Jump to content
sophsoph

être maman et maîtresse (même école ou non)

Recommended Posts

sophsoph

Bonjour,

Ma fille va entrer à l'école à la rentrée prochaine, peut-être dans mon école. Je me pose énormément de questions...

- comment avoir des relations saines avec sa maîtresse qui va être une collègue aussi? (oser dire, ou au contraire la boucler pour le bien de tous)

- comment ne pas pousser son enfant? (ne pas refaire l'école à la maison, ne pas lui en apprendre plus, ne pas pousser encore et encore...)

- comment gérer la gêne de la collègue si gêne il y a?

- comment ne pas être gênée, nous, quand notre enfant n'est pas sage/pas attentif ou autre?

- comment gérer l'échec scolaire de son propre enfant? comment accepter un niveau moyen?

Comment faites-vous de votre côté? quelles sont les relations établies avec la maîtresse de votre enfant? quel est votre rapport à l'école quand il s'agit de votre enfant? réussissez-vous à avoir un rapport "sain" avec les apprentissages, sans prôner la surenchère?

Je lis souvent ici que tel enfant sait déjà faire ci ou ça, comme si cela mettait en valeur l'ego du parent. Est-ce qu'on n'"abîme" pas nos enfants à vouloir toujours plus? notre but n'est-il pas juste d'en faire un enfant puis un adulte heureux dans sa vie?

Merci pour vos partages d'expériences, ça me déstressera peut-être pour la rentrée...ou pas! :sweatingbullets:

Share this post


Link to post
Share on other sites
ayla

tu sais que c'est mon cas, j'avoue que ça a été plus facile parce que j'étais déjà en poste dans l'école donc j'ai pu "choisir" ses maîtresses.

après celle qu'elle a eu en PS est un cas relationnel particulier, mais comme elle me connaissait déjà un peu :closedeyes:

sinon elfie est très sage à l'école, donc pas de souci particulier; sa tendance à me coller s'est nettement améliorée :heat:

ah oui et sa maîtresse de cette année et celle de l'année prochaine ce sont des amies.

edit: pour l'échec scolaire, si tu es une ultra-stressée, même école ou pas je ne crois pas que ça change grand-chose :secret:

Share this post


Link to post
Share on other sites
bicette

Mon petit récit:

Mes 2 loulous sont dans mon école. D'un point de vue apprentissages, rien à dire, les collègues font leur job, aucun souci là-dessus, mes enfants apprécient leurs maîtresses, sont contents de venir à l'école. C'est important. Ils travaillent bien, tout roule...

Le souci c'est que mes loulous ne sont pas "sages comme des images", ils ont un peu l'impression d'être chez eux, maman tutoie les maîtresses, on se voit pas mal en dehors aussi alors ils peuvent être pénibles, "borderline" avec les règles et là, ça coince! Parce qu'on me rapportait tous leurs faits et gestes aussitôt la bêtise faite, que ce soit dans la classe, dans la cour, à la cantine...

Un jour, j'ai juste pété un câble: les 2 étaient punis, juste l'impression d'être une mauvaise mère qui sait pas tenir ses gosses: mes collègues ont enfin compris!! Maintenant, je veux être une mère comme les autres avec mot dans le cahier si digression ou discussion au portail à 16h30 si fait plus important. Et comme par hasard, ça va mieux niveau comportement!

En conclusion, dicte les règles dès le départ, c'est plus simple.

Mais ta louloute sera sûrement très sage ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Pour le sage, je n'y crois pas trop, j'ai même un peu peur qu'elle fasse le même genre de crise qu'à la maison (du genre tout balancer quand elle ne réussit pas à faire quelque chose....) :secret:

Merci Bicette pour ton témoignage. Je retiens donc: travail de cadrage dès le départ!

Share this post


Link to post
Share on other sites
kirimilia

J ai eu dans ma classe des enfants de collegues et amis. On a fixé les règles, si je puis dire, dès le départ. Je ne parlais jamais de leurs enfants aux autres collegues et si j avais quelque chose a dire, on prenait RDV comme avec n importe quel parent. Bref on avait séparé le boulot et le privé. Quand j allais chez eux, je ne disais rien pour les devoirs par exemple. Pour les livrets, pareil que pour les autres parents. Et ca c est très bien passé!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Apo

Pour le sage, je n'y crois pas trop, j'ai même un peu peur qu'elle fasse le même genre de crise qu'à la maison (du genre tout balancer quand elle ne réussit pas à faire quelque chose....) :secret:

Merci Bicette pour ton témoignage. Je retiens donc: travail de cadrage dès le départ!

La mienne relevait plus d'Attila le Hun que d'une petite fille de CP.... quand elle a débarqué dans mon école.

Et tout se passe bien:

- dès la PS, je lui disais que j'enfilais mon manteau de maitresse en franchissant le portail de l'école et que je l'enlevais aussitôt l'école finie.

- je lui rappelais aussi que j'étais sa maman, pas sa maitresse, mais qu'à l'école, j'étais la maitresse des CP/CE1, pas sa maman.

- je n'interviens jamais dans les conflits la concernant de près ou de loin dans la cour ( on est toujorus 3 ou 4 de service....)

- Si je veux parler de ma fille à son enseignant, on prend un rdv et on en parle. En cas de souci ou d'urgence, évidemment, on passe outre.

C'est aujourd'hui une petite fille épanouie. Lorsqu'elle râle sur l'école, les copines ou que sais-je, je lui rappelle qu'elle n'a qu'à le dire et je l'inscris à l'école du secteur de notre domicile... Parfois ça la tente ( surtout lors de souci avec les copines...), mais la plupart du temps, elle préfère être dans mon école. Son angoisse de séparation s'atténue aussi: elle me voit, elle voit que je vais bien, même si je ne lui prête pas attention...

Côté scolaire:

-en CP, méthode très très différente de la mienne. Je lui ai fait faire ses devoirs, ni plus, ni moins. En même temps, acune difficulté ni en lecture, ni en maths... Des soucis pour l'écriture, dus à sa vision, mais là, on a pris un peu de temps le week end et pendant les vacances et ça renre peu à peu dans l'ordre.

- en CE1: j'ai un CP pur cette année. Du coup, j'ai refilé tout mon matériel, mes affichages et mes prep à son enseignant, qui doit assurer un CE1/CE2 pour la première année. Et tout se passe bien. Je lui fait faire ses devoirs, ni plus ni moins.

Maintenant, la chouquette n'a aucune difficulté scolaire. Donc je me contente de lui donner du grain à moudre, mais pas du tout scolairement... je n'élève pas une bête à concours, mais une petite fille qui a besoin de trouver sa place et de s'y épanouir. Et c'est ce qui est en train de se passer. Encore une fois, je suis sa maman, pas son enseignante.

Par contre, en cas de refus d'apprendre ses mots, et si elle ramène une mauvaise note de sa dictée, elle connait la sanction: elle la refait à la maison, jusqu'au zéro faute (fait une fois: elle a lu ses mots 1 fois, a fait sa dictée 1 fois et hop, 0 faute.... elle n'avait juste "pas envie"). On continue l'entrainement à l'écriture, les exercices d'orthoptie tranquillement. Et on fait des tas d'autres choses!

Quant à son comportement, c'est tolérance 0 à l'école, elle est prévenue... Du coup, elle se lache un peu le soir, mais franchement, elle a grandi et ça se ressent.

Bref, j'avais très peur de la gestion de la chouquette, mais au final tout s'est fait naturellement. Et puis elle connaissait son maître avant de l'avoir comme enseignant, puisque nous covoiturons. Donc elle savait où elle mettait les pieds et tout s'est très bien passé. Elle a parfaitement compris la distinction entre vie pro et vie privée.

J'ai toujours le choix de l'inscrire dans mon école de secteur mais franchement, je n'en ai pas envie. C'est une cohabitation de rêve.

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Apo, merci pour ton témoignage très intéressant!

Apo et Ayla, vous me donnez envie! Le fait de prendre rdv et de faire comme les autres mamans, ça doit aider, tant pour la/le collègue que l'enfant qui ne se sent pas traité différemment.

Pour ce qui est de "la bête de concours" , pour reprendre les mots d'Apo, c'était surtout par rapport à des remarques lues ici. On a tendance à s'émerveiller de choses qui n'émerveillent que nous, du genre: oh, elle connaît toutes les lettres de l'alphabet à 10 mois (je caricature :wink:). Mais est-ce que ça rend nos enfants plus heureux? Je ne le pense pas.

Bon, je prends bonne note des remarques, dès que je connais mon poste, je demande une dérogation!

Share this post


Link to post
Share on other sites
sev02

Maman et maîtresse dans la même école que les garçons depuis 5 ans ( le début pour moi!)

ça simplifie énormément la vie quand même quand tout le monde a les mêmes horaires et est sur le même lieu. Je ne regrette vraiment pas. Mes garçons m'appellent maitresse et me vouvoient à l'école. Pas de favoritisme et même peut -être un peu plus dur ( pour pas qu'on dise que ce sont les fils de ...)

Hors de questions de retourner à l'école pour un cahier oublié et si des mots ne sont pas signés ( lol je le sais dès le soir puisque que c'est moi qui ait la direction)et bien c'est punition comme les autres. Ils le savent.

Le petit plus : ils ont le droit de toucher à tout le matin et après la classe s'il n'y a pas d'AP. Quand c'est AP ils vont à la garderie.

Ils font leurs devoirs en 10 minutes et c'est tout.

Pour parler de mon grand ma collègue ( amie maintenant) me parle à la photocopieuse mais ce ne sont que des anecdotes. S'il avait des difficultés nous prendrions RDV avec elle. Le petit : ça fait 4 ans qu'il est avec moi et ça y est je sature. vivement l'année prochaine! :sweatingbullets:

Conclusion : essaie , ça te facilite quand même la vie!

Share this post


Link to post
Share on other sites
marjorie

Je suis arrivée dans l'école de mes enfants quand le dernier (et 3e) était au CE2. Et il a fait son CM1-CM2 dans ma classe; sa maitresse de CE2 l'aurait gardé en CM1 si je l'avais souhaité, mais pensait qu'il serait très bien en cours double et comme tous ses copains de CM2 étaient dans ma classe, je n'ai pas voulu lui faire une vacherie...

Mon fils s'est occupé de ses devoirs tout seul pendant deux ans (je ne lui ai jamais fait travaillé une éval, certes j'avais de la chance, il capte très vite). Il m'appelait maitresse en classe, très naturellement, et cela n'a généré aucun souci avec ses camarades... qui n'étaient pas tous très faciles, mais connaître les parents m'a plutot facilité la vie. Le PE2 qui m'a remplacé lorsque je suis partie en stage pendant trois semaines n'a pas eu la vie aussi facile que moi. Mes CM2 se sont lâchés...

Sur deux ans, j'ai eu deux ou trois pleurs dans la voiture car "j'en ai marre, tu ne m'interroges jamais..." mais à part ça, c'est plutot un très bon souvenir... Et puis, c'est tellement pratique...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Apo

héhé pour la bête à concours, je réagissais plutôt à des remarque de parents d'élèves quand la chouquette était en GS (QUOI???? Vous ne lui apprenez pas à liiiiiiiiire??? C'est domaaaaaage avec un maman instit, ce serait vraiment un plus pour elle!). Mouais...

En attendant, leur bête à concours est en train d'imploser en CE2 ( ils ont réussi le saut de classe, à coup de poussage à fond).... la mienne s'éclate en CE1.

Oups là, hors sujet, je m'égare...

Sinon oui, clairement, c'est tellement pratique!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
pike

Bonjour,

Ma fille va entrer à l'école à la rentrée prochaine, peut-être dans mon école. Je me pose énormément de questions...

- comment avoir des relations saines avec sa maîtresse qui va être une collègue aussi? (oser dire, ou au contraire la boucler pour le bien de tous)

- comment ne pas pousser son enfant? (ne pas refaire l'école à la maison, ne pas lui en apprendre plus, ne pas pousser encore et encore...)

- comment gérer la gêne de la collègue si gêne il y a?

- comment ne pas être gênée, nous, quand notre enfant n'est pas sage/pas attentif ou autre?

- comment gérer l'échec scolaire de son propre enfant? comment accepter un niveau moyen?

Comment faites-vous de votre côté? quelles sont les relations établies avec la maîtresse de votre enfant? quel est votre rapport à l'école quand il s'agit de votre enfant? réussissez-vous à avoir un rapport "sain" avec les apprentissages, sans prôner la surenchère?

Je lis souvent ici que tel enfant sait déjà faire ci ou ça, comme si cela mettait en valeur l'ego du parent. Est-ce qu'on n'"abîme" pas nos enfants à vouloir toujours plus? notre but n'est-il pas juste d'en faire un enfant puis un adulte heureux dans sa vie?

Merci pour vos partages d'expériences, ça me déstressera peut-être pour la rentrée...ou pas! :sweatingbullets:

J'avoue ne pas m’être posée toutes ces questions quand mes enfants sont entrés à l'école (mon école)

- comment avoir des relations saines avec sa maîtresse qui va être une collègue aussi? (oser dire, ou au contraire la boucler pour le bien de tous) => oser dire oui, on est entre adultes, on peut se parler sans tension. Juste faire à attention à ne pas lui dire comment elle doit mener sa classe! ;) bref ce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse

- comment ne pas pousser son enfant? (ne pas refaire l'école à la maison, ne pas lui en apprendre plus, ne pas pousser encore et encore...) => je n'ai jamais poussé mes fils, il n'y a que s'ils me sollicitent que je les "nourris" scolairement. Genre écriture, mahs etc... Sauf pour mon grand qui est en élémentaire, avec les devoirs je le fais réviser par la force des choses

- comment gérer la gêne de la collègue si gêne il y a? => pourquoi de la gêne?

- comment ne pas être gênée, nous, quand notre enfant n'est pas sage/pas attentif ou autre? => quand il y a bêtise ben gronder, reprendre l'enfant et ne pas aller à l'encontre des décisions de la collègue

- comment gérer l'échec scolaire de son propre enfant? comment accepter un niveau moyen? => il faut savoir leur laisser du temps, ce n'est pas parce qu'ils sont fils ou filles d'enseignants qu'ils seront forcément au dessus du lot donc zen!

Mon grand a toujours été sage, le petit en PS ça a été plus chaotique, il a mordu, tapé. Je lui ai remis les pendules à l'heure. :lol:

Il regardait le travail et si ça ne l'intéressait pas, il décrétait qu'il ne voulait pas le faire, faisait semblant de ne pas savoir compter! Il lui a fallu presque l'année pour devenir élève, jusqu'à ce qu'il se mette à écrire, ça a été le déclic! Depuis il est super sage en classe, aime beaucoup l'école. Pourtant il a un caractère :wacko:

Je ne vais jamais dans la classe de ma collègue qui a mon fils pour voir son travail pourtant je vais la voir tous les jours mais en tant que collègue pas comme maman. Quand elle me parle de son travail, elle me dit souvent "tu as été voir?" ben non. j'attends sagement les vacances pour avoir son cahier. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
lumana

bonsoir

pendant 2 ans mes deux enfant sont venus avec moi à l'école : petite école de 3 classes alors l'ainée s'est retrouvée avec moi 2 ans de suite !

aucun problème : les règles étaient fixées dès le départ c'était ma fille mais pas d'avantages pour autant ! elle e eu droit aux punitions comme les autres quand elle le méritait, si elle oubliait un cahier elle appelait quelqu'un ou devait me le dire le lendemain (nous n'habitions pas le même village que ses copines alors parfois pas de solution pour récupèrer le livre ou cahier oublié)

la seule concession "ne pas m'appeler maîtresse ou madame" alors elle avait un truc : elle levait la main et n'appelait pas ! attendant que je l'interroge !

le plus difficile, c'était pour moi : quand je préparais une évaluation, je savais pertinemment où ça "pécherait" alors je ne disais rien et c'était son papa qui la faisait réviser !

voilà c'est tout et c'est une expérience bien sympa que d'avoir été avec elle tous les jours (je pense quand même qu'avec le petit dernier c'aurait été plus dur)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sonja

Bonjour!

J'ai parcouru en vitesse les réponses! Mais je me retrouve dans beaucoup d'entre elles. Mon fils est arrivé à l'école l'année dernière en PS. J'étais déjà en poste à l'école. Du coup, pas de gros stress pour lui. il a fallu qu'il comprenne qu'il devait rentrer dans sa classe après la récré et non pas venir dans la mienne ;-) Cela a pris quelques jours.

Cette année, il est avec moi en MS. J'ai cadré dès le départ aussi et on a ajouté un peu de "magie"! Je me "transforme" en maîtresse à 8h 20 et je redeviens maman à 16h 30... Trop mignon, le dernier bisou avant la transformation! Sinon, il m'appelle parfois maman mais aussi maîtresse ou par mon prénom, comme les autres :)

J'ai adoré l'avoir dans ma classe cette année car on est enfin la p'tite souris qui voit se qui se passe en collectivité, en apprentissage! Côté relation avec les autres, pas de souci, ils ont bien compris qu'il n'avait pas de passe- droit! Bref, je le ferai aussi avec BB2 :) si cela se présente!

Share this post


Link to post
Share on other sites
liliclaire

Je me pose les mêmes questions

l'an prochain Pierre entre en cm1 et vient dans ma classe : cm1/CM2

Juliette ira chez ma collègue en CE1...

pour nous c'est une solution de facilité avce le did de Pierre...

merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
analilas

J'ai ma grande depuis 2 ans dans ma classe (cycle 3) et on rempile encore l'année prochaine pour le CM2. Elle est excellente élève donc pas de travail supplémentaire, je ne gère pas du tout ses devoirs qu'elle fait en étude. Elle a beaucoup d'amies, est invitée aux anniversaires et invite aussi à la maison.

En septembre ça se complique avec l'arrivée de fifille number2 en CE2 et donc dans ma classe (elles ont deux ans d'écart), elle est plus exclusive, plus rebelle (mais tout aussi excellente) que mon aînée on verra bien comment ça va se passer.

Entre collègues (on est 3) pas de soucis non plus niveau relations parents/enseignants. Pour compliquer l'affaire j'ai aussi la fille de ma collègue en classe, même âge que ma grande et ça se passe bien aussi.

Tous les ans j'ai des stagiaires qui viennent dans la classe et à chaque fin de stage quand je leur dis qu'il y avait ma fille dans la classe, ils tombent des nues car il n'y a aucune différence de comportements que ce soit de mon côté ou du côté de ma fille (en plus on ne porte pas le même nom de famille).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Juperlau2

Ca fait rêver tout ces témoignages... ça me fait réfléchir...

De mon côté j'ai fait le choix de ne pas avoir mes enfants dans mon école, le choix de séparer vie professionnelle et vie privée mais c'est très personnel...

C'est un peu moins pratique, mais un vrai confort "mental" pour moi.

Je ne sais pas ce qu'en pensent mes enfants, il faudrait que je leur demande s'ils auraient aimé être dans mon école, voire dans ma classe...

Après en tant qu'instit on a un regard plus éclairé sur ce que fait notre enfant en classe mais je ne me permets pas de critiquer les enseignants de mes enfants et je garde ce que je pense pour moi.

Je n'ai fait qu'une exception quand ma fille en CE2 à frôlé la dépression en raison de l'ambiance de la classe et de sa relation à la maitresse mais tout en restant respectueuse et demandant à ma fille de l'être.

Au fil des années (et des enfants, j'en ai 5) les relations aux maîtresses qui ont mes enfants successifs ont évolué, on se connait bien, elle savent évidemment que je suis enseignante, alors on parle parfois plus comme 2 enseignantes que comme enseignante/maman mais sans jamais d'ingérence de ma part (enfin j'espère en tout cas!!!)

Share this post


Link to post
Share on other sites
analilas

Disons quand de mon cas, j'enseigne dans le village où j'habite donc après pour scolariser mes enfants ailleurs c'est soit le privé soit une demande de dérogation et par ici c'est dur à avoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Juperlau2

C'est pour ça que je disais que c'est un choix de ma part, car mes enfants sont scolarisés dans ma commune d'habitation mais je n'y travaille pas et ne le souhaite pas ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
celinepassion

J'ai beaucoup réfléchi. J'ai parlé à des anciennes instits qui m'ont assurée que c'était merveilleux et pratique d'avoir ses enfants dans la même école. Leur propres enfants , instits aussi, m'ont assurée que ça a été difficile à vivre par rapport aux copains.

J'ai choisi l'école du village pour que mes enfants soient des élèves x.

Or, Je travaille dans la même circonscription que les maîtresses de mes enfants, et pour bien faire, celle qui fait mon mi temps travaille une journée dans leur école. Je suis trop proche des maîtresses de mes enfants à mon goût, je sais trop de choses. Je suis entre deux feux: l'espion parmi les parents, l'espion parmi les instits.

Par contre, le hasard a fait que j'enseigne dans l'école où sont scolarisées mes deux nièces... L'une des deux s'y croit un peu, j'ai du recadrer les choses. Mes enfants sont un peu jaloux que leur cousines ont le droit d'être dans mon école. Dans la cour, si elles sont mélées à un conflit, je laisse gérer un collègue; ça serait mes enfants, je punirais, mais là, je n'y arrive pas. Et puis Ma belle sœur tente d'obtenir des infos avant les autres parents...

Bref pour moi c'est vie professionnelle et vie privée séparées.

Mais je suis persuadée que c'est une chance d'avoir ses enfants dans la même école que soit, et aussi tellement pratique, quand c'est bien fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Merci pour toutes vos expériences... Pour ma part, c'est le mouvement qui va trancher lui aussi, et puis ensuite à voir si je peux avoir une dérogation... :clover: Mais vous m'avez bien confortée dans l'idée d'avoir mes enfants avec moi!

Share this post


Link to post
Share on other sites
spirou

j'ai une collègue qui avait eu sa fille dans sa classe : à 16h30 elle lui racontait sa journée !!! ben oui, c'était bien cloisonné tout ça : à 16h30 tu redeviens maman donc je te raconte ce qui s'est passé avec ma maîtresse !!!!

moi j'en suis à ma 3è élève enfant d'instit : 1 dans l'école, 2 juste à côté. on se croise dans les manifs et on se tutoie dans les conf péta et pour le reste on se vouvoie comme avec n'importe quel parent...

en tant que maman c'est plus difficile. mon fils est en PS et je n'accroche pas tellement avec ses maitresses que je trouve un peu légères niveau boulot...je regarde de près ce qu'il fait (quand je vois son travail puisque eu 3 fois son classeur depuis le début de l'année ! ) En fait je vérifie qu'il a atteint les compétences de fin de PS. je n'ai rien à "compenser" donc à la maison, pas de choses scolaires, mais on sait bien que beaucoup de choses s'acquièrent autrement...pour son comportement ce n'est pas un ange mais il évolue bien, comme bcp de petits garçons en ps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Apo

Quand j'ai choisi d'avoir la chouquette dans mon école, c'était purement pratique ( et aussi mieux pour elle: elle savait où j'étais, elle voyait que j'allais bien....). Mais avant de prendre ma décision, j'avais demandé à la pédopsy qui la suit si c'était une bonne idée ou non. Après, la chouquette n'a aucun souci scolaire (si ce n'est une grande désorganisation.....). Côté comportement, elle a bien grandi et se comporte bien en classe (elle est fière de me ramener des bilan hebdo nickel!). En cas de conflit dans la cour la concernant, je n'interviens pas. ça se passe plutôt bien avec les autres élèves, puisque je la laisse vivre sa vie d'écolière sans interférer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mamancanelle

Merci pour toutes vos expériences... Pour ma part, c'est le mouvement qui va trancher lui aussi, et puis ensuite à voir si je peux avoir une dérogation... :clover: Mais vous m'avez bien confortée dans l'idée d'avoir mes enfants avec moi!

Rôôôôôôôô moi aussi ça me donne envie d'avoir mon loulou avec moi, enfin dans mon école. J'ai entamé les démarches c'est à dire que j'ai fait une demande de dérogation mais elle m'a été refusée par ma commune.

Share this post


Link to post
Share on other sites
annelylou

Si tout se passe bien c'est chouette d'avoir ses enfants dans son école. Par contre dans le cas contraire ça devient plus difficile à gérer, surtout pour la maman/maitresse/collègue.

Avec les miens ça c'est super bien passé, surtout que je suis dans un RPI, donc on est que 3 ans dans la même ecole. Avec ceux de mes collègues, je trouve ça parfois un peu difficile, surtout si surviennent des difficultés. Actuellement une collègue est très mal à l'aise avec les autres car il y a eu des soucis important de copinage avec sa fille et d'autres enfants et là elle n'a pas vraiment la possibilité de réagir en tant que maman, elle doit aussi tenir comptes de sa fonction de directrice et agir avec prudence (un parent landa, serait aller à l'école aurait crié haut et fort).

Bref ce n'est jamais simple

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

J'ai connu des écoles, notamment maternelles, dans lesquelles les enfants des collègues avaient des passe-droits en permanence : accueil dans la classe de maman, pas de récré dehors quand il fait froid alors que tous les autres sont obligés d'y rester même lorsqu'ils sont malades ou malheureux, monopolisation de l'ATSEM pour les consoler, punition sévère des "agresseurs" mais pas de punition pour les loulous des instits et des ATSEM, enfants d’instits qui mangent avec les collègues et empêchent toute discussion, ...

C'est insupportable !

Je pense, que, comme c'est expliqué plus haut, il est important de veiller à ce que sur le temps de classe, vos enfants soient exactement comme les autres.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
thalie83

J'ai ma grande dans l'école depuis qu'elle est en ps ( elle passe en cm2 dans ma classe l'an prochain ;) )

Aucun soucis jamais

Je ne la vois pas de la journée et on échange sur nos journée le soir.

Ma dernière est en ms et donc je passe dans sa cour tous les jours ( ma classe est au dessus des mater) et c'est tout juste si elle m'aperçoit...

Je prends rv deux fois dans l'année si aucun soucis, pour parler comme n'importe qui, d'autant que mon homme vient aussi avec moi en rv.

L'année prochaine on verra bien, car j'ai la grande. Elle m'appelle déjà maman en classe en décloisonnement, arrive pas à faire autrement, mais ça ne gêne personne ( tous nos enfants sont dans le olé depuis tjs les autres le comprennent)

Et surtout les autres savent qu'il n'y a aucun traitement de faveur, même punition si même bêtise etc...

Mais avant de la prendre j'en ai parlé avec elle, et si elle n'avait pas voulu, j'aurais changer de niveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites
bouzou49

Apo, merci pour ton témoignage très intéressant!

Apo et Ayla, vous me donnez envie! Le fait de prendre rdv et de faire comme les autres mamans, ça doit aider, tant pour la/le collègue que l'enfant qui ne se sent pas traité différemment.

Pour ce qui est de "la bête de concours" , pour reprendre les mots d'Apo, c'était surtout par rapport à des remarques lues ici. On a tendance à s'émerveiller de choses qui n'émerveillent que nous, du genre: oh, elle connaît toutes les lettres de l'alphabet à 10 mois (je caricature :wink:). Mais est-ce que ça rend nos enfants plus heureux? Je ne le pense pas.

Bon, je prends bonne note des remarques, dès que je connais mon poste, je demande une dérogation!

Je confirme . Je regrette franchement de ne pas avoir fait ça dès le début, les choses auraient été plus claires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...