Jump to content

lecture globale mots


nouch62
 Share

Recommended Posts

bonjour, nouvelle en grande section après 7 ans de CM2, j'ai besoin de vos conseils.

J'aimerai faire une activité en regroupement sur la lecture globale des mots tirés de l’album étudié, mais laquelle?

Cela me permettrait ensuite de créer des fiches d’activités autour de la reconnaissance de ces mots, éclairez- ma lanterne s'il vous plait!

Link to comment
Share on other sites

bonjour, nouvelle en grande section après 7 ans de CM2, j'ai besoin de vos conseils.

J'aimerai faire une activité en regroupement sur la lecture globale des mots tirés de l’album étudié, mais laquelle?

Cela me permettrait ensuite de créer des fiches d’activités autour de la reconnaissance de ces mots, éclairez- ma lanterne s'il vous plait!

La lecture globale n'existe pas.

Link to comment
Share on other sites

Plutôt une lecture directe que globale.

Sur des mots courts pas sur des mots longs.

Tu analyses le mot lettre à lettre (les enfants doivent reconnaître préalablement les lettres). Par exemple mardi : m a r d i.

Ensuite tu leur donnes une étiquette plastifiée : au verso le mot mardi écrit. Au verso, une liste de mots dont mardi. Les enfants doivent l'entourer sans retourner l'étiquette. Ils devront donc mémoriser l'ordre des lettres.

Sur cette liste tu auras mis des pseudo-mots ou de vrais mots mais certains se rapprocheront de mardi.

Link to comment
Share on other sites

Plutôt une lecture directe que globale.

Sur des mots courts pas sur des mots longs.

Tu analyses le mot lettre à lettre (les enfants doivent reconnaître préalablement les lettres). Par exemple mardi : m a r d i.

Ensuite tu leur donnes une étiquette plastifiée : au verso le mot mardi écrit. Au verso, une liste de mots dont mardi. Les enfants doivent l'entourer sans retourner l'étiquette. Ils devront donc mémoriser l'ordre des lettres.

Sur cette liste tu auras mis des pseudo-mots ou de vrais mots mais certains se rapprocheront de mardi.

Il n'existe pas plus de lecture "directe" que de lecture "globale".

La reconnaissance de lettres sans l'étude des correspondances entre les graphèmes et les phonèmes n'a aucun intérêt. Et elle illusionne l'enfant sur ce qu'est la lecture qui n'est jamais une prise d'indices. Ce type d'activités précédant l'apprentissage véritable de la lecture rendra celle-ci d'autant plus difficile.

Link to comment
Share on other sites

Et comment fait-on pour les mots outils comme "est" "un' ?

Ce sont des mots dont on a besoin tout de suite dans les textes que les enfants.

Link to comment
Share on other sites

Et comment fait-on pour les mots outils comme "est" "un' ?

Ce sont des mots dont on a besoin tout de suite dans les textes que les enfants.

Votre remarque est pertinente, merci de la faire.

Nous savons maintenant avec certitude, depuis les travaux du prix Nobel de médecine R. Sperry (1981), que les mots ne sont pas jamais lus comme des images. Le mot n'est pas une image que le cerveau pourrait photographier et reconnaître sans passer par l'analyse des éléments qui le composent. "est" et "un" doivent être vus après que e, s, t, u, n l'ont été. Nous ne lisons pas "est" et "un" comme des images, mais comme une combinaison de lettres dont nous connaissons pour chacune la signification dans cet assemblage particulier. Les meilleurs lecteurs sont ceux qui lisent lettre lettre, qui savent analyser le plus rapidement possible les lettres qui composent le mot : le son qu'elles produisent ou non, leur combinaison, leur rôle.

Les méthodes alphabétiques procèdent ainsi, telles Léo et Léa, Bien lire aimer lire, Mon CP avec Papyrus, J'apprends à lire et à écrire ou d'autres. Dans ces méthodes, il n'y a pas de "mots-outils".

Link to comment
Share on other sites

L'apprentissage de mots globaux -des dizaines d'étiquettes- était trés à la mode jusqu' en 95 en maternelle ...

Mon collègue de GS fonctionne encore ainsi, uniquement.

Pour ma part, j'y ai assez vite renoncé complétement ne proposant plus que de la "syllabique" ... pour m'apercevoir que la plupart des méthodes de lecture des collègues de CP commençaient par des mots globaux et que mes élèves étaient perdus !!

(Les premiers mots appris en CP ici, sont "terre", "mer" et "soleil" ...)

Du coup, je m'oblige à leur faire faire des activités où il faut retrouver le mot identique au modèle dans une liste ... et je leur fais apprendre une petite liste de mots globaux (les prénoms de la classe, les jours de la semaine, le nom de la mascotte )

Link to comment
Share on other sites

L'apprentissage de mots globaux -des dizaines d'étiquettes- était trés à la mode jusqu' en 95 en maternelle ...

Mon collègue de GS fonctionne encore ainsi, uniquement.

Pour ma part, j'y ai assez vite renoncé complétement ne proposant plus que de la "syllabique" ... pour m'apercevoir que la plupart des méthodes de lecture des collègues de CP commençaient par des mots globaux et que mes élèves étaient perdus !!

(Les premiers mots appris en CP ici, sont "terre", "mer" et "soleil" ...)

Du coup, je m'oblige à leur faire faire des activités où il faut retrouver le mot identique au modèle dans une liste ... et je leur fais apprendre une petite liste de mots globaux (les prénoms de la classe, les jours de la semaine, le nom de la mascotte )

Lors de mon dernier CP, au bout d'une semaine j'avais compris que ces mots sur étiquettes, supposés connus depuis la maternelle, n'étaient pas lus mais reconnus sur la base d'indices. Les vacances étant passées par là, beaucoup ne savaient déjà plus les reconnaître. Les seuls qui y parvenaient bien et vite étaient ceux qui maîtrisaient déjà une partie du code alphabétique en entrant au CP, c'est-à-dire savaient analyser les mots par la connaissance du rôle des lettres.

Dans une autre école, en début d'année, j'ai assisté à un bref mais très vif échange entre la maîtresse de CP et celle de GS, la première reprochant à l'autre que ses nouveaux arrivants en CP connaissaient mal les fameux "mots outils" et autres mots-étiquettes dont ils avaient été pourtant bien abreuvés. Je n'ai pas osé intervenir pour leur dire qu'elles étaient toutes les deux de bonne foi, mais que c'était leur commune conception erronée de la lecture qui les conduisait à un mauvais jugement porté sur l'autre.

Il est très facile de se rendre compte comment les enfants reconnaissent ces étiquettes, y compris leur prénom, il suffit de leur demander : ils prélèvent des indices, ils ne lisent pas les mots comme ils reconnaissent des images. La lecture globale n'existe pas, elle est une illusion.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...