Je le trouve particulièrement néfaste dans notre métier et dans l'ensemble des métiers cités (Médecine, Police, Justice).
L'évolution des métiers est un choix politique. D'autres choix peuvent être faits, mais ce sont aussi d'autres priorités et un autre choix de société.
Mais je reconnais que beaucoup des combats menés il y a 50 ans sont maintenant mis à l'index sous un prétexte de modernité.

Faire de l'école une entreprise n'a rien de moderne.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 45 minutes, ColdTurkey a dit :

Non, mais j'ai bien compris ce qu'est la management. Et je connais ses effets même dans le milieu éducatif.
C'est un choix, une direction politique.
Je le trouve particulièrement néfaste dans notre métier et dans l'ensemble des métiers cités (Médecine, Police, Justice).
L'évolution des métiers est un choix politique. D'autres choix peuvent être faits, mais ce sont aussi d'autres priorités et un autre choix de société.
Mais je reconnais que beaucoup des combats menés il y a 50 ans sont maintenant mis à l'index sous un prétexte de modernité.

Faire de l'école une entreprise n'a rien de moderne.
 

Tout dépend du type de management. Un management peut tout à fait fonctionner de façon collégiale, participative, dans l'absolu.

Je vois mal comment faire autrement aujourd'hui. Il y a trop de dossiers en cours dans chaque équipe (USEP, Projets artistiques, rencontres inter écoles, interventions diverses, exercices PPMS divers, mise en route du LSU, poursuite des outils communs, élaboration de nouveaux, chorales de cycle / d'école, sorties culturelles et sportives). Si chaque adjoint avait véritablement un dossier en charge, ça pourrait marcher, peut être se sentirait on moins débordés au quotidien.

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau
Il y a 1 heure, montagny a dit :

La management n'est pas une dérive productiviste ; ça c'est l'image que tu en as. Si tu regardes les diverses définitions, le but est d'atteindre ses objectifs.

Et dénigrer le management est le reflet de la déconnexion du système éducatif avec la réalité. je me répète mais ça eu fonctionné il y a  50 ans mais aujourd'hui c'est inopérant compte tenu de l'évolution du métier.

Le management est une discipline relativement récente qui se confond avec la gestion d'entreprise. Il a pour vocation la planification, l'organisation, la direction et le contrôle d'une organisation afin qu'elle atteigne ses objectifs.

Ensemble des techniques de direction, d'organisation et de gestion de l'entreprise.

 

 

Le management est particulièrement violent dans les services publics: cf les pompiers, la poste ou France Telecom...Tout le monde sait que ces techniques sont contre productives!

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
il y a 27 minutes, nonau a dit :

Le management est particulièrement violent dans les services publics: cf les pompiers, la poste ou France Telecom...Tout le monde sait que ces techniques sont contre productives!

Le management mise en place dans les services publics est souvent une façon de faire fuir les employés, de les mettre dans un tel inconfort psychologique qu'ils n'ont plus aucune prétention, ni implication. Ne doit-on pas s'impliquer dans sa mise en place chez nous afin de maîtriser les évènements, plutôt que d'attendre que ça nous tombe sur le coin du nez ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
abel27
Il y a 2 heures, Nao a dit :

Tout dépend du type de management. Un management peut tout à fait fonctionner de façon collégiale, participative, dans l'absolu.

Je vois mal comment faire autrement aujourd'hui. Il y a trop de dossiers en cours dans chaque équipe (USEP, Projets artistiques, rencontres inter écoles, interventions diverses, exercices PPMS divers, mise en route du LSU, poursuite des outils communs, élaboration de nouveaux, chorales de cycle / d'école, sorties culturelles et sportives). Si chaque adjoint avait véritablement un dossier en charge, ça pourrait marcher, peut être se sentirait on moins débordés au quotidien.

Si je monte un projet classe transplantée, je fais le dossier. Si je fais une sortie, je commande le car, j'organise la sortie. Si je rencontre une autre école, idem. Si je fais une chorale de cycle, je m'organise avec mes collègues de cycle. Si je fais des nouveaux outils communs, je le fais aussi avec mes collègues (et comme je suis souvent la plus calée en informatique, je fais la mise en page). Pour les apc, c'est souvent moi qui ait fait les mots à destination des parents pour tout le cycle (vu qu'on mélangeait les enfants) après qu'on ait fait un conseil des maîtres pour décider des groupes. Dans certaines écoles, chacun faisait la gestion et le bilan annuel de sa coop (j'ai mis 2h à comprendre comment remplir le papier mais j'y suis arrivée).

Et je ne suis qu'adjointe. J'ai bossé dans beaucoup d'écoles où les directeurs débutaient et où on pouvait s'impliquer dans la vie de l'école. Je pense même que ça fait partie de mon boulot. Si je suis capable en bidouillage informatique, ben j'en fait profiter les collègues et le directeur (j'ai tâté de base élève et de portfolio quand je n'avais pas de remplacement).

Au contraire, quand tout est trop centralisé et contrôlé, j'ai l'impression que je n'ai pas toutes les infos à ma disposition et je suis dans le flou.

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nao
Il y a 5 heures, abel27 a dit :

Si je monte un projet classe transplantée, je fais le dossier. Si je fais une sortie, je commande le car, j'organise la sortie. Si je rencontre une autre école, idem. Si je fais une chorale de cycle, je m'organise avec mes collègues de cycle. Si je fais des nouveaux outils communs, je le fais aussi avec mes collègues (et comme je suis souvent la plus calée en informatique, je fais la mise en page). Pour les apc, c'est souvent moi qui ait fait les mots à destination des parents pour tout le cycle (vu qu'on mélangeait les enfants) après qu'on ait fait un conseil des maîtres pour décider des groupes. Dans certaines écoles, chacun faisait la gestion et le bilan annuel de sa coop (j'ai mis 2h à comprendre comment remplir le papier mais j'y suis arrivée).

Et je ne suis qu'adjointe. J'ai bossé dans beaucoup d'écoles où les directeurs débutaient et où on pouvait s'impliquer dans la vie de l'école. Je pense même que ça fait partie de mon boulot. Si je suis capable en bidouillage informatique, ben j'en fait profiter les collègues et le directeur (j'ai tâté de base élève et de portfolio quand je n'avais pas de remplacement).

Au contraire, quand tout est trop centralisé et contrôlé, j'ai l'impression que je n'ai pas toutes les infos à ma disposition et je suis dans le flou.

Mais c'est ce fonctionnement qui est efficace ! tout le monde le pratique-t-il ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
abel27
Il y a 6 heures, Nao a dit :

Mais c'est ce fonctionnement qui est efficace ! tout le monde le pratique-t-il ?

Je dirais que je l'ai souvent vu dans les écoles où le directeur est peu déchargé donc une petite structure.  Et oui, chacun participait à la hauteur de ses compétences et de ses domaines de prédilection. Et je dirais que c'est aussi dans ces écoles là que je me suis le plus plu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonau

C'est aussi dans les petites structures que les enfants réussissent le mieux. C'est prouvé!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ColdTurkey
Il y a 16 heures, Nao a dit :

Il y a trop de dossiers en cours dans chaque équipe (USEP, Projets artistiques, rencontres inter écoles, interventions diverses, exercices PPMS divers, mise en route du LSU, poursuite des outils communs, élaboration de nouveaux, chorales de cycle / d'école, sorties culturelles et sportives). Si chaque adjoint avait véritablement un dossier en charge, ça pourrait marcher, peut être se sentirait on moins débordés au quotidien.

Je me souviens lorsque j'ai débuté, une bonne partie de cela existait.

Qu'est-ce qui a changé ? DOSSIER, des dossiers pour tout, de la paperasse inutile. 

Pourquoi ? Et bien justement pour montrer qu'il faut un management, qu'il est absolument nécessaire d'avoir un patron.

Quoique l'on fasse, il faut un projet. La priorité : leur apprendre à lire, écrire et compter. Mais il faut un projet d'école, un de cycle, un de classe, un d'EMC, un parcours de ci et un autre de là, et faire des PPRE pour ne rien obtenir. Sans oublier ses progressions et programmations, comme si tout cela ne pouvait déjà être faits par ailleurs (ou n'était pas déjà fait). On nous enfume avec la paperasse pour nous étouffer et nous faire croire que nous avons besoin de quelqu'un qui gère tout cela.
Prendre le temps de la réflexion permettrait déjà de demander de supprimer tous les documents inutiles, de faire faire certains à ceux qui doivent les faire (par exemple, le PPMS est dui ressort de personnes compétentes). Tout un tas de tableaux remplis par les directeurs ne devraient plus l'être si l'outil informatique était utilisé correctement.

Commençons par réformer tout ce qui est inutile et nous verrons que d'un coup la charge de travail va diminuer. Quel gain de temps que de faire des réunions où on parle de son travail et non d'un document incompréhensible à renseigner pour la veille car reçu le jour même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.