Aller au contenu
fanchon76

Quand un élève n'a pas/plus de maman, ou de papa

Messages recommandés

fanchon76

Bonjour,

Je ne sais pas trop où poster ce sujet, mais je suis bien embêtée à chaque rentrée par la présence d'enfants qui n'ont pas de papa (connu de l'enfant), ou plus de maman... En fait, mon problème est que je n'ose pas leur apprendre de chansons ou de comptines dans lesquelles on parle de papa et maman. Pour les histoires, c'est un peu pareil, même si je leur en lis, je ne me permets pas de travailler particulièrement sur un album qui parlerait beaucoup du papa et/ou de la maman... Quen pensez-vous? J'ai tort, j'imagine, de me "bloquer" pour quelques enfants, qui savent bien déjà leur "différence", mais bon... Je suis gênée de leur faire chanter une chanson parlant de papa et de maman...

Et vous?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mariew

Bonne question, je vais bien suivre le sujet... Une de mes élèves a perdu son papa en juillet, j'ai "accompagné" la famille depuis le début de la maladie, est été présente à l'enterrement, mais je ne sais pas trop comment faire en classe...

Pour la fête des pères,déjà je ne faisais plus de comptine depuis cette année, trop de papas "inexistants" ... et un cadeau pas spécial papa...

Pour les histoires, je ne pense pas changer mes habitudes... On ne va pas enlever toutes les histoires où il y a un papa... mais pas question de lire un livre où papa est le sujet principal du livre, où tout tourne autour de lui...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nicolasd.22

On ne parle plus de papa ou de maman, on ne parle plus de maladie, on ne parle plus de la mort, on ne parle plus de méchanceté, on ne parle plus de drogue...

Par contre on peut parler de livres du type pipi caca popo prout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mariew

On ne parle plus de papa ou de maman, on ne parle plus de maladie, on ne parle plus de la mort, on ne parle plus de méchanceté, on ne parle plus de drogue...

Par contre on peut parler de livres du type pipi caca popo prout.

Je n'ai pas dit ça!!!! mais bon, si on peut éviter le remuer le couteau dans la plaie d'une petite fille de 5 ans qui a déjà du mal à se remettre du décès de son papa, n'est ce pas mieux?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lulupub55

Bonjour,

Fanchon, franchement il ne faut pas s'arrêter d'en parler, tout dépend du contexte...s'il y a quelqu'un qui remplace ou pas...

Moi j'ai perdu ma soeur et mon beauf, donc mes neveux et nièces se sont retrouvés sans plus personne, et bah à l'école ils étaient quand même contents de faire des cadeaux pour le donner à leur grands parents; donc je suis contre le fait de ne plus faire de cadeaux sous pretexte qu'un enfant n'a plus de papa ou de maman, il sera tout aussi content de l'offrir à quelqu'un qui compte pour lui, c'est très important...bien sûr s'il y a un poème ou une carte, il faut veiller à écrire autre chose que papa et maman..

Voilà c'est mon avis, je ne sais pas ce que t'en pense...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clochette27

dans ma classe j'ai eu soit pas de papa

ou encore deux mamans et donc pas de papa

ou encore enfant placé en famille d'accueil (encore deux cette année)

et je n'ai pas change pour autant les choses

pour la fête des pères les autres on fait et ma petite a fait un cadeau pour chaque maman et on a même réécrit la comptine pour que cela soit adapté.

pour les enfants placés cela dépend de leur situation et je m'adapte en discutant beaucoup avec les familles d'accueil afin de prendre en compte au mieux la situation de chaque petit.

et puis les enfants comprennent vite, savent vite aussi la situation des autres et s'adaptent beaucoup plus vite que nous.

ils n'ont pas de préjugés eux !!!!! ils intégreront hélas bien trop vite ceux de leurs parents!!!

voila mon sentiment par rapport à tout cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
theangevin

On ne parle plus de papa ou de maman, on ne parle plus de maladie, on ne parle plus de la mort, on ne parle plus de méchanceté, on ne parle plus de drogue...

Par contre on peut parler de livres du type pipi caca popo prout.

Je n'ai pas dit ça!!!! mais bon, si on peut éviter le remuer le couteau dans la plaie d'une petite fille de 5 ans qui a déjà du mal à se remettre du décès de son papa, n'est ce pas mieux?

Bonjour,

je trouve que le texte de nicolasd.22 est un peu fort mais tellement vrai.

Je viens du Val de Marne et de Créteil plus précisement. Si je devais m'arrêter aux situation des familles, je ne pourrais plus rien faire en classe.

Nous avons des livres avec "papa-maman-labrador-deux frères-monospace", mais il y a aussi des livres formidables sur "papa-papa-enfant" ou "maman-enfant" ou sur n'importe quel sujet. On ne doit pas s'interdir de parler de famille monoparental, comme on ne doit pas s'interdir de parler de famille "type".

Nous sommes des enseignants et nous devons ouvrir les yeux de nos élèves sur tous les sujets, sur tous les types de familles.

En ce qui concerne les cadeaux de la fête des mères ou des pères ou de noël, arrêtez de vous prendre la tête! Proposez la fabrication de autant de cadeaux que nécessaire (un, deux, trois ou quatre), et proposez de les offrir pour la "fête des parents et des gens que l'on aime très fort". Ca passe très bien. Les enfants adorent pouvoir offrir un cadeau à leur papa(s), maman(s), tati, tonton, nounou.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fanchon76

Dans notre école depuis quelques années déjà, on ne fête plus la fête des mères, ni la fête des pères, mais on fait un cadeau pour sa famille et ceux qu'on aime.

Mon problème aujourd'hui c'est que je suis en train de rechercher une petite chanson de début d'année, et j'aime bien celle de Pakita dont le refrain est "Au revoir Papa, au revoir maman"... mais du coup j'ai peur d'en rajouter une couche tous les matins en chantant cette chanson à ceux pour qui le sujet est sensible... Je pense aussi au parent qui va entendre son enfant chanter cette chanson à longueur de temps à la maison!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clochette27

je dirai que c'est pas pire que les familles "type" qui vont l'entendre tous les jours! :ohmy:

les chansons de l'école des fois elles agacent !!!!

je plaisante bien sur!!!

je te dirai que c'est par rapport à toi ,si tu ne le sens pas ne le fait pas et trouve autre chose !!

car si tu ressens une gêne les enfants vont le sentir .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mananclair

ma petite expérience perso: mon compagnon est mort alors que mes enfants étaient pour l'un en maternelle et pour l'autre non encore scolarisé. Leurs maitresses successives m'ont toujours interrogée quant à la fabrication du cadeau de fête des pères et je leur ai toujours répondu de voir ça directement avec les intéressés. Il faut dire que le 'sujet' n'a jamais été tabou chez nous (ce n'est pas toujours le cas). Bref, ils ont toujours fabriqué leur cadeau. Je pense que le plus difficile pour eux était l’apprentissage de la récitation/ comptine qui est souvent associée à la fête des pères.

Malheureusement, on ne peut pas faire du cas par cas, faut faire avec sa sensibilité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pêlemel

J'ai pas mal réfléchi à cette question, dans ma classe, 2 élèves ont perdu leur papa très jeunes, c'est un sujet non tabou mais très sensible malgré tout. Nous avons décidé ensemble de faire un cadeau pour la fête des pères, qu'ils voulaient offrir à leur papi. Je n'ai pas fais de comptines, mais cette année peut-être en trouverai-je une qui parle d'une personne aimée ou bien la réécrire un peu.

Pour les chansons et livres, je ne m'interdis rien.

En DDM, nous avons travaillé spécifiquement sur la famille, l'arbre généalogique, etc. Je me suis angoissée, mais finalement ils ont bien compris qu'il existe des familles très différentes. Une autre petite fille de la classe vit avec sa maman et le compagnon de celle-ci qu'elle appelle papa, le sien n'existant pas dans sa vie. J'avais évidemment prévenu les parents concernés du travail qui allait se faire en classe.

Au bout de l'année je me suis rendue compte qu'il n'y avait que moi que ça angoissait, peur de blesser, tout ça. Eux le vivent au quotidien, font avec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loulou9

Moi j'ai perdu mon papa quand j'étais petite et j'ai beaucoup apprécié l'attitude de mes enseignants qui n'ont rien changé... Ma vie de petite fille était très chamboulée et l'école était mon refuge... Rien n'avait changé, j'ai retrouvé mes copines, mes instits...

En ce qui concerne la fête des mères et des pères je trouve qu'en général ça n'a rien à faire à l'école. Mes collègues font toutes quelque chose donc je fais aussi par obligation mais c'est comme noël ou Pâques...Pas vraiment

Je pense que face à ce genre d'enfants il ne faut pas avoir une attitude différente mais rester vigilant et signaler à la famille le moindre coup de blues, le moindre comportement inquiétant...

C'est comme ça que je fais dans ma classe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
julydouaih18

d'après les fiches de renseignements déjà récupérées j'ai déjà une TPS sans papa....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×