Jump to content

Enfant lecteur en GS : et ensuite ?


laucanhel
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

Je me pose des questions concernant ma fille de 5 ans et demi, en GS, qui commence à lire (lit des phrases simples, connaît la plupart des sons complexes). Elle adore aussi écrire (en cursive) et encode pas mal. En numération, elle n'est pas spécialement en avance (compte jusqu'à 49 seulement), et est carrément en retard en motricité globale (dyspraxique). Voilà pour le tableau. Mon inquiétude est pour l'année prochaine : comment gère-t-on ces élèves en CP ? Sachant qu'elle aura je pense tendance à se laisser oublier car très timide (donc elle ne semble pas en demande en classe, alors qu'à la maison, elle passe son temps à lire et écrire). J'avoue que je suis inquiète, car mon aîné a déclaré une phobie scolaire par ennui en CP...

Merci de vos réponses, car je ne connais pas du tout le cycle 2 !

Link to comment
Share on other sites

L'enseignant fait énormément!

Mes 2 lectrices ont eu des cp très différents avec des aptitudes quasi identiques pourtant, entre l instit qui ne «croyait» pas avoir une lectrice accomplie, et l autre qui utilisait ses lecteurs comme tuteurs, ou leur donnant du boulot plus costaud en plus.

Elles ont beaucoup lu, et ce jusqu'à la fin du primaire.

Après, plus le droit... et pourtant...

Link to comment
Share on other sites

Mon fils était lecteur en début de ms. Son parcours a été bien compliqué mais aujourd'hui il est en ce1 au lieu de cp et il est super heureux. La psy scolaire nous a bien dit qu'il fallait qu'il ait la maturité pour sauter une classe, il ne suffit pas d'être un très bon élève. Il faut aussi qu'un élève très bon dans son niveau soit encore très bon dans le niveau supérieur.

L'instit y fait pour beaucoup effectivement. Nous nous sommes tombés sur une personne qui disait que nous prenions notre fils pour un génie et qui ne voulait pas l'avoir dans sa classe quand il a fait un premier passage anticipé. Elle ne s'occupait pas de lui, il n'avait même pas d'étiquette porte manteau...

Link to comment
Share on other sites

En 1aire, travail exigé fait, elles ont énormément lu. Souci en CM2 d'ailleurs, car la bcd avait déjà été intégralement lue.

Au collège, travail exigé fait, ben... Bouquiner n'était pas une option. Au lycée non plus d'ailleurs.

Link to comment
Share on other sites

Les activités une fois les obligations réglées sont plus variées à la maison qu'en classe ;) (lire, dessiner, peindre, jouer de la musique, jouer aux pl@ymo, pâtisser, écouter de la musique , et l'âge avançant, sms-er avec les "potes" :rolleyes: ... une vie d'enfant, quoi!)

Laucanhel, tu as déjà une expérience du CP comme mère d'élève, même si elle n'est pas un bon souvenir. Tu auras forcément des idées de petites choses à proposer si tu identifies un souci pour ta fille; à ta fille , et/ou à son instit.

Etre lectrice avant le CP pour une dyspraxique est une sacrée bonne surprise :noelcool: ; ta fille aura forcément des moments pour se détendre pendant la journée de classe du coup, ce qui est très positif pour les enfants fatigables (ce que sont les dys-, a priori).

Link to comment
Share on other sites

Merci pour vos réponses, qui confirment malheureusement ma crainte : tout dépendra de sa maîtresse... Effectivement, elle est très fatigable, mais la psychomot qui la suit me dit qu'il faut qu'on la booste car elle a nettement tendance à se la couler douce... donc je ne suis pas sûre que ce soit top de la laisser "végéter"... viendra un moment où elle ne suivra plus !

Link to comment
Share on other sites

Meuh si !

Elle va dépenser une énergie limitée sur tout ce qui est apprentissages du code, ce qui fait qu'elle en aura encore pour les maths typiquement :-)

Link to comment
Share on other sites

Je ne pensais pas au CP, mais à plus long terme : je pense que le goût (et l'habitude) de l'effort doivent se prendre tôt...

Link to comment
Share on other sites

Ici, c'est la musique qui a permis à mes filles de tester lapprentissage par essai erreur, l'amélioration,l'endurance.

Il y a d'autres moyens bien sûr . Mais il ne faut pas compter sur l'école pour cet aspect la pour certains enfants ;-)

Link to comment
Share on other sites

Je me tourne également vers vous en profitant de ce sujet, j'espère ne pas déranger la créatrice de ce post...

Arthur est également en GS, il sait compter jusqu'à 99 et lorsqu'on l'aide pour le passage à la centaine et au millier sait compter jusqu'à??

Il sait additionner et soustraire.

Et là, paf il sait lire... Ne manque que la cursive...

Bref, je commence à me poser des questions pour la suite... Ils ne sont que 3 en GS (triple niveau maternelle), tandis qu'en cp ils sont 17! J'aime ce confort de 3 élèves, mais fiston s'ennuie en classe, est très demandeur à la maison, et à cause de son ennui à tendance à la bagarre... J'ai rdv avec la maîtresse la semaine prochaine, mais je ne sais pas quoi lui dire à part ce que je constate... Des pistes? Sans pour autant interférer dans son travail, je ne suis que pes, et là on parle juste de mon ressenti de maman...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je rejoins les autres commentaires pour signifier qu'il faut bien faire attention à la maturité de l'élève avant d'envisager tout passage anticipé. Je pense que ce genre de décision doit faire l'unanimité entre parents et enseignant. Mais je sais aussi qu'il y a des enseignants qui font de l'opposition systématique à ce genre de décision, parce que ça bouscule un peu les convenances... Oui, je crois aussi que la personnalité du maître ou de la maîtresse joue un rôle important.

J'ai eu pour ma part plusieurs profils d'élèves (et de parents...) sur cette "problématique":

- 2 Elèves commençant à déchiffrer dès le milieu de MS, sachant lire quelques phrases en fin d'année... Maths et capacités de raisonnement surprenantes... Maturité OK... En fin d'année, à chaque fois, et en accord avec l'élève, nous avons convenu d'un passage anticipé en CP. Dans l'un des cas, la famille était demandeuse et cela rejoignait mon avis. Dans l'autre cas, la famille était réticente, mais les capacités de cet élève étant hors norme, sa maturité n'étant pas meilleure ni moins bonne que celle des autres GS, ils ont suivi mon avis. Dans les 2 cas, cela s'est bien passé: ils sont maintenant au collège et en CE2... Tout se passe bien.

- autre niveau, autre cas: CM1/CM2 en une seule année: j'étais très réticent de la voir partir au collège, pas pour les compétences scolaires, mais pare rapport à son affect et ses relations aux autres. Les parents m'ont pourri la vie, et en cas de commission, ils auraient été gagnants compte tenu des compétences de l'élève. J'ai lâché le morceau en mentionnant bien qu'il s'agissait de leur responsabilité de parents et que je me dégageais de tout responsabilité ( je sais, ce n'est pas très réglementaire...). Au final, la gamine s'en est sortie en 6 ème mais a eu beaucoup de difficultés à s'adapter ( rythme, gestion du travail, relations aux autres...). Bref, un peu la galère quand même aux dires des parents, qui ne le regrettent pas, mais qui n'avaient pas anticipé ces problèmes. Aujourd'hui, c'est une jeune fille qui a réussi à l'école, mais qui ne trouve pas sa place dans le monde du travail... Tout cela pour aussi remettre les choses à leur place: ce n'est pas parce qu'on a un passage anticipé qu'on va mieux réussir...

Link to comment
Share on other sites

Je rejoins les autres commentaires pour signifier qu'il faut bien faire attention à la maturité de l'élève avant d'envisager tout passage anticipé.

Bien d'accord... et justement dans le cas de ma fille, le passage anticipé n'est pas envisageable de ce point de vue.

Je pense que ce genre de décision doit faire l'unanimité entre parents et enseignant. Mais je sais aussi qu'il y a des enseignants qui font de l'opposition systématique à ce genre de décision, parce que ça bouscule un peu les convenances... Malheureusement très vrai aussi... vécu pour mon aîné pour qui le passage anticipé était par contre vraiment nécessaire, et a été un plein succès.

Oui, je crois aussi que la personnalité du maître ou de la maîtresse joue un rôle important.

J'ai eu pour ma part plusieurs profils d'élèves (et de parents...) sur cette "problématique":

- 2 Elèves commençant à déchiffrer dès le milieu de MS, sachant lire quelques phrases en fin d'année... Maths et capacités de raisonnement surprenantes... Maturité OK... En fin d'année, à chaque fois, et en accord avec l'élève, nous avons convenu d'un passage anticipé en CP. Dans l'un des cas, la famille était demandeuse et cela rejoignait mon avis. Dans l'autre cas, la famille était réticente, mais les capacités de cet élève étant hors norme, sa maturité n'étant pas meilleure ni moins bonne que celle des autres GS, ils ont suivi mon avis. Dans les 2 cas, cela s'est bien passé: ils sont maintenant au collège et en CE2... Tout se passe bien.

- autre niveau, autre cas: CM1/CM2 en une seule année: j'étais très réticent de la voir partir au collège, pas pour les compétences scolaires, mais pare rapport à son affect et ses relations aux autres. Les parents m'ont pourri la vie, et en cas de commission, ils auraient été gagnants compte tenu des compétences de l'élève. J'ai lâché le morceau en mentionnant bien qu'il s'agissait de leur responsabilité de parents et que je me dégageais de tout responsabilité ( je sais, ce n'est pas très réglementaire...). Au final, la gamine s'en est sortie en 6 ème mais a eu beaucoup de difficultés à s'adapter ( rythme, gestion du travail, relations aux autres...). Bref, un peu la galère quand même aux dires des parents, qui ne le regrettent pas, mais qui n'avaient pas anticipé ces problèmes. Aujourd'hui, c'est une jeune fille qui a réussi à l'école, mais qui ne trouve pas sa place dans le monde du travail... Tout cela pour aussi remettre les choses à leur place: ce n'est pas parce qu'on a un passage anticipé qu'on va mieux réussir...

Voilà une position nuancée et constructive... il me semble très important pour les passages anticipés de n'être ni "pour", ni "contre " a priori, et s'adapter à chaque enfant. Mais quand ce n'est pas envisageable, savoir différencier pour stimuler et intéresser malgré tout les élèves.

Link to comment
Share on other sites

Voici mon expérience: l'aîné: lecture fluide en MS, additionne, multiplie, soustrait etc comme il est de toute fin d'année on ne pense pas à un passage en CP (dont l'intérêt serait limité puisqu'il sait déjà lire), en plus maladroit dans tout ce qui est manuel (je soupçonne une légère dyspraxie). Fin de GS, se pose la question CP ou pas? Passage en CE1 quasi validé mais on émet quelques craintes vu son âge, l'école nous propose alors un CP/CE1 avec glissement possible, ce qui n'a pas été fait finalement (CP simple). Il s'est bien ennuyé tout le CP, et ce n'est que cette année en CM1 (dans une classe CM1/CM2) qu'il a l'impression d'apprendre un peu de nouveauté. Et il est également très mature, on ne voit pas la différence avec des enfants qui ont 1 ou 2 ans de plus. Il regrette de ne pas avoir sauté son CP et nous aussi.

2ème cas, le petit frère: fin d'année aussi, déchiffre en MS, il est dans une classe MS/GS et la maîtresse commence à l'intégrer à sa demande au groupe de GS en janvier. En juin l'école se décide pour un passage anticipé en CP, même s'il aura encore 4 ans et demi à la rentrée.

Et franchement, je trouve que l'histoire maturité/écriture etc qui nous ont fait peur pour le grand, ça n'en vaut pas la peine. Mon petit c'était encore mon gros bébé, et il a gagné en maturité, incroyable! Dès le début du CP. Ca me fait sourire par exemple de le voir préparer ses billes à emmener à la récrée, il prépare son cartable, autonome dans ses devoirs. Alors qu'il n'écrivait pas du tout en attaché, en 2 semaines de cp, c'était bon, maintenant il a une des plus jolies écritures de la classe (dixit la maîtresse), et surtout il adore ça. La lecture est maintenant courante, plus que de la fluidité à acquérir. Je le trouve vraiment épanoui cette année.

Après on n'a pas le recul pour voir comment ce sera dans quelques années, mais pour l'instant c'était le bon choix à faire.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

J'ai lu tous vos commentaires.

Je suis dans un cas similaire.

Mon fils est en MS, il commence a lire de façon fluide (déchiffrage ok, lâ plus part des sons complexes y compris).

Ca me fait plaisir pour lui car avec la lecture on peut faire énormément de choses...

Bref j'ai rendez vous avec son maître lâ semaine prochaine car il est en demande constante a la maison (et je ne voudrais pas faire d'erreur...).

J'aimerais savoir comment ça se passe en classe (MS/GS) aussi.

A côté de Ca il compte jusque 69, dénombre sans soucis, additionne...

Il écris beaucoup mais à son niveau je pense.

D'ailleurs l'apprentissage du tracé des lettres bâtons c'est MS ou GS ?

Des conseils pour cet entretien ?

Merci

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...