Jump to content

[Ressources pédagogiques] La BnF vous propose...


ClassesBnF
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

Je suis en charge des ressources pédagogiques à la BnF et j'aimerais venir vous proposer de temps en temps des ressources pédagogiques. N'hésitez pas à m'indiquer ce qui vous intéresse et ce dont vous avez besoin.

Nous avons deux portails consacrés à la pédagogie, dont les contenus sont très proches : http://classes.bnf.fr/ et http://expositions.bnf.fr/ ; le site de la bibliothèque numérique des enfants n'est malheureusement plus fonctionnel en raison d'un problème technique (obsolescence des contenus flash).

Nous sommes en train de concevoir un nouveau portail documentaire qui devrait ouvrir vers l'automne 2021, mieux organisé et avec de nouveau accès aux animations.

En attendant, je serais heureuse de vous guider parmi nos ressources ;)

 

 

  • J'aime 3
  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Et pour aujourd'hui, un petit point sur la terre, les saisons, les climats.

>> Des vidéos pour comprendre... (le ton n'est pas tout à fait adapté aux enfants, mais les images pourraient vous être utiles)

les saisons : https://vimeo.com/323223596

les climats : https://vimeo.com/323223632

le ciel depuis la Terre : https://vimeo.com/323223682

comment on se repère sur la Terre : https://vimeo.com/323223665

>> Une expo virtuelle sur la représentation du monde :

"Le monde en sphères" : http://expositions.bnf.fr/monde-en-spheres/

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Par hasard, vous avez quoi que ce soit sur la Commune ? J'aimerais en parler àd es CM2 dans le cadre du cent-cinquantenaire. Même des docs pour adultes peuvent être utiles.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Aujourd'hui, quelques ressources sur les contes...

Comme toujours, n'hésitez pas si vous avez des remarques ou des envies, soit sur le fil, soit en MP !

 

📖 ŒUVRE A L'HONNEUR : Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête

"La Belle et la Bête" est l’un des contes les plus célèbres de la littérature française. Conte féérique et philosophique publié en 1740 par Gabrielle de Villeneuve, d'après Apulée, il raconte une histoire de rédemption par l’amour sur fond de rivalités entre fées et propose des réflexions très fines sur l’amour, les liens familiaux et toutes les formes de pouvoir. Quand elle compose à Londres son Magasin des enfants, Jeanne-Marie Leprince de Beaumont imagine d’adapter cette histoire pour un jeune public : elle simplifie l’intrigue, interrompant l’histoire à mi-course, quand la Bête reçoit de la Belle le baiser qui la délivre du sort jeté par une fée jalouse. C’est dans l’adaptation qu’en a donnée Leprince de Beaumont que l’histoire est inlassablement reprise ensuite, illustrée d’innombrables fois et éditée sans discontinuer dans de nombreuses langues depuis plus de cent cinquante ans.

Dossier sur l'oeuvre : https://gallica.bnf.fr/essen.../leprince-beaumont/belle-bete

Lire l'oeuvre intégrale : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65663748/f1.item

Documents iconographiques :

>> Le conte en images d'Epinal : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6938052w

>> La vision d'Edmond Dulac : http://expositions.bnf.fr/contes/grand/091_4.htm

>> Une affiche pour la représentation théâtrale de la Belle et la Bête : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531677330

 

🗂 AUTRES ŒUVRES ET TEXTES

Les contes de Perrault : https://gallica.bnf.fr/essentiels/perrault/contes

... et des extraits de plusieurs d'entre eux : https://gallica.bnf.fr/essentiels/perrault/contes/extraits

 

Les contes de Mme D'Aulnoy : https://gallica.bnf.fr/essentiels/aulnoy/contes-fees

... et leurs extraits :

>> L'oiseau bleu : https://gallica.bnf.fr/ess.../aulnoy/contes-fees/oiseau-bleu

>> Le nain jaune : https://gallica.bnf.fr/esse.../aulnoy/contes-fees/nain-jaune

>> La belle aux cheveux d'or : https://gallica.bnf.fr/.../contes-fees/belle-cheveux-or

 

 Les contes des Mille et Une Nuits : https://gallica.bnf.fr/essentiels/galland/mille-nuits

... et leurs extraits : https://gallica.bnf.fr/essen.../galland/mille-nuits/extraits

 

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Choisir des consignes pour écrire un conte : http://expositions.bnf.fr/contes/pedago/atelier/index.htm

Parcours pédagogique autour du dragon : https://fantasy.bnf.fr/fr/transmettre/le-dragon/

Parcours pédagogique autour du monstre : https://fantasy.bnf.fr/fr/transmettre/le-monstre/

 

🧐 POUR ALLER PLUS LOIN

Les contes, un nouveau genre littéraires aux XVIIe-XVIIIe siècles : https://gallica.bnf.fr/.../contes/nouveau-genre-litteraire

Les ingrédients du conte de fées : http://expositions.bnf.fr/contes/arret/ingre/index.htm

Notre exposition virtuelle sur les contes de fées : http://expositions.bnf.fr/contes/index.htm

Edited by ClassesBnF
Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Bonjour,

En ces premières semaines, quelques repères pour vous aider à vous repérer dans les ressources pédagogiques de la BnF.

📜 La page facebook

Si ce n'est déjà fait, courez vous abonner à la page https://www.facebook.com/lesclassesbnf/
Cette page est dédiée aux professionnels de l'enseignement et de la médiation culturelle.
En particulier, tous les lundis, nous vous proposons un post en lien avec les programmes, sous le "mot-dièse" #lundipédagogie ... mais aussi beaucoup d'autres contenus !
N'hésitez pas à nous faire part, en commentaire ou en mp, de vos besoins et envies !
 
👩‍🏫 Les ateliers, formations et visites pédagogiques
Toute l'année, le service de l'éducation artistique et culturelle (EAC) propose visites et ateliers pour les scolaires, ainsi que des formations pour les enseignants.
Avec la situation épidémique, une partie de ces formations se tient par visioconférences.
Le programme des formations se trouve à cette page : https://www.bnf.fr/fr/enseignants-et-communaute-educative...
Le programme des ateliers se trouve dans l'agenda, en sélectionnant le filtre "Ateliers" : https://www.bnf.fr/fr/agenda
Ils sont régulièrement mis à jour.
 
💻 Les expositions et dossiers virtuels
La BnF propose plus d'une centaine d'expositions virtuelles sur des sujets variés, allant de Homère à la Fantasy, de la Méditerranée au 12e siècle à l'esprit de mai 1968.
Ces expositions sont accompagnées de dossiers pédagogiques proposant des pistes d'exploitation en classe.
Vous pouvez retrouver toutes ces ressources sur les portails : http://classes.bnf.fr et http://expositions.bnf.fr
 
🧐 Bon à savoir : avec l'arrêt de flash début 2021, certains modules de ces expositions virtuelles ne sont plus accessibles. Pour l'instant, il n'existe pas d'émulateur fonctionnel pour pallier ce problème ; il est toutefois possible de les faire fonctionner en téléchargeant une version portable ancienne du navigateur firefox (par exemple, firefox 55). L'équipe du service des éditions multimédias travaille d'arrache-pied pour vous mitonner un tout nouveau portail documentaire afin de mettre de nouvelles ressources à votre disposition. Il devrait sortir au printemps 2022. On espère qu'il vous plaira !
  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

[Arts plastiques/Français]

Aujourd'hui, deux matières en un parcours avec un travail sur "Portraits et autoportraits".

🧐 Introduire au portrait

>> Entrer dans le portrait par des images : http://classes.bnf.fr/portrait/galeries/index.htm
Une galerie de portraits en photos, en dessins, en peintures et même... en pièces de monnaies !
Portraits du 18e siècle : https://gallica.bnf.fr/essentiels/recherche/portrait

>> Entrer dans le portrait par des questions : http://classes.bnf.fr/portrait/artportr/mots/index.htm
Le portrait est-il forcément ressemblant ? Représente-t-il une fonction ou un personnage ? Quelle est la différence entre un portrait et une caricature ? Peut-on portraiturer des animaux ? Suffit-il de représenter quelqu'un pour en faire un portrait ? Autant de questions qui, soutenues par des exemples parfois paradoxaux, permettent d'engager la réflexion sur la nature du portrait.

>> Entrer dans le portrait par des thèmes
Miroir, pose, ombres... Une sélection d'images en rapport avec différentes manières de concevoir et photographier des portraits : http://expositions.bnf.fr/portraits/pedago/cent/index.htm

>> Entrer dans le portrait par des écrits d'artistes : http://classes.bnf.fr/portrait/peinture/josh/index.htm
Léonard de Vinci, Joshua Reynolds, Eugène Delacroix ou Jean Hélion : tous écrivent sur le portrait et la manière de le réaliser au mieux. L'inspiration vient souvent des plus grands !

>> Entrer dans le portrait par des textes littéraires :
http://classes.bnf.fr/portrait/litterature/index.htm
Du Cardinal de Retz à Mme de la Fayette en passant par La Bruyère, La Rochefoucauld, Molière, Saint-Simon et Scarron : une anthologie de portraits du 17e siècle.
http://classes.bnf.fr/portrait/anthologie/index.htm
Balzac, Baudelaire, Zola, Mérimée, mais aussi Eugène Sue et Villiers de l'Isle Adam : une anthologie de portraits du 19e siècle
http://classes.bnf.fr/portrait/anthologie/index.htm
Trois portraits du 20e siècle, par Albert Cohen, Michel Leiris et Marcel Proust

✍️ Des idées d'exercices
>> http://classes.bnf.fr/portrait/ateliers/chap1/index.htm
Des exercices à partir de démarches plastiques, comme l'épure, le collage, l'inversion, les âges de la vie...
>> http://classes.bnf.fr/portrait/ateliers/chap2/index.htm
Des exercices d'écriture autour des genres, de la subjectivité, des portraits de groupes...

>> http://classes.bnf.fr/portrait/ateliers/chap3/index.htm

Des idées spécial maternelle !

👨‍🎓  Sites de référence
Un site sur le portrait photographique, plastique et littéraire :  http://classes.bnf.fr/portrait/
Les Nadar, photographes portraitistes : http://expositions.bnf.fr/les-nadar/l-art-du-portrait.html#le-portrait

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

[Arts plastiques, lettres] Aujourd’hui, on voit ROUGE !

🧐 Pistes de réflexion autour de la couleur rouge
Symbolique : que représente le rouge ?
Couleur du sang et du feu, le rouge est considéré depuis l’Antiquité comme la couleur par excellence. On l’associe de ce fait à la vie, à la vigueur, à l’enfance, mais aussi à la beauté (en russe, les deux mots « rouge » et « beau » sont de même racine). Comme de nombreuses couleurs, elle peut sembler parfois contradictoire : c’est la couleur de l’autorité (le rouge de certaines robes de magistrats, mais aussi de la contestation (le drapeau rouge) ; associée à l’interdit sur les panneaux de circulation, elle se fait aussi couleur du plaisir, du  divertissement (rideaux de théâtre) et de l’érotisme.
Une couleur particulièrement polysémique, donc, qui s’est construite tout au long de l’histoire.
>> Les symboliques du rouge en image : http://expositions.bnf.fr/rouge/bande/bande.htm
>> Les symboles du rouge : http://expositions.bnf.fr/rouge/rencontres/02.htm

Historique : quelle est l’histoire de la couleur rouge ?
Le rouge est l’une des couleurs les plus faciles à fabriquer, que ce soit en peinture ou en teinture. On le retrouve ainsi, sous forme d’ocre, sur les parois des grottes du paléolithique.
Très tôt, il est associé en Occident à la mise en scène du pouvoir et du sacré.
À l’époque romaine, le rouge, est à la fois la couleur de la guerre (le manteau des légionnaires est teint en rouge garance) et celle de l’empire (la pourpre est couleur impériale).
Au Moyen Âge, le christianisme développe la fonction sacrée du rouge, couleur liturgique et du vêtement des cardinaux.
À l’époque moderne, cette mise en scène du rouge s’étend à d’autres lieux, certains solennels, comme les palais de justice, les autres plus profanes et plus ludiques. Le rouge devient en effet la couleur dominante des lieux de plaisir et de divertissement. Sans le rouge, la fête ne serait pas complète, le plaisir moins grand, le lieu plus ordinaire.
Aujourd’hui, cette théâtralité du rouge tend à se faire plus discrète ou à se galvauder.
>> Michel Pastoureau raconte l’histoire du rouge : http://expositions.bnf.fr/rouge/arret/01.htm

Matérielle : comment fabrique-t-on du rouge ?
Il existe mille et une manières de fabriquer le rouge, selon l’usage qu’on veut en faire. Le plus simple est bien sûr d’utiliser un matériau naturellement rouge, comme le sont certaines pierres : rubis, mais aussi grenat ou cornaline.
>> Le rubis, prince des gemmes, gemme des princes : http://expositions.bnf.fr/rouge/arret/03.htm
Si le budget alloué par l’éducation nationale ne permet pas au professeur d’art plastique l’achat en masse de rubis, peut-être trouvera-t-il son bonheur dans les teintures : cochenille, kermès, garance, pourpre servaient ainsi, dans les périodes anciennes, à rehausser les tissus ; en peinture, on utilisait davantage les ocres, la gomme laque, le cinabre, le minium ou… le réalgar, composé d’arsenic particulièrement toxique. Ainsi naît toute une palette de rouges différents, plus ou moins vifs, tirant parfois vers l’orangé, le rose ou le violet.
>> Les matériaux anciens du rouge : http://expositions.bnf.fr/rouge/arret/05.htm
De nos jours, la chimie moderne a transformé le métier de teinturier et bouleversé la palette des peintres. Ces matériaux de synthèse, qui offrent une large palette de coloris, rendent la matérialité des pigments moins essentielle. La teinte importe plus que le matériau. Elle se retrouve partout, des bouteilles de coca cola aux tubes néons, des fauteuils de cinéma aux cosmétiques.

Associative : quelles couleurs associer au rouge ?
Trop de rouge tue le rouge. Alors, comment l’associer à d'autres couleurs ? Historiquement, il prenait part à un système tricolore avec le blanc et le noir. Ce sont ces trois couleurs qu’on retrouve à Lascaux, sur les vases grecs, dans l’écriture des papyrus et des manuscrits médiévaux, dans les jeux d’échecs anciens, ou encore dans l’introduction de Blanche-Neige. Un système qui est loin d’avoir disparu, et qui compose encore bon nombre de nos panneaux de signalisation et logos en tous genres.
Rouge et bleu forment également un couple depuis le Moyen Âge, associé dans les vitraux, sur les enluminures… et le drapeau français ! A moins qu’il ne faille associer le rouge au vert, sa couleur complémentaire, une association que nous propose la rose rouge, les pommes ou de nombreux systèmes symboliques opposant vrai/faux, bon/mauvais.
A moins que le plus joli rouge soit celui que l’on décline en camaïeu, du rose au pourpre, de l’orangé au violacé…
>> Le rouge dans les costumes de scène : http://expositions.bnf.fr/rouge/feuilletoirs/01.htm

Travaux en association avec le français
Pourquoi le petit chaperon est-il rouge ? (primaire, 6e)
Réponse de Michel Pastoureau : « Dans toutes les versions du conte (la plus ancienne date de l'an mille), la fillette est en rouge. Est-ce parce qu'on habillait ainsi les enfants pour mieux les repérer de loin, comme des historiens l'ont affirmé ? Ou parce que, comme le disent certains textes anciens, l'histoire est située le jour de la Pentecôte et de la fête de l'Esprit saint, dont la couleur liturgique est le rouge ? Ou encore parce que la jeune fille allait se retrouver au lit avec le loup et que le sang allait couler, thèse fournie par des psychanalystes ? Je préfère pour ma part l'explication sémiologique : un enfant rouge porte un petit pot de beurre blanc à une grand-mère habillée de noir... Nous avons là les trois couleurs de base du système ancien. On les retrouve dans d'autres contes : Blanche-Neige reçoit une pomme rouge d'une sorcière noire. Le corbeau noir lâche son fromage - blanc - dont se saisit un renard rouge… C'est toujours le même code symbolique ».
>> Un album sur le Petit chaperon rouge : http://classes.bnf.fr/essentiels/albums/chaperon/
>> Pistes de travail sur le conte : http://expositions.bnf.fr/contes/pedago/chaperon/index.htm

Sites de référence
>> Exposition virtuelle « Le rouge », autour des costumes de scène de Christian Lacroix : http://expositions.bnf.fr/rouge/
>> Exposition virtuelle « mai 68 », sur les affiches des beaux-arts : http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm
>> Article sur « Les mots de la couleur » : https://gerflint.fr/Base/Italie4/mollarddesfour.pdf

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

🎓 [Arts plastiques, français] Paysages
Levons la tête, regardons par la fenêtre. Que voyons-nous ? Un paysage. Ouvert, verdoyant, champêtre, urbain, industriel, habité, clos, d’hiver, vivant, désolé, ensoleillé… à vous de décider !

📖 REPÈRES
Qu’appelle-t-on un paysage ? Pour le dictionnaire, c’est une « Vue d'ensemble, qu'offre la nature, d'une étendue de pays, d'une région », et par extension, la « vue d'ensemble d'un endroit quelconque (ville, quartier, etc.) ». À ne pas confondre, donc, avec l’idée de nature ou d’environnement : le paysage porte en lui le regard de son observateur. Et en tant que tel, il est toujours subjectif, jamais figé.
>> Définition du paysage sur le CNRTL : https://www.cnrtl.fr/definition/paysage
>> De la nature au paysage : http://expositions.bnf.fr/kenna/arret/01.htm
>> Une histoire artistique du paysage par Anne Cauquelin : http://expositions.bnf.fr/kenna/arret/13.htm

Dans l’histoire de l’art européen, le paysage a longtemps été un fond, un décor, que ce soit dans les peintures romaines de Pompeï ou à l’arrière des miniatures des ouvrages médiévaux, notamment au 15e siècle. Ce n’est qu’au 16e siècle qu’il commence à prendre son autonomie. C’est d’ailleurs aussi à cette date que le mot fait son entrée dans le lexique français. Deux tendances apparaissent bientôt : le paysage classique, composé, de l’école italienne, et le paysage des écoles du Nord, qui cherche davantage à rendre les variations de la nature. Rembrandt en est l’un des grands représentants.
>> Le paysage urbain chez Jean Fouquet : http://expositions.bnf.fr/fouquet/arret/26/index26e.htm
>> Dessins du voyage à Rome : des ruines comme paysage : http://expositions.bnf.fr/renais/arret/2/index.htm
>> Les paysages de Rembrandt : http://expositions.bnf.fr/rembrandt/feuille/03.htm  

Hors de l’Europe, le paysage prend une importance toute particulière au Japon, dans les [i]ukiyo-e[/i], « images du monde flottant ». Favorisée par une série d’interdits moraux qui frappent l’estampe au 18e siècle, la représentation de scènes maritimes, de montagnes intemporelles ou de scènes de la vie campagnarde trouve son plein épanouissement avec Hokusai et Hiroshige. Elle entre en résonance avec le renouvellement du shintô, spiritualité japonaise qui donne une grande place à la nature.
>> Le paysage dans l’estampe japonaise : http://expositions.bnf.fr/japonaises/arret/06.htm
>> Les Tente-six vues du Mont Fuji : http://expositions.bnf.fr/japonaises/albums/fuji/index.htm

Avec l’invention de la photographie, le rapport au paysage se transforme. La prise de vue peut donner l’impression d’une plus grande authenticité, voire d’une forme d’objectivité, notamment au 19e siècle, tandis que le dessin, la peinture ou la gravure porteraient davantage la patte de l’artiste. C’est pour cela, notamment que la photographie a été largement utilisée lors des voyages d’exploration. Mais c’est oublier un peu vite qui se tient derrière l’objectif : composition, cadrage, couleurs restent des choix photographiques porteurs d’une vision artistique. C’est ainsi qu’un Michael Kenna donne à ses clichés en noir et blanc l’ether de la brume, tandis qu’un Raymond Depardon pose un regard attendri sur les lieux de son enfance.
>> Gustave Doré paysagiste : http://expositions.bnf.fr/orsay-gustavedore/arret/paysages.htm
>> Paysages photographiques du 19e siècle : http://expositions.bnf.fr/socgeo/feuille/02.htm
>> L’œuvre de Michael Kenna : http://expositions.bnf.fr/kenna/albums/index.htm
>> L’exposition virtuelle « Paysages français » : http://expositions.bnf.fr/paysages-francais/  

🧰 OUTILS A UTILISER EN CLASSE
>> Un parcours pédagogique autour du paysage à partir des photographies de la Société de Géographie : http://expositions.bnf.fr/socgeo/pedago/010.htm

>> Analyse d’image : 6 paysages photographiques commentés
http://classes.bnf.fr/paysages-francais/delcour.htm

>> Une anthologie de textes sur le thème du paysage : http://expositions-dev.bnf.fr/kenna/anthologie/index.htm

👩‍🏫 PISTES PEDAGOGIQUES
En 2017, la BnF et le SNUIPP proposaient un concours intitulé « Vivons le paysage », qui proposait 5 pistes de travail à destination des classes de primaire :
>> « Transformons le paysage » : une approche poétique. À la manière des artistes du Land Art, faites entrer l'insolite dans le paysage, introduisez des objets imprévus, jouez sur les changements d'échelle, inventez des paysages purement imaginaires par dessins, peintures, collages… Accompagnez vos créations de textes poétiques, de haïkus, d'aphorismes...
>> « Démultiplions le paysage » : une approche en série : un même paysage au fil des mois et des saisons, un même cadre à diverses heures de la journée ou des années plus tard. On peut aussi rendre compte des variations du paysage au fil d'un itinéraire : le long d'une route, d'un fleuve, du trajet en train, ou jouer sur les séries thématiques...
>> « Racontons le paysage » : une approche narrative. Introduisons des personnages dans un paysage, ajoutons-y quelques péripéties, que se passe-t-il ? De quelle manière le cadre influence-t-il le scénario ?  Le résultat pourra prendre la forme d'une bande dessinée, d'un roman-photo, d'un film d'animation...
>> « Ressentons le paysage » : une approche sensible. Regarder un paysage provoque à coup sûr des émotions. Et l'explorer, c'est entendre ses musiques, ses bruits, ses silences... C'est aussi le sentir avec tous ses éventails d'odeurs. C'est également le toucher dans toutes ses matérialités douces, âpres, rugueuses, froides... Et puis, un paysage se goûte en 1001 saveurs en fonction de sa géographie. Les réalisations multi-sensorielles, proposant des matières, des sons ou des odeurs, sont donc les bienvenues.
>> « Habitons le paysage » : une approche corporelle. Puisque l'homme s'inscrit dans le paysage et le transforme, jouons le jeu jusqu'au bout ! Projeter son corps dans le paysage, photographier son ombre comme une partie intégrante de la composition, laisser sa trace dans le sable, c'est encore une manière de s'inscrire corporellement dans le paysage. Une démarche qui peut aller jusqu'au point où, en jouant sur les zooms et les jeux d'échelles, le corps devient lui-même paysage.
>> Consultez les œuvres réalisées à cette occasion : https://www.snuipp.fr/actualites/posts/vivons-le-paysage-le-palmares

🧐 POUR ALLER PLUS LOIN
>> Une sélection de ressources sur le paysage : http://classes.bnf.fr/paysages-francais/ressources_bnf.htm
>> L’exposition virtuelle « Paysages français » : http://expositions.bnf.fr/paysages-francais/

 

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

C’est le printemps !

🌹 Le printemps revient ! Voilà l’occasion d’observer la nature… ou de faire un tour du monde des traditions liées à la belle saison.

REPERES : Le printemps, c’est quoi ?
Contrairement à ce que l’on pense parfois, ce n’est pas la distance entre la Terre et le Soleil qui fait les saisons, mais l’inclinaison de notre planète. La Terre n’est en effet pas rigoureusement verticale : l’axe qui traverse le pôle nord et le pôle sud est incliné de 23° 26’ par rapport à l’orbite de la Terre. De ce fait, elle n’est pas toujours exposée de la même manière au soleil, et la longueur des jours et des nuits varie. C’est cela qui entraîne le phénomène des saisons.
>> Tout comprendre en vidéo : https://vimeo.com/323223596

Au printemps, les jours s’allongent et les températures augmentent. On considère généralement le jour de l’équinoxe comme le début du printemps : c’est le 21 mars que le jour et la nuit durent exactement aussi longtemps. Dans l’hémisphère sud, où les saisons sont inversées, c’est le 21 septembre. Cette définition du printemps est dite « cosmique », car elle est liée au mouvement des planètes et à l’activité solaire. Elle ne correspond pas exactement au printemps « concret », ou « météorologique », qui englobe les mois de mars, avril et mai, semblables par leur hygrométrie (les pluies) et leurs températures. C’est pour cela que, dans certaines cultures comme en Russie, le printemps commence le 1er mars, ou le 1er septembre en Australie.

Dans les régions tempérées de l’hémisphère nord, l’arrivée du printemps donne souvent lieu à des fêtes et à des réjouissances afin de célébrer la renaissance de la nature. Les paysages verdissent, les arbres bourgeonnent, les fleurs s’épanouissent, les animaux entrent dans la saison des amours. Dans l’Europe du Moyen Âge, l’année commence au moment de Pâques, fête qui célèbre la mort et la résurrection du Christ : c’est le moment du carnaval et du carême. Dans le monde persan, la fête de nowruz, le 21 mars, introduit la nouvelle année. On fait germer des grains de blé, on saute par-dessus le feu pour en prendre la force vitale… Chez les hindous, plusieurs fêtes correspondent à la date de l’équinoxe. Dans le monde chinois, la fête du printemps coïncide également avec le nouvel an, mais sa date varie chaque année. Enfin, au Japon, le printemps prend une coloration poétique : c’est le moment d’aller observer les cerisiers en fleurs (« hanami »).
>> Contempler des estampes japonaises : http://expositions.bnf.fr/japonaises/
>> Se promener dans la nature persane : http://expositions.bnf.fr/splendeurs/flore/index.htm
>> Une représentation hindoue du printemps : http://expositions.bnf.fr/inde/grand/cgm_150_05.htm
>>  Le littoral français au printemps : http://expositions.bnf.fr/lamer/albums/littoral_printemps_ete/index.htm

ACTIVITÉS à faire en classe
1/ Réaliser un calendrier
Au Moyen Âge, en Occident, se développe l’iconographie des travaux des mois. En partant du modèle du calendrier de Marguerite d’Orléans, on fait associer à chaque mois un état naturel (le temps qu’il fait, les fleurs et les arbres…), une activité humaine et un symbole. Puis, par groupes, les élèves réalisent une page pour chaque mois, en collant ou en dessinant.
>> Le calendrier de Marguerite d'Orléans commenté : http://classes.bnf.fr/ema/feuils/marguerite/1.htm
>> Le manuscrit avec des images en plus haute définition : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52502614h/f9.item
>> D’autres exemples de travaux des champs : http://classes.bnf.fr/ema/feuils/crescens/index.htm

1bis/ Le même exercice peut être réalisé à partir de représentations des quatre saisons.
>> Les quatre saisons dans des manuscrits médiévaux : http://classes.bnf.fr/ema/grands/675.htm ; http://classes.bnf.fr/ema/grands/123.htm
>> Les quatre saisons par le graveur Abraham Bosse (dernière ligne) : http://expositions.bnf.fr/bosse/grand/151.htm ; http://expositions.bnf.fr/bosse/grand/152.htm ; http://expositions.bnf.fr/bosse/grand/153.htm ; http://expositions.bnf.fr/bosse/grand/154.htm

2/ Composer des œuvres à la manière d’Arcimboldo
Après avoir étudié des œuvres composites, les élèves réalisent des portraits à partir de matériaux très divers : fruits, pétales de fleurs, cailloux, coquillages, sable… mais aussi empreintes, éléments de jeux de construction, allumettes… Les éléments utilisés doivent avoir un sens par rapport au portrait final. Ainsi Arcimboldo ne va pas composer ses portraits avec les mêmes ingrédients selon qu’il cherche à représenter l’eau ou le feu, le printemps ou l’hiver.
>> Portraits de Carnaval et de Carême : http://classes.bnf.fr/portrait/grande/aj43.htm ; http://classes.bnf.fr/portrait/grande/aj47.htm
>> Animaux composites dans des miniatures indiennes : http://expositions.bnf.fr/inde/expo/salle1/06.htm

POUR ALLER PLUS LOIN
Les conseils printaniers de Gallica : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/printemps

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...