Jump to content

Situation déclenchante - chaînes alimentaires en cycle 3


mdupon01

Recommended Posts

Bonjour,

Selon-vous quelle serait la situation de départ la plus captivante et surtout la plus pertinente pour démarrer la séquence concernant les chaînes alimentaires en cycle 3 ?

J'ai dans un premier temps voulu travailler à partir de l'écosystème mare - car les animaux y sont moins connus des élèves (notonecte, dytique,...) - je redoute cependant que d'une part, cela ne captive pas tous les enfants, et que d'autre part, il soit difficile de leur faire comprendre que tel insecte est phytophage ou zoophage sans passer par la denture.

Je vais peut-être privilégier l'écosystème forêt mais je souhaiterais trouver une situation initiale intéressante (et surtout conforme à la démarche expérimentale) autre qu'une recherche documentaire mais également plus originale que l'étude d'une pelote de réjection ( par ailleurs, il y a un risque avec la grippe aviaire).

J'avoue avoir un peu de mal à cadrer ma séquence tout en restant dans les progressions de 2012. Je pense traiter ce sujet en CM1 donc je traiterai également des réseaux trophiques.
Puis-je vraiment toutefois, en CM1, associer le régime alimentaire des êtres vivants avec leur gueule/bec ? Car dans les progressions de 2012 cet aspect me semble être abordé dans la thématique << L'adaptation des êtres vivants aux conditions du milieu >> en CM2 et ma séquence est, quant à elle, inscrite dans le domaine <<place et rôle des êtres vivants >>.

L’adaptation des êtres vivants aux conditions du milieu

Associer les caractéristiques morphologiques etcomportementales des animaux à leur adaptation au milieu (membres / déplacement,
becs / alimentation, organes respiratoires / lieux de vie, migration / saisons...)

source : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Progressions_pedagogiques/77/1/Progression-pedagogique_Cycle3_Sciences_experimentales_et_technologie_203771.pdf

Je précise que je prépare le CRPE en candidat libre et que j'ai un peu de mal à comprendre comment fonctionne le conseil de maîtres de cycle (établissement des progressions notamment).

D'avance merci.

Cordialement.

Edited by mdupon01
Link to comment
Share on other sites

Selon-vous quelle serait la situation de départ la plus captivante et surtout la plus pertinente pour démarrer la séquence concernant les chaînes alimentaires en cycle 3 ?

A froid, comme ça, je partirais d'un texte un peu intriguant - de préférence une fiction, aboutissant à une situation dérangeante du genre invasion d'insectes après qu'on a tué tous les oiseaux (si, si, Mao s'était amusé à ça...) - ou d'une chanson (comme le

d'Aldebert. Tu peux ensuite jouer à possible/pas possible, et embrayer sur des exemples plus réalistes.
je souhaiterais trouver une situation initiale intéressante (et surtout conforme à la démarche expérimentale) autre qu'une recherche documentaire

C'est très louable mais, sur un sujet pareil, je vois mal quel type d'expérience est accessible à des enfants de CM.

mais également plus originale que l'étude d'une pelote de réjection ( risque avec la grippe aviaire).

1/ Originalité, ou sécurité ? ce sont deux arguments sans rapport.

2/ On ne fait pas une "chaîne" avec un seul maillon.

En démarche d'investigation, la formulation de la question est primordiale. En l'occurrence, l'étude d'une pelote de réjection peut fournir des éléments de réponse à un questionnement sur les habitudes alimentaires de celui qui les a produites, mais difficilement sur les chaînes alimentaires auxquelles il participe.

3/ Attention à ne pas confondre observation et expérimentation. L'étude d'une pelote de réjection relève a priori seulement de la première. Il me semble qu'une expérimentation digne de ce nom (toujours difficile en biologie) supposerait au minimum l'étude de plusieurs pelotes, prélevées à des endroits ou des moments distincts, et provenant de préférence d'individus distincts ; à partir de là, l'étude d'une pelote particulière peut permettre de postuler une loi plus générale sur l'alimentation de l'espèce concernée ; cette hypothèse peur alors être confirmée ou infirmée par l'étude des autres pelotes, etc.

Link to comment
Share on other sites

Merci Argon,

Oui, j'avais omis quelques mots concernant le risque de grippe aviaire. Je suis d'accord sur le fait que la pelote ne montre qu' a priori la relation proie - predateur, mais cette proie elle-même se nourrit donc indirectement on aboutit à une chaîne non ?

De plus on peut certes l'observer, mais les élèves peuvent également la disséquer ( même virtuellement me semble-t-il ).

Cordialement.

2/ On ne fait pas une "chaîne" avec un seul maillon.

En démarche d'investigation, la formulation de la question est primordiale. En l'occurrence, l'étude d'une pelote de réjection peut fournir des éléments de réponse à un questionnement sur les habitudes alimentaires de celui qui les a produites, mais difficilement sur les chaînes alimentaires auxquelles il participe.

3/ Attention à ne pas confondre observation et expérimentation. L'étude d'une pelote de réjection relève a priori seulement de la première. Il me semble qu'une expérimentation digne de ce nom (toujours difficile en biologie) supposerait au minimum l'étude de plusieurs pelotes, prélevées à des endroits ou des moments distincts, et provenant de préférence d'individus distincts ; à partir de là, l'étude d'une pelote particulière peut permettre de postuler une loi plus générale sur l'alimentation de l'espèce concernée ; cette hypothèse peur alors être confirmée ou infirmée par l'étude des autres pelotes, etc.

Edited by mdupon01
Link to comment
Share on other sites

Oui, j'avais omis quelques mots concernant le risque de grippe aviaire. Je suis d'accord sur le fait que la pelote ne montre qu' a priori la relation proie - predateur, mais cette proie elle-même se nourrit donc indirectement on aboutit à une chaîne non ?

Pas expérimentalement, en tout cas. Si tu sors ainsi d'autres maillons de ton chapeau, tu aboutiras effectivement à une "chaîne", mais certainement pas par une "démarche d'investigation".

De plus on peut certes l'observer, mais les élèves peuvent la également la disséquer

Là, tu confonds "observation" et "observation passive". Tu parles de "biologie descriptive", pas de biologie expérimentale. Ce n'est pas parce qu'un astronome utilise un téléscope coûteux et perfectionné qu'il n'observe pas les étoiles...

les élèves peuvent la également la disséquer ( même virtuellement me semble-t-il ).

... mouais ? Là, j'ai du mal à voir à quoi tu penses. Mais j'ai un gros doute : ce que tu peux disséquer virtuellement, c'est à la rigueur un modèle numérique de ta pelote, pas ta pelote elle-même. Rien à voir ni avec une observation de la nature, ni avec une expérience (encore moins !).

Les informaticiens américains parlent volontiers de la loi du GIGO : garbage in, garbage out. Ta "dissection" virtuelle te permettra au mieux de découvrir ce que les concepteurs du modèle ont décidé d'y mettre. Et ça a des chances d'être moins riche que la nature elle-même, à supposer même que ce soit correct...

Link to comment
Share on other sites

Ok merci.

Pour info : http://44.svt.free.fr/jpg2/pelote/dissection2.htm (site de Monsieur Gallerand)

Votre proposition d'étude de textes me plaît. J'hésite aussi avec une sortie en première séance, mais je redoute qu'on ne trouve que des restes de repas d'animaux phytophages.

Par ailleurs, la sortie est-elle pertinente ? (chronophage) Ne vaut-il mieux pas distribuer à chaque groupe d'élèves un bac avec par exemple : des os de rongeurs , des " restes " de feuilles, pommes de pin, noisette, gland...) les élèves effectueraient alors une recherche documentaire afin de déterminer les animaux suceptibles de manger ces " aliments ". ( éventuellement, apport d'une clé de détermination par le PE, si je travaille en lien avec la denture ( si cela est bien conforme aux progressions cf. ma question au premier post)

Les élèves pourraient alors rechercher un " super prédateur " afin qu'il y ait au moins trois maillons.

Qu'en pensez-vous ?

Edited by mdupon01
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour,

Doit-on nécessairement traiter de la denture en lien avec les régimes alimentaires ? N'est-ce pas trop réducteur ? (Quid des oiseaux, insectes...) Et dans le cas contraire, si un élève me demande comment savoir si un insecte (dytique par ex.) est zoophage que lui répondre ? (Pas assez de végétaux à un moment, et il a dû "s'adapter "? )

Merci.

Edited by mdupon01
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...