Jump to content

-


isabelle222
 Share

Recommended Posts

les femmes (et les quelques hommes) qui optent pour "rester au foyer" sont donc assassinées. Bravo Macron, le président sans gosses...

Link to comment
Share on other sites

et les conjoint(e)s d'agriculteurs (trices) non déclaré(e)s..... Il en existe encore beaucoup. Encore une belle avancée sociale, tiens.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 08/06/2018 à 19:57, isabelle478 a dit :

« Compte tenu des évolutions en matière de taux d'emploi des femmes et de conjugalité, doit-on maintenir des pensions de réversion ? »

Ce n'est pas une question illégitime. Pourquoi quelqu'un qui a été marié pendant 2 ou 3 ans aurait-il droit à une pension de réversion refusée à un concubin de 30 ans ?

Le mariage a longtemps été l'étalon de sérieux d'une union conjugale, avec un modèle ultra-majoritaire d'un membre du couple travaillant pendant que l'autre s'occupait du foyer. Ce n'est plus le cas, et il n'y a plus de corrélation claire du mariage ni avec la parentalité, ni avec la stabilité des couples,  ni avec le taux d'emploi.

A partir de là, il me semblerait naturel que les droits à pension soient individuels et indépendants du statut matrimonial, plutôt que de contribuer à favoriser une norme sociale obsolète.

Le 12/06/2018 à 11:13, Nao a dit :

et les conjoint(e)s d'agriculteurs (trices) non déclaré(e)s.....

 C'est un autre problème. Mais j'ai du mal à considérer qu'avoir triché toute sa vie avec les charges sociales ouvre des droits particuliers...

Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, Argon a dit :

 C'est un autre problème. Mais j'ai du mal à considérer qu'avoir triché toute sa vie avec les charges sociales ouvre des droits particuliers...

Ouh là, les agriculteurs ne trichent pas, ils vivent souvent avec moins que le SMIC pour 60h de boulot. Si on ne connaît pas, on ne peut même pas imaginer. Impossible dans ce cas de salarier leur épouse.

Il faut savoir que la pension de réversion n'est accordée qu'aux conjoints ayant de faibles revenus. Une pension de réversion d'agriculteur, c'est bien moins que le minimum vieillesse, que touchent les gens qui n'ont jamais ni travaillé, ni cotisé.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Le 09/06/2018 à 09:32, noakim a dit :

les femmes (et les quelques hommes) qui optent pour "rester au foyer" sont donc assassinées. Bravo Macron, le président sans gosses...

Certes, mais pourquoi les contribuables sans conjoint payeraient alors que le système ne leur ouvre aucun droit ?

La femme au foyer est un système que je trouve obsolète. De plus, de ce que j'observe autour de moi, rares sont les femmes qui s'y épanouissent.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, borneo a dit :

Ouh là, les agriculteurs ne trichent pas, ils vivent souvent avec moins que le SMIC pour 60h de boulot. Si on ne connaît pas, on ne peut même pas imaginer. Impossible dans ce cas de salarier leur épouse

  Oui, c'est un milieu que je connais un peu — assez pour savoir qu'on y trouve un spectre de situations extrêmement large. Il n'y a pas grand chose de commun entre un petit agriculteur qui lutte pour garder son exploitation à la limite de viabilité et un grand céréaliser.  Je réagissais au  "non déclaré".

il y a 41 minutes, borneo a dit :

Il faut savoir que la pension de réversion n'est accordée qu'aux conjoints ayant de faibles revenus. Une pension de réversion d'agriculteur, c'est bien moins que le minimum vieillesse, que touchent les gens qui n'ont jamais ni travaillé, ni cotisé.

La pension de réversion est l'un des éléments participant du minimum vieillesse.

 

il y a 37 minutes, borneo a dit :

Certes, mais pourquoi les contribuables sans conjoint payeraient alors que le système ne leur ouvre aucun droit ?

... et a fortiori les contribuables en couple non marié !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Argon a dit :

  Oui, c'est un milieu que je connais un peu — assez pour savoir qu'on y trouve un spectre de situations extrêmement large. Il n'y a pas grand chose de commun entre un petit agriculteur qui lutte pour garder son exploitation à la limite de viabilité et un grand céréaliser.  Je réagissais au  "non déclaré".

 

la plupart des agriculteurs sont sur de petites voire très petites exploitations. Il leur faut de l'aide et celle ci doit être gratuite car sans cela on ne s'en sort pas. Pour un gars qui touche environ 700 à 800 € par mois en moyenne, tu comprendras que madame ne peut décemment pas recevoir le moindre euro. Selon la région où les agriculteurs vivent, ils peuvent céder une partie de leur foncier si celui-ci est devenu constructible. Si ce n'est pas le cas, c'est la misère pour leur fin de vie. Une partie de ma famille a connu le problème et ce sont les enfants qui, devenus adultes, ont pris leur mère en charge. Le minimum vieillesse étant ce qu'il est....

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Nao a dit :

la plupart des agriculteurs sont sur de petites voire très petites exploitations.

Pas sûr qu'il faille raisonner comme ça : il se pourrait bien que le gros des aides aille à la minorité de gros (je n'ai pas les chiffres pour les pensions de reconversion, mais c'est largement le cas pour le plus clair des subventions, européennes en particulier).

Pour moi, la solution n'est pas de s'arc-bouter sur un statu quo de toute façon injuste, mais de chercher une répartition à la fois plus équitable et moins coûteuse. Et pour cela le plafonnement me semble souvent une bonne solution...  (e.g. : plus de pension de réversion supérieure, disons, au double du salaire médian, pour commencer

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Argon a dit :

Pas sûr qu'il faille raisonner comme ça : il se pourrait bien que le gros des aides aille à la minorité de gros (je n'ai pas les chiffres pour les pensions de reconversion, mais c'est largement le cas pour le plus clair des subventions, européennes en particulier).

Pour moi, la solution n'est pas de s'arc-bouter sur un statu quo de toute façon injuste, mais de chercher une répartition à la fois plus équitable et moins coûteuse. Et pour cela le plafonnement me semble souvent une bonne solution...  (e.g. : plus de pension de réversion supérieure, disons, au double du salaire médian, pour commencer

Quand je parlais d'aide, c'était de main d'oeuvre gratuite.

Link to comment
Share on other sites

Il y a déjà un plafond de ressources autorisé du survivant .(autour de 20 000 € annuel j'ai cru lire).

Celles que je connais qui l'ont perçue, c’était vraiment nécessaire. telle ma mum, 5 enfants, un mari docker à la tâche et des ménages pour elle.

Mon père est décédé à 52 ans,  donc sa retraite....Et je n'en connais que des comme ça, des femmes sans ressources. Et ce pourrait être des hommes bientôt.

On ne pourra plus non plus avoir une vision "collective" de notre vivre ensemble.

Telle que freiner  une vie vécue dans la précipitation, la surconsommation..en équilibrant, dans une famille ou autre groupe,  les investissements du temps consacré au travail  "rémunéré" pour apaiser les tensions, huiler les rouages de la vie quotidienne.

Une seule et unique vision de la vie à mener : On grimpe, encordés, sans admirer ou laisser admirer le paysage. Juste, être dans les premiers.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Argon a dit :

 

Pour moi, la solution n'est pas de s'arc-bouter sur un statu quo de toute façon injuste, mais de chercher une répartition à la fois plus équitable et moins coûteuse. Et pour cela le plafonnement me semble souvent une bonne solution...  (e.g. : plus de pension de réversion supérieure, disons, au double du salaire médian, pour commencer

Ah je me demande bien pourquoi je ne crois pas que la répartition sera plus équitable... Et moins coûteuse. Si au moins les efforts demandés aux plus pauvres étaient réinvestis dans le bon sens. Non, je vois encore une fois un nivellement par le bas et des riches pour qui ça va, merci.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Dans un système de cotisation par points "du chacun pour sa gueule", ce dispositif bienveillant disparaitra...

C'est marrant jamais pendant la campagne cet infâme individu n'a parlé de ce genre de disposition, un peu comme la SNCF ou l'augmentation des taxes sur l'essence...

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, 

Le système de réversion des pensions est déjà injuste puisque lié au statut professionnel antérieur. Ainsi si je décède avant mon mon conjoint il aura droit à l'intégralité de ma pensions de réversion alors que sa pension de retraite est plus importante car ancien eti alors qu'à l'inverse s'il décède avant moi je n'aurai droit qu'à la réversion de sa complémentaire la retraite d'un enseignant étant supérieure au plafond fixé. C'est ce qu'a découvert ma belle-soeur retraité à l'échelon 10 (donc pas avec une retraite maximum) lors du décès de  son conjoint il y a 2 ans. 

Mes parents tous 2 retraités du système privé et ancien cadres supérieurs avec de très confortables pensions bénéficieront de la réversion de leur conjoint sans condition de ressource en l'état actuel de la législation. 

Cedi dit pas sûre que l'équité envisagée aille dans le sens d'assurer un minimum vieillesse décent  quel que soit le statut professionnel antérieur. En ce qui concerne le statut matrimonial si le pacs déjà soumis à une imposition commune pourrait effectivement bénéficier du dispositif (mais qu'est-ce qui le différencierait alors du mariage, les règles de succession?) à partir de quelle durée déterminer le droit: 1 an , 10 ans, 20 ans? 

De toute façon ils feront ce qu'ils voudront étant donnée l'opacité et la complexité actuelle du système....

 

Link to comment
Share on other sites

Le 27/06/2018 à 13:12, keljob a dit :

Il y a déjà un plafond de ressources autorisé du survivant .(autour de 20 000 € annuel j'ai cru lire).

Ou 30 000 € en couple.  Personnellement, c'est ce qui me choque le plus : autant une solidarité collective à l'égard de la veuve éplorée, pour qu'elle ne perde pas ses ressources en même temps que son conjoint, me semble normale et légitime, autant je ne vois pas bien à quel titre quelqu'un qui a refait sa vie, a fortiori après un divorce, pourrait y prétendre — "je ne supportais plus de vivre avec cette vieille peau et je l'ai plaqué(e), mais maintenant qu'il (elle) a débarrassé le plancher, je veux bénéficier de sa retraite..."

Par ailleurs, pour moi, le plafonnement ne devrait pas tant porter sur les revenus que sur le patrimoine. Il y a un monde de différence entre les petits retraités qui ne possèdent rien et vivent comme ils peuvent avec leurs 20 000€ par an, et ceux qui n'ont aucun revenu formel mais vivent très confortablement de placements judicieux.

Link to comment
Share on other sites

Il faut voir la situation des divorcés dans les deux sens. Ma mère touche aujourd'hui 1000 euros de pension de réversion dr l'Agirc-Arco de mon père décédé. Elle a vécu 21 ans de mariage avec lui et en était séparée depuis 25 ans. Elle a fait sa carrière en fonction de la sienne et nous a bien élevées mes deux soeurs et moi, car il était très pris par son travail. Il me semble donc tout à fait normal qu'elle touche cette pension au prorata des années de mariage (d'autant qu'elle s'était bien faite avoir au divorce, j'adorais mon père mais ça pouvait être un sacré margoulin). La seconde épouse a découvert ça à ses dépens, un petit peu de rigolade dans cette période de merde.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, maiden a dit :

 Il me semble donc tout à fait normal qu'elle touche cette pension au prorata des années de mariage (d'autant qu'elle s'était bien faite avoir au divorce, j'adorais mon père mais ça pouvait être un sacré margoulin). La seconde épouse a découvert ça à ses dépens, un petit peu de rigolade dans cette période de merde.

Oui et non...  Je suis ravi pour ta mère si elle peut profiter du système pour réparer une injustice, mais ce n'est a priori pas du tout le rôle d'une pension de réversion que de corriger un jugement de divorce. Si elle a sacrifié sa carrière à elle de ton père, il y a en principe une pension alimentaire pour le compenser, et qui peut continuer à être payée par les héritiers de ton père.

Link to comment
Share on other sites

Pour plus de précisions ces plafonds concernent un conjoint fonctionnaire pouvant prétendre à la réversion de son conjoint issu du secteur privé et ne concerne pas le conjoint issu du secteur privé pouvant prétendre à la réversion de son conjoint fonctionnaire.

Par exemple, monsieur A retraité du secteur privé avec une pension annuelle de 40000 euros décède Madame A retraité de la fonction publique bénéficiaire d'une pension de retraite de 23000 euros annuelle n'aura aucun droit à la réversion de la retraite de base de Monsieur.Elle pourra néanmoins selon le régime prétendre à une réversion des régimes complémentaires (fort variables selon le secteur privé concerné) A l'inverse si Madame A décède avant Monsieur, celui-ci aura droit à 50% de sa retraite de base sans aucun plafond de ressources. 

 

Moralité quand on est fonctionnaire mieux vaut être veuf ou veuve d' un fonctionnaire... Quand on est du privé, mieux vaut être veuf ou veuve d' un fonctionnaire , mais il ne fait pas bon être veuf ou veuve d'un salarié du régime privé sauf régimes spéciaux....

Qui parmi vous a fait ces calculs au moment de se marier? Pas moi en tout cas mais la chute peut être rude quand vous le découvrez à l'heure du veuvage et que vous n'avez pas de capital propre.

Du coup je trouverai effectivement plus juste un système qui ne dépendrait pas du statut des conjoints mais de leurs ressources/patrimoine réel, après tout dépend du curseur...

 

Link to comment
Share on other sites

Le nivellement vers le bas pour le peuple, le nivellement vers le haut pour les 1% les plus aisés...Le plus inquiétant demeurant la capacité des premiers à accepter un modèle qui ne sert pas leurs intérêts.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Argon a dit :

Oui et non...  Je suis ravi pour ta mère si elle peut profiter du système pour réparer une injustice, mais ce n'est a priori pas du tout le rôle d'une pension de réversion que de corriger un jugement de divorce. Si elle a sacrifié sa carrière à elle de ton père, il y a en principe une pension alimentaire pour le compenser, et qui peut continuer à être payée par les héritiers de ton père.

C'est l'Agirc-Arco, pas le régime général. Là elle n'a droit à rien.

Link to comment
Share on other sites

  • isabelle222 changed the title to -

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...