Jump to content

Elève gravement malade... Comment se préparer au pire?


misspeel

Recommended Posts

Bonjour,

J'ai dans ma classe une élève atteinte d'un cancer du cerveau. IRM passé cette semaine, la tumeur augmente, c'est mauvais signe. En France, aucun chirurgien ne veut prendre le risque de l'opérer. Elle le serait malgré tout par un professeur australien je crois qui l'opérerait au Luxembourg... mais en phase terminale seulement.

D'après une maman d'élève proche de la famille, la phase terminale serait là, toute proche. Et si opération il y a, aucune assurance que tout se passe bien. "Ca passe ou ça casse", pour reprendre ses termes. Le décès de cette petite fille peut donc malheureusement arriver à tout moment... Et c'est là, que j'ai besoin de votre aide, de vos témoignages... Comment gérer le décès d'un élève? Pour ses camarades de classe, pour l'école, pour les autres enseignants et puis pour moi?... Jusqu'à présent, je faisais au jour le jour, l'accueillant dans ma classe comme n'importe quelle élève, mais devant les questions d'une autre maman, dont la fille est copine avec la petite en question, je dois bien avouer que je ne sais pas comment je vais m'y prendre... Faire appel au psychologue scolaire, oui bien sûr, mais concrètement, comment cela se passe-t-il?

Merci d'avance pour vos réponses.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 47
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • misspeel

    6

  • ptitelolo

    3

  • immi

    3

  • Savane

    3

Il y a quelques temps, une de mes collègues a été confrontée à cela, une de ses élèves ayant été percutée par un bus. Le psychologue scolaire a été très présent et, le lendemain du drame, a pris la classe la matinée pour parler avec les élèves parce que la maîtresse ne pouvait pas se retrouver face à eux. L'école avait un journal de classe à l'époque, de type textes libres et ça a été une volonté des enfants d'écrire des textes sur cette camarade disparue, sur leurs souvenirs et de mettre cet article à la une du journal de l'école.

Link to comment
Share on other sites

Quel est le niveau de la classe ?

Car il y a le livre "A la vie, à la ..." qui est très beau et qui fait parler un enfant sur sa vision imaginaire de sa maladie (un cancer on peut supposer) et de sa mort imminente. Mais il est difficile et donc accessible pour les CM seulement.

Tu peux au moins le lire pour toi. Il est très beau et permet d' "oser espérer" que l'enfant s'en va en toute conscience vers un autre monde qui ne lui fait pas peur.

Pour cette petite, ses proches et toi :hug:

Link to comment
Share on other sites

J'ai dans ma classe une élève atteinte d'un cancer du cerveau.

J'ai vécu exactement la même situation, il y a quelques années, avec un CE1... Dur dur...

Ils l'ont découvert pendant l'été et le petit Mathieu est décédé fin octobre.

Il est venu un peu en septembre... puis plus du tout.

C'est la maman qui me l'a annoncé par téléphone alors que j'étais en classe. C'est moi qui l'ai annoncé aux élèves.

Pff... j'en ai encore des frissons en écrivant ici.

J'ai fait appel au RASED : c'était mieux que rien mais bon...

Bon courage pour affronter tout ça. C'est terrible à vivre.

Les élèves (ils étaient plus jeunes que les tiens) ont facilement "oublié"... beaucoup plus vite que moi. Tant mieux !

Link to comment
Share on other sites

Les élèves (ils étaient plus jeunes que les tiens) ont facilement "oublié"... beaucoup plus vite que moi. Tant mieux !

A voir...

Je me souviens encore de ce camarade de CP, tué dans un accident de la route dans notre quartier. On n'était pas vieux, au CP, et je n'étais moi-même pas particulièrement proche de cet enfant, mais ça nous a préoccupé tellement longtemps qu'aujourd'hui encore, 40 ans après, j'y pense chaque fois que je passe le virage où l'accident s'est passé.

Aucun souvenir d'en avoir parlé en classe, mais entre nous, entre gamins, ça a occupé très longtemps nos conversations. Et je pense que nos enseignants, ni nos parents, n'en ont rien su.

Donc, l'"oubli" des gamins...

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas quoi dire tellement je trouve cela terrible. Tes élèves sont suffisamment grands pour comprendre et vivre difficilement la perte de leur camarade. J'espère que la psychologue scolaire pourra intervenir collectivement et individuellement auprès des élèves.

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas comment transcrire mes pensées, je vais essayer de ne blesser personne.

Cette petite fille est en vie, et ça me fait froid dans le dos que les gens en parlent comme si elle était déjà morte.

Si j'étais sa maman, sa maîtresse, je n'accepterai pas qu'on la voit déjà enterrée, psy Sco sur le coup, branle bas de combat pour aider les autres enfants.

Pour le moment, c'est elle qu'il faut aider dans son combat, et la voir morte et enterrée ne fera rien avancer.

Il me semble aussi inopportun de "préparer" sa mort, de préparer les autres élèves. Je pense qu'il faut profiter de la vie, tout simplement.

Bref, je vous encourage à penser à la vie, qui est encore là, et non à la mort.

Il sera temps d'y penser... En son temps.

Link to comment
Share on other sites

J'ajouterai qu'il est déplacé de la part de la maman de l'autre enfant (et oserais-je dire de l'enseignante), de parler de la maladie et du décès de cette petite.

Attention aux ragots, à ce au peut arriver aux oreilles des autres parents, à la peut, et j'en passe.

Link to comment
Share on other sites

Tu as raison, Immi !

Ce dont j'ai parlé est ce que j'ai vécu. Je n'avais pas du tout "préparé" mes élèves à ça. "M. était malade. Point. Il venait à l'école quand il pouvait."

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...