Jump to content

lecture en réseau sur la moufle à trois on a moins froid etc....


Casimir80
 Share

Recommended Posts

Alors c'est un groupement par thème et non pas une mise en réseau (qui elle, sert à résoudre un "problème" littéraire)/

Cf Catherine Tauveron, spécialiste en la matière :

"Catherine Tauveron nous propose de distinguer deux types de réseaux :

Des réseaux pour faire découvrir ou structurer le socle des références culturelles communes :

Autour des genres littéraires : mise en résonance du texte lu avec d'autres textes appartenant à la même lignée, pour saisir les normes, les variantes du genre, le degré de conformité ou d'originalité du texte lu (policiers, contes, romans autobiographiques, romans d'aventure, romans historiques… ).

Autour des symboles particulièrement vivaces dans notre imaginaire collectif (eau, feu, mur, couleurs, saisons… ) et présents dans la littérature.

Autour des mythes et légendes fondateurs de notre société et présents en filigrane dans la littérature de jeunesse (Icare, Ulysse, Jonas… )

Autour de personnages types, traités dans notre littérature comme des figures, et de l'imagerie qui les accompagne (le loup, la sorcière, le héros invincible.., le vilain pas beau)

Des réseaux pour faire identifier des singularités :

Singularité d'une reformulation (réseaux hypertextuels) qui conduit à regrouper dans le réseau le texte et son intertexte (citations explicites ou allusions, adaptations, réécritures, plagiats, parodies, détournements..). Il s'agit de mieux saisir les clins d'œil adressés au texte source (Le petit chaperon rouge, Les trois petits cochons, Le vilain petit canard… ).

Singularité d'un procédé d'écriture : permet d'aborder avec de jeunes enfants la notion de point de vue, la figure du silence, la place et le rôle du narrateur, le désordre chronologique, le schéma narratif en alternance, la structure répétitive…

Singularité d'un auteur pour peu que cet auteur ait un univers propre, permettant de regrouper dans sa production, les œuvres qui s'éclairent mutuellement (Boujon, Solotareff, Corentin, Browne, Ponti… et bien d'autres)

La connaissance de l'œuvre d'un auteur permet d'affiner la compréhension, l'interprétation de chacune de ses productions. Les histoires entendues s'inscrivent dans la mémoire ; et deviennent des références. Les enfants s'imprègnent de l'univers langagier de l'auteur, tissent une relation de connivence avec lui, comprennent qon intention d'écriture, et par là même, construisent peu à peu la notion d'auteur, si difficile à mettre en place."

Bref, après cette petite mise au point :wink: pour ton thème, tu peux choisir 1 album central (la moufle par exemple), l'utiliser pour des activités (voir le site de materalbum) et proposer les autres albums en lecture offerte.

Si tu veux faire une vraie mise en réseau, va lire ici :

http://pedagogie.ia84.ac-aix-marseille.fr/littC2/fiches_theoriques/la_lecture_en_reseau.pdf

Bon travail !

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Bonjour!

Je suis très intéressée par le lien mis par Pêle mèle car je recherche pour mes élèves TED des albums en randonnée et surtout avec des structures répétitives, sinon j'adore les albums avec par exemple un bruit, on se demande ce que c'est et en tournant la page on a la réponse. Merci d'avance!

Link to comment
Share on other sites

Deux beaux albums randonnée:

"le p'tit bonhomme des bois" et "la grosse faim de p'tit bonhomme' de Pierre Delye

Tu peux les mettre en lien avec l'histoire du "bonhomme en pain d'épices" et travailler ensuite sur le thème de l'alimentation.

Sinon, l'histoire "le gros navet" qui est aussi très intéressante.

Link to comment
Share on other sites

Merci beaucoup!

En fait j'ai déjà fait "tout en haut" et d'autres albums. Je pense faire "Le Machin" parce que ça me permettra de réinvestir le vocabulaire des vêtements et d'enrichir sur les termes "rayures", "carreaux", "pois"...Bref sur les motifs...

Je travaille ce projet avec deux enfants TED, en fait.

Je vais voir Le navet et La grosse faim de petit bonhomme que je ne connais pas.

En fait j'ai travaillé à la fois sur des albums en randonnée et des albums où il y avait par exemple un bruit (onomatopées) et les enfants devaient deviner ce qui se passait avant de tourner la page...Il ne faut pas trop de texte ou alors vraiment pas des albums longs.

Je dois avouer que ma culture maternelle est très pauvre, j'ai fait 4 années de remplacements, 15 ans de SEGPA et EREA donc je tombe dans un autre monde.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...