Jump to content

Gérer les petits bobos en classe


Gribouillette

Recommended Posts

Mes élèves de CE1 souffrent d'un tas de maux... quand ils sont dans la classe! Parce qu'une fois sortis en récré, bizarrement, la plupart du temps, plus rien! Ah... le pouvoir magique de la récré! :lol:

J'ai rarement vu une classe qui se plaint autant! Toute la journée, ça n'arrête pas! J'ai mal à la tête, aux yeux, aux oreilles, au nez, à la langue (oui j'ai eu ça hier!) à la dent, au bras, à la jambe, au ventre (grand grand classique le ventre), au doigt, aux petites peaux des ongles, à la boucle d'oreille, à la chaussure, etc, etc, etc...

Du coup je ne peux m'empêcher de me poser la question : est-ce que je fais assez attention à leurs requêtes? Est-ce que je fais trop attention à leurs requêtes?

Souvent, pour les petites choses, je réagis avec humour (et parfois humeur quand c'est le 5ème qui vient me voir...) et je réponds:

- que je suis maîtresse, pas docteur, est-ce qu'il y a écrit docteur sur mon front?

- que je vais chercher ma scie pour couper le doigt/le bras/ le pied en question...

- ou carrément appeler le SAMU...

Ça les fait rire, et on passe à autre chose... jusqu'au prochain élève...

Quand je peux y faire quelque chose, j'essaie d'agir (pansement sur une ampoule, retirer la boucle d'oreille, rapprocher un élève du tableau, etc...)

En cas de mal de ventre, je demande si l'enfant a envie d'aller aux toilettes, s'il a envie de vomir, et souvent je lui dit de venir me voir plus tard (souvent après la récré) s'il a encore mal.

Pareil en cas de mal de tête.

Si l'enfant insiste je prends la température mais c'est rare.

Quand l'enfant se sent vraiment mal, ça se voit et dans ce cas j'appelle les parents. Mais m'étant fait avoir par certains Tamalou très forts pour simuler, je me méfie de plus en plus...

Ceux qui se plaignent sont souvent des enfants que je soupçonne de ne pas être très écoutés à la maison. Me demande si c'est pas une façon d'attirer l'attention pour qu'on s'occupe d'eux...

De plus, le fait que j'accorde beaucoup d'attention à mon élève diabétique (plusieurs contrôles glycémiques par jour, pompe à insuline et tout) accentue peut-être le phénomène...

Bref, vous réagissez comment, vous?

Avez-vous aussi entre 5 et 10 plaintes d'élèves dans la journée?

J'ai parfois l'impression de ne faire que ça... :heat:

Link to comment
Share on other sites

Un jour j'en ai fait pleurer un, qui avait mal à la tête. Bien sûr, mon nez m'a dit qu'il n'avait simplement pas envie de bosser, il était certainement fatigué. Alors j'ai insisté pour qu'il travaille en le menaçant de rattraper son retard à d'autres moments... il n'a pas travaillé et a passé l'après-midi à pleurer. J'ai un peu culpabilisé le soir et j'avais peur qu'il ne soit vraiment absent le lendemain, mais il est arrivé tout pimpant en me disant qu'il était décidé à travailler ! Et il a rattrapé sans rechigner. Les autres ont été témoins, ils savent désormais que je suis intraitable (sauf réelle urgence...).
Lorsqu'ils se plaignent, je dis juste "Ah bon", et s'ils répètent, "tu me l'as déjà dit" ou "j'ai bien entendu" ou encore "c'est normal, une coupure ça pique" ou bien "oui ça fait mal, il faut attendre que ça passe"... Bref, je prends toujours en compte la douleur réelle ou supposée, tout en relativisant et en redirigeant l'élève sur son travail.

Link to comment
Share on other sites

Lorsqu'ils se plaignent, je dis juste "Ah bon", et s'ils répètent, "tu me l'as déjà dit" ou "j'ai bien entendu" ou encore "c'est normal, une coupure ça pique" ou bien "oui ça fait mal, il faut attendre que ça passe"... Bref, je prends toujours en compte la douleur réelle ou supposée, tout en relativisant et en redirigeant l'élève sur son travail.

+1, tout en les observant du coin de l’œil : leur attitude lorsqu'ils pensent que je ne les regarde pas indique souvent s'ils vont vraiment mal ou pas.

L'année dernière une CP se plaignait quotidiennement : ça devenait trop, j'ai pris rdv avec la maman, on a toutes les 2 discuté avec la petite, ça s'est bien calmé après.

Link to comment
Share on other sites

Perso, je leur demande "comment puis-je t'aider ?" ou "la récré, la sortie est dans 15 min, 20 min, est ce que tu peux attendre pour qu'on décide quoi faire ?"

En général, ils attendent et à la récré, au retour de la cantine, tout va mieux :)

Link to comment
Share on other sites

Mes GS souffrent essentiellement de nombreux bobos qui nécessitent de mettre les jolis pansements qui sont dans mon tiroir magique... :lol:

Pour les maux autres, j'écoute mais précise que je ne peux pas grand chose pour eux. Si je vois qu'en recréation, le mal passé, je laisse tomber. Sinon, j'appelle les parents.

Link to comment
Share on other sites

Mes élèves de CE1 souffrent d'un tas de maux... quand ils sont dans la classe! Parce qu'une fois sortis en récré, bizarrement, la plupart du temps, plus rien! Ah... le pouvoir magique de la récré! :lol:

J'ai rarement vu une classe qui se plaint autant! Toute la journée, ça n'arrête pas! J'ai mal à la tête, aux yeux, aux oreilles, au nez, à la langue (oui j'ai eu ça hier!) à la dent, au bras, à la jambe, au ventre (grand grand classique le ventre), au doigt, aux petites peaux des ongles, à la boucle d'oreille, à la chaussure, etc, etc, etc...

Du coup je ne peux m'empêcher de me poser la question : est-ce que je fais assez attention à leurs requêtes? Est-ce que je fais trop attention à leurs requêtes?

Souvent, pour les petites choses, je réagis avec humour (et parfois humeur quand c'est le 5ème qui vient me voir...) et je réponds:

- que je suis maîtresse, pas docteur, est-ce qu'il y a écrit docteur sur mon front?

- que je vais chercher ma scie pour couper le doigt/le bras/ le pied en question...

- ou carrément appeler le SAMU...

Ça les fait rire, et on passe à autre chose... jusqu'au prochain élève...

Quand je peux y faire quelque chose, j'essaie d'agir (pansement sur une ampoule, retirer la boucle d'oreille, rapprocher un élève du tableau, etc...)

En cas de mal de ventre, je demande si l'enfant a envie d'aller aux toilettes, s'il a envie de vomir, et souvent je lui dit de venir me voir plus tard (souvent après la récré) s'il a encore mal.

Pareil en cas de mal de tête.

Si l'enfant insiste je prends la température mais c'est rare.

Quand l'enfant se sent vraiment mal, ça se voit et dans ce cas j'appelle les parents. Mais m'étant fait avoir par certains Tamalou très forts pour simuler, je me méfie de plus en plus...

Ceux qui se plaignent sont souvent des enfants que je soupçonne de ne pas être très écoutés à la maison. Me demande si c'est pas une façon d'attirer l'attention pour qu'on s'occupe d'eux...

De plus, le fait que j'accorde beaucoup d'attention à mon élève diabétique (plusieurs contrôles glycémiques par jour, pompe à insuline et tout) accentue peut-être le phénomène...

Bref, vous réagissez comment, vous?

Avez-vous aussi entre 5 et 10 plaintes d'élèves dans la journée?

J'ai parfois l'impression de ne faire que ça... :heat:

J'ai l'impression que c'est moi qui ai écrit le message. Je suis dans le même cas que toi. Comme c'est pénible. :huh:

Link to comment
Share on other sites

Tu peux leur faire apprendre Lisette c'est une chanson d'Henri Des qui parle d'une gamine qui a toujours mal partout., et la faire innocemment réviser à la maison ;-).

Link to comment
Share on other sites

Je déteste cette chanson, on me l'a chantée des tonnes de fois (à cause du prénom, même si je ne parlais pas de bobos)

Link to comment
Share on other sites

Je déteste cette chanson, on me l'a chantée des tonnes de fois (à cause du prénom, même si je ne parlais pas de bobos)

idem... je deteste cette chanson! mais pas à cause de mon prénom. sans doute que j'en rajoutais un peu quand j'étais petite, mais du coup j'avais vraiment l'impression qu'on se fichait de moi :(

Link to comment
Share on other sites

J'ai l'impression que ce sont mes élèves qui sont décrits (j'en ai un qui a systématiquement mal à la tête quand il s'agit d'écrire... mais qui est capable de bavarder pendant ce moment). Ah les maladies "diplomatiques"...Je ne les écoute pas systématiquement surtout quand pendant la récré ils ont été actifs...

Link to comment
Share on other sites

J'ai eu une année un "tamalou" qui avait toujours mal au ventre pile au moment où on passait les consignes (donc il savait qu'on allait travailler à l'écrit). Je le laissais sortir assez régulièrement pour aller aux toilettes jusqu'à ce que je fasse ce constat. Alors une fois, je me suis fâchée et je lui ai expliqué que non, cette fois il ne sortirait pas car il fallait écouter les consignes. Il se plaignait : "maîtresse j'ai mal au ventre !" et j'étais bien décidée à tenir bon. Jusqu'au moment où... il a vomi sur sa table... :getlost:

Sinon, moi aussi j'ai des plaintifs tout le temps c'est pénible. Je réagis comme toi et je ne suis pas toujours à leur écoute. Je n'appelle jamais les parents. Sauf si vraiment je sens la grosse fièvre par exemple. Quand ils se plaignent je répète que je ne suis pas le docteur. Et quand ils disent "oui mais j'avais déjà mal ce matin", je réponds que si maman a estimé qu'ils étaient capables de venir en classe, c'est que tout va bien.

Cette année, dans le même genre, ils ont pris le pli de demander pour aller aux toilettes sans arrêt. Les toilettes sont en face de ma classe donc... une après-midi, j'en ai eu marre de ça. Je me suis fâchée et je leur ai expliqué que NON, on ne va pas aux toilettes pendant la classe. J'ai prévenu les parents à la réunion de rentrée que je trouvais que les enfants exagéraient et que je ne laisserai plus les enfants sortir. Comme par miracle, plus personne ou presque n'a envie de faire pipi maintenant...

Bon, après, je ne suis pas un monstre, hein, celui que se tort en deux tellement il a envie, je le vois bien et je le laisse sortir discrètement.

Link to comment
Share on other sites

Bon, ça me rassure, je me sens moins seule!! :sweatingbullets:

Franjoe, c'est exactement ce qui aurait pu m'arriver! A force de crier au loup, on finit par ne plus les croire, jusqu'au jour où...

Je me rappelle encore d'une gamine qui avait TOUT LE TEMPS mal à la tête, et dès qu'on disait que maman arrivait, comme par hasard elle retrouvait le sourire et la parole! J'avais décidé de ne plus la croire, jusqu'à ce qu'un jour qu'elle passe 1h complète a pleurer. Mais vraiment les grosses larmes et tout. J'y ai cru, j'ai appelé la mère. Et bien quand elle est arrivée, la gamine pétait le feu, et moi j'ai eu l'air bien bête...

Pas facile de démêler le vrai du faux...

Pour l'instant, j'ai eu une seule vraie malade, qui a vomit (mais dans les toilettes, ouf) car j'avais vu qu'elle n'était vraiment pas bien et donc je l'ai laissée sortir. Tout le reste n'étaient que menus bobos ou flemme de travailler.

Certains enfant j'en suis sûre, on vraiment "mal au ventre" car ils sont stressés ou pas bien dans leur baskets. Mais qu'y faire?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...