Jump to content

La solitude de l'enseignant spécialisé


ticapio
 Share

Recommended Posts

Bonjour à tous,

Je viens vers vous pour vider mon sac. 

Je suis enseignante spécialisée certifiée et j'interviens sur 5 écoles. Pour certaines, c'est beaucoup; pour d'autres, c'est le paradis... Mais l n'est pas mon souci. 

Encore ce matin, j'arrive dans la classe de ma collègue pour faire mon atelier avec ses élèves et là, une intervenante ! Donc atelier encore annulé  ! Aucune info ne m'a été donnée.

Malheureusement, ce n'est pas la première fois et malgré mes demandes d'être mise dans la boucle des mails, rien ne se passe du côté des enseignantes et du côté de la direction. Cela me pose encore question car ce sont les instits qui m'ont demandé de prendre en charge les élèves et pourtant. 

Je me sens très seule et pas reconnue dans mon poste. Cela me démotive grandement : à quoi sers-je ? Suis-je une simple caution inclusive ou une enseignante de délestage pour les élèves dont on n'a pas envie de s'occuper ? J'ai l'impression d'être perçue comme un bonus mais sans intérêt. Lorsque j'ai une demande (comme àa, entre 2 couloirs...) j'essaie de mettre en place des choses mais je n'ai pas de retour sur les docs qui me sont nécessaires. Et quand je les réclame, je sens bien que ça énerve. Cela m'agace prodigieusement mais je suis incapable de le formuler à mes collègues, par peur d'envenimer la situation. Alors que faire ? Je n'ai plus envie de travailler, de préparer, d'inventer, de chercher, d'être personne ressource car je n'ai pas l'impression d'avoir la possibilité de faire bouger un peu les choses. Prendre les élèves des enseignantes collaboratives ? Mais sacrifier les autres ? 

Je pense avoir des choses à changer dans ma posture. J'en suis consciente. Je fais le max pour développer l'inclusion dans mes écoles mais sans le soutien min des enseignantes et des directions, je ne pourrai rien faire. Come nous n'avons de lien hierarchique, nous ne pouvons rien imposer.

J'en ai marre, marre, marre...

Je me sens seule et mon niveau d'energie baisse à vue d'oeil...

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

je comprends ton ras-le-bol....

La question que je me pose, c'est pourquoi la présence d'une intervenante annule ton intervention. C'est plus important ?

Je ne suis pas d'accord avec le principe que les élèves aidés ne loupent ni les arts plastiques, ni le sport, ni la musique, ni les marionnettes, ni la conteuse... Ils peuvent louper quoi, alors ? Le français ? Les maths ?

Ce n'est évidemment pas correct de ne pas te prévenir, d'autant que les interventions sont planifiées longtemps à l'avance.

 

J'ai connu l'inverse : des maîtres G ou E qui ne viennent pas prendre les élèves sans prévenir. Autant dire que ça angoisse énormément les élèves concernés, et ça désorganise la classe. 

Je pense que tu peux mettre les points sur les i à cette collègue. Un bon coup de colère, et elle pensera à te prévenir. En étant trop gentille, tu te fais marcher sur les pieds. 

 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Ta solitude et ta baisse de motivation, je les comprends complètement. J'avoue m'être plusieurs fois posé la question du sens que mettaient les quelques profs RASED à leur boulot en constatant l'isolement (subi ou souhaité parfois) dans lequel elles travaillaient.

Je n'ai que "ma" vision: celle d'une PE ordinaire dont quelques élèves ont, parfois, été pris en charge. Ici, c'est priorité aux petits niveaux donc cela ne s'est produit que lorsque j'avais des CP. Quelques mois, car j'ai vite décidé de "garder" mes élèves. Ce qui, finalement, est une aberration puisque la baisse du nombre des enseignant.e.s RASED est une des revendications constantes de pas mal de PE.

Chaque situation et chaque vécu est différent mais voilà ce qui me posait problème:

- Sortir le ou les élèves de la classe: je suis mal à l'aise avec ça. Ce que je parviens à faire au quotidien avec les élèves d'ULIS inclus (expliquer à la classe pourquoi ils sont là ou pas, etc) a toujours été plus compliqué avec les interventions RASED, plus ponctuelles et moins régulières.

- Sortir pour travailler de façon adaptée, oui mais quand?: parce qu'il y a plusieurs élèves pris en charge, sur plusieurs écoles, c'est le RASED qui fait son emploi du temps (ce qui est tout à fait compréhensible). Mais du coup, l'entrainement spécifique en lecture (par ex.) va se faire sur des plages où la classe travaillera d'autres matières, fera d'autres choses; c'est un pb.

- L'intervenante RASED chez nous, a ses routines, ses exercices, ses convictions. Elle semble y rester accrochée (c'est respectable), sans prendre en compte le fait que tous les PE des élèves qu'elle prend en charge utilisent maintenant de nouvelles méthodes de lecture, de travail (c'est un pb), qu'elle critique sans s'y intéresser de surcroit (difficile alors d'espérer travailler "ensemble"). Et oui, j'ai aussi plutôt vécu le cas du PE Rased qui fait "sauter" pour raison x ou y sa prise en charge.

- La vision qu'elle a des élèves, de leurs compétences et progrès sont toujours en décalage total avec les nôtres, cela a plusieurs fois posé pb lors des ESS: emphase de son côté sur les progrès et compétences alors que nous souhaiterions alerter les parents sur nos inquiétudes.

Bref. Je suis totalement consciente que c'est un boulot très difficile du point de vue des relations avec les adultes, souvent entouré de non-dits.

Néanmoins, dans ce que tu décris, il y a des éléments qui sont problématiques venant de l'équipe (comme le souligne Bornéo): non ce n'est pas normal que tu ne sois pas dans les boucles de mails; non, ce n'est pas normal que les collègues ne remplissent pas (ou mal) les fiches de demande d'aide. Et d'autres qui sont problématiques tout court: demander aux PE Rased d'intervenir sur plusieurs trop d'écoles c'est, d'office, limiter le nombre d'interventions auprès de chaque élève et du coup en limiter automatiquement l'efficacité...

Je rêverais de travailler avec des PE rased aussi impliqué.e.s que toi.

 

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Ne te décourage pas. Peut-être le nombre d’écoles sur lesquelles tu interviens explique cette attitude. J’imagine que le peu de temps que tu passes dans chaque école, tu n’arrêtes pas de courir. 
Tu dois avoir les documents que tu demandes et être informée des changements c’est un minimum.

Pas facile de changer tout ça à cette époque de l’année ! Peut-être pourrais-tu demander une réunion avec les enseignants des élèves auprès desquels tu interviens, histoire de voir si le fonctionnement est adapté et en glisser 2 mots.

Dans la manière dont tu t’exprimes à l’écrit, on sent beaucoup de respect et de gentillesse.... possible qu’on en abuse...

Dans mon école, l’enseignant spé n’intervient pas auprès de mes élèves, mais il est de bon conseil et crois-moi face aux petits qui nous arrivent un autre regard etc est toujours le bien venu.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Demander une réunion (de plus), je ne le ferais pas. 

Mais demander à ce que le fonctionnement de l'aide soit discuté au prochain conseil de maîtres ou de cycle, ça me semble tout à fait judicieux.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Merci pour vos retours.

J'ai évoqué la situation ce midi avec mes collègues. Et elles m'ont expliqué qu'il n'y avait pas eu de concertations depuis le début de l'année (wtf !!!???). Donc normal de ne pas y être conviée.

Pour la situation de ce matin, j'en ai également parlé avec la collègue uqi ne semble pas se rendre compte de ce que cela implique. Je viens une fois par semaine et j'ai déjà le sentiment de faire du saupoudrage. Alors si on saute une séance... POur info, je prends les petits en classe en cointervention pour ne me concentrer, en fait, que sur un petit qui a d'immenses difficultés. Les autres sont là pour ne pas stygmatiser l'enfant concerné et pour être un peu les modèles. DOnc quand une intervenante est en classe, je ne peux pas faire mon atelier.

Je suis aussi rentrer quelques minutes à la maison pour souffler et pleurer un bon coup dans les bras de mon mari. Cela m'a fait du bien et m'a permis de prendre un peu de recul sur comment je pouvais résoudre la situation. 

merci de vos retours, de votre regard sur la situation. Le métier d'enseignant spé est passionnant et pour rien au monde je n'ai envie de retourner en ordinaire. Mais force est de constater que nous sommes souvent ou parfois perçs comme les 14ème roue du carrosse...

A bientôt !

 

Link to comment
Share on other sites

  • André Jorge changed the title to La solitude de l'enseignant spécialisé
Le 25/02/2021 à 11:48, borneo a dit :

J'ai connu l'inverse : des maîtres G ou E qui ne viennent pas prendre les élèves sans prévenir. Autant dire que ça angoisse énormément les élèves concernés, et ça désorganise la classe. 

Ou qui débarquent à l'improviste, style "sauveur qui a pu dégager du temps pour voler au secours de la pauvre PE de base".

C'est plutôt, hélas, cette configuration que j'aie ;le plus connue depuis mes débuts.

Les enseignants spécialisés oublient souvent que nous n'avons pas qu'un élève, que nous sommes de service de récré, qu'entre midi et deux, nous avons des corrections, qu'à 16h30, notre journée de travail n'est pas terminée, et que nous n'avons que rarement notre weekend et nos vacances libres.

Après, je côtoie une super Maître E, arrivée à la place d'un collègue du type cité plus haut et, comme elle ne ménage ni son temps ni son énergie, qu'elle essaie à tout prix de se caler sur l'emploi du temps et les méthodes des collègues, certains en profitent et l'exploitent.

C'est ce type de collègue que tu sembles être, donc tape du poing sur la table directement avec le collègue concerné, dès que le problème se présente.

 

Le 25/02/2021 à 11:59, HYPO a dit :

Bref. Je suis totalement consciente que c'est un boulot très difficile du point de vue des relations avec les adultes, souvent entouré de non-dits.

Oui, d'énormes "non dits".

Le 25/02/2021 à 13:19, borneo a dit :

Demander une réunion (de plus), je ne le ferais pas. 

Oui, surtout pas, ça risquerait d'envenimer les choses, car les PE "de base" ont déjà beaucoup (trop) de réunions en dehors de leur temps de classe !

Citation

Mais demander à ce que le fonctionnement de l'aide soit discuté au prochain conseil de maîtres ou de cycle, ça me semble tout à fait judicieux.

Exactement, réunion à laquelle tu assisteras, bien sûr.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Le 25/02/2021 à 13:52, ticapio a dit :

Je viens une fois par semaine et j'ai déjà le sentiment de faire du saupoudrage. Alors si on saute une séance...

C'est, de toute façon, le cas.

Le 25/02/2021 à 13:52, ticapio a dit :

POur info, je prends les petits en classe en cointervention pour ne me concentrer, en fait, que sur un petit qui a d'immenses difficultés. Les autres sont là pour ne pas stygmatiser l'enfant concerné et pour être un peu les modèles.

Et tu effectues le travail prévu par l'enseignant ou un travail à part ?

Parce que, si c'est la seconde solution, ça "sort" des élèves de l'activité du moment et, en plus, ça produit un bruit de fond et une source de distraction.

Pas facile pour l'enseignant de la classe !

Si j'étais dans cette situation, que l'enseignant spé ne puisse pas sortir des élèves de la classe, je préférerais qu'il m'épaule pour faire effectuer la même leçon avec son "groupetto". Leçon qui pourrait être décidée ensemble, bien sûr ! 

Link to comment
Share on other sites

Faire bouger les choses, ça demande du temps, de la patience et une bonne capacité d'empathie.

Pour autant, la correction, la courtoisie, la diffusion des informations minimales pour travailler, ça n'est pas négociable. Pourquoi ne pas diffuser un mail aux collègues sous couvert des directeurs pour rappeler les règles de fonctionnement, les contacts et les protocoles? Les situations des élèves sont vues en conseil de cycle, c'est peut être l'occasion de faire un petit point liminaire.

Tout le monde peut se louper de temps en temps, mais quand ça devient récurrent, il faut peut être ensemble se demander pourquoi.

Chez moi, le rased fait l'objet d'une note de service spécifique de l'IEN pour fixer tous les ans le fonctionnement, les antennes, les noms des nouveaux...

Link to comment
Share on other sites

C'est une cointervention à la demande exclusive de la PE. J'interviens sur le temps d'atelier pour ne pas sortir l'élève. Du coup, sur ce temps, je mène mon atelier pendant que les autres sont sur d'autres ateliers.

Link to comment
Share on other sites

Le 27/02/2021 à 10:22, Goëllette a dit :

C'est, de toute façon, le cas.

Et tu effectues le travail prévu par l'enseignant ou un travail à part ?

Parce que, si c'est la seconde solution, ça "sort" des élèves de l'activité du moment et, en plus, ça produit un bruit de fond et une source de distraction.

Pas facile pour l'enseignant de la classe !

Si j'étais dans cette situation, que l'enseignant spé ne puisse pas sortir des élèves de la classe, je préférerais qu'il m'épaule pour faire effectuer la même leçon avec son "groupetto". Leçon qui pourrait être décidée ensemble, bien sûr ! 

C'est une classe de GS. Le petit qui est ciblé par mon intervention est un petit en très grande difficulté et en âge de CE1. Les démarches sont enfin mises en route par les parents pour la reconnaissance du handicap de leur enfant ( pour info, même la fratrie n'était pas mise au courant des difficultés de leur frère). 

Je verrais vendredi comment cela tourne. En tout cas, merci de votre soutien et de votre recul. Cela fait du bien de pouvoir parler à des personnes qui savent de quoi je parle sans être jugée. Notre métier est beau mais parfois tellement difficile humainement !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ticapio a dit :

C'est une classe de GS. Le petit qui est ciblé par mon intervention est un petit en très grande difficulté et en âge de CE1. Les démarches sont enfin mises en route par les parents pour la reconnaissance du handicap de leur enfant ( pour info, même la fratrie n'était pas mise au courant des difficultés de leur frère). 

Deux ans de retard en GS sans reconnaissance de handicap, c'est encore possible ça ?

A part certains trisomiques, qui ensuite partent en ULIS ou en IME, dans mon coin, il est déjà très compliqué de maintenir un élève un an en GS ...

Il y a 1 heure, ticapio a dit :

C'est une cointervention à la demande exclusive de la PE. J'interviens sur le temps d'atelier pour ne pas sortir l'élève. Du coup, sur ce temps, je mène mon atelier pendant que les autres sont sur d'autres ateliers.

Dans ce cas, je trouve cela en effet très intéressant et bénéfique.

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...