Aller au contenu
Eozine

03/02/12 C.A. université de Nantes / démantèlement IUFM

Messages recommandés

Eozine

Bonjour,

Je viens informer les étudiants de master dépendant de l'académie de Nantes d'un prochain conseil d'administration prévu ce vendredi 3 janvier, avant le départ du président de l'université.

Ce dernier, avant de nous quitter, souhaite finir ce qui a été commencé avec la masterisation de la formation des maîtres et vraisemblablement anticiper le démantèlement de l'IUFM ( voir projet de loi Grosperrin qui doit être discuté la semaine prochaine et qui concerne tous les futurs professeurs et plus encore : http://www.sauvonslu...php?article5270 ).

En bref, de quoi est-il question dans un premier temps ?

De discuter de l'avenir des sites de Laval et La Roche sur Yon, et par conséquent, de celui des sites universitaires du Mans, d'Angers et de Nantes, ainsi que de la remise en question de la formation des maîtres que cela implique, sûrement dès la rentrée prochaine.

Plus de précisions ici, par des formateurs de La Roche Su Yon : http://www.urban-rad...n_info&emis=134 (podcast du 31 janvier, en haut à droite - à partir de la 38ème minute)

Ce que nous craignons ?

Que le vote des changements en Pays de Loire, au delà des aberrations qu'il implique, n'influence dès ce vendredi l'examen de la loi les 8 et 9 février prochains.

je vous joins la lettre adressée aux vendéens :

Lettre ouverte des étudiants de Master 1 Enseignement du Premier Degré de la Roche-sur-Yon, Vendée. Le 31/01/2012

Nous vous interpellons aujourd’hui sur l’avenir de l’école et la formation des futurs citoyens de demain.

Depuis maintenant 2 ans, la masterisation a profondément transformé la formation des professeurs des écoles et des collèges provoquant un système élitiste et une professionnalisation insuffisante des enseignants. Cependant, malgré les injonctions paradoxales, l’IUFM s’évertue à former les professeurs de demain en répondant à la fois aux exigences universitaires et à la nécessaire professionnalisation de leurs étudiants.

Or, le 3 février prochain, le conseil d’administration de l’Université de Nantes a mis à l’ordre du jour, un projet de modification de la formation des enseignants qui entraine la dissolution des IUFM des Pays de la Loire au profit de l’augmentation des effectifs des filières universitaires.

Quelles conséquences pour l’avenir de l’école ?

Dans le meilleur des cas, les étudiants et leurs formateurs seront transférés dans des filières non choisies et pas adaptées aux besoins relatifs au métier d’enseignant.

La formation, jusqu’à présent, assurée par ces institutions spécialisées, proposera des contenus exclusivement théoriques, sans ancrage dans la réalité professionnelle. Cette évolution amènera dans les classes des enseignants sans expérience, ni sensibilité pédagogique.

D’autre part, la probabilité, si ce choix est voté, d’une disparition totale de formation pour les professeurs sur certains départements est forte. Ainsi, la fermeture des IUFM entrainera sans doute l’absence de lieu en Vendée pour les formations initiale et continue des enseignants.

Dans ce cas, le cofinancement par la Région, le Conseil Général et l’agglomération Yonnaise d’un nouveau bâtiment sur le site de La Courtaisière, à destination de l’IUFM en 2014 interroge quant à son utilisation.

Il n’est pas de notre propos de défendre le système actuel qui à bien des égards mériterait d’être repensé mais la dissolution des IUFM n’est pas la réponse appropriée car elle mettrait à mal le système scolaire, déjà fortement fragilisé. Sur du long terme, cette situation risque d’engendrer une baisse de la qualité des enseignants et le renforcement des inégalités scolaires.

Notre inquiétude est d’autant plus forte qu’une proposition de modification de la formation des Maitres par le député Jacques Grosperrin devrait être présentée au Parlement d’ici le 8 février 2012.

De ces choix politiques dépend le devenir de nos enfants.

Je pense que nous sommes nombreux à dénoncer la triple casquette dont on doit déjà s'affubler pour concilier formation professionnelle, préparation au concours et recherche, avec pour beaucoup le sentiment de manquer cruellement d'expérience "sur le terrain". Nous avons conscience de la nécessité d'une formation sérieuse et concrète et du danger que constitue l'abandon de la formation des maîtres à des filières universitaires telles que celle des "sciences de l'éducation", sans parler de leur prise en charge par des établissements privés - forcément chers et sélectifs - et de l'abandon proche du recrutement par concours. Nous ne pensions pas que les choses allaient se précipiter ainsi...

Voilà, ça commence aujourd'hui...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×